soutenance

305 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
305
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

soutenance

  1. 1. MINISTERE DE LA SANTE A LA WILAYA DE RABAT INSTITUT DE FORMATION AUX CARRIERES DE SANTE DE RABAT MAROC ‫وزارة‬‫الصحة‬ ‫الصحة‬ ‫وزارة‬ ‫نيابة‬ ‫الرباط‬ ‫ولية‬ ‫الميدان‬ ‫في‬ ‫الطر‬ ‫تأهيل‬ ‫معهد‬ ‫الصحي‬ ‫الرباط‬ Élaboré par : Mr. DAVIES BALDWIN Dr. HAKAM MERYEM Médecin biologiste au CRTS de Rabat. Mme SOUAD YOUSSIF Enseignante de l’IFCS de Rabat. ETAT DES LIEUX DES FICHES DE DECLARATIONS DES ACCIDENTS TRANSFUSIONNELS AU CRTS DE RABAT 2006 -2010 Promotion : 2008/2011 Année universitaire: 2010/2011 Membres de Jury: Dr. LAMSAHLI Médecin au CRTS Rabat. Mme BENHMACHT Souad Infirmière au CRTS Rabat. Membres de Jury: Dr. LAMSAHLI Médecin au CRTS Rabat. Mme BENHMACHT Souad Infirmière au CRTS Rabat. Mémoire de fin d’études Du Premier Cycle des Études Paramédicales Section : TECHNICIEN DE LABORATOIRE
  2. 2. II- Recension des écrits . IV- But et Question de recherche , Introduction I- Identification de la problématique. III- Cadre de référence : I- Devis de recherche Présentation des résultats et interprétation.. Recommandations Phase conceptuelle Phase méthodologique Phase empirique: Conclusion
  3. 3. La transfusion sanguine comporte des risques malgré la plus grande vigilance. La déclaration est l’un des éléments essentiels de l’hémovigilance. La présente étude s’inscrit: Les mesures de préventions La vérification du bon remplissage des fiches de déclaration Faire un état des lieux des déclarations, afin de dégager des recommandations d’amélioration.
  4. 4. Le risque transfusionnel demeure un problème d’actualité. La prévention repose entre autre sur l’existence d’un système de déclaration des réactions indésirables secondaires à la transfusion. La garantie d’une utilisation et de responsable de sante ne peut se faire que par un système d’information.
  5. 5. Complication: Inefficacité transfusionnelle Accidents menaçant la pronostic vitale La déclaration des incidents, le recueil et l’analyse des informations sont des moyens efficaces de surveillance et de prévention de ces incidents et accidents.
  6. 6. II. BUT ET QUESTIONS DE RECHERCHEII. BUT ET QUESTIONS DE RECHERCHE  But de recherche : Objectifs spécifiques  Etat des lieux de la déclaration  Adéquation des déclarations aux exigences  Recommandations d’amélioration sur la base de cette analyse . Objectifs secondaires  Quelles sont les réactions indésirables les plus fréquemment rencontrées ?  Pour quels types de produits sanguins labiles ?  Quels en sont les taux d’incidence ?
  7. 7. Question de recherche : Ne faut-il pas vérifier que la procédure de déclaration d’accidents transfusionnels soit parfaitement appliquée? Existe-t-il des études évaluatives analysant ces incidents et accidents transfusionnels. Les informations recueillis sont elles analysées et exploitées pour garantir une meilleure sécurité transfusionnelle ?
  8. 8.  Hémovigilance, épidémiologie et sécurité transfusionnelle. Développée début des années 90, l’hémovigilance est aujourd’hui une partie intégrante de tout concept sécuritaire en transfusion sanguine. L'ensemble des procédures de surveillance organisées depuis la collecte du sang et de ses composants jusqu'au suivi des receveurs, en vue de recueillir et d'évaluer les informations sur les effets inattendus ou indésirables résultant de l'utilisation thérapeutique des produits sanguins labiles et d'en prévenir l'apparition, ainsi que les informations sur les incidents graves ou inattendus survenus chez les donneurs.
  9. 9.  ACCIDENTS TRANSFUSIONNELS IMMEDIATS  Immunologique :Il s’agit surtout d’accidents liés à une incompatibilité ou à une allo-immunisation.  Infectieux :Dans la majorité des cas, les pathogènes proviennent du donneur. Parfois, le prélèvement fait dans des conditions non stériles ou la conservation dans des conditions inadéquates de température peuvent être incriminée.  surcharge : la transfusion massive est définie par un volume transfusé supérieur ou égale à une masse sanguine sur une période de 24heures ou moins.
  10. 10. PREVENTION DES ACCIDENTS TRANSFUSIONNELS IMMEDIATS Immunologique : Les réactions immuno-hémolytiques: Analyser les erreurs. Infectieux d’origine bactérienne: La sélection du donneur: L’information précédant le don et l’entretien médical . L’acte de prélèvement: les modalités d’utilisation.
  11. 11.  Instauration du cadre juridique   relatif à l’Hémovigilance Elaboration des procédures  organisant l’acte transfusionnel Absence de système  informatif transfusionnel organisé Nouveauté du concept  d’Hémovigilance  au Maroc Faible taux de déclaration des  accidents transfusionnels Verification conformité des déclarations procedure : Quelles sont les réactions indésirables les plus fréquemment  rencontrées ? Pour quels types de produits sanguins labiles ? Quels en sont les fréquences et la gravité ? Etat des lieux Des déclarations Dégager les dysfonctionnementsProposer des recommandations  d’amélioration Activer le système d’alerte et de surveillance Assurer la sécurité transfusionnelle 
  12. 12.     DEVIS DE RECHERCHEDEVIS DE RECHERCHE   Type d’étude:  Il s’agit d’une étude: Etude rétrospective.         Milieu d’étude:  Centre Régional de Transfusion sanguine « CRTS » RABAT      Lieu et Durée de l’étude:  Au niveau de l’unité d’hémovigilance du CRTS Rabat : du 15/12/2010 au 15/05/2011.  Population cible:  La population cible est constituée des fiches de déclarations des accidents transfusionnels.
  13. 13.  Echantillonnage:  Méthode d’échantillonnage:  exploitation de exploités toutes les fiches de déclarations des accidents transfusionnels reçues au CRTS de Rabat de 2006 à 2010 au niveau du laboratoire Immuno- hématologie Receveurs « IHR » et au niveau de l’unité d’hémovigilance du CRTS.  Taille de l’échantillon:  L’échantillon de l’étude est constitué de 178 fiches de déclarations des accidents transfusionnels reçues au CRTS de Rabat de 2006 à 2010.
  14. 14. Méthode de collecte des données: Méthode directe : Exploitation des informations au niveau des archives du CRTS (registre des incidents et accidents transfusionnels du labo IHR et registre du service d’hémovigilance). Méthode indirecte : Documentation : l’exploitation des ouvrages, des articles, des sites web, des encyclopédies et thèses nous a permis de puiser les informations susceptibles d’enrichir notre étude Méthode d’analyse des données Les données recueillies ont été saisies et validées sur le logiciel Microsoft Excel.
  15. 15.                   mois    activité  OCT NOV DEC JAN FEV MAR AVR MAI Choix du sujet Problématique Collecte des données et contact avec  les encadrants et professionnels de  santé Discutions et  interprétation de la  partie théorique Partie  pratique Dépôt  Echéancier :
  16. 16.      
  17. 17. L’objectif de cette étude rétrospective est de dresser un état des lieux des fiches de déclarations des accidents transfusionnels immédiats reçues au CRTS de Rabat suite à la transfusion de produits sanguins labiles(PSL) ,au niveau des différents établissement de soins de la région de Rabat de 2006 à 2010.  Evaluer les déclarations par rapport à une grille d’évaluation  Déterminer la fréquence de ces différents accidents transfusionnels immédiats
  18. 18. Identité du patientIdentité du patient L’identité de patient est présente dans 75% des fiches de déclarations ( soit 134 des fiches de déclarations parmi 178).
  19. 19. Identification de l'établissement et du serviceIdentification de l'établissement et du service L’identification de l’établissement et du service sont présentes dans 75% des fiches de déclarations ( soit 134 des fiches de déclarations parmi 178).
  20. 20. Information concernant le produit sanguin labileInformation concernant le produit sanguin labile L’information concernant le produit sanguin labile est présente dans 81% des fiches de déclarations ( soit 144 des fiches de déclarations parmi 178).
  21. 21. Date de lDate de l’accident transfusionnel’accident transfusionnel Date de l’accident transfusionnel est présente dans 94% des fiches de déclarations ( soit 167 des fiches de déclarations parmi 178).
  22. 22. Signature de la fiche par le(s) correspondant(s) Signature de la déclaration par le(s) correspondant(s) d'hémovigilance par année Signature de la fiche par le(s) correspondant(s) est présente dans 15% des fiches de déclarations (soit 26 des fiches de déclarations parmi 178).
  23. 23. DiscussionDiscussion  EVALUATION DU REMPLISSAGE DES FICHES DE DECLARATION D’ACCIDENTS TRANSFUSIONNELS:  Pour le premier critère B1, qui est l’identification du patient, il doit être un critère nécessaire à mentionner dans chaque déclaration d’accident transfusionnel ; sa vérification doit être systématique dés réception de chaque déclaration. L’âge du receveur doit être mentionné afin de compléter son identité.
  24. 24. A noter que l’âge des receveurs n’a été signalé sur aucune déclaration examinée. Il en est de même pour le deuxième critère B2, qui est l’identification de l’établissement de soin et du service, sa vérification doit être systématique. Dans cette étude, 25% des demandes ne comportent ni l’identification du patient, ni celle de l’établissement de soins.
  25. 25.  La détermination de la nature du PSL incriminé (critère B3) est un critère impératif à préciser, il est le principal critère déterminant la fréquence des accidents transfusionnels. En effet l’homogénéité de la production des PSL au niveau du même CRTS de Rabat permet de comparer les taux d’accidents transfusionnels par type de produit et par établissement de soin. Ce critère n’est pas précisé dans 19 % des déclarations (soit 34 fiches).
  26. 26. Concernant les informations cliniques et biologiques à propos de l’accident transfusionnel (critère B4) : elles sont un critère majeur dans la détermination et l’analyse de la cause de l’accident transfusionnel . Dans notre étude, le tiers (28%) d’incidents déclarés ne comportent pas d’informations cliniques et biologiques ; d’où la nécessité de validation immédiate par les correspondants d’hémovigilance de toute déclaration, afin de compléter les informations (cliniques et biologiques)
  27. 27.  Par ailleurs la date et l’heure de l’accident transfusionnel (critère B5) doivent toujours être indiquées, afin de situer l’accident par rapport à la livraison du PSL, et d’expliquer la cause de sa survenue (rôle d’une rupture de la chaine de froid, permutation lors du stockage intermédiaire ou d’une péremption).  Pour le critère B6 : signature de la déclaration d’accident transfusionnel par le(s) correspondant(s), il doit obligatoirement être respecté.
  28. 28. Ce sont les correspondants d’hémovigilance (ES et ETS) qui déterminent l’imputabilité de l’accident à la transfusion et sa gravité. Seuls 14,6 % des fiches sont signées par un des correspondants ; et même en 2009 aucune fiche n’a été signée.
  29. 29.  ANALYSE DES RESULTATS DES FICHES DE DECLARATION DES ACCIDENTS TRANSFUSIONNELS :  Quels sont les PSL les plus fréquemment incriminés dans les accidents transfusionnels?
  30. 30.  Quel est le taux d’incidence des accidents transfusionnels immédiats déclarés ?
  31. 31.  Quels sont les accidents transfusionnels les plus fréquemment rencontrés ?
  32. 32. RECOMMANDATIONSRECOMMANDATIONS Suite à notre modeste travail et en analysant les différents résultats, nous proposons les recommandations suivantes :  Définir une politique de surveillance transfusionnelle en afin de sélectionner les priorités et élaborer les stratégies adaptées tout en mettant en place des indicateurs de suivi.  Une sensibilisation du personnel médical sur les procédures d’hémovigilance en établissant des programmes de formation par les correspondants d’hémovigilance dans différents établissements de soin.
  33. 33.  Amélioration des connaissances du personnel concernant les incidents et les accidents transfusionnels « pour être déclarer ces incidents doivent être perçu comme tels !»  Réception tracée de toute déclaration d’accident transfusionnel et vérification systématique de l’identification du receveur, de l’établissement de soin déclarant, ainsi que la mention du produit incriminé
  34. 34. • > Exigence pour toute déclaration d’une validation préalable par les deux correspondants d’hémovigilance et exploitation des données collectées. > Réalisation d’autres études plus précises et documentées en temps réel, ciblant la détermination exact de l’incidence des accidents transfusionnels immédiats.
  35. 35. CONCLUSIONCONCLUSION Une telle approche primaire ne saurait avoir de caractère scientifique avéré. Elle permet néanmoins de commencer à évaluer la sous- déclaration plutôt que de feindre de l’ignorer. Elle permet aussi de pointer sur les acteurs ou sur les domaines les plus en retard pour améliorer le système de manière plus efficace.
  36. 36. La poursuite de l’analyse sur les accidents transfusionnels de 2011 va permettre de valider les premières données, en attendant l’occasion de se comparer à d’autres structures. En fin, ce travail nous a permis des échanges très fructueux ; nous espérons qu’il a pu atteindre les objectifs qui lui ont été destinés et qu’il servira tous ceux qui le consulteront.
  37. 37. MERCI POUR ATTENTION VOTRE

×