Question de synthèse n°1

Travail préparatoire


1) Faites une phrase avec la donnée relative à la période 1992-2002 (doc....
les écoles, les routes, les hopitaux...Cependant, il y a seulement une très faible
corrélation entre la hausse des revenus...
plus historiquement les pays qui ont été régis par une démocratie sont ceux qui sont les
plus développés à un niveau écono...
longtemps (71 ans en moyenne, doc.2) et la mortalité infantile recule, ce qui facilite,
avec la politique malthusienne men...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

qsChine_correction

1 041 vues

Publié le

Publié dans : Business, Technologie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 041
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
22
Actions
Partages
0
Téléchargements
15
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

qsChine_correction

  1. 1. Question de synthèse n°1 Travail préparatoire 1) Faites une phrase avec la donnée relative à la période 1992-2002 (doc. 1). 1 point D'après le FMI et la Banque mondiale, entre 1992 et 2002 le PIB réel (c'est à dire déflaté) a augmenté en moyenne de 8,9% par an en Chine. 2) Ecrivez la formule (avec les données numériques) qui a permis de calculer le chiffre présenté en question 1. 1 point Pour obtenir le chiffre précédent, un Taux de Croissance Annuel Moyen (TCAM) a été réalisé soit : 3) Comparez les taux de croissance actuels de la Chine avec ceux de la France, des Etats-Unis et du monde en général (doc.1 + connaissances de cours). La Chine possède un fort taux de croissance qui lui permettra d'être surement parmi les pays les plus développés économiquement. Son PIB réel (déflaté) a augmenté en moyenne de 9% par an entre 1992 et 2002. Si nous comparons ce taux avec celui de la France, on constate que celui ci est 4 fois plus élevé. On constate également une différence de 6 points entre sa croissance et celle des Etats-unis durant la même période. Au niveau mondial le PIB réel a augmenté d'environ 4% en moyenne par an, ce qui encore une fois vient confirmer la supériorité de de la croissance chinoise par rapport au reste du monde. D'autre part nous pouvons dire que ce sont les pays développés (Europe, Amérique du nord etc) qui ralentissent la croissance du PIB au niveau mondial car leurs taux sont inférieurs à la moyenne de 4%. 4) Montrez que la croissance chinoise a favorisé le développement du pays (doc.2) La croissance, l'augmentation du PIB, a été un facteur du développement, c'est à dire de l'amélioration des conditions de vie et de l'économie des chinois. En effet, avec l'expansion économique et donc l'augmentation de la valeur ajoutée des entreprises, le revenu des chinois a été multiplié par 5, passant de 19O $ par an en 1978, à 1000$ par an en 2004 : il y a alors bien développement économique. Ce développement économique a entrainé aussi un développement humain. Avec la hausse de leur revenu disponible, les Chinois ont consommé davantage. Ainsi la classe riche ou gouvernante s'est mise à consommer dans le domaine du divertissement (plus de 400 millions de téléphones portables auraient été vendus depuis 1999 à Pékin...) alors que la plus grande partie de la population ,moins grande bénéficiaire des fruits de la croissance, a pu mieux s'alimenter... De plus, cette hausse du PIB a permis une hausse des revenus de l'Etat qui a alors pu développer certaines infrastructures comme
  2. 2. les écoles, les routes, les hopitaux...Cependant, il y a seulement une très faible corrélation entre la hausse des revenus de l'Etat et la constuction d'ecoles car la Chine essaye avant toute chose de développer toujours plus son économie. Mais les conditions sociales et sanitaires se sont tout de même améliorées comme nous le prouve la hausse de l'espérance de vie ( plus de 10 ans de gagnés ) mais aussi une baisse de la mortalité infantile. Finalement, l'indicateur du développement humain, l'IDH, a lui aussi augmenté : c'est le développement humain. Il y a donc bien développement tant d'un point de vue économique que humain. A noter de plus, que le développement exerce un rétrocontrole positif car par exemple une hausse des revenus entraine une hausse de la consommation ou ,alors quand l'Etat fait construire il doit employer des entreprises : il y a cercle vertueux. 5) Identifiez les facteurs de « mal-développement » de la Chine (doc.3) Le "mal-developpement" signifie qu'un pays a un développement économique (Perroux) mais pas humain (Amartya Sen, PNUD). La Chine a un PIB qui augmente 10 fois plus que celui de la France en 2008, cela est du à l'émergence du pays depuis les années 80. La forte croissance de la Chine est due notamment à son industrialisation, à son innovation et à son ouverture. De plus il y a une interaction entre la croissance soutenue et la qualité de vie des chinois. En effet, la croissance a pour conséquence une augmentation du pouvoir d'achat, ce qui permet aux chinois de mieux se nourrir, d'accéder aux biens secondaires. Mais dans seulement un sens car il n'y a qu'une minorité qui bénéficie totalement de celle-ci. C'est donc pour cela que l'on va parler de "mal-développement" en chine. L'industrialisation (facteur du développement économique) a entrainé de nombreux problèmes dans les campagnes. Les paysans ont une situation économique de plus en plus précaire. Dans le secteur secondaire la situation n'est guère meilleure. Cela provoque donc des inégalités importantes dans le pays. La Chine a aussi de graves problèmes environnementaux à cause des usines qui polluent énormément notamment un exemple fort qui a indigné la population celle du fleuve songhua dans la province du jilin où une usine chimique a déversé du benzène ce qui est très néfaste pour l'environement. La Chine pourra régler son problème de "mal-développement" lorsqu'elle acceptera de reconnaitre les droits et les libertés à toute sa population. 6) En quoi la modernisation politique de la Chine apparaît-elle nécessaire au développement humain du pays (doc.4 + connaissances personnelles) ? Par la notion de modernisation politique, nous entendons par là, le fait que la Chine doit s'adapter aux besoins de sa population en matière de libertés et de droit civique, c'est-à-dire le passage d'un régime autoritaire, (qui régit la Chine aujourd'hui) à l'adoption d'une démocratie. La Chine exerce une politique qui vise à assurer sa croissance de manière structurelle, cependant elle semble oublier que sans développement humain celle-ci ne perdure pas, car ces deux processus s'entretiennent mutuellement. En outre, la Chine est un pays très fragmenté, alliant forte croissance économique et faible développement humain (avec un taux de croissance de l'ordre de 9%); de fortes inégalités persistent sur le plan économique (littoraux très développés contrairement au centre du pays, inégales redistributions des richesses) mais aussi social (problèmes d'accès aux infrastructures). Selon l'économiste indien, Amartya Sen et le PNUD ( Programme des Nations-Unis pour le Développement ), un pays n'est développé au sens humain du terme que si sa population accède aux libertés fondamentales, autrement dit, les analyses de développement tendent aujourd'hui à accorder un place déterminante au cadre juridique (libertés réelles, échapper à la pauvreté, avoir des services publics ou de protection sociale) et politique dans lequel les acteurs économiques réalisent leurs échanges.De
  3. 3. plus historiquement les pays qui ont été régis par une démocratie sont ceux qui sont les plus développés à un niveau économique et humain. Ce mal-développement s'explique aussi du fait que la Chine soit en retard sur les 5 étapes de Rostow. En effet elle semble stagner à la quatrième étape, qui désigne le passage à la maturité qui, par ailleurs, pourrait être franchi si la Chine accédait à une démocratie. La modernisation politique de la Chine est nécessaire à son développement humain, car les chinois accèderaient ainsi aux libertés fondamentales et surtout un pays qui est la 3e puissance économique mondiale ne peut pas continuer de garder un système politique archaïque qui bafoue les droits de sa population ou bien qui s'immisce de manière récurrente dans la vie privée de sa population (politique de l'enfant unique) ou bien de réprimer toute forme d'action (grèves, manifestations) qu'il juge dangereux pour le pays. La Chine est un pays paradoxal qui est pleinement entré dans le monde moderne grâce au capitalisme mais qui semble cependant, encore en être éloigné du fait de son régime autoritaire. En définitive, le facteur essentiel se trouve dans la stabilité politique et dans la sécurité juridique des contrats passés entre les agents économiques (confiance, respect des contrats, institutions financières solides...).En garantissant le fonctionnement normal des institutions, l'Etat joue un rôle central dans le processus de développement. Question de synthèse Après avoir montré que la croissance économique chinoise favorise son développement, vous expliquerez pourquoi celui-ci apparaît cependant limité. Corrigé du professeur En 2008, le PIB en Chine augmentera dix fois plus qu'en France: cette croissance à deux chiffres (près de 10%) traduit un développement économique fondé sur de profondes transformations technologiques, sociales et industrielles. Pour autant, ce formidable boom s'accompagne-t-il d'une amélioration des conditions d'existence de la population chinoise ? Bénéficie-t-elle de davantage de droits et de libertés ? En bref, la croissance conduit-elle vers le développement humain ? Nous montrerons d'abord comment la croissance du PIB favorise le développement, puis nous expliquerons en quoi celui-ci reste limité. L'histoire économique des pays industrialisés prouve que la croissance a accompagné le développement, défini par l'économiste François Perroux comme la « combinaison des changements mentaux et sociaux» propres à dynamiser l'économie. C'est en partie vrai pour la Chine : depuis le début des années 80, ce pays « émergent » a des taux de croissance du PIB oscillant entre 9 et 13% par an (doc 1)bien supérieurs au reste du monde et des pays industrialisés (question 3). Portée par le dynamisme des mégapoles du Sud côtier exportant vers l'Amérique du Nord et l'Europe, la croissance chinoise s'appuie également sur une industrialisation rapide, la modernisation de l'appareil productif et les investissements étrangers. Ce développement économique a favorisé l'élévation globale du revenu par habitant (multiplié par 5 en 25 ans, doc.2), via la création de nombreux emplois et la hausse des salaires : la hausse du PIB par habitant porte l'Indicateur de Développement Humain (IDH), de la Chine à 0,777 en 2005, traduisant ainsi son développement. Ce pouvoir d'achat supplémentaire a permis aux élites d'accéder à la « consommation de masse » et la majorité de la population voit ses conditions de vie s'améliorer (question 4). Mieux nourris et mieux soignés, les Chinois vivent désormais plus
  4. 4. longtemps (71 ans en moyenne, doc.2) et la mortalité infantile recule, ce qui facilite, avec la politique malthusienne menée par les autorités, la transition démographique. L'IDH incluant l'espérance de vie dans son calcul, ces progrès se traduisent par un indicateur de développement plus important. Cependant, l'IDH ne mesure pas les inégalités sociales ou les privations de libertés. Or, pour qu'il y ait « développement » au sens de l'économiste indien Amartya Sen, il faut que la population jouisse de ses pleins droits et des libertés réelles (du droit de manger à sa faim jusqu'aux plus élémentaires droits civiques). Qu'en est-il en Chine ? Ce pays se développe économiquement, mais pas forcément humainement ; en d'autres termes, il y a « mal-développement » (question 5). A l'image de la France du XIXè siècle, l'industrialisation et l'urbanisation accélérée de la Chine ont déstructuré ses campagnes et ruiné nombre de ses 450 millions de paysans (doc.3). Plusieurs millions de familles sont venues renforcer la masse de la « population flottante » dans la plus grande misère entre villes et campagnes (rejoints par les salariés licenciés des entreprises d'Etat), posant ainsi un problème sanitaire, social et politique de taille à la Chine. Le développement économique est réel, mais il concerne surtout les villes et les provinces côtières, y compris pour les investissement publics en infrastructures sanitaires et scolaires (doc.3). Les inégalités sont criantes et profitent à l'élite dirigeante et économique du pays ; les richesses produites ne sont pas redistribuées, faute d'un système fiscal et social adéquate, ce qui empêche la majorité de la population de satisfaire ses besoins élémentaires. Enfin, il ne peut y avoir développement humain sans extension des libertés réelles, et d'abord celle d'évoluer dans un environnement sain (« développement durable »). Les conditions de travail et de vie des Chinois sont menacées par la déforestation, la pollution de l'air, des sols et des cours d'eau (doc.4), conséquences d'une croissance économique non contrôlée. Or, l'opinion publique et les médias ont du mal à faire contrepoids aux entreprises et aux pouvoirs locaux, tant le régime est autoritaire et liberticide (question 6). Ces problèmes de fonds ne pourront être réglés que lorsque le régime politique de la Chine laissera place au débat, à la responsabilité et au plein respect des droits de tous : en bref, à la démocratie, sans laquelle il ne saurait y avoir de développement humain selon A. Sen. A la fin des années 70, sous l'impulsion de Deng Xiaoping (arrivé au pouvoir après la mort de Mao Zedong), l'Etat chinois entreprend de convertir le pays à “l'économie socialiste de marché”, en mettant en place les “Quatre Modernisations” : industrie et commerce, éducation, organisation militaire et agriculture. Le pari est réussi : la Chine a connu un essor sans précédent et un décollage économique indéniable. Cependant, de nombreux problèmes de pauvreté, d'insécurité matérielle et physique, de privations de liberté se posent, qui laissent inachevé le processus de développement humain. Depuis longtemps en Chine, des voix s'élèvent pour réclamer la démocratisation du système politique, à l'instar du dissident Wei Jingsheng, jeté dans les laogaï (camps de travail) chinois pour avoir préconisé, dès 1979, la “Cinquième modernisation”, à savoir : la liberté d'expression. Nul doute que le développement de la Chine passera aussi par la reconnaissance des droits et libertés de tous les citoyens.

×