::: Le magazine de l’Ingénierie, des Marchés et de la Grande Industrie                                                    ...
Le mot                                    de la rédaction                                     Nouvelle année, nouvel Eole…...
III   Le magazine de l’Ingénierie, des Marchés et de la Grande Industrie : : : Eole n°26 I               I Des nouvelles d...
I Séminaire canalisations : : : Des nouvelles de… I I I        La journée cana 2006        Trente représentants des servic...
III   Des nouvelles de…: : : Lavéra H2 ILavéra H2 : démarrage en avance !Lors de la dernière réunion d’avancement du SMR L...
I Autocontrôle Terneuzen : : : Des nouvelles de… I I I           Panter : un défi humain                                  ...
Des nouvelles de… : : : Autocontrôle Terneuzen I                                                                          ...
I Direction Fabrication Vitry : : : Des nouvelles de… I I I         DFV : un vivier de compétences         Et si on parlai...
Des nouvelles de… : : : Direction Fabrication Vitry Ia établi un rapport sur l’état des lieux                            L...
I Direction Fabrication Vitry : : : Des nouvelles de…             Technologie de Champigny examine ses                    ...
III   Des nouvelles de…: : : 100 ans en Belgique I100 ans de conquêtesQuatre années après la création d’Air Liquide en Fra...
I Six Sigma : : : Des nouvelles de… I I I          Six Sigma au service de la fiabilité          La fiabilité de nos insta...
Des nouvelles de… : : : Six Sigma I                                                         Black Belt partage sa méthodol...
I La production : : : Des métiers et des hommes I I I         Le métier de la production         à la Grande Industrie    ...
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
26 eole   fevrier 2007
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

26 eole fevrier 2007

2 060 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 060
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
9
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

26 eole fevrier 2007

  1. 1. ::: Le magazine de l’Ingénierie, des Marchés et de la Grande Industrie ::: N° 26 ■ février 2007 Grand angle : la direction des Produits à l’Ingénierie::: P3 Des nouvelles de… ::: P12 Métiers ::: P38 Tour du mondeLavéra H2 La production à la GIE À propos des projets en Ukraine
  2. 2. Le mot de la rédaction Nouvelle année, nouvel Eole… Pour débuter l’année, découvrez un chapitre inédit de votre journal interne : Eole affiche une nouvelle identité. C’est donc un nouveau souffle : un magazine plus compact, plus lisible, plus accessible mais aussi plus proche de ce qui vous concerne. Nous innovons donc, comme vous le faites chaque jour à travers vos activités et vos projets. Eole garde son âme : vous y trouverez des nouvelles des projets aux quatre coins du monde, des activités, des développements... Un zoom sur un thème, un département, un pays… Des hommes et des femmes qui racontent leurs métiers,Journal interne leurs projets, leurs organisations et témoignent de leurs expériences. Et toujours aude l’Ingénierie,des Marchés et de la fil des pages, la sécurité, la qualité, la technique et l’innovation qui donnent à nosGrande Industrie EuropeDirecteur de la publication métiers ses lettres de noblesse.Catherine Henry Nous espérons que cette nouvelle édition vous plaira, qu’elle répondra à vos attentesRédacteur en chefCamille Varin et vous encouragera à faire découvrir vos métiers. N’hésitez pas à nous proposerConception graphique des articles, des sujets, des idées. Nous adressons nos remerciements à tous ceuxet réalisationLangage Graphique qui participent à cette aventure éditoriale et restons à la disposition de ceux quiRAPPEL souhaitent prendre part à la parution du prochain numéro…Eole est une publicationinterne aux entitésIngénierie, Grande Industrie ::: L’équipe éditorialeet Marchés. Elle ne doit enaucun cas être diffuséeà l’extérieur de la société.Merci de veiller à cequ’aucun exemplaire nesoit mis à disposition dans Keep in touch !les halls de réception devos établissements. Si vous souhaitez voir aborder certains sujets spécifiques dans Eole, n’hésitez pas à nous en faire part. Nous voulons connaître vos idées,Février 2007 opinions et impressions.Imprimé en France • E-mail : communication.di-gie@airliquide.com • Tél : 33 (0)1 49 83 55 91 • Ou sur l’Intranet : rubrique communication – parutions internes - Eole
  3. 3. III Le magazine de l’Ingénierie, des Marchés et de la Grande Industrie : : : Eole n°26 I I Des nouvelles de… • La journée cana 2006 ............................................................................................ p. 2 • Lavéra H2 : démarrage en avance ! .................................................................. p. 3 • Panter : un défi humain ....................................................................................... p. 4sommaire • DFV : un vivier de compétences ........................................................................ p. 6 • 100 ans de conquêtes ........................................................................................... p. 9 • Six Sigma au service de la fiabilité ................................................................ p. 10 I Des métiers et des hommes • Le métier de la production à la Grande Industrie .................................... p. 12 I Grand angle • La direction des Produits ................................................................................... p. 15 I Qualité • SMILE ......................................................................................................................... p. 33 I Sécurité • ALIB : 5 ans sans accident ..................................................................................p. 35 I Tour du monde • Air Liquide et Posco : épisodes 13 et 14....................................................... p. 36 • Air Liquide expose au Salon de la Métallurgie 2006 de Donetsk ............ p. 37 • A propos des projets en Ukraine… ................................................................. p. 38 • ALSIG : une première production d’azote à Sohar ................................. p. 40 • PML : un projet en mer de Chine ................................................................... p. 42 • Jupiter 2, suite de la saga… .............................................................................. p. 44 • Severstal, acte I ...................................................................................................... p. 47 • Trigénération : l’histoire continue ................................................................. p. 50 I Organisation • MPOS : au service des clients .......................................................................... p. 52 I Innovation • GIE sous les projecteurs ! .................................................................................. p. 55
  4. 4. I Séminaire canalisations : : : Des nouvelles de… I I I La journée cana 2006 Trente représentants des services d’exploitation de canalisations vis de la sécurité des personnes. Ainsi, ce sont quelque 175 sites cana (postes de Grande Industrie Europe se sont réunis le 29 novembre 2006 départ, postes de sectionnement et cabines pour une journée d’échanges autour des problématiques clients) qui devront, dans les trois années à entretien et maintenance des réseaux de transport de gaz. venir, être passés en revue. Le programme d’éventuelle mise à niveau de ces sites sera, une attention renforcée. En conséquence lui, lancé dès l’année prochaine. P lusieurs éléments définissent un de ce nouveau texte, nous devons Pour terminer, et bien que cela ne touche nouveau périmètre de l’activité examiner attentivement le reclassement pas directement l’exploitation, la création d’exploitation et de maintenance en zones constructibles de terrains classés de standards du Groupe en matière des canalisations : tout d’abord l’évolution à l’origine en zones industrielles. Ce de conception et de construction des de la réglementation française qui, par phénomène prend de l’ampleur dans le canalisations (WWPLS) a également été l’arrêté ministériel du 4 août 2006, introduit Nord ou l’Est de la France ou dans des à l’ordre du jour. Ainsi, depuis le début une autre notion : celle de la maîtrise de régions à essor démographique récent. de l’année, un groupe de travail s’est attaché l’urbanisme aussi bien pour les nouvelles Les trois prochaines années seront à la rédaction d’environ 115 documents en canalisations que pour celles déjà existantes donc consacrées à une large campagne cours de validation. Ils seront achevés (voir Eole 25 Dossier DIIGI et Techniques, la d’analyse des canalisations existantes. prochainement et disponibles à la direction industrielle). En effet, les Nous procéderons par enquêtes sur le consultation à la fin du premier trimestre canalisations situées à proximité de zones terrain pour évaluer les éventuels travaux 2007. à forte densité de population, d’immeubles de mise en conformité à réaliser. Ces Les participants -dont les 3 extérieurs à de grande hauteur, d’établissements travaux devront être terminés en 2018. GIE, venant d’Italie et d’Espagne- ont été2 recevant du public ou des installations L’exploitation des canalisations doit heureux de pouvoir échanger et de mieux classées, doivent justifier de moyens de répondre également aux nouvelles exigences se connaître. Outre l’intérêt d’une meilleure protection permettant d’éviter au maximum de fiabilité et de sécurité des installations, vision des évolutions en cours, tous ont tout risque d’accident. Ceci impose de définies par le Groupe dans le cadre de l’IMS. exprimé leur satisfaction et leur désir de définir des bandes d’étude plus larges que Ces directives internes renforcent les voir l’expérience se renouveler de façon la bande de servitude. Selon les zones, nous exigences de savoir-faire, de traçabilité, de régulière. À l’année prochaine donc pour devrons mettre en place des mesures reporting et d’amélioration qui en découlent. une nouvelle journée cana ! compensatoires, c’est-à-dire protéger les canalisations déjà enfouies contre les Un deuxième axe, toujours dans le cadre de ::: Patrick Matthey agressions extérieures, en posant des dalles l’IMS, concerne l’évaluation et la mise en de béton, par exemple. La mesure ultime conformité des installations oxygène vis-à- serait la déviation de la canalisation. Ce sont surtout les canalisations datant de la fin des années 60 ou celles qui PROGRAMME transportent de l’hydrogène qui méritent Réglementation française (le nouvel arrêté du 4 août 2006) : Patrick Matthey Les standards WW pipeline : Patrick Matthey Équipements pour service oxygène : Alain Colson Présentation du projet Oxygen Safety Review Board : Philippe Fraysse Projet OPAL : Olivier Desauté Système dinformation géographique : Wim Van Puyvelde Risques électriques : Cornelis Klok Suivi de projet pour AL Italie : Walter Camillo Maintenance canalisations, enregistrement et reporting : Patrick Matthey Réseaux Lorraine : Jean-Marc Frisch Réseaux Méditerranée : Marc Ortega Réseaux Atlantique : Guillaume Lefebvre, Michel Jagot, Daniel Bogalho Réseaux Centre Est : Olivier Quemin Réseaux cana Nord (Pays-Bas, Belgique, France) : Raf Sleebus Conclusion : Walter Maurer, Directeur Industriel GIE
  5. 5. III Des nouvelles de…: : : Lavéra H2 ILavéra H2 : démarrage en avance !Lors de la dernière réunion d’avancement du SMR Lavéra boucles et de configurations ont été faits à partir d’un poste avancé sur le terrain. Maisavec la direction de la raffinerie Ineos, notre principal client dès la première mise en gaz, lors du séchagehydrogène, ce dernier n’a pas manqué de féliciter Air Liquide, du four, tous les postes de conduite ont étéqualifiant le projet de référence pour l’avenir ! rapatriés en salle de contrôle LVE. CeciEn effet, la livraison de la première molécule d’hydrogène pouvait sembler contraignant en raison de la distance et de la co-activité avec lesà la raffinerie a eu lieu tout juste un an après l’ouverture autres unités en fonctionnement, mais nousdu chantier, ce qui représente une remarquable performance. avons souhaité nous placer directement dans la configuration réelle d’exploitation. Cette intégration totale de l’équipeL e SMR a livré son premier mètre Mais l’obtention d’une bonne fiabilité passe d’exploitation avec l’équipe de démarrage cube d’hydrogène 13 jours en aussi par l’intégration, dès le démarrage, pour ne former qu’un seul groupe avance par rapport à la date des équipes de conduite et CARTE ayant le même but a été une descontractuelle dans un contexte de pénurie d’exploitation. L’implication forte D’IDENTITÉ clés de la réussite de ce projet.d’hydrogène. La disponibilité du SMR Air du personnel d’exploitation dans Hydrogène Aujourd’hui, le SMR livre aussiLiquide a été très appréciée pour relancer cette courte période très intense 25 000 Nm3/h un autre client : la raffinerieles allures des unités consommatrices du et particulièrement riche en à 28 barg Total de La Mède. Initialement,site de Lavéra. enseignements, lui a permis Vapeur cette livraison devait débuter le d’acquérir rapidement une 35 t/h à 80 bargOn avance, en avance 1er janvier 2007. Mais devant excellente connaissance de l’unité. ClientsLa course contre la montre s’est accélérée Ineos, Total, le besoin pressant en hydrogène Rappelons que la conduite du 3au mois d’août, tout en respectant réseau Air de la Raffinerie de Provence, le SMR est assurée par les opéra-scrupuleusement toutes les étapes clés du Liquide chantier de la canalisation reliant teurs de la joint-venture Lavéra Technologiedémarrage et les règles de sécurité le SMR et la raffinerie a été Énergies (LVE : 50 % Air Liquide, SMR HTAS, PSAassociées. Pour ce nouvel SMR, la revue accéléré pour une mise en service 50 % Dalkia) qui pilotent déjà 6 bouteillesinterne de «prêt à démarrer» a non anticipée au 6 octobre 2006. toutes les utilités sur la raffinerie.seulement été conduite par Air Liquide Avec ces deux clients (Ineos et Total), le SMR Un opérateur dédié au SMR a été nommémais a été partagée avec le client Ineos. a été rapidement chargé à 100 % pour dans chaque équipe pour assister l’équipeAprès ce feu vert, nous avons pu commencer atteindre son débit nominal de 25 000 Nm3 de démarrage. Ceci a permis de garantir àle séchage du four le 23 août et produire de d’hydrogène par heure et ce pendant tous une bonne connaissance du terrain.l’hydrogène dès le début du mois de plusieurs semaines. De ce fait, on peut déjàseptembre. Pendant cette période, les tests Au cœur du démarrage se poser la question : à quand un deuxièmede fonctionnalité et une marche stabilisée En ce qui concerne la configuration du SMR ?durant 24 heures ont permis d’obtenir une système de conduite, un technicien de Un grand merci aux équipes Projet,bonne fiabilité de l’usine et, ainsi, la signature l’équipe d’exploitation a été détaché pour Montage, Démarrage et à LVE d’avoirde la mise en service industrielle. intégrer l’équipe de démarrage. Les tests de contribué à ce succès qui conforte le savoir- faire d’Air Liquide en matière de conception et de réalisation d’unités de production d’hydrogène. : : : Salle de contrôle LVE de gauche à droite : ::: Alexandre Gizard Alexandre Gizard, Ovidiu Balog, Eric Blondeau, Jean-Luc Oliver, Jean-Jacques Josse, Claude Ibarra
  6. 6. I Autocontrôle Terneuzen : : : Des nouvelles de… I I I Panter : un défi humain PANTER, traduction néerlandaise de "panthère", Bergen op Zoom Netherlands est le nom du projet de passage en autocontrôle de notre site de Terneuzen. Terneuzen Antwerp Mise en autocontrôle entre la Direction (encore Benelux à ceBelgium Pourquoi songer à l’autocontrôle pour une moment-là), l’Asset Manager Gaz de l’Air, telle unité ? Les nombreuses expériences au Jean-Pierre Delaitre, et le Responsable du Brussels sein de la Grande Industrie Europe, en site de l’époque, Dirk Van Roosbroeck. France principalement, mais aussi dans le Question ô combien sensible et à laquelle Groupe, comme en Allemagne par exemple, il est difficile de répondre au vu des P our commencer, un brin de ont démontré notre capacité à faire conséquences. géographie. Terneuzen est la fonctionner nos unités de cette manière. principale ville de la Flandre Mais cette seule raison n’est pas suffisante Nouveau SNCC Zélandaise, bout de terre néerlandais coincé pour lancer un tel projet aux conséquences C’est alors qu’un élément nouveau a apporté entre l’embouchure de l’Escaut et la nombreuses, en premier lieu sur le plan des arguments en faveur de cette décision Belgique. Elle est restée longtemps isolée humain. Nos motivations se basaient sans pour autant la figer : le SNCC (Système du reste du pays à cause du fleuve, mais essentiellement sur l’évolution connue de Numérique de Contrôle et Commande), depuis peu, elle est désenclavée grâce à la notre unique client gaz, Dow Chemical, qui hérité de l’investissement originel de BOC, construction d’un tunnel routier long nous a demandé de fournir plus d’azote. devait être changé car obsolète et de type de 6,7 km qui débouche à proximité Pour tous ceux qui connaissent le métier "boîte noire" plutôt opaque. Dès lors, 4 de la zone industrielle. C’est ici qu’est des gaz de l’air, il est facile de savoir que décision fut prise de renouveler ce système implantée une unité des gaz de l’air pour le rapport entre l’oxygène et l’azote et de passer à une solution moderne et les besoins de Dow Chemical, dans l’air est le même partout… ouverte fournie par Yokogawa (pour client d’Air Liquide. Cette unité donc à Terneuzen également ! information, cet investissement est de l’ordre fut construite en 1989 par Ces mêmes personnes vous de 1,5 M€). Le passage en autocontrôle a BOC et opérée par ses soins diront aussi que produire donc été étudié de manière approfondie jusqu’à sa reprise par plus d’azote signifie sous tous ses aspects : investissements Air Liquide en 1999. comprimer plus d’air à techniques nécessaires pour pousser C’est à ce jour la seule l’entrée du procédé, et donc les automatismes, sécurité du site, unité Air Liquide produisant plus d’énergie à investir pour moyens de supervision à distance de l’unité, et distribuant les gaz de l’air un seul des deux produits chargements des camions et, bien entendu, (oxygène, azote, argon et même air majeurs. l’aspect humain, que ce soit la sécurité des comprimé) aux Pays-Bas. Tournons-nous maintenant vers les personnes appelées dans le futur à intervenir Produisant 500 t/j, Dow Chemical est spécialistes du marché de l’énergie. Ils vous seules sur l’usine ou la gestion du nombre son unique client gaz : 15 000 Nm3/h préciseront que le prix de l’électricité de personnes nécessaires à l’ensemble des d’oxygène, essentiellement pour une unité n’arrête pas de grimper… Et que cela va d’oxyde d’éthylène, 14 000 Nm3/h d’azote continuer. À titre personnel, nous faisons pour l’inertage et la sécurité de l’ensemble d’ailleurs ce même constat lorsque nous du site et 24 000 Nm3/h d’air comprimé. recevons notre facture d’électricité. Un liquéfacteur de 600 t/j, en service Si nous additionnons ces deux paramètres, essentiellement en heures creuses (tarif il est aisé de conclure que l’économie électrique) nous permet d’assurer les besoins globale d’un tel site se dégrade, et si nous de nos collègues Clients Industriels aux y ajoutons des perspectives pessimistes Pays-Bas (AL BV), en Belgique (ALB) et quant à l’évolution de nos volumes d’autres si besoin. Il ne nous faut pas oublier d’oxygène vendus à Dow Chemical… une unité d’épuration et de compression Là, le tableau s’assombrit. hydrogène (PSA) de 11 000 Nm3/h située Faire face à un tel défi pour l’avenir n’est chez Dow Chemical, opérée par eux mais pas chose aisée et très vite, la question sous responsabilité de l’équipe AL locale. de l’autocontrôle pour le site s’est posée Site de Terneuzen
  7. 7. Des nouvelles de… : : : Autocontrôle Terneuzen I beaucoup d’acteurs un élément marquant car nous savons tous que la technique est beaucoup plus facile à gérer que les hommes (lecteurs et rédacteur compris !). Il n’empêche que cet aspect est le facteur essentiel de succès de tous nos projets et lorsqu’un projet comme PANTER a un impact direct sur la vie de certains d’entre nous, il est clair que rien ne peut être négligé ni laissé au hasard. Et maintenant Reste donc à souhaiter beaucoup de courage à tous, soit dans leur nouvel emploi, soit pour réussir toutes les modifications et nouveaux investissements, nécessaires:::Équipe du projet de gauche à droite : préalables au passage définitif enRico de Koeijer, Werner Geensen, Maarten de Vos(partant à Rozenburg), Ruud Vriens, Richard Hoeder, autocontrôle. Deux grandes échéances surClaudia Oeyen, Patrick van Bunder, Dennis Minnaert, le calendrier : le 1er décembre 2006, passageArjan de Feijter, Jacques Kiewiet, Robert Evers, Benny Boogaert, forte et la beauté, la grâce et la vivacitéRinus de Quelerij, Johnny de Feijter de cet animal nous paraissaient donc à une personne par poste avec les six:::Absent de la photo : Rinus Beaufort parfaitement convenir à notre programme. opérateurs restants, et le 1er avril 2007, Et c’est sous la houlette de Jacques passage en autocontrôle avec un système de deux équipes (matin et après- activités du site, et ce y compris la Kiewiet, qui, venant de Bergen op Zoom, a succédé à « le défi midi) travaillant les jours de semaine et assurant des rondes les supervision de l’unité PSA ; sans oublier Dirk Van Roosbroeck comme humain Directeur du site en mai restera un samedis, dimanches et jours fériés. le surpresseur hydrogène en service 5 dernier, que tout a été lancé : Ce système est original comparé au carrefour du réseau à Zelzate (voir Eole élément d’abord cet été, l’annonce avec ce qui s’est fait en France ou n°23). Cette préparation minutieuse a mis au Conseil d’Entreprise (CE), ensuite, la revue de tous » marquant en Allemagne et a pour but un passage rapide à l’autocontrôle clairement en évidence la nécessité de les aspects entre la Direction et le tout en se laissant les moyens de le faire pouvoir offrir un avenir au sein d’Air CE -processus qui, bien au-delà de évoluer en temps réel. Liquide à tous ceux qui seraient appelés à son aspect légal, permit à tous de soulever Je veux profiter de l’occasion que m’offre quitter le site, point difficile compte tenu beaucoup de questions pertinentes- et, cet article pour remercier les nombreuses de la dimension de l’activité Grande enfin, annonce sur le site le 6 septembre personnes concernées ou impliquées par Industrie aux Pays-Bas. dernier. PANTER, en commençant par l’ensemble Les apports de Pergen Une fois passée l’émotion consécutive du personnel de Terneuzen, restants et C’est le projet Pergen, autre projet de à cette annonce, toutes les personnes partants, à qui je souhaite le meilleur pour grande ampleur, qui nous a permis de ont eu l’occasion de s’exprimer sur leur le futur, mais aussi tous les autres sans qui boucler la boucle. Aux Pays-Bas, il fera vision personnelle du futur et la partager cette panthère n’aurait pas pu naître. C’eût appel à de nouvelles compétences et avec le management. Au bout de ce été dommage… permettra aussi aux opérateurs de long chemin, nous pouvons annoncer Comme nous l’avons vu, ce projet assure Rozenburg, Bergen op Zoom et Terneuzen aujourd’hui les départs d’une personne le futur du site et permet de voir la vie d’évoluer dans leurs métiers. pour Pergen, celui de quatre autres pour beaucoup plus en rose. Tiens… Rose, En parallèle, grâce à un programme de Bergen op Zoom, permettant ainsi de Panthère… Cela rappelle quelque chose, formation, une réorganisation de l’équipe reconstituer l’effectif sur place ; une n’est-ce pas, Inspecteur Clouseau ? de maintenance de la région a offert personne a rejoint le staff de l’équipe ::: Jean-Louis Rousseau d’autres évolutions possibles. régionale de maintenance et sera basée à Rozenburg et, pour finir, un accord a été Nom de baptême : Panter trouvé avec deux personnes pouvant faire Il n’y avait plus, dès lors, qu’à baptiser valoir leurs droits à une préretraite. le projet. Très vite PANTER -Project Automatization for a New and solid future Un défi relevé ! for TERneuzen- s’est imposé… Nous Ce défi humain, premier chapitre de ce voulions y associer une symbolique passage en autocontrôle, restera pour
  8. 8. I Direction Fabrication Vitry : : : Des nouvelles de… I I I DFV : un vivier de compétences Et si on parlait de la DFV (Direction Fabrication Vitry) sans bon port», avoue Jacques. Pour lui, les jours ne se ressemblent pas et mentionner ni les colonnes ni les transports exceptionnels ? il doit constamment faire face à l’imprévu. Aspect méconnu de l’activité fabrication, les services «Malgré la quantité de travail à fournir, support mettent les compétences de la DFV à la disposition c’est une expérience enrichissante, d’un d’autres entités du Groupe. Petite par le volume (5 à 8 % point de vue professionnel et personnel. De plus, découvrir des contrées jusque-là de l’activité totale) mais importante par la valeur ajoutée, inconnues est une véritable opportunité cette fonction de «réservoir à savoir-faire» s’appuie sur pour moi !», souligne Jacques. la richesse et la motivation du personnel de la DFV. Parfois, il ramène dans ses bagages quelques anecdotes comme celle-ci : il attendait d’embarquer pour le prochain vol quand DFV : à la rescousse ! une alerte à la bombe a été annoncée dans chaudronnier se rend régulièrement sur l’aéroport. Un colis suspect avait été détecté P armi les «compagnons» des ateliers de Vitry-sur-Seine, certains, toujours prêts à plier bagages, prêtent main-forte les chantiers. Envoyé pour des missions d’une semaine à un mois, il apporte dans la soute à bagages de l’avion. Quelques minutes plus tard, Jacques ouvrait sa valise expertise et soutien technique aux quatre pour éteindre son analyseur d’oxygène. aux hommes des chantiers du monde coins du monde. La diversité des Il s’était déclenché dans sa valise entier. En effet, certaines étapes particulières du montage, comme l’accostage ou l’alignement des colonnes, pays et des cultures rencontrés lors de ses missions constitue « les jours et émettait des bips inquiétants, semant la panique dans l’aéroport. un véritable challenge pour lui. ne se «C’est le genre d’histoire que je ne6 requièrent des compétences spécifiques, par exemple dans le domaine de Il faut faire preuve d’une grande ressemblent suis pas prêt d’oublier !», confie la chaudronnerie. Les compagnons chaudronnier peuvent ainsi être sollicités capacité d’adaptation. La difficulté majeure réside dans pas… »Jacques. Se déplacer à l’autre bout du le dialogue avec les interlocuteurs sur les monde, résoudre des problèmes pour un soutien technique mais aussi chantiers qui ne parlent pas toujours complexes, soutenir les équipes sur parfois pour résoudre des problèmes sur anglais. «On a recours au système D : chantier : c’est son quotidien ! les chantiers. le langage des mains et les croquis sont Sa dernière mission était en Allemagne «Nous sommes projetés dans des mondes les meilleures solutions pour se faire à Dillingen. En arrivant sur place, Jacques et des cultures parfois très éloignés des comprendre. Mon bloc-notes m’a sauvé la nôtres.» Jacques Jeanne, compagnon vie plus d’une fois comme par exemple, ce jour où je suis monté dans un taxi pour me rendre sur un chantier. J’ai dessiné l’énorme haut-fourneau qui se trouvait à côté du site et le taxi a su me conduire à LE SAVIEZ-VOUS ? Dillingen Les racines de la chaudronnerie se trouvent dans la fabrication des chaudrons et des cuves métalliques ainsi que dans les travaux de ferronnerie du Moyen Âge. Aujourd’hui, avec l’évolution des techniques, le terme désigne le travail et la transformation des métaux en feuilles (tôles) par découpage, formage, assemblage. On utilise le terme compagnon chaudronnier pour qualifier l’ouvrier spécialisé dans le domaine de la chaudronnerie. Ce mot vient du nom compagnonnage, utilisé jadis pour les corporations d’artisans tels les bâtisseurs de cathédrales. Il est utilisé aujourd’hui pour désigner les ouvriers hautement qualifiés dans les métiers manuels anciens. Jacques Jeanne lors de son déplacement à Dillingen : sortie de la boîte froide déperlitée pour laquelle le port du harnais de sécurité est obligatoire
  9. 9. Des nouvelles de… : : : Direction Fabrication Vitry Ia établi un rapport sur l’état des lieux Les anomalies remontant à la conceptiondu chantier (les dysfonctionnements, les et à la construction de l’usine, nous avonsactions à prévoir…). dû modifier la presque totalité deCe compte-rendu permet d’informer le l’instrumentation boîte froide. La rupture d’unresponsable de chantier des ressources des tubes était à l’origine de la fuitematérielles et humaines nécessaires pour la d’oxygène.» Il a fallu déperliter 3 000 m3 derésolution des dysfonctionnements. Dans ce perlite mêlée à de l’oxygène ce qui n’a pas étécas, il s’agissait de chercher les origines d’une une mince affaire ! Mais tout est bien qui finitfuite d’oxygène. «Il s’agissait d’une ancienne bien. Le problème résolu, la production a puusine Messer, propriété de Praxair, pour reprendre. Après 9 semaines en Allemagne,laquelle Air Liquide a donné des garanties, Jacques a repris un avion pour la France sansinforme Jacques. Les techniques de production oublier d’éteindre son analyseur d’oxygène !ne sont pas les mêmes et l’origine du ::: Jacques Jeanne Dillingenproblème était plus complexe à trouver. World Wide Engineering OPAL : la communauté fabrication La communauté fabrication réunit les responsables des 4 ateliers Ingénierie du groupe (Zhu Ming-Yi pour ALHZ en Chine, Takayoshi Miyatake pour ALJ DEC au Japon, J. Anilkumar pour ALEI en Inde et Grégoire Nollet pour le DFV en France) et est animée par Richard Pawulski et Adrijana Sehovac. Sous la présidence 7 de Zhu Ming-Yi, elle a pour but d’assurer la convergence et de maximiser les échan- ges de bonnes pratiques. Au cours des deux réunions annuelles, les objectifs de progrès sont discutés et fixés… Ainsi que le travail à fournir pour la prochaine session ! Les thèmes abordés sont nombreux et variés : sécurité, qualité, technique de fabrication, productivité… Et les échanges::: Communauté fabrication : les participants à la rencontre de la communauté fabrication en novembre 2006. particulièrement riches et humains ! De gauche à droite : Jean-Marc Rozo, Julien Thibout, Lu Yong-Zhi, Takayoshi Miyatake, Zhu Ming-Yi, Adrijana Sehovac, Grégoire Nollet, Mark LeBlanc, Ignacio Losada Gomez, Richard Pawulski ::: Grégoire NolletDFV : Innovation ! de nouveaux outils. Elles testent à l’échelleP armi les activités méconnues de la Fabrication à Vitry, en voici une desplus innovantes : la réalisation d’essais dernières découvertes. Pas une avancée technologique qui ne soit passée entre les mains de Vitry… industrielle les nouveaux concepts pour en connaître la faisabilité, comme par exemple,ou de prototypes. La DFV contribue à le garnissage des colonnesl’évolution technologique du Groupe en Daniel Lavigne, maître ouvrier, nous explique le rôle significatif la DFV « (outillages d’ondes AST)."participant à l’industrialisation des de la DFV dans le développement contribue à Pour cela, la DFV s’inscrit dansconcepts de demain. La fabrication des une relation triangulaire avec des nouvelles technologies : "Nous l’évolutionprototypes ou le passage du prototype le CRDC et la Technologie deà l’échelle industrielle requièrent des participons à la compétitivité du technologique l’Ingénierie à Champigny.compétences variées. La DFV à Vitry, leCRCD aux Loges et la Technologie de Groupe en nous inscrivant dans une démarche d’innovation. Des du Groupe » Chacun y tient un rôle primordial : le CRCD étudieChampigny collaborent pour faire équipes sont dédiées à l’amélioration des les principes du nouveau concept et labénéficier les sites du monde entier des technologies existantes et au développement >>>
  10. 10. I Direction Fabrication Vitry : : : Des nouvelles de… Technologie de Champigny examine ses site pour une expérience sur le terrain. Les domaines d’application : où, comment résultats finaux détermineront la faisabilité et pourquoi aurait-on besoin de ce du déploiement industriel. Les sites Air nouvel outil ? La DFV s’occupe de Liquide du monde entier pourront alors l’industrialisation : tests permettant de bénéficier de cette nouvelle technologie. vérifier si la fabrication industrielle est «Cette dimension est très motivante, confie possible (quels outils, quelles machines, quels Daniel. On se dit que le fruit de notre travail coûts ?). Le prototype sera testé à de profite à l’ensemble du Groupe, à l’échelle nombreuses reprises : aux Loges sur la internationale. On se sent investi !» colonne de test, à Moissy-Cramayel sur les ::: Daniel Lavigne pilotes… Si les résultats sont concluants, le prototype sera inséré sur une colonne d’un Essai de distribution sur les échangeurs cryogéniques DFV : la grande sœur ! Ingénieries du monde entier. La formation terminée, c’est à la DFV de rendre visite à ses confrères. Elle commande, T elle une grande sœur, la DFV soutient les autres ateliers de fabrication du World Wide Engineering régulièrement ses homologues indiens, chinois ou japonais dans les ateliers de Vitry pour les comptes des autres ateliers, les machines et outillages spéciaux et se rend qui viennent se familiariser aux nouveaux dans l’apprentissage des nouvelles outils. «Dernièrement, nous avons eu la visite sur place pour aider à la mise en route. «Les technologies. Elle détient certaines de mon homologue indien, accompagné de équipements ont été livrés en Inde en octobre.8 compétences dans des domaines deux opérateurs machine. L’objet de ce stage En novembre, j’étais sur le terrain, en même spécifiques qu’elle répand jusqu’en Inde, était de les former à la fabrication, temps qu’Alain Londero qui Japon, Chine. La DFV met à disposition son savoir-faire : de l’agent de maîtrise au montage et à la maintenance des AST», raconte Philippe. Durant contribue à « on venait former nos collègues indiens à l’assemblage des au compagnon, tous sont sollicités pour 4 semaines, ils ont pu être initiés à distributeurs, explique Philippe. organiser des stages à Vitry et se rendre la théorie mais aussi à la mise en la croissance Pendant 5 semaines, nous avons dans les autres ateliers. Au fur et à mesure que la DFV développe les pratique. «Il est indispensable pour eux de pouvoir s’exercer, tester en » du Groupe assisté les équipes d’Hyderabad pour le montage et le démarrage technologies, les savoirs sont transférés. des machines». Ils interviennent sur le terrain situation réelle la mise en œuvre des «On se sent utile : on contribue à la croissance nouveaux outils du Groupe. Nous les dans les ateliers en tant que support à la du Groupe en transmettant notre savoir-faire accompagnons dans l’apprentissage, de sorte fabrication et se mettent à disposition pour aux autres ateliers du Groupe. C’est très de les guider pas à pas», confie-t-il. Des stages conseiller et accompagner. «Cette mission était impliquant». Philippe Quenard, chef d’atelier tels que celui-là, Philippe et son équipe en très intéressante autant d’un point vue AST, nous explique sa mission. Il reçoit organisent régulièrement pour le compte des professionnel que d’un point de vue humain. L’Inde est un pays magnifique et les gens sont très accueillants. Rien de plus enrichissant que de rencontrer des gens qui n’ont pas la même façon de vivre que vous.» Une fois revenus à Vitry, bien que leur mission de transfert de savoir-faire semble achevée, Philippe et son équipe restent disponibles et à l’écoute. «S’ils ont un problème de maintenance, ils peuvent toujours compter sur notre soutien. Nous sommes prêts à les conseiller, voire à nous déplacer si la situation le nécessite, ce qui n’est pas pour nous déplaire !» ::: Philippe QuenardPhilippe Quenard avec son homologue Indien GRK Phani Cekhar et les opérateurs Alain Londero et Philippe Quenard indiens devant l’un des premiers packs AST fabriqués en Inde : quelle fierté ! lors de leur voyage en Inde
  11. 11. III Des nouvelles de…: : : 100 ans en Belgique I100 ans de conquêtesQuatre années après la création d’Air Liquide en France, Clients Industriels qui sont représentés sous le nom d’Air Liquide Belge (ALB). Enla première filiale est implantée en Belgique. 1973, le réseau de canalisations ne cesseCela fait maintenant 100 ans qu’Air Liquide y est présent. de s’étendre et totalise 1 467 km. En 1985, une unité de production d’azote est mise d’oxygène est mis en service. En 1969 à en service à Anvers. Au début des annéesL es lourdes bouteilles d’acier de Mons, place stratégique située entre 90, deux canalisations d’oxygène et d’azote 80 kilos se transportent mal. Au-delà les bassins sidérurgiques belges, français sont ajoutées entre Anvers et Lièges dans d’une cinquantaine de kilomètres, et le pôle chimique d’Anvers alors en le cadre de la reprise des unités et activitésil devient plus rentable de construire développement, André Lot (directeur du gaz de l’air de Cockerill à Lièges, puis uneune nouvelle installation de séparation département français des gaz depuis 1958) troisième pour l’hydrogène alors que lad’air de petite dimension plutôt que décide d’implanter un gros oxytonne de demande est presque inexistante ; seulesd’approvisionner les clients à partir d’une 1 000 t/j : le plus important jamais construit des quantités minimes sont utilisées parunité plus importante. C’est pour ces raisons dans le monde. En 1968, le chimiste les verriers ou l’agro-alimentaire. À partirque la première filiale est créée hors de allemand BASF signe avec Air Liquide un de 1998, de nouveaux records mondiauxFrance en décembre 1906, en Belgique. contrat de fourniture d’oxygène pour sa sont atteints. Tout d’abord, avec la miseAir Liquide s’implante sous le nom plate-forme d’Anvers. Dans la foulée, Jean en service de la plus grosse unité de gazd’Air Liquide Belge avec une première Delorme (fils de Paul Delorme) décide de de l’air au monde à Anvers, disposantusine qui sort de terre à Ougrée-Marihaye. construire quatre oxytonnes de 1 500 t/j d’une capacité de 3 200 t/j d’oxygène. PuisDès 1914, Air Liquide est présent dans chacun à Anvers, Charleroi, Dunkerque et en 2003, avec l’implantation sur le site dequatre villes belges : Anvers, Couillet, Liège au Luxembourg : à nouveau des records BASF, toujours à Anvers, d’une unité deet Ougrée. En 1934 Air Liquide implante 9 mondiaux ! Pendant ce temps, un réseau production d’hydrogène de 100 000 m3/h.une unité de production de gaz de l’air à de canalisations de 500 km alimente Pendant ce temps, le réseau de canalisationsSchelle. En 1960, l’entreprise entre dans progressivement une trentaine d’entre- s’est encore étendu puisqu’il mesureune nouvelle ère : celle de l’oxytonne car prises. En 1970, le réseau s’est encore aujourd’hui 2 800 km et qu’il est le plusle gaz est désormais compté en tonnes par étendu et mesure 750 km, le plus grand grand d’Europe.jour et non plus en mètres cube par heure ; du monde ! Jusque-là, Air Liquide n’était Comment résumer ces 100 ans de viede l’oxyduc avec le pipeline de gaz et qu’une seule et même société en Belgique. industrielle, née d’une goutte d’air renduede la Grande Masse avec la livraison C’est en 1972 que la scission des activités liquide ? En se remémorant 100 ans desimultanée de plusieurs clients par apparaît. D’un côté, il y a la Grande collaboration entre la France et la Belgique,canalisations. Cette même année, à Industrie qui porte le nom d’Air Liquide 100 ans d’aventures humaines, 100 ansMontignies-sur-Sambre, un oxytonne Division Belge (ALDB). De l’autre, il y a les de progrès industriel, d’innovationsd’une capacité de production de 230 t/j technologiques et de records.1908-oxytonne Ougrée 2003-Jupiter 1 1962- inauguration oxytonne 230 t/j Montignies
  12. 12. I Six Sigma : : : Des nouvelles de… I I I Six Sigma au service de la fiabilité La fiabilité de nos installations est un facteur clé de satisfac- Fort tion de nos clients. Une part importante des incidents fiabilité Impact 11 6 10 9 14 a pour origine les circuits de refroidissement, les vaporisations 1 2 de secours ou les systèmes de protection des compresseurs. 8 12 13 4 7 15 Trois projets Six Sigma ont donc été lancés, avec pour objectif 3 5 Faible 17 lamélioration de la fiabilité de chacun de ces équipements. 16 18 Bien que les problématiques soient communes à la plupart Difficile Facile Facilité des sites, les solutions doivent prendre en compte les enjeux Outils de priorisation qui permet de classer les actions et les contextes locaux. Chacun des trois projets «transverses» par ordre d’importance a donc généré un ensemble de sous-projets : un par site traité. Au total, une cinquantaine de sous-projets à mener. et le plan d’actions associé sont établis avec limplication du chef de projet local qui garantit la compatibilité avec les enjeux F ace à une telle quantité de projets, il refroidissement. Jean-François Hom, expert locaux. est essentiel doptimiser les efforts à du même projet, explique : «Le Black Belt est Lapproche permet de favoriser le partage fournir. Quelle méthode appliquer ? le garant de l’approche et nous accompagne dinformations, la «fertilisation croisée» : Dans un premier temps, le Black Belt, chef dans le cheminement des questions à se les bonnes idées des uns peuvent être du projet, et lexpert de léquipement poser. Grâce aux outils et à la démarche proposées aux autres, et les bonnes10 concerné, identifient les meilleures pratiques projet structurée, nous pouvons prioriser pratiques proposées initialement sont revues dans le domaine considéré : ce sont les les défaillances potentielles. Nous nous et amendées au fil du projet. Cela génère bonnes pratiques de référence. Elles sont focalisons alors sur les plus critiques pour ainsi un ensemble de pratiques «estampillées établies grâce à l’expert aidé par le rédiger les bonnes pratiques de référence». terrain» qui sera, par ailleurs, publié. Black Belt pour structurer son savoir par Ainsi, le Black Belt et lexpert réalisent en Par exemple, dans le cadre du projet circuits la méthodologie Six Sigma. «De par sa une seule fois, pour le compte de tous, les de refroidissement, expert et Black Belt connaissance des circuits de refroidissement études que chacun aurait dû dupliquer sur ont identifié 200 défaillances potentielles : et de l’historique des incidents sur le son propre site (identification des bonnes 70 ont été considérées comme critiques et périmètre GIE, l’expert est à même pratiques de référence mais aussi 200 bonnes pratiques permettant de les d’apporter une vue transverse qui nous capitalisation des causes premières de prévenir ont été identifiées. Les analyses permet d’établir une liste des défaillances défaillance)… Une analyse décart à ces décart, menées sur les sites, ont montré que potentielles», raconte Jean-Christophe Aubel, bonnes pratiques de référence est ensuite parmi elles, un tiers en moyenne n’était pas Black Belt sur le projet circuit de réalisée sur chaque site. Les écarts à corriger appliqué. La prise en compte des contextes Un extrait des bonnes pratiques de référence
  13. 13. Des nouvelles de… : : : Six Sigma I Black Belt partage sa méthodologie, apporte TERNEUZEN TÉMOIGNE les outils et fait preuve d’une certaine Benny Boogaert, pédagogie. Le chef de projet local connaît chef de projet local le contexte et ses contraintes. Il a un vécu sur le projet Six au sein de l’usine ce qui lui confère une forte Sigma circuit de légitimité. refroidissement à Terneuzen, nous «Six Sigma est une méthode structurante, confie ses impres- confie Jean-Christophe. En se focalisant sions sur les projets sur l’essentiel, elle permet d’être sélectif, Six Sigma : notamment concernant les plans d’actions «Avec les projets Six Sigma, les sites ont réellement progressé. L’expert et le Black à mettre en œuvre. Nous mettons en place Belt ne nous ont pas abandonnés ! Ils des actions réalisables, qui plus est, ayant nous ont guidés durant toutes les phasesL’équipe projet : Jean-François Hom un véritable impact sur la fiabilité de du projet. Ensemble, nous avons élaboré unet Jean-Christophe Aubel, expert et Black Belt. l’unité. Ainsi, la sélectivité permet d’être plan d’actions. Et lors de sa mise en œuvre, efficace et de ne pas s’éparpiller dans des ils ont assuré un suivi nécessaire, en nous aidant à respecter nos objectifs et tâches irréalisables, autant d’un point de nos délais. De plus, au-delà de l’apport deet des enjeux locaux a finalement conduit vue budgétaire qu’humain.» bonnes idées, le projet Six Sigma a facilitéà la validation de plans incluant 20 à 30 En ce qui concerne le projet sur les l’obtention des financements en démon-actions. On considère habituellement que vaporisations de secours, 75 lignes de trant la pertinence de nos demandes». Il ajoute, en parlant des actions mises enmoins de 10 d’entre elles sont lourdes et vaporisations ont été identifiées, dont place sur son site : «Même certains fournis-nécessitent plus de deux jours de travail. Les 41 critiques. Chaque ligne critique fait seurs, pourtant spécialistes dans le traite-deux tiers restant peuvent être typiquement lobjet dun projet. «Dans un tel contexte, ment d’eau, ont découvert des solutionsdes saisies dans Maximo ou des on mesure limportance quil y a à être très auxquelles ils n’avaient jamais pensé !»modifications de procédures. Selon Jean- sélectif dans la détermination des plans Propos recueillis auprès deChristophe Aubel : «Le bénéfice de la dactions», avoue Jean-Christophe. Benny Boogaertméthode est la collaboration entre expert, La plupart du temps, la mise en place d’un 11chef de projet local et Black Belt. Chacun plan d’actions nécessite un financement.apporte son savoir-faire.» L’expert met à Le site doit alors remplir un dossier pour élaborés techniquement, les spécificationsdisposition ses compétences techniques. expliquer et justifier son investissement. d’achats sont approfondies. L’apport duIl rend crédible la méthode grâce à ses Expert et Black Belt l’accompagnent dans Black Belt et de l’expert est indéniable.connaissances historiques des sites GIE. Le cette démarche. «Les dossiers sont très Sans les projets Six Sigma, je pense que certaines améliorations ne se seraient jamais concrétisées», nous explique Jean- Pierre Delaitre, asset manager. LES PHASES D’UN PROJET Actuellement, l’ensemble des projets et sous-projets est en cours de réalisation, 1) Identification et mise en forme dun ensemble de bonnes pratiques de référence mais nous pouvons d’ores et déjà apprécier (travail réalisé par le Black Belt et lexpert) : l’impact positif de la mise en œuvre de • Cartographie des processus • Identification de lensemble des défaillances potentielles au travers dune AMDEC (Analyse des ces trois projets transverses Six Sigma. modes de défaillance, de leurs effets et de leur criticité) «Un certain nombre de sites que nous • Identification de pratiques susceptibles déviter ces défaillances n’avons pas encore contactés nous • Passage au crible de ces pratiques en référence aux recommandations techniques existantes demande une aide concernant leur • Ré-écriture des pratiques sous forme dun questionnaire • Test terrain sur un site pilote problème de fiabilité. On peut considérer cela comme un succès !», confie 2) Réalisation des sous-projets sites : • Sélection des équipements les plus critiques Jean-François Hom. Aujourd’hui, nous ne • Analyse d’écart : les bonnes pratiques de références sont-elles appliquées sur les sites ? pouvons pas encore chiffrer les résultats, Sinon, pourquoi ? mais si vous êtes curieux… Patience et • Sélection des écarts les plus critiques rendez-vous au numéro 27 d’Eole ! • Plan d’actions pour pallier ces écarts ::: Propos recueillis auprès de • Accompagnement de la mise en œuvre des sites par le Black Belt • S’ils ont des problèmes à réaliser leurs actions : soutien Jean-Christophe Aubel, Jean-Pierre Delaitre, 3) Capitalisation : Jean-François Hom, • Adaptations et corrections des bonnes pratiques de référence Bruno Marié • Capitalisation des causes premières décart : certains écarts sont identifiés dans la plupart des sites et peuvent avoir une origine commune ou générale. Cest loccasion de traiter ces causes.
  14. 14. I La production : : : Des métiers et des hommes I I I Le métier de la production à la Grande Industrie Ces derniers temps, plusieurs thèmes ont fait l’objet d’une communication importante : mise en œuvre de Maximo, introduction de fiabilistes, projets Six Sigma, implantation de Scada, projets efficacité… Tous ces sujets sont clés pour la Grande Industrie, et la communication les concernant est indispensable. Néanmoins, leurs développements n’ont qu’un seul but : améliorer notre cœur de métier en produisant au meilleur coût, en assurant la protection des personnes et des biens, en respectant l’environnement et en facturant les molécules, les calories, les électrons… conformément aux exigences contractuelles, en termes de qualité et de disponibilité du produit. travaux nécessaires en minimisant l’impact nos ratios d’efficacité, les contrats C e cœur de métier est passionnant. Il exige des compétences pointues client, la créativité pour imaginer des introduisent des marches atypiques et mais aussi une «culture» très modifications génératrices de progrès, contraignantes, les exigences clients spécifique : la maîtrise des risques associés la réactivité pour, en face d’un dysfonc- s’accroissent, en particulier en termes de aux produits et aux procédés de nos unités, tionnement, imaginer le fonctionnement fiabilité, Scada multiplie les possibilités de12 la connaissance des besoins des clients maîtrisé en mode dégradé… suivi des équipements, la gestion du et leur anticipation, la maîtrise des Avec ce petit quelque chose d’émotionnel personnel, la gestion mieux encadrée de équipements et le choix de la «bonne au-delà de nos considérations rationnelles la sous-traitance, la politique achat, la marche» vis-à-vis des demandes et du profil habituelles : le bonheur de constater «les taille croissante des équipements et son de consommation. Il requiert également la teneurs qui se redressent», la fierté de impact pour la gestion des grands arrêts… relation de qualité avec les équipes de constater la confiance du client par la Cela professionnalise la mission de maintenance pour optimiser les différents seule présence d’une compétence l’exploitant et enrichit le contenu des reconnue, le soulagement face à la «vapo» fonctions liées à la production. L’exploitation qui démarre ou du moteur synchrone qui de nos usines Grande Industrie fait partie «accroche» après sa grande révision, le plus que jamais des compétences-clés d’Air feeling de ceux qui «sentent la molécule»… Liquide : la production constitue une filière Sans oublier cette fameuse réactivité, passionnante, avec la possibilité de carrières quasi magique, face aux ruptures de captivantes pour tous ceux qui apprécient fourniture et autres situations de crise… l’opérationnel, le service au client, le terrain, Nos usines ont souvent été comparées à la technique, et le travail en équipe. des navires. Notre personnel de production ::: Joël André a aussi cette caractéristique des marins : en cas de problème, tout le monde doit être solidaire. Et c’est une merveilleuse expérience qui vaut tous les séminaires théoriques de team building des conseillers en formation. Mais le métier se complexifie avec l’indispensable gestion professionnelle des Eléments Importants pour la Sécurité : les prix de l’énergie et du gaz flambent, rendant encore plus important le suivi de

×