Transport formel et informel des    marchandises au Maroc
Plan Principales données générales du secteur marocain des transports Le transport routier Définition du transport form...
Principales données générales du secteur marocain des transports :       Le secteur du transport représente 7 % du PIB na...
Le transport routier est composé des opérateurs de transport, c’est-à-dire les entreprisesde transport public. Selon les d...
Opérateurs de transport formel au Maroc :SNTL :Le principal opérateur de transport est la Société Nationale des Transports...
Si par secteur informel on entend les unités ne tenant pas de comptabilité conforme à laLoi, il serait plus convenable de ...
2. En 1982 les autorités, par souci de modernisation de l’économie, avaient offert   aux charretiers la priorité pour l ‘o...
Types de transports clandestins :       Transport clandestin par voitures :      Voitures diesel (Ford – Mercedes 240 cla...
Laccès à la profession de charretier exige un capital modeste pour lachat de loutil detravail : une charrette ou une calèc...
Absences et dangers :Absence de :      conditions de sécurité      dispositifs sûrs de conduite      moyens de protecti...
Les principaux changements introduits par cette réforme sont les suivants :      Application de critères techniques quali...
Bibliographie :   http://www.topbladi.com/transport.htm   http://www.mtpnet.gov.ma/MET_New/Fr/MenuHautPrincipal/Statisti...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Transport routier formel et informel au maroc

9 891 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
9 891
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
11
Actions
Partages
0
Téléchargements
287
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Transport routier formel et informel au maroc

  1. 1. Transport formel et informel des marchandises au Maroc
  2. 2. Plan Principales données générales du secteur marocain des transports Le transport routier Définition du transport formel et informel au Maroc Opérateurs de transport formel au Maroc Transport informel Cause de la prolifération du transport informel Types de transports clandestins Absences et dangers Recherche de solutions adéquates Bibliographie
  3. 3. Principales données générales du secteur marocain des transports :  Le secteur du transport représente 7 % du PIB national, alors que la part de ce même secteur dans le PIB est de 13 % dans les pays européens et de 16 % en Chine. Cela montre que le Maroc souffre d’un déficit logistique.  En 2007, le secteur des transports et des communications employait 944 000 personnes (emplois directs), soit 6 % de la population active.  Selon les années, ce secteur absorbe entre 20 et 25 % du budget général d’investissement de lÉtat.  En 2007, 39 millions de tonnes de marchandises ont été transportées au MarocLe transport routier : Qu’est en forte expansion avec les demandes de livraison plus fréquente en petitequantité. Le transport routier est le plus développé au Maroc avec ses nombreuxavantages tels que la souplesse d’adaptation, la livraison presque partout et la gratuitéou le faible coût d’usage des infrastructures.C’est le principal mode de transport. Il représente 75 % des déplacements, excepté dansle cas des phosphates.
  4. 4. Le transport routier est composé des opérateurs de transport, c’est-à-dire les entreprisesde transport public. Selon les données les plus récentes fournies par le ministèremarocain de l’Équipement et des Transports (MET), il y a environ 25 000 entreprises dece type. Près de 90 % d’entre elles ne possèdent que 1 ou 2 camions et seulement unecinquantaine d’entreprises disposent d’un parc de 20 camions.Définition du transport formel et informel au Maroc :Dans le domaine de la logistique et du transport de marchandises, on distingue : Leformel et linformel. , lun prend le sens dorganisation et légalisation et lautre prend lecoté nocturne mais serviable des choses.Le transport routier se présente donc sous deux formes :  Le transport pour compte propre assuré par les entreprises industrielles et commerciales : leur parc représente 47 % du parc total. Cela montre que bon nombre de ces entreprises préfèrent aujourd’hui encore internaliser ces opérations et utiliser leurs propres véhicules pour garder la maîtrise du transport.  Le transport public : grâce à la réforme, le transport informel est passé d’un taux de 70% à 40% du volume total de ce segment (est considéré comme informel, le transport effectué par des transporteurs routiers non inscrits dans les registres du MET).
  5. 5. Opérateurs de transport formel au Maroc :SNTL :Le principal opérateur de transport est la Société Nationale des Transports et de laLogistique (SNTL), propriétaire d’un parc comptant une centaine de véhicules. Et qui, entant qu’affréteur, contrôle 20% du marché du transport public.DHL :Un partenaire logistique denvergure capable de transporter tout type de marchandise,partout dans le monde, que ce soit par les airs, la mer, la route ou le train, tout en offrantà ses clients lattention personnalisée dont ils sont en droit dattendre.EMX EXPRESS :Depuis sa création, EMXEXPRESS (emxmaroc), société Marocaine, na cessé de sedévelopper. Elle continue sa diversification dans le secteur du transport national etinternational et de la logistique. EMXEXPRESS (emxmaroc) répond à vos attentes pardes prestations de haute qualité dans le monde entier. Cargo National, cargoInternational en vol direct ou groupage ou effets personnels, EMXEXPRESS(emxmaroc)offre un service adéquat grâce à une organisation rigoureuse et efficace.Transport informel :La prépondérance du phénomène du transport informel n’est plus un secret pourpersonne. Cette importance est due notamment au fait que la sécurité des citoyens estexposée au péril à plus d’un égard, c’est en définitive un phénomène dont l’étude - àmême d’en délimiter les contours , s’arrêter sur les causes et mettre en évidence lesdangers - est digne d’accaparer les efforts dans les sphères intéressées, l’objectif étantde parvenir à des solutions de nature à éradiquer le fléau ou du moins en maîtriser lesefforts.
  6. 6. Si par secteur informel on entend les unités ne tenant pas de comptabilité conforme à laLoi, il serait plus convenable de définir le transport informel : NON RECONNU Non imposable Non réglementé ClandestinLa part du transport informel est estimée à 70-75% du transport total en tonnes.Le Maroc connaît donc un paradoxe dans ce domaine : l’offre de transport routier estdans son ensemble surabondante mais le transport routier de qualité ou spécialisé faitcruellement défaut. Rares sont ceux qui respectent un cahier des charges stricts qui faitde la qualité un impératif aussi important que le coût. De même, le transport frigorifiqueest si peu développé que la part des transporteurs espagnols dans le transport de fruitset légumes en provenance de la région d’Agadir est supérieure à 90%.Cause de la prolifération du transport informel : 1. Le monde de transport informel est la résultante de labsence dinfrastructures qui permettent aux transports institutionnels darriver aux populations. Le développement du transport informel a eu pour effet de sortir léconomie informelle -à la dynamique de laquelle il participe- dun système simple et précaire pour en faire un système déchange et de production complexe et durable. Etroitement lié au développement de lhabitat clandestin quil accompagne, il est, par ailleurs, limage de la réalité socio-économique de la périphérie rurale.
  7. 7. 2. En 1982 les autorités, par souci de modernisation de l’économie, avaient offert aux charretiers la priorité pour l ‘obtention des autorisations de transport des messageries par petites camionnettes. Le but implicite de cette offre était l’orientation de certaines villes (Kénitra), constitué dans la sphère de l’économie informelle vers l’investissement dans l’économie organisée. Or, l’observation de l’évolution récente de cette activité révèle l’existence d’une tendance inverse : en effet, il se produit une véritable fuite de l’épargne accumulée dans le cadre d’activités déclarées vers l’économie informelle.3. La dynamique du système productif et de l’urbanisation. Cette double dynamique révèle les formes d’extension du transport clandestin qui, étroitement confiné et lié, dans un premier temps, à la petite production paysage, va intégrer les mutations de l ‘espace économique environnant.4. Absence de perspectives.5. Précarité des conditions de vie.6. Disparité sociale.7. Facilité d’accéder au métier de transporteur clandestin  Coût d’acquisition de la charrette : 3000 dhs  Coût d’acquisition d’une voiture d’occasion : 7000 dhs8. Aujourd’hui, les transporteurs informels prennent 5 Dhs/km (soit 0,45 USD). Un niveau de service correct mériterait des prix majorés de 30 a 50%. Dans ce cas, le prix avoisinerait les 7 à 7,5 Dhs/km, soit environ 0,65 USD par km. D’ailleurs, les transporteurs opérant à l’international facturent entre 8 et 10 dirhams au km, soit 0,70-0,9 USD par km. Avec ces tarifs à 0,7-0,9 USD/km, le transporteur marocain continue à être moins cher que le transporteur européen.
  8. 8. Types de transports clandestins : Transport clandestin par voitures :  Voitures diesel (Ford – Mercedes 240 classique  Peugeot 505 – Renault 12 – Peugeot 305 ….)  Vétuste et délabrées plus de 20 ans d’âge  Etat mécanique déplorable sans visite technique Transport clandestin par charrettes tirées :Construites en bois, ces charrettes de 3 mètre sur 2 montées sur quatre roues, voient lerebord de leur plateau surélevé sur les deux côtés dans le sens de la longueur afin detransporter des biens ou encore de bétail. De telles charrettes peuvent faire 6 à 8voyages par jour chacune. Leur recette quotidienne varierait entre 100 et 120Dh etsétablirait, en moyenne, selon les charretiers enquêtés, à 100-120 Dh. Les chargesmensuelles de fonctionnement de la charrette se fixent donc à 900 Dh. Les chargesdexploitation mensuelles dune charrette sélèvent ainsi à 1020 Dh.Elles représentent 33 % des recettes. Le revenu mensuel moyen du charretier, de 3060Dh.A ces dépenses sajoutent celles du loyer dune écurie (environ 50 Dh par mois), duferrage du cheval (en moyenne 30 Dh par mois) et de réparation de la charrette, quisélèvent, toutes ensemble, à quelque 150 Dh.Le poste le plus important ici est occupé par les frais de nutrition du cheval.La consommation quotidienne de celui-ci en mélasse, son, foin et orge coûterait à sonpropriétaire, selon les enquêtés, 25 à 40 Dh. Limportance du chargement, mais toujoursinférieur au tarif exigible par les petites camionnettes affectées au transport desmessageries dans la sphère de léconomie formelle, les charrettes utilisées ici sontessentiellement destinées au transport des personnes. La façon dont elles sont bâties etéquipée en témoigne.Les recettes dépassent rarement les 100 Dh par jour et le chiffre daffaire mensuel ducharretier est donc, le meilleur des cas, égal à 3060 Dh.
  9. 9. Laccès à la profession de charretier exige un capital modeste pour lachat de loutil detravail : une charrette ou une calèche coûte actuellement 3000 à 4000 Dh. Le prix ducheval varie, quant à lui, de 2000-2500 Dh à 3000, jusquà 5000 Dh. Transport clandestin par camionnette :Pour transporter des :  Produits agricoles  Matériels agricoles à réparer  Produits industriels  Matériels agricoles neufs ou réparer  Engrais  Produits chimiques  Produits alimentaires  Produits de construction Transport clandestin par camions :Quatre stations pour 80 à 100 camions.A l’intérieur de la ville :  Produits de construction  Déménagement  Matériel lourd ou volumineuxA l’extérieur de la ville  Produits agricoles destinés au marché de gros  Marchandises et matériaux de Casablanca et de diverses régions
  10. 10. Absences et dangers :Absence de :  conditions de sécurité  dispositifs sûrs de conduite  moyens de protection des intempériesConducteur :  Inexpérimenté, généralement un jeune homme voire un enfant  Issu d’une classe sociale déshéritée, pleine de contradiction  Aucun respect du code de la route  A la limite de la délinquanceRecherche de solutions adéquates :Pour résoudre la majorité des problèmes historiques de transport, une réforme totale du secteur,dont les bases avaient été posées en 1999, a été mise en place en 2003. Cette réforme visait àlibéraliser le transport de marchandises par route, à restructurer les entreprises et à lesmoderniser.Cette réforme a marqué la fin du contingentement, la disparition du monopole d’affrètementanciennement dévolu à lONT (la SNTL daujourd’hui) et la libéralisation des tarifs du transport demarchandises par route avec la possibilité d’instaurer des tarifs de référence. L’intégration dutransport informel au secteur organisé et la professionnalisation des activités en vue dubasculement du transport en propre vers le transport public figuraient également parmi lesobjectifs de cette réforme.
  11. 11. Les principaux changements introduits par cette réforme sont les suivants :  Application de critères techniques qualitatifs (capacité financière, aptitude professionnelle et honnêteté) pour pouvoir accéder aux métiers du transport de marchandises par route.  Création de nouveaux métiers en rapport avec ce type de transport, en l’occurrence le commissionnaire de transport et le loueur de véhicules destinés au transport de marchandises par route.  Instauration d’une procédure exceptionnelle simplifiée pour faciliter l’intégration du parc informel au secteur organisé.  Libéralisation des tarifs de transport de marchandises par route et instauration de deux contrats types : le premier pour le transport de marchandises par route pour compte d’autrui et le second pour la location de véhicules de transport de marchandises.Jusqu’à présent, cette réforme n’a pas eu les effets escomptés. Les mécanismes du marchén’assurent pas une régulation satisfaisante du transport routier. Il y a encore une multitudedopérateurs ; les pratiques de concurrence déloyale et les problèmes de qualificationprofessionnelle persistent ; l’offre est encore surdimensionnée et le renouvellement du parc devéhicules se heurte à des difficultés de financement.Le secteur du transport routier est géré par le ministère de l’Équipement et des Transports(MET), par l’entremise des départements suivants :  La direction des Routes (DR), qui est chargée de la maintenance et de lextension du réseau routier.  La direction des Transports routiers et de la Sécurité routière (DTRSR), qui est chargée de ladministration des activités de transport routier, de sa sécurité et de la sécurité des véhicules et de leur conduit (permis de conduire), et gère le contrôle technique des véhicules et la formation des conducteurs.  La direction de la Stratégie, des Programmes et de la Coordination des transports qui est chargée de l’élaboration des plans de développement et de la coordination entre les différents modes de transport.  La direction des Systèmes d’information chargée de la gestion des aspects informationnelles du transport routier et des autres modes de transport.
  12. 12. Bibliographie :  http://www.topbladi.com/transport.htm  http://www.mtpnet.gov.ma/MET_New/Fr/MenuHautPrincipal/Statistiqu es/transport+routier/Transport+public+de+voyageurs.htm  http://www.mtpnet.gov.ma/MET_New/Fr/MenuServices/Actualites/Deta ilarticles.htm?Id=648&Type=0  http://www.maghress.com/fr/lopinion/27374  Transport informel à Kénitra.pdf (fichier joint)  Le secteur logistique sur la rive sud.pdf (fichier joint) Travail préparé par : Amal SOUKTANI Ayoub MINEN

×