Rapport d'activité 2013 - BNP Paribas Cardif

4 043 vues

Publié le

Rapport d'activité 2013 - BNP Paribas Cardif - plus d'informations sur bnpparibascardif.com

Publié dans : Business
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
4 043
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 060
Actions
Partages
0
Téléchargements
13
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Rapport d'activité 2013 - BNP Paribas Cardif

  1. 1. Expérience partagée RAPPORT D‘ACTIVITÉ 2013
  2. 2. OFFRESDIVERSIFIÉES DISTRIBUTIONMULTICANAL ENTREPRISERESPONSABLE SYNTHÈSEFINANCIÈRE 15 >17 18 >19 20 >21 22>33 Le partenariat constitue le fondement du modèle et de la culture de BNP Paribas Cardif. Concepteur de produits et de services en épargne et en protection, l’entreprise s’appuie sur un réseau de partenaires pour en assurer la distribution. Avec eux, dans une relation de confiance mutuelle, nous faisons évoluer notre approche en permanence pour concevoir des offres affinitaires, adaptées aux besoins des clients. Nous apprenons de nos partenaires, et vice versa. C’est cela, l’expérience partagée que nous avons voulu valoriser dans notre rapport d’activité 2013. ÉDITION : DIRECTION DE LA COMMUNICATION BNP PARIBAS CARDIF • CRÉDITS PHOTO : JEAN CHISCANO, GALLERYSTOCK • ILLUSTRATIONS : CÉDRIC AUDINOT, GETTYIMAGES, PUBLICORP DR • CONCEPTION, RÉALISATION : • 12802 • 01 55 76 11 11 – CONTACT@PUBLICORP.FR • FABRICATION, IMPRESSION : MEDIAN IMPRESSION – 01 69 31 92 92 • IMPRESSION SUR UN PAPIER DONT 100 % DES FIBRES SONT ISSUES DE FORÊTS GÉRÉES SELON LES PRINCIPES DU DÉVELOPPEMENT DURABLE – CERTIFICATION PEFC (PAN-EUROPEAN FOREST CERTIFICATION). ENTREPRISEGLOBALE PARTENAIRESMULTISECTEURS 6>8 9>14 2>3 SOMMAIRE
  3. 3. “ LES INDICATEURS SONT POSITIFS, ET CONFIRMENT NOS ORIENTATIONS STRATÉGIQUES ” C’est le fruit de quarante années d’expérience : nos choix stratégiques sont pertinents et notre modèle économique est solide. L’exercice qui vient de se clôturer en est une belle illustration. En 2013, l’entreprise a atteint 25,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires, en hausse de 4 % par rapport à 2012, nous confortant ainsi dans nos orientations stratégiques et de développement, à savoir l’internationalisation et la diversification. Grâce à un modèle économique basé sur la diversification de nos activités, qu’elle soit liée aux zones géographiques, aux partenaires ou aux produits, nous pouvons regarder l’avenir avec confiance. La diversification et l’internationalisation sont nos deux vecteurs de croissance BNP Paribas Cardif réalise près de 60 % de son chiffre d’affaires à l’international, ce qui constitue un relais de croissance majeur pour nous, et nous PIERRE DE VILLENEUVE PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL 1 VIRGINIE KORNILOFF DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT, RESPONSABLE DES MARCHÉS DOMESTIQUES 2 PIERRE DE VILLENEUVE PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL 3 RENAUD DUMORA DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT, RESPONSABLE FINANCE, RISQUES & JURIDIQUE 4 STANISLAS CHEVALET DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT, RESPONSABLE DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA TRANSFORMATION 5 JEAN-BERTRAND LAROCHE DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT, RESPONSABLE DES MARCHÉS INTERNATIONAUX 1 2 43 5
  4. 4. 1 PIERREDEVILLENEUVE PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL 2 STANISLASCHEVALET DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT, RESPONSABLE DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA TRANSFORMATION 3 RENAUD DUMORA DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT, RESPONSABLE FINANCE, RISQUES JURIDIQUE 4 VIRGINIE KORNILOFF DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT, RESPONSABLE DES MARCHÉS DOMESTIQUES 5 JEAN-BERTRAND LAROCHE DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT, RESPONSABLE DES MARCHÉS INTERNATIONAUX 6 GÉRARD BINET DÉLÉGUÉ GÉNÉRAL 7 OLIVIER CORTÈS RESPONSABLE EFFICACITÉ TECHNOLOGIE OPÉRATIONS 8 JACQUES FAVEYROL DIRECTEUR DE L’ACTUARIAT 9 ISABELLA FUMAGALLI RESPONSABLE DE L’ITALIE 10 XAVIER GUILMINEAU RESPONSABLE DE L’ASIE 11 OLIVIER HÉREIL DIRECTEUR DES GESTIONS D’ACTIFS 12 LAURENCE HONTARRÈDE RESPONSABLE STRATÉGIE CLIENT ET MARKETING 13 SOPHIE JOYAT DIRECTRICE DES RESSOURCES HUMAINES 14 FRANCISCO VALENZUELA RESPONSABLE DE L’AMÉRIQUE LATINE COMITÉ EXÉCUTIF Retrouvez l’interview vidéo de Pierre de Villeneuve différencie de nos concurrents. BNP Paribas Cardif, aujourd’hui 11e assureur vie européen* dispose d’activités géographiquement diversifiées. En Asie, où le chiffre d’affaires s’élève à 3,6 milliards d’euros, BNP Paribas Cardif a poursuivi sa progression, prenant pied notamment sur le marché chinois de l’assurance vie. En Amérique latine, où notre activité est basée sur la protection, l’entreprise a connu un développement rapide, tiré par les pays à forte croissance, comme le Brésil ou la Colombie. Pour atteindre finalement un chiffre d’affaires sur cette zone de 1,3 milliard d’euros en prévoyance. En tant qu’assureur, il convient d’être fort sur les métiers que nous avons choisi d’exercer Grâce au profil international de l’entreprise, nous allons privilégier la croissance interne dont le rythme est soutenu dans chacun des pays où nous sommes présents. Dans un environnement de plus en plus volatil, qui réclame un grand professionnalisme et une très forte réactivité, les assureurs doivent se concentrer sur quelques métiers, en s’alliant avec des opérateurs complémentaires à leur savoir-faire. Cette stratégie qui correspond à celle menée par BNP Paribas Cardif semble de plus en plus partagée par les acteurs du marché. En 2014 et à l’avenir, BNP Paribas Cardif continuera à œuvrer autour de trois grands axes : le développement de sa gamme de produits, la diversification géographique et de distribution dans un cadre de digitalisation accrue, et la proposition d’offres et de services adaptés aux nouvelles attentes de nos clients. Avec toujours le même objectif en ligne de mire : être la référence mondiale en partenariats d’assurance, et le leader des solutions d’assurance pour les personnes. Nos partenaires nous donnent les clés pour toujours innover Avec chacun de nos 500 partenaires, nous construisons une relation de long terme, adaptée à leur secteur, à leurs marchés et à leurs cibles de clientèle. Nous travaillons avec eux dans un esprit de co-pilotage, au service de notre objectif commun : la satisfaction des clients finaux. C’est ainsi que nous leur proposons des axes de développement de leur activité, et également des pistes d’amélioration des produits et services proposés aux clients, afin de répondre aux nouvelles attentes qui s’expriment en permanence. * Source : L’Argus de l’assurance, classement en Europe par le chiffre d’affaires (Top 20 Europe, résultats 2012). ÉDITORIAL 45
  5. 5. ÉPARGNE BNP Paribas Cardif propose différentes solutions d‘épargne (contrats d‘assurance vie multisupport, produits à capital garanti, unités de compte, fonds diversifié, etc.) pour constituer et faire fructifier un capital, préparer sa retraite et protéger ses proches. PROTECTION Comptant parmi les leaders en assurance des emprunteurs (ADE), BNP Paribas Cardif a élargi son offre en protection avec de nouveaux produits. Elle couvre des besoins aussi variés que l’assurance santé, le chômage, la protection du budget, des revenus, des moyens de paiement, l’extension de garantie et le dommage. CHIFFRED‘AFFAIRES PRODUITNET BANCAIRE RÉSULTATNET AVANTIMPÔT 2,1 1,2MILLIARDSD‘EUROS MILLIARDD‘EUROS 25,3MILLIARDSD‘EUROS COLLABORATEURS* * Effectif des entités juridiques contrôlées par bnp Paribas Cardif : près de 8 000 collaborateurs. STRUCTURESJURIDIQUES DEUXACTIVITÉSMAJEURESDANS37PAYS CARDIF-ASSURANCES RISQUESDIVERS CARDIF ASSURANCEVIE FILIALES INTERNATIONALES BNPPARIBASCARDIF 178 10 000MILLIARDSD‘EUROS ACTIFSGÉRÉS EFFECTIF #CHIFFRESCLES_BNPPARIBASCARDIF
  6. 6. CONCEVOIRDES OFFRES LOCALES PRÉSENT DANS 37 PAYS, BNP PARIBAS CARDIF ADAPTE SES OFFRES AUX BESOINS DES CLIENTS LOCAUX, AVEC SES PARTENAIRES, EN PRENANT EN COMPTE L’ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE ET CULTUREL DE CHAQUE MARCHÉ. Au Japon, les clients ayant souscrit un prêt immobilier peuvent se prémunir contre le risque de cancer. Une assurance que BNP Paribas Cardif commercialise au sein des agences bancaires de ses partenaires. Les assurés ont la possibilité de recevoir la totalité de l’indem­nisation en une fois, en cas de diagnostic de la maladie. Au Chili, depuis 2013, une assurance couvrant lesaccidentspersonnels (en cas de blessures corporelles ou de décès) est obligatoire pour tous les propriétaires de véhicules. Pour souscrire à l’offre SOAP* de BNP Paribas Cardif, une signature électronique suffit : le contrat est validé et consul- table en ligne par l’assuré ou les institutions qui le souhaitent. * Seguro Obligatorio de Accidentes Personales. EnFrance, la compa- gnie lance un produit d’épargne haut de gamme innovant : Cardif Élite, une assurance vie individuelle person- nalisée, pour la clientèle patrimo- niale. L’une de ses particularités : pouvoir combiner des mandats de gestions via différents courtiers partenaires. S’y ajoute l’accès à plusieurs centaines d’OPCVM et actions, disponibles sur douze indices boursiers internationaux. ASIE AMÉRIQUE LATINE EUROPE 14,7MILLIARDSD’EUROS DE CHIFFRE D’AFFAIRES À L’INTERNATIONAL, EN HAUSSE DE 8 % 58%DU CHIFFRE D’AFFAIRES RÉALISÉ À L’INTERNATIONAL 67 ENTREPRISE GLOBALE
  7. 7. Quel que soit le type d’assurance recherché, BNP Paribas Cardif adapte ses offres selon le contexte du marché local, les profils et besoins spécifiques des clients. Par exemple, en Corée du Sud, où la protection contre les maladies redoutées comme le cancer est une assurance très demandée, BNP Paribas Cardif propose une souscription via Internet, le canal d’achat privilégié par les Coréens. De la même manière, en Europe continentale, le télémarketing, canal de distribution très répandu, a permis de réaliser 20 % du chiffre d’affaires. Autre exemple d’adéquation aux besoins locaux : en Amérique latine, BNP Paribas Cardif a lancé une souscription 100 % en ligne pour la couverture individuelle auto obligatoire. En Corée du Sud, les épargnants ont une réelle appétence pour les produits structurés (Equity Linked Securities ou ELS), qui offrent une couverture contre certains risques au travers d’actifs relativement stables, à courte échéance. Des place- ments innovants, proposés par BNP Paribas Cardif, et qui ont connu un grand succès depuis leur introduction il y a dix ans. Au Mexique, garantir la stabilité financière de la famille, c’est pouvoir protéger les événements importants qui surviennent tout au long d’une vie (mariage, naissance/ adoption d’un enfant, déménage- ment, décès…). Avec son offre Life Events, BNP Paribas Cardif accompagne l’assuré à chaque moment de sa vie. En Espagne, BNP Paribas Cardif lance avec son partenaire FGA Capital et la société de courtage CBP, l’offre Leave your keys permettant à l’assuré de restituer son véhicule en cas d’événement imprévu (naissance multiple, maladie, invalidité, chômage…) tout en se dégageant du prêt ou de la loca- tion longue durée (LLD), avec une garantie de reprise du véhicule équivalente à la valeur de marché. ASIE AMÉRIQUE LATINE EUROPE 10,6MILLIARDSD’EUROS DE CHIFFRE D’AFFAIRES EN FRANCE 42%DU CHIFFRE D’AFFAIRES RÉALISÉ EN FRANCE #ENTREPRISEGLOBALE_BNPPARIBASCARDIF
  8. 8. AMÉRIQUE LATINE EUROPE ASIE LE BRÉSIL, TROISIÈME PAYS CONTRIBUTEUR EN PROTECTION AU SEIN DE BNP PARIBAS CARDIF, a tiré l’activité du continent, grâce notamment à d’excellents résultats en ADE associée au crédit auto. L’autre fait marquant aura été la souscription 100 % en ligne lancée par BNP Paribas Cardif au Chili, en Colombie et au Pérou, pour les produits SOAT(1) et SOAP(2) , la couverture individuelle auto obligatoire. Parmi les partenariats embléma- tiques noués en 2013, un contrat long terme (5 ans) pour la distribu- tion de produits d’assurance vie et non vie signé avec Caja Los Andes, un fonds de compensation pour allocations familiales fondé par la Chambre de la construction chilienne. Au Pérou, une nouvelle offre de protection contre le cancer a été lancée pour rembourser les frais médicaux et offrir une aide sociale. À signaler également, en Argentine, un nouvel accord en ADE avec un partenaire historique, la banque Supervielle. (1) Seguro Obligatorio de Accidentes de Tránsito. (2) Seguro Obligatorio de Accidentes Personales. LA FRANCE RESTE LE PREMIER MARCHÉ DE BNP PARIBAS CARDIF avec un chiffre d’affaires de 10,6 milliards d’euros. Dans un environ­nement régle- mentaire instable et marqué par l’incer- titude fiscale autour de l’épargne, on note une proportion élevée de contrats en unités de compte. Par ailleurs, en assurance de personnes, BNP Paribas Cardif occupe la quatrième place sur le marché français (3) . En 2013, l’Italie a connu de très bons résultats (+ 48 % pour son chiffre d’affaires), grâce notam- ment au réinvestissement de contrats d’assurance vie arrivés à échéance. 2013 s’est achevée sur un regain d’optimisme dans la plupart des pays d’Europe continentale (Allemagne, Péninsule ibérique, Europe centrale), spécialement en Espagne. Fait marquant de la zone, BNP Paribas Cardif a vu l’émergence d’un secteur très promet- teur pour les offres de protection : les producteurs et fournisseurs d’eau et d’énergie (gaz, électricité), secteur en pleine libéralisation. Ainsi, en République tchèque, des contrats ont été passés avec des partenaires comme E.ON. Côté grande distribution, la coopération a été renforcée avec Carrefour, pour développer des offres autres que l’ADE. (3) Source : L’Argus de l’assurance, classement en France par le chiffre d’affaires (Top 20 France, résultats 2012). APRÈS L’EUROPE ET L’AMÉRIQUE LATINE, LA BANCASSURANCE A GAGNÉ EN POPULARITÉ EN ASIE. Les consommateurs ont eu recours aux nouveaux modes d’acquisition proposés par BNP Paribas Cardif, via les sociétés de grande distribution et internet, très prisés sur le continent. Côté épargne, des taux d’intérêt très bas et l’aversion au risque des investis- seurs ont diminué l’attractivité des unités de compte, sans empêcher BNP Paribas Cardif d’obtenir de bons résultats, notamment avec les placements ELS en Corée du Sud. En 2013, on retiendra au Japon le nouveau produit de protection épargne lancé avec la Sumitomo Mitsui Trust Bank et, en Corée, les alliances nouées avec Hana Bank et Kookmin Bank. À Taïwan, la joint-venture avec TCoB a permis à BNP Paribas Cardif de rester leader en épargne et en ADE, tandis qu’en Thaïlande le télémarketing a porté l’activité (+ 70 %). L’accord de co-entreprise signé en juillet 2013 avec Bank of Beijing est prometteur : en effet, d’ici à 2020, la Chine devrait être le deuxième marché mondial du secteur de l’assurance. En Inde, malgré de nombreux changements réglementaires, l’entreprise a su conserver sa part de marché, en affichant même une crois- sance supérieure à ce dernier. 1,3Md€dechiffred‘affaires enprotection 20,4Md€dechiffred‘affaires enépargneetprotection, dont10,6Md€ENFRANCE 3,6Md€dechiffred‘affaires enépargneetprotection 89 ENTREPRISE GLOBALE
  9. 9. DESRÉPONSES POURCHACUN BNP PARIBAS CARDIF TRAVAILLE EN ÉTROITE COLLABORATION AVEC PRÈS DE 500 PARTENAIRES. BANQUES, ORGANISMES DE CRÉDIT, CAPTIVES DE CONSTRUCTEURS AUTOMOBILES, DISTRIBUTEURS, OPÉRATEURS TÉLÉCOMS, FOURNISSEURS D’ÉNERGIE ET COURTIERS SONT LES PRINCIPAUX ACTEURS AVEC LESQUELS NOUS CONCEVONS DES PRODUITS ET DES SERVICES ENCORE PLUS EN PHASE AVEC LES ATTENTES DES CLIENTS D’AUJOURD’HUI. PARTENAIRES MULTISECTEURS
  10. 10. UNEAPPROCHEDUPARTENARIAT FONDÉESURLACO-EXPERTISE ENDISTRIBUTIOND’ASSURANCE LAPHILOSOPHIEQUI SOUS-TENDL’APPROCHE PARTENARIALEDE BNPPARIBASCARDIF REPOSESURQUATRE PILIERS :DESLIENS PLUSÉTROITSAVECNOS PARTENAIRES ;DES BOUQUETSDESERVICES DIVERSIFIÉS ;DESCLIENTS MIEUXCOMPRISETMIEUX SERVIS ;UNEDISTRIBUTION MULTICANALMAÎTRISÉE. EN CO-CONSTRUISANT SES OFFRES D’ASSURANCE AVEC SES PARTENAIRES, BNP PARIBAS CARDIF INNOVE, et opère sa transition d’un métier, historiquement centré sur l’ADE, vers une palette diversifiée de services d‘assu- rance. L’idée : s’appuyer sur la capacité de distribution et d’animation d’un partenaire pour mieux « loger » des offres d’assurance dans son process de vente. La nouvelle approche partenariale orchestrée ainsi par BNP Paribas Cardif permet de mieux comprendre les fac- teurs clés de succès (attentes clients, canaux privilégiés…) et d’identifier les opportunités de vente de produits d’assurance dans un environnement en pleine mutation, tous secteurs confondus. GÉNÉRER DE NOUVELLES IDÉES, PUIS LES VALIDER Co-construire avec un partenaire, c’est innover avec lui pour faire évoluer les produits existants. Ou en imaginer de nouveaux, comme dans le chantier engagé en 2013 par l’entreprise autour de ses offres ADE, pour adapter chacune d’entre elles aux différents univers concernés : constructeurs automobiles, grandes enseignes de distribution… Selon le degré de proximité noué avec le partenaire, générer de nouvelles idées permet d’étudier la faisabilité et l’intérêt d’une offre attractive pour toutes les parties prenantes : assureur, distributeur partenaire, client final. Autant d’atouts pour co-piloter ensuite une offre d’assurance à même de satisfaire son partenaire en garantissant, d’une part, de la valeur ajoutée au canal de distribution concerné et, d’autre part, de réels bénéfices au consommateur final. MOBILISER LES BONNES EXPERTISES Garant de la relation partenariale, BNP Paribas Cardif a une vocation d’« ensemblier », autrement dit de chef d’orchestre à même de répondre aux divers besoins exprimés par ses partenaires. Ainsi, tout au long de la chaîne de valeur aboutissant à l’offre d’assurance, BNP Paribas Cardif fait appel à des spécialistes (de l’assistance, du télémarketing…) pour mieux concevoir une offre sur mesure, qui satisfera à la fois le partenaire et son client. Pendant le processus d’élaboration, BNP Paribas Cardif conserve la maîtrise de la relation globale, assurant le pilotage des innovations et l’animation des acteurs en présence, pour livrer le produit assemblé à son partenaire. DANS UN ESPRIT DE CO-CONSTRUCTION, BNP PARIBAS CARDIF PARTAGE LES FACTEURS CLÉS DE SUCCÈS IDENTIFIÉS AUTOUR DES ATTENTES CLIENTS EN MATIÈRE D’ASSURANCE. 1011 PARTENAIRES MULTISECTEURS
  11. 11. DESOFFRESADAPTÉES,VIALEMEILLEURCANAL LESINSTITUTIONSFINANCIÈRESDOIVENTRELEVERPLUSIEURSDÉFIS POURMAINTENIRETDÉVELOPPERLEURPORTEFEUILLEDECLIENTS. SI LE RENFORCEMENT DES CONTRAINTES RÉGLEMENTAIRES PEUT ENGENDRER UNE BAISSE DES NIVEAUX DE RENTABILITÉ, l’apparition de nouvelles habitudes de consommation liées au digital est une véritable opportunité pour les banques et sociétés de crédit à la consommation. BNP Paribas Cardif travaille aux côtés de ses parte- naires financiers pour les aider à mieux répondre aux attentes de leurs clients, tant sur les solutions propo- sées que sur les canaux de distribution qui leur sont offerts. Principal objectif : augmenter le taux d’équipe- ment sur la base de leur clientèle existante, en identi- fiant les moments les plus propices pour proposer une offre adaptée, via le meilleur canal. Ainsi, en 2013, BNP Paribas Cardif a travaillé avec plusieurs de ses partenaires sur la refonte de parcours clients : les banques Grupo Aval (Colombie) et Erste Group (Europe centrale) appliquent désormais ce type d’approche pour être plus en phase avec les évolutions des habi- tudes de consommation de leurs clients. En Asie, le développement s’est poursuivi en travaillant à la création d’offres clients innovantes dans le cadre des différentes joint-ventures nouées avec de grandes banques locales : TCoB à Taïwan, Shinhan Bank en Corée du Sud, SBI en Inde, Vietcombank au Vietnam et, très bientôt, Bank of Beijing en Chine. BANQUESETINSTITUTIONSFINANCIÈRES Notre partenariat avec BNP Paribas Cardif a débuté en avril 2006, avec l’assurance de crédit immobilier et la couverture cancer. Depuis leur lancement, ces offres ont contribué considérablement à nos activi- tés et nous ont permis de nous démarquer de nos concurrents. Sur la base de cette relation, en 2007, nous avons élargi la distribution d’assurance de crédit immobilier par l’intermédiaire de notre société SBI Sumishin Net Bank. En 2013, pour renforcer les synergies entre les activités banque et assurance, nous avons lancé un produit innovant pour les porte- feuilles d’investissement avec gestion sous mandat, associé à une couverture cancer et soins pour la première fois dans l’histoire du secteur. Puisque santé et argent sont devenus des préoccupations majeures de nos clients, ce produit correspond parfaitement à leurs besoins. En outre, il contribue de manière significative tant au développement de nos portefeuilles d’investissement avec gestion sous mandat, qu’à notre activité de banque de détail. Il nous offre une excellente opportunité de nous entretenir avec nos clients sur un large éventail de sujets (famille, patrimoine…), ce qui nous permet d’offrir des produits financiers complémentaires. Avec ce partenariat, nous avons l’ambition de devenir un leader du secteur de la bancassurance au Japon en tirant pleinement profit de l’expertise de BNP Paribas Cardif. Ensemble, nous allons devenir un leader du secteur de la bancassurance au Japon TERUKI IDO DIRECTEUR DE LA PROMOTION DES PRODUITS D’INVESTISSEMENT, SUMITOMO MITSUI TRUST BANK #PARTENAIRESMULTISECTEURS_BNPPARIBASCARDIF
  12. 12. Dans le cadre de notre développe- ment sur le marché des extensions des garanties auto dissociées du financement, nous avons sollicité BNP Paribas Cardif afin de mettre en place – dans un premier temps sur le marché France – un produit pilote destiné aux groupes de distribu- tion matures, ainsi qu’un autre aux apporteurs de moindre importance, et de valider la méthodologie commerciale utilisée. Après une étude réalisée pour comprendre quelles étaient les offres et les attentes de ces distributeurs, nous avons établi ensemble un socle commun composé de plusieurs offres. Ensuite, comme les équipes Cetelem Auto ne sont pas encore rodées à proposer des garanties auto déliées du financement, nous avons testé l’appétence de nos apporteurs d’affaires avec un pilote Test Learn afin d’étudier leurs réactions. Finalement, ce projet a été l’occasion de se rapprocher de notre partenaire BNP Paribas Cardif, et de vérifier qu’il existait bien un gisement d’opportunités à développer en commun sur un nouveau segment. La mise en test d’une nouvelle offre auto a été une belle opportunité de renforcer notre partenariat CHRISTOPHE MICHAELI RESPONSABLE DU MARCHÉ AUTOMOBILE FRANCE, BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE UNE TENDANCE DE FOND S’AFFIRME : SELON LES ZONES, LA CONFIRMATION OU L’ÉMERGENCE D’UN BESOIN DE FINANCEMENT DE VÉHICULES D’OCCASION S’EST NETTEMENT EXPRIMÉE, dans un contexte de performance contrastée des ventes de véhicules neufs. D’où une nouvelle demande d’offres d’assurance, liées ou non au finance- ment : ADE, protection individuelle, extension de garantie, dommage auto, assistance. Que ces offres soient distri- buées en points de vente ou via des canaux alternatifs, BNP Paribas Cardif répond aux attentes exprimées par ses partenaires : innovation et capacité à fidéliser le client final. Ainsi, côté ADE, l’assureur a conçu de nouvelles offres, dans le souci de la valeur apportée au client final, avec par exemple des ser- vices complémentaires comme Continue Driving, en cas de perte d’emploi. S’agissant de l’extension de garantie, l’accent a été mis sur des offres qui fidélisent le client pour la réparation et l’entretien du véhicule. Dans le même temps, BNP Paribas Cardif a misé sur le télémarketing et le canal digital pour offrir à ses partenaires des opportunités de commercialisation, particulièrement adaptées aux nouveaux parcours client. Ainsi, dans le cadre de son partenariat avec Volkswagen, l’entreprise a mis en place dans plusieurs pays un processus de resollicitation des clients, à partir de l’analyse de leurs données, afin de leur proposer des produits de perte financière automobile. En 2013, l’assureur s’est SERVICESCOMPLÉMENTAIRESÀLACLÉ LESECTEURAUTOMOBILEACONNUUNECROISSANCEGLOBALEDESIMMATRICULATIONS EN2013,AVECUNMARCHÉMONDIALTIRÉPARQUELQUESZONESGÉOGRAPHIQUES, COMMEL’ASIE,CHINEENTÊTE. AUTOMOBILE également attaché à concevoir de nouvelles solutions pour aider ses partenaires du secteur automobile à capter une clientèle plus large ou à cibler une niche particulière de consommateurs. En Allemagne, avec Volkswagen également, c’est une assurance risques clima- tiques – Sunshine Guarantee – qui a vu le jour pour les propriétaires de cabriolet. Enfin, pour répondre aux attentes des sociétés financières des grands constructeurs automobiles euro- péens, BNP Paribas Cardif a initié la vente d’extension de garantie dissociée du financement. PARTENAIRES MULTISECTEURS
  13. 13. Depuis 1889, Falabella est l’un des distributeurs leaders au Chili, et plus largement en Amérique latine, sur plusieurs segments d’activité : aména- gement de la maison, supermarchés, immobilier et banque de détail. Notre partenariat avec BNP Paribas Cardif remonte à l’an 2000, année de commer­cialisation d’assurance chômage associée aux crédits hypothécaires. Au fil des années, celui-ci s’est étoffé, nous permettant de proposer à nos clients des offres de plus en plus étendues, complémentaires de nos métiers, et surtout en phase avec les besoins des consommateurs locaux. En 2013, nous avons encore innové et renouvelé nos offres, notamment en matière d’assurance décès adossée au crédit à la consommation et d’assurance chômage liée à la carte de crédit. Au Chili, nous avons investi le canal digital, qui nous a permis de commercialiser 120 000 contrats SOAP, pour l’assurance auto obligatoire. Nous apprécions particulièrement la flexibilité et la disponibilité de notre partenaire, qui nous apporte une capacité d’innovation inspirée des meilleures pratiques sur le marché mondial de l’assurance. Le renouvellement est permanent RODRIGO SABUGAL, GERENTE DE NEGOCIOS DE FALABELLA EN PARALLÈLE, LE DÉVELOP­PEMENT DE NOUVEAUX CONCEPTS AINSI QUE DE NOUVEAUX COMPORTEMENTS ET USAGES D’ACHAT (drive, showrooming, chasse au couponing, compara- teurs, applications smartphones…) a fortement impacté les acteurs en présence, déjà soumis à une baisse régulière de leurs revenus. Face à cette nou- velle donne, BNP Paribas Cardif a accompagné ses partenaires dans la recherche de produits d’assu- rance et de services à forte valeur ajoutée, et à même de fidéliser leur clientèle. L’objectif est de proposer des produits simples à vendre et à comprendre, qui prennent en compte les nouveaux modes de vie et les nouvelles craintes des clients. L’offre s’est donc élargie avec des produits visant à protéger la vie privée, la perte de revenus, le multiéquipement des foyers en produits nomades… Dans une véritable démarche de co-construction des offres destinées au client final, BNP Paribas Cardif a mis à profit l’année 2013 pour segmenter le parcours client des acteurs de la distribution. Ainsi, de nouveaux critères sont pris en compte, tels que l’analyse des comporte- ments d’achat, le recours à de nouveaux canaux d’acquisition, sans oublier l’apparition de nouveaux formats (magasins de centre-ville, drive, webstores…). Une nouvelle approche mise en pratique avec les principaux acteurs de la grande distribution, en Europe et en Amérique latine. L’ASSURANCE, VECTEURDEFIDÉLISATION DANSUNENVIRONNEMENTTRÈSCONCURRENTIEL,LADISTRIBUTION(HYPERS ETSUPERMARCHÉS,MAGASINSDEPROXIMITÉ,VENTEENLIGNE,DISTRIBUTEURS SPÉCIALISÉS)ACONNUEN2013UNFORTDÉVELOPPEMENTENASIEET ENAMÉRIQUELATINE,PORTÉPARLACROISSANCEDESCLASSESMOYENNES. GRANDEDISTRIBUTION 1213 #PARTENAIRESMULTISECTEURS_BNPPARIBASCARDIF
  14. 14. REDISTRIBUTIONDESCARTES PRIVILÉGIÉS PARLACLIENTÈLE HAUTDEGAMME TRÈSCOMPÉTITIF,LEMARCHÉDESTÉLÉCOMSEST ÀSATURATION,AVECUNTAUXMOYENDEPÉNÉTRATION DESTÉLÉPHONESMOBILESDEL’ORDREDE130 % ENEUROPE,100 %ENAMÉRIQUELATINE,ETSUPÉRIEUR À100 %ENASIE. CRÉÉILYA30ANS,LERÉSEAU DÉDIÉAUXCOURTIERS ESTPARTICULIÈREMENTADAPTÉ AUXBESOINSDELACLIENTÈLE ENQUÊTED’ÉPARGNE PATRIMONIALEET DEPROTECTIONSOCIALE. LES OPÉRATEURS TÉLÉCOMS ONT DONC CHOISI LA VOIE DE LA DIVERSIFICATION, proposant de nouveaux services au-delà de leur cœur de métier : santé, paiement, smart home… Dans ce contexte, un assureur comme BNP Paribas Cardif a un rôle essentiel à jouer. En 2013, les principaux opéra- teurs ont souhaité renforcer ou nouer de nouveaux partenariats avec BNP Paribas Cardif, pour offrir à leurs clients toutes sortes de nouveaux produits d’assu- rance : proches de leur cœur de métier, comme la protection contre le vol et la casse du mobile, la protection des revenus pour le paiement des factures télécoms, ou plus périphériques, comme la protection santé et accident. BNP Paribas Cardif a eu accès à la base clients d’Orange et de Play en Pologne pour proposer, via le canal télé- marketing, ces nouveaux produits de protection. Une approche également mise en œuvre avec Globul, une filiale de l’opérateur Telenor en Bulgarie, avec T-Mobile et Telenor en Hongrie, ou bien encore avec Nextel au Mexique. LE CANAL DE DISTRIBUTION DES GRANDS COURTIERS ET DES CONSEILLERS EN GESTION DE PATRIMOINE INDÉPENDANTS (CGPI) comptait, en France, environ 2 600 professionnels référencés auprès de BNP Paribas Cardif en 2013. Ce réseau de distribution privilégie traditionnellement la collecte de l’épargne patrimoniale auprès d’une clientèle haut de gamme, à partir de 150 000 euros d’avoirs financiers. Afin d’assurer son développement via le courtage, BNP Paribas Cardif mise également sur des produits de pré- voyance patrimoniale (comme Cardif Retraite Professionnelle), qui sont proposés aux dirigeants d’entreprise et aux travailleurs non salariés, au premier rang desquels les professions libérales et les patrons de TPE/PME. TÉLÉCOM COURTIERS PARTENAIRES MULTISECTEURS
  15. 15. CONÇUES ENSEMBLE, POURLECLIENT EN ANTICIPANT LES TENDANCES, EN ANALYSANT LES BESOINS ET LES MOTIVATIONS DU CLIENT FINAL EN MATIÈRE D’ASSURANCE, ET EN PRENANT EN COMPTE LEUR EXPÉRIENCE DIGITALE, NOUS PROPOSONS À NOS PARTENAIRES DES SOLUTIONS ADAPTÉES ET DIVERSIFIÉES. AVEC UN OBJECTIF COMMUN : LA CRÉATION DE VALEUR POUR LE CLIENT FINAL. OFFRES DIVERSIFIÉES 1415
  16. 16. L’ESPRITTRANQUILLE, MÊMEENPÉRIODEDIFFICILE Conscient de la situation économique actuelle en Italie, l’assureur a conçu, avec BNL, Income Protection, qui vise à protéger ses clients contre des situations inattendues comme le chômage ou une incapacité de travail temporaire. Un soutien financier et juridique, avec une assistance au retour au travail. Une offre synonyme de tranquillité d’esprit en période difficile. ROULERENDÉCAPOTABLE, PARTOUSLESTEMPS L’innovation est en marche : leader du marché de l’assurance contre le risque climatique, BNP Paribas Cardif a lancé une assurance en cas d’été pluvieux, Sunshine Guarantee. Conçue pour son partenaire Volkswagen, afin de dynamiser les ventes de ses cabriolets, cette offre illustre sa capacité à répondre aux besoins de ses partenaires. Même les plus spécifiques ! ASSURERSONENFANT,ET GARANTIRSONÉDUCATION Au Japon, un nouveau type de contrat mixant prévoyance et épargne protège les enfants de 0 à 12 ans. Cette assurance scolaire garantit la prise en charge des enfants en cas de sinistre (responsabilité civile, hospitalisation), et verse un bonus aux parents tous les cinq ans pour couvrir les dépenses d’éducation. Juvenile Protection est disponible sur le portail Kakaku.com, qui commercialise de nombreux équipe- ments électroniques et électroménagers. ITALIE ALLEMAGNE JAPON L’ASSURANCE CONTRIBUE PLEINEMENT À LA RÉALISA- TION DES PROJETS DE VIE, et BNP Paribas Cardif aide ses partenaires à mieux comprendre ce qui motive leurs clients à s’assurer, afin de concevoir des offres diversifiées, parfai- tement adaptées à leurs attentes et créatrices de valeur. Dans ce domaine, tout doit être mis en œuvre pour s’adresser autrement aux clients, et comprendre leurs besoins au-delà de la valeur rationnelle inhérente aux offres elles-mêmes. UNE SEGMENTATION FINE, SOURCE DE CONNAISSANCE Dans ce contexte, l’entreprise a identifié différents leviers de motiva- tion des clients finaux, en matière notamment de protection des revenus, de protection de la santé, en cas d’accident ou de perte d’autonomie. La connaissance client s’inscrit au cœur du métier de BNP Paribas Cardif. Elle donne du sens et de l’utilité à l’assu- rance, en proposant au client de la valeur tout au long de sa vie. Et les moyens d’augmenter sa liberté de choix, avec la possibilité de moduler les com- posantes d’une offre dans le temps. CO-CONSTRUIRE ENSEMBLE LES MEILLEURES OFFRES À l’écoute des besoins des clients de ses partenaires, BNP Paribas Cardif sait que les plus enclins à souscrire une offre d’assurance sont ceux qui se distinguent par leur vision positive de la vie, leur volonté de vivre leurs projets. Car l’assu- rance contribue justement à la réalisa- tion de leurs projets. Y compris les plus personnels : face à la protection, tout le monde n’opère pas les mêmes choix, c’est pourquoi la compagnie a élaboré une segmentation des besoins, et a pu ainsi mieux comprendre comment les individus souhaitent s’assurer. Une segmentation des besoins opérée grâce à un outil d’étude performant, que BNP Paribas Cardif met régulièrement en œuvre chez ses partenaires. Ces derniers réalisent une étude auprès de la population locale afin de déterminer les motivations d’achat pour les produits d’assu- rance. Les résultats montrent que 75 à 90 % de la population entre dans le périmètre de la segmenta- tion. Puis, via l’analyse fine des données et des profils de chaque segment de clientèle, BNP Paribas Cardif travaille avec son partenaire à la création ou l’optimisation d’offres et de discours différenciés pour les commercialiser auprès des clients finaux. La compagnie a récemment développé Value Stars, un outil d’auto- évaluation des offres, afin d’en détermi- ner la qualité, pouvoir les améliorer et ainsi augmenter la valeur client. Une initiative qui vient réaffirmer la volonté d’optimiser la qualité de service délivrée au client en repensant tous les processus en fonction de son parcours, conformément à la démarche initiée en 2008 avec le Customer Centric Programme. EN CRÉANT DE LA VALEUR, UNE OFFRE D’ASSURANCE PORTEUSE DE SENS ET D’UTILITÉ CONTRIBUE À LA RÉALISATION DES PROJETS DES CLIENTS FINAUX. OFFRES DIVERSIFIÉES
  17. 17. Après avoir vendu mon appartement dans le 18e  arrondissement parisien, j’avais une certaine somme disponible, et mon objectif était de racheter à terme un nouvel appartement à Paris. Alors, en attendant de trouver mon bonheur, j’ai pensé qu’il serait judicieux de faire fructifier ce capital. J’ai sollicité mon conseiller patrimonial, qui m’accompagne depuis plusieurs années maintenant. Il m’a parlé de Cardif Élite, une offre d’assurance vie personnalisée à vocation patrimoniale, qui combine les modes de gestion. Un produit sûr et souple, en phase avec ma problématique de disponibilité de mon capital pour l‘achat à moyen terme d’un nouvel appartement. LAURENCE GOSSE (FRANCE) “ Cardif Élite, c’est un placement sur mesure, qui m’offre une liberté de gestion. Depuis plusieurs années déjà, j’ai l’opportunité d’acheter des biens immobiliers à Bruxelles et, chaque fois, se pose la question de l’assurance de mon prêt. Dans ce domaine, une chose est importante pour moi : je veux avoir l’esprit tranquille pour ma femme et mes enfants. Je souscris donc toujours une assurance « solde restant dû » qui garantit le remboursement de mon prêt en cas de décès. Il y a quelques années, j’ai choisi l’offre Hypo Protect Classic de BNP Paribas Cardif. À chaque nouvel investissement immobilier, je compare les offres du marché. Pour moi, l’offre Hypo Protect reste le produit le plus rassurant du marché. DENIS LATOUR (BELGIQUE) “ En cas de décès, avec Hypo Protect, le prêt hypothécaire est remboursé : j’ai l’esprit tranquille pour les miens.  À l’origine, j’avais juste besoin d’une assurance pour mon smartphone. Mais je n’étais pas satisfaite de ce que les opérateurs télécoms proposaient, alors j’ai choisi l’offre Mobileo. Très vite, j’ai apprécié sa simplicité d’utilisation : un seul contrat, une seule souscription, et quand j’ai acheté ma tablette, elle a été automatiquement assurée. J’ai aussi apprécié d’être rapidement remboursée à la valeur du marché pour mon smartphone cassé, et irréparable. Un simple coup de fil a suffi pour déclarer le sinistre, puis tout s’est fait par échange d’e-mails. AMANDINE LESCOP (FRANCE) “ Lorsque mon smartphone s’est cassé, j’ai été remboursée très rapidement, suite à ma déclaration par téléphone. 1617 #OFFRESDIVERSIFIEES_BNPPARIBASCARDIF
  18. 18. LESNOUVELLES RÈGLESDUJEU EN PLUS DE PROPOSER PLUSIEURS CANAUX DE DISTRIBUTION À NOS PARTENAIRES, NOUS PRENONS DÉSORMAIS EN COMPTE LA NOTION DE DISTRIBUTION MULTICANAL, POUR MIEUX GÉRER EN TEMPS RÉEL LES INTERACTIONS ENTRE TERMINAUX ET CANAUX. OU COMMENT ÊTRE TOUJOURS PLUS PROCHE DES CLIENTS FINAUX. DISTRIBUTION MULTICANAL
  19. 19. AU FIL DES ANNÉES, LA STRATÉGIE DE DISTRIBUTION DE BNP PARIBAS CARDIF S’EST ORGANISÉE AUTOUR DE QUATRE AXES PRINCIPAUX : une approche segmentée par industrie ; une diversification pro- duits ; la création de valeur pour le client final ; et enfin, une approche multicanal – soit la capacité pour BNP Paribas Cardif de distribuer ses offres d’assu- rance par tous les canaux existants. L’OMNICANAL, SÉSAME DE LA NOUVELLE RELATION CLIENT Apparue il y a peu avec la montée en puissance du digital, la notion d’omnicanal ajoute une complexité supplémentaire à la distribution : l’ubiquité du client. Désormais, il peut être à la fois en magasin et sur son smartphone, devant sa télévision et sur sa tablette tactile, en conversation avec le centre d’appels et devant son ordinateur. Aujourd’hui, en plus de maîtriser plusieurs canaux, l’objectif de BNP Paribas Cardif est de prendre en compte les différents terminaux, pour parvenir à gérer en temps réel des interactions personnalisées. Pour y parvenir, trois voies sont à explorer : comprendre le parcours client, en analysant par exemple son chemine- ment lorsqu’il se présente au point de vente ; observer le comportement du client, en étudiant par exemple les raisons de sa présence en agence ; déterminer la campagne de vente et de distribution, en créant par exemple une application dédiée au parcours client, et en ayant une parfaite connaissance des différents points de contact à exploiter. UN ASSUREUR PLUS IMPLIQUÉ DANS LA DISTRIBUTION DE SES PARTENAIRES L’étape suivante, au-delà de l’élaboration d’offres d’assurance, est l’implication forte des équipes BNP Paribas Cardif dans le processus de distribution de ses partenaires à tous les niveaux (stratégie, méthodes, canaux). Une véritable révo- lution pour l’assureur, qui passe de la vente d’un seul produit pour une famille de partenaires à la vente d’un produit par point de contact. Au final, en étant plus impliqué dans le marketing direct de ses partenaires, tous secteurs confon- dus, BNP Paribas Cardif a toutes les cartes en main pour co-construire des offres adaptées aux différents points de contact privilégiés par le client final. UNCONSOMMATEURMULTICANAL Si le client final utilise désormais les nouveaux canaux de vente directs on line (internet, mobile, plateforme téléphonique), il n’abandonne pas pour autant le canal traditionnel existant (points de vente). Devenu « hybride », il passe d’un canal à l’autre. Il préfère, par exemple, s’informer et comparer les prix sur internet, mais continue à acheter son produit en magasin pour ensuite exiger un service après-vente réactif par téléphone. Pour BNP Paribas Cardif, l’enjeu est de comprendre les phases et les interfaces du parcours client pour optimiser l’efficacité commerciale et la satisfaction client. Dans ce contexte, l’entreprise porte une attention particulière à l’Analytics, qui facilite la compréhension des caractéristiques et des risques de l’assuré. Grâce à une analyse objective des données, elle permet de profiler les individus et d’expliquer leur comportement face à la consommation d’assurance. Cette connaissance du client offre des opportunités de développement pour les partenaires de BNP Paribas Cardif, qui s’engage à leurs côtés dans cette démarche. 1819 #DISTRIBUTIONMULTICANAL_BNPPARIBASCARDIF
  20. 20. UNE CONCEPTION RESPONSABLE DE NOTRE MÉTIER BNP PARIBAS CARDIF S’ATTACHE À EXERCER SON MÉTIER DE MANIÈRE RESPONSABLE ET À FAVORISER DÉVELOPPEMENT DE L’ÉCONOMIE ET ÉQUILIBRE SOCIAL. CELA PASSE NOTAMMENT PAR UN SOUTIEN AUX ACTIONS SOLIDAIRES DE NOS SALARIÉS, PARTOUT OÙ NOUS SOMMES PRÉSENTS. ENTREPRISE RESPONSABLE
  21. 21. GRÂCE À L’INITIATIVE EMPLOYEES PROJECT, BNP Paribas Cardif au Chili donne les moyens à ses salariés d’être des acteurs du changement dans la société civile. Depuis 2012, pour chaque projet soutenu, une subvention de 780 euros est allouée (soit 4 680 euros au total, en deux ans). Un moyen efficace de lutter contre la pauvreté, l’exclusion économique et la discrimination. Et un vecteur de stabilité pour les employés, dont certains soutiennent des projets depuis au moins cinq ans. URGENCE DÉVELOPPEMENT est un fonds de dotation lancé par le Groupe BNP Paribas en 2013, sous l’impulsion de BNP Paribas Cardif, membre fondateur. Son but : fédérer la générosité des collaborateurs du Groupe souhaitant témoigner leur solidarité aux victimes des urgences humanitaires dès qu’une catastrophe se produit, ou dans la durée, pour les crises « oubliées ». Chaque don d’un collaborateur versé au fonds Urgence Développement est doublé par BNP Paribas, et reversé aux trois ONG avec lesquelles le fonds a noué un partenariat : Care, Croix-Rouge française et Médecins Sans Frontières. DEPUIS MI-2013, CARDIF PINNACLE donne deux jours par an à son personnel afin qu’il puisse s’engager bénévole- ment au sein d’associations locales. Ainsi, un groupe de salariés bénévoles s’est rendu au centre équestre pour handicapés Penniwells, afin d’aider à l’entretien du site, par exemple en débroussaillant les clôtures. Dans le même temps, plusieurs événements ont été organisés (tombola, soirée quiz…) afin de récolter des fonds pour ce centre sportif entièrement dédié au bien-être des cavaliers handicapés, passionnés par la pratique équestre. EN 2013, 40 % DU FONDS EN EUROS de BNP Paribas Cardif faisait l’objet d’un filtre ESG (1) , soit plus de 35 mil- liards d’euros. Dès 2008, 86 % des clients validaient la démarche de l’entreprise d’augmenter la part en investissements responsables de ses fonds en euros, tout en conservant la performance financière des contrats. Une démarche qui s’inscrit dans la volonté du Groupe BNP Paribas de proposer des produits d’épargne intégrant des critères ESG. (1) Environnement, Social et Gouvernance. AU TRAVERS DU GREEN LEADER PROGRAM, BNP Paribas Cardif en Corée contribue à développer le concept d’agriculture urbaine. Depuis son lancement en 2011, le programme a permis de transformer la vie de centaines d’enfants fréquentant des écoles et des centres de bien-être, en lançant un concours visant à transformer leurs espaces en miniforêts et aires de culture agricole. Soutenu notamment par des organismes régionaux, le Green Leader Program s’est achevé en 2013 avec l’édition d’un guide pédagogique sur l’agriculture urbaine (estampillé du logo « BNP Paribas Cardif Korea »), destiné à tous les petits Sud-Coréens. DESSALARIÉSENGAGÉS SOLIDAIRES DEL’HUMANITAIRE AIDEAUXCAVALIERS HANDICAPÉS POURDESFONDS ENEUROSRESPONSABLES POURL’ÉDUCATIONDESPLUSJEUNES CHILI CORÉEDUSUD INTERNATIONAL ROYAUME-UNI FRANCE 2021 #ENTREPRISERESPONSABLE_BNPPARIBASCARDIF
  22. 22. ACTIVITÉDEBNPPARIBASCARDIF 23 24 28 30 32 PARTIE1 PARTIE2 PARTIE3 PARTIE4 PARTIE5 GESTIONFINANCIÈRE2013 RÉSULTATSOCIALDEBNPPARIBASCARDIF RÉSULTATCONSOLIDÉ FONDSPROPRESETSOLVABILITÉCONSOLIDÉS 22 SYNTHÈSE FINANCIÈRE
  23. 23. PARTIE 1 ACTIVITÉ DE BNP PARIBAS CARDIF Les données présentées dans cette partie correspondent à la vision du métier assurance du Groupe BNP Paribas. De ce fait, le chiffre d’affaires correspond au périmètre juridique des entités d’assurance consolidées par le Groupe BNP Paribas et affectées analytiquement à BNP Paribas Cardif. Passage des comptes consolidés en normes comptables françaises au périmètre métier assurance du Groupe BNP Paribas au 31 décembre 2013 (en milliards d’euros) : CHIFFRED’AFFAIRESDESCOMPTESCONSOLIDÉS* : 19,7 Sociétésmisesenéquivalenceounonconsolidées : 5,6 Dont : CardifLuxembourgVie(à100 %) 2,3 AGInsurance(à25 %) 1,5 TaïwanCooperativeBank 1,0 SBILifeà26 % 0,3 NatioAssurance 0,2 Autressociétés 0,3 CHIFFRED’AFFAIRESDUMÉTIERASSURANCE 25,3 * Chiffre d’affaires des comptes consolidés en normes françaises. 1.BNPPARIBASCARDIFASSUREUR DESPERSONNESETDESBIENS 1.1 L’ÉPARGNE 1.1.1 Collecte brute en épargne CHIFFRESD’AFFAIRESÉPARGNEPARZONE(MD€) 2009 2010 2011 2012 64% 58% 54% 50% 20% 12% 16% 15% 9% 16% 16% 18% 7% 14% 14% 17% 17,0 20,4 17,8 18,6 2013 51% 14% 18% 17% 19,4 Asie ResteEurope Italie France En cinq ans, la collecte s’est diversifiée géographiquement au profit de l’Asie, de l’Italie et du Benelux, avec une croissance hors de France de plus de 23 % (en taux de croissance annuel moyen). Cettecroissanceestsoutenueparl’internationalisationdans le monde de l’assurance. PRINCIPAUXCONTRIBUTEURSENÉPARGNE(MD€) France Italie Luxembourg Taïwan CoréeduSud 77% 86% 45% 8% 20% 3% 14% 55% 92% 17% 9,2 4,0 2,2 2,2 0,9 ProduitsDiversifiés Unitésdecompte FondsGénéral IndeBelgique 83% 76% 55% 24% 45%0,4 0,3 1.1.2 Collecte nette en épargne En 2013, la collecte nette épargne Monde, accroissant les encours gérés par BNP Paribas Cardif, atteint 2,9 milliards d’euros, dont 1,3 milliardenAsie,0,8 milliardenItalieetplusde0,5 milliardenFrance. 1.2 LA PROTECTION Lechiffred’affairesenprotectionatteint5,9 milliardsd’eurosen2013. RÉPARTITIONDUCHIFFRED’AFFAIRESPARLIGNEDEMÉTIER Autres Protection 33% Extension degarantie 3% Dommages 11% Protection collective 2% Protection individuelle 8% Autres(1) 3% Santé 3% Moyens depaiement 3% Assurance desemprunteurs 67% (1) Autres : GAP, protection budget, protection des biens, assistance et services. 23
  24. 24. PARTIE 2 GESTION FINANCIÈRE 2013 1.2.1 Chiffre d’affaires protection par zone CHIFFRED’AFFAIRESPROTECTIONPARZONE(MD€) 2009 2010 2011 2012 33% 28% 25% 25% 16% 15% 12% 9% 29% 35% 35% 35% 7% 8% 9% 11% 3,7 4,9 5,4 5,7 Latam Asie ResteEurope Italie France 14% 2008 32% 16% 33% 5% 3,4 13% 15% 19% 20% 2013 24% 8% 34% 11% 5,9 22% La diversification géographique s’est poursuivie depuis 2008 avec un développement rapide dans les zones Asie et Amérique latine. Ainsi, ces zones représentent désormais près d’un tiers de notre activité contre seulement 18 % en 2008. 1.BILANÉCONOMIQUEETFINANCIER Les actifs en gestion de BNP Paribas Cardif au 31 décembre 2013 représentent 178 milliards d’euros (tous supports confondus), dont : 107 milliards d’euros pour Cardif Assurance Vie ; 15 milliards pour Cardif Luxembourg Vie ; 13 milliards pour Cardif Vita ; 12 milliards pour AG Insurance ; 8 milliards pour l’Asie ; 12 milliards pour les autres provisions (principalement protection) ; et plus de 9 milliards pour les plus-values latentes. La gestion d’actifs sur les principaux fonds généraux de BNP Paribas Cardif, Cardif Assurance Vie et Cardif Vita est détaillée ci-dessous. 1.1 FONDS GÉNÉRAL CARDIF ASSURANCE VIE 1.1.1 Structure des placements CardifAssuranceVie,laprincipalecompagnied’assuranceduGroupe, gère 92 milliards d’euros au travers de Cardif Vie Fonds Général. L’allocation d’actifs de Cardif Assurance Vie au 31 décembre 2013 (hors actifs en couverture des engagements en unités de compte) était la suivante : Enmillionsd’euros MONTANTVALORISÉ 31/12/2012 31/12/2013 Tauxfixes 62 193 70,7% 67 959 74,0% TauxvariablesetIndexéesInflation 6440 7,3% 6 095 6,6% SupportActions 9 895 11,2% 11 655 12,7% Immobilier 5 680 6,5% 6 136 6,7% CourtTerme 2 785 3,2% -1 190 -1,3% Autres 980 1,1% 1 173 1,3% TOTAL 87972 100,0% 91828 100,0% En montant valorisé (coupons courus inclus), la part des placements à taux fixe progresse à 74 % contre 70,7 %, revenant à des niveaux précédemment pratiqués. La poche des obligations à taux variable baisse et représente 6,6 % fin 2013 contre 7,3 % fin 2012. L’exposition « actions » en valeur de marché (convertibles, indexés actions, autres supports actions et diversifiés) est en hausse, passant de 11,2 % fin 2012 à 12,7 % fin 2013. 24 SYNTHÈSE FINANCIÈRE
  25. 25. 1.1.2 Gestion de portefeuille Marchés actions Durant le premier semestre de l’année, les marchés européens ont oscillé au gré des événements marquants. Dès la fin février, de nouvelles craintes sur la zone euro (impasse institutionnelle en Italie suite aux élections, crise chypriote) sont venues infléchir la tendance haussière observée les mois précédents. Ensuite, les politiques monétaires accommodantes menées par les différentes banques centrales (américaine, anglaise et japonaise) pour soutenir l’économie mondiale ont permis aux marchés de se redresser. Pendant le deuxième semestre, les marchés ont été influencés par des événements liés aux politiques monétaires des banques centrales. Les déclarations des banquiers centraux ont permis aux marchés de rebondir rapidement, de plus de 10 %, après leur fort repli de mai à juin. Ce repli des marchés avait été mis à profit pour augmenter l’exposition sur les actions. Ces achats tactiques ont été vendus sur des niveaux de CAC 40 à 4 000 points. L’amélioration des perspectives économiques européennes, couplée à un discours de la politique monétaire de la BCE favorable aux marchés financiers, a contribué, à partir de septembre, à la hausse des marchés européens. Dans cet environnement économique qui a fait apparaître de la volatilité sur les marchés, des mouvements tactiques réguliers ont été effectués sur la période. En avril, le recul des marchés a été mis à profit pour investir plus fortement sur les actions, notamment via la zone américaine et plus marginalement la zone émergente. Des allégements ont ensuite été réalisés suite au rebond des marchés vers un CAC 40 à 4 000 points. Mi-mai, le repli des marchés, inquiets d’une réduction de la politique de détente monétaire des États-Unis, a de nouveau été l’occasion de repondérer les actions. Dans ce contexte, les secteurs plus sensibles à une reprise économique européenne ont été renforcés. Depuis le début de l’année 2013, le CAC 40 et l’Eurostoxx 50 se sont appréciés, respectivement de + 22,22 % et + 21,51 % au 31 décembre 2013 (dividendes réinvestis). Fin décembre, le poids des actions est de 12,7 %. RÉPARTITIONPARZONEGÉOGRAPHIQUE France Paysdéveloppés horszoneeuro 23% 44% 15% PaysémergentsZoneeuro horsFrance 18% Marchés de taux Au premier semestre, les taux US ont significativement monté, notamment aux mois de mai et de juin, engendrant une hausse des taux dans le reste du monde. En deux mois, le taux du T-Note à 10 ans est ainsi monté de 100 points de base. En Allemagne et en France, l’augmentation du taux 10 ans sur le premier semestre a été de 40 points de base environ pour atteindre, fin juin, respectivement 1,73 % et 2,23 %. L’appétit des marchés pour le risque a été fortement modéré par le discours de Ben Bernanke, président de la FED, dès la mi-mai, amorçant un virage pour préparer une sortie très progressive de sa politique de détente monétaire. Ainsi, avec un début d’année difficile sur fond d’élections italiennes, les taux longs italiens se sont ensuite fortement réduits en avril pour atteindre 3,76 %, mais ils se sont ensuite placés dans le sillage des taux longs US et Core Euro pour monter jusqu’à un plus haut de 4,85 %. Au deuxième semestre de l’année, les changements d’anticipation de la politique monétaire de la Banque Centrale Américaine ont provoquédesévolutionscontrastéessurlestauxdesempruntsd’État. L’intervention du président de la FED a inquiété les marchés en annonçant que, en fonction de données économiques, la Banque Centrale Américaine pourrait ralentir le rythme des achats d’actifs. Malgré la confirmation du maintien de taux courts bas, les investisseurs avaient considéré qu’un ralentissement du stimulus monétaire conduirait à une hausse prématurée des taux des emprunts d’État à long terme. Les taux US ont alors significativement monté, occasionnant par contagion une hausse des taux dans le reste du monde. Ainsi, le taux des obligations d’État français à 10 ans a gagné 60 points de base entre le 3 juin et son plus haut niveau à 2,63 % le 9 septembre 2013. 25
  26. 26. À la fin du deuxième semestre, les marchés ont fait écho à la décision surprise de la FED le 18 septembre de maintenir ses achats d’actifs, provoquant une détente de l’ensemble des marchés de taux. Le 18 décembre, la FED a ensuite décidé de réduire très progressivement le volume d’achats d’actifs. Cette action ne met pas fin à la politique de taux directeurs à zéro. Le mouvement de baisse des rendements des taux des emprunts d’État européens a été soutenu en novembre par la décision de la Banque Centrale Européenne (BCE) de baisser son taux directeur. Sur l’année, malgré une importante volatilité, les taux allemands et français ont clôturé sur des niveaux relativement stables, respectivement à 1,87 % et 2,47 %. Et, grâce à des chiffres macroéconomiques meilleurs qu’attendus en zone euro et à la recherche de rendement, l’appétit pour le risque s’est fait plus fort ce qui a profité à l’Espagne, l’Italie et l’Irlande, qui ont vu leurs taux longs baisser significativement. En effet, les meilleures performances obligataires enregistrées depuis le début d’année viennent des « challengers » : l’Espagne, le Portugal et l’Irlande. Dans ce contexte, la politique d’investissement de Cardif Assurance Vie a été active, tout en restant prudente. Les titres à taux fixes, à taux variables et à court terme représentent, à la fin décembre 2013, 79,3 % de l’actif du fonds en euros (en valeur de marché). Les investissements ont été essentiellement réalisés sur des titres obligataires d’État français. Sur les pays « périphériques », nous avons arbitré nos positions : achats sur l’Espagne et l’Irlande, et ventes sur le Portugal et la Slovénie. En restant très sélectifs, nous avons renforcé nos investissements dans des obligations d’émetteurs privés bien notés, afin de tirer profit du surcroît de rendement offert par ces titres par rapport aux obligations d’État. Le marché du crédit a été très actif en 2013. Nous avons renforcé nos positions sur les dettes bancaires seniors et les dettes sécurisées. À la fin décembre, le portefeuille obligataire est composé de 50 % de titres d’État et de 50 % de titres non État. Ces derniers sont principalement investis dans les secteurs industriels et financiers. La notation du portefeuille obligataire reste de très bonne qualité avec une note moyenne de A+. Au cours des six derniers mois, nous avons réduit la poche « court terme » au profit d’obligations long terme. RATINGSÉMETTEURSDUPORTEFEUILLEOBLIGATAIREAU31 DÉCEMBRE2013 AAA AA A BBB 5,6% 3,3% 5,9% 33,4% 26,9% 1,6% 10,6% 10,9% 1,5% 0,4% 8,8% 39,3% 28,5% 21,5% 1,9% Étatsassimilés Non-État BBB En termes de risque de crédit, le portefeuille est composé de 8,8 % de titres notés AAA, de 39,3 % de titres notés AA, de 28,5 % de titres notés A et de 21,5 % de titres notés BBB. La part des titres notés en dessous de BBB est de seulement 1,9 %. 27% ÉtatsAA 2,6% ÉtatsAAA 1,3% ÉtatsA 8,8% ÉtatsBBB 0,3% ÉtatsBBB Au 31 décembre 2013, les expositions aux pays périphériques sous tutelle (Portugal, Grèce et Chypre) sont très faibles et uniquement constituées par celles du Portugal à hauteur de 0,4 % du total du portefeuille (en valeur comptable). L’Italie et l’Espagne représentent respectivement 6,5 % et 3,1 % (valeur bilan). GROUPEÉMETTEUR NOTATION M€ EN% France AA 12 794 18,8% Italie BBB 4 420 6,5% Espagne BBB- 2 100 3,1% Belgique AA- 3 777 5,5% Pays-Bas AA+ 1 006 1,5% Allemagne AAA 1 125 1,7% Autriche AA+ 1 701 2,5% Irlande BB+ 641 0,9% Portugal BB- 270 0,4% Pologne A- 540 0,8% Finlande AAA 318 0,5% Républiquetchèque A+ 122 0,2% Slovaquie A 163 0,2% EXPOSITIONOBLIGATAIRE 28977 42,6% 26 SYNTHÈSE FINANCIÈRE
  27. 27. Par ailleurs, BNP Paribas Cardif a joué son rôle d’acteur de l’économie réelle et d’investisseur de long terme au travers de deux initiatives : le Fonds Stratégique de Participation (FSP), commencé en 2012, et le fonds NOVO. Le Fonds Stratégique de Participation a concrétisé en 2013 ses deux premiers investissements, en achetant 6,05 % du capital du chimiste Arkema et 5,25 % du groupe de petit électroménager SEB. Le FSP, fondé par BNP Paribas Cardif, CNP Assurances, Crédit Agricole Assurances et Sogecap, a vocation à agir « en tant qu’investisseur de long terme », tout en participant activement à la gouvernance des sociétés dans lesquelles il investit. Cardif Assurance Vie a participé à hauteur d’un engagement de 50 millions d’euros au fonds de place NOVO lancé au cours de l’été. Ce fonds d’un peu plus de 1 milliard d’euros a pour objectif de financer les petites et moyennes entreprises (PME) et les entreprises de taille intermédiaire (ETI) françaises non cotées. 24 assureurs accompagnés par la Caisse des Dépôts et le fonds de réserve des retraites ont souscrit au fonds Nova 1 géré par BNP Paribas Investment Partner (qui gérera les deux tiers de l’enveloppeglobale)etaufondsNova 2géréparTikehauInvestment Management. Marché immobilier La part des actifs immobiliers à fin décembre 2013 est stable, à 6,7 % en montant valorisé. En 2013, les investissements se sont principalement concentrés sur des actifs de bureaux récents ou à construire en région parisienne. 49% Bureaux 24% Centres commerciaux 4% Hôtels 16% Logements 7% Autres Investissement socialement responsable BNP Paribas Cardif a poursuivi sa démarche d’investissement socialement responsable sur la gestion de ses actifs financiers. À cette fin, la gestion intègre, en plus des critères classiques d’analyses financières, des critères Environnement, Social et Gouvernance (ESG) dans l’évaluation et la sélection des actifs. 1.2 FONDS GÉNÉRAL CARDIF VITA En Italie, l’essentiel des capitaux gérés relève de l’activité d’assurance vie de Cardif Vita, qui s’élèvent à 13,2 milliards d’euros en valeur boursière. 1.2.1 Structure des placements Les encours de 13,2 milliards d’euros sont répartis sur sept fonds généraux. L’allocation d’actif de Capital Vita, principal fonds général de la compagnie, était la suivante au 31 décembre 2013 : Enmillionsd’euros MONTANTVALORISÉ 31/12/2012 31/12/2013 Tauxfixes 7734 82,3% 9501 81,7% TauxvariablesetIndexéesInflation 857 9,1% 783 6,7% Supportactions 424 4,5% 642 5,5% Immobilier 6 0,1% 6 0,1% Courtterme 382 4,1% 700 6,0% TOTAL 9402 100,0% 11632 100,0% 1.2.2 Gestion de portefeuille Marchés actions L’EuroStoxx 50 s’est apprécié d’environ 14 % sur 2013, surperformant faiblement l’indice italien FTSE MIB, qui n’a progressé que de 12 % sur la même période. La gestion de la poche actions s’est concentrée principalement sur des mouvements de réduction de la poche actions directes au profit notamment de fonds actions actifs (européens et américains). À fin 2013, les actions représentaient 5,5 % de l’actif du fonds (en valeur de marché), en légère augmentation (+ 1 %) sur l’exercice. Les 43 % des positions sont détenues sous forme de lignes directes (notamment italiennes et françaises), les 32 % par le biais d’ETF et les 25 % restant sous forme de fonds actifs. Marchés de taux Sur l’exercice 2013, les rendements de l’obligation gouvernementale italienne à 10 ans (BTP) ont baissé de 4,25 % à 4,125 %, avec une volatilité liée à la résurgence des inquiétudes politiques au cours du printemps, suivie d’une seconde phase de détente très marquée dans le deuxième trimestre. La politique d’investissement de Cardif Vita a consisté, d’une part, à profiter des phases de tension pour acquérir des BTP à taux fixes de maturités moyen/long terme, en arbitrant des titres à taux variables référencés court terme et en réduisant les échéances plus courtes, et, d’autre part, à diminuer la part des 27
  28. 28. émetteurs les moins bien notés (inférieurs à BBB-) au profit, principalement, de BTP et de titres corporate bénéficiant de primes d’émissions sur le marché primaire. À la fin 2013, le portefeuille obligataire était composé de 75 % d’emprunts d’États et assimilés (dont près de 73 % sur l’Italie), et de 25 % de titres non État. La part des taux fixes est restée assez stable en passant de 82,3 % à près de 81,7 %. Les taux variables sont passés de 9,1 % à 6,7 %, le solde étant constitué de dépôts à terme (près de 3,5 %) et de liquidités importantes en raison d’une collecte nette positive et très soutenue, surtout dans la deuxième partie de l’année (+ 1 800 millions d’euros, soit environ 15 % du portefeuille). La sensibilité au taux de l’actif global a augmenté de 5 à 5,35 pendant l’exercice, même avec une collecte très abondante. L’échéancier a fait l’objet d’un lissage sur les dix prochaines années et d’un rééquilibrage au-delà. En matière de risque de crédit, le portefeuille est composé principalement (83 %) de titres notés BBB, en raison du poids prépondérant de l’Italie, de 9 % de titres A, 2,5 % de AA et 0,5 % de AAA, ainsi que de 2,25 % de BBB+, 1 % de BBB- et seulement 1 % de BB et 0,15 % de CCC. La notation moyenne est très légèrement supérieure à BBB. RÉPARTITIONPARRATINGÉMETTEURDUPORTEFEUILLEOBLIGATAIRE AU31 DÉCEMBRE2013 NOTATION EN % AAA 0,46% AA+ 0,23% AA 0,26% AA- 1,96% A+ 0,92% A 4,93% A- 3,09% BBB+ 2,25% BBB 83,34%(dont73%detitresd'État) BBB- 0,91% BB+ 0,63% BB 0,45% BB- 0,20% B 0,05% CCC 0,15% NR 0,16% Holding du métier Assurance, BNP Paribas Cardif a pour principale activité d’assurer le financement et le développement de ses filiales, en couvrant le risque de change par des emprunts et des ventes à terme. 1.FAITSMARQUANTSDEL’EXERCICE2013 1.1 DIVIDENDES REÇUS Les dividendes reçus en 2013 au titre des résultats 2014 s’élèvent à 482,1 millions d’euros, en provenance principalement de Cardif Assurance Vie (353,9 millions d’euros), et de nos filiales aux Pays-Bas (39,6 millions d’euros). 1.2 COUVERTURE DU BMS DE CARDIF ASSURANCE VIE Afin de financer la croissance du besoin en marge de solvabilité et la prise en compte de l’évolution des éléments de couverture de Cardif Assurance, la Holding BNP Paribas Cardif a souscrit à une augmentation de capital au profit de Cardif Assurance Vie d’un montant de 60 millions d’euros. 1.3 DIVIDENDES VERSÉS En 2013, la Holding BNP Paribas Cardif a versé au Groupe BNP Paribas 462,4 millions d’euros. 1.4 ACQUISITIONS/OPÉRATIONS L’année 2013 a été marquée par la signature d’un accord pour acquérir les 50 % détenus par le groupe ING dans sa coentreprise d’assurance vie avec Bank of Beijing. La nouvelle coentreprise sera détenue à parts égales par les deux actionnaires, BNP Paribas Cardif et Bank of Beijing. L’alliance de ces deux acteurs majeurs associera le savoir-faire en assurance de BNP Paribas Cardif en Asie à la force de la marque Bank of Beijing pour proposer aux clients chinois des produits d’épargne et de prévoyance. Cette opération est soumise à l’obtention des autorisations réglementaires en cours. PARTIE 3 RÉSULTATSOCIALDEBNPPARIBASCARDIF 28 SYNTHÈSE FINANCIÈRE
  29. 29. 2.RÉSULTATSOCIAL2013 Le résultat 2013 au format bancaire de la Holding BNP Paribas Cardif se décompose ainsi : Enmillionsd’euros 2012 2013 2013/2012 Produitnetbancaire 504 350 -31% Dont : Dividendes 614 482 -21% Chargesdefinancementdesfiliales -59 -50 -15% Margefinancière -50 -80 60% Pertes/Gainsdechange -1 -2 149% Fraisgénéraux -119 -146 23% Coûtdurisque 0 14 NS Provisionetplusoumoins-valuesdecession surtitresdeparticipation -7 -143 NS Impôts 0 0 NS RÉSULTATNET 378 75 -80% Le Produit net bancaire est passé de 504 millions d’euros en 2012 à 350 millions d’euros en 2013. Cette variation s’explique par les éléments suivants : la baisse des dividendes de 131 millions d’euros, dont - 116 millions d’euros sur Cardif Assurances Vie ; la baisse de la marge financière de 30 millions d’euros liée l’émission, à fin 2012, de deux titres subordonnés pour un montant total de 472 millions d’euros ainsi qu’à l’émission, à fin mars 2013, de deux autres titres subordonnés pour un total de 850 millions d’euros ; ces éléments sont légèrement contrebalancés par la baisse des charges de financement des filiales de 9 millions d’euros liée à la baisse du taux d’emprunt moyen. Les frais généraux augmentent de 27 millions d’euros, en grande partie du fait de l’accroissement des frais corporate accompagnant le développement mondial et la diversification du métier Assurance. Les provisions et plus ou moins-values de cession baissent de 131 millions d’euros, essentiellement liées à la dépréciation de titres de participation (UBI, Pays-Bas, Cardif Services). Ainsi, le résultat net de BNP Paribas Cardif en 2013 diminue de 303 millions d’euros par rapport au résultat 2012 et s’élève à 75 millions d’euros. 3.CAPITAUXPROPRESETRÉSULTAT 3.1 CAPITAUX PROPRES AVANT AFFECTATION DU RÉSULTAT Les fonds propres de BNP Paribas Cardif s’élèvent à 4 053 millions d’euros au 31 décembre 2013. 3.2 AFFECTATION DU RÉSULTAT Eneuros Résultat2013 74575649,14 ReportànouveauavantimpactIAS19 (1) 577566,91 MONTANTDISTRIBUABLEAVANTIMPACTIAS19 75153216,05 ImpactIAS19révisée -501959,00 MONTANTDISTRIBUABLEAPRÈSIMPACTIAS19 74651257,05 Dividende(1,19€x62 482 938actions) 74354696,22 Reportànouveau 296560,83 (1) Changement de méthode correspondant au passage à IAS 19 révisée. Le Conseil d’Administration propose de distribuer sous forme de dividendes un montant de 74 354 696,22 euros, soit un dividende par action de 1,19 euro, et d’affecter le solde en report à nouveau, soit 296 560,83 euros. Conformément à l’article 243 bis du Code Général des Impôts, il est précisé que la totalité du dividende proposé est éligible à l’abattement de 40 %, bénéficiant aux personnes physiques fiscalement domiciliées en France, prévu à l’article 158-3 du Code Général des Impôts. Il est rappelé que le dividende net par action des trois derniers exercices s’est élevé à : 6,53 euros au titre de l’exercice 2010 ; 3,13 euros au titre de l’exercice 2011 ; 7,40 euros au titre de l’exercice 2012. 3.3 CAPITAUX PROPRES APRÈS AFFECTATION DU RÉSULTAT Les capitaux propres après affectation du résultat proposé à l’Assemblée s’élèveraient à 3 979 millions d’euros. 29
  30. 30. PARTIE 4 RÉSULTAT CONSOLIDÉ 1.RÉSULTATCONSOLIDÉAUXNORMESFRANÇAISES Enmillionsd’euros 2012 2013 2013/2012 Produitnetbancaireàfondspropresréels 1 605 1 720 114 7% Fraisgénéraux -970 -1 055 -85 9% RÉSULTATBRUTD’EXPLOITATION 635 664 29 5% RÉSULTATNETAVANTIMPÔT 671 709 38 6% RÉSULTATNET–PARTDUGROUPE 383 387 4 1% 2.PASSAGEDELACONTRIBUTIONAUXCOMPTESCONSOLIDÉSDUGROUPE BNPPARIBASENNORMESIFRSAUXCOMPTESCONSOLIDÉSENNORMESFRANÇAISES Enmillionsd’euros(2013) LIASSES COMPTABLES ÉLÉMENTS ANALYTIQUES* CONTRIBUTION AUXCOMPTES CONSOLIDÉSDE BNPPARIBASENIFRS ÀFONDSPROPRES NORMATIFS DELTADE RÉMUNÉRATION ENTREFONDSPROPRES RÉELSETFONDS PROPRESNORMATIFS SOCIÉTÉSGÉRÉESPAR BNPPARIBASCARDIF MAISDÉTENUESPAR BNPPARIBASSA(1) DIFFÉRENCE DEPÉRIMÈTRE COMPTABLE BNPP/MÉTIER RETRAITEMENTS DESNORMESIFRS(2) , DESÉCARTSDE RÉSULTATETDES ÉCARTSDEMÉTHODE(3) COMPTES CONSOLIDÉS DEBNPPCARDIF ENFRENCHGAAP AUFORMAT BANCAIRE Produitnetbancaire 1 917 220 2 137 130 100 47 139 1 720 Fraisgénéraux -1 038 -39 -1 077 0 -39 14 3 -1 056 RÉSULTATBRUTD’EXPLOITATION 879 181 1 060 130 62 61 143 664 Autresélémentsderésultat -3 105 102 -17 114 -26 -14 45 RÉSULTATNETAVANTIMPÔTS 876 286 1162 113 176 35 129 709 Impôts -321 Minoritaires -1 RÉSULTATNET–PARTDUGROUPE 387 (1) Darnell, Tutelle Groupe, AG Insurance, ERE, etc. (2) Écart lié aux normes IFRS. a) Impact de revalorisation des actifs financiers net de PPE différée. b) Sur le bas de compte de résultat, cela correspond aux amortissements de survaleur. (3) Différence de retraitement comptable BNPP/Métier : amortissement GW, élimination intragroupe. * Principalement Delta de rémunération des fonds propres, AG Insurance, ERE, Darnell, frais de tutelle Groupe… 30 SYNTHÈSE FINANCIÈRE
  31. 31. 3.CONTRIBUTIONAUXRÉSULTATS DEBNPPARIBASÀFONDSPROPRESNORMATIFS ETENNORMESIFRS Enmillionsd’euros 2012 2013 2013/2012 Produitnetbancaire 1 970 2 137 167 8% Fraisgénéraux -1 002 -1 077 -75 8% RÉSULTATBRUTD’EXPLOITATION 968 1 060 92 9% Autresélémentsderésultat 95 102 7 8% RÉSULTATNETAVANTIMPÔT 1 063 1 162 99 9% Coefficientd’exploitation 50,8% 50,4% RONE(ReturnonEquity) 18,5% 19,2% Le PNB en normes IFRS à fin décembre 2013 s’établit à 2 137 millions d’euros, en hausse de 8 % par rapport à fin décembre 2012, soit + 167 millions d’euros. Cette variation se décompose comme suit : Effet marchés : + 2 millions d’euros par rapport à 2012, avec + 152 millions d’euros à fin décembre 2013 vs + 150 millions d’euros à fin décembre 2012. PNB hors effet marchés : + 165 millions d’euros par rapport à décembre 2012 : Effet périmètre et change : + 6 millions d’euros, dont - 50 millions d’euros d’effet change (Japon et Brésil majoritairement), et + 56 millions d’euros d’effet périmètre, dont + 39 millions d’euros sur la Russie, + 17 millions d’euros sur la Colombie. Effet activité : + 118 millions d’euros, essentiellement sur l’international : + 8 % (notamment sur le Latam et l’Asie), et sur les réserves en protection à l’international. Effet prestations/sinistralité : + 61 millions d’euros, essentiellement liés à l’impact de la marge Euro (avant PPE) en hausse de 2 bp par rapport à décembre 2012, à l’amélioration de la marche technique en protection France (modification de la structure de l’activité au profit de produits non ADE plus margés) et à l’amélioration de la sinistralité (principalement au Japon). Effet provisionnement/exceptionnel : - 19 millions d’euros résultant essentiellement : • de l’écart intérimaire de l’exercice 2011 impactant 2012 pour - 35 millions d’euros ; pas d’écart intérimaire en 2013 ; • de l’impact négatif en 2012 de l’arrêt de la réassurance au Luxembourg non reconduit en 2013 (- 62 millions d’euros de charges en 2012) ; • de l’impact de la variation des reprises exceptionnelles de provisions pour sinistres et d’égalisation pour - 82 millions d’euros (15 millions d’euros en 2013 contre 97 millions d’euros en 2012) ; • d’une dotation à la PPE en 2013 de - 173 millions d’euros contre - 156 millions d’euros en 2012. Les frais généraux à fin décembre 2013 s’établissent à 1 077 millions d’euros, en hausse de 7 % par rapport à décembre 2012, soit un impact de - 75 millions d’euros sur le résultat. Effet périmètre et change : + 13 millions d’euros, avec - 20 millions d’euros d’effet change et + 33 millions d’euros d’effet périmètre, dont + 14 millions d’euros sur la Russie, + 19 millions d’euros sur la Colombie. France : + 45 millions d’euros, essentiellement liés à des éléments exceptionnels sur 2012 et 2013 (44 millions d’euros en 2013 de provisions pour dépréciation d’immobilisations et 21 millions d’euros en 2012 d’amortissements de matériels et logiciels développés en interne), conjugués à la hausse de la masse salariale et coûts IT. International : + 23 millions d’euros en lien avec l’accompa- gnement de la croissance à l’international (frais de personnel et taxes sur chiffre d’affaires). Frais de tutelle et écarts intérimaires : - 7 millions d’euros (liés à la revue du split comptable/analytique des coûts IPS). Le bas de compte de résultat à fin décembre 2013 s’établit à + 102 millions d’euros contre + 95 millions d’euros à fin décembre 2012, soit + 7 millions d’euros liés principalement à l’impact en 2012 du complément de provisionnement des titres grecs, compensé par une dépréciation de titres fin 2013 de 19 millions d’euros (UBI). 31
  32. 32. 1.MARGEDESOLVABILITÉ Sur le plan réglementaire (articles R334-17 et A334-1 du Code des assurances), les compagnies d’assurance doivent disposer d’un niveau de fonds propres suffisant pour couvrir une marge de solvabilité définie en fonction de leurs engagements. La marge de solvabilité consolidée du Groupe BNP Paribas Cardif s’élève à 5 401 millions d’euros au 31 décembre 2013, d’après l’application de l’article R334-19 du Code des assurances. En épargne, elle est basée sur les provisions mathématiques des contrats en euros et en unités de compte. En protection, elle est basée sur les capitaux sous risques (pour l’activité Vie) et sur le chiffre d’affaires (pour l’activité Non Vie). Si on la compare à la marge de solvabilité consolidée à fin 2012, qui s’élevait à 5 040 millions d’euros, on constate une progression de 361 millions d’euros. Cette progression est liée à la croissance de l’activité Épargne sur le périmètre Vie. Donnéesen millionsd’euros 2010 2011 2012 2013 Variation 2012/2013 Épargneeuro 2 979 3 538 3 612 3 828 6% ÉpargneUC 362 365 391 399 2% Protection 930 1 022 1 038 1 175 13% TOTAL 4 272 4 925 5 040 5 401 7% 2.COUVERTUREDELAMARGEDESOLVABILITÉ En complément aux fonds propres consolidés de 3 993 millions d’euros,BNPParibasCardifbénéficiedeprêtsettitressubordonnés pour un montant de 2 586 millions d’euros, et de provisions techniques acceptées réglementairement pour un montant de 638 millions d’euros. En tenant compte des intérêts minoritaires de 33 millions d’euros, les éléments de couverture s’élèveraient à 7 251 millions d’euros. Par ailleurs, des éléments sont déduits de la couverture. Il s’agit des actifs incorporels et des écarts d’acquisition, et de la part des frais d’acquisition reportés non admis en couverture des engagements réglementés pour un total de - 914 millions d’euros. Au total, les éléments en couverture du besoin de marge de solvabilité, après affectation du résultat tel que proposé à l’Assemblée Générale des actionnaires, s’élèvent à 6 337 millions d’euros, soit une couverture à hauteur de 117,3 % (hors plus ou moins-values latentes) en méthode réglementaire. Ces éléments de couverture après affectation du résultat et hors déduction de la part des frais d’acquisition reportés non admis en couverture des engagements réglementés s’élèvent à 6 705 millions d’euros, soit une couverture à hauteur de 124,1 % (hors plus ou moins-values latentes) selon la méthode économique. 3.SOLVABILITÉII La directive Solvabilité II doit entrer en vigueur le 1er  janvier 2016, donnant ainsi aux entreprises d’assurance de l’Union Européenne un nouveau cadre prudentiel harmonisé, dans une approche fondée sur les risques pris. En particulier, de nouvelles règles d’évaluation du capital de solvabilité requis – en approche dite « formule standard » – ont fait l’objet d’instructions par les instances européennes, commencées en 2005 avec la première étude quantitative d’impact (QIS) sur le sujet, et qui devraient aboutir avec l’adoption de Implementing Technical Standards (ITS) dans les prochains mois. Durant cette période d’instruction, différentes approches ou valeurs de paramètre ont été testées afin de tenir compte des spécificités des différents engagements d’assurance, notamment des engagements de long terme, dans un cadre d’évaluation des postes bilantiels en « juste valeur ». Sous Solvabilité II, deux niveaux de capital ont été introduits : le minimum de capital requis (MCR) : montant minimal absolu en dessous duquel les ressources financières de la compagnie ne doivent pas tomber pour pouvoir poursuivre son activité ; le capital de solvabilité requis (CSR ou SCR en anglais) : capital économique que doivent détenir les entreprises d’assurance et de réassurance pour limiter la probabilité de ruine à un cas sur deux cents, ou alternativement, pour que lesdites entreprises demeurent en mesure, avec une probabilité d’au moins 99,5 %, d’honorer leurs engagements envers les preneurs et les bénéficiaires dans les douze mois qui suivent. PARTIE 5 FONDSPROPRESET SOLVABILITÉ CONSOLIDÉS 32 SYNTHÈSE FINANCIÈRE
  33. 33. Les ratios de couverture du SCR sont calculés depuis 2010 pour Cardif Assurance Vie et, en dépit des changements de formules ou d’évolution des contextes économiques et financiers, ont toujours été largement supérieurs à 100 %, comme le montre le tableau suivant sur les exercices 2010 à 2012. 2010 2011 2012 Fondspropreséligibles 6 072 4 952 6 314 SCR 4321 3 881 3 712 COUVERTURESCR 141% 128% 170% Tier1 123% 98% 138% Tier2 13% 30% 32% Tier3 5% 0% 0% MCR 1 945 1 746 1 670 COUVERTUREMCR 312% 283% 378% NB : Les calculs ont été réalisés sur la base de l’interprétation par Cardif Assurance Vie des textes disponibles à l’époque ; des calculs fondés sur les choix retenus dans le futur par les régulateurs pourraient conduire à des résultats différents. La composition du SCR illustre le profil de risque de l’entreprise : SCR EN% Risquedemarché 3 073 70% Risquedecrédit 242 5% RisquedesouscriptionVie 711 16% RisquedesouscriptionSanté 98 2% RisquedesouscriptionNonVie - 0% Risqueopérationnel 282 6% TOTAL(AVANTDIVERSIFICATION) 4 406 100% Diversificationentremodules 694 TOTALSCR 3712 Par ailleurs, pour la première fois en fin d’année 2013, dans le cadre de l’évaluation interne de la solvabilité et des risques demandée par Solvabilité II, une évaluation prospective de ce ratio a été réalisée sur l’horizon du plan à moyen terme, et sa robustesse a été testée par l’application de scénarios défavorables plausibles. Dans tous les cas étudiés, le ratio de couverture du SCR reste largement supérieur à 100 %. 33
  34. 34. AMÉRIQUELATINE ASIE EUROPEETRESTEDUMONDE ZONES ARGENTINE GustavoCicinelli Av.AliciaMoreaudeJusto,170, 1107CapitalFederalBuenosAires Tél. :+541143164200 bnpparibascardif.com.ar ASIE XavierGuilmineau 23/FThreeExchangeSquare 8ConnaughtPlace,Central HongKong Tél. :+85228251190 AMÉRIQUELATINE FranciscoValenzuela Vitacura2670Piso14-LasCondes SantiagoDelChile Chili Tél. :+5623704801 EUROPEDUNORD MARCHÉSÉMERGENTS AlexandreDraznieks 8rueduPort 92728NanterreCedex France Tél. :+ 33141424136 EUROPECONTINENTALE PierpaoloDipaola 8rueduPort 92728NanterreCedex France Tél. :+ 33141424835 PÉNINSULEIBÉRIQUE AlexandreBoccia 26CalleRibeiraDelLoira 28042Madrid Espagne Tél. :+ 34902052560 BELGIQUE,PAYS-BAS NadègeGaspard 8rueduPort 92728NanterreCedex France Tél. :+ 33141428299 EUROPECENTRALE ZdenekJaros Rotenturmstrasse16-18, A-1010Vienna, Austria Tél.:+42029636888 CHINE* ElsaLee Unit2611, 26FShangaiWorldFinancial Center,N°100, CenturyAvenue, Pudong,Shanghai200120 Tél.:+886223963953 INDE AtanuSen(PDG)/VivienBerbigier(DGA) SBILife *,NatrajBuilding,MVRoadWestern ExpressHighwayJunction, Mumbai400069 Tél. :+912256392011 Tél.:+912261910060 sbilife.co.in CORÉEDUSUD Jean-ChristopheDarbes BNPParibasCardifLifeInsurance * 4F,SeoulCityTower,581,5Ga Namdaemun-Ro,Jung-Gu, Seoul100-741 Tél. :+82237888851 cardif.co.kr ALGÉRIE HervéGiraudon 57,rueAbriArezki,Hydra, 16035Alger Tél. :+21321482623 ALLEMAGNE DavidFurtwängler FriolzheimerStrasse6D-70499 Stuttgart Tél. :+4971182055-0 bnpparibascardif.de AUTRICHE FlorianWally Rotenturmstrasse16-18A-1010 Vienna Tél. :+431533987883 bnpparibascardif.at FRANCE VirginieKorniloff 8,rueduPort 92728NanterreCedex Tél. :+33(0)141428300 cardif.fr HONGRIE FabricePomiers Korhazu,6-12,H-1033Budapest Tél. :+3614302300/2 bnpparibascardif.hu ITALIE IsabellaFumagalli ViaTolmezzo,15–DPalazzo– 20132Milan Tél. :+3902772241 bnpparibascardif.it ROUMANIE CarmenBahrim 40-44BanulAntonachestreet, 1st floor, District1,Bucarest011665 Tél. :+4031-2261111 bnpparibascardif.ro ROYAUME-UNI PaulGlen PinnacleHouseA1,BarnetWay– Borehamwood,HerfordshireWD62XX Tél. :+442082079000 cardifpinnacle.com RÉPUBLIQUETCHÈQUE TomasKadlec BNPParibasCardifPojistovna Plzenska3217/16 Prague15000 Tél. :+420234240234 cardif.cz NOSPAYS 34
  35. 35. MEXIQUE NicoleReichdePolignac PaseodelasPalmas425,Piso5, LomasdeChapultepec,11000Mexico,D.F. Tél. :+525522822000 bnpparibascardif.com.mx BRÉSIL AdrianoRomano RuaCamposBicudo984°andar 04536–010SaoPaulo–SP Tél. :+551122469000 bnpparibascardif.com.br PÉROU DanielWeis AvenidaCanavalyMoreyra380, Piso11,SanIsidro,Lima27 Tél. :+511–6151700 bnpparibascardif.com.pe CHILI AlessandroDeodato Vitacura2670Piso13, LasCondes,Santiago Tél. :+5623704800 bnpparibascardif.cl COLOMBIE JorgeHernandez Calle113No7–80TorreArPiso11, Bogota Tél. :+5717444040 bnpparibascardif.com.co JAPON YasunoriKume 9th FloorInfossTower, 20-1Sakuragaoka-cho,Shibuya-ku, Tokyo150-0031 Tél. :+81364156340 cardif.co.jp TAÏWAN PollyWang TCBLife * Taipei101,XinyiDistrict, Taiwan110 Tél. :+886266363456 tcb-life.com.tw THAÏLANDE SirinthipChotithamaporn ThaiCardiflifeassurance * 36/39-4236/59-62PSTower, 13th and18th floor,Sukhumvit21(Asoke) Road,NorthKlongtoey,Wattana, Bangkok10110 Tél. :+6626458500–thaicardif.com VIETNAM TranBaPhuoc VCLI * 11th floor,CapitalTower, 109TranHungDaostreet, HoanKiemdistrict,Hanoi Tél. :+84439368507 vcli.vn *Compagniesd‘assuranceenjoint-ventures. BELGIQUE ChristopheDeLongueville ChausséedeMons,1424,1070 Anderlecht Tél. :+3525280003 bnpparibascardif.be BULGARIE MarioKostov 29AHristoBelchevstr1st ,3rd floor, Sofia1000 Tél. :+35924915970 bnpparibascardif.bg CROATIE AnaIvancic IvanaLucica2a10000Zagreb Tél. :+38515393100 bnpparibascardif.hr DANEMARK JorgenSeligmann Bredgade56,2-1260Copenhagen Tél.:+4533177476 www.bnpparibascardif.dk ESPAGNE AlexandreBoccia CalleRiberaDelLoira,284aPlanta 28042Madrid Tél. :+34902052560 bnpparibascardif.es LUXEMBOURG FabriceBagne 23-25avenuedelaporteneuve L-2227Luxembourg Tél. :+35226214-1 cardifluxvie.lu NORVÈGE DagMevold Munkedamsveien35,0250Oslo Tél. :+4793480621 bnpparibascardif.no PAYS-BAS CeesdeJong Hoevestein28,4903SCOosterhout Tél. :+31162486000 bnpparibascardif.nl POLOGNE PascalPerrier Pl.Pilsudskiego2,00-073Varsovie Tél. :+48225290120 cardif.pl PORTUGAL MiguelRibeiro Av.5deOutubro,N°206–6°Piso, 1050-065Lisbonne Tél. :+351213825540 bnpparibascardif.pt SUÈDE JanDeGeer Mölndalsvägen93,2nd floor 40022Goteborg Tél. :+460317079870 cardif.se TURQUIE CemalKismir Meclis-iMebusanCadde, No :57–34427Findikli-Beyoglu, Istanbul Tél. :+902123933000 bnpparibascardif.com.tr UKRAINE OlegRomanenko 8,IllinskaStr,Kiev Tél. :+380444286161 cardif.com.ua RUSSIE KonstantinKozlov UI.Timiryazevskaya1, 127422Moscou Tél. :+7495287778 bnpparibascardif.ru SLOVAQUIE PeterDudak Poist‘ovnaCardifSlovakia,a.s., Plynarenska7/C, 82109Bratislava, Tél. :+421258240011 bnpparibascardif.sk 35
  36. 36. Siège social 1, boulevard Haussmann 75009 Paris France Bureaux 8, rue du Port 92728 Nanterre Cedex France www.bnpparibascardif.com 382 983 922 RCS Paris Société anonyme au capital de 149 959 922,20 euros Poursuivez l’expérience en ligne…

×