30	PSYCHOLOGIE POSITIVE 	PSYCHOLOGIE POSITIVE	 31
En général, déménager est une
étape positive, signe de renouveau.
Pourta...
32	PSYCHOLOGIE POSITIVE 	PSYCHOLOGIE POSITIVE	 33
3LA PEUR
Je suis toujours très embarrassé
avec la peur. J’ai eu des mome...
34	PSYCHOLOGIE POSITIVE 	PSYCHOLOGIE POSITIVE	 35
Mais cela ne veut pas dire “rouler des
mécaniques” : ça ne m’intéresse p...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

PP8 - 10 questions à Thierry Marx

15 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
15
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

PP8 - 10 questions à Thierry Marx

  1. 1. 30 PSYCHOLOGIE POSITIVE PSYCHOLOGIE POSITIVE 31 En général, déménager est une étape positive, signe de renouveau. Pourtant, les psychologues considèrent cet événement comme l’un des plus stressants de la vie, venant en troisième position après le deuil et le licenciement. Qui en souffre le plus ? Et comment atténuer ce stress ? Texte : Martje Doeve // Photos : Eric van den Elsen positive et excitante de la vie, il s’avère souvent plus fatigant et plus compliqué qu’on ne le prévoyait. Trouver une nouvelle maison, effectuer les travaux de rénovation, faire les cartons puis les vider, aménager la nouvelle maison : autant de sources de stress, d’incertitude et d’angoisse. Selon le sociologue américain Brian Gillespie, qui étudie les effets du déménagement, le stress fait souvent son apparition avant le déménagement lui-même : « Souvent dès la recherche d’une nouvelle maison. Il faut faire attention à tant de choses : le prix, le lieu, la taille, la région ou le quartier, la proximité du lieu de travail et de la famille. Cette recherche est cruciale, car on ne veut pas faire d’erreurs. » Ensuite, il y a le déménagement lui-même : 76 % des Français disaient éprouver de l’anxiété lors d’un changement de résidence selon un sondage TNS Sofres mené en 2006. Plusieurs études ont montré depuis que la quantité de stress générée dépend beaucoup de l’âge et de la personnalité de chacun. T ous les jours, je me surprenais à admirer les photos de la nouvelle maison. Elle était plus grande, avait une cheminée, et même un jardin ! C’est donc pleine d’allégresse que je me suis lancée dans le déménagement. Mais quelques mois plus tard, campée au beau milieu de mes cartons dans le nouveau salon, je sentais surtout la déprime et la panique pointer. Même lorsqu’on voit son déménagement comme une étape « TMThierry Marx La grammaire des émotions est universelle. Selon le psychologue Paul Ekman, un petit nombre d’entre elles peuvent rendre compte de l’expérience d’un être humain, quelle que soit sa culture. Thierry Marx, cuisinier féru d’arts martiaux, entrepreneur adepte de la méditation, partage avec nous sa “positive attitude”. 10QUESTIONS ÉMOTIONS Propos recueillis par Bénédicte Bortoli Photos : Isabelle Nègre
  2. 2. 32 PSYCHOLOGIE POSITIVE PSYCHOLOGIE POSITIVE 33 3LA PEUR Je suis toujours très embarrassé avec la peur. J’ai eu des moments de grande peur dans ma vie. Il y a même des moments où je suis allé la chercher, cette peur. Vos origines sociales peuvent aussi vous amener à vivre des choses assez anxiogènes. Par exemple, quand la peur vous empêche d’oser demander votre premier denier pour monter votre première entreprise. À un moment, ces peurs ont été très fortes et bloquantes pour moi, puis je me suis dit que mon extraction sociale était derrière moi et qu’il fallait avancer. Quand on utilise cette peur comme un moteur, on avance un peu plus vite sur la route, sans regarder toujours dans le rétroviseur. La peur de votre enfance, c’est pareil. Elle est passée et elle est bien derrière vous, sauf si vous vous retournez toutes les cinq minutes pour la regarder. Si vous avez des projets, la peur n’est vraiment pas bloquante. Quand je pense aux situations de peur et de mise en danger intenses que j’ai vécues, je réalise que le fait, aujourd’hui, de me sentir plutôt en confiance avec moi-même a considérablement diminué cette sensation. Je m’aperçois que la peur n’est finalement pas forcément anxiogène. Je peux avoir peur de quelque chose ou d’une situation, mais avoir quand même envie d’y aller. Et comme je ne suis pas fou – ou du moins, je ne crois pas l’être ! –, je fais un certain nombre d’analyses qui peuvent m’aider à progresser. C’est surtout la méditation qui m’a permis de “corriger” les grandes peurs de ma vie. Dans la méditation, comme dans la prière pour certains, on se dit qu’on est peut-être capable de mettre du temps entre ses émotions et les actions à mener. Cela a considérablement amélioré ma vie de me demander si j’étais vraiment dans l’absolue nécessité de répondre à mes émotions dans l’instant. Par moments, cela laisse penser à mes interlocuteurs que je suis insensible à certaines situations ou paroles alors que je m’autorise tout simplement à prendre le temps de répondre pour m’apercevoir bien souvent que la peur n’est pas réelle. Quand vous vous êtes fabriqué une peur, c’est là qu’elle devient anxiogène. Depuis quelques années, j’arrive à prendre plus de distance et cela m’a fait considérablement évoluer au niveau social, dans le monde de l’entreprise, sur un plan managérial. Je n’essaie plus d’être le chevalier Bayard, sans peur et sans reproche, dont rêvent les enfants. C’est quoi la peur ? De quoi j’ai peur ? Rapidement, le “scan” de cette peur me montre que je me suis peut-être inventé quelque chose. Je trouve que c’est une idée intéressante à véhiculer dans un monde où tout s’est accéléré, où l’on met des mots immédiatement sur nos ressentis. Dès que vous dites un mot inapproprié, il est relayé dans la minute. Cela a des retombées sur les actions managériales. L’entreprise n’est pas là pour créer une communauté dans l’anxiété ; elle est au contraire là pour apaiser les tensions. Donc si je commence à développer des peurs qui n’existent pas auprès de mes collaborateurs, tout se complique. Il y a 1LA JOIE Il peut y avoir dans ma vie des moments intenses de joie, mais ces instants, je ne sais pas forcément les exprimer. En revanche, me sentir bien dans ma vie me met en joie. Ce n’est pas tout de suite visible dans un éclat, mais plutôt dans l’énergie d’un projet à conduire, dans une action à mener, dans un état de permanence et de sérénité. Et c’est cela qui me rend profondément heureux et qui me procure de la joie. Parfois, on me dit que j’ai l’air un peu triste. Et pourtant, pas du tout. Je suis heureux, mais je ne suis pas dans la démonstration. Je n’ai pas besoin de surenchérir cet état-là. Je le lie à cette idée positive de la vie qui me fait avancer. Je suis quelqu’un d’extrêmement positif. Je peux, par exemple, m’émouvoir et éprouver de la joie le matin tout simplement en voyant le soleil se lever, en buvant mon café. Ce sont des petites joies quotidiennes. 2LA TRISTESSE Je ressens de la tristesse quand j’entends ces formules toutes faites, de la part de gens parfois compétents, des managers notamment, comme « Nul n’est irremplaçable », « Les cimetières sont remplis de gens irremplaçables » ou « Le problème, c’est les autres ». Cela m’attriste un peu. Je ne peux pas considérer que les autres soient un problème. Je me dis que c’est assez médiocre et en définitive plutôt triste. Parmi les gens qui me manquent – et ce manque me rend d’ailleurs triste –, il y a des personnes qui manquent à la société, car elles avaient un regard sur elle assez intéressant. Il faut savoir le reconnaître. Et quand on ne le reconnaît pas, cela peut me rendre triste. contrôle de moi, et c’est dommage. En fait, j’ai une astuce pour ne pas me mettre en colère que je raconte tout le temps et à qui veut l’entendre. Elle vient d’un récit de Musashi Miyamoto, au XVIIe siècle, dans lequel le sabreur japonais disait : « On a toujours le temps de se faire une tasse de thé. » Quand je sens la colère monter, je pense à la formule de ce sage avant de riposter, ce qui me permet d’analyser la situation. Je ne veux pas passer pour le grand gourou méditatif que je ne suis pas, mais c’est un peu ma technique pour ne pas me mettre en colère. On dit souvent que la colère est saine ou qu’elle est bonne conseillère. Personnellement, je n’ai jamais remarqué qu’elle l’était. Au mieux, on arrive à extraire de la colère des non-dits, qui pourraient être débattus. Mais on peut trouver des moments de débat ou de discussion sans se mettre en colère. C’est juste une explosion d’où sort du bon mais aussi du moins bon. « Je l’ai dit sous le coup de la colère » : d’accord, mais je l’ai dit... Cependant, il y a des choses qui me mettent en colère : la médiocrité associée à la mauvaise foi ou la stratégie du bouc émissaire, que ce soit en politique, dans le monde de l’entreprise ou dans la sphère familiale… 5LE DÉGOÛT Il y a mille façons de l’éprouver, mais c’est le manque de loyauté qui m’amène le plus souvent à ressentir du dégoût. Dans cette société de la fin du XXe siècle et du début du XXIe , je trouve qu’on voit les dégâts de ce manque de loyauté et de fidélité, de la trahison de la parole. Dans le monde de l’entreprise et dans la vie en général, on peut prendre des décisions, avoir à trancher, sans être un bourreau, en respectant la parole donnée. Le dégoût de ces comportements m’éloigne de ce genre de personnalités déloyales. Notre société doit regagner ce sens de l’honneur ! 6LA FIERTÉ La fierté n’est pas la prétention. Je suis très fier de certaines actions, notamment sociales, qui illuminent les autres, qui les mettent vraiment en lumière, au sens propre. Elles me rendent heureux. Je ressens de la fierté à voir, dans mon entourage, des personnes reprendre confiance en elles. Quand je croise l’un de mes anciens apprentis et qu’il me dit qu’il se souvient de notre “rencontre”, de ce que ça lui a apporté, ça nourrit ma “positive attitude” ! C’est quelque chose d’inouï. J’ai eu une scolarité extrêmement médiocre. Quand j’étais au lycée Hélène-Boucher, dans le XXe arrondissement de Paris, alors que j’avais déjà… 25 ans, je me souviens d’un professeur, à peine payé pour me donner des cours du soir, qui m’a incité aussi la peur de l’autre. J’ai essayé de faire mienne une devise développée par André Cognard qui a donné le titre de l’un de ses ouvrages : Vivre sans ennemi. Je suis à l’aise avec cette idée que je n’ai pas l’absolue nécessité de ne me faire que des amis. Ce n’est pas facile à mettre en place au quotidien. En apprenant à comprendre l’autre, j’apprends à ne pas m’en faire une peur exagérée et, en même temps, je n’ai pas l’obligation de m’en faire aimer, d’être l’ami du monde entier, d’être le gentil et le bienveillant. Sur ce point, j’ai pas mal évolué. 4LA COLÈRE Je suis rarement en colère. C’est une situation qui me dessert. Si je me mets en colère, c’est que j’ai perdu le Quand on utilise la peur comme un moteur, on avance un peu plus vite sur la route, sans regarder toujours dans le rétroviseur.
  3. 3. 34 PSYCHOLOGIE POSITIVE PSYCHOLOGIE POSITIVE 35 Mais cela ne veut pas dire “rouler des mécaniques” : ça ne m’intéresse pas. Quand j’avais 18 ans peut-être, mais plus maintenant… 7LA SURPRISE Ma capacité à être surpris vient du talent, qu’il soit littéraire, théâtral, cinématographique ou en cuisine. J’adore les auteurs, les lire et les déguster. J’aime être surpris par le franc-tireur qu’est l’auteur, même si je ne suis pas d’accord avec lui. Nous sommes entourés de talents. Il suffit juste d’avoir l’esprit disponible. Dès qu’on laisse éclore ces talents, qu’on leur donne le bon cadre, le bon terreau, c’est enthousiasmant. Je regarde, par exemple, le talent de mes fleuristes, de mes collaborateurs en général… Quand je vais dans un restaurant où je goûte une cuisine d’auteur, j’aime me laisser surprendre et me dire que je n’avais pas pensé à telle ou telle chose. Quand je lis un texte ancien ou contemporain, ça crée en moi à la fois une surprise et une excitation, celle de la remise en question. Il y a un effet rebond. 8L’EXCITATION Je suis excité par la notion de projet en permanence. C’est ce qui me fait vivre et m’anime. Les projets sont partout, dans ma cuisine, dans l’entreprise, dans ma vie personnelle, quand je décide de continuer à être heureux. Parce qu’on peut décider d’être heureux : c’est un projet. Toutes ces personnes qu’on aide dans nos associations, on ne peut le faire que quand elles ont mis le doigt sur un projet. Ce peut être un projet à vingt-quatre heures. Être dans le projet donne des perspectives excitantes. Cela peut être instantané : avant le service, lorsque vous vous demandez comment vous allez séduire vos clients en leur préparant votre cuisine, en vous interrogeant sur la manière de faire naître en eux le désir de revenir. Contrairement à cette idée très occidentale d’une vie faite de hauts et de bas, je préfère voir en l’existence une spirale dynamique. C’est l’ukemi en aïkido, la chute au judo : je retombe sur mes pieds et j’anticipe, car le succès est un leurre. Avec un projet permanent, vous êtes animé, vous êtes vivant. 9LE SOULAGEMENT Le sport ou l’action physique en général et la méditation avec le travail sur la respiration me soulagent. J’ai la chance de pratiquer des disciplines que l’on appelle des “arts martiaux”. L’art martial, ce n’est pas une succession de coups de pied et de coups de poing. C’est un art d’abord, et celui surtout de savoir méditer, de comprendre un peu qui l’on est. J’ai besoin de cette décharge physique pour me soulager et être apaisé. On accumule un certain nombre de frustrations et il faut, comme le font les animaux, s’épousseter. Les arts martiaux sont une action menée de manière assez intense avec une entrée en matière méditative. Vous avez la salutation à la nature, puis vous saluez le sensei, “celui qui sait”, celui qui va vous enseigner quelque chose, et enfin les participants. Vous vous concentrez sur ce cadre et vous parvenez à vous décharger de pas mal de choses. Puis vous terminez par la méditation. Après ça, vous êtes prêt à attaquer la journée ou, au contraire, à aller vous coucher. à m’instruire et m’a permis d’avoir ce désir d’apprendre. Quand aujourd’hui j’ouvre un livre, je vois encore le visage de cette personne qui m’a fait lire Céline et Stendhal, et qui m’a fait comprendre qu’apprendre, cela pouvait être du plaisir. Quand j’ai retenu certaines choses de ces lectures, j’en ai été et j’en suis encore fier. Cela voulait dire qu’apprendre devenait possible grâce à des personnes, à des rencontres, qui m’ont aidé à le faire. C’est pour cela aussi que j’ai du plaisir à transmettre ce que je sais et que je suis fier de ce que j’ai entrepris. Cette fierté, elle contribue à ma verticalité. Quand on pratique le sabre japonais ou l’équitation, on dit que le cou touche le col de la chemise ; « en avant, calme et droit », selon la formule du général L’Hotte, qui est devenue la devise du Cadre noir. Et de cette fierté découle aussi une autorité. procure du plaisir. Sinon, j’aime le mauvais café ! Tout le monde me prête des affinités avec le thé, mais j’ai été élevé au mauvais café, vraiment mauvais. Le café de ma grand-mère restait des heures sur le poêle à charbon ; ma mère faisait des litres et des litres de café ; pendant mon apprentissage en pâtisserie, on buvait du café noir qui traînait dans une cafetière ; à l’armée ensuite, j’ai bu d’infâmes gamelles de “noir”… Mais ces arômes du café fort me rappellent d’où je viens, d’une extraction ouvrière dont je suis assez fier. Quant au silence, je n’y avais pas forcément accès enfant. J’habitais dans ce que l’on appelait des “barres”. On entendait jour et nuit les voisins et la rue. Plus tard, j’ai subi des traumatismes sonores divers. Alors, j’éprouve du plaisir dans le silence, dans l’apaisement, en buvant une tasse de café, dans cette impression de fraîcheur, avec la sensation d’avoir presque froid, même en été. Mon corps ressent alors la nature et celle-ci me rend vivant. Et me sentir vivant me procure un plaisir inouï. C’est plus facile pour moi maintenant que cela ne l’était il y a trente ans. À l’époque, j’étais plus dans le fighting spirit et la revanche que dans cet apaisement que j’ai appris à chercher aujourd’hui grâce aussi à de belles rencontres. Le silence est un luxe que je suis allé rechercher à une époque de ma vie, au milieu des années 1980, dans les églises, où personne ne venait m’importuner, avec cette fraîcheur apaisante, ces odeurs. C’est différent avec les plaisirs partagés. Je pense à la dégustation, à l’épicurisme qui procure le plaisir du jeu de textures et de températures. D’une huile d’olive à juste température, d’une herbe fraîche sentie et goûtée… Le beau et le luxe sont des plaisirs, car le luxe, c’est de la lumière sur le beau. Une très belle charpente fabriquée par un artisan peut m’apporter du plaisir. Mais j’en reviens toujours au silence, car c’est lui qui me fait apprécier ces autres plaisirs. C’est un travail quotidien, qui s’entretient et qui doit être mis en pratique chaque jour. // Le débat peut en soulager certains, mais moi, c’est le sport qui me procure cette émotion, avec cette relation à l’autre, qui permet de se soulager ensemble, parce que ces actions sont tout sauf nombrilistes. 10LE PLAISIR J’aime le silence. J’ai beaucoup souffert, et je souffre encore, de la pollution par le bruit, que je fuis. Le silence, c’est un vrai moment de plaisir. C’est un luxe et aussi une détente. Je me méfie parfois du plaisir de la rencontre qui peut être éphémère alors que le plaisir du silence ou de la méditation, celui de regarder le jour se lever ou tout simplement de prendre le temps offre des sensations de plénitude. Dans ces moments, il n’y a pas un acte fort ni le besoin d’affirmer des choses, mais une relation avec la nature qui À PROPOS DE THIERRY MARX Chef étoilé du Mandarin Oriental, Thierry Marx s’apprête à ouvrir une boulangerie- sandwicherie (Paris, VIIIe ). Sous le nom de “Cuisine Mode d’emploi(s)”, il a créé des centres de formation, gratuits, aux métiers de la restauration et de la boulangerie, favorisant un accès rapide à l’emploi, à Paris (XXe ), à Besançon et à Villeneuve-Loubet. Il est l’auteur ou le coauteur de nombreux livres, dont Sweet Marx (Le Rouergue, 2010), Street Marx (Le Rouergue, 2011), Répertoire de la cuisine innovante (Flammarion, 2012), Best of Thierry Marx (Les Éditions Culinaires, 2012), Système D (Flammarion, 2013), Paris Marx (Flammarion, 2014), L’Histoire à la carte by TM (La Martinière, 2015), Carte blanche à Thierry Marx (Folio, 2015), L’Homme positif (Michel Lafon, 2015) et L’Innovation aux fourneaux (Dunod, 2016). Le silence est un vrai moment de plaisir, c’est un luxe et aussi une détente.

×