RENCONTRE-DEBAT
ITEEM 2014
	
  
	
  
DOCUMENT BEEZ&CO – LA GLOBOSPHERE 1	
  
COMPTE-RENDU 24 JANVIER 2014
PERSONNES PRESEN...
RENCONTRE-DEBAT
ITEEM 2014
	
  
	
  
DOCUMENT BEEZ&CO – LA GLOBOSPHERE 2	
  
SUJETS DE LA REUNION
Le	
   débat	
   s’organ...
RENCONTRE-DEBAT
ITEEM 2014
	
  
	
  
DOCUMENT BEEZ&CO – LA GLOBOSPHERE 3	
  
	
  
Isabelle	
  et	
  Thibault	
  rejoignent...
RENCONTRE-DEBAT
ITEEM 2014
	
  
	
  
DOCUMENT BEEZ&CO – LA GLOBOSPHERE 4	
  
	
  
	
  
	
  
Comme	
  Chris	
  l’a	
  fait	...
RENCONTRE-DEBAT
ITEEM 2014
	
  
	
  
DOCUMENT BEEZ&CO – LA GLOBOSPHERE 5	
  
	
  
	
  
	
  
Isabelle,	
  dans	
  ses	
  pr...
RENCONTRE-DEBAT
ITEEM 2014
	
  
	
  
DOCUMENT BEEZ&CO – LA GLOBOSPHERE 6	
  
	
  
	
  
	
  
Isabelle	
  aborde	
  un	
  po...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Rencontre-débat #1 Iteem / BEEZ&CO - Le compte-rendu

434 vues

Publié le

Le mouvement BEEZ&CO s'est allié avec l'Iteem dans le cadre d'une expérience pédagogique innovante. Lors de leur première discussion, des professionnels et des étudiants ont réfléchi ensemble à ce qui fait notre capacité et notre volonté à entreprendre une démarche d'innovation. Il en est ressorti une conclusion sur les meilleures pratiques à adopter pour améliorer la synergie entre innovation, adaptation et motivation.

Publié dans : Direction et management
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
434
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Rencontre-débat #1 Iteem / BEEZ&CO - Le compte-rendu

  1. 1. RENCONTRE-DEBAT ITEEM 2014     DOCUMENT BEEZ&CO – LA GLOBOSPHERE 1   COMPTE-RENDU 24 JANVIER 2014 PERSONNES PRESENTES :   CHRISTOPHE  DELABAERE   Consultant  en  management,     Delabaere  Partner       THIBAULT  GUILLAUMONT   Co-­‐fondateur   Holusion     FRANCKY  DURANT   Chef  d’entreprise   Angibaud   ISABELLE  NORMAND   Design  the  Planet   Création  de  possible     PASCAL  FOURNIER   Consultant en organisation Pôle Emploi       ERIC  ANDRE   Directeur  du  Développement  et  des  Relations  Entreprises   Ecole  Centrale  de  Lille       CHRIS  DELEPIERRE   Expert  consultant  en  RSE   MIK  Partners      
  2. 2. RENCONTRE-DEBAT ITEEM 2014     DOCUMENT BEEZ&CO – LA GLOBOSPHERE 2   SUJETS DE LA REUNION Le   débat   s’organise   autour   de   3   axes  :   l’innovation,   l’adaptation   et   la   motivation.   Ces   trois   sujets   ne   sont   pas   des   entités   à   part   mais   bien   des   domaines   qui   interagissent   ensemble.  Le  but  de  notre  discussion  est  donc  d’échanger  autour  des  expériences  des   décideurs  et  de  pouvoir  en  tirer  des  best  practices  pour  améliorer  la  synergie  entre  ces   trois  points.     L’INNOVATION NECESSITE UNE ADAPTATION C’est  Christophe  qui  fut  le  premier  à  prendre  la  parole,  déterminé,  avec  comme  idée  que   ce  qui  devait  être  le  pilier  pour  innover  était  le  client.  De  son  expérience,  trop  nombreux   sont  les  ingénieurs  qui  partent  tête  baissée  dans  leurs  idées,  qu’ils  trouvent  «  géniales  »,   sans  amener  de  réflexion  en  profondeur  sur  le   fait  qu’elles  soient  bien  adaptées  au  marché  et   répondent  à  un  besoin  réel.  Cette  approche  est   typiquement   française  :   on   veut   faire   le   meilleur  produit,  qui  ne  servira  peut-­‐être  pas,   mais   les   équipes   d’ingénieurs   veulent   créer   leur  «  merveille  ».  Au  contraire,  nos  voisins  de   Grande   Bretagne   ont,   eux,   une   approche   du   «  juste   nécessaire  ».   Peut-­‐être   trouver   une   solution  de  juste  milieu  ?           « Créer une innovation sans écouter le marché, c’est soit un coup de poker, soit une grosse erreur »
  3. 3. RENCONTRE-DEBAT ITEEM 2014     DOCUMENT BEEZ&CO – LA GLOBOSPHERE 3     Isabelle  et  Thibault  rejoignent  bien  ce  point  de  vue  orienté  client.  Si  nous  n’écoutons  pas   le  retour  des  personnes  sur  le  terrain  (que  ce  soit  le  client  lui-­‐même,  les  commerciaux…)   nous  n’avons  pas  cette  sensibilité  au  besoin.  Et  c’est  ce  besoin  qui  crée  l’innovation.  À   partir  de  là,  comme  nous  en  a  fait  part  Isabelle,  «  Tout  est  innovation  ».  Comme  exemple   nous   pouvons   citer   l’expérience   de   Thibault   chez   Siemens,   en   Chine.   Il   parle   d’amélioration   continue  :   tout   ce   qui   ne   sert   pas   au   client,   l’entreprise   peut   s’en   débarrasser.  Le  reste,  il  faut  l’améliorer.  Chaque  interaction  avec  le  client  devient  donc   une  source  d’innovation.   Pascal,  lui,  est  très  axé  sur  la  façon  de  communiquer.  Selon  lui,  si  on  ne  donne  pas  de   sens  aux  choses  que  l’on  fait,  on  a  peu  de  chance  de  motiver  à  innover  et  à  donner  envie   de  changer.  Venant  d’une  organisation  telle  que  Pôle  Emploi,  avec  une  certaine  inertie   au  changement,  voici  une  vision  de  l’innovation  très  intéressante.   ! L’innovation   prescrite  :   pour   impliquer   les   collaborateurs,   il   faut   travailler   sur   la   ligne  managériale  et  donner  des  objectifs.   ! L’innovation   des   acteurs  :   les   collaborateurs   sont     la   source   des   idées   pour   innover,   par   leurs   retours   de   leurs   expériences  sur  le  terrain.  Cette  innovation   est   dure   à   appliquer   réellement   dans   une   grande   structure   telle   que   Pôle   Emploi   (4500  acteurs).     COMMENT INDUIRE LE CHANGEMENT EN ENTREPRISE ? Le  point  de  vue  de  Francky  sur  le  changement  est  très  intéressant.  Travaillant  dans  le   milieu  du  champagne,  un  métier  de  tradition,  avec  des  processus  anciens  et  des  rituels,   adapter  les  métiers  de  la  fabrication  et  de  la  gestion  logistique  est  très  difficile.  Ce  sont   des   métiers   qui   ont   toujours   fonctionné   ainsi,   alors   pourquoi   les   changer  ?   Par   exemple,  les  dirigeants  ne  voient  pas  l’intérêt  d’installer  un  ERP.  Le  changement  arrive   aussi  par  le  fait  que  beaucoup  de  travailleurs  partent  en  retraite,  il  est  difficile  de  garder   le   savoir-­‐faire   et   les   techniques.   Aussi,   pour   savoir   comment   changer   le   métier   correctement,   il   faut   voir   comment   les   commerciaux   vivent   l’expérience   terrain   et   comment   les   clients   utilisent   les   produits.   Les   commerciaux   doivent   savoir   comment   remonter   l’information  et  faire  en  sorte  que  les  supérieurs  ne  les  filtrent  pas.  Cette   vision  rejoint  celle  de  Christophe  sur  l’importance  du  contact  avec  le  client,  et  celle  de   Pascal  sur  le  fait  qu’il  faut  donner  du  sens  aux  messages  que  l’on  veut  passer.     L’expérience  d’Éric  illustre  ces  propos  dans  un  contexte  différent,  dans  l’école  Centrale   de   Lille.   Entouré   d’ingénieurs   et   de   personnes   techniques,   lui   étant   issu   d’école   de   commerce  et  ayant  une  expérience  professionnelle  dans  le  marketing,  il  a  de  suite  été   sensible  aux  besoins  en  communication  de  l’École.  Avec  ses  différences  de  vision  par   rapport   à   ses   collaborateurs,   il   a   dû   exprimer   son   opinion   de   façon   à   sensibiliser   ses   interlocuteurs  aux  besoins  qu’il  a  sentis,  ce  qui  n’est  pas  toujours  une  tâche  aisée.   « Tout ce qui ne sert pas au client, l’entreprise peut s’en débarrasser. Le reste, il faut l’améliorer. »
  4. 4. RENCONTRE-DEBAT ITEEM 2014     DOCUMENT BEEZ&CO – LA GLOBOSPHERE 4         Comme  Chris  l’a  fait  remarquer,  le  changement  est  plus  facile  à  apporter  dans  une  petite   structure,   comme   les   Start   up.   Une   Start   up   a   besoin   d’être   agile,   afin   de   trouver   un   modèle  économique  adéquat  et  viable.  Et  cette  idée  rejoint  les  opinions  précédentes  :  il   faut  être  à  l’écoute  de  l’environnement.   Accompagner  le  changement  dans  une  entreprise  est  une  chose,  mais  dans  certains  cas,   cela  s’avère  encore  plus  difficile.  Pascal  nous  a  parlé  des  difficultés  rencontrées  lors  de  la   fusion   ANPE   et   les   Assedic.   Les   stratégies   de   communication,   de   management,   les   processus,   étaient   complétement   différents   au   sein   des   deux   entreprises.   Il   a   fallu   donner   du   sens   pour   faire   converger   ces   deux   organisations.   Il   s’agit   d’un   processus   long,   et   comme   l’a   fait   remarquer   Chris,   le   changement  est  quelque  chose  qui  se  voit  sur   le   long   terme.   Christophe,   lui,   voit   le   changement   comme   quelque   chose   de   plus   pragmatique  :  «  les  faits,  rien  que  les  faits  ».  Le   changement   s’accompagne   avec   des   méthodologies   rigoureuses,   et   tout   dépend   des   intentions  de  la  direction  et  de  sa  flexibilité.                           « Le changement doit être une évolution et pas une révolution »
  5. 5. RENCONTRE-DEBAT ITEEM 2014     DOCUMENT BEEZ&CO – LA GLOBOSPHERE 5         Isabelle,  dans  ses  propos,  nous  dit  bien  que  le   changement,   pour   qu’il   soit   bien   intégré,   doit   être  une  évolution  et  pas  une  révolution.  Il  ne   faut   pas   vouloir   avancer   trop   vite,   mais   bien   étudier  les  habitudes  des  employés,  et  essayer   de   simplifier   la   vision   des   dirigeants   (carte   culturelle,   spirale   dynamique).   Pour   innover   de   façon   continue,   il   faut   détecter   les   propagateurs.       FAUT-IL S’APPUYER SUR UN LEADER POUR CONDUIRE LE CHANGEMENT ? Nous  avons  ici  plusieurs  visions  du  leader.  Selon  Chris,  un  leader  représente  la  vision,   la   passion.   Selon   Pascal,   un   leader   apporte   une   notion   de   pouvoir,   d’influence,   et   de   leaders  négatifs.  Ces  leaders  négatifs  sont  des  points  clés  pour  Francky,  car  si  on  ne   les  écoute  pas,  on  peut  se  tromper  dans  les  décisions  que  l’on  souhaite  prendre.  Il  faut   oser  dire  qu’un  projet  ne  va  pas  marcher,    prendre  le  recul  nécessaire  pour  écouter   des  opinions  négatives  et  savoir  agir  en  conséquence.                   « Employee First Customer Second »
  6. 6. RENCONTRE-DEBAT ITEEM 2014     DOCUMENT BEEZ&CO – LA GLOBOSPHERE 6         Isabelle  aborde  un  point  de  vue  complètement  différent.  Elle  parle  de  co-­‐leadership.  Si   on  est  tous  un  peu  leader,  impliqué,  tout  devient  plus  facile  et  les  choses  avancent.  Chris   partage  cette  vision  :  dans  ce  cas  le  manager  devient  facilitateur.  Thibault  conclut  cette   discussion   par   une   phrase   très   pragmatique  :   «  Les   managers   sont   là   pour   faire   leur   boulot  de  manager  ».     LE MOT DE LA FIN, PAR LES ETUDIANTS DE L’ITEEM Nous  avons  vécu  l’organisation  de  cette  discussion  comme  un  challenge.  Contacter  des   décideurs   d’âges,   d’expériences   et   d’horizons   différents,   les   faire   se   rencontrer   et   échanger  leurs  idées,  a  été  un  travail  de  réflexion  pendant  plusieurs  séances  de  travail.     Nous  remercions  donc  ces  décideurs  d’avoir  bien  voulu  participer  à  cet  évènement,  et   d’avoir  joué  le  jeu  du  débat.  Nous  en  retenons  des  idées  très  intéressantes,  comme  les   points   sensibles   sur   lesquels   jouer   pour   innover  :   le   sens,   la   culture   de   l’entreprise,   l’environnement  et  les  employés  de  l’entreprise.  Pouvoir  confronter  nos  connaissances   théoriques   des   gourous   du   management   aux   opinions   de   professionnels   a   été   une   expérience  très  enrichissante.     Nous   remercions   aussi   BEEZ&CO,   et   principalement   Caroline   Valent,   pour   nous   avoir   permis  de  créer  ce  projet,  de  nous  avoir  ouvert  sur  «  le  business  sous  un  autre  regard  ».   Nous  sommes  sortis  de  notre  vision  étudiante,  nous  avons  pu  rencontrer  des  décideurs,   et  vivre  avec  eux  une  expérience  d’égal  à  égal.  

×