1
Etude Elabe / AFRA sur l’avenir du ferroviaire :
« Les Français accueillent très favorablement la perspective d’une ouve...
2
Cet état d’esprit positif à l’égard de l’ouverture à la concurrence du marché de transport ferroviaire de
voyageurs en T...
3
A LA VEILLE DE LA COP 21, LA CONTRIBUTION DU TRANSPORT FERROVIAIRE A L’INTERET GENERAL EST BIEN
IDENTIFIEE DES FRANÇAIS....
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Etude Elabe / AFRA sur l’avenir du ferroviaire.

279 vues

Publié le

Les Français accueillent très favorablement la perspective d’une ouverture à la concurrence du marché du transport ferroviaire de voyageurs. A la veille des élections régionales, l’Association française du rail (AFRA) a confié au cabinet d’études et de conseil Elabe la réalisation d’un sondage auprès d’un échantillon représentatif de la population française (hors Ile-de-France et Corse) de 2007 personnes. Ce sondage a été réalisé du 26 octobre au 2 novembre 2015. L’objectif était de mieux connaître les perceptions et les attentes des Français en ce qui concerne le transport ferroviaire de voyageurs au niveau national et en région.

Publié dans : Données & analyses
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
279
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
79
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Etude Elabe / AFRA sur l’avenir du ferroviaire.

  1. 1. 1 Etude Elabe / AFRA sur l’avenir du ferroviaire : « Les Français accueillent très favorablement la perspective d’une ouverture à la concurrence du marché du transport ferroviaire de voyageurs. » Paris, le 24 novembre 2015. A la veille des élections régionales, l’Association française du rail (AFRA) a confié au cabinet d’études et de conseil Elabe la réalisation d’un sondage auprès d’un échantillon représentatif de la population française (hors Ile-de-France et Corse) de 2007 personnes. Ce sondage a été réalisé du 26 octobre au 2 novembre 2015. L’objectif était de mieux connaître les perceptions et les attentes des Français en ce qui concerne le transport ferroviaire de voyageurs au niveau national et en région. LA QUALITE DE SERVICE ET DE L’OFFRE DE TRANSPORTS DE VOYAGEURS EN TRAIN SUSCITE DES JUGEMENTS CONTRASTES A L’ECHELLE DES REGIONS. 64% des Français expriment leur satisfaction à propos de la qualité de l’offre et la qualité de service en France, un score proche de celui mesuré en 2011 dans une précédente enquête AFRA (60%). Toutefois, les jugements s’avèrent nettement plus contrastés à l’égard de la qualité de service et de l’offre ferroviaire de transports de voyageurs à l’échelle de la région : 54% des répondants régionaux expriment leur satisfaction, soit 10 points de moins que pour la France de manière générale, 45% donnant une réponse négative. De plus, les résultats témoignent d’importantes disparités d’une région à une autre. La satisfaction atteint ses plus hauts niveaux en Alsace-Lorraine- Champagne-Ardennes (66%), en Bretagne (63%), en Nord-Pas-de-Calais- Picardie (61%) et en Pays-de-Loire (59%). A l’inverse, la satisfaction des sondés est minoritaire en Normandie (41%), en Provence-Alpes-Côte-D’azur (42%) et en Languedoc- Roussillon-Midi-Pyrénées. En ce qui concerne l’évolution de la qualité de l’offre et la qualité de service pour les cinq prochaines années à l’échelle de leur région les Français s’avèrent pessimistes en l’absence de perspectives d’évolution de l’offre ferroviaire : 39% estiment qu’elle ne va pas changer, 32% anticipent une dégradation et seuls 26% misent sur une amélioration. OUVERTURE A LA CONCURRENCE DU TRANSPORT FERROVIAIRE DE VOYAGEURS : NOTORIETE ET ADHESION PROGRESSENT NETTEMENT DEPUIS 2011. 66% des répondants déclarent avoir déjà entendu parler de l’ouverture à la concurrence du marché de transport ferroviaire de voyageurs pour les lignes internationales partant ou arrivant en France, soit un résultat en forte progression par rapport à l’enquête AFRA 2011 (49%).  L’adhésion au principe de l’ouverture à la concurrence du marché ferroviaire français de voyageurs pour les lignes internationales progresse nettement en quatre ans, passant de 70% en 2011 à 81% cette année, 33% allant jusqu’à considérer qu’il s’agit d’une « très bonne chose ».  La perspective d’une ouverture à la concurrence du marché de transport de voyageurs en TER, Intercités ou trains de nuit suscite elle aussi un accueil très majoritairement positif et en nette progression par rapport à 2011 : 79% des personnes interrogées estiment en effet que ce serait une « très bonne » (34%) ou une « assez bonne chose » (45%), soit +9 points en quatre ans.
  2. 2. 2 Cet état d’esprit positif à l’égard de l’ouverture à la concurrence du marché de transport ferroviaire de voyageurs en TER, Intercités ou trains de nuit se vérifie aussi à l’échelle des territoires : 78% y voient une « bonne chose » dont 34% une « très bonne chose » pour leur région. Sur ce point, les résultats s’avèrent sensiblement supérieurs à la moyenne nationale dans les quatre régions de la façade Ouest du pays : - La Normandie (90%), - Les Pays-de-Loire (85%), - La Bretagne (84%) - La grande région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes (81%). Dans le même temps, les attentes exprimées par les Français à l’égard de l’offre de transport de voyageurs en TER ou Intercités pour leur région s’avèrent nombreuses. Une large majorité de personnes interrogées considère comme prioritaire de mieux de respecter les horaires (75%), baisser les prix des billets de train (72%), mieux desservir les territoires (67%), améliorer la sécurité des voyageurs dans les trains (65%) et prendre davantage en compte les attentes et les besoins des voyageurs (62%). Sur la plupart de ces enjeux, la perspective de l’ouverture à la concurrence du transport de voyageurs en TER et Intercités s’avère porteuse d’espoirs. Une majorité de répondants considère qu’elle permettra de faire baisser les prix des billets (82%), de proposer de nouveaux services dans les trains (78%), de prendre davantage en compte les attentes et les besoins des voyageurs (76%), de mieux desservir les territoires (72%) et d’améliorer le respect des horaires (71%). En cohérence, 78% des Français interrogés estiment que les régions, qui définissent et financent le service TER proposé sur leur territoire, devraient pouvoir choisir leur opérateur comme c’est déjà le cas dans certains pays, comme en Allemagne par exemple. Ce souhait est majoritairement partagé au sein de toutes les catégories de population. POUR 53% DES FRANÇAIS, L’OUVERTURE DU TRANSPORT EN TER OU INTERCITES AURA PLUS D’AVANTAGES QUE D’INCONVENIENTS, SEULS 20% EXPRIMANT UN AVIS OPPOSE ET 27% ESTIMANT QUE ÇA NE CHANGERA PAS GRAND-CHOSE. 72% estiment que le marché de transport de voyageurs en TER ou Intercités dans leur région devrait être ouvert à d’autres opérateurs de transport que la SNCF. A la question « à qui faites-vous le plus confiance pour améliorer les choses », les opérateurs ou entreprises privés enregistrent ainsi un solde de citations largement positif sur de nombreux sujets : le prix des billets (+31), la mise à disposition de nouveaux services à l’intérieur des trains (+23), la fréquence des grèves ou des mouvements sociaux (+22), le respect des horaires (+19), la prise en compte des attentes et des besoins des voyageurs (+16) et le confort général des trains (+10). Les autres éléments testés s’avèrent moins différenciant entre la SNCF et les opérateurs ou entreprises privés, une majorité de répondants se positionnant soit sur l’item « des opérateurs ou entreprises privés » soit sur l’item « autant l’un que l’autre ».
  3. 3. 3 A LA VEILLE DE LA COP 21, LA CONTRIBUTION DU TRANSPORT FERROVIAIRE A L’INTERET GENERAL EST BIEN IDENTIFIEE DES FRANÇAIS. 91% des personnes interrogées partagent l’opinion selon laquelle le transport ferroviaire de marchandises est une solution de transport plus respectueuse de l’environnement que le transport routier. 92% considèrent que le développement du transport de voyageurs en TER ou Intercités est une « très bonne» (34%) ou une « assez bonne solution » (58%) pour contribuer à la lutte contre le changement climatique. Par ailleurs, les bénéfices économiques du ferroviaire à l’échelle des territoires sont eux aussi bien perçus par les Français. 88% estiment que le transport ferroviaire de marchandises est un levier de développement économique des régions et de soutien aux entreprises locales. Dès lors, 90% des répondants considèrent que c’est un mode de transport qui doit être davantage soutenu par les pouvoirs publics. Notons enfin que 80% des personnes interrogées perçoivent le transport de voyageurs en TER ou Intercités comme une solution adaptée pour faciliter la mobilité et l’emploi dans les territoires en France. Rappel de la méthodologie : sondage Elabe pour l’AFRA réalisée par internet du 26 octobre au 2 novembre auprès d’un échantillon de 2 007 personnes représentatif de la population française hors Ile-de-France et Corse (méthode des quotas). L’Association Française du Rail (AFRA) : L’Association française du rail, créée en mars 2009, regroupe tous les acteurs qui considèrent que le secteur économique du rail français, fret et voyageurs, ne trouvera son plein développement que dans un cadre concurrentiel ouvert et régulé. L’AFRA compte aujourd’hui parmi ses membres les entreprises ferroviaires suivantes : Arriva, CFTA, Thello, Transdev, et Trenitalia, actives dans le transport de voyageurs ; Colas Rail, ETF Services, DB Schenker Euro Cargo Rail, Europorte (groupe Eurotunnel), OSR France (SNCB Logistics), Trenitalia, OFP Atlantique, T3M, entreprises spécialisées dans le fret ferroviaire et le transport combiné ; Vossloh, constructeur de matériel ferroviaire, Objectif OFP (association). Contact : Jacques MALECOT, délégué général de l’AFRA +(33)6 27 22 83 44, jacques.malecot@assorail.fr

×