Introduction à la comptabilité
Section : Droit Français
Professeur : Hassan BASSIDI
Semestre 1 Ensemble 2
Année universita...
Introduction à la comptabilité
1. À quoi sert la comptabilité?
1. La comptabilité, un outil de communication
2. La comptab...
Introduction à la comptabilité
1. À quoi sert la comptabilité?
1. La comptabilité, un outil de communication
2. La comptab...
1. À quoi sert la comptabilité?
1. À quoi sert la comptabilité?
1.2 : la comptabilité, un outil de gestion, d’aide à la prise
de décisions
• Traitement et...
1. À quoi sert la comptabilité?
1.3 : la comptabilité, un outil de preuve
La comptabilité régulièrement tenue peut être
ad...
Introduction à la comptabilité
1. À quoi sert la comptabilité?
1. La comptabilité, un outil de communication
2. La comptab...
2.1. La comptabilité, un outil partagé
par une pluralité d’utilisateurs
Dirigeants
associés
Représentati
ons
syndicales
Ad...
2.1. La comptabilité, un outil de
communication normalisé
• Un système d’organisation de l’information
financière :
– Sais...
Principes et normes de la comptabilité
les comptes annuels doivent être réguliers,
sincères et donner une image fidèle du
p...
Principes généraux
Régularité
des comptes
Sincérité des
comptes
Fidélité de
l’image
Introduction à la comptabilité
1. À quoi sert la comptabilité?
1. La comptabilité, un outil de communication
2. La comptab...
3.1. L’activité de l’entreprise
Activité
commerciale Activité
industrielle
3.2. Enregistrement comptable des échanges
avec ses partenaires économiquesEntrepriseX
Partenaireextérieur
Ressource = Flu...
Le principe de la partie double
• Flux entrant (ou Emploi) ==≫ Inscription au Débit
d’un compte
• Flux Sortant (ou Ressour...
Normalisation de l’information
comptable
• Plan Comptable Général
– Comptes de bilan (classe 1 à 5)
• Classe 1 : Comptes d...
Normalisation de l’information
comptable
• Plan Comptable Général
– Comptes de gestion (classe 6 à 8)
• Classe 6 : comptes...
Normalisation de l’information
comptable
• Plan Comptable Général
– Comptes de gestion (classe 6 à 8)
• Classe 6 : comptes...
Exemple d’échange avec les fournisseurs à
partir d’une pièce justificative d’achat
• Concernant le flux entrant (au débit d...
Exemple d’échange avec les fournisseurs à
partir d’une pièce justificative d’achat
• Concernant le flux sortant (au crédit ...
Les échanges avec les clients
• Concernant le flux sortant (au crédit d’un
compte), il s’agit de ventes dont il faut distin...
Les échanges avec les salariés
Introduction à la comptabilité
1. À quoi sert la comptabilité?
1. La comptabilité, un outil de communication
2. La comptab...
L’entreprise et son image comptable :
l’organisation comptable
4.1. Les documents de saisie
• La saisie des flux comptables s’effectue à
partir de pièces comptables
justificatives (factur...
Le livre journal
Enregistrement de flux comptables au
journal de l’entreprise SALAM
• L’entreprise SALAM a réalisé pendant le mois d’avril
...
4.2 LES DOCUMENTS DE CONTRÔLE
Le Grand Livre
Enregistrement de flux comptables au
compte de l’entreprise TOPFIL
• L’entreprise TOPFIL a réalisé pendant le mois de
janv...
Enregistrement de flux comptables au
compte de l’entreprise TOPFIL
• 10/1 : achat de marchandises : 28 000 (facture n° 14)...
La balance
• C’est un document établi périodiquement qui
a une double utilité : d’une part, ce document
permet de contrôle...
La balance
4.3. Les documents de synthèse nor-
malisés
• Le découpage de l’activité en période de 12
mois = exercice comptable
– Prin...
4.3. Les documents de synthèse nor-
malisés
Compte de
produits et
charges
Bilan
Construction du CPC
Construction d’un Bilan
Exercice 1
Banque 50 000
Dettes divers 82 500
Capital ?
Fournisseur 120 000
Emprunt bancaire 600 000
Etat créditeur 20 000...
Exercice 2
Banque 288 500 Constructions 1 350 000
Fond commercial 340 000 Mobilier de bureau 500 000
Capital 3 100 000 Mat...
Exercice 2
09/01 Achat d’un nouvel ordinateur pour le comptable IKRAM à 7500 par chèque. Facture
N°23654
10/01 Règlement d...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Introduction à la comptabilité

701 vues

Publié le

Bilan comptable

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
701
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
45
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Les dirigeants de l’entreprise utilisent la comptabilité financière pour piloter l’activité et prendre des décisions concernant la stratégie de l’entreprise (croissance ou restructuration), par le biais des politiques d’investissement et des choix de financement.
    Les associés et actionnaires veulent être informés sur l’évolution de la rentabilité et sur sa répartition, ce qui les renseignera sur les perspectives de valorisation de leurs actions (distribution des dividendes).
    Les représentations syndicales, les comités d’entreprise, les salariés sont attentifs à l’information comptable pour s’assurer de la pérennité de l’entreprise et de l’évolution des emplois (embauches / plan de licenciement).
    L’administration fiscale et les organismes sociaux utilisent l’information comptable pour déterminer les bases de calcul des taxes, des impôts et des cotisations sociales.
    Les clients de l’entreprise s’interrogent sur la continuité de l’entreprise de façon à s’assurer du suivi des commandes, des possibilités de réassort et de la poursuite du service après vente (pour la maintenance des machines industrielles).
    Les prêteurs (établissements bancaires) et les fournisseurs s’assurent de la solvabilité de l’entreprise et de sa capacité à rembourser (ou à payer) afin de lui accorder respectivement des prêts ou des délais de paiement.
    Les tribunaux de commerce considèrent la comptabilité comme un moyen de preuve sur l’existence d’actes de commerce.
  • La comptabilité est un système d’organisa- tion de l’information financière permettant de saisir, classer, enregistrer des données de base chiffrées et présenter des états reflétant, à leur date d’arrêté, une image fidèle du patrimoine, de la situation financière et du résultat de l’entité
  • Pour jouer le rôle d’un outil de communication, la comptabilité financière doit donc produire des informations chiffrées qui pourront être comprises par tous les utilisateurs. Cette contrainte de compréhension et d’interprétation identique de l’information par tous suppose un certain nombre de principes et de normes comptables à respecter : normalisation et rigueur dans la présentation de l’information. L’article L123-14 du Code de commerce stipule que
  • Régularité des comptes : conformité aux règles en vigueur. Les sources légis- latives et réglementaires du droit comptable sont constituées par le Code de commerce, le Plan comptable général (PCG « refonte 1999 ») et les règlements de l’ANC (Autorité des Normes Comptables : www.anc.gouv.fr).
    Sincérité des comptes : application de bonne foi des règles et des procédures comptables. Toutefois, la normalisation atteint ses limites lorsque les textes législatifs laissent une marge de manœuvre au comptable dans leur interpréta- tion. Dès lors, pour assurer l’application « au plus juste » des textes et présenter la « vérité » comptable, il existe des organismes consultatifs : l’ANC et l’Ordre des Experts Comptables (OEC), lesquels sont chargés de donner des avis et des recommandations préalables quant à l’interprétation des dispositions d’ordre comptable.
    Fidélité de l’image : représentation objective de la réalité de la situation de l’entreprise en conformité avec les principes et conventions comptables. À noter que la mondialisation des échanges a nécessité une normalisation inter- nationale de l’information comptable. Cette harmonisation a été réalisée pro- gressivement avec l’introduction des normes IFRS ( International Financial Reporting Standards ), établies par l’ International Accounting Standards Board (IASB - http://www.ifrs.org ) . Certaines de ces normes ont été intégrées, depuis 2005, dans les articles du PCG, notamment sur les méthodes de comp- tabilisation, d’amortissement et de dépréciation des actifs et s’imposent donc de façon obligatoire dans la présentation des comptes sociaux des entre- prises.
  • Activité commerciale : lorsqu’il s’agit de la vente de prestations de services (conseils, transport, maintenance…) ou de biens achetés et revendus en l’état . Ces biens, appelés marchandises, ne subissent pas de transformation. La différence entre le prix d’achat au fournisseur et le prix de vente au client est justifiée par le service apporté par l’entreprise : conseils des vendeurs, mise à disposition d’une « vitrine commerciale », garanties offertes, service après vente.
    Activité industrielle : lorsqu’il s’agit de la vente de produits finis . À l’origine, l’entreprise achète des matières premières pour les transformer, après un passage dans le cycle de production de l’entreprise, sous la forme de produits finis.
  • Tout échange avec une entité extérieure (flux externe) ou au sein de l’entreprise (flux interne) suppose l’élaboration de pièces justificatives. Ces pièces peuvent être soit émises (facture de vente, chèque émis, bulletin de paie, fiches de stock, tableau d’amortissement…) soit reçues de la part du partenaire (facture d’achat, chèque reçu…).
  • Pour permettre la normalisation de l’information, les flux sont organisés et hiérarchisés dans des comptes spécifiques : le plan comptable général regroupe les comptes en sept classes. À l’intérieur de chaque classe, une codification décimale supplémentaire permet de distinguer de façon de plus en plus précise chaque élément qui la compose. Un numéro de compte est ainsi obtenu, et permettra d’enregistrer les flux avec ses partenaires.
  • L’entreprise doit réaliser différents types de documents comptables : des documents de saisie, des documents de contrôle et des documents de synthèse normalisés.
  • Il s’agit d’un document légal où doivent être enregistrées par ordre chronologique, sans blanc ni rature, les opérations de l’entreprise décrites dans les pièces justificatives. Pour chaque opération, le journal doit mentionner :
    La date
    Le code et l’intitulé du ou des comptes débités
    Le code et l’intitulé du ou des comptes crédités
    Le montant qu’on doit enregistrer au débit et au crédit des comptes concernés
    Le libellé de l’opération et la référence de la pièce justificative.
    Dans un journal le total débit est égal au total crédit
  • Le compte est un document comptable qui sert à enregistrer les opérations réalisées par un entreprise.
    Pour tous les comptes :
    La partie gauche s’appelle Débit
    La partie droite s’appelle Crédit
    La différence entre le total du débit et le total du crédit s’appelle le SOLDE
    Si le total du débit est supérieur au total crédit, le solde est débiteur
    Si le total du crédit est supérieur au total débit, le solde est créditeur
    Si le total du débit égal au total du crédit, le solde est nul
  • Les numéros de comptes doivent être classés dans l’ordre des classes du plan comptable.Seuls les comptes de bilan (comptes de classes 1 à 5) présentent un solde de départ à l’ouver- ture de l’exercice comptable. Cette règle provient du principe de continuité de l’exploitation et d'intangibilité du bilan selon lequel les comptes de bilan repartent avec la situation (solde débiteur ou solde créditeur) qu’ils ont acquise au cours des exercices précédents. Par contre, les comptes de gestion (comptes de classes 6 et 7) sont soldés à chaque fin d’exercice par un compte unique (le compte de résultat) et n’ont donc jamais de situation de départ.
  • Principe de continuité de l’exploitation : poursuite de l’activité au-delà de chaque exercice comptable. En effet, les comptes de bilan ont acquis une situation sur les exercices précédents (solde débiteur ou créditeur) et la conserve à l’ouverture de chaque nouvel exercice comptable.
    Principe d’indépendance des exercices : « Au vu des enregistrements comptables de l’exercice écoulé » . Le découpage de l’activité de l’entreprise en périodes est indispensable pour assurer le suivi de ses performances et l’évolution de son patrimoine. Ce principe conduit à rattacher à l’exercice comptable tous les flux économiques de consommation et de production qui le concernent.
  • Le compte de résultat qui retrace l’activité réalisée au cours d’un exercice comptable de l’entreprise. Il regroupe les comptes de produits et de charges (appelés comptes de gestion) et son solde donne l’information concernant le niveau de rentabilité qui se traduit soit par un bénéfice, soit par une perte.
    Le bilan qui présente la situation économique et financière de l’entreprise à l’ouverture et à la clôture de l’exercice.
  • Dans la colonne charges , sont récapitulés tous les comptes de classe 6 ouverts durant l’exercice comptable concerné. Si le compte de classe 6 a un solde débiteur (facture DOIT), il vient en augmentation des autres charges, par contre si le compte de classe 6 a un solde créditeur (facture d’AVOIR), il vient en diminution des autres charges.
    Dans la colonne produits , sont récapitulés tous les comptes de classe 7 ouverts durant l’exercice comptable concerné. Si le compte de classe 7 a un solde créditeur (facture DOIT), il vient en augmentation des autres produits, par contre si le compte de classe 7 a un solde débiteur (facture d’AVOIR), il vient en diminution des autres produits.
    Notion de résultat : Produits – Charges = résultat de l’exercice
  • Dans un premier temps, il suffit de récapituler les différents comptes utilisés par l’entreprise soit à partir de la balance, soit à partir du grand livre des comptes. Les comptes à solde débiteur sont récapitulés à l’actif (1) et les comptes à solde créditeur sont récapitulés au passif (2). Seule exception pour le moment (avant l’étude du principe de l’amortissement et des dépréciations), le compte 12. Résultat de l’exercice, qui, quel que soit son solde, sera inscrit au passif dans la colonne capitaux propres (en augmentation s’il s’agit d’un bénéfice = ressource nette dégagée par l’activité, en diminution s’il s’agit d’une perte = emploi net dégagé par l’activité).
  • Introduction à la comptabilité

    1. 1. Introduction à la comptabilité Section : Droit Français Professeur : Hassan BASSIDI Semestre 1 Ensemble 2 Année universitaire 2014-2015
    2. 2. Introduction à la comptabilité 1. À quoi sert la comptabilité? 1. La comptabilité, un outil de communication 2. La comptabilité, un outil de gestion, d’aide à la prise de décision 3. La comptabilité, un outil de preuve 2. À qui s’adresse la comptabilité? 1. La comptabilité, un outil partagé par une pluralité d’utilisateurs 2. La comptabilité, un outil de communication normalisé 3. Traiter l’information comptable 1. L’activité de l’entreprise 2. L’enregistrement comptable des échanges avec ses partenaires économiques 4. L’entreprise et son image comptable : l’organisation comptable 1. Les documents de saisie 2. Les documents de contrôle 3. Les documents de synthèse normalisés
    3. 3. Introduction à la comptabilité 1. À quoi sert la comptabilité? 1. La comptabilité, un outil de communication 2. La comptabilité, un outil de gestion, d’aide à la prise de décision 3. La comptabilité, un outil de preuve 2. À qui s’adresse la comptabilité? 1. La comptabilité, un outil partagé par une pluralité d’utilisateurs 2. La comptabilité, un outil de communication normalisé 3. Traiter l’information comptable 1. L’activité de l’entreprise 2. L’enregistrement comptable des échanges avec ses partenaires économiques 4. L’entreprise et son image comptable : l’organisation comptable 1. Les documents de saisie 2. Les documents de contrôle 3. Les documents de synthèse normalisés
    4. 4. 1. À quoi sert la comptabilité?
    5. 5. 1. À quoi sert la comptabilité? 1.2 : la comptabilité, un outil de gestion, d’aide à la prise de décisions • Traitement et exploitation des données comptables et financières sous diverses formes afin de prendre des décisions relatives à la gestion de l’entité. • La comptabilité analytique permet de définir la rentabilité par produit, par secteur d’activité et donc de piloter la structure • La gestion financière et budgétaire permet de mesurer l’incidence des choix de financement et des choix d’investissement.
    6. 6. 1. À quoi sert la comptabilité? 1.3 : la comptabilité, un outil de preuve La comptabilité régulièrement tenue peut être admise en justice pour faire preuve entre commerçants pour faits de commerce. Les documents comptables et les pièces justificatives doivent être conservés pendant dix ans.
    7. 7. Introduction à la comptabilité 1. À quoi sert la comptabilité? 1. La comptabilité, un outil de communication 2. La comptabilité, un outil de gestion, d’aide à la prise de décision 3. La comptabilité, un outil de preuve 2. À qui s’adresse la comptabilité? 1. La comptabilité, un outil partagé par une pluralité d’utilisateurs 2. La comptabilité, un outil de communication normalisé 3. Traiter l’information comptable 1. L’activité de l’entreprise 2. L’enregistrement comptable des échanges avec ses partenaires économiques 4. L’entreprise et son image comptable : l’organisation comptable 1. Les documents de saisie 2. Les documents de contrôle 3. Les documents de synthèse normalisés
    8. 8. 2.1. La comptabilité, un outil partagé par une pluralité d’utilisateurs Dirigeants associés Représentati ons syndicales Administrati on fiscale Clients Prêteurs et frs Tribunaux
    9. 9. 2.1. La comptabilité, un outil de communication normalisé • Un système d’organisation de l’information financière : – Saisir – Classer – Enregistrer – Image fidèle
    10. 10. Principes et normes de la comptabilité les comptes annuels doivent être réguliers, sincères et donner une image fidèle du patrimoine, de la situation financière et du résultat de l’entreprise… Lorsque l’application d’une prescription comptable ne suffit pas pour donner une image fidèle, des informations complémentaires doivent être fournies dans l’annexe
    11. 11. Principes généraux Régularité des comptes Sincérité des comptes Fidélité de l’image
    12. 12. Introduction à la comptabilité 1. À quoi sert la comptabilité? 1. La comptabilité, un outil de communication 2. La comptabilité, un outil de gestion, d’aide à la prise de décision 3. La comptabilité, un outil de preuve 2. À qui s’adresse la comptabilité? 1. La comptabilité, un outil partagé par une pluralité d’utilisateurs 2. La comptabilité, un outil de communication normalisé 3. Traiter l’information comptable 1. L’activité de l’entreprise 2. L’enregistrement comptable des échanges avec ses partenaires économiques 4. L’entreprise et son image comptable : l’organisation comptable 1. Les documents de saisie 2. Les documents de contrôle 3. Les documents de synthèse normalisés
    13. 13. 3.1. L’activité de l’entreprise Activité commerciale Activité industrielle
    14. 14. 3.2. Enregistrement comptable des échanges avec ses partenaires économiquesEntrepriseX Partenaireextérieur Ressource = Flux Sortant Inscription au crédit Inscription au débit Emploi = Flux Entrant
    15. 15. Le principe de la partie double • Flux entrant (ou Emploi) ==≫ Inscription au Débit d’un compte • Flux Sortant (ou Ressource) ==≫ Inscription au Crédit d’un compte. • Chaque opération comptable fait toujours intervenir au moins deux flux, en sens opposé, de façon à respecter l’égalité suivante : – Montant des flux entrants = Montant des flux sortants – Total Débit = Total Crédit
    16. 16. Normalisation de l’information comptable • Plan Comptable Général – Comptes de bilan (classe 1 à 5) • Classe 1 : Comptes de Financement Permanent : à l’intérieur de cette classe, on distingue principalement – Les capitaux propres – Dettes de financement • Classe 2 : Comptes d’actif immobilisé – Immobilisation en non-valeurs – Immobilisation incorporelles – Immobilisations corporelles – Immobilisations financières
    17. 17. Normalisation de l’information comptable • Plan Comptable Général – Comptes de gestion (classe 6 à 8) • Classe 6 : comptes charges – Charges d’exploitation – Charges financières – Charges non courantes – Impôts sur les résultats • Classe 7 : comptes produits – Produits d’exploitation – Produits financiers – Produits non courants • Classe 8 : comptes de résultats
    18. 18. Normalisation de l’information comptable • Plan Comptable Général – Comptes de gestion (classe 6 à 8) • Classe 6 : comptes charges – Charges d’exploitation – Charges financières – Charges non courantes – Impôts sur les résultats • Classe 7 : comptes produits – Produits d’exploitation – Produits financiers – Produits non courants • Classe 8 : comptes de résultats
    19. 19. Exemple d’échange avec les fournisseurs à partir d’une pièce justificative d’achat • Concernant le flux entrant (au débit d’un compte), il faut distinguer s’il s’agit : – d’achat de biens consommables (marchandises, matières premières, services, énergie…) = charges, classe 6 ; – ou d’achat de biens durables (bâtiment, machines…) = immobilisations, classe 2.
    20. 20. Exemple d’échange avec les fournisseurs à partir d’une pièce justificative d’achat • Concernant le flux sortant (au crédit d’un compte), il faut distinguer : – si le règlement s’effectue au comptant par chèque cela signifie une sortie immédiate d’argent du compte Banque ; – si le règlement est différé cela signifie la création d’une dette fournisseur (dans ce cas il faut distinguer la typologie de la dette selon la nature du flux entrant : dette fournisseur d’exploitation si le flux entrant correspond à des charges, dette fournisseur d’immobilisation si le flux entrant correspond à des immobilisations).
    21. 21. Les échanges avec les clients • Concernant le flux sortant (au crédit d’un compte), il s’agit de ventes dont il faut distinguer la nature (vente de produits finis, vente de marchandises, vente de prestations de services) = produits, classe 7. • Concernant le flux entrant (au débit d’un compte), il faut distinguer : – si le règlement du client s’effectue au comptant par chèque cela signifie une entrée immédiate d’argent du compte Banque. – si le règlement est différé cela signifie la création d’une créance client .
    22. 22. Les échanges avec les salariés
    23. 23. Introduction à la comptabilité 1. À quoi sert la comptabilité? 1. La comptabilité, un outil de communication 2. La comptabilité, un outil de gestion, d’aide à la prise de décision 3. La comptabilité, un outil de preuve 2. À qui s’adresse la comptabilité? 1. La comptabilité, un outil partagé par une pluralité d’utilisateurs 2. La comptabilité, un outil de communication normalisé 3. Traiter l’information comptable 1. L’activité de l’entreprise 2. L’enregistrement comptable des échanges avec ses partenaires économiques 4. L’entreprise et son image comptable : l’organisation comptable 1. Les documents de saisie 2. Les documents de contrôle 3. Les documents de synthèse normalisés
    24. 24. L’entreprise et son image comptable : l’organisation comptable
    25. 25. 4.1. Les documents de saisie • La saisie des flux comptables s’effectue à partir de pièces comptables justificatives (facture d’achat, facture de ventes, chèque émis, chèques reçus…). Cette saisie peut se faire selon plusieurs procédures.
    26. 26. Le livre journal
    27. 27. Enregistrement de flux comptables au journal de l’entreprise SALAM • L’entreprise SALAM a réalisé pendant le mois d’avril les opérations suivantes : • 02/04 : retrait : 10 000 de la banque pour alimenter la caisse, chèque n° T85. • 06/04 : achat d’un lot de marchandises : 13 000; 30% réglé en espèces, le reste par chèque bancaire T86, facture W136. • 08/04 : vente d’une commande de marchandises : 18 000 ; 20% réglé par chèque, le reste à crédit, facture Z118. TAF : Passer les opérations du mois d’avril au journal
    28. 28. 4.2 LES DOCUMENTS DE CONTRÔLE
    29. 29. Le Grand Livre
    30. 30. Enregistrement de flux comptables au compte de l’entreprise TOPFIL • L’entreprise TOPFIL a réalisé pendant le mois de janvier les opérations suivantes : • 1/1 : avoir en caisse (solde à nouveau) 30 000 • 1/1 : avoir en banque (solde à nouveau) 90 000 • 4/1 : acquisition d’une machine : 50 000, par chèque bancaire n°45007. • 6/1 : vente de marchandises : 35 000 (facture n° T0017), réglé comme suit : – 5 000 en espèces – Le reste par chèque bancaire n° R0145
    31. 31. Enregistrement de flux comptables au compte de l’entreprise TOPFIL • 10/1 : achat de marchandises : 28 000 (facture n° 14), réglé comme suit : – 50% par chèque bancaire n° 45008 – Le reste à crédit • 14/1 : retrait de la banque pour alimenter la caisse 25 000: chèque n° 45009 • 20/1 : avance du client « RIZK » : 5 000 par chèque bancaire n° Z136. • 22/1 : règlement du fournisseur « Système » : 10 000 en espèce, pièce de caisse n° 6 • 24/1 : vente d’une commande de marchandise : 38 000 à crédit (facture n° T0018) • 27/1 : règlement en espèces : – Du loyer du mois : 4 000 (pièces de caisse n° 7) – De la facture « Lydec » : 7 000 (pièce de caisse n° 8) TAF : – Établir le compte « Banque » – Établir le compte « Caisse »
    32. 32. La balance • C’est un document établi périodiquement qui a une double utilité : d’une part, ce document permet de contrôler l’application du principe de la partie double et, d’autre part, il permet de retracer tout l’historique d’un compte sur l’exercice.
    33. 33. La balance
    34. 34. 4.3. Les documents de synthèse nor- malisés • Le découpage de l’activité en période de 12 mois = exercice comptable – Principe de continuité de l’exploitation – Principe d’indépendance des exercices
    35. 35. 4.3. Les documents de synthèse nor- malisés Compte de produits et charges Bilan
    36. 36. Construction du CPC
    37. 37. Construction d’un Bilan
    38. 38. Exercice 1 Banque 50 000 Dettes divers 82 500 Capital ? Fournisseur 120 000 Emprunt bancaire 600 000 Etat créditeur 20 000 Caisse 5 000 Stocks de marchandises 17 500 Constructions 1 000 000 Mobilier de bureau 500 000 Créances client 250 000 Matériel informatique 200 000 Prêt en faveur d’un salarié 30 000 Autres créanciers 400 000 Fournisseur d’immobilisation 550.0 L’entreprise « CHAWENCOM » dispose au 31/03/2007 des éléments actifs et passifs suivants :
    39. 39. Exercice 2 Banque 288 500 Constructions 1 350 000 Fond commercial 340 000 Mobilier de bureau 500 000 Capital 3 100 000 Matériel de transport 450 000 Fournisseur LEILA 320 000 Matériel informatique 200 000 Emprunt bancaire 500 000 Dette CNSS 22 000 Stocks de marchandises 800 500 Caisse 13 000 Une entreprise dispose au 31/12/2007 des éléments actifs et passifs suivants : 01/01 : Achat de matières premières en espèce à 13 000. Facture N°10 02/01 : Retrait de la banque pour alimenter la caisse 2 000, retrait N° 5436798 03/01 : Paiement en espèce de la facture d’électricité 500. facture N° 456 04/01 Paiement du loyer des magasins de stockage 5 000, chèque N°6500 05/01 : Vente de produit finis au client MANALE à crédit 20 000, facture N°66. 06/01 Retrait par la banque de 6000 au titre du remboursement de l’emprunt dont 800 d’intérêts. Avis de crédit N° 7650 Au cours du mois de janvier 2008 l’entreprise a effectué les opérations suivantes :
    40. 40. Exercice 2 09/01 Achat d’un nouvel ordinateur pour le comptable IKRAM à 7500 par chèque. Facture N°23654 10/01 Règlement de 70 % de la dette du fournisseur LEILA par chèque N° 6532 12/01 Vente de produits finis au client CHAIMAA d’un montant de 125 000 facture N°67, 50% par chèque bancaire N°1234, 30 000 en espèce le reste dans un 3 mois. 15/01 Paiement en espèce d’une infraction commise par le coursier d’un montant de 300 pièce de caisse N°90. 19/01 Le client MANALE rembourse 30% de sa dette par chèque N°876. 23/01 Achat de timbres postaux d’un montant de 500 dh pièce de caisse N°95 28/01 Règlement de la dette CNSS par chèque N° 4532 TAF : • Passer ces opérations au journal. • Présenter le grand-livre, puis la balance au 31/01/2008

    ×