110103 mj penser_2011_lt

306 vues

Publié le

Articles de Michel Juvet dans Le Temps, Banque Bordier Genève

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
306
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

110103 mj penser_2011_lt

  1. 1.    Lundi Finance    Quatre économistes pour penser 2011   Avec la participation de  Michel Juvet  Analyste financier et membre du comité de direction de Bordier & Cie    Par Propos recueillis par Sébastien Dubas, Mathilde Farine et Frédéric Lelièvre   Lundi 3 janvier 2011   L’année qui débute marquera­t­elle la fin de la crise? Les pistes des chroniqueurs du «Cœur des marchés» Pour se projeter dans l’année 2011, Le Temps a interrogé les chroniqueurs du «Lundi Finance». A tour de rôle, ces spécialistes  de  l’économie  et  de  la  finance  vous  livrent  leurs  vues  personnelles  dans  le  rendez­vous  hebdomadaire intitulé «Au cœur des marchés». Pour la première fois, nous les avons réunis pour débattre des thèmes qui feront l’actualité de cette nouvelle année. Zone  euro,  croissance  américaine,  force  du  franc,  guerre  des  monnaies,  puissances  émergentes…  sans  oublier  les questions de placement que se posent les investisseurs. François Gilliéron, conseiller indépendant, Michel Girardin de l’Union bancaire privée, Andreas Hoefert d’UBS et Michel Juvet de Bordier apportent leurs réponses.   Le  Temps:  Le  Sommet  de  l’Union  tique,  car  économiquement,  on  Michel  Girardin:  Ce  serait  une européenne,  mi­décembre,  n’a  pas  arrive tous à la même réponse.  mauvaise  solution  à  un  vrai  pro‐débouché  sur  d’importantes  déci­ blème. On suivrait l’exemple amé‐sions.  Combien  de  temps  la  zone  Michel  Girardin:  Il  est  important  ricain,  qui  est  celui  du  mauvais euro peut­elle tenir?   de  créer  les  bases  des  Etats‐Unis  élève.  On  peut  réduire  le  pro‐ d’Europe.  Mais  pour  l’instant,  on  blème  de  l’endettement  en  stimu‐Andreas  Hoefert:  Elle  peut  tenir  parle  de  financement  sans  résou‐ lant  la  croissance.  Mais  à  un  mo‐très  longtemps  en  allant  de  crise  dre  la  question  de  la  dette.  Or  les  ment  donné,  il  faudra  en  payer  le en  crise.  Le  Portugal  sera  touché,  marchés  sont  très  sceptiques,  ce  prix: une inflation qui ne sera pas puis  l’Espagne.  A  ce  moment‐là,  qui provoque une hausse des taux  liée à une surchauffe économique, une  réflexion  pourra  commencer  et  un  cercle  vicieux  puisque  cela  mais  qui  sera  bien  plus  grave pour  trouver  un  moyen  de  sortir  augmente la charge de la dette. Ce  parce  qu’elle  viendra  de  la  dé‐de  cet  engrenage.  La  seule  porte  sont  les  marchés  qui  dictent  le  fiance  envers  les  banques  centra‐de sortie se trouve dans une inté‐ «timing» possible de l’implosion.  les et la monnaie papier. gration économique, sociale et des politiques  budgétaires  plus  im‐ François Gilliéron: Ce sont surtout  – L’Europe fait­elle tout faux? portantes. Mais ce n’est pas la voie  ses  adversaires  qui  se  plaisent  à prise  par  les  politiciens  au‐ parler  d’implosion,  donc  les  An‐ –  Michel  Juvet:  Non.  Le  «timing» jourd’hui.  glo‐Saxons.  Cependant,  vu  est mauvais, mais le raisonnement  l’ampleur de l’endettement améri‐ est  intéressant.  Elle  essaie  de Michel  Juvet:  Cela  dépendra  sur‐ cain,  l’Europe  a  encore  beaucoup  coordonner  les  politiques  budgé‐tout de l’Allemagne et de sa façon  de marge en la matière: elle aussi  taires  et  met  la  pression  sur  les de  juger  les  coûts  et  les  bénéfices  pourrait  se  mettre  à  imprimer  de  pays trop endettés. Parallèlement, qu’implique  sa  présence  dans  la  la monnaie…  elle essaie de se montrer solidaire zone euro. C’est une question poli‐ en  ce  qui  concerne  les  dettes,  ce Article paru dans Le Temps du 3 janvier 2011    1/5 
  2. 2. qui paraît juste lorsqu’on est dans  à  faire  payer  les  privés  dès  ce  Grande‐Bretagne  en  particulier  – une  zone  monétaire  unifiée.  Les  moment.  s’inquiéter  de  la  situation  améri‐réticences  de  l’Allemagne  à  aug‐ caine? menter la taille du fonds de stabi‐ –  Michel  Juvet:  La  question  est lisation  sont  en  revanche  incom‐ plutôt:  quand  faut‐il  restructurer  –  M.Gi.:  Les  Chinois  s’en  inquiè‐préhensibles.  Dans  ces  problèmes  la  dette?  Aujourd’hui,  les  risques  tent déjà fortement. Ils détiennent il vaut mieux anticiper que réagir,  sont  trop  importants  pour  le  sys‐ des wagons de dette américaine. A et  d’ailleurs  cela  ne  lui  coûterait  tème  bancaire  européen  et  les  mon  avis,  on  va  aller  vers  un  ré‐pas  grand‐chose.  Berlin  craint  le  Etats  ne  sont  pas  suffisamment  équilibrage du monde. On ne peut moment  où  elle  aura  tellement  assainis pour lancer un processus  continuer  à  vivre  avec  cet  impé‐aidé  les  autres  pays  et  augmenté  de restructuration. Il est inutile de  rialisme  économique  des  Etats‐tellement  sa  dette  que  ses  coûts  le faire tant que les déficits budgé‐ Unis  ad  aeternam  où  ils  conti‐de financement grimperont. Avant  taires  courants  sont  trop  impor‐ nuent d’imprimer de la monnaie. d’en  arriver  là,  on  peut  mettre  en  tants.  Il  faut  attendre  en  tout  cas place  un  fonds  de  1000  à  2000  deux ans.  –  A  propos  des  Etats­Unis:  vont­ils milliards  d’euros  [ndlr:  il  pèse  finir par recréer de l’emploi? aujourd’hui  440 milliards].  Dans  –  M.Gi.:  Dans  certains  pays,  la  si‐ce  cas,  l’augmentation  potentielle  tuation n’est pas si dramatique. En de  sa  dette  l’amènerait  à  environ  –  A.H.:  Je  ne  pense  pas  pour  les  Italie,  l’intérêt  de  la  dette  repré‐ trois ou quatre prochaines années. 100% du PIB, ce qui correspond à  sente  l’essentiel  du  déficit.  On la moyenne européenne.  Lors  de  la  récession  précédente,  parle  d’une  restructuration  après  au  début  des  années  2000,  la  2013. Mais pour les marchés, cela  poussée  du  chômage  a  été  telle –  M.Gi.:  On  ne  demande  pas  à  signifie  qu’il  faut  se  débarrasser  qu’il a fallu cinq ans pour la résor‐l’Etat  de  Washington  de  payer  des obligations sur les PIIGS [ndlr:  ber.  Maintenant,  nous  avons  at‐pour celui de l’Arkansas. Pourtant,  Portugal,  Irlande,  Italie,  Grèce  et  teint un pic près de deux fois plus il existe des différences en termes  Espagne] dès maintenant.  élevé.  En  outre,  la  situation  du d’endettement  et  de  richesse  qui  marché  immobilier  rend  plus  dif‐sont  parfois  plus  marquées  entre  –  Pour  certains,  une  restructura­ ficile  la  mobilité  vers  les  Etats  où Etats  américains  qu’entre  tion est risquée car les banques ont  se  créent  davantage  d’emplois l’Allemagne et la Grèce. Les Etats‐ trop  investi  dans  ces  pays.  Il  fau­ parce qu’il n’est pas toujours pos‐Unis  disposent  de  mécanismes  drait alors les recapitaliser…  sible de céder son logement. compensatoires, ce qui n’est pas le cas  en  Europe.  Qui  ne  peut  pas non  plus  se  servir  de  la  monnaie  –  A.H.:  La  Banque  centrale  euro‐ –  Michel  Juvet:  La  situation  pour‐pour regagner de la compétitivité.  péenne  devrait  résoudre  ce  pro‐ rait  devenir  temporairement  plus Aujourd’hui,  l’ajustement  se  fait  blème – comme la Fed l’a fait avec  positive.  Surtout  avec  le  dernier donc  par  des  mesures  qui  pour‐ le  «subprime»  –  en  faisant  passer  plan  budgétaire  américain.  Si  les raient conduire à une spirale de la  les dettes des PIIGS sur son bilan.  entreprises peuvent anticiper une déflation  de  la  dette,  à  des  réces‐ croissance  meilleure  qu’attendu, sions, voire des dépressions.  –  Michel  Juvet:  Quid  de  elles  peuvent  investir  dans  les  l’indépendance  de  la  banque  cen‐ capacités  et  recruter.  Il  pourrait  trale dans ce cas? On lui demande  donc  y  avoir  des  créations –  F.G.:  La  vraie  question  qui  se  d’emplois,  même  si  cela  ne  veut pose  derrière  le  maintien  de  d’intervenir dans la gestion publi‐ que.  pas  dire  que  le  chômage  va  bais‐l’euro,  c’est  la  réalité  d’une  politi‐ ser.  Les  entreprises  se  sont que  de  puissance  européenne.  La  d’abord  concentrées  sur monnaie unique est l’un des rares  –  M.Gi.:  C’est  bien  ce  que  fait  la  Fed.  On  est  dans  une  configura‐ l’amélioration  de  leurs  marges domaines  où  le  Vieux  Continent  a  bénéficiaires. peu  de  concurrents  au  niveau  tion  où  il  s’agit  de  choisir  la  stra‐mondial.  tégie qui fera le moins de mal.  – A.H.: Le désendettement du sec‐ – Michel Juvet: C’est un point inté‐ teur  privé  va  certes  continuer, – Le rééchelonnement des dettes ne  mais  on  force  les  Américains  à pourrait­il  pas  éviter  tous  ces  pro­ ressant qui est soulevé. Car si tout  le monde s’est inquiété des dettes  consommer  alors  qu’ils  sont  tou‐blèmes?  jours  endettés,  ce  qui  n’est  pas  européennes  en  2010,  personne  ne  s’inquiète  de  la  dette  améri‐ très efficace. Les entreprises n’ont – A.H.: Oui. Je ne vois d’ailleurs pas  pas  envie  d’investir  non  plus.  De‐pourquoi l’Irlande est derrière ses  caine.  Puisque  ce  sont  les  créan‐ ciers qui mènent la barque, quand  puis  la  Deuxième  Guerre  mon‐banques. On aurait pu commencer  diale, il n’y a jamais eu de relance  vont‐ils  –  la  Chine,  le  Japon  et  la Article paru dans Le Temps du 3 janvier 2011    2/5 
  3. 3. par  les  exportations  aux  Etats‐ mique.  En  général,  c’est  l’inverse  alors  qu’elles  devraient  être  ré‐Unis.  Par  ailleurs,  on  ne  peut  pas  qui se produit.  évaluées. dire  qu’ils  vendent  des  produits que les gens ont envie d’acheter –  –  F.G.:  Le  nombre  de  consomma‐ Michel Girardin: Les interventions généralement,  ce  que  les  gens  teurs  décroît  actuellement  aux  sur le marché des devises ne sont achètent, c’est du «made in China»  Etats‐Unis  alors  que  les  bénéfi‐ suivies  d’effets  que  si  les  politi‐conçu  aux  Etats‐Unis.  La  crois‐ ciaires  des  «food  stamps»  –  leurs  ques  monétaires  –  en  matière  de sance  américaine  à  long  terme  a  Restos du cœur – explosent.  taux  d’intérêt  notamment  –  vont pris  un  sérieux  coup,  et  cela  bien  de concert. Aujourd’hui, la logique avant  la  crise  financière.  J’ai  –  Michel  Juvet:  Là,  on  est  sur  un  voudrait  qu’une  économie  forte l’impression  que  la  politique  mo‐ terrain  politique.  Economique‐ comme  celle  des  Etats‐Unis  béné‐nétaire  et  budgétaire  américaine  ment, on sait que les 20% les plus  ficie d’une monnaie forte et que la vise  à  ramener  l’Amérique  sur  un  aisés  contribuent  pour  50%  de  la  Fed  monte  ses  taux  alors  que  la taux de croissance qui n’est plus le  consommation  américaine.  C’est  Chine  baisse  les  siens.  Pourtant, sien.  Des  phénomènes  inflation‐ ce qui compte pour la croissance.  c’est  exactement  le  contraire  qui nistes s’en dégageront forcément.  se produit. Je ne vois donc pas de    solution miracle de la part du G20. –  F.G.:  On  peut  même  rappeler, même si je partage ce dernier avis,  Andreas  Hoefert:  Du  point de  vue que  la  situation  des  sociétés  est  La guerre des mon­ de  la  Chine,  sa  monnaie  réelle  se excellente  aux  Etats‐Unis:  elles  naies aura­t­elle lieu?  réévalue  automatiquement  par  le regorgent  de  liquidité  et  ont  re‐ biais  de  l’inflation.  Son  argument   «Malsaine»,  la  stratégie  du  dollar trouvé leur «pricing power» [ndlr:  étant  que  l’inflation  peut  stimuler  faible  paraît  pourtant  seule  à capacité  à  défendre  le  prix  de  son  économie  tandis  qu’une  ré‐ même  de  «réduire  les  déséquili­vente de leurs produits]. Du point  évaluation  classique  de  sa  mon‐ bres» aux yeux de certains des qua­de vue boursier, c’est très positif.  naie serait contre‐productive.  tre  économistes  réunis  par  «Le  Temps» –  M.Gi.:  On  s’en  remet  quand  Michel Juvet: Car la Chine sait très même  toujours  au  consommateur  bien  que  si  elle  réévalue  le  yuan  Le  Temps:  2011  sera­t­elle  une américain et à sa résilience fantas‐ elle  fera  des  pertes  sur  ses  actifs  nouvelle  année  de  «guerre  des tique. Mais jusqu’à quand peut‐on  en dollars.  monnaies»? sauver le malade?  François  Gilliéron:  Un  pays  en  – La force du franc vous inquiète­t­– Michel Juvet: Les ménages amé‐ elle?  bonne  santé  se  doit  d’avoir  une ricains,  dans  leur  ensemble,  ne  monnaie forte. Dans cette optique, sont  pas  très  endettés.  Leur  for‐ – M.Gi.: Son niveau actuel est plus  le jeu américain qui tend toujours tune  –  immobilier  et  actifs  finan‐ élevé  qu’à  son  pic  de  1978.  La  à  laisser  glisser  sa  monnaie  est ciers – est nettement supérieure à  Banque  nationale  suisse  [BNS]  en  malsain. leur endettement. Avec leurs seuls  était alors venue à mettre des taux dépôts  bancaires  ils  pourraient  négatifs pour contrer la tendance. rembourser  75%  des  emprunts  Michel  Girardin:  Mais  dans  cer‐hypothécaires.  En  fin  de  compte,  tains  cas,  il  n’y  a  pas  d’autre  mé‐s’ils ont des actifs qui progressent  canisme  que  celui  de  la  dévalua‐ –  F.G.:  Comme  à  l’époque,  il  faut –  immobilier  qui  se  stabilise,  tion  pour  garder  son  économie  à  agir, et vite. bourse  bien  orientée,  taux  flot et donner un peu d’oxygène à d’intérêts  qui  restent  bas  –  les  ses exportations et à sa croissance  –  Michel  Juvet:  Je  ne  crois  pas. ménages  endettés  peuvent  survi‐ économique.  A  partir  du  moment  L’Europe  mettrait  une  énorme vre encore pas mal d’années.  où  il  n’y  a  pas  de  risque  majeur  pression si l’on taxait le dépôt des  d’importer  de  l’inflation,  les  Etats  Européens.  L’expérience  de  1978  sont  même  incités  à  laisser  filer  doit  nous  empêcher  d’aller  dans – M.Gi.: Dans ce cas, on s’en remet  leur monnaie.  cette  direction:  non  seulement  on à  la  bourse.  Si  elle  est  bonne,  il  y aura  un  effet  de  richesse.  Cela  a  fait  de  la  taxation  mais  en  plus, stimulera  la  croissance  et  on  ren‐ Michel  Juvet:  J’irais  même  plus  on  a  fait  tourner  la  planche  à  bil‐trera  ainsi  dans  un  cercle  ver‐ loin: la fluctuation des devises est  lets.  Un  an  plus  tard,  la  BNS  ne tueux.  Mais  je  trouve  dangereux  le  meilleur  outil  pour  rétablir  les  savait  plus  contrôler  l’inflation. de  tabler  sur  les  marchés  pour  déséquilibres.  Le  problème  au‐ Aujourd’hui  il  faut  plutôt  sortir  la arriver  au  scénario  macroécono‐ jourd’hui  vient  des  pays  émer‐ BNS  de  son  isolement.  Et  trouver  gents qui bloquent leurs monnaies Article paru dans Le Temps du 3 janvier 2011    3/5 
  4. 4. les  moyens  pour  que  les  autres  l’euro  on  ne  voit  aucune  diffé‐ –  On  se  dirige  donc  vers  un  chan­pays l’aident dans sa lutte.  rence  sur  le  prix  des  biens  qui  gement de la donne monétaire par  sont importés en Suisse.  Pékin? –  F.G.:  Ce  qui  m’inquiète  c’est  de savoir où l’on va s’arrêter. On peut    –  Michel   Juvet:  Il  s’agit  plus  de imaginer  un  franc  suisse  à  savoir  quand  ils  le  feront,  plutôt 1,20 euro.  On  doit  à  tout  prix  L’inconnue chinoise au  que  s’ils  le  feront.  S’ils  le  font  ra‐prendre  des  mesures  défensives  pidement,  c’est  dangereux,  on pour notre monnaie.  cœur de l’équation  craint  l’atterrissage  forcé  comme  La  lutte  de  Pékin  contre  la  sur­ avant  Tiananmen.  Tout  le  monde  chauffe  marquera  l’actualité  cette  disait déjà en 2006 qu’il était plus – A.H.: Son niveau actuel n’est pas  année  facile  d’agir  contre  une  économie si dramatique. On oublie trop sou‐vent  que  la  Suisse  a  énormément  qui va trop bien alors qu’il y avait profité  de  l’euro.  Imaginez  un  Le  Temps:  Peut­on  compter  sur  une  bulle  immobilière  aux  Etats‐instant  où  pourraient  être  la  l’économie  chinoise  pour  stimuler  Unis.  De  même  qu’en  1989  au drachme  et  la  peseta  à  l’heure  la croissance mondiale?  Japon… actuelle, vis‐à‐vis du franc suisse? Par  rapport  au  cours  «actuel»  Andreas  Hoefert:  C’est  déjà  le  –  M. Gi.:  Mais  les  autorités  n’ont franc français ou à la lire italienne  moteur de la moitié de l’économie  rien fait. –  déduit  implicitement  du  niveau  mondiale:  le  Sud‐Est  asiatique  et de  l’euro  –  le  franc  suisse  reste  les  pays  qui  y  sont  exposés sous‐évalué.  Il  sera  probablement  comme les exportateurs de matiè‐ –  Michel   Juvet:  Et  les  Chinois  se‐très  proche  de  la  parité  vis‐à‐vis  res  premières,  mais  aussi  raient‐ils  plus  intelligents  que  les de  l’euro  –  si  celui‐ci  existe  tou‐ l’Allemagne,  la  Suisse,  le  Benelux  autres? jours  –  d’ici  à  une  dizaine  et la Scandinavie. Ce sont ces pays d’années.  La  question  est  de  sa‐ qui  s’en  sortent  mieux  que  les voir  si  cette  appréciation  se  fera  Etats‐Unis,  la  France  ou  le  –  M. Gi.:  Ils  ont  déjà  commencé  à par  à‐coup  ou  dans  la  tendance.  Royaume‐Uni.  agir  et  à  resserrer  les  coûts  du Dans  le  premier  cas,  la  barre  des  crédit.  Regardez  la  Suisse,  la  BNS 1,20  euro  risque  de  faire  mal  à  Michel  Juvet:  Pour  les  Européens  peut  seulement  agiter  le  drapeau notre  économie.  Mais  nous  n’y  et  les  Américains,  la  Chine  n’est  rouge  pour  mettre  en  avant  le sommes pas encore.  pas  un  moteur.  Les  Occidentaux  risque  de  bulle  immobilière,  mais  [Suisses  exclus]  ont  un  déficit  elle ne peut rien faire. Le franc est Par  ailleurs,  le  discours  selon  le‐ commercial  vis‐à‐vis  de  ce  pays.  à un niveau tel qu’elle ne peut pas quel une monnaie faible est préfé‐ La Chine nous pompe en réalité de  relever les taux. La Chine n’est pas rable  pour  les  exportations  est  la  croissance  puisqu’elle  exporte  dans  cette  situation.  Elle  a  une complètement  faux.  Les  grands  plus qu’elle ne nous importe.  monnaie sous‐évaluée. exportateurs  mondiaux  qui  ont encore une base industrielle forte  Andreas Hoefert: Ce n’est pas for‐ –  Michel   Juvet:  Cette  sorte  de et  qui  exportent  des  machines  de  cément vrai pour l’Allemagne, qui  croyance  dans  la  capacité  des  au‐qualités  –  Japon,  Suisse  ou  Alle‐ profite  également  du  dynamisme  torités  chinoises  de  tout  com‐magne – ont toujours eu des mon‐ de l’Asie du Sud‐Est. Cela dit, lors‐ prendre  et  de  tout  gérer  parfaite‐naies fortes.  qu’on évoque les risques en 2011,  ment  est  gênante.  Les  Chinois  on pense à l’euro, à la faillite d’une  continuent  à  acheter  de –  Michel  Juvet:  Tout  à  fait  municipalité  américaine.  Mais  on  l’immobilier  car  ils  sont  convain‐d’accord. Simplement, si le secteur  oublie une surchauffe de la Chine,  cus que les autorités ne laisseront des  exportations  est  touché,  qui  impliquerait  une  politique  jamais  tomber  ce  marché.  C’est d’autres  secteurs  devraient  profi‐ monétaire  restrictive.  Comme  en  avec  ce  genre  de  réflexe  qu’on ter d’une monnaie forte. Or, je n’ai  2008.  perpétue les bulles. pas  vu  les  prix  baisser  en  Suisse. Cela  veut  dire  que  l’on  n’a  pas  Michel  Girardin:  Ce  n’est  pas  un assez de libéralisation des prix. Et  – M. Gi.: La Chine n’est pas la seule  problème.  Il  suffit  de  relever  les que, d’autre part, on a encore des  taux. Il est plus facile d’agir contre  à faire face à ce problème. Toutes cartels.  une économie qui va trop bien.  les  banques  centrales  devraient  arrêter  de  se  concentrer  sur –  A.H.:  Il  est  tout  à  fait  paradoxal  l’inflation  du  panier  des  ménages qu’avec  une  telle  fluctuation  sur  et  inclure  les  prix  de  l’immobilier Article paru dans Le Temps du 3 janvier 2011    4/5 
  5. 5. dans leur mesure de l’inflation. La  Michel  Girardin:  Par  ailleurs,  l’or  partie  des  risques  importants  à grande  erreur  du  Japon  se  trouve  est le seul actif qui n’est pas corré‐ suivre  l’année  prochaine.  Les  flux là.  Les  banques  centrales  affir‐ lé  aux  autres  véhicules  de  place‐ de  capitaux  s’y  sont  tellement ment  qu’elles  ne  savent  pas  ce  ment  dans  le  cas  d’une  inflation  déversés  qu’ils  sont  désormais qu’est une bulle spéculative, qu’on  issue  d’une  monétisation  exces‐ extrêmement sensibles à un chan‐ne  peut  pas  la  mesurer  et  qu’elle  sive de la dette.  gement  d’émotion  de  la  part  des devient  visible  seulement  quand  investisseurs étrangers. elle explose. Donc elles ne veulent  Michel  Juvet:  Mais  il  y  a  quand pas  agir  de  manière  préventive.  même  un  côté  troublant.  Lorsque  – A. H.: Aujourd’hui, tout le monde Alors que c’est le seul moment où  la  hausse  d’un  actif  est  paraboli‐elles pourraient être efficaces.  veut  aller  sur  le  marché  chinois  que – plus de 100% en trois ans –,  pour  profiter  de  sa  croissance.  il  faut  être  prudent  et  ne  pas  se  Mais  on  oublie  trop  souvent  qu’il   précipiter maintenant à n’importe  comprend  seulement  trois  sec‐ quel  prix.  Un  renversement  de  la  teurs  –  énergie,  télécommunica‐Où investir cette année  politique  monétaire  américaine  tions  et  finance.  Et  un  –  les  ban‐ lui serait fatal. Or,  un  peu;  bourse,  beaucoup;  em­ ques  –  où  je  ne  mettrai  pas  les prunts d’Etat, pas du tout  pieds.  Par  contre,  il  n’y  a  pas  M. Gi.:  Il  faut  garder  l’or  comme  d’industrie en tant que telle. Le Temps: Quels actifs faut­il préfé­ actif  diversifiant.  Dans  le  cas  où rer en 2011?  une  centrale  nucléaire  explose‐   rait… Michel Girardin: Actions, matières premières  et  or  sont  les  trois  ac‐ –  Qu’en  est­il  des  emprunts  émis tifs que nous conseillons à l’UBP.  par les Etats? François  Gilliéron:  Privilégier  l’or,  – A. H.: Chez UBS, nous ne sommes c’est un peu facile et cela me rap‐ pas  friands  d’obligations  gouver‐pelle  la  formule  napoléonienne:  nementales.  Il  nous  faut  réédu‐«Les  baïonnettes,  on  peut  tout  quer  les  clients  et  leur  expliquer faire  avec,  sauf  s’asseoir  dessus.»  que  les  risques  ne  sont plus  là  où Le métal jaune, c’est l’opposé, actif  ils  étaient  traditionnellement.  On fondamentalement  stérile  que  les  peut toujours discuter de savoir si gouvernements pourront manipu‐ un  krach  obligataire  aura  lieu  ou ler ou bloquer à leur guise le mo‐ pas.  Dans  les  faits,  il  s’est  déjà ment venu. De plus, le fait que l’or  produit  pour  les  Italiens  et  pour ait  fait  cinq  fois  la  mise  au  cours  les  Grecs.  J’ai  un  peu  l’impression de  la  décennie  montre  que  nous  que  l’on  vit  là  les  prémices  de  ce sommes sans doute déjà dans une  qui pourrait se passer au cœur de bulle.  l’Europe, voire aux Etats‐Unis. Michel Juvet: C’est la première fois  –  Michel   Juvet:  Le  marché  des que  des  investisseurs  non  occi‐dentaux ont autant d’influence sur  actions  est  bien  plus  attractif. les  actifs  financiers.  Si  je  suis  un  Mais je n’achèterais pas n’importe Asiatique,  je  suis  confronté  à  une  quel  titre.  Les  entreprises  euro‐inflation galopante et je dois ache‐ péennes  qui  génèrent  des  bénéfi‐ter  des  matières  premières  et  de  ces  importants  sur  les  marchés l’or  pour  protéger  mon  porte‐ émergents  sont  intéressantes. feuille.  Les  perspectives  2011  Aujourd’hui,  il  est  plus  attrayant étant  toujours  les  mêmes  –  infla‐ d’acheter  une  société  européenne tion  et  création  de  monnaie  –,  ils  présente  en  Chine  que  d’acheter vont continuer à acheter de l’or et  une  entreprise  chinoise,  généra‐des  matières  premières.  Moralité,  lement  beaucoup  plus  chère, il  faut  tenir  compte  du  fait  que  moins transparente  et  qui n’a  pas beaucoup  de  personnes  dans  le  forcément une croissance avérée à monde veulent de l’or ou des ma‐ long terme. Pour moi, les marchés tières premières.  émergents  en  tant  que  tels  font Article paru dans Le Temps du 3 janvier 2011    5/5 

×