Qu’est-ce que
connaître ?
http://www.bruno-jarrosson.com/quest-ce-connaitre/
www.bruno-jarrosson.com
La gravitation : une vérité absolue ?
«	
  Il est inconcevable que la matière brute inanimée, sans
la médiation d’autre ch...
3
L’inductivisme naïf : David Hume
La connaissance fonctionne par
généralisation d’observations
particulières. À partir d’ob...
Énoncé d’un fait
futur
n’appartenant
pas à la théorie
newtonienne
Faits passés Théorie
newtonienne
Pavé
logiquement
consis...
Le problème de David Hume
Si la mécanique newtonienne est vraie
absolument, cet absolu de la vérité ne
peut pas reposer su...
Newton et le savoir ouvert
« Je ne sais ce que j’ai pu paraître
aux yeux du monde, mais selon
moi il me semble n’avoir été...
«  J e l ’ a v o u e
franchement, ce fut
l’avertissement de
David Hume qui
interrompit d’abord,
voilà bien des années,
m o...
11
Cercles de Titchener
Illusion de Ponzo
Motif de Kanizsa
Ci-contre, les cercles ont
l’air de bosses.
Une fois retournés (ci-
contre), ils ont l’air de creux.
Pourquoi ?
Il y a un dalmatien dans
l’image. Où est-il ?
Une fois qu’on a vu le
dalmatien, on ne peut plus
ne pas le voir.
22
Unité, Pluralité
Totalité, Réalité
Négation, Limitation
Inhérence et subsistance
Causalité et dépendance
Communauté
Possib...
La révolution copernicienne
L’esprit est actif dans l’élaboration de la
connaissance. La connaissance n’est pas
qu’une acc...
«  Notre entendement ne puise pas ses lois dans la nature
mais les lui prescrit. »
 « Comment un jugement synthétique a pr...
«  À cinq ans, ma marraine me
rapporta un accordéon de Moscou.
P e n d a n t p l u s i e u r s j o u r s ,
j’empoisonnai l...
30
Le paradoxe de Newcomb
B1 contient $ 1 000, B2 contient 0 ou $ 1 000 000
Choix B2 ou choix B1 + B2.
Ce que dit l’Être :...
31
Un jour que je me trouvais avec Einstein pour lire avec lui
un ouvrage qui contenait beaucoup d’objection à sa théorie
...
Karl Popper et le problème de la démarcation
Un savoir est scientifique s’il
produit des prédictions réfutables
c’est-à-di...
Tous les cygnes ne sont pas blancs
Nos certitudes ne peuvent
porter que sur le faux.
!
Il est possible de prouver
que l’af...
Conjecture et réfutation
Le scientifique doit élaborer des
conjectures, des «  hypothèses
hardies ».
Il doit tenter de réf...
« L’entendement ne
puise pas ses lois
dans la nature, mais
t e n t e – e n y
réussissant dans des
p r o p o r t i o n s
va...
Les failles de la réfutation
Tout fait est observé dans le cadre
d’une théorie.
Constater un fait suppose toujours
de post...
Évolution et révolution
L’histoire des sciences fait
apparaître une alternance de
périodes d’évolution (science
normale) e...
Évolution et révolution
L e d é v e l o p p e m e n t
normal se fait dans un
cadre donné et plus ou
moins explicite.
L a s...
Le paradigme : Thomas Kuhn
Le cadre de développement –
nommé paradigme – est
irréfutable.  Le paradigme est
irréfutable pa...
41
Le paradigme : Thomas Kuhn
La polémique scientifique ne
s ’ e x p l i q u e q u e p a r l a
concurrence entre paradigmes.
...
«  Si la science évolue, ce
n’est pas parce que les
scientifiques changent
d’avis, c’est parce que les
vieux scientifiques...
Le mouvement rétrograde des
planètes
Géocentrisme ou héliocentrisme ?
Isaac Newton
1642 - 1727
Tycho Brahé
1546 - 1601
Galileo Galilei
1564 - 1642
Johannes Kep...
Les fentes d’Young C o r p u s c u l a i r e o u
ondulatoire ? Quelle est la
v r a i e n a t u r e d e l a
lumière ?
Thoma...
Le chat de Schrödinger
Le chat est-il mort ou vivant ?
48
Peut-on normaliser la méthode ?
«  Il est bon que le lecteur se rende
compte par lui-même de la torture
endurée par les ph...
Peut-on normaliser la méthode ?
L’effort de création en science
peut aussi bien porter sur le
contenu que sur la méthode m...
« Tout est bon »
«  L’idée que la science peut, et doit,
être organisée selon des règles fixes et
universelles est à la fo...
Théorie anarchiste de la connaissance
C h a q u e d o m a i n e d e
connaissance est pertinent
dans son ordre.
C h a q u e...
- D’après les études de faisabilité, c’est tout à fait faisable,
mais d’après les études d’idiotabilité, c’est complètemen...
Le quatuor des épistémologues
Karl Popper : «  Seul a un caractère
scientifique ce qui peut être réfuté. Ce
qui n’est pas ...
Qu’est-ce que connaître ?
Thomas Kuhn
1922 - 1996
Emmanuel Kant
1724 - 1804
Paul Feyerabend
1924 - 1994
David Hume
1711 - ...
Qu’est-ce que connaître ?
Connaître, c’est induire des lois générales à
partir d’observations particulières. (David
Hume)
...
Qu'est-ce que connaître ?
Qu'est-ce que connaître ?
Qu'est-ce que connaître ?
Qu'est-ce que connaître ?
Qu'est-ce que connaître ?
Qu'est-ce que connaître ?
Qu'est-ce que connaître ?
Qu'est-ce que connaître ?
Qu'est-ce que connaître ?
Qu'est-ce que connaître ?
Qu'est-ce que connaître ?
Qu'est-ce que connaître ?
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Qu'est-ce que connaître ?

1 279 vues

Publié le

Qu'est-ce que connaître ? Comment s'établit la vérité ? Que dit à ce sujet la philosophie de la connaissance ? Comment établir le vrai ?

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 279
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
42
Actions
Partages
0
Téléchargements
22
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Qu'est-ce que connaître ?

  1. 1. Qu’est-ce que connaître ? http://www.bruno-jarrosson.com/quest-ce-connaitre/ www.bruno-jarrosson.com
  2. 2. La gravitation : une vérité absolue ? «  Il est inconcevable que la matière brute inanimée, sans la médiation d’autre chose qui ne soit pas matérielle, agisse sur une autre matière sans contact mutuel… Et c’est une des raisons pour lesquelles je désirais que vous ne m’attribussiez pas la gravitation innée. Que la gravitation soit innée, inhérente et essentielle à la matière, de sorte qu’un corps puisse agir sur un autre à distance, dans le vide, sans aucune médiation à travers et par laquelle leur action et leur force puisse passer de l’un à l’autre, c’est pour moi une si grande absurdité que je crois qu’aucun homme doué d’une faculté compétente de penser en matière de philosophie ne pourra jamais y tomber. La gravitation doit être causée par un agent agissant constamment selon certaines lois : mais quant à savoir si cet agent est matériel ou immatériel, je laisse cela au jugement des mes lecteurs. » Isaac Newton, Lettre à Richard Bentley
  3. 3. 3
  4. 4. L’inductivisme naïf : David Hume La connaissance fonctionne par généralisation d’observations particulières. À partir d’observations répétées on induit une loi générale. Il existe un principe d’induction qui permet d’induire le général à partir du particulier. Ce principe d’induction est une disposition naturelle de l’esprit humain qui n’a pas de justification logique. La connaissance résulte de l’association du principe d’induction et de l’observation. David Hume 1711 – 1776
  5. 5. Énoncé d’un fait futur n’appartenant pas à la théorie newtonienne Faits passés Théorie newtonienne Pavé logiquement consistant Pavé logiquement contradictoire Le problème de David Hume
  6. 6. Le problème de David Hume Si la mécanique newtonienne est vraie absolument, cet absolu de la vérité ne peut pas reposer sur les faits uniquement. Des faits ne peuvent jamais être logiquement contradictoires entre eux. Une théorie qui serait logiquement équivalente à un ensemble d’énoncés de faits ne pourrait donc pas être contradictoire avec un autre énoncé de fait. L’existence d’une contradiction suppose donc que l’on ait adjoint aux f a i t s u n e a u t r e s o u r c e d e connaissance.
  7. 7. Newton et le savoir ouvert « Je ne sais ce que j’ai pu paraître aux yeux du monde, mais selon moi il me semble n’avoir été qu’un enfant jouant sur la grève, heureux d’avoir trouvé, par chance, un plus beau coquillage ou un galet plus lisse, alors que le grand océan de la vérité demeure encore inconnu devant moi. » Isaac Newton ! « Si j'ai vu si loin, c'est que j’étais un nain monté sur des épaules de géants. »
  8. 8. «  J e l ’ a v o u e franchement, ce fut l’avertissement de David Hume qui interrompit d’abord, voilà bien des années, m o n s o m m e i l dogmatique. » !   «  N o u s n e connaissons a priori des choses que ce que nous y mettons nous- mêmes. »  
  9. 9. 11
  10. 10. Cercles de Titchener
  11. 11. Illusion de Ponzo
  12. 12. Motif de Kanizsa
  13. 13. Ci-contre, les cercles ont l’air de bosses. Une fois retournés (ci- contre), ils ont l’air de creux. Pourquoi ?
  14. 14. Il y a un dalmatien dans l’image. Où est-il ?
  15. 15. Une fois qu’on a vu le dalmatien, on ne peut plus ne pas le voir.
  16. 16. 22
  17. 17. Unité, Pluralité Totalité, Réalité Négation, Limitation Inhérence et subsistance Causalité et dépendance Communauté Possibilité / impossibilité Existence / non-existence Nécessité / contingence Catégories a priori de l’entendement Formes a priori de la sensibilité Temps Espace Jugement synthétique Sensation assimilée Sensation La révolution copernicienne
  18. 18. La révolution copernicienne L’esprit est actif dans l’élaboration de la connaissance. La connaissance n’est pas qu’une accumulation de sensations. Nous passons de la sensation à la sensation assimilée par un processus d’assimilation qui fait intervenir deux formes a priori de la sensibilité que sont le temps et l’espace. Nous passons de la sensation assimilée au jugement en faisant intervenir les catégories a priori de l’entendement. Connaître consiste donc à projeter sur les sensations venues de la nature les catégories a priori de notre entendement. La « source cachée » de connaissance est donc l’entendement humain avec ses catégories a priori. Emmanuel Kant 1724 - 1804
  19. 19. «  Notre entendement ne puise pas ses lois dans la nature mais les lui prescrit. »  « Comment un jugement synthétique a priori est-il possible ? » Emmanuel Kant  
  20. 20. «  À cinq ans, ma marraine me rapporta un accordéon de Moscou. P e n d a n t p l u s i e u r s j o u r s , j’empoisonnai l’existence de ma famille par mes exercices musicaux. Par bonheur, je m’en lassai rapidement. Je m’armai de ciseaux, m’isolai et découpai l’instrument en morceaux pour en percer le secret. Mais il n’y avait rien à trouver. Ma mère ne me punit pas pour avoir détérioré un objet de valeur. Elle se contenta de me dire des paroles qui se gravèrent pour toujours dans ma mémoire : c’est avant tout dans notre propre tête que les secrets doivent être cherchés. » Alexandre Zinoviev
  21. 21. 30 Le paradoxe de Newcomb B1 contient $ 1 000, B2 contient 0 ou $ 1 000 000 Choix B2 ou choix B1 + B2. Ce que dit l’Être : • Si choix B1 : alors gain de $ 1 000 000 • Si choix B1 + B2 : alors gain de $ 1 000
  22. 22. 31 Un jour que je me trouvais avec Einstein pour lire avec lui un ouvrage qui contenait beaucoup d’objection à sa théorie […], il interrompit soudainement la discussion du livre, alla saisir un télégramme sur le rebord de la fenêtre, et me le tendit avec ces mots : «  Tenez, voilà qui vous intéressera peut-être. » C’était le câble d’Eddington avec les résultats de mesure de l’expédition de l’éclipse (1919). Comme je donnais libre cours à ma joie de voir les résultats coïncider avec ses calculs, il dit tout à fait calmement : «  Mais je savais que la théorie est correcte.  » Et quand je lui demandai ce qui se serait passé s’il n’y avait pas eu confirmation de sa prédiction, il répliqua : «  Eh bien, j’aurais regretté pour le Bon Dieu. La théorie est correcte. »  
  23. 23. Karl Popper et le problème de la démarcation Un savoir est scientifique s’il produit des prédictions réfutables c’est-à-dire des prédictions qui peuvent être mises en échec par l’expérience. Il existe des prédictions réfutables et des prédictions non-réfutables. La réfutabilité lie la théorie à l’observation. La démarcation entre savoir scientifique et savoir non- scientifique est nette. Le savoir scientifique est d’une nature différente des autres savoirs. Karl Popper 1902 – 1994
  24. 24. Tous les cygnes ne sont pas blancs Nos certitudes ne peuvent porter que sur le faux. ! Il est possible de prouver que l’affirmation «  tous les cygnes sont blancs  » e s t f a u s s e p a r l’observation d’un cygne n o i r , m a i s i l e s t impossible de prouver que cette affirmation est vraie même si l’on n’observe que des cygnes blancs.
  25. 25. Conjecture et réfutation Le scientifique doit élaborer des conjectures, des «  hypothèses hardies ». Il doit tenter de réfuter ces hypothèses par des expériences car seule la réfutation peut a p p o r t e r l a c e r t i t u d e . L a connaissance scientifique se définit donc comme un ensemble de conjectures non réfutées. En plaçant la réfutation – le fait – au cœur de la connaissance, Karl Popper signe le retour du réalisme contre l’idéalisme kantien.
  26. 26. « L’entendement ne puise pas ses lois dans la nature, mais t e n t e – e n y réussissant dans des p r o p o r t i o n s variables – de lui prescrire des lois librement inventées par lui. » Karl Popper
  27. 27. Les failles de la réfutation Tout fait est observé dans le cadre d’une théorie. Constater un fait suppose toujours de postuler l’exactitude de certaines théories. Il n’y a pas de fait en soi. Les théories impliquées dans l’élaboration du fait ne sont pas f o r c é m e n t e x p l i c i t e s e t conscientes. On ne peut donc pas savoir quelle théorie est réfutée par un fait. La réfutation ne peut donc pas rétablir, même de façon négative, l’objectivité de la connaissance.
  28. 28. Évolution et révolution L’histoire des sciences fait apparaître une alternance de périodes d’évolution (science normale) et de périodes de r é v o l u t i o n ( s c i e n c e révolutionnaire). ! L’existence de polémiques scientifiques montre que les faits ne permettent pas toujours de trancher entre les théories. La polémique réfute la réfutation.
  29. 29. Évolution et révolution L e d é v e l o p p e m e n t normal se fait dans un cadre donné et plus ou moins explicite. L a s c i e n c e r é v o l u t i o n n a i r e correspond à une remise en question de ce cadre. Le développement de la science fait interagir des faits et des cadres de pensée.
  30. 30. Le paradigme : Thomas Kuhn Le cadre de développement – nommé paradigme – est irréfutable.  Le paradigme est irréfutable par décision méthodologique. ! Le paradigme conditionne la lecture des faits, ce qui est scandaleux du point de vue de l’objectivité. On change des faits avec des paradigmes pas des paradigmes avec des faits. Thomas Kuhn 1922 – 1996
  31. 31. 41
  32. 32. Le paradigme : Thomas Kuhn La polémique scientifique ne s ’ e x p l i q u e q u e p a r l a concurrence entre paradigmes. Elle n’est donc pas résolue par les faits. La science normale est le développement du paradigme. Elle développe un mécanisme de défense – l’hypothèse ad hoc – e t e n c o u r t u n r i s q u e d’épuisement. La science révolutionnaire renverse le paradigme dominant, profitant de son épuisement.
  33. 33. «  Si la science évolue, ce n’est pas parce que les scientifiques changent d’avis, c’est parce que les vieux scientifiques meurent a v a n t l e s j e u n e s scientifiques. » Max Planck
  34. 34. Le mouvement rétrograde des planètes
  35. 35. Géocentrisme ou héliocentrisme ? Isaac Newton 1642 - 1727 Tycho Brahé 1546 - 1601 Galileo Galilei 1564 - 1642 Johannes Kepler 1571 - 1630 Nicolas Copernic 1473 - 1543
  36. 36. Les fentes d’Young C o r p u s c u l a i r e o u ondulatoire ? Quelle est la v r a i e n a t u r e d e l a lumière ? Thomas Young 1773 – 1829
  37. 37. Le chat de Schrödinger Le chat est-il mort ou vivant ?
  38. 38. 48
  39. 39. Peut-on normaliser la méthode ? «  Il est bon que le lecteur se rende compte par lui-même de la torture endurée par les physiciens de cette époque. Ils ne pouvaient faire autrement que de la supporter bon gré mal gré et erraient, çà et là, la mine sombre, disant d'une voix triste et plaintive que les lundis, mercredis et vendredis il leur fallait considérer la lumière comme une onde, et les mardis, jeudis et samedis comme une particule. Les dimanches, tout simplement ils priaient. » Banesh Hoffmann, L'Étrange histoire des quanta
  40. 40. Peut-on normaliser la méthode ? L’effort de création en science peut aussi bien porter sur le contenu que sur la méthode mise en œuvre pour créer. L’histoire des sciences montre que des innovations de méthode ont débouché sur des innovations de contenu (cf. Galilée et la mesure, l’ordinateur et la théorie du chaos). La méthode et le contenu n ’ é vo l u e n t p a s d e f a ç o n indépendante. L’épistémologie doit céder la place à l’anarchisme. Paul Feyerabend 1924 – 1994
  41. 41. « Tout est bon » «  L’idée que la science peut, et doit, être organisée selon des règles fixes et universelles est à la fois utopique et pernicieuse. » ! «  Le positivisme prékuhnien était resté infantile, mais relativement clair (cela inclut Popper qui n’est qu’une petite bouffée de vapeur au-dessus de la tasse de thé positiviste). Le positivisme postkuhnien est resté infantile – mais il est en plus très peu clair. »
  42. 42. Théorie anarchiste de la connaissance C h a q u e d o m a i n e d e connaissance est pertinent dans son ordre. C h a q u e d o m a i n e d e connaissance a ses propres règles méthodologiques. Une connaissance ne peut être jugée qu’à partir des règles méthodologiques qui lui sont propres. La science n’est pas supérieure a u x a u t r e s f o r m e s d e connaissance.
  43. 43. - D’après les études de faisabilité, c’est tout à fait faisable, mais d’après les études d’idiotabilité, c’est complètement idiot.
  44. 44. Le quatuor des épistémologues Karl Popper : «  Seul a un caractère scientifique ce qui peut être réfuté. Ce qui n’est pas réfutable relève de la magie ou de la mystique. » Thomas Kuhn : «  Toute théorie scientifique contient un cœur que l’on ne peut remettre en question sans renoncer à la théorie elle-même. » Imre Lakatos : « En science, on trouve d’abord et on cherche ensuite. Il n’y a pas de fait en soi mais des faits observés. » Paul Feyerabend : «  L’idée que la science peut et doit être organisée selon des règles fixes et universelles est utopique et pernicieuse. »
  45. 45. Qu’est-ce que connaître ? Thomas Kuhn 1922 - 1996 Emmanuel Kant 1724 - 1804 Paul Feyerabend 1924 - 1994 David Hume 1711 - 1776 Karl Popper 1902 - 1994
  46. 46. Qu’est-ce que connaître ? Connaître, c’est induire des lois générales à partir d’observations particulières. (David Hume) Connaître, c’est projeter sur la nature les catégories a priori de notre entendement. (Emmanuel Kant) Connaître, c’est tenter de réfuter par des faits des conjectures librement inventées par notre esprit. (Karl Popper) C o n n a î t r e , c ’ e s t d é c i d e r méthodologiquement que nos paradigmes sont irréfutables. (Thomas Kuhn) Connaître, c’est dépasser les règles méthodologiques fixes de connaissance. (Paul Feyerabend)

×