RELIGION
RELIGION............................................................................................................
TOUTES RELIGIONS
PREAMBULE : APPARTENANCE A DE MULTIPLES RELIGIONS
Pour des raisons de recrutement, de compte de leurs mem...
AVATARS SOLAIRES
A mon avis, les individus les plus puissants qui ont jalonné l’histoire de
l’humanité, sont des avatars s...
DIEU ET LES RELIGIONS
Pour moi, il y a un Dieu ultime et primordial, de qui découlent d’autres
dieux inférieurs et anges. ...
LA SEXUALITE EST UNE AFFAIRE PRIVEE !
Je ne supporte plus qu’on me harcèle avec des déclarations du type « je
suis homosex...
TYPOLOGIE DES RELIGIONS EN FONCTION DE L’AGE DES PROPHETES ET
DE LA DATE DE LEUR PROPHETIE DANS LEUR PROPRE VIE
• Jésus,pr...
NOMBRE D’OR DANS LES SOCIETES HUMAINES : 50 - 50
Les Grecs anciens ont constaté empiriquement que les humains trouvent
bea...
L’HOMME NAIT BON MAIS MEURT MAUVAIS
Voilà le sort que je réserve au mythe du bon sauvage de Rousseau
(18°siècle) : effecti...
RELIGIONS ADAPTEES A L’AGRICULTURE
Il m’apparaît à l’examen des religions et des philosophies, que certaines
sont plus ada...
RELIGIONS : DES PHILOSOPHIES ENGLOBANTES TOTALES
La différence entre les religions et les philosophies, c’est que les reli...
RELIGIONS ADAPTEES A L’AGRICULTURE
Il m’apparaît à l’examen des religions et des philosophies, que certaines sont
plus ada...
LE FILS DES PROPHETES
Dans toute mon œuvre, j’ai cherché à effectuer la synthèse de mes
prédécesseurs, les prophètes des r...
CHRETIENTE
MARIE MADELEINE
J’ai relu cette nuit le « Da Vinci Code », de Dan Brown, aux éditions JC.
Lattès, version illus...
SAINT PAUL
J’affirme que Saint Paul, fasciné par la résurrection de Jésus qui était sorti
d’un coma profond en terme médic...
VIRGINITE DE MARIE
Biographie psychanalytique de Jésus
Jésus a rejeté son père Joseph le charpentier, car il ne se reconna...
L’APOCALYPSE
Il est possible que le livre de l’apocalypse, conservé dans les Evangiles, ait
été écrit directement par Jésu...
LA SCENE CHRISTIQUE
J’espère être parvenu au niveau de connaissances nécessaire pour
expliquer le mystère de la scène. Rec...
IL N’EXISTE PAS D’ENSEIGNEMENTS DE JESUS NI À PROPOS DE
L’ECONOMIE NI À PROPOS DE LA GUERRE
En ce qui concerne l’argent, q...
LE PAPE DOIT PROMOUVOIR LE PORT DU PRESERVATIF SEXUEL
Le Pape se rend en Afrique. Là plus qu’ailleurs, il doit promouvoir ...
LES RACISTES NE SONT PAS DES CHRETIENS !
Il y a deux attitudes fondamentales de comportement de la vie, après le
choix du ...
- soit on s'abstient : on ne fait pas semblant, on n'imite pas. Les religions, ce
n'est pas une mode à imiter, c'est une v...
MUSULMANS
LE VOILE ISLAMIQUE
Le texte de la scène fondatrice du voile :
« Cette année, Muhammad, en quittant la montagne, ...
LE MYSTERE AICHA
1. C’est à ma connaissance le prénom de la dernière « épouse » de
Mahommet, qui avait 9 ans d’après la mé...
APPEL A LA FORMATION D’IMAMS FRANÇAIS
En tant que philosophe, j’appelle du fonds du cœur les instances
musulmanes français...
HADITHS DE ALI + HADITHS DE HUSSEIN + HADITHS DE FATIMA
Le problème central de l'islam, c'est la succession du prophète Mu...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Psychanalyse des religions

538 vues

Publié le

Psychanalyse appliquée aux religions

Publié dans : Spirituel
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
538
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Psychanalyse des religions

  1. 1. RELIGION RELIGION........................................................................................................................................................ 1 TOUTES RELIGIONS........................................................................................................................................2 CHRETIENTE.................................................................................................................................................. 13 MUSULMANS...................................................................................................................................................22 1/25
  2. 2. TOUTES RELIGIONS PREAMBULE : APPARTENANCE A DE MULTIPLES RELIGIONS Pour des raisons de recrutement, de compte de leurs membres, d’appartenance communautaire et politique, plus que pour des raisons d’incompatibilité ou de dogmes, les religions ont eu tendance par le passé de s’exclure entre elles. A ma connaissance, seuls les historiens des religions, voire le mouvement hippie « new age » où chacun fait le marché de ce qu’il trouve de meilleur dans chaque religion, ont essayé de transcender cette fracture profonde, ce tabou interreligieux. Quant à moi, par ouverture d’esprit sur le monde, je rêvais dans ma jeunesse 15-25 ans d’une double appartenance culturelle nationale, franco-amérique du nord, ou franco-anglaise (je suis français et anglophone), qui passerait par des études doctorales puis des recherches dans les universités étrangères. Je n’ai pas réalisé ce rêve là, mais j’en ai découvert un autre, via un mariage avec une iranienne musulmane : Celle de la double culture religieuse chrétienne+musulmane. En attendant peut- être de découvrir d’autres cultures religieuses, bouddhique par exemple ? C’est une question d’étude, d’application, d’implication. Après des années de recherche, je sais que l’une des principales qualité est le discernement, chaque religion ayant ses avantages et ses inconvénients, ses failles et ses merveilles : il ne faut pas oublier que les prophètes sont humains, donc faillibles à leurs heures, même s’ils sont inspirés par le divin, le bon, le parfait, le total, l’intégral, la communauté, le partage, le bien-être de tous, le court et le long terme, le temps, l’espace, les hommes, et les autres êtres (végétal, animal, humain, extra-terrestre, etc.). Voici quelques unes de mes réflexions. TRADUCTION DES TEXTES RELIGIEUX FONDATEURS Il est d’une urgence et d’une priorité absolue de traduire et de diffuser dans le monde entier les plus grands textes philosophiques et religieux fondateurs. Liste non exhaustive, dans un ordre aléatoire : la Bible, les Evangiles, le Coran, les paroles du Bouddha, Zarazoustra, les textes Hindous et Védiques : Veda, Upanishad, Ramayana, etc., Confucius, Lao- Tseu, Mencius, Mythologies du monde entier, etc. A mettre à disposition gratuitement sur Internet. Ainsi, chacun pourra se faire une idée sur les autres, sur ses ressemblances et ses différences réelles ou supposées. L’humanité y gagnera en grandeur. C’est ma réponse à la rivalité des civilisations. Projet BABEL. 2/25
  3. 3. AVATARS SOLAIRES A mon avis, les individus les plus puissants qui ont jalonné l’histoire de l’humanité, sont des avatars solaires, incarnations successives du Dieu Soleil. Je pense notamment à : Osiris, Brahma, Vishnu, Krishna, Adam, Noé, Abraham, Moïse, Zarathoustra, Isaïe, Bouddha, Confucius, Platon, Mencius, Alexandre Le Grand, Jésus, Saint Nicolas, Saint Benoît de Nursie, Mahomet, Charlemagne, Avicenne, Averroès, Jeanne d’Arc, Michel Ange, Shakespeare, Bach, Mozart, Darwin, liste non exhaustive, non close, et non certaine. POLYTHEISME Les Grecs, les Hindous et autre religions polythéistes avaient vu juste. Si le Dieu le plus puissant de cette partie de la galaxie reste le Dieu Soleil, Dieu supérieur du monothéisme, il n’en reste pas moins que pour comprendre la création, il faut prendre en compte l’influence des autres Dieux-Planètes-Etoiles éteintes sur le maintien en vie des formes de vies nées aléatoirement par croisement et mutation chromosomique, mais dont les premiers représentants étaient dans un état de fragilité extrême, la néoténie. Comment expliquer sinon l’existence des araignées, des pieuvres et des crocodiles, les virus, avec leur mode vie, de combat, d’alimentation, qui ne peuvent pas correspondre au souhait d’un Dieu Bon ! L’enjeu, pour les religions aujourd’hui, est de rééquilibrer le respect entre les divers Dieux-Planètes. Ainsi on pourra mieux comprendre les espèces vivantes de chaque phylum, en fonction de la déité qui l’a soutenu. D’autre part, à l’intérieur de chaque espèce vivante, les individus ont un comportement en adéquation avec un Dieu-planète tutélaire. A méditer quand on veut faire de la psychologie … RELIGIONS A la source de chaque civilisation se trouve des mythes ou une religion différente, qui semble prendre une source historique dans la vie d’une famille particulière incarnée, les avatars se rencontrent (chez les grecs, Apollon (soleil), Jupiter, Neptune, Vénus, Mars, Héra (mercure), Mercure (lune), Athéna (Uranus), Pluton, etc.). Pour d’autres civilisations se reporter avec succès à « La grande déesse-mère », de Shahruckh Husain. Tout se passe comme si chaque groupe humain avait reçu une part de la révélation suprême. Les messages se complètent, se contredisent, s’aménagent, sans que l’on puisse affirmer la supériorité définitive d’une religion sur une autre ! En conclusion, les individus ont la liberté de choisir la ou les révélations qu’ils préfèrent, et parmi ces messages sélectionner ou rejeter les propositions qui leurs semblent bonnes, à eux individuellement et/ou collectivement, sans pour cela que ce soit l’objet de conflits (armés, psychologiques, d’influence, autres.). 3/25
  4. 4. DIEU ET LES RELIGIONS Pour moi, il y a un Dieu ultime et primordial, de qui découlent d’autres dieux inférieurs et anges. Chaque religion est un chemin d’accès vers ce Dieu primordial, chemins différents entre eux car devinés et écrits par des prophètes qui vivent dans des temps et des espaces culturels différents, mais chemins plus complémentaires que concurrents, chaque civilisation, fondée sur une religion différente, ayant eu accès à une partie de la révélation sur la vérité du Dieu primordial. Par conséquent, un affrontement entre civilisation, ou une excommunication/anathème entre religions ne peut être qu’une absurdité, car une échelle de la vérité comparative entre les religions est impossible à établir. De fait, c’est un rapport de force physique et guerrier, mais tragiquement humain, qui a déterminé les lignes d’équilibre. Par contre, chaque individu peut, en connaissance de cause, choisir la ou les religions qui lui conviennent le mieux (à son caractère, à ses convictions, à ses traditions). RELIGIONS ET SEXUALITE Les religions n'ont pas à se mêler de sexe, on ne parle pas sur le même plan entre métaphysique et morale d'un côté, amour sexe couple et famille de l'autre ! De quel droit condamner telle ou telle pratique sexuelle ? L’attirance, l’amour, la sexualité ont polarisé tant de poètes depuis la nuit des temps, sans épuiser le sujet, et telle institution religieuse s’approprierait le droit d’interdire certains comportements amoureux ou sexuels ? Quelle prétention ! Quel abus de pouvoir ! Et d’ailleurs, qu’est ce qu’ils y connaissent, eux, les prêtres, du vécu de la sexualité ??? 4/25
  5. 5. LA SEXUALITE EST UNE AFFAIRE PRIVEE ! Je ne supporte plus qu’on me harcèle avec des déclarations du type « je suis homosexuel », ou des questions du type « est-ce que tu es homosexuel ? », en dehors de tout contexte de drague (où là j’admets ce jeu interactionnel sans faire d’histoires). La sexualité a tendance à envahir la sphère sociale, alors qu’elle est une affaire vraiment privée. A part les cas d’inceste, de pédophilie, de viol, de violences, de zoophilie, où la société doit intervenir, l’homosexualité, la bisexualité, les relations sexuelles multiples en groupes, les maîtresses et les amants, les divorces, la sodomie hétéro ou homosexuelle, les relations oraux sexuelles, le naturisme et la masturbation, la contraception et la protection contre les maladies sexuellement transmissibles, les relations sexuelles entre adolescents consentants, les unions, les relations amoureuses et sexuelles, les mariages qui sont interethniques, inter raciaux, internationaux, inter confession religieuses, relèvent de la liberté privée. Que la population (voire le gouvernement, la morale, les religions) s’intéresse à la sexualité des autres n’est que curiosité malsaine. Je dis cela parce que les « coming out » homosexuels se multiplient. Ils sont tellement nombreux aujourd’hui, que l’homosexualité est statistiquement et moralement admise, et la prochaine étape du mouvement de libération sexuelle devrait être de refaire rentrer la sexualité dans les lits des particuliers ! Je m’explique : qu’un tel maire de Paris déclare publiquement son homosexualité, c’est certes courageux, connaissant les préjugés communs et religieux de ses électeurs … Mais ce que moi je demande à un maire, c’est d’être efficace, de faire avancer sa ville dans la bonne direction dans un contexte budgétaire serré et maîtrisé, pas de savoir avec qui il couche le soir ! De même, ce que je demande à un couturier, c’est d’être original, de me faire rêver, de transcender les hommes et les femmes qu’il habille, pas de connaître la longue liste de ses amants dont je me contrefous par ailleurs ! Les exemples sont multipliables à l’infini. Ce que je dis est valable pour tout type de sexualité admissible, qu’elles soient des pratiques dans la norme ou plus ou moins exotiques statistiquement. 5/25
  6. 6. TYPOLOGIE DES RELIGIONS EN FONCTION DE L’AGE DES PROPHETES ET DE LA DATE DE LEUR PROPHETIE DANS LEUR PROPRE VIE • Jésus,prophète des vingtenaires : amour, action, partage, etc. • Muhammad, prophète des quarantenaires : ou comment chercher à organiser une société du mieux possible, bon et efficace (sur les plans politiques, éthiques, moraux, économiques, entreprise? ). • Bouddha, prophète des soixantenaires : la vie personnelle s’est écoulée, avec ses heurs et ses malheurs ; on apprend à l’accepter telle quelle (comme dans le travail psychanalytique), afin de mieux s’en détacher, pour soi et pour les autres (compassion). Préparation du Grand Voyage, la mort, dans l’espoir d’une réincarnation plus heureuse (comme dans la religion Hindoue, et la religion de l’Egypte antique? ). • Typologie des autres religions, présentes ou passées (éteintes), sûrement des futures, des autres prophètes, à faire par les historiens des religions. TRADUCTION AUTOMATIQUE DES LANGUES POUR UNE MEILLEURE COMPREHENSION DES RELIGIONS Je viens d’assister à la messe de Pacques 2013 en direct de Rome, en langues latin + anglais + italien + etc. Or l’une des clés du message des différents prophètes, c’est l’accès direct et intermédié au message prophétique, ainsi qu’aux discours, commentaires, interprétations, discussions diverses, par les foules et les individus. A l’heure de l’informatique, je conseille vivement aux clergés d’investir largement dans des traducteurs automatiques oral->oral, écrit->écrit, oral->écrit, écrit->oral, entre toutes les langues, passées et présentes (à l’aide d’un possible support intermédiaire d’une ou plusieurs langues pivot, l’espéranto ?, le latin, l’arabe classique, le chinois mandarin, le sanskrit, l’anglais, le français, l’espagnol, etc. : langue locale 1 -> langue pivot -> langue locale 2; sinon langue locale 1 -> langue pivot 1 -> langue pivot 2 -> langue locale 2). Ensuite, distribuer largement ces logiciels outils aux individus (via internet) et aux journalistes (télévision, éditeurs littéraires), afin que les textes originaux et les commentateurs soient bien compris. Inventer des oreillettes de traduction automatique, s’appuyant sur les technologies suivantes : - Reconnaissance de la parole - Reconnaissance des langues - Traduction automatique - Synthèse vocale pour la restitution 6/25
  7. 7. NOMBRE D’OR DANS LES SOCIETES HUMAINES : 50 - 50 Les Grecs anciens ont constaté empiriquement que les humains trouvent beau et juste les représentations physiques qui respectent le nombre d’or en tant que ratio entre leurs dimensions horizontales et verticales. En fait on s’est aperçu que ce ratio correspond à un développement harmonieux de l’enfant devenu adulte, dans le rapport entre sa taille (jambes+buste+tête) et l’empan de ses deux bras étendus. Archaïquement, dans un cerveau de primate, ce ratio intuitif, devenu inscrit génétiquement dans notre cerveau, devait désigner les inividus de l’espèce les mieux développés, les plus attirants pour la reproduction. Attention, bien sûr depuis que la culture est apparue dans les sociétés humaines, il existe bien d’autres critères pour s’apparier pour la reproduction ! De même, je crois fermement qu’il existe une proportion optimale naturelle qui régit la répartition de la population entre homme et femmes, soit la règle des 50 – 50 : 50% d’hommes, 50% de femmes. Toute société humaine, qu’elle soit communauté religieuse, pouvoir politique, administration, profession, qui s’écarte sensiblement de ce ratio naturel, s’expose à un déséquilibre certain, plus ou moins grave, dans l’expression des sensibilités, des caractères, des opinions, des préoccupations. D’autre part, il faut tenir compte des divers milieux naturels d’environnement. A l’heure où l’on cherche à s’affranchir de l’arbitraire dans les civilisations, on aurait grand tord de ne pas s’inspirer de l’écologie naturelle, sans en faire toutefois un nouveau tabou indépassable. Non au retour à l’état de nature, nous sommes désormais une société grosse de 8 milliards d’être humains, contre une population de 100 000 individus dans la préhistoire, il faut définitivement inventer des modes de gouvernement plus adaptés et forcément plus complexes, sans pour autant être illisibles, incompréhensibles. Mais oui, méfions nous à ne pas nous affranchir complètement de nos fondamentaux génétiques, sans y réfléchir plus avant. 7/25
  8. 8. L’HOMME NAIT BON MAIS MEURT MAUVAIS Voilà le sort que je réserve au mythe du bon sauvage de Rousseau (18°siècle) : effectivement, génétiquement l’essentiel des bébés naissent bons, doués d’affection et capables d’apprendre, certes encore ignorants en phase de croissance ; mais malheureusement, au fil des années, avec les échecs successifs et les frustrations, les mauvaises décisions qui s’accumulent, l’homme et la femme ont tendance naturellement à devenir méchants et mauvais, par aigreur et malignité (malice de celui qui déjà vécu une situation et s’en tirer à bon compte, sans y laisser de « plumes »). C’est précisément pour contrer cette dégénérescence naturelle vers la méchanceté de celui qui croit savoir et figer les attitudes (fermeture de l’esprit et du cœur, plus d’adaptation possible) qu’interviennent toutes les religions et les bonnes philosophies, afin de trouver et de proposer des solutions aux problèmes qui peuvent être rencontrés dans toute vie, afin d’entrainer et de tirer vers le haut (le Bien) les hommes et les femmes, afin de sortir par le haut des problèmes et pas par le bas, permettre de grandir dans la résolution des conflits et des problèmes. Dans une société laïque (tolérante et bienveillante envers toutes les religions et toutes les philosophies), c’est par des grands projets fédérateurs qui nécessitent une succession d’accomplissements concrets, qu’on dynamise une population et qu’on la tire vers le haut. Exemples de mon temps : - développer l’économie afin d’assurer une vie décente au plus grand nombre, dans les pays développés, les pays émergeants, les pays sous-développés. - Gagner le combat de la paix dans le monde. - Mobiliser les énergies et les finances afin de faire progresser la médecine. - Explorer de nouveaux territoires encore inconnus : fond des océans, système solaire, physique quantique, galaxies. 8/25
  9. 9. RELIGIONS ADAPTEES A L’AGRICULTURE Il m’apparaît à l’examen des religions et des philosophies, que certaines sont plus adaptées que d’autres au monde agricole. Caractéristiques fondamentales du monde agricole : - le cycle des saisons est intégré à la psychologie : amours, naissances, épanouissement, vieillissement, mort, renaissance - la pérennité de la vie, des terres, du mode de culture sont des valeurs cardinales. - La transmission est orale, individuelle (en famille, avec des maîtres) ou collective (lycées agricoles, internats) - Les problématiques familiales sont nombreuses - Le maintien sur les terres de naissance est considéré comme une valeur positive - Neutralité : la brutalité de la nature est admise (récoltes d’une année dévastées par la météorologie); il faut tuer des animaux que l’on élève pour pouvoir vivre, même si on les apprécie ; des enfants meurent en bas âge, en liaison avec les difficultés de la médecine rurale ; bref, s’il y a du positif, c’est tant mieux ; s’il y a du mal, c’est dans l’ordre des choses, il faut faire avec. En conséquence de quoi, examinons diverses religions : - la mythologie Grecque antique apporte des explications aux difficultés familiales. - le droit Romain, qui met le père en valeur, peut structurer une société paysanne à une échelle qui dépasse très largement le village. - la foi catholique, qui est polarisée sur le dilemme du Bien et du Mal, est relativement étrangère aux préoccupations paysannes ci-dessus. C’est plutôt un surplus d’âme. - La religion musulmane s’évertue à codifier selon les principes du Bien les relations collectives (ce qui a débouché chez Muhammad sur la théocratie, car c’est Dieu qui lui inspirait ces principes). A mon avis, cette religion est compatible avec l’agriculture, car elle fournit des codes, mais elle en est plus éloignée que la loi Romaine, car c’est Dieu (le premier père) qui est au centre, pas tous les pères comme dans la religion Romaine. - La religion juive est une religion de la migration / de l’émigration (de Moïse et des juifs d’Egypte). Elle n’a rien à voir avec l’agriculture, qui élève la sédentarité comme une valeur positive. Cette incompréhension fondamentale est la source de bien des catastrophes historiques pour le peuple juif (lois stigmatisantes, pogroms, holocauste = shoah) La question qui se pose alors, c’est : quelles valeurs sacrées proposer aux populations agricoles ? Doit-on administrer les populations agricoles comme les population des grandes villes ? 9/25
  10. 10. RELIGIONS : DES PHILOSOPHIES ENGLOBANTES TOTALES La différence entre les religions et les philosophies, c’est que les religions sont des philosophies qui donnent des avis sur tous les aspects de la vie : valeurs Bien/Mal, éthique du comportement individuel et en société, métaphysique de la création, de l’âme individuelle, organisation idéale de la société, transmission de la foi, etc. ; alors que les philosophies se concentrent sur un aspect seulement. Jusqu’ici, les religions sont refermées sur elles-mêmes, elles n’admettent pas l’opinion des autres religions. En fait, par la philosophie, ont peut s’apercevoir que les diverses religions sont compatibles entre elles, peuvent coexister, que chaque individu peut et doit faire sont marché parmi les diverses philosophies et religions du monde présent et passé, pour en faire son guide de comportement dans la vie, voire s’il en est capable, inventer son propre corpus de règles de vie. Par exemple, j’ai adopté les valeurs du Bien et du Mal chrétienne, l’organisation de la société suivant la philosophie des lumières, la sexualité musulmane (choisir les meilleures mères, le cas échéant accepter et faire accepter d’avoir plusieurs femmes simultanément, divorcer si nécessaire après avoir réglé les questions de pension alimentaire et d’héritage, élever ses enfants et ceux des autres autant que faire se peut), convivialité entre amis musulmane. Autres exemples, j’ai une bonne amie qui a des valeurs chrétiennes, et une sexualité hindoue ; Ma femme est musulmane, aime et se plie aux règles de vie démocratique. Etc. 10/25
  11. 11. RELIGIONS ADAPTEES A L’AGRICULTURE Il m’apparaît à l’examen des religions et des philosophies, que certaines sont plus adaptées que d’autres au monde agricole. Caractéristiques fondamentales du monde agricole : - le cycle des saisons est intégré à la psychologie : amours, naissances, épanouissement, vieillissement, mort, renaissance. - la pérennité de la vie, des terres, du mode de culture sont des valeurs cardinales. - La transmission est orale, individuelle (en famille, avec des maîtres) ou collective (lycées agricoles, internats). - Les problématiques familiales sont nombreuses. - Le maintien sur les terres de naissance est considéré comme une valeur positive. - Neutralité : la brutalité de la nature est admise (récoltes d’une année dévastées par la météorologie); il faut tuer des animaux que l’on élève pour pouvoir vivre, même si on les apprécie ; des enfants meurent en bas âge, en liaison avec les difficultés de la médecine rurale ; bref, s’il y a du positif, c’est tant mieux ; s’il y a du mal, c’est dans l’ordre des choses, il faut faire avec. En conséquence de quoi, examinons diverses religions : - la mythologie Grecque antique apporte des explications aux difficultés familiales. - le droit Romain, qui met le père en valeur, peut structurer une société paysanne à une échelle qui dépasse très largement le village. - la foi catholique, qui est polarisée sur le dilemme du Bien et du Mal, est relativement étrangère aux préoccupations paysannes ci-dessus. C’est plutôt un surplus d’âme. - La religion musulmane s’évertue à codifier selon les principes du Bien les relations collectives (ce qui a débouché chez Muhammad sur la théocratie, car c’est Dieu qui lui inspirait ces principes). A mon avis, cette religion est compatible avec l’agriculture, car elle fournit des codes, mais elle en est plus éloignée que la loi Romaine, car c’est Dieu (le premier père) qui est au centre, pas tous les pères comme dans la religion Romaine. - La religion juive est une religion de la migration / de l’émigration (de Moïse et des juifs d’Egypte). Elle n’a rien à voir avec l’agriculture, qui élève la sédentarité comme une valeur positive. Cette incompréhension fondamentale est la source de bien des catastrophes historiques pour le peuple juif (lois stigmatisantes, pogroms, holocauste = shoah). La question qui se pose alors, c’est : quelles valeurs sacrées proposer aux populations agricoles ? Doit-on administrer les populations agricoles comme les population des grandes villes ? 11/25
  12. 12. LE FILS DES PROPHETES Dans toute mon œuvre, j’ai cherché à effectuer la synthèse de mes prédécesseurs, les prophètes des religions, les philosophes et les savants. J’ai réussi ma synthèse. Pour la postérité, je veux être dénommé : le Fils des Prophètes. MELANGE SULFUREUX ENTRE LA RELIGION ET LE NATIONALISME Les politiciens du monde entier doivent être clair : religion et nationalisme relèvent de deux ordres différents, respectivement la philosophie et le gouvernement. Le mélange des deux notions conduit à un cocktail explosif. La confusion volontaire de la religion et du nationalisme est criminelle. Cette prise de position vaut aussi bien pour le conflit israélo-palestinien en cours, que pour le germe des conflits à venir. C'est aussi une condamnation de la plupart des conflits passés. Une religion, bouquet complet de philosophies, est un guide de vie essentiellement pacifique. Le nationalisme est une protection physique de populations potentiellement antagoniques d'avec les populations différentes des nations voisines. Les nations sont relativement homogènes (l'histoire produit de la sociologie) ; les Etats-nations constituent un bouclier protecteur de cette bonne entente culturelle, produit de siècles d'histoire. La constitution en ensembles nationaux n'exclut pas la coopération inter- étatique. Au contraire, la porosité des échanges culturel et commerciaux, les négociations et les ententes super-étatiques favorisent la paix, donc la protection des populations de chaque Etat-nation. 12/25
  13. 13. CHRETIENTE MARIE MADELEINE J’ai relu cette nuit le « Da Vinci Code », de Dan Brown, aux éditions JC. Lattès, version illustrée. D’où il ressort que cet auteur nous ballade agréablement dans les lieux et au milieu des œuvres interdites par l’église, dévoilant un secret bien gardé dans l’histoire du christianisme, qui est que Jésus s’est bien uni charnellement avec Marie Madeleine et en a eu un enfant. Ce secret est jalousement caché par l’Opus Dei, actuellement financé aux USA. D’après mes recherches antérieures, Marie Madeleine, femme aux mœurs libertaires en relation avec les Romains, a été la compagne de Jésus, cela contre l’avis des juifs et de Joseph, ce qui a déclenché le complot des zélotes conduisant à une parodie de procès suivie de sa crucifixion. La « vierge noire », Marie Madeleine, a débarqué en Provence, aux Saintes Maries de la mer où elle fait encore l’objet d’adoration des gitans. On retrouve sa trace du côté de Bruxelles (cathédrale dédiée au culte de la Vierge Noire). Peut-être bien que le sanctuaire de Lourdes est le lieu où repose Joseph (confer la forme de l’ouverture en redescendant du chemin de croix, qui commémore le tombeau de Jésus crucifié). Si je comprends bien le Da Vinci Code (traduire les documents latins SVP ! ; utiliser le code Caesar si nécessaire), les reliques de Jésus Christ sont enterrées sous le médaillon de la Rose Ligne, à Saint-Sulpice, Paris. Celles de Marie Madeleine, dans le cercueil de pierre C, Temple Church, Londres. Les reliques de l’enfant, fille, de Jésus et Marie Madeleine, autrement nommées le « Saint Graal », ont longtemps séjourné à Rosslyn Chapel, Edimbourg. Elles ont été déplacées, et se trouvent aujourd’hui dans une salle enterrée sous la pyramide inversée cristalline du Louvres, Paris. Enfin, le dernier Nautonier du Prieuré de Sion, chargé de conserver ce trésor, était, probablement, François Mitterrand, Président de la France à l’époque de la construction de la pyramide. Pourquoi une pyramide ? Parce que Jésus avait séjourné dans son enfance en Egypte, où il s’était éveillé aux cultes. Il connaissait aussi la sagesse grecque, Sofia, la clé de voûte (relire le Da Vinci Code). Et maintenant, à vous de creuser  … 13/25
  14. 14. SAINT PAUL J’affirme que Saint Paul, fasciné par la résurrection de Jésus qui était sorti d’un coma profond en terme médicaux modernes, n’a pas compris le message fondateur de Jésus, et a orienté le culte chrétien vers une culture de mort (culpabilité, rédemption, pas de sexualité, péchés mortels), alors que Jésus avait eu cette intuition, inouïe à l’époque, que Dieu est amour (alors que Dieu est ordre et colère chez Moïse), ce qui fait que les hommes devaient aimer Dieu, et s’aimer entre eux, donc s’admettre et se reconnaître différents mais compatibles. BARRABAS Interprétation du passage sur Barrabas dans le Nouveau Testament Barrabas signifie « fils du père », et on peut l’extrapoler en « fils de Dieu ». D’autre part, Inri signifie « Roi des Juifs ». La scène telle que je l’imagine est la suivante : La foule du peuple juif est convaincue que Jésus est Fils de Dieu. Lorsque Pilate doit évaluer, en tant que Gouverneur Romain, la menace que représente Jésus pour l’ordre romain à Jérusalem, il pose la question suivante à la foule d’une part, et aux grands prêtres de l’autre : Jésus est-il pour vous le fils de Dieu (« Barrabas »), ou le roi des juifs à venir (« Inri ») ? La foule crie « Barrabas », mais les grands prêtres répondent que la foule prétendait auparavant qu’il est « Inri ». Pilate se laisse convaincre par les grands prêtres de la dangerosité de Jésus pour l’ordre Romain, et fait crucifier Jésus avec le panneau indiquant le motif « Inri ». Si ce que j’imagine est vrai, il n’y a jamais eu de préférence de la foule juive pour un bandit. Les responsables de la crucifixion sont les grands prêtres, jaloux de leur influence sur le peuple, ainsi que le gouverneur dirigeant l’autorité colonisatrice de Rome. Des siècles de stigmatisation collective du peuple juif par les catholiques reposent peut être sur un récit partiellement erroné de la passion de Jésus. Cette erreur est possible car le Nouveau Testament a été rédigé une cinquantaine d’années après la crucifixion de Jésus. 14/25
  15. 15. VIRGINITE DE MARIE Biographie psychanalytique de Jésus Jésus a rejeté son père Joseph le charpentier, car il ne se reconnaît pas intellectuellement en lui. En effet, Jésus joute à 12 ans avec les intellectuels de Jérusalem, tout en étant autodidacte (cf. les réflexions sur la montagne). Joseph ne peut le convaincre qu’il est son père, et lui invente la fable selon laquelle un ange aurait fécondé sa mère Marie. Une hypothèse, à confirmer avec la psychanalyse d’aujourd’hui : Joseph était un riche artisan, et Jésus, enfant, croyait qu’il achetait l’amour de sa mère l’adorable Marie, et de lui-même, avec son argent. De là le mépris hautain, devenu nobiliaire, souverain, pour l’argent dans l’œuvre de Jésus, puis à sa suite dans la Chrétienté. Nota Bene : il faut une très grande maturité intellectuelle pour savoir comment « bien » dépenser son argent. De nombreux essais / erreurs sont nécessaires, dès l’enfance, l’adolescence, et également pendant tout l’âge adulte ! Joseph a des principes moraux rigoureux que Jésus fait sien, et auxquels il sera fidèle jusqu’au martyre : il ne se départira pas de sa parole au Mont des Oliviers. Jésus était peut-être schizo-affectif, ce qui lui conférait une aptitude réelle à faire des miracles (fou / génie / saint / mage). S’il n’était peut être pas Dieu, du moins était-il l’homme de son époque le plus doué d’intelligence et d’harmonie avec l’univers (au sens grec d’harmonie des sphères célestes, ou au sens de la vibration des cordes de la physique du XXI° siècle). 15/25
  16. 16. L’APOCALYPSE Il est possible que le livre de l’apocalypse, conservé dans les Evangiles, ait été écrit directement par Jésus ressuscité, sous un nom d’emprunt d’un disciple qu’il aimait. A ce stade de sa vie, il est visionnaire absolu, mais s’exprime de façon fébrile, voire malade dirait-on aujourd’hui, après tant d’épreuves et de harcèlements. Dans ce texte, il évoque ses visions d’invasions destructrices d’extra-terrestres. De même, on peut avancer sérieusement l’hypothèse que c’est Jésus ressuscité (sorti de son coma profond dirait-on aujourd’hui), que Saint Paul à vu en personne à Damas. Il se découvre et lui demande : Pourquoi me persécutes-tu, moi et les miens, toi qui me voit aujourd’hui ? Enfin, comment expliquer que les 4 évangiles, voire les évangiles apocryphes, se ressemblent étrangement, racontent la même histoire, en particulier les passages sur la vie intérieure de Jésus (contenu de la méditation au Mont des Oliviers en particulier, lorsque Jésus était seul). Mon hypothèse : Jésus ressuscité a lui-même contacté les évangélistes, en se faisant reconnaître, et a raconté son histoire pour que sa mémoire se perpétue. La rédaction des évangiles datant probablement des années 50-60 après la naissances supposée de Jésus Christ, le Christ ressuscité devait alors avoir une soixantaine d’années, ce qui est cohérent, logique, possible. 16/25
  17. 17. LA SCENE CHRISTIQUE J’espère être parvenu au niveau de connaissances nécessaire pour expliquer le mystère de la scène. Recontextualisons : Jésus est sur le point d’être arrêté par ses ennemis (notamment les puissants prélats de l’époque) pour être exécuté. D’autre part, il est pressé depuis 3 ans par la foule, chacun attend de l’aide, il ne peut pas tout pour tous manifestement. Il décide de symboliser clairement avant sa mort, en rassemblant dans une dernière scène toute son érudition (Égypte, bible), et sa capacité à la parabole claire. Le corps du Christ, c’est le pain quotidien, le blé, le soleil qui le fait mûrir (forme de l’ostie), soleil qui donne sans demander, qui ne se partage pas tellement il est surabondant, qui fait grandir les épis (les hommes). Le pain quotidien, c’est la foi en Dieu, le respect de Dieu, des prophètes, des saints et des hommes et femmes entre eux. Mais c’est aussi la réflexion : Comprendre les bonnes paroles fait mûrir le cerveau humain, le renforce, le guérit de son envie de faire du mal, et soigne les maladies (neuro-hormones pilotant le cerveau et le corps). Au final, même si la foule ne comprend pas précisément tous ces symboles, elle est fascinée par le courage de cet homme/saint/Dieu. Accessoirement, Jésus s’est assuré une victoire sur ceux qui rêvaient de l’étouffer, par l’éminente postérité de son enseignement, « pour les siècles des siècles », c’est-à-dire presque comme le soleil lui-même ... D’autre part, il parvient enfin à éviter dans une religion tout sacrifice humain ou animal, même végétal, même si sa propre souffrance est là, dans la mort sacrificielle du père-mère de l’humanité, soulignant la mort présente dans la nature (hommes, animaux, végétaux), en fonction du temps qui ici progresse, sort d’un cycle. PEDOPHILIE AU SEIN DE L’EGLISE L’évêque qui s’est exprimé à la télévision a montré de la gêne à dénoncer « un membre de sa famille ». Je le rassure : un prêtre d’un quelconque grade a choisi lui-même de ne plus faire partie de l’église, de votre famille, parce que ces actes sont commis en conséquence de cause. L’exclusion du clergé doit être prononcée dès que les faits sont avérés, et la justice laïque s’applique. L’église ne peut pas être tenue pour responsable à 100% de ses brebis galeuses en interne. Des brebis galeuses, il y en a toujours eu et ce dans toutes les professions. Même si une réflexion en interne au clergé est indispensable pour éviter que ces dérives condamnables ne soient structurelles, et se reproduisent à l’avenir ! 17/25
  18. 18. IL N’EXISTE PAS D’ENSEIGNEMENTS DE JESUS NI À PROPOS DE L’ECONOMIE NI À PROPOS DE LA GUERRE En ce qui concerne l’argent, que savons nous de l’enseignement de Jésus ? « Rendez à César ce qui est à César, rendez à Dieu ce qui est à Dieu ». C’est clair, le domaine de l’économie ne concernera pas l’enseignement de Jésus. Toute référence postérieure à une « économie chrétienne » n’est que non sens, mal entendement. En ce qui concerne la guerre, que dit-il ? « Aimez-vous les uns les autres (comme je vous aime et comme Dieu vous aime) ». Mais il ne dit pas ce qui est réaliste de faire dans les situations hors du commun, paroxystiques, de la guerre. J’ai entendu dire que c’est à cause de cela que les juifs ne l’ont pas reconnu comme le prophète attendu, le messie envoyé par Dieu. Tout au plus puis-je conjecturer que, s’il n’avait pas été crucifié si jeune à 33 ans, son enseignement aurait contenu de bonnes paroles sur comment se défendre en cas d’attaque, sur le devoir de protéger sa propre vie, celle de sa famille, celle de sa communauté. C’est qu’en effet Jésus le prophète (homme qui a fait école dans les siècles suivants), ne visait pas comme Mohammad le prophète, à créer un système théologique englobant tous les aspects de la vie. Dans le cas de Mohammad, sa civilisation ne peut perdurer qu’avec des réactualisations ou des réinterprétations du message Coran au long des siècles, à cause de l’évolution des sciences et techniques, des mœurs, des philosophies naissantes. Ce qui a été fait pendant les premiers siècles de l’hégire, où Bagdad a compté jusqu’à un million d’habitants, et avant qu’un calife scélérat, pour protéger son pouvoir, ne décrète fermée l’interprétation du Coran. L’objectif de tous les musulmans doit être de faire rouvrir cette interprétation des paroles saintes, et de faire refleurir voire multiplier les écoles d’interprétation du Coran. Dans le cas de Jésus, il n’a voulu, ou n’a eu le temps, que de développer un message humaniste (« aimez vous les uns les autres » ; « Dieu est amour » : révolution dans l’histoire de la pensée dans une région où le Dieu unique de Moïse était terrifiant ; messages anti-corruption contre les élites au Temple par exemple ; bonté possible du petit, du pauvre : aumône de la veuve au Temple, charité de la bonne Samaritaine ; préoccupation des malades : Lazare, aveugles, paralytiques ; partage : du pain sur la montagne, dans la scène ; compassion et responsabilité : protection de la femme adultère ; etc.) 18/25
  19. 19. LE PAPE DOIT PROMOUVOIR LE PORT DU PRESERVATIF SEXUEL Le Pape se rend en Afrique. Là plus qu’ailleurs, il doit promouvoir le port de préservatif mécanique lors des rapports sexuels. Pourquoi ? 1- l’un des enseignements fondamentaux du Christ, c’est la préservation de la vie. Or le Sida fait des ravages mortels, notamment en Afrique. 2- Nous ne sommes plus dans des temps historiques où la démographie humaine était tellement faible que, couplée à une espérance de vie courte, l’espèce humaine aurait pu s’éteindre. Bien au contraire, depuis le début du 20° siècle, nous sommes entrés dans une ère démographique de surpopulation, qui nous menace d’extinction et de guerre via l’épuisement de nos ressources, et qui tout aussi grave du point de vue de Dieu menace sa Création (animaux divers, plantes, etc.). Nous sommes menacés par la surpopulation, comme des ruches d’abeilles trop prolifiques. Il est urgent que les diverses religions tirent les conséquences de ce trop plein, et prônent des individus en nombre moindre, mais mieux formés, mieux adaptés aux défis du monde moderne, bref la qualité plus que la quantité d’individus. Donc vive la contraception, chimique et/ou mécanique. LECON D’ECONOMIE A DESTINATION DES RELIGIEUX Le pape François a dit aujourd’hui « je rêve d’une église pauvre pour les pauvres ». Attention au sens des mots, il faut être très précis et ne laisser aucune ambigüité. La formulation que j’agréerait est : « je rêve d’une église humble, qui redistribue des richesses en direction des pauvres et des plus pauvres encore ». En effet, la pauvreté est un état subi, et non désiré ni désirable. Le masochisme n’est pas une valeur promue par les religieux. Ce qu’il faut, c’est partager le bien être matériel, moral et spirituel, parmi le maximum possible de la population mondiale, tout en sachant que des inégalités et même des inéquités sont inévitables, humainement parlant. Par exemple, le programme économique que j’avais assigné aux précédentes élections présidentielles français s’intitulait « produire plus et mieux, pour redistribuer plus ! » Autre exemple, lorsqu’on est en charge de la gestion, de la prospérité et de l’efficacité d’une œuvre caritative, il est de bonne inspiration de prendre exemple sur la gestion d’un portefeuille (géré à la majorité des 51%, pour être décisionnaire ultime) d’entreprises capitalistes, à condition d’exiger qu’elles se comportent de façon intègre et exemplaire vis-à-vis des finalités entrepreneuriales, de la fiscalité, des employés et des lois des pays dans lesquelles ces entreprises travaillent. Des entreprises en excédent de bénéfice peuvent alors financer des œuvres caritatives par essence déficitaires, et ce pendant des dizaines d’années, si ce n’est plus… 19/25
  20. 20. LES RACISTES NE SONT PAS DES CHRETIENS ! Il y a deux attitudes fondamentales de comportement de la vie, après le choix du Bien ou du Mal, c’est l’ouverture aux autres, à l’altérité, à l’originalité, ou la fermeture à l’autre (ses religions, ses philosophies, la diversité des aspects physiques, les niveaux différents de santé, la variété d’âges, de métiers, de niveaux de vie économique, les types d’habitats, la relation au progrès technique, etc.). Jésus Christ a clairement pris position sur cette question fondamentale il y a 2000 de çà déjà : « aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimé ». D’autre part, l’histoire de sa vie telle qu’elle est parvenue jusqu’à nous témoigne largement de son altruisme, de son empathie envers les plus faibles et les déshérités. Donc, posons le clairement, les racistes ne sont pas du tout des chrétiens véritables. J’invite donc les prêcheurs de tous les pays et de tous les temps à : - Tenter de convaincre les paroissiens au sujet du véritable message de Jésus sur l’ouverture aux autres - Exclure de leurs assemblées les éléments les plus récalcitrants embarqués dans ces thèses, tant qu’ils les promeuvent. CATHOLICISME MAL COMPRIS La vulgarisation mal comprise du catholicisme auprès des foules a engendré des déviances majeures du message du Christ. - Le masochisme : Jésus ne s'est pas offert en sacrifice humain. Il a accepté son sort, en conséquence de toute son œuvre, subversive pour l'époque. - La démonisation de la sexualité : Jésus n'a trouvé que tard dans sa vie une partenaire amoureuse et sexuelle a sa hauteur, la grande bourgeoise aux mœurs libérées Marie Madeleine. - La ritualisation du culte : on se lève, on s'assoie, sans comprendre la signification ; on récite ce qui est appris par cœur sans penser profondément à ce qu'on est en train de dire, à travers nous les pères de l'église ; on est fasciné par l'offrande du dernier repas du christ, en pensant assister à un sacrifice humain. Les religions, c'est du sérieux, c'est du profond : - soit on arrive à comprendre - soit on cherche à comprendre - soit on se fait expliquer 20/25
  21. 21. - soit on s'abstient : on ne fait pas semblant, on n'imite pas. Les religions, ce n'est pas une mode à imiter, c'est une voie de vie tracée, qu'on essaye de suivre. 21/25
  22. 22. MUSULMANS LE VOILE ISLAMIQUE Le texte de la scène fondatrice du voile : « Cette année, Muhammad, en quittant la montagne, vint auprès de Khadija et lui dit : O Khadija, je crains de devenir fou. Pourquoi ? demanda celle-ci. Parce que, dit-il, je remarque en moi les signes des possédés : quand je marche sur la route, j’entends des voix sortant de chaque pierre et de chaque colline ; et, dans la nuit, je vois en songe un être énorme qui se présente à moi, un être dont la tête touche le ciel et dont les pieds touchent la terre ; je ne le connais pas et il s’approche de moi pour me saisir […] Khadija lui dit : avertis-moi, si tu vois quelque chose de ce genre […] Or, un jour, se trouvant dans la maison avec Khadija, Muhammad dit : O Khadija, cet être m’apparaît, je le vois. Khadija s’approcha de Muhammad, s’assit, le prit sur son sein et lui dit : le vois-tu encore ? Oui, dit-il. Alors Khadija découvrit sa tête et ses cheveux et dit : Le vois tu maintenant ? Non, dit Muhammad. Khadija dit : réjouis- toi, ce n’est pas un démon, mais un ange. » Interprétation classique et fausse : La femme, en se dévoilant, fait peur à l’Archange Gabriel, donc la femme est d’essence démoniaque et doit être voilée. Relecture psycho historique de la relation Muhammad / Khadija. Khadija est une femme de caractère, sûre d’elle, qui materne Muhammad ; en effet, Muhammad est schizo-affectif, il a perdu ses parents très jeune, et il a des visions religieuses terrifiantes. La réplique de Khadija « ce n’est pas un démon, mais un ange », s’applique à elle-même : c’est elle l’ange pour Muhammad. On remarquera également que si Muhammad dispose de 4 femmes, c’est que Khadija est plus maternelle qu’épouse, et … que Muhammad aime la présence féminine ! Ma conclusion : Muhammad avait imposé aux femmes bédouines de se voiler, signe reconnaissable par les bédouins, pour éviter les viols fréquents d’esclaves en ce temps là. C’était une mesure de protection, progressiste. A aucun moment, il n’a dit que les femmes étaient diaboliques et pour cela devaient être dissimulées : il reconnaît lui-même un ange en son épouse. Progressiste comme il l’était pour l’époque, Muhammad, s’il revenait aujourd’hui, demanderait aux femmes de se dévoiler, car désormais le voile est un signe d’oppression de la femme par l’homme. 22/25
  23. 23. LE MYSTERE AICHA 1. C’est à ma connaissance le prénom de la dernière « épouse » de Mahommet, qui avait 9 ans d’après la mémoire orale puis écrite. En fait, il ne s’agit absolument pas d’un viol, mais bel et bien d’une ADOPTION. Cette petite devait être menacée, et Muhammad, vieillissant, s’intéressait de plus en plus à la paternité, voire à la grand-paternité ! 2. En ce qui concerne le respect des femmes par Muhammad, et de ceux de ses coréligionnaires qui sont vertueux, il suffit d’écouter la musique issue de la civilisation des Hammans (suite de l’empire Romain) : Seul ceux qui ont vaincu leur désir comprendront ... Nombreux seront appelés, les élus seront peu nombreux, comme d’habitude, comme dans toutes les autres religions ! DANSE SOUFIE + DANSE DU VENTRE Mêler la danse du ventre et les derviches tourneurs, c'est un moyen de réveiller l'énergie sexuelle chez les danseurs, dans l'assistance, énergie qui monte jusqu'à Dieu, qui la rend plus forte en retour ! 23/25
  24. 24. APPEL A LA FORMATION D’IMAMS FRANÇAIS En tant que philosophe, j’appelle du fonds du cœur les instances musulmanes françaises, et le gouvernement français, à ouvrir une école qui forme des imams (prêcheurs musulmans) ouverts aux valeurs de la république, de la démocratie, des philosophies et des religions plurielles. La pratique d’une religion, quelle qu’elle soit, doit être compatible avec le bien vivre ensemble de la population dans ses diverses composantes. En ce qui concerne le point bien particulier de la théocratie, que les musulmans, à la suite de Muhammad, considèrent comme le meilleur système de gouvernement des hommes, je répondrais : 1. La faille de ce raisonnement, c’est que ce sont des clercs religieux, bien humains eux, qui sont sensés faire respecter les enseignements divins, et que ces clercs religieux, comme tous les autres hommes, sont susceptibles de la corruption des cœurs et des esprits (par l’argent, le pouvoir, ou la sexualité, etc.) 2. La République et la Démocratie comme systèmes de gouvernement étaient apparus brièvement en Grèce 1000 ans avant la naissance de Muhammad, puis avaient disparus depuis, sans avoir alors donné les bons résultats en tant que système de gouvernement obtenus au 20° siècle Européen. Muhammad n’a donc pas eu connaissance de ces résultats. Je suis persuadé que s’il avait observé ces systèmes de gouvernements, avec leurs avantages et leurs inconvénients en balance, il aurait été intéressé. Laisser des choix aux adultes (hommes, femmes), ainsi qu’aux enfants, aux adolescents, ce n’est pas affaiblir les religions ou les lois divines permanentes, c’est dans le contexte actuel renouveler puissamment le message des religions. C’est l’exercice des choix, donc de la responsabilité corrélative, qui fait grandir les êtres dans la main de Dieu. LA RIVALITE MILLENAIRE ENTRE SUNNITES ET CHIITES RUINE LA REPUTATION DE L’ISLAM Les érudits connaissent certes la guerre de succession de Muhammad, qui a entrainé le schisme entre sunnites et chiites. Le problème, c’est que cette rivalité s’est propagé à travers les âges, qu’elle est maintenant plus que millénaire, et qu’elle donne une mauvaise image de l’Islam aux participants des autres religions : La question que tout le monde se pose, c’est « si ces frères ennemis ne sont pas capables de faire la paix entre eux, ils ne feront jamais la paix avec le reste du monde … ». J’aimerais que les dirigeants politiques musulmans, ainsi que les docteurs de la foi musulmans, se penchent sur cette interrogation légitime … 24/25
  25. 25. HADITHS DE ALI + HADITHS DE HUSSEIN + HADITHS DE FATIMA Le problème central de l'islam, c'est la succession du prophète Muhammad. Pour que se perpétue l'œuvre du Prophète, les autorités religieuses ont eu un avis divisé : - soit conserver le maximum de l'œuvre d Muhammad, devinations du Coran + vie Sainte dans le Hadith. - soit faire vivre l'islam dans une théorie additionnelle : enseignements de Ali puis de Hussein. Moi qui ai longuement étudié l'histoire des idées, et qui connais intiment la psychologie des créateurs, je suis persuadé que Muhammad voulait que l'Islam reste vivant sous un nouveau souffle, tout en conservant l'essentiel de ses acquis. Par conséquent, a postériori, aucune des 2 branches de l'islam, Sunnite et Chiite, n'a eu tors sur le fond. Mais, en fin politique, et en religieux avisé, je dis que pour réconcilier les 2 branches de l'islam, pour donner accès aux foules à un islam plein, fort, et juste, l'Islam devrait incorporer dans l'Islam Réunifié ce que l'on sait de la vie de ces 3 saints majeurs de l'Islam que sont Ali, Hussein, et Fatima. Le corpus théorique de l'Islam Réunifié est : le saint Coran + les Hadith de Muhammad + les Hadith de Ali + les Hadith de Hussein + les Hadith de Fatima. Le 12ième Imam, l'Imam caché, a accompli sont œuvre. 25/25

×