1/237
ECONOMIE FRANCAISE
ECONOMIE FRANCAISE 1
GAUCHE 2
PROPOSITIONS ECONOMIQUES 93
DROIT 133
ENTREPRISES 169
BANQUES 215
I...
2/237
Gauche
MODIFICATION DE LA CONSTITUTION FRANCAISE
Le PS s'est encore une fois opposé par principe. Même si le texte p...
3/237
EXTREME GAUCHE
Le PS ne doit pas se laisser piéger dans le discours d’adolescent attardé
d’Olivier Besancenot. Il ve...
4/237
GRANDES ECOLES
Les professeurs en charge de la sélection dans l’enseignement supérieur
Français feraient bien de rec...
5/237
FESTIVALS D’ETE
Je viens d'entendre sur Arte culture s'exprimer le directeur du théatre de
Rennes. En substance il d...
6/237
L’ARGENT, CA N’EST PAS MAGIQUE !
Avis aux fonctionnaires déconnectés de la réalité de l’argent (public …),
dont le s...
7/237
NIVEAU OPTIMAL DE SOLIDARITE
Pour un socialiste lucide, le niveau optimal de solidarité, c’est le niveau de
solidari...
8/237
PROJET DE VIE DES FRANÇAIS
Si la France décline, c’est que chaque français individuellement, donc
collectivement, n’...
9/237
DEBAT SUR LA POULE ET L’ŒUF
Hier soir sur France2 nous avons vu un débat dans la grande tradition
française, mené su...
10/237
FILM SARKO BASHING
Un film sur la conquête présidentielle de Nicolas Sarkozy vient de sortir. Il
paraît que c’est c...
11/237
PREPARER L’OPINION PUBLIQUE A DES EFFORTS FINANCIERS
Une campagne présidentielle est l’occasion privilégiée pour mo...
12/237
POURQUOI JE SUIS DE CENTRE GAUCHE
J'ai choisi le camp socialiste parce que je considère que ce sont les classes
pop...
13/237
AFFAIRE DE COLLUSION SUPPOSEE DE L’ANCIEN PRESIDENT NICOLAS
SARKOZY ET DE LA RICHISSIME MME BETTENCOURT
Que reproch...
14/237
COMPATIBILITE PROFONDE ENTRE LES INTERETS DES PATRONS ET CEUX
DES EMPLOYES/OUVRIERS
Ceci est un message aux syndica...
15/237
MISE EN EXAMEN SUR LA FOI DE PREUVES ILLEGALES
Le ministre du budget Jérome Cahuzac a été démissionné du
gouverneme...
16/237
PHENOMENE TOTALITAIRE DE CONTROLE CROISE DANS LES VILLAGES
Je suis témoin d’un phénomène de contrôle croisé des com...
17/237
OFFRE DE POLITIQUE ECONOMIQUE DU CENTRE
Le centre politique se définit par une double opposition, à la fois à la
dr...
18/237
CAS DE NECESSITE DE L’ARBITRAGE DEMOCRATIQUE
En politique, il faut distinguer ce qui relève des sciences dures : le...
19/237
PSYCHOTHERAPIE : ENTRAINEMENT AUX DECISIONS
Dans l’ancienne éducation, il était de mise que tout vienne de plus hau...
20/237
comportementaliste / psychologue cogniticien). Vous verrez bien à l’usage
…
21/237
SIMPLIFICATION DES DECISIONS COMPLEXES
Toutes les décisions ne sont pas élémentaires, même pour les personnes
entra...
22/237
Analyser le titre et le sous-titre
Lire la quatrième de couverture (dos du livre)
Si toujours intéressé, parcourir ...
23/237
LES FRANÇAIS SERAIENT-ILS BOURRES DE COMPLEXES ?
Les français ne semblent pas aptes à assumer psychologiquement tou...
24/237
CREER UN CHOC DE REALISME SALUTAIRE
Les français des années 2000 sont des assistés, ils vivent dans l’héritage
d’un...
25/237
infrastructures à financer légitimement par les utilisateurs, dont la
culture ; à force donc de cacher la réalité, ...
26/237
LA CIVILISATION DE L’IMPUISSANCE PAR L’ABSENCE DE CHOIX ASSUME
Honnêtement, je suis très perturbé par la généralisa...
27/237
BIPOLAIRE
Cher lecteur,
restons positifs.
Je ne m'autoriserai à parler des problèmes des autres,
que lorsque j'aura...
28/237
LA MACHINE A PERDRE, OU LE DECLIN DES DEMOCRATIES COMPOSEE
D’ADMINISTRES INFANTILISES GUIDES PAR DES POLITICIENS
AM...
29/237
SYSTEME ECONOMIQUE
Nous sommes dans un système capitaliste d'échange des biens et
services.
Malgré tous les vices i...
30/237
LA TRADITION, LA COUTUME, A T’ELLE UNE QUELCONQUE VALEUR A VOS
YEUX DANS UN PAYS DE DROIT ECRIT ?
Je discute une qu...
31/237
POURQUOI FAIRE SIMPLE QUAND ON PEUT FAIRE COMPLIQUE ?
Mes amis étrangers m’ont fait remarqué, et m’ont largement dé...
32/237
QUESTION DE STYLE ECRIT
A la relecture de quelques articles de mes blogs, je viens de m’apercevoir
que mes phrases ...
33/237
CONSEILS POUR CHOISIR L’INSTALLATION DE L’HABITATION
En théorie, sur le territoire français, chacun peut s’installe...
34/237
PREVISIONS ELECTORALISTES
Après avoir décortiqué les discours politiques, et constaté les réactions
dans le corps s...
35/237
L’AVANTAGE POLITIQUE EST TOUJOURS POUR CEUX QUI PARLENT CLAIR
La montée du nationalisme en France s’analyse simplem...
36/237
SUPERIORITE DE LA DECISION ASSUMEE SUR DES PRETEXTES
D’EXCUSES
Chez les professionnels, dans les familles, les entr...
37/237
INCOHERENCE LOGIQUE ENTRE LES ASPIRATIONS COLLECTIVES ET LES
RESPONSABILITES INDIVIDUELLES
L’un des exercices les p...
38/237
COMMENCER PAR MAITRISER LES RAISONNEMENTS DE BASE,
ELEMENTAIRES, AVANT DE S’AVENTURER DANS LA COMPLEXITE !
En tant ...
39/237
Imaginez la panique de l’architecte qui, pour bâtir une maison sur Terre,
aurait besoin d’apprendre les géométries ...
40/237
LE LIBRE ARBITRE DU DECIDEUR EST UN FACTEUR ESSENTIEL A LA
QUALITE DE LA DECISION
Pour moi qui ai une formation de ...
41/237
APPRENEZ A EVALUER UNE ŒUVRE AVANT DE DEMANDER AUX SAVANTS
DE LE FAIRE POUR VOUS, OU DE SE REFERER A UNE BIBLIOGRAP...
42/237
ELEVER LE DEBAT DEMOCRATIQUE VERS PLUS DE RATIONNALITE ET
MOINS D’EMOTIVITE !
L’exercice de la gestion publique, qu...
43/237
JOURNALISTES : POURRIEZ VOUS MODERER VOTRE PASSION POUR
L’ECONOMIE ?
Nous sommes une société à l’état nouveau d’hyp...
44/237
ECONOMIE = MACROECONOMIE + MESOECONOMIE + MICROECONOMIE
En sciences économiques, il est justifié de distinguer 3 an...
45/237
ECONOMIE DU SAVOIR
Le savoir est un bien public. Il est transmissible. Il est partageable sans
affaiblir sa vérité ...
46/237
POUR OBTENIR UN BON RESULTAT, EMPLOYEZ LA BONNE PROCEDURE DE
DEROULEMENT
Je m’inscris en faux contre ceux qui préte...
47/237
MES VOCATIONS PROFESSIONNELLES
J’ai 3 vocations professionnelles.
- la recherche (exploration de territoires mentau...
48/237
MA DEMARCHE DE RESOLUTION DE PROBLEMES
Au quotidien,
- j’apprends des théories,
- je les applique sur des cas concr...
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Economie francaise-4
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Economie francaise-4

1 504 vues

Publié le

Economie Française

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 504
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
15
Actions
Partages
0
Téléchargements
11
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Economie francaise-4

  1. 1. 1/237 ECONOMIE FRANCAISE ECONOMIE FRANCAISE 1 GAUCHE 2 PROPOSITIONS ECONOMIQUES 93 DROIT 133 ENTREPRISES 169 BANQUES 215 INTERNATIONAL 220 SYNTHESE 233
  2. 2. 2/237 Gauche MODIFICATION DE LA CONSTITUTION FRANCAISE Le PS s'est encore une fois opposé par principe. Même si le texte proposé n'était pas parfait aux yeux de la gauche, il était néanmoins à mi-chemin de l'objectif (renforcement des pouvoirs du parlement, une partie de l'ordre du jour à son initiative). Ce n'est pas en se tirant une balle dans le pied pour faire un croc en jambe à Sarkozy que le PS va reconquérir sa crédibilité ! PROPOSITIONS SOCIALISTES Bon, vous rejetez les conclusions du rapport Attali. Les Français voudraient savoir ce que vous proposez en alternative. Vous vous referez tous à Mitterrand, mais vous semblez avoir oublié qu'il a remporté les premières élections présidentielles à gauche de la 5° république grâce aux fameuses 110 propositions, qui, certes, n'ont pas toutes été tenues, mais au moins elles avaient le mérite de donner un cap. Et vous, les dirigeants des années 2000, où sont VOS PROPOSITIONS ? Y-en-a marre d'attendre...
  3. 3. 3/237 EXTREME GAUCHE Le PS ne doit pas se laisser piéger dans le discours d’adolescent attardé d’Olivier Besancenot. Il vend du rêve, de l’utopie (ce qui, par définition, n’existe nulle part). Il refusera toujours de se cogner à la réalité des affaires, c’est tellement plus confortable de rêver et d’être aimé ... L’économie administrée, çà ne marche pas et çà a conduit à des catastrophes historiques. Le troc, c’est un casse-tête ingérable. Le don + contre-don, çà ne marche pas à l’échelle d’un pays. Le capitalisme a l’avantage de prendre les hommes tels qu’ils sont, et non tels qu’on voudrait qu’ils soient : nous sommes plus avides et égoïstes que généreux et altruistes. Il faut seulement que l’état veille à réguler la puissance brutale du marché. En particulier, le capitalisme Rhénan fonctionne de manière plus équitable que le libéralisme Anglo-Saxon. Je propose un programme de gauche pour l’économie : « produire plus pour redistribuer plus », via les impôts sur les sociétés, sur les revenus, sur la consommation (TVA). En ce qui concerne la croissance, disons clairement : « créons des conditions favorables à la croissance du secteur marchand, pour que le plus de citoyens possible puisse gagner sa vie ». Il faut une politique industrielle qui soit adaptée à la raréfaction structurelle du pétrole et à la nécessité de diminuer les gaz à effet de serre : c’est l’économie de l’intelligence (recherche dans les énergies renouvelables, chimie verte, biotechnologies, médecine, services à haute valeur ajoutée, université, informatique, etc.). ELECTIONS PS Gagnant du scrutin : François Bayrou. Des wagons de militants du centre gauche vont quitter un parti aux élections truquées. Martine Aubry ne devrait pas accepter d’être si mal élue, même si c’est un ou plusieurs de ses lieutenants qui ont organisé la fraude. Les Français n’apprécient pas, cela pèsera gravement dans les prochaines élections. La seule issue, c’est de revoter pour départager équitablement les deux camps. Personne ne connaît bien la psychologie des foules, on ne sait pas a priori quel camp sera le gagnant, mais ils ne seront pas à égalité : Les électeurs de Martine Aubry peuvent se sentir encouragés à confirmer le vote, ceux de Ségolène Royal, à se venger, ou bien ils seront déjà dégoutés de l’expression démocratique. Le scrutin pourrait avantageusement être précédé d’un débat entre les deux finalistes, du type de ceux organisés pendant la présidentielle, et animé dans le but de distinguer clairement les options d’avenir des deux candidates, à l’oral, en interaction, dans un format de temps de débat de second tour à la présidentielle.
  4. 4. 4/237 GRANDES ECOLES Les professeurs en charge de la sélection dans l’enseignement supérieur Français feraient bien de reconnaître qu’ils se sont imprégnés, peut-être à leur insu, d’une doctrine néo-darwinienne sociale malthusienne. Et des conséquences sur les jeunes cerveaux qu’ils déforment, ceux des futures élites : l’esprit concours dans les grandes écoles et les filières sélectives à l’université sont le creuset de l’égoïsme et de la supériorité supposée à vie et en tout, mais en fait qui correspond à la rencontre momentanée d’un jeune esprit malléable, à une date donnée de sa vie, sur quelques matières consensuellement admises et enseignés, et des mentor habiles et manipulateurs (du type « s’ils réussissent cet examen malgré sa difficulté et ma notation rébarbative, je pondrais un sujet encore plus dur la prochaine fois, seuls 3 élèves doivent avoir la moyenne ! »). Est-ce des élites déformées par cette torture précoce dont nous avons vraiment besoin aujourd’hui ? NICOLAS A DIT … ET SEGOLENE A DEMANDE PARDON … Gamineries, absolument pas à la hauteur de leurs responsabilités à chacun des 2 !
  5. 5. 5/237 FESTIVALS D’ETE Je viens d'entendre sur Arte culture s'exprimer le directeur du théatre de Rennes. En substance il disait qu'il fallait condamner la réforme en cours des collectivités territoriales, voire mettre en péril les festivals de l'été, parce que cette réforme était calculée par l'UMP pour torpiller les élites critiques de gauche. Comment ose t-on tenir un tel raisonnement propagandiste PS ? La réforme du financement des régions, via l'abandon de la partie de la taxe professionnelle qui pèse sur l'investissement des entreprises, est destinée à créer des emplois dans les entreprises privées. Bien que l'on puisse regretter que l'éventuelle baisse des recettes des régions n'affecte la culture, il ne faut pas élaborer des raisonnements type billard-à-quatre-bandes qui aboutirait à paralyser les professions culturelles et intellectuelles. Dans le cas présent, mieux vaut en rester à des revendications catégorielles de protection de l'emploi. LA CUREE Aujourd’hui le gouvernement est faible dans les sondages. Du coup, les mêmes qui encensaient avec zèle Nicolas Sarkozy quand il était au plus haut de sa popularité, se réunissent pour parler en concert de catastrophe gouvernementale : par lâcheté ordinaire, par vil opportunisme, en fonction d’un modèle économique (il faut que les journaux se vendent, que les papier soient acceptés par les rédacteurs en chef, que les journaux télévisés confirment ce que les téléspectateurs ont envie d’entendre, pour augmenter l’audimat et mieux vendre la publicité). Bref, l’économie politico-médiatique en démocratie est un système régulé par rétroaction positive, qui veut que plus une idée est populaire, plus elle sera martelée dans la diffusion médiatique, et en retour elle deviendra encore plus populaire, les esprits des consommateurs étant plus malléables que critiques ! Je ne peux me passer de ressentir un malaise devant un tel écart entre la théorie de la démocratie (chacun juge en conscience, après mûre réflexion), et ce qu’en on fait les média : Une batterie de bien-pensants officiels, toujours les mêmes, qui se cooptent entre eux, s’évertuent à nier dans leur éditoriaux les évidences à la fois vécues et ressenties par les couches populaires et les classes moyennes. LE CHARABIA DES VERTS Sociologiquement, les verts sont des intellos révoltés contre l’ordre établi. Comme tels, ils sont friands de toute nouvelle idée contestataire. Mais voilà le problème : toutes les nouvelles idées à la mode ne sont pas forcément bonnes ! D’où l’impression de charabia, de novlangue, de globiboulga que l’on éprouve quand on écoute le discours des verts.
  6. 6. 6/237 L’ARGENT, CA N’EST PAS MAGIQUE ! Avis aux fonctionnaires déconnectés de la réalité de l’argent (public …), dont le salaire est assuré, identique chaque mois, à vie ; 850 000 d’entre eux n’ont une charge de travail que de 20H par semaine, sont dotés de 4 mois de congés payés. L’argent çà se gagne avant de se dépenser. Ceci est valable pour les particuliers comme pour l’Etat. Si on ne veut pas faire des économies, au moins doit-on rester à l’équilibre budgétaire. Sinon, c’est la fuite en avant, la cavalerie. Non, l’argent çà n’est pas sale ! Les profs vivent dans un monde utopique où le savoir seul est monnaie d’échange, dans le don + contre-don, un monde qui n’existe pas dans la réalité, dès qu’ils ont quitté leur salles de classes, un monde dont ne veulent pas tous les élèves qu’ils ont dégoûté par la sélection sur des savoirs non opérationnels. Tout l’enjeu de la politique de réforme de l’Etat, c’est de faire comprendre aux fonctionnaires que nous vivons dans un monde à 200 pays, que nous n’imposerons pas notre vision française de l’argent - sale, parce que l’argent sert à acheter du confort via les biens et services, parce que l’argent est dans la période actuelle le seul signe – dénominateur commun accepté par toute l’Humanité. Le rapport à l’argent (comment le dépenser, comment l’économiser, comment le gagner) est le fruit d’un long apprentissage, mais précisément n’est pas enseigné à l’école française, les profs français n’y comprenant rien …
  7. 7. 7/237 NIVEAU OPTIMAL DE SOLIDARITE Pour un socialiste lucide, le niveau optimal de solidarité, c’est le niveau de solidarité maximal que l’on peut se payer ! sans hypothéquer les générations futures, en conservant la capacité de la nation à absorber les prochaines crises majeures internationales prévisibles (ou pas : toujours garder de la marge de manœuvre …). Les maîtres mots de l’action publique doivent être : Ethique, responsabilité, lisibilité, liberté, solidarité. Dans le cas des retraites qui nous préoccupe ces jours-ci, le Parti Socialiste et les syndicats apportent une mauvaise réponse à un réel problème. Comment imaginer que Nicolas Sarkozy soit un sadique qui veuille nous obliger à travailler plus par plaisir ? Qu’il soit un masochiste qui veuille se couper d’une partie de l’électorat ? Il affronte seulement une difficulté, que la gauche, si elle revient au pouvoir, rencontrera à nouveau : Les hypothèses du comité sur les retraites CORE sont trop optimistes (5% de chômeurs) ; en fait la logique voudrait qu’on revienne à la règle de 65 ans pour la plupart, avec des exceptions médicales à 60 ans. C’est l’application du principe de lisibilité de l’impôt, pour qu’il soit largement accepté : Comme c’est la durée de vie qui augmente et qui déstabilise l’équilibre du régime de retraite par répartition, c’est donc un problème démographique, et on lui donne une réponse démographique par conséquent, l’augmentation de la durée des cotisations. Dans le cas de la médecine gratuite, un bon principe de lisibilité serait de faire payer modérément les soins par les malades (médicaments pas chers non remboursables, franchise de 5€ à chaque consultation médicale, concurrence de l’offre par la suppression du numerus clausus imposé par les corporations médicales et une politique mauvaise de la sécurité sociale). En revanche, la prise en charge des maladies graves (personnel médical, médicaments) doit être absolument maintenue, car sinon les personnes atteintes se retrouveraient dans des situations médicales et financières insortables, ce qui va à l’encontre des standards de l’humanité de nos jours en pays développé.
  8. 8. 8/237 PROJET DE VIE DES FRANÇAIS Si la France décline, c’est que chaque français individuellement, donc collectivement, n’a plus d’ambition. Quel est le projet de vie de la plupart des français, leur rêve le plus fou : Payer moins d’impôts, prendre sa retraite plus tôt, partir en vacances à l’étranger, se faire prendre en charge comme un enfant par l’état providence, notamment en ne participant d’aucune manière au financement de ses soins de santé. Dans ces conditions, il ne faut pas accuser l’Allemagne, les USA, ou la Chine, de ses propres faillites. En Allemagne, les travailleurs et les patrons discutent, chacun est conscient de ses droits et de ses devoirs. Aux USA, l’individu veut s’enrichir, mais il se donne de la peine pour arriver à cet objectif. En Chine, la vie est dure pour les travailleurs, mais l’espoir de mobilité sociale ascendante permet de supporter des conditions de vies difficiles. Je milite pour que les hommes politiques français prennent enfin leurs responsabilités, et fixent des objectifs ambitieux aux français. Ce qui peut se décliner selon la sensibilité politique : Une écologie irréprochable (donne l’exemple, effet d’entraînement sur les autres pays, moralement éthique) le remboursement de la dette (équilibre budgétaire pérenne + objectif de dettes cumulées zéro), la diminution de la pauvreté absolue de 50% par quinquennat, une économie dynamique fondée sur les PME, des services publics efficients (réorganisations de services, procédures revues et allégées, rapidité, culte de la simplicité, coûts moindres, informations disponibles pour les usagers par Internet et rémanentes pour les administrations sur des bases de données interconnectées, management type privé, augmentations et promotions au mérite), un poids moindre et partagé des prestations sociales.
  9. 9. 9/237 DEBAT SUR LA POULE ET L’ŒUF Hier soir sur France2 nous avons vu un débat dans la grande tradition française, mené sur le mode « qui était là avant ? La poule ou l’œuf ? ». Il s’agissait de savoir si un débat sur l’Islam devait être ouvert, notamment en ce qui concerne le financement des mosquées. Or la loi de 1905 sur la laïcité interdit le financement des cultes, et cette loi semble marcher bien. Donc il ne faut pas toucher à cette loi. Oui mais il est quand même nécessaire de financer la construction de mosquée, et la formation d’Imams républicains. Alors comment on fait ? Vide intersidéral dans la tête de nos brillants débatteurs, élite reconnue de la nation ! D’après moi, en modifiant la loi de 1905 pour inclure le financement des cultes issues de population nouvelles souvent pauvres, bien évidemment … Le scoop de la soirée revient à François Bayrou, qui avoue et annonce devant les caméras devant des millions de français en direct, qu’en fait cette fameuse loi de 1905 est contournée au quotidien par tous les maires de France. Les Français seront contents de savoir ce que les élus font de la loi. Mais au fait, puisque cette loi est contournée, pourquoi ne l’amende t’on donc pas. Et c’est là où la poule et l’œuf se rejoignent dans un bruit d’omelette dans ma casserole … PRIMAIRES PS : HOLLANDE CONTRE FABIUS Après l’auto élimination sinistre de Dominique Strauss Kahn, et pour éviter toute guerre des chefs au Parti Socialiste, qui serait fatale lors du vote présidentiel, je propose un choix simple et représentatif entre l’aile droite du PS : François Hollande, et l’aile gauche : Laurent Fabius. Ces deux piliers du PS ont du talent, de l’expérience, et une carrure présidentielle. Les autres ténors du PS se rallieraient à l’un ou à l’autre en fonction des programmes proposés par chacun des deux. Les électeurs des primaires auraient un choix clair, ouvert, représentatif de leurs opinions. Et que le meilleur gagne !
  10. 10. 10/237 FILM SARKO BASHING Un film sur la conquête présidentielle de Nicolas Sarkozy vient de sortir. Il paraît que c’est courageux en France de critiquer le top niveau. Faire des films, oui, mais en faire des bons ! Il s’agit en l’occurrence d’une critique abaissant Nicolas Sarkozy, Dominique de Villepin et Jacques Chirac. C’est à la fois injuste car asymétrique, la critique se portant sur les gens puissants en vue ; peu informatif ; caricatural. Dans notre pays, des pseudo intellectuels, et des artistes engagés à peu de frais (de risques), se croient obligés de critiquer systématiquement le camp d’en face, se voient en pourfendeurs courageux de l’obscurantisme et des abus, alors qu’ils n’imaginent même pas un epsilon des enjeux auxquels sont confrontés les hommes d’Etat ! Un peu de modestie s’impose … En ce qui concerne le Parti Socialiste, encore une fois, se reposer sur des affidés qui pratiquent le Sarko bashing, pratiquer soi-même à longueur d’interview des appels à la désobéissance civile, fabriquer un mouvement des masses par la caricature ne mènera pas à gagner l’élection présidentielle ; quand bien même elle serait gagnée dans de si mauvaises conditions, le programme présidentiel (toujours pas prêt à un an des élections) serait emporté par le mouvement des masses excitées ... Une arme boomerang, donc, l’excitation des bas instincts des foules ! GESTION DE LA COMPLEXITE J’écris cet article suite à la lecture du Nième rapport sur la chronobiologie de l’enfant à l’école. Depuis 15 ans que je suis le dossier, tous les spécialistes pédiatres de formation sont d’accord entre eux. Mais rien ne sort. On refait les rapports. A l’infini. Pour satisfaire tout le monde : parents, élèves, enseignants, hôteliers, etc. Or satisfaire tout le monde, même à minima, ce n’est tout simplement pas possible … Parce qu’une démocratie, ce n’est pas çà ! Oui, des informations doivent remonter du bas vers le haut, oui les situations sont complexes, il faut des conseillers rapporteurs intelligents pour synthétiser objectivement les problèmes, mais en démocratie on élit périodiquement un chef dont l’un des rôles est de trancher, d’arbitrer ! Sinon à quoi çà servirait d’élire un chef ? … RESSERER LES GOUVERNEMENTS … Parce qu’on a jamais vu des réunions fonctionner à plus de 8 voire 10 personnes autour de la table, il faut impérativement limiter à ces seuils le nombre de ministres. Rien n’empêche par ailleurs, les dossiers étant complexes et nombreux, que chaque ministre ait sous sa tutelle 5 ou 6 secrétaires d’état, mais qui n’assistent pas au conseil des ministres. C’est un fonctionnement en hiérarchie plus resserrée, plus à même d’identifier les responsabilités de chacun, secrétaire d’état comme ministre de tutelle.
  11. 11. 11/237 PREPARER L’OPINION PUBLIQUE A DES EFFORTS FINANCIERS Une campagne présidentielle est l’occasion privilégiée pour mobiliser l’opinion dans un projet et une vision de l’avenir. La préoccupation majeure de la France en 2012, c’est de réduire la dette cumulée. Or tous les candidats à la présidentielle vendent de la croissance économique stimulée par le secteur public, alors que les caisses sont déjà vides, et ils le savent pertinemment, les électeurs également ! La politique dans la démocratie française en 2012 se résume donc cyniquement par de la démagogie et de l’incompétence du côté des dirigeants, de la bêtise, de l’illusion de conte de fée, de la croyance en l’incantation des supérieurs hiérarchiques du côté des électeurs … La conséquence de ces mensonges économiques, ce sera des grèves à répétition de la part de français mécontents parce que floués, qui paralyseront l’économie de la France, qui feront chuter les gouvernements qui se succèderont pour essayer de rétablir la situation, comme dans la IV° république, puis finalement dans la présidentielle suivante, le pire des populisme d’extrême droite accèdera au pouvoir, ce qui cassera la France pour les 30 ans à venir. Quelle lourde responsabilité vous portez pour votre démagogie, messieurs Sarkozy, Hollande, Bayrou, et autres ! LA FRANCE INGOUVERNABLE APRES LA PRESIDENTIELLE Je suis fatigué, usé de jouer les professeurs qu'on s'empresse de ne pas écouter, mais qui ont tout de même raison, et qu'on regrette amèrement de ne pas avoir écouté avant, mais c'est trop tard ... En effet, après la campagne électorale que vient de mener François Hollande, prenant soin de n'appeler les électeurs à aucun sacrifice financier, que va t'il se passer lorsque 3 mois après avoir été élu, en Septembre, il sera confronté de face avec une crise financière majeure, incontournable et massive, ce jusqu'à la fin de son quinquennat. : Il va se raviser brutalement, refroidissant l'enthousiasme de la population, braquant contre lui les corps intermédiaires (syndicats, journalistes, opposition, plus une partie de sa majorité), et décrètera la rigueur (moins de dépenses sociales : retraites + santé, moins d'argent pour les collectivités locales, plus d'impôts sur les classes moyennes et riches). C'est mathématique. Sauf que comme il n'aura pas préparé la population lors de son élection, il ne récoltera que des grèves massives, qui paralyseront le pays, entameront notre crédit à l'étranger et auprès des financiers, ce qui compromettra le redressement des comptes, et torpillera son unique mandat. Voilà ce qui se passe lorsqu'on est élu sur de mauvaises bases ... Alors, il reste encore quelques jours pour communiquer sur la réalité de la situation financière de notre pays la France.
  12. 12. 12/237 POURQUOI JE SUIS DE CENTRE GAUCHE J'ai choisi le camp socialiste parce que je considère que ce sont les classes populaires qu'il faut protéger et même promouvoir, et que ce sont les classes moyennes et riches qui doivent assurer cette solidarité financière. Mais cette solidarité a pour limite et contrepartie la responsabilité de gérer l'argent collecté en bon père de famille. C'est pour cela que je suis de centre gauche. CLOTURE DES BLOGS Conformément à ce que j’avais annoncé précédemment, faute de contacts suffisants manifestant de l’intérêt pour mes blogs (en tout et pour tout une trentaine de messages déposés sous Blogger, moins de 5 e-mails à l’adresse benoit.fabre@laposte.net, 2 réponses sous Facebook.fr, zéro courrier de la poste, absence totale de contact téléphonique ou physique à mon domicile de Portet sur Garonne), il est tant de considérer que j’ai fait fausse route en dépensant tant d’énergie et de temps pour ces blogs (formation avec des livres universitaires par centaines, information permanente avec les journaux télévisés des chaînes classiques et d’information en continu, lecture des newsletters web du figaro.fr, du monde.fr, de FranceTelevisions.fr). Par conséquent, j’annonce à mes trop rares lecteurs que mes blogs sont suspendus pour une durée indéterminée. Je vous souhaite du discernement en politique. Bonne route. GOUVERNER, C’EST DIFFERENT DE PLAIRE ! En démocratie, pour être élu, il faut rassembler le maximum de suffrages sur son nom. Oui mais voilà, gouverner, c’est différent de plaire ! Bien au contraire, gouverner, c’est avoir le courage de réaliser concrètement les réformes qui sont nécessaires à l’avenir du peuple dont a temporairement la charge. Au fait, quelles sont les positions du gouvernement actuel sur la crise économique européenne, sur l’euro, sur l’augmentation des impôts, sur qui va payer, sur les coupes budgétaires, sur les administrations impactées en budget et en effectif, sur les collectivités locales, sur leur financement, sur la guerre civile en Syrie ? Sortons enfin de l’hypocrisie, affranchissons nous des consensus mous qui voudraient arranger tout le monde, et qui finalement pénalisent chacun …
  13. 13. 13/237 AFFAIRE DE COLLUSION SUPPOSEE DE L’ANCIEN PRESIDENT NICOLAS SARKOZY ET DE LA RICHISSIME MME BETTENCOURT Que reproche t’on à Nicolas Sarkozy ? Essayons de QUALIFIER L’ABUS, si l’abus est avéré. D’avoir bénéficié de largesses éventuelles de la milliardaire à hauteur de 150000 euros. Or cette Dame a un patrimoine estimé à 15 milliards d’euros, soit un don de 150 000 / 15 000 000 000 = 10e-6. Pour comparaison, un cadre supérieur qui gagne 100 000 euros par an, et dispose d’un patrimoine de 1 million d’euros, aurait donné 1e6 * 10e-6 = 10 euros pour la campagne du candidat de son choix, CE QUI N’EST NI MALHONNETE, NI DESONNORANT POUR CHACUNE DES DEUX PARTIES (voire même bien radin !). Pour mémoire, ma cotisation annuelle au Parti Socialiste me coûte 70 euros, et je ne m’en plains pas ! Nous sommes donc en présence du libre choix en démocratie capitaliste de disposer comme on l’entend, et ce raisonnablement, sans dérive ni spoliation, de sa propre fortune ! LA FRANCE DES ANNEES 2000 N’EST PAS UN PAYS COMMUNISTE, SA CONSTITUTION LE GARANTIT. Qui a intérêt à mouiller l’ancien président de la république. Ses concurrents bien sûr ! François Hollande directement ? Non, trop honnête et trop éthique pour çà, je l’écoute depuis très longtemps. Des sbires au Parti Socialiste ? Peut-être … Mais pourquoi pas Jean-François Copé lui- même, concurrent interne à la droite de Nicolas Sarkozy, dont la mise à examen faisant visiblement bien sourire ce matin au journal télévisé de 7h45 sur France2 ??? (à vérifier, à confirmer, puis à amplifier si c’est vrai !!!). Toute cette affaire se déroule via la justice, qui se déshonore encore une fois en donnant crédit à des bruits de chiottes, et qui, comme c’est la nouvelle mode, va faire pourrir l’affaire en trainant en longueur, pour finaliser sur un rien, tout en salissant la réputation de l’accusé, et en brisant sa carrière, si ce n’est sa vie privée … La France mérite mieux que çà, messieurs les juges !
  14. 14. 14/237 COMPATIBILITE PROFONDE ENTRE LES INTERETS DES PATRONS ET CEUX DES EMPLOYES/OUVRIERS Ceci est un message aux syndicalistes patrons / cadres / employés / ouvriers. Les intérêts des actionnaires, des dirigeants, des cadres – relais, des employés et des ouvriers sont fondamentalement compatibles, tout au moins dans une certaine mesure. Les dirigeants ont besoin que leur affaire tourne du mieux possible. Les cadres ont intérêt à ce que leurs patrons soient satisfaits d’une part, d’autre part à ce que leurs subordonnés réalisent correctement leurs activités. Les employés et les ouvriers ont intérêt à bien réaliser ce qui leur est demandé, pour que leur entreprise soit prospère, et qu’ils soient en retour mieux payés, sur le mode de participation au bénéfice de préférence. (Du point de vue du dirigeant, la partie fixe des salaires doit rester limitée, car en cas de baisse d’activité, ces charges fixes pèseront trop et alors il faudra licencier, ce qui est contraire évidemment aux intérêts des subordonnés, comme des dirigeants et cadres supérieurs : perte de la compétence en interne, coûts pour réembaucher et reformer et re- coordonner quand les affaires iront mieux). Les actionnaires majoritaires ont intérêt à dégager le maximum de bénéfices sur la longue durée, donc une bonne formation des salariés, leur stabilité dans l’entreprise est recherchée. Quant aux politiques, ils ont également intérêt à ce que le tissus industriel soit dense sur le territoire, et prospère. Il ne s’agit pas de tuer la poule aux œufs d’or, ni d’induire par des déclarations maladroites la cacophonie dans les entreprises et entre les salariés, ni la rivalité avec les patrons. Par conséquent, je réaffirme par cette démonstration que l’industrie capitaliste peut marcher de manière optimale, à condition que chacun joue, et tienne son rôle. Du contrôle, de la validation et de la discussion entre les différents acteurs sont requis. Je recommande chaleureusement aux investisseurs de ne miser que sur des entreprises qui respectent, au minimum, les comportements cités ci- dessus. Leur retour sur investissement à long terme en dépend étroitement.
  15. 15. 15/237 MISE EN EXAMEN SUR LA FOI DE PREUVES ILLEGALES Le ministre du budget Jérome Cahuzac a été démissionné du gouvernement suite à une mise en examen judiciaire, sur la foi d’écoutes totalement illégales. Or dans notre démocratie, la constitution interdit formellement aux juges 1. De procéder à des enquêtes illégales, 2. D’accorder aucune confiance aux soi-disants « éléments de preuves » illégaux. Par conséquent, les juges constitutionnels doivent exiger immédiatement l’annulation de la procédure de mise en examen, et procéder à la réhabilitation sans aucun délai de Jérome Cahuzac. Si cela ne se passe pas, cela voudra dire que notre pays n’aura fait AUCUN PROGRES depuis LA COLLABORATION DE 1940-1944 avec les NAZIS. Post-Scriptum : 2 semaines après ce message, l’ex-Ministre Cahuzac a avoué sa faute. Je ne suis pas avocat professionnel, ce qui ne m’a pas empêché de défendre un homme que je croyais sans tâche de toutes mes forces. Il s’avère qu’il avait fauté une fois. Je souhaite l’apaisement sur ce dossier. BONNES PAROLES DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FRANCOIS HOLLANDE « On peut également trouver des adversaires, des cibles, et chercher un bouc émissaire. Cela existe dans tous les pays d’Europe. J’ai retrouvé une belle phrase de ROOSEVELT, qui affrontait une crise, celle de 1929, d’une autre ampleur. IL disait à ses compatriotes : Ce que nous devons craindre le plus, c’est la peur. Encore aujourd'hui, nous devons donner espoir, donner confiance, je le disais aux entreprises que j’ai rencontrées, aux salariés comme aux dirigeants, mais je le dis aussi à tous nos concitoyens : UN ETAT FORT, C’EST UN ETAT SIMPLE ; UN ETAT PUISSANT, C’EST UN ETAT RAPIDE ; UN ETAT EFFICACE, C’EST UN ETAT QUI FAIT CONFIANCE ET QUI INSPIRE CONFIANCE. » François Hollande, Discours de Dijon, Mardi 12 Mars 2013 Téléchargeable sur http://www.elysee.fr http://www.elysee.fr/chronologie/#e2883,2013-03-11,deplacement-en- cote-d-or EXCELLENT DISCOURS DE POLITIQUE ECONOMIQUE DU PREMIER MINISTRE JEAN-MARC AYRAULT Prononcé à l’Assemblée Nationale, le Mercredi 20 Mars 2013-03-23 Téléchargeable sur http://www.gouvernement.fr http://www.gouvernement.fr/premier-ministre/discours-de-jean-marc- ayrault-premier-ministre-reponse-a-la-motion-de-censure-de-je
  16. 16. 16/237 PHENOMENE TOTALITAIRE DE CONTROLE CROISE DANS LES VILLAGES Je suis témoin d’un phénomène de contrôle croisé des comportements des individus d’un village, qui affecterait je le suppose tous les villages du monde. Quels sont les intérêts de cette pratique ? Les inconvénients, l’indiscrétion, l’atmosphère irrespirable de spoliation de liberté est évidente. Les sociologues peuvent-ils m’aider ? SANCTIONNER FERMEMENT LES JUGES INCOMPETENTS Nous assistons désormais à une véritable déstructuration de la vie politique par les attaques répétées des juges sur les responsables politiques en poste, ou susceptibles d’influencer le cours des choses. D’autant plus que certains procédés d’enquête sont illégaux car inconstitutionnels. Je demande instamment aux hautes autorités judiciaires, ainsi qu’aux ministres de la justice, de sanctionner fermement les juges incompétents qui désorganisent ainsi notre démocratie. Le but est il de nous faire croire que ce n’est qu’en ne faisant rien, en ne prenant aucune responsabilité, aucune décision, que nous serons tranquilles ? A investiguer … POURQUOI JE SOUTIENS LES SUCCESSIFS GOUVERNEMENTS DEMOCRATIQUES DE LA FRANCE Oui j’ai soutenu de mieux possibles des gouvernements de droite et de gauche de la France, lorsqu’ils allaient dans la bonne direction. C’est pour l’intérêt bien compris de la France et des Français. D’autre part, dans notre démocratie, les élections majeures se déroulement tous les 5 ans, ce qui nous donne en général un an pour réfléchir et un mois pour décider, chacun en conscience. Mais ce que je n’admettrai jamais, c’est la versatilité des électeurs telle qu’à l’élection sensiblement 50% des approbations se concentrent sur une tête et un programme, puis que systématiquement un an plus tard, les sondages ne donnent que 35% d’opinions favorables aux gouvernants : Soit le programme vendu aux élections était démagogique, irréaliste, la pédagogie d’un programme réaliste n’a pas été tentée. Soit le Français sont impatients, grogneurs, infidèles, et incapables de penser la politique : alors se pose la question « faut-il rester en démocratie populaire », « faut-il en revenir à un suffrage censitaire à définir » ?
  17. 17. 17/237 OFFRE DE POLITIQUE ECONOMIQUE DU CENTRE Le centre politique se définit par une double opposition, à la fois à la droite et à la gauche. Pour proposer une troisième voie, le centre ferait beaucoup mieux de faire son marché entre les idées du centre, de droite et de gauche, pour proposer son propre corpus de synthèse. En politique, les politiques à mener n’appartiennent à personne, le copyright n’existe pas, les idées sont issues des conseillers qui les inventent et qui sont payés pour cela, mais ces idées sont adoptées et soutenues par des partis politiques divers qui s’y reconnaissent. En particulier, je propose au centre (gauche et droit) d’adopter une politique économique panachée : La rigueur orthodoxe des comptes : pas de déficit annuel du budget, objectif dettes nulles pour un environnement macroéconomique sain (inspiration centriste), et une liberté de marge de manœuvre en cas de coup dur géopolitique (inspiration gaulliste, armées) Le soutien à l’entreprenariat, pour accélérer la croissance (inspiration libérale, droite) La redistribution : produire plus et mieux (écologie) pour redistribuer plus aux pauvres (inspiration de la gauche, voire catholique)
  18. 18. 18/237 CAS DE NECESSITE DE L’ARBITRAGE DEMOCRATIQUE En politique, il faut distinguer ce qui relève des sciences dures : les règles bien établies par le raisonnement et l’expérience, et ce qui relève des sciences humaines : hypothèses, déductions, qui ont une base fragile. Les règles n’ont plus à être arbitrées, mais appliquées, jusqu’à ce qu’un événement majeur ne vienne les remettre en cause ; Par contre, les raisonnements contraductibles relèvent pleinement du champ de l’arbitrage, et en démocratie, l’argumentaire est confié aux spécialistes, qui tentent de convaincre le peuple qui décide directement (vote, élection, referendum), ou indirectement via les élus du peuple (chambre des conseillers, chambre des décideurs, président, premier ministre, ministres). Cas typique, l’économie des pays développés est rentrée en stagnation depuis 40 ans. Les économistes de gauche ne jurent que par Keynes (la redistribution du pouvoir d’achat a la capacité de relancer les affaires du pays). Les économistes de droite s’accrochent à la gestion en bon père de famille, qui veut que les budgets soient équilibrés en termes de recettes et de dépenses, pour ne pas mettre en péril l’avenir du pays. Qui a tors, qui a raison ? Les deux raisonnements, réellement opposés, sont exacts scientifiquement. En démocratie, seul le peuple sera plus convaincu par un raisonnement antagoniste que par un autre, et le vote tranchera en faveur d’un point de vue ou de l’autre. Tentative de dépassement scientifique. Nous avons besoin d’aller plus loin, de trancher définitivement le débat, pour pouvoir passer à l’arbitrage public d’autres aspects de la politique. 40 ans de débat public ne sont pas arrivés à résoudre l’énigme. En fait, la politique keynésienne faite de stop and go a marché dans les années 1950-60 en Angleterre (Beveridge). La gauche a essayé de l’adopter en France dans les années 1980-90. Mais en ne faisant que la moitié facile de la politique économique, les relances en phase basse des cycles (« go »), sans jamais réaliser la phase difficile de la théorie (« stop »), c’est à dire les économies en phase haute des cycles, pour rembourser les créances et économiser en vue des temps difficiles. Dans ces conditions, je conseille fortement d’abandonner les politiques keynésiennes en France, en tout cas en ce moment et au vu du peu de vertu économique des élites et de nos concitoyens. Au contraire, j’appuie la rigueur des comptes, qui nous évite de spéculer sur des reprises éventuelles, de miser sur notre petite vertu financière, et de plus a la capacité à encourager des stratégies adaptatives de la part des acteurs de l’économie (entreprises, salariés, actionnaires, état) qui permettent une plus forte relance économique lorsque les fondamentaux du cycle haut se présentent.
  19. 19. 19/237 PSYCHOTHERAPIE : ENTRAINEMENT AUX DECISIONS Dans l’ancienne éducation, il était de mise que tout vienne de plus haut : du père de famille, de l’enseignant en cours magistral, du patriarche du village, etc. Actuellement, je constate que l’information est partout, sur internet, via Google par exemple, sur les chaînes d’information télévisées 24h/24 (par niveaux : local, national, international), mais que le public sait très peu les utiliser pour en tirer des conclusions concrètes, par eux-mêmes, sans se reposer sur les journalistes-analystes officiels. Ce que je vous propose, c’est l’entrainement aux choix et aux décisions, indispensable au monde moderne. Par exemple : lorsque votre enfant tombe sur un dessin animé qui l’intéresse parmi les nombreuses chaînes spécialisées, dites-lui : « ça t’intéresse ? ». S’il répond « Oui », laissez le regarder et dites « c’est bien pour toi ». Si votre enfant s’ennuie, demandez-lui « qu’est ce que tu veux faire ». Lorsque vous aurez une réponse, encouragez le dans son choix, même si un autre choix aurait était plus facile pour vous. Partez sur l’hypothèse qu’il fait toujours le bon choix, par définition. Vous constaterez progressivement la pertinence de ses choix, et vous admirerez son caractère affirmé ! Messieurs, lorsque vous choisissez vos fruits au marché ou au supermarché, tous les fruits d’un cageot sont mûrs de la même manière, donc si vous tenez absolument à palper avec l’autorisation du marchand, palpez-en donc un seul, ça abime moins les fruits … Mesdames, lorsque vous courrez les magasins en ville, vous observerez vous-même qu’il n’y en a qu’une poignée qui propose des vêtements pour votre âge, votre taille, vos assortiments de couleurs, vos coupes rêvées. Donc, après avoir dans une première phase repéré cette poignée de magasins (qui se renouvelle néanmoins chaque année), allez droit au but. Lorsque vous voulez acheter un objet de valeur, comme une voiture, renseignez-vous d’abord sur internet (comparez les caractéristiques et les prix), puis, bien informés, rendez-vous dans quelques magasins pour la négociation des prix et des délais de livraison. Au lycée, en lettres, lorsque plusieurs sujets sont proposés à l’examen, une rapide lecture superficielle vous suffira pour déterminer quel sujet vous inspire le plus. Le choix fait, tenez-vous y sans regret jusqu’à la fin de l’épreuve. Le regret est contre-productif. En mathématiques, filez la démonstration jusqu’au bout. En physique, les points ne sont acquis en totalité qu’après une application numérique juste (2 chiffres + l’ordre de grandeur 10 puissance n) Jeunes gens, en amour, lorsque vous choisissez un partenaire, tenez-vous y un certain temps, sauf catastrophe : de toute manière, l’amour s’épuise avec le quotidien, et au mieux naît la tendresse, au pire la haine. Si vous multipliez les échecs, vous avez un problème avec vous-mêmes, il vaut mieux engager une psychothérapie avec un professionnel que perdre son temps à chercher un nouveau partenaire … Cette éducation au choix est favorable autant à celui qu’on entraîne, qu’à celui qui entraîne (parent, enseignant, psychothérapeute : psychologue
  20. 20. 20/237 comportementaliste / psychologue cogniticien). Vous verrez bien à l’usage …
  21. 21. 21/237 SIMPLIFICATION DES DECISIONS COMPLEXES Toutes les décisions ne sont pas élémentaires, même pour les personnes entrainées et les experts. En Intelligence Artificielle, branche en pointe de l’informatique, on a appris à décomposer une décision complexe en une succession de décisions plus simples : c’est ce que l’on appelle « l’arbre de décision ». Par exemple, Dans la tâche ultra-complexe de reconnaissance des visages, et quasi- ingérable en temps de calcul machine si l’on si prend mal, on peut effectuer la cascade de tests de décision suivante : Présence d’un ovale, de 2 yeux, d’une bouche, de cheveux ? Si oui, probablement un humain ; Si non, probablement un animal ; Si humain, quelle couleur des cheveux ? noirs, châtain, blond, roux, chauve Si humain, combien d’oreilles ? 0 ? Alors vérifier si Cheveux longs ? Si non, pas humain. 2 ? Alors photo de face cheveux courts. 1 ? Alors photo de profil, ou cheveux longs d’un côté. Tester si le nez est au milieu de l’ovale ou sur les côtés Si sur les côtés, alors photos de profil Si au milieu, alors photo de face. Tester si cheveux longs d’un côté Si oui, alors c’est une photo de face avec une coupe de cheveux asymétrique Sinon, probablement non humain, ou photo mal cadrée inutilisable Tester Couleur de peau ? Origine génétique de type africaine, européenne, asiatique Etc. : Continuer les tests en cascade, afin de réduire l’espace de décision jusqu’à ce que la base de donnée à laquelle va être comparée la photo soit suffisamment petite, pour que le temps dans lequel l’algorithme final qui va compter les similarités entre les 2 visages superposés (photo connue, et photo inconnue recadrée) reste suffisamment petit pour être gérable et exploitable en situation, par des machines informatiques d’une vitesse usuelle. Finalement, vérification et validation de la décision de la machine par un opérateur humain, pour limiter les erreurs de l’automatique (erreur de programmation de l'arbre de décision, erreur dans l'exécution d'un test élémentaire, bug = erreur involontaire d'écriture du programme, virus = destruction volontaire hostile d'une partie du programme). Egalement, derrière le choix apparemment simple d’un livre à lire se cachent plusieurs décisions : Est ce que je veux un éventail accessible de livres récents, et si je ne suis pas sûr de la catégorie de livre que je veux lire : aller chez un libraire Si je veux connaître tous les livres parus sur un sujet précis, puis choisir entre ceux là seulement : utiliser une base de donnée proposée par un libraire sur Internet Que faire face à un livre ? Hiérarchiquement :
  22. 22. 22/237 Analyser le titre et le sous-titre Lire la quatrième de couverture (dos du livre) Si toujours intéressé, parcourir la table des matières, surtout les titres des chapitres Regarder le prix de l’ouvrage Si intéressé, chercher dans le rayon du libraire ou la base de donnée internet 2 ou 3 livres qui ont des titres qui approchent le premier titre Faire le même travail d’analyse sur les 3 livres Les classer par ordre de priorité d’achat : 0, 1, 2, ou 3 Vérifier que la somme totale est compatible avec votre budget Payer 10 Lire trouver le calme et la tranquillité, prendre le temps de comprendre Pour résumer, même derrière une décision apparemment simple ou faite intuitivement, se cache en fait un long arbre de décision en machine informatique ou dans votre propre cerveau. C’est en éclatant une décision complexe en de multiples décisions plus simples, par raffinements successifs, que la complexité est rendue accessible aux humains et aux ordinateurs.
  23. 23. 23/237 LES FRANÇAIS SERAIENT-ILS BOURRES DE COMPLEXES ? Les français ne semblent pas aptes à assumer psychologiquement toutes les libertés que la loi leur permet, et que leur constitution garantit, subordonnée elle-même à la constitution européenne et à la déclaration des droits de l’homme et de la femme française et européenne, encore plus libérales ! Dans nos villages et nos petites villes, les rues sont désertes même l’été, à croire que les habitants ont peur de se rencontrer et de communiquer, et restent toute la journée chez eux devant la télévision pour tromper l’ennui. Je suis témoin de plus en plus de gens qui s’autorisent à parler sans fin, sans retenue et en toute mauvaise foi, de la vie des autres, sans être capable d’articuler un seul mot à propos d’eux-mêmes, ce qui n’est guère courageux. Le regard des français sur leurs voisins est-il si malveillant ? Pour moi un des critères de la bonne éducation, c’est la discrétion sur la vie des autres. Chacun doit se préoccuper d’abord de sa propre vie, elle est si compliquée, et ne se mêler de la vie de ses amis que s’il est sollicité. Le rapport au secret. Lorsque mon enfant dit un secret à sa mère, je refuse absolument qu’elle me le répète en cachette, il en va du respect de la vie psychique de mon enfant, de sa confiance au monde des adultes. Le rapport à la vie privée. Oui j’ai ma propre vie privée, oui ma femme a sa propre vie privée, oui mes enfants ont leur propre vie privée, je n’y ferais jamais intrusion, nous partageons uniquement ce que nous acceptons librement de nous dire. C’est de l’élégance, de la politesse, du respect, condition de l’harmonie de notre famille ! Je ne ferais jamais suivre ma femme par un détective privé, ma propre perception me suffit largement. Si elle me trompe, c’est qu’elle a eu un coup de cœur, je n’y peux rien, ou que je n’ai pas été au niveau dans quelque chose pour un événement, et c’est tant pis pour moi, c’est de ma responsabilité de faire mieux la prochaine fois ! ce qui ne m’empêche pas de souffrir, le cas échéant … Les femmes semblent toutes atteintes de dismorphophobie (perception déformée, humiliante, honteuse, pathologique, de leur propre corps), d’où un recours abusif à la chirurgie esthétique, aux régimes alimentaires et aux complexes, vis-à-vis des rides, des rondeurs, de la cellulite. Mais Mesdames, vous semblez ignorer les moindres bases de la psychologie masculine : Les hommes aiment le naturel, vos rides ne sont que l’expression de vos sentiments, vos rondeurs et votre cellulite sont le signe que vous nous avez accordé le plaisir et l’honneur de porter nos enfants, et c’est pour cette raison que l’on vous aime, que l’on vous épouse et que l’on vous garde … Travaillez plutôt votre conversation, et vous comprendrez pourquoi les hommes préfèrent parfois se réunir entre eux autour d’une pizza commandée au traiteur, d’une bonne bière ou d’un coca-cola, plutôt que de savourer un bon plat bien mitonné par leur femme mais sans convivialité ! Je continue mon enquête, et je vous tiens au courant.
  24. 24. 24/237 CREER UN CHOC DE REALISME SALUTAIRE Les français des années 2000 sont des assistés, ils vivent dans l’héritage d’un autre temps où il fallait se battre pour exister. Principales conversations des français d’aujourd’hui, principales préoccupations : « Il ne fait pas assez beau en ce moment » (sous-entendu, qui je vais bien pouvoir incriminer ? Le gouvernement ? Le bon Dieu ? Le dérèglement climatique, pour lutter contre lequel je n’ai pas fait grand- chose voire rien du tout ? Ou subir tout simplement les alea climatiques, comme mes ancêtres lointains étaient habitués à le tolérer …) « Je paye trop d’impôts ». Oui mais si moi qui peux payer des impôts, je ne contribue pas à la solidarité nationale, qui va le faire ??? Pour moi- même et pour mes enfants, quand j’aurais une grave maladie terminale par exemple, ce qui ne va pas manquer d’arriver … « Je ne reçois pas assez d’allocation ». Après le SMIG, la CMU, l’APL, le RSA, que dire des centaines de milliers d’emplois qui ne sont pas pourvus car ils impliquent soit un déménagement hors du terroir natal, soit une formation complémentaire, soit des conditions de travail pas très reluisantes, soit un déclassement par rapport au diplôme généraliste obtenu dans l’éducation nationale, qui ne tenait absolument pas compte de la réalité du marché du travail ? A qui la faute ? A l’Etat, à l’étudiant, à sa famille, au manque de publicité professionnelle sur le marché du travail réel ? Quand je dis que les français sont « assistés » d’avant la conception à après la mort (référence « Big Mother », psychopathologie de la vie politique, de Michel Schneider, éditons Odile Jacob), je dis bien « maternés », pas « paternés ». Discours du père archaïque, dépassé au vu des connaissances psychologiques : l’autoritarisme, l’interdit, les tabous. « Tu ne dois pas faire ceci » (même sans donner de bonnes raisons, seulement parce que çà ne me plaît pas), « il est interdit de faire cela » (aux yeux de quelle loi ? La sienne, celle du père, ou celle de l’Etat, d'un prophète vieux de mille ans ?), « on ne peut pas discuter de çà, même pas l’évoquer … » (qui a bien pu décréter ce tabou, et qu’est-ce qu’on risque au fait ? D’être transformé en citrouille ?) Discours du père moderne : « tu ne dois pas aller dans cette direction. Si tu ne m’écoutes pas, et que tu le fais quand même, il faudra que tu assumes, ce n’est pas moi qui payerai pour toi les pots cassés, ne compte pas sur moi pour sécher tes larmes ». Discours d’apprentissage de la responsabilité et de l’autonomie, les fautes et les erreurs seront analysées, comprises, pour ne pas être répétées. Discours de la mère éternelle : « Oh mon pauvre chéri, tu as fait une bêtise, va, ce n’est pas grave, je t’aime quoi qu’il arrive, on trouvera toujours une solution, il n’y a qu’à demander à ton père de réparer … » A force de cacher aux français la réalité, notamment la précarité des comptes de la nation, qui devraient être équilibrés branche par branche, région par région, ville par ville, avec un minimum de péréquation (seuil psychologique maximum de 10%), que ce soit pour la retraite, quel que soit le régime, la branche maladie, la branche chômage, les logements, les
  25. 25. 25/237 infrastructures à financer légitimement par les utilisateurs, dont la culture ; à force donc de cacher la réalité, nous avons hérités d’une nation composés de mulets aveugles, capables de suivre de leaders qui ne s’intéressent qu’à eux-mêmes, à leur coterie et à leur gloire, pour qui la vérité absolue n’existe pas par essence philosophique, pour qui la vérité relative est manipulable par la présentation des chiffres, avec qui l’on peut faire signifier tout et son contraire (c’est le statisticien qui connaît bien tous ces « trucs » de prestidigitateurs qui parle de connaissance ; réclamez un reportage éclairé pour vérifier …), et les arguties sans fin dans les médias, tellement intéressantes qu’on en finirait par croire les débatteurs intelligents, tellement qu’ils sont creux dans leur langage abstrait qui est savamment composé pour ne précisément pas être compris et impressionner le chaland ! Ces politiciens patentés ont réussi depuis maintenant 40 ans à mener, droite et gauche confondues allègrement de manière alternative, la France droit dans le mur. Faudra t’il attendre que l’extrême droite, qui prend le contrepied de la politique bien pensante de UMPS, finisse par s’emparer du pouvoir au nom d’une impossible politique, et renvoie la France au milieu du XX° siècle, pendant que les autres pays progresseront dans leur adaptation aux conditions modernes de la vie mondiale au XXI° siècle ? La seule solution, c’est de créer un choc de réalisme dans la population électorale française, en dévoilant et en insistant sur la piteuse situation financière (en l’absence même de guerre, de destruction et de reconstruction depuis 70 ans en Europe …). Alors les Français : à quand « on se prend par la main, on mouille la chemise sur les vrais problèmes, et on arrête de pleurnicher inutilement sur notre sort ? ». L’argent, on le gagne d’abord, on le dépense après !
  26. 26. 26/237 LA CIVILISATION DE L’IMPUISSANCE PAR L’ABSENCE DE CHOIX ASSUME Honnêtement, je suis très perturbé par la généralisation de l’absence de choix de mes contemporains. Pour ne pas déranger personne, pour ne pas risquer de déplaire à qui que ce soit, pour ne pas oser exister, la plupart de mes connaissances repoussent non seulement l’annonce de leurs décisions, mais repoussent leurs choix eux-mêmes aux calendes grecques, c’est-à-dire à demain, puis à après-demain, puis au jour favorable, mais en fait consciemment à jamais. Psychanalytiquement, on a peur de perdre l’amour, de papa, de maman, d’un(e) ami(e), d’un(e) amant(e), alors que vivre, c’est précisément choisir, et vivre bien, c’est faire ses propres choix en connaissance de cause, pour limiter les erreurs et les fautes, et ainsi générer le moins de regret et de culpabilité possible. Le bébé qui naît, s’il choisit de respirer, il choisit de vivre ! Et donc de décevoir et d’être déçu … Le phénomène d’immaturité que je viens de constater dans la vie intime se retrouve transposé dans la vie publique. Le président de la République François Hollande, comme son prédécesseur le président Sarkozy, mène actuellement d’évidence une politique de vérité des comptes, appelez la rigueur – austérité – sérieux, ce n’est que de la vulgaire et bien médiocre langue de bois pour décrire une politique incontournable qui s’impose à nous suite à nos propres erreurs passées, à notre incurie financière. Mais ni l’un ni l’autre de ces 2 présidents n’a osé assumé de nommer cette politique d’orthodoxie des comptes publics, ni en campagne électorale, ni quand ils la mènent ostensiblement à la vue de tous ! Pourquoi ? Pour ne pas risquer de déplaire à ces grands enfants que sont devenus les français, qui en veulent toujours plus en donnant toujours moins, relayés par les fidèles pitbulls des syndicats patronaux et ouvriers, par les peureux députés et sénateurs qui tremblent pour leur place dans les prochaines échéances électorales, et par les journalistes salariés fonctionnarisés aux ordres de leur rédactions (il ne faudrait tout de même pas bousculer ni l’ordre bien établi, ni ce fragile public générateur de revenus publicitaires …). Bref, j’émets une alarme, voire un cri. Nous sommes rentrés dans une civilisation de l’impuissance par l’absence de choix assumés, une société d’enfants trop gâtés par leurs parents (dont l’Etat, qui joue à la fois le rôle du père gardien et de la mère bienveillante), d’adulescents (contraction d’adultes et d’adolescents) incapables de faire face à leurs responsabilités dans un monde certes en voie de complexification, mais ce qui est encore plus compensé par l’adoucissement par rapport à ce que nos parents, a fortiori nos ancêtres, ont vécu ! Si vous me conservez un certain crédit, je vous apprendrai qu’il n’est jamais trop tard, quel que soit l’âge, quel que soit le stade de déclin avancé de la société, de se prendre en main, de retrousser ses manches et de choisir son destin, le bon, celui que l’on a choisi consciemment, après avoir évalué le pour et le contre, puis arbitré en faveur d’une décision …
  27. 27. 27/237 BIPOLAIRE Cher lecteur, restons positifs. Je ne m'autoriserai à parler des problèmes des autres, que lorsque j'aurais résolu mes propres problèmes. Tout le monde y gagnera. Par honnêteté intellectuelle, vous devez en effet savoir que je souffre d'excès bipolaires. Je formule le souhait que cet effort d'objectivité et d'introspection soit partagé par les personnes et/ou organisations et/ou mouvements religieux/philosophiques que j'aurais pu heurter, en croyant sans mauvaise foi avoir raison. Tout savoir se discute. Il n'y a néanmoins pas lieu d'exagérer dans le sens de la relativisation de tout savoir. Quant à moi j'ai voué ma vie à la recherche, pour toujours faire reculer l'obscurantisme, mais évidement l'erreur est toujours possible dans la recherche : par définition, elle est même plus fréquente que dans les vérités établies. Bon vent, bonne route, et bon courage ; Soignez votre discernement !
  28. 28. 28/237 LA MACHINE A PERDRE, OU LE DECLIN DES DEMOCRATIES COMPOSEE D’ADMINISTRES INFANTILISES GUIDES PAR DES POLITICIENS AMBITIEUX POUR EUX-MEMES … La machine à perdre des démocraties, c’est la construction de caractères infantilisés chez les administrés, que des politiciens ambitieux satisfont avec de la verroterie sur des revendications mineures (souvent monétaires), pour conserver l’essentiel du pouvoir et de ses prébendes pour un usage largement personnel, tout en ayant, pour les meilleurs d’entre-eux, il faut le reconnaître, une certaine vision du bien public qui peut être discutée entre politiciens et arbitrée dans les élections. Cette vision des biscuits et des chocolats à distribuer aux peuples est théorisée et diffusée dans certaines sectes écuries du pouvoir. En ce qui me concerne, j’ai 43 ans, et je n’ai jamais encore été compromis dans une quelconque soumission à cet exercice du pouvoir, certainement grâce à ma formation de scientifique rigoureux qui ne transige pas avec l’essentiel, qui est en politique l’objectivité et l’autonomie des décisions. Post-Scritum : J’ai horreur des personnes, hommes et femmes, qui se plaignent tout le temps, sans jamais se fatiguer à rechercher des solutions par eux-mêmes ou en se faisant aider de professeurs et d’intellectuels, et qui même si elles sont satisfaites un jour, se gardent bien de manifester leur enthousiasme, dans l’espoir d’en obtenir toujours plus pour eux- mêmes et leurs familles. Si il y a un déclin français à rechercher, c’est bien dans ce type de caractère infantile qu’il faut le trouver ; nos hommes politiques du 20° siècle en France ont totalement renoncé aux idéaux de la révolution française, la liberté physique et intellectuelle pour tous ; force est de constater que l’éducation du peuple a échoué, pas sur le plan de la professionnalisation, mais sur le plan de la philosophie : les politiciens servent la soupe à un peuple avide. Qui de la poule ou de l’œuf était là avant pour prédisposer à cette situation ? Un peuple de tradition paysanne exsangue préssuré par le pouvoir central, ce qui le situait dans une position de méfiance et de revendication du toujours plus ? Ou des politiciens qui sont entrés en collusion entre eux pour satisfaire superficiellement des gens jamais contents et qui ne seront jamais satisfaits par constitution de caractère, tout en conservant pour les initiés du pouvoir l’essentiel des prébendes (exercice du pouvoir, place des amis, satisfaction financière, honneurs, sexualité facile). C’est l’observation de l’évolution des démocraties dans les autres pays qui nous dira si le ver était dans le fruit, c’est à dire si la démocratie est in fine le gouvernement des faibles par les ambitieux, ou si d’autres populations sont plus vertueuses que la population française et mieux préparées à accueillir le gouvernement de type démocratique.
  29. 29. 29/237 SYSTEME ECONOMIQUE Nous sommes dans un système capitaliste d'échange des biens et services. Malgré tous les vices induits par l'argent (sa façon de le gagner, de le conserver, de le dépenser, l'évaluation des biens et services), on n'a pas, très loin s'en faut, trouvé un meilleur système organisant les échanges dans une société complexe de milliards d'individus de familles, d'ethnies, de peuples, de pays, de religions et de cultures différentes, de conditions de vie et de développement disparate. Donc, oui, faute de mieux et de loin, j'approuve le système capitaliste pourvu qu'il modère les inégalités qu'il engendre. Dans ce cas de figure, j'ai besoin d'argent pour vivre, et pour vivre correctement si possible ! Quant au luxe, les écarts de richesse me font mal au cœur, mais en plus le luxe gâche l’âme et le talent des plus fortunés. Vraiment, je ne peux savourer mon propre confort matériel et psychique que quand mes concitoyens, et même l’humanité entière dispose d’un confort matériel et psychique minimum et suffisant. Çà s’appelle l’empathie universelle pour le genre humain, les animaux, les végétaux, etc., ce qui ne veut pas dire que certains individus, certains comportements, certains évènements ne me dégoûtent pas … Pour être bien clair, j’ai très précisément en tête la notion de mérite, qui doit être récompensée d’une manière ou d’une autre dans cette vie, et de crimes, qui doivent être punis proportionnellement par la justice des hommes. En ce qui concerne ce que je considère comme un excèdent d’argent par rapport au mode de vie dont j’ai objectif, je le confie aux organisations caritatives favorisant la paix, le développement économique, la conservation des écosystèmes, la médecine (recherche et soins). En bref, le confort, OUI, le luxe, NON.
  30. 30. 30/237 LA TRADITION, LA COUTUME, A T’ELLE UNE QUELCONQUE VALEUR A VOS YEUX DANS UN PAYS DE DROIT ECRIT ? Je discute une question philosophique, non résolue à ce jour, à qui chacun selon sa sensibilité, son espace mental, apportera une réponse différente : est-ce que la tradition, la coutume, produit de la contrainte, ou produit de la liberté ? A t’on le droit de contraindre, au nom de la tradition orale, dans un pays de droit écrit ? La réponse que j’ai apporté pour régler ma vie, c’est d’ignorer par principe toute coutume et toute tradition orale. Je viens d’une région, le Languedoc, anciennement colonisé par les Romains, qui ont développé le droit écrit. J’aimerais rappeler à mes aimables contradicteurs, qu’en France en 2013, « nul n’est censé ignorer le droit », c’est à dire ni vous ni moi, à ceci près qu’actuellement, on ne mesure plus l’épaisseur ténébreuse de la loi au nombre de lois et de règlements écrits, mais au poids : je suis prêt à parier que sur la balance l’ensemble des codes de lois en France pèse une centaine de kilogrammes, et l’ensemble des règlements doit peser la tonne … Si l’on accepte de se soumettre en plus aux usages et coutumes de chaque région que la vie (professionnelle) nous amène à parcourir, on ne passerait son temps en France qu’à ergoter chaque soir au coin du feu sur le pourquoi du comment de chaque tradition de chaque région et de chaque village : inutile de dire que pour moi, c’est non seulement un inutile gaspillage de temps et d’énergie, mais aussi un joug philosophie inutile et illégitime, par définition, car non écrit dans un pays à constitution écrite. Rappel : dans la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 en France, gravée dans l’étain au sens strict et consultable à l’entrée de l’assemblée nationale « Article XVI : Toute société dans laquelle la garantie des droits n’est pas assurée, ni la séparation des pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution. » Maintenant, à vous de vous déterminer seul en votre âme et conscience par rapport à cette question philosophique, et de vous efforcer à cohabiter avec ceux qui n’ont pas fait le même choix de vie que vous !
  31. 31. 31/237 POURQUOI FAIRE SIMPLE QUAND ON PEUT FAIRE COMPLIQUE ? Mes amis étrangers m’ont fait remarqué, et m’ont largement démontré, que les français, et notamment les plus cultivés d’entre eux, s’ingéniaient à compliquer les choses, là où d’autre peuples, notamment les américains, s’efforcent de simplifier pour une meilleure communication et une meilleure compréhension. N’ayant toujours aucun retour à ce jour à propos de mes blogs, j’en viens naturellement à me poser la question : suis-je trop compliqué dans mon enseignement ? J’assure mes aimables lecteurs que j’use toutes mes capacités didactiques pour expliciter ma pensée. Je jure ma bonne foi, tout simplement parce que comme tous les écrivains, si je passe des centaines d’heures à réfléchir pour des articles, c’est pour être lu : tout le monde peut comprendre que si je voulais garder mes réflexions pour moi- même, il me suffirait tout simplement de ne pas les publier, a fortiori sur un blog public et gratuit … La clé du succès des entreprises de nos amis américains qui commercialisent des produits grand public, du type Google, Apple, Disney, etc. c’est d’être à la fois simple, percutant, efficace, rapide à comprendre et à prendre en main. Je propose un axe de recherche aux cogniticiens de différents pays : décrypter les différents et non moins respectables modes d’apprentissage et de compréhension des individus, en fonction de leur âge, de leur religion et/ou philosophies de référence, de leur culture nationale, de leur niveau de vie, de leur mode d’habitat, de leur place dans la hiérarchie sociale présumée, de leur genre sexuel. Attention, je prédis de grandes surprises, et d’énormes avancées dans les modes d’enseignement ! Enfin, bien distinguer la modalité d’expression orale, et la modalité d’expression écrite. Expliquer les différences, et pourquoi.
  32. 32. 32/237 QUESTION DE STYLE ECRIT A la relecture de quelques articles de mes blogs, je viens de m’apercevoir que mes phrases sont trop longues pour être bien comprises. Si j’en avais le courage, je réécrirais tous les articles trop difficiles à lire. Un jour peut- être … REPENSER STRUCTURELLEMENT L’ARCHITECTURE DES LOIS, DES POUVOIRS ET DES CONTRE-POUVOIRS EN FRANCE Si une secte de perdants peut aussi facilement paralyser la France, c’est qu’il y a un « bug » (malfaçon) structurel dans l’architecture des lois, des pouvoirs et des contre-pouvoirs en France. J’incite instamment les intellectuels à repenser de fonds en comble le système français. C’est une tâche importante, à traiter prioritairement, dans l’urgence mais pas dans la précipitation ! Par exemple, en informatique, le langage « Basic » n’était pas assez limpide et favorisait les « bugs » (erreurs). Au lieu de s’acharner à continuer à corriger laborieusement chaque erreur technique une à une, on a inventé le langage « procédural structuré » type « Pascal », « Ada », qui permettait une simplification du raisonnement, d’où une efficacité constatée et mesurable de moins d’erreurs distribuées dans les lignes de code, et de plus de fiabilité globale d’un grand programme. Attention, je lance un avertissement solennel aux militaires, aux chefs d’entreprises, aux administrations centrales et déconcentrées, puis en dernier ressort à la population : notre pays va mal, notre pays est vulnérable, la moindre crise sérieuse nous précipitera dans un chaos insortable … Heureusement que nous sommes en temps de paix, et que notre incapacité structurelle est masquée par une relative stabilité militaire et prospérité économique par rapport aux générations précédentes. Mais qui peut me garantir, à moi, à ma femme, à mes enfants, à mes ami(e)s, que la France bénéficiera sur une très longue période de conditions extérieures si favorables ?
  33. 33. 33/237 CONSEILS POUR CHOISIR L’INSTALLATION DE L’HABITATION En théorie, sur le territoire français, chacun peut s’installer où il veut. Néanmoins, je conseille fortement aux futurs habitants d’une métropole, d’une ville ou d’un village, de se renseigner au préalable sur : La coloration politique du maire du village démocratiquement élu, et donc celle des habitants Les connections au reste du pays par les infrastructures : route, bateau, avion, train, métro, tramway Vérifier l’existence et la qualité des sources d’énergie disponibles (électricité, gaz, station essence) La qualité des télécommunications (débit internet, téléphone cellulaire et fixe) La disponibilité médicale (médecin généraliste, spécialistes, hôpitaux) Les loisirs possibles (mer, montagne, campagne), les associations (sportives, culturelles, festives, etc.) Le bassin d’emploi (types d’emplois : intellectuels, manuels, par spécialité), ainsi que le taux de chômage Le climat à endurer ou à apprécier Le taux de criminalité, ventilé par petite délinquance, de proximité, et grande délinquance (crimes, meurtres) La présence d’infrastructures éducatives (crèche, école, collège, lycée, université) Le prix du loyer ou d’achat (y compris la plus-value ou la moins-value potentielle à la revente) Bref, un exercice très compliqué et long, fort peu démocratique ou égalitaire, difficile à parfaire, alors que les travailleurs sont incités et amenés à changer de lieu de résidence plusieurs fois dans leur vie active, voire pour leur retraite.
  34. 34. 34/237 PREVISIONS ELECTORALISTES Après avoir décortiqué les discours politiques, et constaté les réactions dans le corps social, je m’avance à prédire de grandes transformations dans le paysage électoral français. J’anticipe la survie de 3 partis uniquement dans les 10 ans à venir: les nationalistes. Dédiabolisés car débarrassés de leur discours extrémiste raciste. Ils veulent l’autonomie, l’autarcie nationale économique, l’indépendance politique vis-à-vis des autres pays, et une immigration limitée au maximum. Bref, un retour en arrière avant l’internationalisation du capital, des migrations. Ils attirent les déçus de la politique européenne, qui croient qu’en retournant en arrière, il est possible d’améliorer sensiblement le niveau de vie de toute la population. Aux électeurs de juger. Les européanistes. Fusion de la gauche modérée, du Centre, de la droite modérée. Ils se caractérisent par une croyance dans un avenir meilleur via les contacts européens et internationaux, une acceptation du système capitaliste modéré en France par les impôts. Leur éclatement actuel en plusieurs partis de gouvernement est dû au fait que certains se sentent trop contributeurs à l’impôt (droite), d’autres légitimement bénéficiaires d’allocations redistributrices (gauche), mais la politique économique à mener est rigoureusement la même dès lors que l’on s’impose un système économique international : équilibre des comptes, initiative entreprenariale, ainsi qu’un certain niveau à arbitrer de redistribution par l’impôt. Les étatistes. Ils s’adressent à l’Etat pour régler tous les problèmes, notamment économiques, exigeant le plus d’égalité matérielle possible. Que l’opinion publique se prépare … En ce qui concerne les militants et les élus, je rappelle que, même si le vent des idées a clairement changé, il faut toujours se battre pacifiquement pour ses convictions, avec des argumentations et preuves à l’appui. Post Scriptum : Pour ceux qui n’auraient pas encore compris, je suis engagé politiquement du côté des européanistes.
  35. 35. 35/237 L’AVANTAGE POLITIQUE EST TOUJOURS POUR CEUX QUI PARLENT CLAIR La montée du nationalisme en France s’analyse simplement : c’est le Front National qui parle le plus clairement de ses idées, et qui argumente simplement, à destination d’un public non professionnel, voire non passionné par la politique. Je ne suis pas d’accord avec le nationalisme, car je considère que c’est dans nos contacts personnels, économiques, politiques, que nous nous enrichissons intellectuellement et économiquement. C’est le croisement de nos idées et des idées venues d’autres pays ou d’autres civilisations qui fécondent notre patrimoine intellectuel, et qui nous permet d’avancer vers un mieux. C’est en comprenant et en sélectionnant ce qu’il y a de meilleur dans les autres civilisations, présentes ou passées, que nous avancerons. Car ne nous y trompons pas, si nous, nous n’avançons pas, les autres eux, avancerons impitoyablement, et le recul en relatif sera évident à constater. Pour parler de façon concise, soit on décide de s’enrichir mutuellement de nos différences et de nos proximités, alors on avance tous, soit on entre dans un rapport de dominant-dominé, sûr de soi on essaye de convertir les autres de force ou de les soumettre, et c’est la guerre qui recommence à coup sûr. Sauf que là, aujourd’hui, les armes atomiques promettent une destruction mutuelle inéluctable … Je souhaite instamment que sur ce point capital de rapport à l’étranger voire à l’étrange, tous nos hommes politiques fassent une déclaration publique claire et sans ambiguïté. Ce n’est qu’en sortant de l’ambigüité, puis en se battant pour ses valeurs, que l’on peut espérer remporter une quelconque élection démocratique, face à d’autres leaders d’opinion qui parlent clair et simple (et quelquefois simpliste …) FAVORISER LA PROXIMITE ENTRE PEUPLES VIA LES AMITIES PROFESSIONNELLES Constat : aujourd’hui il y a plus de similarité d’univers mental entre les ingénieurs français, américains, iraniens, qu’entre les ingénieurs français et les paysans français. De même, il y a plus de proximité intellectuelle et de l’imaginaire entre un ouvrier français, un ouvrier roumain, et un ouvrier chinois, qu’entre un ouvrier français et un chef d’entreprise français. Enfin, il y a plus de compréhension entre un paysan français, un paysan chilien, un paysan russe, qu’entre un paysan français et un journaliste français. Cette observation sociologique pourrait être exploitée pour favoriser le rapprochement des peuples en commençant par des dialogues et des échanges sur une base professionnelle et catégorielle.
  36. 36. 36/237 SUPERIORITE DE LA DECISION ASSUMEE SUR DES PRETEXTES D’EXCUSES Chez les professionnels, dans les familles, les entreprises, les administrations, les gouvernements, beaucoup se défaussent de leurs responsabilités en cas d’erreur ou de faute, mais prétendent toujours que ce sont eux qui ont pris la bonne décision en cas de succès … Il ne s’agit pas de cultiver la culpabilité, ni de proclamer une responsabilité totale de tous les actes, mais d’afficher une préférence morale pour le choix assumé par rapport à la faiblesse inconsciente ou consciente de prétextes pour justifier d’une décision inexacte, mauvaise, ou même seulement incertaine. Certes, préalablement à tout acte se situe une décision déterminée en partie par la psychologie du sujet, sa condition économique, son histoire de vie, les modes du temps courant, etc. Néanmoins, il est fondamental de comprendre que c’est le soi qui choisit in fine parmi un éventail de possibilités suggérées par l’anticipation du cerveau, sous les contraintes précitées. Soi, c’est à dire soi-même, en personne, en conscience, en liberté. Techniquement, dans le processus de décision, je conseille de fragmenter la complexité pour faire simple et clair, sous forme de check-list (liste de vérifications), et d’arbres de décision : Par exemple « Si je fais ceci, alors çà a pour conséquence cela, sinon çà a pour conséquence telle autre chose ». Enchaîner ces règles décision pour aboutir à une conclusion. C’est exactement comme cela que sont construits les programmes informatiques : ils ne sont pas infaillibles, la qualité du résultat dépend de l’exactitude des règles. Rappelons néanmoins que notre civilisation présente est bâtie sur l’informatique, non seulement le matériel (« hardware »), mais surtout le logiciel, les programmes ci-dessus (« software »). Et çà marche plutôt bien, avec beaucoup de réflexion, de vérifications, et de corrections de la part des informaticiens professionnels.
  37. 37. 37/237 INCOHERENCE LOGIQUE ENTRE LES ASPIRATIONS COLLECTIVES ET LES RESPONSABILITES INDIVIDUELLES L’un des exercices les plus difficiles en politique, c’est de faire coïncider les aspirations collectives et la responsabilité individuelle. Les exemples sont nombreux : - Chacun aspire à plus d’équipement collectif, mais personne ne veut payer, ni les particuliers ni les entreprises, alors qu’une cohérence logique élémentaire veut que tout le monde comprend parfaitement que les investissements et les frais de fonctionnement coûtent cher, et qu’il faut donc que quelqu’un paie pour cela. Comme tout le monde profite des équipements collectifs, tout le monde devrait logiquement en payer une partie. - On dénonce l’insécurité, mais personne ne veut financer les effectifs des forces de l’ordre, qui de surcroît ne sont pas aimées et sont mal tolérées par la population. - On souhaite vivre plus vieux en bonne santé, mais personne ne veut payer pour financer les frais de santé, ni collectivement via les prélèvements sociaux (un impôt), ni personnellement en tout ou partie : cherchez l’erreur, ou plutôt l’incohérence logique. Un défi pour les chercheurs en science politique, c’est de montrer comment émerge un comportement cohérent et positif au niveau de la démocratie, à partir de programmes individuels proposés par les votants manifestement incohérents logiquement. Car enfin, la démocratie, çà marche ! La 5° République en France n’a connu jusqu’à présent (1960 – 2015) que des présidents et des premiers ministres manifestement compétents, même s’ils ont fini leur mandat impopulaires … Une hypothèse, c’est que l’instinct de survie des votants veuille qu’ils confient leur sort à des personnalités efficaces, même si en privé et en public ils s’autorisent des critiques acerbes.
  38. 38. 38/237 COMMENCER PAR MAITRISER LES RAISONNEMENTS DE BASE, ELEMENTAIRES, AVANT DE S’AVENTURER DANS LA COMPLEXITE ! En tant que scientifique, je sais fort bien que chaque théorie d’explication du monde a été plus tard dépassée, ou englobée, dans une théorie plus pertinente : Par exemple, le géocentrisme (la Terre comme centre du monde) platonicien a été tenu pour un dogme par l’église catholique, jusqu’à l’héliocentrisme (la Terre tourne autour du Soleil) de Copernic et de Galilée. Désormais, avec l’astronomie moderne, nous savons que le soleil est une étoile parmi d’autres, qu’il y a d’autres Terres (planètes), qu’il y a des galaxies, des amas de galaxies, des super amas de galaxies, que des trous noirs sont au centre des galaxies elliptiques et spirales. Autre exemple, la théorie de la gravité de Galilée a été dépassée par celle de Newton, elle même englobée dans celle d’Einstein, et une autre super théorie est attendue dans ce siècle. Il n’empêche que pour les mouvements usuels sur Terre, la théorie de Newton est largement suffisante et précise. En tant que pédagogue, je me méfie de ceux qui veulent relativiser tous les savoirs, dont les savoirs scientifiques (science dure, médecine, psychologie) sous prétexte que dans 20 ans les scientifiques soutiendront des théories différentes. Attention, ce type de relativisme est la porte d’entrée à la bêtise, à l’analphabétisation, à la manipulation par toute personne mieux renseignée et plus maligne. D’une part, toute théorie dépasse une autre en s’y référant, il faut donc connaître le travail de ses prédécesseurs pour être capable de le dépasser. D’autre part, il vaut mieux une théorie même approximative que pas de théorie du tout ! J’invite donc les personnes qui veulent toujours tout questionner et tout remettre en question (plutôt le travail des autres que leur le plus souvent…) à maîtriser d’abord les bases des raisonnements ! Je prends par un exemple de la théorie des organisations : En logique cartésienne, on apprend que 1+1=2 Parfois, dans les organisations, il ne sert à rien de recruter du personnel supplémentaire, c’est réorganiser le travail qu’il faudrait. Là, 1+1=1 Dans le travail d’équipe, ce n’est pas la simple addition de talents qui compte, c’est la synergie des compétences. Ici, 1+1=3 Imaginez le désarroi logique des étudiants en théorie de l’organisation qui ne comprendraient pas la logique cartésienne 1+1=2, et qui voudraient appliquer partout le raisonnement 1+1=1 ou 1+1=3 … Je continue par un exemple de géométrie théorique : En géométrie cartésienne, 2 droites parallèles ne se coupent jamais et restent à la même distance partout. En géométrie courbe, les parallèles se rejoignent à l’infini. En géométrie hyperbolique, les parallèles s’écartent à l’infini. Or on a besoin de ces 2 dernières géométries mathématiques, découvertes vers la fin du 19° siècle, pour expliquer l’astronomie moderne (expansion de l’univers, etc.)
  39. 39. 39/237 Imaginez la panique de l’architecte qui, pour bâtir une maison sur Terre, aurait besoin d’apprendre les géométries courbes et hyperboliques, et qui voudrait à tout prix les utiliser ! En conclusion, restons simples, commençons par apprendre les bases de notre temps, et à les maîtriser là où elles sont appropriées, et ne laissons que les plus capables d’entre nous appréhender la complexité. Lorsqu’un travail d’expert est bien fait, il est au moins contrôlable par ses pairs, quelquefois il peut être vulgarisé et transmis au plus grand nombre pour le profit de tous, mais bien souvent il faut du temps pour qu’une théorie nouvelle soit correctement comprise, compréhensible par tous. MA PROFESSION : CHERCHEUR Pour tous ceux qui m’auraient mal compris, ma profession, c’est de faire de la recherche, dans plusieurs domaines. Je publie gratuitement sur mes blogs les résultats de mes réflexions. Ceux qui me lisent sont libres d’adhérer à mes conclusions, ou de les rejeter, en tout ou partie, comme toutes les autres théories / philosophies / religions / sciences. On peut passer toute sa vie sans rien perdre en n’aimant pas la peinture de Pablo Picasso. On n’est pas analphabète si on ne comprends pas la théorie de la relativité d’Einstein, tout en utilisant des objets qui en dépendent : le GPS par exemple. D’ailleurs, si çà peut vous réconforter, moi non plus je n’ai jamais rien compris à une ligne des théories d’Einstein ! Ce qui ne m’empêche pas d’avoir d’autres domaines de compétence, et de gagner ma vie. Autre exemple : j’utilise quotidiennement ma voiture, sans être capable de la réparer si elle tombe en panne, et, à franchement parler, je ne m’y intéresse pas … La profession de chercheur comble tous mes désirs professionnels, avoués et secrets. Je ne regrette pas du tout mon aventure professionnelle, avec ses avantages et ses inconvénients. Puissiez-vous vous épanouir autant que moi dans votre profession. Pour mise au point.
  40. 40. 40/237 LE LIBRE ARBITRE DU DECIDEUR EST UN FACTEUR ESSENTIEL A LA QUALITE DE LA DECISION Pour moi qui ai une formation de chercheur scientifique, la véritable question n’est pas « est ce que mes théories sont justes ou fausses », mais plus simplement « quel est le domaine de validité (d’application) de mes théories », et surtout « combien de temps seront-elles valables (au bout de combien de temps seront-elles dépassées par des théories plus pertinentes, qui pourront éventuellement avoir été inspirées par mes théories) ». Pour vous qui me lisez, comprenez que toute information (théorie, philosophie, religion, science) dispose d’un certain degré de validité, jamais absolu à 100%, rarement nul à 0%, en tout cas valide certainement à l’époque de sa production par un savant ou un sage, et pertinent dans un domaine plus ou moins large de la vie. Nota Bene : pour juger du génie ou pas d’une théorie et de son ou ses créateurs, il faut se replacer dans le contexte historique, scientifique, psychologique, le courant des idées de l’époque contemporaine de la théorie et des humains qui l’ont inventé ; La force d’une philosophie / religion, s’est de s’adapter, de se relire, de se réinventer au fur et à mesure de l’histoire des nouvelles idées, bref de se transformer en respectant l’idée de ses créateurs, sans périmer, pour ne pas péricliter. Concrètement, vous êtes absolument libres d’aimer ou pas, d’être d’accord ou pas avec des argumentations philosophiques ou religieuses, voire scientifiques si vous êtes compétent dans ce champ de connaissance. C’est ce que l’on nomme le libre arbitre. Attention, paradoxalement, pour être vraiment libre, il faut savoir beaucoup, pour être au niveau de critiquer les fondements des théories diverses. Si bien évidemment vous n’avez pas le temps de connaître une multitude de théories dans différents champs, je vous conseille d’identifier un ou quelques groupes d’experts reconnus dans le domaine, et de leur faire confiance, tout en gardant en tête que vous prenez un risque, souvent relativement petit et peu dangereux, mais quelquefois grave (philosophies pathologiques comme le nazisme, le fascisme, le communisme, auxquelles des masses ont naguère adhéré corps et âmes sincèrement …). Attention danger. Le champ de la connaissance est miné, les dégâts peuvent être graves : dogmes religieux soi-disant indépassables, inquisition, soumission des femmes aux hommes pseudo-justifiée par une inspiration religieuse ou biologique, etc., et la liste des abominations philosophiques n’est pas close pour l’humanité future ; d’autre part, ce qui nous semble évident aujourd’hui sera déjà vieillot, dépassé largement dans ne serait-ce qu’un siècle. Pensez donc à relativiser nos connaissances et notre mode de vie qui en découle …
  41. 41. 41/237 APPRENEZ A EVALUER UNE ŒUVRE AVANT DE DEMANDER AUX SAVANTS DE LE FAIRE POUR VOUS, OU DE SE REFERER A UNE BIBLIOGRAPHIE DE L’AUTEUR Pour grandir dans la vie, il faut développer son jugement personnel. Le meilleur moyen, c’est de lire des œuvres (romans, essais philosophiques, manuels) et de se faire sa propre opinion sur les idées exprimées. Ensuite, consultez un savant, un professeur, un(e) ami(e) à vous qui a lu cette oeuvre, un voire plusieurs livres de commentaire de l’œuvre, d’autres livres sur le même sujet, et comparez à votre propre jugement : tout en sachant que parfois c’est vous qui avez raison dans l’absolu, parfois c’est votre ami ou le savant qui a raison. En ce qui concerne la lecture des bibliographies, elle doit être effectuée en dernier pour ne pas fausser votre analyse, votre raisonnement, votre jugement. En ce qui me concerne, je considère qu’un bon auteur doit savoir s’effacer derrière son œuvre, qu’une bonne œuvre peut être positivement évaluée indépendamment de son auteur. Tout le reste est peopolisation, je ne suis pas intéressé, je n’ai pas le temps de lire des bibliographies, je ne me suis jamais renseigné sur le parcours de vie ou les diplômes des auteurs du millier d’essais que j’ai lu dans ma vie. Je n’en ressens aucun manque, l’œuvre étant la substantifique moelle que veulent transmettre aux autres les auteurs.
  42. 42. 42/237 ELEVER LE DEBAT DEMOCRATIQUE VERS PLUS DE RATIONNALITE ET MOINS D’EMOTIVITE ! L’exercice de la gestion publique, que ce soit d’un pays, d’une région ou d’une localité, est un exercice éminemment intellectuel, plus qu’affectif. Certes, les humains ne sont pas des robots et ne se programment pas mathématiquement, mais je mets en garde ceux qui répandent l’affectif à tous les niveaux de la décision, ils risquent de provoquer le chaos dans le pays, qui finira d’ailleurs à se retourner contre eux d’une manière ou d’une autre, le chaos ne profitant par définition à personne … Par exemple, nous assistons conjoncturellement à l’émergence de l’extrême droite, qui rassemble vraisemblablement tous les mécontents, voire les déshérités, de la politique actuellement menée depuis 60 ans. Or je n’ai toujours pas vu sur mes écrans d’information, ni des documentaires bruts objectifs, ni des analyses dépolitisées, ni des débats non insultants entre participants. Quelles sont les théories défendues par leurs dirigeants politiques, déclinés en actions publiques attendues ? Quels sont les divers profils de leurs électeurs potentiels ? Les partis politiques traditionnels peuvent-ils satisfaire certaines des aspirations de ces électeurs, par une méthode (des lois de gouvernement) qui ne trahissent pas les convictions profondes de ces mêmes partis ? Osons la question iconoclaste, y a t’il des idées dans ce parti sulfureux qui méritent d’être retenues, rationnellement ? Celui qui diabolise ses opposants s’abaisse avec eux, et aveugle son jugement ; La diabolisation, c’est à la fois la facilité, et une méthode contreproductive. Le respect, et la mise à distance si nécessaire, sont les positions que nous entendons promouvoir en politique.
  43. 43. 43/237 JOURNALISTES : POURRIEZ VOUS MODERER VOTRE PASSION POUR L’ECONOMIE ? Nous sommes une société à l’état nouveau d’hyper-information, et ni les individus, ni les groupes sociaux, ne savent encore comment réagir et maîtriser cet état d’hyper-information. Comprenons nous bien : je suis un fervent amateur et défenseur des informations journalistiques nouvelles du type télévision d’information continue 24h/24 365 jours/an, et internet 24h/24 accessible géographiquement de presque partout. Mais à cause de cette ubiquité artificielle, d’une part nous croyons tout savoir, d’autre part les mauvaises nouvelles en cascade continue d’un bout à l’autre de la planète finissent par nous accabler. Par effet de loupe, même un petit fait divers peut devenir un événement mondial. Le climat de sinistrose s’ouvre. Deuxième phénomène, les journalistes s’intéressent très souvent à l’économie, car les problèmes d’argent concernent tous leurs auditeurs (salaires/allocations/impôts, emploi/chômage/retraite, offre/prix). Or il se trouve que l’économie n’est pas une science exacte, et que les journalistes en finissent, à force de micro - trottoirs répétés pour sonder l’opinion, à faire croire aux auditeurs que la parole des non spécialistes vaut autant qu’un débat d’expert, ce qui est peut être vrai politiquement parlant, mais faux scientifiquement parlant. Ceci provoque un climat d’hystérie collective, avec une forte pression corrélative sur les gouvernements, qui raisonnent sur un temps long, les cycles identifiés de l’économie étant de 3 ans (Kitchin), 7 ans (Juglar), 30 ans (Kondratieff), de manière désynchronisée temporellement (et donc cognitivement) avec l’actualité qui se nourrit 24h/24 365 jours/an. En conclusion, j’en viens à demander aux journalistes de trier les évènements économiques et les déclarations sur ces sujets économiques, pour ne sélectionner et ne présenter que les plus importants et les plus pertinents pour l’explication de l’économie, sous peine de déboucher vers un climat anarchique.
  44. 44. 44/237 ECONOMIE = MACROECONOMIE + MESOECONOMIE + MICROECONOMIE En sciences économiques, il est justifié de distinguer 3 angles d’attaques opposés et complémentaires : la microéconomie, qui étudie le comportement typique d’une unité de production d’une entreprise, de la consommation d’un ménage, etc. pour comprendre afin de modéliser mathématiquement, pour trouver les forces, les faiblesses, les ajustements à faire, pour une unité élémentaire. La mésoéconomie, qui étudie le comportement émergeant en groupe restreint d’un réseau d’entreprises coopérant, de réseaux de producteurs en concurrence, de réseaux de consommateurs. Traite également d’une branche professionnelle isolément par rapport aux autres. Comment agir sur ces réseaux pour que leur comportement global soit conforme à l’intérêt de la nation ? Par la formation et l’information, ou seulement par l’indication des impôts (rôle, base, niveau) ? Par la participation aux réseaux, pour mieux les comprendre, puis interagir ? autres propositions ? : Ce domaine est encore très mal balisé par des études théoriques ; il éclate avec les réseaux sociaux sur internet, qui provoque l’ubiquité géographique et le rétrécissement du temps. La macroéconomie, qui analyse à l’échelle d’un continent, du monde, d’un état, d’une région, les phénomènes émergeants d’une juxtaposion / coordination / compétition de tous les acteurs économiques, qu’ils soient producteurs ou consommateurs, quelle que soit leur branche professionnelle, qu’ils fassent partie de l’économie ou qu’ils soient étrangers. Ici, l’outil de base est les statistiques, les séries temporelles pour suivre l’évolution d’indicateurs dans le temps (production, exportation, monnaie, énergie, consommation, etc.). Le but est d’analyser puis de modéliser, enfin de dégager des constantes théoriques, des règles de bon comportement macroéconomique, puis de les vérifier sur l’économie réelle. Par conséquent, comme il y a 3 branches de l’économie dont aucune n’est à négliger, car source de croissance potentielle, il me paraît sain que dans un gouvernement soient représentés 3 ministères de poids politique similaire, avec chacun leur équipe d’experts dans le domaine, soumis à l’arbitrage du premier ministre. Alternativement, voire plus simple et plus cohérent, ne donnant pas à l’économie une surreprésentation, un ministre de l’économie qui chapeaute 3 secrétaires d’Etat (à la macroéconomie = économie des Etats, à la mésoéconomie = économie des réseaux, à la microéconomie = économie des agents économiques).
  45. 45. 45/237 ECONOMIE DU SAVOIR Le savoir est un bien public. Il est transmissible. Il est partageable sans affaiblir sa vérité propre. Le savoir produit un type de pouvoir cumulatif : si j’enseigne à ma famille, à mes élèves, à mes amis, non seulement je ne m’appauvris pas, mais encore il y a une probabilité sérieuse que je m’enrichisse, soit directement bien sûr par rémunération de ma prestation et de mon temps passé à accumuler du savoir et à l’organiser, soit indirectement via le biais des richesses produites par mes élèves (du nouveau savoir que j’ignorais, des biens des salariés ou des entreprises créées). Enfin, lorsque j’enseigne, je bénéficie moi-même du nouvel éclairage que je suis obligé d’apporter à ma pensée, afin de la faire partager par mes élèves. Le rêve intime de tous les professeurs, c’est d’être dépassé par au moins un ou une de ses élèves. C’est une facette du mythe de Pygmalion. Evidemment, lorsque ce rêve intime se réalise, c’est momentanément douloureux pour son orgueil, mais le relais est vite pris par la fierté d’avoir accompli un rêve caressé toute sa vie durant : Pour que la savoir se transmette, pour qu’il soit partagé par plusieurs générations, pour qu’il soit diffusé de par le monde, il faut qu’il y ait d’autres professeurs, en relais …
  46. 46. 46/237 POUR OBTENIR UN BON RESULTAT, EMPLOYEZ LA BONNE PROCEDURE DE DEROULEMENT Je m’inscris en faux contre ceux qui prétendent qu’il faut obtenir des résultats à tout prix. Pour un mathématicien de formation comme moi, la seule façon d’arriver au bon résultat est de suivre la bonne procédure de déroulement. Alors, soit on arrive au bon résultat, soit on ne débouche sur aucun résultat, mais on a la garantie de ne pas déboucher sur un mauvais résultat ! Inversement, lorsqu’on déroule la mauvaise procédure, on a la garantie d’aboutir à un résultat … faux ! CO-EVOLUTION DES MONDES EN INTERACTION … En électricité, c’est la mise en tension du positif, du négatif et du neutre qui produit l’électricité, source de motricité. En physique, on connaît bien la macrophysique, la microphysique, mais on découvre depuis peu la mésophysique, science de la matière microscopique organisée, qui lui donne des propriétés macroscopiques bien particulières (plastiques, graphènes, nanoparticules, bioparticules). En économie, on a beaucoup étudié la macroéconomie (au niveau des Etats), la microéconomie (entreprise, consommateurs), on étude maintenant la mésoéconomie (économie du milieu : économie des réseaux et des groupes). En sociologie, on s’aperçoit que les 3 systèmes : Capitales-villes-monde, métropoles régionales, villages, sont totalement différents, absolument irréductibles à l’un d’entre eux, mais complémentaires de façon vitale. Le monde n’est ni incohérent (Chaos), ni absolument cohérent (Harmonie). Il est décohérent, ce sont des mondes qui ont leur organisation propre, qui échangent des informations et des biens à l’intérieur d’eux-mêmes et à l’extérieur, et qui co-évoluent (évoluent ensembles). Ces mondes interagissent parfois en construction, parfois en coopération, parfois en concurrence, parfois en destruction. Mais ce qui importe, c’est qu’ils interagissent, pour produire quelque chose, si possible de positif. La cohérence totale, c’est la mort dans la stérilité.
  47. 47. 47/237 MES VOCATIONS PROFESSIONNELLES J’ai 3 vocations professionnelles. - la recherche (exploration de territoires mentaux encore inconnus) - l’ingénierie (création de produits nouveaux, innovants, qui vont être adoptés par le public le plus large possible) - l’enseignement (le savoir s’additionne et se multiplie par son partage le plus large possible) Bien évidemment, en tant que chercheur, je revendique le droit à l’erreur. Ce que je dis et j’écris n’est pas toujours exact, mais il n’empêche, c’est par essais – erreurs que la recherche progresse : il faut oser tenter des expériences pour avancer ; des réussites sont ainsi acquises, des erreurs sont malheureusement commises. Ce qu’il faut, c’est analyser ses erreurs et ses succès, pour reproduire les succès et éviter de recommencer les mêmes erreurs ! « errare humanum est, perseverare diabolicum est » : faire des erreurs est humain, persévérer dans ses erreurs c’est mauvais !
  48. 48. 48/237 MA DEMARCHE DE RESOLUTION DE PROBLEMES Au quotidien, - j’apprends des théories, - je les applique sur des cas concrets, - j’analyse si la théorie marche ou ne marche pas sur ces cas concrets, - je résouds les cas concrets où la théorie ne marche pas, - je modifie la théorie pour qu’elle soit en accord avec ce nouveau cas résolu. On parle de raisonnement Top-Down, de haut (théorie) en bas (cas concret). D’autres personnes fonctionnent à l’inverse (mon père par exemple), - ils partent d’un cas concret qui ne fonctionne pas, - ils acquièrent la théorie correspondante existante qui correspond au cas en difficulté, - soit la théorie résoud le cas, - soit la théorie ne résoud pas le cas. Il faut modifier la théorie, - ils appliquent alors la théorie modifiée pour résoudre le cas. On parle de raisonnement Bottom-Up, de bas (cas concret) en haut (théorie). Aucun type de raisonnement n'est supérieur à l'autre : ils sont absolument complémentaires !

×