LE DOSSIER DU TIGRE                                         coord. par     lætitia bianchiOSKOURUN SMS!  Ils sont assis to...
DOSSIER SMS PAMPHLETDE LA MOBILITÉ DES TÉLÉPHONES ET DE LALANGUEpar   lætitia bianchiTrès prisés par les jeunes, les messa...
DOSSIER SMS PAMPHLET      ne va tout de même pas les accu-        sons et les mots sont représentés          L’Encyclopédi...
DOSSIER SMS PAMPHLET   texte, une même phrase, je dirais        codes grammaticaux... Par là-             expressives, sig...
DOSSIER SMS PAMPHLETcomme n’importe quel jargon              telles que la suppression de               «langage», par exe...
DOSSIER SMS PAMPHLET   mais la petite pique, il est «recom-   gnoscere s’est perdu en route et   mandé de réfléchir», met ...
DOSSIER SMS LE CHAT2 MOTS 40 GRAPHIESaujourd’hui             j’espèreaujourd hui             jespèreaujourdhui            ...
DOSSIER SMS L’ÉCRITURE EN MODE     T9AH! SI SEULEMENT J’EUSSE SU CELAPSUSpar   capucine merkenbrackSur un téléphone, l’écr...
DOSSIER SMS L’ÉCRITURE EN MODE   T9    exemples de mots équivalents dans l’écriture T9           œuvre _ mettre       père...
DOSSIER SMS L’INVENTION DE LA STÉNOGRAPHIEVITE! VITE!La coexistence entre l’écriture traditionnelle et des formes d’écritu...
DOSSIER SMS L’INVENTION DE LA STÉNOGRAPHIE    «Il était d’usage à         Rome de faire        apprendre aux       jeunes ...
DOSSIER SMS L’INVENTION DE LA STÉNOGRAPHIEpremiers siècles de l’ère chrétienne, les Pères de         tant d’une marque gro...
DOSSIER SMS L’INVENTION DE LA STÉNOGRAPHIEtrie. Ces pionnières sont généralement des femmes de                       lieux...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

39334324 ecriture-sms

1 583 vues

Publié le

Le Langage sms

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 583
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

39334324 ecriture-sms

  1. 1. LE DOSSIER DU TIGRE coord. par lætitia bianchiOSKOURUN SMS! Ils sont assis tout au fond de la classe, près du radiateur. Ils ont un téléphone qui ne joue même pas du Vivaldi quand il sonne. Les mains sous le bureau, ils s’envoient des SMS à longueur de journée. Leurs copies commencent par «2 tt tps et à ttes lé zépok, l’om a cherché dé moy de komunikation». Ils ne lisent pas les Cahiers de médiologie. Ils ne savent pas que l’Université Catholique de Louvain mène des études linguistique sur leur drôle de façon d’écrire. D’ailleurs bientôt ils ne sauront plus du tout écrire. Ils: ce sont les cancres immobiles, accro- chés à leur téléphone mobile. Le Tigre, en cette période de rentrée scolaire, a pris la parole en leur nom. Pas pour les défendre, non! Mais pour expliquer. D’où vient cette écriture, pourkoa, komen. Si, pour les défendre, un peu. pages 54 à 58 De la mobilité des téléphones et de la langue page 59 Du chat pages 60 à 61 Si j’eusse su ce lapsus: les risques de l’écriture intuitive pages 62 à 65 Vite! Vite! Petite histoire de la sténographie SEPTEMBRE - OCTOBRE 2008 53
  2. 2. DOSSIER SMS PAMPHLETDE LA MOBILITÉ DES TÉLÉPHONES ET DE LALANGUEpar lætitia bianchiTrès prisés par les jeunes, les messages envoyés par téléphone portableet écrits en «langage SMS», càd kom sa, sont régulièrement accusés denuire à la bonne orthographe française. Pourtant, les SMS ne touchentpas à la langue en tant que telle: ils en constituent une forme dérivée, néed’une contrainte technique.Le SMS n’est pas une langue; la femme économe. Bien sûr, on Certains utilisateurs rusés de SMSc’est une écriture. Une écriture peut ne pas tenir compte de ces (la ruse étant répandue parmi laqui découle de deux contraintes: deux contraintes techniques. Ain- tranche d’âge des 15-25 ans) ontla structure des touches du cla- si, selon une étude menée par le donc fait évoluer l’écriture de lavier, où les lettres de l’alphabet Cental 2, de très nombreuses per- langue française en fonction desne sont pas «équidistantes» (là sonnes (majoritaires parmi les contraintes techniques de l’en-où un geste, tap! suffit pour obte- 45-65 ans) écrivent des SMS voi d’un SMS, ce qui a conduit,nir un a, il en faut deux pour un comme elles écriraient une carte progressivement, à la naissanceb, trois pour un c), et le nombre postale ou un télégramme: en d’une écriture spécifique. C’estlimité de caractères (160) par ponctuant, en accentuant, et en ainsi une adaptation intelligentemessages 1. Ces deux contraintes n’érodant rien. Ce qui est très à la contrainte technologique etn’ont pas les mêmes consé- long et très fastidieux, je parle non pas la seule paillardise desquences. La seconde, celle du d’expérience. On souffre en al- collégiens et lycéens qui les acoût financier de chaque mes- lant chercher à grand-peine (tap poussé à écrire ki plutôt que qui.sage, est simple: l’utilisateur va tap tap tap tap tap) le ù de «où», Puisque «ki» = tap tap (jkl), tapchercher à réduire la longueur si simple lorsqu’on tient un sty- tap tap (ghi), alors que «qui» =de ses messages. Il est donc porté lo. Mais, puisqu’on a préféré ce tap tap (pqrs), tap tap (tuv), tapà compresser la langue. On est mode de communication au mes- tap (ghi). Gain d’un mouvement.dans un cas similaire aux abrévia- sage téléphonique, il faut croire Autre exemple: «toi» (tap, taptions des petites annonces amou- que l’on souffre moins de cet tap tap, tap tap tap) est plus dereuses, où un «jeune homme de état de fait que de (au choix) dé- deux fois plus long à taper quequarante-cinq ans aux nombreuses ranger notre interlocuteur, lui «twa» (tap, tap, tap). Et ce n’estqualités de cœur», paraîtra sur- parler, outrepasser son forfait pas de la faute des jeunes si le wtout être doté d’un solide porte- téléphonique, ou faire la queue arrive en première position demonnaie face au «J.H. 45 ans, à la poste pour envoyer... un son groupe de lettres alors que lenbses qual. de cœur», qui ravira beau télégramme 3. o n’arrive qu’en troisième... On54 SEPTEMBRE - OCTOBRE 2008
  3. 3. DOSSIER SMS PAMPHLET ne va tout de même pas les accu- sons et les mots sont représentés L’Encyclopédie évoque quant à ser d’avoir manigancé la posi- par les lettres de l’alphabet et les elle «le retranchement de quelques tion des lettres associées aux signes de ponctuation. Un C ma- lettres, soit des voyelles comme chiffres du clavier téléphonique, juscule, par exemple, figure le dans l’hébreu, & supprimant quel- qui fait la part belle au k, plus en- son ch. Exemples: recevez s’écrit quefois des consonnes, qui est assez core au w. Et c’est ainsi, ironie rsv, autoriser s’écrit otrse, mono- suivi par ceux qui écrivent dans les du sort, que le k, lettre savante pole s’écrit mnpl, âge s’écrit aj. classes, comme sed. pour secun- S’ajoutent des mots usuels: le- dùm, &c. [...] Les Jurisconsultes, les quel, laquel, lesquels s’écrivent lc, Médecins &c. se servent fréquem- vôtre ou vous s’écrivent v, com- ment d’abréviations, tant pour A-t-on eu des merce se dit co, américain se dit écrire avec plus de diligence, que générations de am, financier se dit fi, et ainsi de suite... Se souvient-on des cris pour donner à leurs écrits un air mystérieux 5.» L’Encyclopédie met sténographes d’orfraie de l’Académie? A-t-on ce faisant le doigt sur le fait que eu des générations de sténo- la sténographie, quelle qu’elle pratiquant la méthode graphes ayant perdu leur ortho- soit, est toujours proche de la Speedwriting ayant graphe après avoir trop écrit aj? Non. Mais la méthode Speedwri- cryptographie. Dans la forme, un SMS s’apparente à une écri-perdu leur orthographe ting était une écriture de bu- reau, une écriture qui, loin d’in- ture secrète, comme tout jargon — une écriture qui exclut lesdu fait d’avoir trop écrit quiéter qui que ce soit, était autres, tout en laissant les clefs à perçue comme un savoir utile. la portée de tous. le mot aj au lieu Dans leurs CV, on imagine les se- de âge ? crétaires marquer «sténographie (méthode Speedwriting)» — là où aujourd’hui, dans les curricu- lum vitæ, à la rubrique Langues en voie de disparition dans la ou Compétences, ça ferait mau- langue française, souvent mal-ai- vais genre de marquer «écriture mée des collégiens et lycéens car SMS (écrit, lu)». Ce serait pour- plus difficile à tracer qu’un tant défendable. simple c, connaît un revival qui Autre système de gain de temps fait le désespoir des professeurs. d’écriture, immémorial: les abré- À l’origine du langage SMS, il y viations des écoliers. Vous vous a donc l’idée de minimiser le souvenez, l’école? Moi j’écrvs svt temps d’écriture. L’idée d’écrire cmm ça. Cmm ds bcp de lngs le plus vite possible, aussi vite bzrres: sans voyelles. Certains que la pensée, aussi vite que la pa- s’insurgent contre ces abrévia- role ne date pas d’hier [cf. article tions par retranchements mul- page 62]. Le SMS, quant à lui, est tiples: «Ici, c’est le règne du n’im- une sorte de sténographie de la porte quoi. Ces graphies doivent lenteur: c’est-à-dire la forme être cantonnées aux notes manus- d’écriture la plus rapide au sein crites et aux brouillons», tout en d’un système contraignant qui tentant de rationaliser le procédé: fait qu’écrire est terriblement «Dans un texte ou un ouvrage don- lent. Écrire en langage SMS, c’est né, une abréviation ne doit rempla- reconquérir une vitesse d’écri- cer qu’un mot ou qu’un groupe de 27 septembre 1822. Champol- ture acceptable au sein de la con- mots. Si dém. abrège démonstratif, lion écrit la fameuse Lettre à trainte représentée par le clavier il convient de trouver une forme dif- monsieur Dacier, dans laquelle il numérique. férente si l’on souhaite abréger dé- fait part de sa découverte d’un L’écriture SMS a d’ailleurs de motique ou démographie [...] Il système de déchiffrement des fortes proximités avec des sys- faut être assez loin de ses chausses hiéroglyphes. Devant la phrase tèmes sténographiques existants. pour déguiser des habitants en ha- «tu n x pa 6 bi1 dir», les petits Non pas les plus rapides, qui se bit. [...] Quelques abréviations cou- Champollion que nous sommes défont de l’alphabet au profit de rantes transgressent cette règle: ar- tous pourrions, en une même in- tracés plus simples, mais par ticle > art., capitale > cap., éditeur > tuition sublime que celle qui exemple la méthode Speedwri- édit., volume > vol. Dans la plupart vint à l’esprit de notre illustre ting, mise au point en 1924 par des cas, le contexte élimine l’équi- prédécesseur, nous écrier: «C’est un professeur américain, Emma voque, mais on évitera d’abréger un système complexe, une écriture Dearborn, et révisée en 1950 par “article nouveau” ou “éditeur de tout à la fois figurative, symbo- Leon Sheff. Dans ce système, les Nantes 4”». lique et phonétique, dans un même SEPTEMBRE - OCTOBRE 2008 55
  4. 4. DOSSIER SMS PAMPHLET texte, une même phrase, je dirais codes grammaticaux... Par là- expressives, signifiantes, sont presque dans un même mot.» Cette même, elle perd ses aspects sténo- pourtant peu usitées dans la lit- phrase est en effet semblable à graphiques. Ainsi, lorsque l’écri- térature, si ce n’est dans les ro- un hiéroglyphe: elle mêle des vain Phil Marso traduit en SMS mans de gare. C’est comme si de signes alphabétiques (tu), phoné- les Fables de La Fontaine comme tels procédés n’avaient jamais tiques (le 6 qui se lit «si»), des ré- un bretonnant les traduirait en trouvé leurs lettres de noblesse bus (la x qui se lit «crois»). breton, cela donne: «le corbô É le dans la littérature française: ça Quelle complexité, quelle écri- renar, le ch’N É le rozô, la gre- ne se fait pas, voilà tout. Le ture millénaire! nou’ye ki v’E se f’R Ø’6 gro ke le point d’exclamation a le droit, Et les smileys 6, cette invention b’Ef, la 6’gal’ É la foumi, le lou É allez savoir pourquoi, d’être de génie: ajouter un signe typo- l’aÑô, lê 2 kok’, le labour’Er É sê simple oh! ou triple oh!!! — graphique permettant de préci- enfan»... Écrire plus vite? peu double, il semble étrangement ser la tonalité psychologique de importe. Dans «le labour’Er E sê estropié, quadruple ou plus, il la portion de phrase qui pré- enfan» par exemple, le temps de fait mauvais genre. Bizarre- cède, n’est-ce pas d’une subtilité trouver le ê de «sê» son télé- ment, l’utilisation du clavier merveilleuse? Imaginons: phone portable, un âne a déja (d’ordinateur, de téléphone) a Oh, Gilgamesh, épouse-moi, offre- eu le temps de taper «ses» avec décomplexé l’usage du point moi ton fruit! :-} les oreilles. d’exclamation. Il faudrait se pen- Non, je ne veux pas. Tu n’es qu’une Le mot lol, (issu de laughing out cher sur un corpus de cahiers outre percée, un palais qui s’écroule, loud, «rire aux éclats», équivalent d’écoliers pour voir si les collé- une chaussure qui blesse :-, de MDR, «mort de rire»), extrê- giens des siècles passés étaient C’est bien simple: les linguistes mement prisé, est un autre cas friands de !!!!!!!!!!!!!!. Reste s’étrangleraient de bonheur de- emblématique de la façon dont qu’aujourd’hui, celui qui écrit «j vant une telle trouvaille, si elle l’inventivité transforme une sté- t’M!!!!!!!!!» [14 touches] met avait le bon goût de se glisser nographie en langue. À l’ori- autant de temps que celui qui dans des textes du deuxième mil- gine, lol est une façon de dési- écrit «je t’aime» [9 touches]. lénaire avant notre ère plutôt gner, de manière rapide, le rire. Quant à savoir si l’intention est que sur les portables de leurs en- Mais depuis, cette abréviation la même de la part de celui qui fants qui ne savent plus le grec s’est recomplexifiée, et on est à l’écrit, et si l’effet est le même et le latin. présent devant bien des va- sur celle qui le reçoit: non. riantes, de LOL qui signifie un rire plus intense, à ololol un rire plus long, olol², loul, lolz, loul,Prenant conscience leaule, lawl... Les adjectifs lo- de ses possibilités, lesque, lolant, lolissime, le verbe lo- ler, ont vu le jour: il ne s’agit l’écriture SMS est plus de faire court, il s’agit d’em- ployer un mot... comment dire? devenue un varié, subtil, drôle, beau. Il existe ainsi plusieurs graphies langage écrit, possibles pour un même mot [cf. abandonnant p. suiv, j’espère et aujourd’hui]. Ce n’est pas pour rien que l’usage même en chemin du SMS concurrence la parole, pour un message qu’il serait son but premier: souvent plus rapide de délivrer la rapidité. oralement au téléphone: le SMS est prisé car il permet mise à distance et jeux d’écriture. Autre exemple: la langue fran- À l’origine, l’écriture SMS était çaise a peu de signes de ponctua- donc une sténographie. Mais tion permettant de montrer l’in- c’est une sténographie qui, pre- tonation. Le langage SMS, sans nant conscience de ses possibili- doute porté par l’émotivité de la tés, est devenue un langage écrit, jeunesse, fait en revanche la ou du moins un jargon écrit à part belle à ces codes typogra- L’écriture SMS est un sociolecte part entière. Abandonnant son phiques. On ne peut être que écrit: c’est le langage écrit d’un but premier, la rapidité, elle déve- d’accord avec ce fait: le lecteur groupe social, celui d’une tranche loppe désormais tous les attri- qui lit «oh non!» ne perçoit pas d’âge. Jusque-là, rien d’éton- buts d’une langue — se renouve- la même chose que lorsqu’il lit nant: l’écriture SMS évolue en lant, inventant des mots et des «ohhhh nooon!!!». Ces graphies parallèle du langage courant, 56 SEPTEMBRE - OCTOBRE 2008
  5. 5. DOSSIER SMS PAMPHLETcomme n’importe quel jargon telles que la suppression de «langage», par exemple Les In-d’étudiants. Pourquoi suscite-t- lettres de son alphabet, ce rockuptibles qui, au terme d’unil alors tant de passions? A-t-on qu’ont subi la Russie en 1918, la court article rappelant qu’il n’yeu peur, à l’apogée de la gloire Bulgarie en 1945#... Quant à sa- a pas une graphie standard maisdes secrétaires dans les bureaux, voir si plus un alphabet a de des dizaines, sautent sur l’occa-que la sténographie ne détrône lettres et de signes, plus il est sion de dire que «loin de toutenotre alphabet? C’était pourtant «riche», c’est aussi stupide que prise de position partisane, uneplus pratique, plus rapide, et qui de penser qu’un tableau qui a étude canadienne conclut que lasait, des collègues s’envoyaient plus de couleurs est automatique- messagerie instantanée est le vec-peut-être des petits mots secrets ment plus beau qu’un mono- teur d’une “formidable renaissanceen sténo sur les amours de leur chrome. linguistique 7”». Non, ce n’est paspatron. C’est sans doute la visibi- Alors, est-il plausible d’imaginer une formidable renaissance lin-lité du SMS (le fait que le télé- cette phrase de Proust: «Je laissai guistique. Ou alors ça va fairephone portable se soit répandu toute fierté vis-à-vis d’Albertine, je beaucoup de formidables renais-dans l’ensemble des couches so- lui envoyai un télégramme déses- sances et de formidables lin-ciales, et ce dès le collège) qui a péré lui demandant de revenir à guistes en perspectives. En re-cristallisé les passions. n’importe quelles conditions, qu’elle vanche, c’est un jargon écrit qui«C’est dans la parole que se trouve ferait tout ce qu’elle voudrait, que n’est pas moins idiot qu’unle germe de tous les changements; je demandais seulement à l’embras- autre et qui, ce faisant, est in-chacun est lancé d’abord par un cer- ser une minute trois fois par se- ventif, évolutif, et amène ses uti-tain nombre d’individus avant maine avant qu’elle se couche» lisateurs à s’interroger sur ced’entrer dans l’usage. Mais toutes transformée en: «Je laissai toute qu’est un son, la transcriptionles innovations de la parole n’ont fierté vis-à-vis d’Albertine, je lui en- d’un son, etc.pas le même succès et tant qu’elles voyai un SMS désespéré lui deman-demeurent individuelles, il n’y a dant: “2 revnir a n’1port kel con-pas à en tenir compte, puisquenous étudions la langue; elles ne 10sion, kel feré tt s’kel voudré, k j’2mandé seulmt a l’embraC 1 min Le ki est moinsrentrent dans notre champ d’obser-vation qu’au moment où la collecti- 3x par semèn”»? Non. On peut certes imaginer qu’à menaçantvité les a accueillies», disait Ferdi- terme, une dizaine de mots issus à l’heure actuellenand de Saussure. Ce qui de l’écriture SMS entrent danss’applique à la langue s’applique la langue écrite française. Une pour l’orthographeà l’écriture. C’est la collectivitéqui décide de l’orthographe en forme d’abréviation, la siglaison, élimine des lettres, et le langage que ne sont lesrègle du français: ce sont les mé- oral tient compte de cette réduc- oublis régulier dudias, les journaux, les affiches... tion graphique: on accepte bienCertains écrivent «ki» sur leur de parler de la «cégété», de la œ sur les affichesportable, et alors? Il y a écrit«qui» dans la somme écrasante «essènecéef», de la «essepéha», de «végéheu», de la «béhènne». qui nousdes écrits qui nous entourent; ilssavent bien que c’est «qui» qu’il De même qu’on accepte le vélo tronqué de son -cipède. De même entourent.faut écrire. qu’on accepte (c’est même obli-Autant dire que le ki est moins gatoire) les abréviations conven-menaçant à l’heure actuelle pour tionnelles que sont etc., Mme, no. Reste un point d’achoppement:l’orthographe que ne le sont les De même qu’on tolère les abrévia- l’utilisation du langage SMS horsoublis de plus en plus pregnants tions spécialisées que sont vo du cadre des textos. Sous le titredu œ sur les affiches publici- pour verso, n.d.t. pour note du pompeux de «Comité de luttetaires, ou encore les apostrophes traducteur dans l’édition litté- contre le langage SMS et lesdroites qui remplacent les apos- raire, (ts) pour tenor sax dans les fautes volontaires sur Internet»,trophes courbées. Les écrits pu- notices de disques de jazz, etc. on peut lire le discours suivant:blics étant censément écrits en De même que sur les devan- «Non: nous considérons que le lan-langue française et non en jar- tures, on accepte Cie pour Compa- gage SMS a sa place et se justifiegon, le «coeur fondant» d’un bur- gnie, et le fameux Chien dentiste sur les supports où l’espace est ré-ger sur une quelconque publicité qui fait peur aux enfants. On duit, tels qu’un message sur unme fait un pincement à la liga- accepte; on comprend. Et per- portable, pour lequel il a été conçu.ture, car je suis de la génération sonne n’a jamais lu «Mme, no, ou- En revanche, il ne présente pas se-qui avait encore un cœur non un vr.cité, p., zool» en prononçant lon nous d’intérêt sur un forum,coeur. Mais quoi? C’est le cours «meuh, no, ouvrecité, pé, zohol»#. où l’on a la place d’écrire et où ildes choses. On est un pays qui Il y a peu d’espace entre les anti- est, finalement, recommandé de ré-n’a pas, récemment, eu de modi- SMS et les défenseurs rapides et fléchir avant de poster des mes-fications alphabétiques cruelles quelque peu démagogiques de ce sages.» Cela commence bien, SEPTEMBRE - OCTOBRE 2008 57
  6. 6. DOSSIER SMS PAMPHLET mais la petite pique, il est «recom- gnoscere s’est perdu en route et mandé de réfléchir», met de l’huile que cela ne nous empêche pas sur le feu [a bon, parsk’on pans’ (ou peu) de vivre 8. pa, nou?] S’ensuit cette argumen- En revanche, oui, écrire en SMS, tation: «Utiliser le langage SMS, c’est écrire avec des codes lin- c’est donc exiger des autres qu’ils guistiques qui demandent un ef- fassent la démarche de vous déchif- fort de déchiffrement ardu pour frer, au lieu d’utiliser le langage qui ne pratique pas cette écri- commun — le français. La démarche ture — même si les codes les plus nous paraît donc impolie, voire ir- courants en sont connus. C’est respectueuse.» Puis un lecteur donc malpoli d’écrire en SMS apeuré... «mais mon orthographe un mail, un mot ou une lettre est loin d’être parfaite». Réponse: qui ne s’adresse pas à un destina- «Les forums ne sont évidemment taire spécifique. Au même titre pas réservés aux seuls cracks en or- qu’envoyer un mail contenant thographe. D’ailleurs, nous faisons des abréviations, «slt cmt ça va tous des fautes, plus ou moins.» mon gars?», peut être vexant: Dans la question du SMS se «Dans la correspondance privée, le croisent bien des thématiques recours à d’autres abréviations sera périlleuses: la bonne vieille or- perçu par des destinataires forma- thographe, la jeunesse, la techno- listes comme une marque de gouja- logie, la communication... Le terie9.» Un chercheur n’a-t-il mythe de LA langue, figée, éter- pas montré que les mots d’un texte, tant qu’étaient conservées à leur place leur première et la Dans la question dernière lettre, restaient intelli- gibles, quand bien même les de l’écriture SMS autres seraient mélangées? Cela étant, à quoi bno les ércire dnas se croisent bien le bon ordre? Peut-être parce des thématiques que se relire après avoir envoyé un mail pour ne psa envyoer un périlleuses: la trc qui ressmeble à ça, c’est tout simplement prendre du temps bonne vieille pour son correspondant, donner notes de son propre temps donc de son orthographe, la estime — au même titre qu’on 1. Un SMS peut aussi être appelé messagerie texte, jeunesse, la les donne dans une conversa- tion. Alors si vous ne voulez pas télémessage, texto. 2. Le Cental [Centre de traitement automatique du langage] est un centre de recherche rattaché à la Facul- technologie... Le «écrire comme un notaire», avec des lettres «ressemblant à un éche- té de philosophie et lettres de l’Université Catholique de Louvain, qui a collecté un corpus de référence de mythe de veau de fil avec lequel un chat au- 30000 SMS, dans le cadre d’une opération intitulée «faites don de vos SMS pour la science». rait joué toute une après-midi 9», la langue, figée, faites comme Apollonius de 3. Aux États-Unis, le service du télégramme vient de disparaître. En France, le télégramme existe encoreéternelle, splendide, Tyane, qui, partant en Inde, «prit avec lui deux serviteurs, un (36 55). Son usage reste très majoritairement profes- sionnel, notamment car il a valeur de preuve devant un tribunal. y trouve un nouvel pour écrire vite, et l’autre pour 4. Jean-Pierre Lacroux, Orthotypographie, en ligne sur: bien écrire 10.» http://www.orthotypographie.fr ennemi à se mettre 5. L’Encyclopédie, articles Tachygraphie, Tachéogra- phie, Notaire. sous la dent. 6. Les smileys (de l’anglais smile, «sourire») sont des dessins stylisés de visages. Ils ont donné lieu aux émoti- cônes, dessinées au moyen de caractères, telles: :-) ;-( :-D 7. Les Inrockuptibles no 695, 15 juillet 2008. nelle, splendide, y trouve un 8. Pierre Encrevé, Michel Braudeau, Conversations sur nouvel ennemi à se mettre sous la langue française, Gallimard, 2007. la dent. Le SMS est le nouveau 9. Charles Ferrand, Dictionnaire des curieux, 1880. 10. Hercule Géraud, Essai sur les livres dans l’Antiquité, combat de ceux qui croient qu’il particulièrement chez les Romains, Paris, 1840. faut garder l’accent circonflexe à connaître parce que les racines, bibliographie monsieur! les racines, l’étymolo- 11. Jacques Anis, Parlez-vous texto?, Le Cherche Midi gie! en oubliant que le g de co- éditeur, 2001. 58 SEPTEMBRE - OCTOBRE 2008
  7. 7. DOSSIER SMS LE CHAT2 MOTS 40 GRAPHIESaujourd’hui j’espèreaujourd hui jespèreaujourdhui jespereojourd’hui j esperaujord’hui gspèreojourd’hui gspereaujourdui jèspèrojourd ui jèspérojourdui jspérojourd’8 jesperojourd8 g-sperajd’hui gspèrojoud8 gspérojrd8 gsperojdui jspreauj8 jsprojd jespaujajdoj gspr jsp jsp LE CHAT ET LE LEXICOGRAPHE Étant donné la croissance de l’usage du chat, croissance concomit- tante à la présence de quelques huit millions de chats dans nos villes et nos campagnes, il est un point de la langue française qui me semble totalement incompréhensible. Aux débuts d’Internet, je me souviens d’avoir lu, éberluée, dans un de ces témoignages amoureux dont les magazines féminins ont le secret: «Mon mari était absent, il passait tout son temps sur le chat», et j’en étais à tenter de visualiser ceQUELQUES PRINCIPES triste état de fait (les publicités pour Sheba ne regorgent-elles pas de sous-entendus érotiques femme/chat? l’homme ne se féminise-t-il c.m.par pas? cqfd) lorsque je compris ma méprise: avoir confondu le chat descendant du cattare («guetter» en bas latin) avec le chat descendantphonétisation des caractères du to chat («bavarder» en anglais). Depuis ce jour, aucun progrès surj’esper ke CT sympa cette équivoque terrible de la langue, si ce n’est l’usage d’italiques dans2m1 les journaux les plus sérieux, italiques au chat régulièrement oubliéeskoi 2 9?g pac la pir nui 2 ma vi ailleurs, et ce alors même que l’usage informatique du mot souris dé- multiplie les sources de confusions dans des phrases aussi bêtes queeffet rébus «Les rêves d’un chat sont peuplés de souris», voire même dans la phrasetu te x malin d’Henri Michaux «Il n’y a pas de preuve que la puce, qui vit sur la sou-chaque x ris, craigne le chat». Le bon sens voudrait que la phonétique l’emportegraphies à fonction expressive et que l’on écrive «tchat». Mais non. Rien. Nos lexicologues ont sanskissss a 2m1 doute peur d’ajouter un t fautif à une racine anglaise, commeÉs’il fal-a plussssssssals t ou????????????? lait s’embarrasser de ce genre de considérations devant un tel cas de force majeure. Au lieu de cette solution évidente, le Petit Larousse, enliaisons évoluant en agglutinations une de ces décisions absurdes où l’avis d’un comité de ronchons pèsele z’otres ont cru k’il etait fou plus lourd que l’usage de toute une population, a laissé entrer en 2004comen va? la fami? le zétud?jte racont pas les zieu d poisson ke jme tape dans le dictionnaire le mot-valise forgé par l’Office de la langue fran- çaise en 1997: «clavardage» (de clavier et bavardage). — Tu fais quoiabréviations chéri? — Je clavarde. Poursuivons dans l’absurde: ont été déclarés «ad-tu px repondre stpc pas ts les j facile mis» (merci!) les termes «cyberbavardage», «bavardage en ligne», «bavardage-clavier». Notre dialogue devient donc: — Oh non, Kevinsymboles mathématiques et logiques cyberbavarde encore! ou encore: — Écoute Jennifer, arrête de bavarder-apero + vin blanc + clavier! Pire encore: en 1999, en France, la Commission générale depromis => du terminologie et de néologie avait proposé... «causette». Causette! —troncations On s’fait une causette, ce soir? Peut-être au dix-huitième degré, ce termetrop oqp auj. aurait pu «prendre» dans le langage des djeuns’, qui auraient pu êtreptit prob d ordi et d internet séduits par cette sonorité «à l’ancienne». Consciente du ridicule, lamorphosyntaxe Commission s’est ravisée, et a remplacé la causette par le dialogue enje vais deja dodo ligne. — Tu fais quoi? — J’dialogue en ligne. Censément obligatoire dansSMS-moi qud tu arriv les administrations, le terme n’est pas entré dans l’usage. Même l’Étatsyntaxe ne donne pas le bon exemple: tous les sites de notre bon gouverne-j enten rien pcq tro de bruit ment actuel parlent de chat. Miaou. SEPTEMBRE - OCTOBRE 2008 59
  8. 8. DOSSIER SMS L’ÉCRITURE EN MODE T9AH! SI SEULEMENT J’EUSSE SU CELAPSUSpar capucine merkenbrackSur un téléphone, l’écriture en mode « intuitif», dit mode T9 1, a pour fonction desimplifier l’encodage sur un clavier comptant moins de touches que de lettres. Sans lui,l’utilisateur doit appuyer plusieurs fois sur les touches pour atteindre les lettres qui setrouvent en 2e, 3e ou 4e position. Lorsque ce programme est mis en fonction, l’utilisateurpeut écrire les mots qu’il souhaite en appuyant une seule fois sur les touches; leprogramme « devinant » alors le mot voulu. Le mode T9 reconnaît automatiquement lesmots en fonction des combinaisons de lettres possibles. Bien entendu, de nombreusesambiguïtés peuvent se présenter. Dans ce cas, le dictionnaire affiche plusieurs possibilitésdans un menu déroulant. Chaque fabricant de téléphone inclut son vocabulaire T9. Il n’ya pas d’unité entre les différents téléphones. Au départ, le T9 ne contenait que des motsissus du dictionnaire, permettant ainsi d’écrire sans faute d’orthographe. Il s’est ouvertprogressivement aux abréviations et aux mots écrits en phonétique. Ci-contre, desexemples de mots et de leurs « anagrammes en écriture intuitive» sur un téléphone demarque Nokia. Vous verrez qu’il vaut mieux se relire... Nous voyons dans l’écriture en mode T9 une source inépuisable de quiproquos délicieux, un appareil à crééer des contrepèteries d’un nouveau genre. Les anglophones appellent textonyms ou T9-agrams ces mots «équivalents». Exemples de coquilles découlant du T9: Le pape blâme la drogue devient Le sein clame la droite. Sous les pavés la plage devient Sous les pâtes la plaie. Sauver des âmes devient Sauter des ânes. Vive le roi! devient Vive le rmi! Un temps sublime devient Un temps Staline. Chef Staline devient Aide sublime. Mon amour! devient Mon bonus! 1. Mis au point par Tegic Communications, le T9, sigle de text on 9 keys («texte sur 9 touches»). C’est celui qui est intégré aux appareils de la plupart des constructeurs (notamment LG, Samsung, Nokia, Siemens, Sony Ericsson). La notoriété de cette marque est d’ailleurs devenue telle qu’elle désigne dans le langage courant le concept général de saisie intuitive. Ce n’est cependant pas le seul; puisquexistent entre autres l’iTap (créé par Motorola), le SureType, lAdapTex, etc.60 SEPTEMBRE - OCTOBRE 2008
  9. 9. DOSSIER SMS L’ÉCRITURE EN MODE T9 exemples de mots équivalents dans l’écriture T9 œuvre _ mettre père _ pèse vite _ vive perdre _ repère vert _ test mot _ onu _ mou dac _ fac bière _ chère _ cidre rond _ rome bout _ août _ coût terre _ verre peau _ sécu _ seau _ reçu deux _ feux pâtes _ rater _ pavés art _ cru nous _ mous _ mots homme _ gomme révolte _ révolue _ révolter biz _ aix rare _ rape _ pape _ rasé _ sape courrier _ boursier père _ pèse nez _ new perdre _ repère bouche _ couche bref _ créé moche _ nocif mère _ nerf rose _ pore pauvre _ saturé usine _ urine atac _ cuba herbe _ gerbe sourir _ soupir blâme _ clame lettre _ levure panier _ ranger livre _ litre blond _ clone _ blood bagne _ abîme virer _ viser _ tirer rouge _ sovié teuf _ tête _ veuf abri _ cashbourre _ course _ bourse roi _ rmi _ soi poste _ porte _ sorte rire _ pire _ pipe marre _ nappe _ masse argent _ crient rein _ sein _ ségo fin _ ego drogue _ droite _ ermite eaux _ faux admis _ bénis dieu _dièt pain _ sain attente _ atténué œuf _ meuf tache _ vachecasque _ basque _ barque pubs _ star amour _ bonus _ cimer peur _ peux comme _ conne _ bonne vote _ voué thé _ vie _ vif rue _ sud bosse _ corse coup _ anus pied _ ride amis _ anis rien _ sien voir _ unir bien _ agen axe _ bye toi _ uni poids _ roger vénus _ vents pote _ roue flan _ élan sang _ rang murs _ ours rdv _ peu âmes _ amer _ ânes quai _ subi suis _ puis plage _ plaie beau _ béat moi _ ong dans _ fans robe _ sncf lit _ kit sauver _ sautertendre _ vendre _ vénéré papa _ parc noir _ mois _ omis soif _ soie loupe _ lourd souvent _ soutenu sublime _ staline six _ ri SEPTEMBRE - OCTOBRE 2008 61
  10. 10. DOSSIER SMS L’INVENTION DE LA STÉNOGRAPHIEVITE! VITE!La coexistence entre l’écriture traditionnelle et des formes d’écriture rapidesou abrégées de la langue, entre le qui et le ki, ne date pas d’hier. Pendant dessiècles, cette coexistence fut perçue comme une richesse et non comme unrisque pour la langue. Parce que mettre ki à la place de qui, c’était gagner dutemps, voire écrire à la vitesse de la parole. Or, à des époques où l’enregistre-ment audio n’existait pas, pouvoir transcrire un discours en temps réel était unsavoir utile aux souverains comme à la vie administrative, intellectuelle et éco-nomique. De même, à toutes les époques, les étudiants ont écrit leurs courspar abréviations: pour pouvoir suivre la parole du maître. Les langues n’ensont pas mortes. Retour sur la passionnante histoire d’un à-côté de toutes leslangues écrites: la sténographie, encore appelée tachygraphie.par lætitia bianchi¸Ecrire au loin. Télé, graphein. C’est parce qu’ils ment auprès populations jeunes et urbaines enavaient des amis qui habitaient à quatorze kilo- Europe, en Asie et en Australie, chaque télé-mètres de chez eux que les frères Chappe 1 inven- phone portable est un télégraphe portable entèrent, en 1791, le projet de parler par signaux: le puissance.télégraphe était né. Ces petits messieurs purent Écrire au loin, mais écrire vite, aussi. On appelledonc se dire «t’es là?» ou «dis tu fais quoi?», par cela, au choix, la tachygraphie ou la sténographieun système de bras articulés dont les différentes (du grec tachus, «rapide», ou sténo, «serré»). Lepositions figuraient les lettres de l’alphabet. Ils SMS écrit à la fois au loin et vite. Il ne se restreintfurent bientôt encensés par la communauté des pas à cela. Mais plusieurs aspects de l’écriturescientifiques. Sur ordre de la Convention, plus de SMS, la phonétisation et la compression des motscinq cents télégraphes de Chappe poussèrent bien- notamment, découlent de cette volonté de fairetôt comme autant d’arbustes à travers la France 2. vite et court.Seul le brouillard et la nuit empêchaient de lireles messages, au demeurant strictement éta- écrire vite à Rome:tiques. 2008. Des gens s’écrivent au loin: télé, les notes de Tyrongraphes. À l’origine, le téléphone n’était qu’untéléphone. Afin de transmettre des messages à ses Rome, 63 avant J.-C. Un dénommé Tyron (ou Ti-clients, un opérateur téléphonique inventa en ron), esclave de Cicéron, écoute un discours et le1992 le Short Message Service. Cette invention, à transcrit en notes. Il parvient à l’écrire à une rapi-usage commercial, fut bientôt dépassée par son dité qui stupéfie le grand orateur: Tyron vientsuccès: les gens commencèrent à s’envoyer des d’inventer un système de tachygraphie révolu-messages écrits pour dire tout et le reste, la liste tionnaire. Cicéron l’affranchit: il deviendra sondes courses, un rendez-vous, un mot d’amour, secrétaire et son confident. Pour la postérité, Ty-un bon mot, que sais-je. Par métonymie, SMS ne ron restera l’inventeur des «notes tyroniennes».désigne plus aujourd’hui le service, mais le mes- Inventeur est un terme quelque peu inexact: lasage écrit transmis par ce biais. Écrire au loin, du sténographie existait déjà — Tyron a perfectionné,temps des frères Chappe (qui furent les seuls à en y ajoutant des signes, un système grec anté-avoir disposé d’un télégraphe pour leur usage per- rieur 3. Les notes tyroniennes ont été en usagesonnel!), c’était pour la guerre, le gouvernement dans tout l’Empire romain. La méthode était en-et la diplomatie: c’était du sérieux. Aujourd’hui seignée dans les écoles. L’Encyclopédie de Diderotpeu coûteux et répandu dans l’ensemble des et d’Alembert (articles Tachéographie, Tachygra-classes sociales, extrêmement populaire notam- phie, notaire) rappelle cet art fondamental: «Il62 SEPTEMBRE - OCTOBRE 2008
  11. 11. DOSSIER SMS L’INVENTION DE LA STÉNOGRAPHIE «Il était d’usage à Rome de faire apprendre aux jeunes gens, et principalement aux esclaves qui avaient del’intelligence, cet art d’écrire en notes. » ( L’Encyclopédie) étoit d’usage à Rome de faire apprendre aux jeunes Les sigles furent même interdits à une époque gens, & principalement aux esclaves qui avoient de par Justinien, «à cause de diverses interprétations l’intelligence, cet art d’écrire en notes, afin qu’ils ser- qu’on leur donnoit 4», et donc des contresens de vissent de clercs aux greffiers 4.» Cette écriture ser- lecture, quelque peu dangereux dans des textes vait à transcrire les discours d’hommes d’État, les officiels... On imagine les débats houleux de comptes rendus des séances du Sénat, les notes l’époque. Mis à part cette période d’interdiction, d’écrivains 5... On appelait «notaires» les scribes les notes de Tyron restèrent cependant en usage, qui transcrivaient «& en général tous ceux qui et ce pendant mille ans. Afin de parer aux er- avoient l’art & l’industrie d’écrire par notes & abré- reurs induites par l’écriture abrégée, certains viations. [...] Ces notes n’étoient point composées de mirent sur pied une solution imparable: pen- mots écrits en toutes lettres, une seule lettre expri- dant que l’un écrivait, l’autre réécrivait. «Saint moit tout un mot». Ailleurs: «Le système de tachy- Jérôme avoit quatre notaires & six libraires: les pre- graphie ou sténographie antique consistait soit en miers écrivoient sous sa dictée par notes, & les se- abréviations, soit en signes tout à fait spéciaux: dans conds transcrivoient au long en lettres ordinaires; la première espèce, on consacrait le C pour signifier telle est l’origine des libraires. Enfin, le pape Fabien “Caius”; D pour “dedicat”; S. P. Q. R. pour “sena- jugeant l’écriture des notaires trop obscure pour tus populusque romanus”, etc.; c’est ce que les Ro- l’usage ordinaire, ajouta aux sept notaires aposto- mains appelaient litterae singulae, dont ils ont fait liques sept sous-diacres, pour transcrire au long ce par abréviation siglae et nous sigles 6». que les notes contenoient par abréviations 4.» Aux SEPTEMBRE - OCTOBRE 2008 63
  12. 12. DOSSIER SMS L’INVENTION DE LA STÉNOGRAPHIEpremiers siècles de l’ère chrétienne, les Pères de tant d’une marque grosse comme une patte del’Église sont de fervents adeptes de la sténogra- mouche, les terribles effets d’une courbe mal placée,phie. Les mots abrégés sont surmontés d’un titu- non seulement me troublaient pendant les heures delus, un trait horizontal. La pratique de l’abrévia- travail, mais encore venaient m’assiéger en rêve pen-tion avait pour but de gagner du temps, mais dant mon sommeil.» Dans les milieux intellec-aussi de l’espace: après le papyrus, matériau tuels, la sténographie se développe. Parmis sessouple pouvant supporter l’écriture, mais très utilisateurs, citons Dickens, Dumas Père, Anavite fragile, ce fut la peau de mouton, d’agneau Grigorievna (la femme de Dostoïevski)...ou de veau, plus résistante et plus facile à conser- En France, à partir des années 1880, la sténogra-ver, qui fut en usage. Or le prix des peaux était phie est pratiquée par une élite d’amateurs éclai-très élevé: il fallait donc gagner de la place pour rés qui l’utilisent à des fins personnelles. Les pre-faire des économies. Parallèlement aux abrévia- miers utilisateurs professionnels se rencontrenttions ordinaires, le système de transcription du la- dans les milieux journalistiques, puis dans letin inventé par Tyron reste en usage dans les monde judiciaire. Des associations se créent, par-écrits du Moyen Âge. Mais les notes de Tyron fi- fois concurrentes selon le système préconisé. À lanirent par tomber dans l’oubli. L’Encyclopédie ra- fin du xixe siècle, les sténographes entrent dansconte ainsi qu’un psautier tachygraphique était les bureaux: ce sont des hommes. Puis, au débutintitulé, dans un catalogue, «psautier en langue ar- du xxe, le métier de sténo-dactylographe se fémi-ménienne 4.» Qui sait, un texte en écriture SMS sera nise. «De nombreuses “dames dactylographes” tra-peut-être pris, dans mille ans, pour une langue ar- vaillent dans des entreprises de commerce ou d’indus-ménienne! la renaissance de la sténographieLes notes de Tyron disparues, la sténographien’eut de cesse de renaître à travers d’autres sys-tèmes d’écriture. Chaque pays, chaque époque aréinventé de nouveaux systèmes 7. Une mentionspéciale pour les Anglais, qui «sont ceux de tous lespeuples du monde qui s’en servent le plus générale-ment & ont fait le plus de progrès» dans cette écri-ture qu’ils appellent «short-hand, main brieve,courte écriture ou écriture abrégée 4.»: le premier sys-tème de sténographie moderne fut déposé en1588 par l’ecclésiastique anglais Timothy Bright,et fut suivi de dizaines d’autres 8.Au xixe siècle, la sténographie (le terme tachygra-phie tombe en désuétude) possède d’ardents dé-fenseurs: «La sténographie phonétique a franchi leseuil des écoles. Nous faisons des vœux pour qu’ellefasse bientôt partie des programmes scolaires. Ainsise réaliserait la parole de Victor Hugo au Dr Milon,qui lui montrait la merveilleuse simplicité de la sténo-graphie Duployé: “Elle sera l’écriture populaire duxxe siècle.” Cette parole, dont certains ont contesté « J’achetai un traité del’authenticité, n’en est pas moins devenue pour Du-ployé et pour beaucoup de ses adeptes une devise, ce noble et mystérieux artpresque un programme 9.» de la sténographie; et jeDans David Copperfield, Dickens, qui fut luimême tachygraphe parlementaire, raconte son ap- me plongeai dans un océanprentissage et son obsession pour la sténogra-phie: «J’achetai un traité de ce noble et mystérieux de difficultés qui, au boutart de la sténographie; il me coûta bien treize francs; de quelques semaines,et je me plongeai dans un océan de difficultés qui, aubout de quelques semaines, m’avaient presque rendu m’avaient presque rendu fou.»fou. Tous les changements que pouvaient apporterun de ces petits accents qui, tracés d’une façon, signi- ( Dickens, David Copperfield )fiaient telle chose, et, tracés d’une autre, avaient unesignification différente, tous ces caprices merveilleuxfigurés par des cercles, les conséquences énormes résul-64 SEPTEMBRE - OCTOBRE 2008
  13. 13. DOSSIER SMS L’INVENTION DE LA STÉNOGRAPHIEtrie. Ces pionnières sont généralement des femmes de lieux populaires, moins instruites, moins quali-la moyenne bourgeoisie, d’un bon niveau d’instruc- fiées, arrivent en masse dans les bureaux. Danstion, ayant suivi des cours de sténographie et de dac- les grandes entreprises ou les grandes administra-tylographie. Les fabricants de machines à écrire font tions, les dactylos sont regroupées en de véri-remarquer que l’étude du piano, indispensable à tables ateliers soumis au rendement horaire, lestoute bonne éducation féminine, prédispose à la pra- pools de dactylographie. Ces dactylos, de faibletique de la dactylographie 10.» (L’usage actuel des qualification, sont de simples copistes.SMS conduit assurément quant à lui à une sur- Mais dès 1910, le dictaphone concurrence lesmusculation du pouce, extrêmement utile pour belles sténo-dactylographes. La revue Mon Bureaules trilles dans la pratique du piano jazz). «Pour présente cette invention diabolique en cesles jeunes filles “de bonne famille”, c’est une activité termes: «Inutile de s’occuper de la vitesse, chacunprofessionnelle honorable et rémunératrice. La pré- peut enregistrer, comme il a l’habitude de parler.sence de femmes transforme l’atmosphère des bu- Pas de malentendu, le Parlograph comprend tou-reaux: dans cet univers masculin, “un matin, au ca- jours. le Parlograph ne vous dérange jamais pourrillon du téléphone apparut, crâne, vive, gaie, la vous faire répéter une phrase, par conséquent il nedactylographe. [...] Et ce fut, cette fois, une révolu- risque pas de vous faire perdre le fil de votre pensée.tion qui avait le sourire 10”». En 1920, les offres Le Parlograph ne s’énerve jamais, il ne demanded’emplois de sténo-dactylographes sont très nette- pas à se reposer; bref il est toujours à votre disposi-ment supérieures aux demandes. Le recrutement tion.» La boucle est bouclée: pour ne plus faire dese démocratise: des jeunes filles issues des mi- fautes sur ses SMS, il suffit de ne plus écrire.notes1. C’est au physicien lyonnais Claude Chappe (1763-1805) que revient la paternité de l’invention du télégraphe.2. Ce sont 534 télégraphes de Chappe qui furent installés en France à partir de 1793, constituant un réseau en étoile de 5000 kmautour de Paris.3. On attribue généralement les débuts de la sténographie européenne aux écrits de l’historien grec Xénophon qui rédigea enécriture abrégée les mémoires de Socrate. À son tour, Sénèque perfectionnera le système de Tyron.4. Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, articles Tachéographie, Tachygraphie, Notaire, Abréviation.5. Hercule Géraud (Essai sur les livres dans l’Antiquité, particulièrement chez les Romains, Paris, 1840) affirme ainsi: «La sténogra-phie ancienne était encore d’un grand usage dans la vie privée. Les auteurs, pour ne pas perdre le fil de leurs idées, ou laisser refroidir leurimagination en écrivant eux-mêmes leurs ouvrages, avaient parmi leurs esclaves des tachygraphes, auxquels ils dictaient leur première ré-daction. Pline le naturaliste, soit qu’il fut en voyage, soit qu’il se fit porter en chaise dans les rues de Rome, avait toujours à ses côtés unnotaire avec un livre et des tablettes. Plines le jeune méditait dans sa chambre les fenêtres fermées; lorsqu’il voulait fixer ses idées, il appe-lait son notaire, dictait, le renvoyait, le rappelait encore, et finissait par revoir d’un bout à l’autre ce qu’il avait dicté.»6. Feuillet de Conches, Causeries d’un curieux, II.7, 1862.7. Sur l’histoire de la tachygraphie, cf. le site très complet (en espagnol...) de Carlos G.Lima: http://www.geocities.com/taqui-gra/taquigra.htm8. Parmi les systèmes connus de sténographie anglaise, notons celui de John Willis (1602), celui de l’écrivain et traducteur Tho-mas Shelton (1626), celui de William Mason (1672) et celui du sténographe Samuel Taylor (1786), qui fut adapté pour de nom-breuses langues européennes. La plupart des méthodes sténographiques, jusqu’au xviiie siècle, suivirent les principes du systèmede Willis: elles consistaient en un assemblage de caractères géométriques, de lignes droites, de segments de cercle, etc., et repo-saient essentiellement sur l’alphabet et l’orthographe. Des méthodes de sténographie virent également le jour pour d’autreslangues européennes, à partir du xviie siècle, dont la plus influente fut celle de l’Allemand Franz Xaver Gabelsberger.9. Albert Navarre, Histoire générale de la Sténographie & de l’Écriture à travers les âges, Institut sténographique de France, 1909.10. Michelle Cantin, De la plume aux claviers ou un siècle de métiers du secrétariat et du bureau, Les publications de la Cegos, 2005.illustrationspage précédente — Raban Maur (780-856), De laudibus sanctæ Crucis (manuscrit de Pforzheim, 1503). SEPTEMBRE - OCTOBRE 2008 65

×