L’école  de  la  Gare  d’eau  fête  ses  100  ansSamedi  2  juin  2013,  10h  du  matin;;  le  métro  ligne  B,  me  dépos...
car  pour  des  raisons  de  sécurité,  l’accès,  quai  Jayr,  côté  « Maternelle »  et  « école  des  Filles »  est    fe...
Il  y  avait  une  photographie  des  années  cinquante,  une  des  années  soixante  et  une  actuelle.          -  vous ...
4Nous  traversons  la  cour  où  subsiste  un  muret  rappelant   qu’il   y   avait   autrefois   un   mur   très  haut  s...
que  j’appréciais  autant  pour  ses  compétences  pédagogique  que  ses  quali-­tés  humaines  et  l’intérêt  qu’elle  no...
Les   marchan-­dises   déchar-­gées   étaient  acheminées   le  long   de   la   rue  des   Docks   par  un   train   à   ...
Cette  photo  me  fait  repenser  à  mon   adolescence,   lorsque   je  promenait   Kim,   le   caniche  d’une   amie   et...
L’hôtel  Terminus  en  bas  de  la  gare  de  Vaise,  tel  qu’il   était   au   début   du  XXème   siècle   et   jus-­qu’...
Les  affiches    extraites  de  la  documentation  de  la  Maison  des  Projets  mar-­quent  bien  la  transition  entre  ...
Comme  au  temps  des  cathédrales,  Isaac  Collomb,  architecte,  a  signé  son  œuvre  dans  la  pierre  en  haut  à  ga...
Article de M. Grange
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Article de M. Grange

375 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
375
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
114
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Article de M. Grange

  1. 1. L’école  de  la  Gare  d’eau  fête  ses  100  ansSamedi  2  juin  2013,  10h  du  matin;;  le  métro  ligne  B,  me  dépose  à  la  Gare  de  Vaise.  Il  fait  frais  pour  la  saison,  mais  ce  matin  quelques  éclaircies  per-­mettent  d’espérer  que  le  printemps  daigne  enfin  se  manifester.  J’emprunte  la  sortie  « Place  de  Paris »  où  le  marché  toujours  aussi  convi-­vial, offre  aux  chalands  ses  étals  abondamment  garnis  de  produits  ache-­tés  le  matin  même  au  marché  de  Gros  de  Corbas.Dans  les  autrefois,  la  place  de  Paris,  était  le  centre  du  quartier  occupé  par  le  domaine  de  la  Claire,  une  immense  propriété  entourant  une  villa  datant  de  la  Renaissance.  Le  marché  au  fruits  et  légumes  se  tient  les  mercredi,  samedi  et  dimanche;;  il  a  toujours  été  un  point  fort  de  l’activité  commer-­ciale  et  un  lieu  de  rencontre  des  habitants.    J’accompagnais  souvent  papa  à  celui  du  dimanche  matin  qui  se  prolon-­geait  tout  le  long  de  la  rue  Roger  Salengro  et  nous  ne  rentrions  jamais  à  la  maison,  en  rue  de  la  Claire,  sans  un  bouquet  de  fleurs  pour  maman.    Le  mercredi  il  y  avait  aussi  le  marché  « aux  pattes »  ou  marché  forain  et  lorsque  j’étais  enfant,  je  donnais  parfois  ‘’la  main’’   à  un  voisin  qui  tenait  un  stand  de  tissus,  rideaux,  voilages,  dessus  de  lit…  ce  qui  me  permettait  d’avoir   de   quoi   m’offrir   une   place   de   cinéma   et   d’acheter   un   paquet   de  Mint’ho   (les   célèbres   bonbons   à   la   menthe   Kréma)   que   les   ouvreuses  vendaient  à  l’entracte,  au  cinéma  ‘’le  Vox’’,  en  rue  Marietton;;  d’une  capa-­cité   de  plus  de   900  places,  il  a  fonctionné  de   1942  jusqu’à  sa  dernière  séance  en  1969.Aujourd’hui,   je   ne   suis   pas   venu   en  pèlerinage   dans   le   quartier   de   mon  enfance,   mais   parce   qu’une   exposi-­tion   commémore   le   centenaire   de  l’école   primaire   en   rue   de   Saint-Cyr  que  nous  avions  fréquenté,  mes  deux  sœurs,  mon  frère  et  moi  .Je  remonte  la  rue  de  la  Claire,  passe    devant   le   28   où   nous   habitions   (   les  deux   fenêtres   au   deuxième   étage   à  gauche)   et   rejoins   la   rue   de   St   Cyr  que  je  prends  à  main  droite.  L’accès   à   l’exposition   se   fait   du   côté  du  portail  de  « l’école  des  Garçons »  1
  2. 2. car  pour  des  raisons  de  sécurité,  l’accès,  quai  Jayr,  côté  « Maternelle »  et  « école  des  Filles »  est    fermé.Le  portail  vient  de  s’ouvrir  et  une  foule  de  parents,  enfants,  et  visiteurs  pé-­nètre  tranquillement  dans  la  cours  et  se  dirige  vers  le  préau  où  commence  l’exposition.Je  ne  m’attendais  pas  à  une  telle  affluence  et  suis  ravi  de  l’intérêt  porté  à  cette   manifestation   dont  j’ai  été  informé  par  la  lettre  mensuelle  d’infos  que  je      reçois  des  musées  Gadagne.Le  préau  est  à  l’identique  de  celui  que   nous   connaissions   dans   les  années  cinquante  excepté  bien  sûr  le   rafraîchissement   nécessaire   de  la  peinture  intérieure.La  première  chose  qui  me  vient  à  l’esprit  est  la  surprise  teintée  d’ad-­miration  devant    le  travail  accompli  par   les   élèves   et   leurs   ensei-­gnants.   De   nombreux   documents  sont  répartis  harmonieusement  ra-­contant  l’école,  son  environnement,  le  quartier,  les  activités  commerciales  et   in-­dustrielles  du  passé  avec  en  lien  pour  l’avenir  la  construction  en  cours  du  Pont  Schuman.Spontanément  une  élève  de  CM2  toute  souriante,  se  présente  et  me  propose  un  accompagnement,  ce  que  j’accepte  avec  plaisir.  Elle  maîtrise  bien  son  sujet  et  ses  explications  sont  claires.  Lorsque  je  lui  précise  que  je  suis  un  ancien  élève  des  an-­nées  cinquante,    elle  me  conduit  vers  l’affichage  des  photos  de  classes.2
  3. 3. Il  y  avait  une  photographie  des  années  cinquante,  une  des  années  soixante  et  une  actuelle.          -  vous  reconnaissez-vous?  S’enquiert-elle.          -   Non!   Mais   c’était   bien  ainsi  que  nous  étions  habillés  et  les  photos  étaient  effective-­ment  prises  au  sein  de  notre  classe.   Cette   courte   plongée  dans   mon   enfance   est   bien  agréable.            En  apercevant  la  photo  de  la   salle   des   douches,   je   lui  dis:          -   Le   mercredi,   dans   les   sous-sols   de   l’école   des   filles,   nous            allions  prendre  une  douche  car  les  appartements   n’en   étaient   pas  équipés.  Il  fallait  venir  avec  sa  ser-­viette,   sa   savonnette,   son   sham-­poing…  et  son  peigne.  C’était  aussi  un   moment   un   peu   magique  puisque    la  porte  de  séparation  des  cours  de  récré  était  ouverte  et  nous  pénétrions  dans  l’école  des  filles.  Il  fallait  faire  silence,  car    comme  il  se  doit,  le  moment  des  douches  se  passait  pendant  les  cours.Ma   jeune   accompa-­gnatrice,   me   raconte  alors   l’anecdote   du  manteau   qui   a   été    retrouvé  dans  la  cave  à   côté   des   douches  laquelle  servait   d’abri  au   cours   de   la   se-­conde   guerre   mon-­diale..La  visite  sous  le  préau  terminé,  nous  nous  rendons  dans  le  bâtiment  qui  compre-­nait  l’école  des  filles  et  les  classes  maternelles.  3
  4. 4. 4Nous  traversons  la  cour  où  subsiste  un  muret  rappelant   qu’il   y   avait   autrefois   un   mur   très  haut  séparant  les  deux  écoles  .  Dans   le   hall   d’entrée,   un   ancien   bureau   est  installé  avec  les  accessoires  classiques:    ardoise,  crayon  d’ardoise,  porte-plume  et  plume  ‘’sergent-major ‘’,  encrier,  plumier...Ici,  des  parents  venus  avec  leur  enfant,  lui  font  enfiler  une  blouse  grise  mise  à  disposition.  Le  gone  s’installe  au  bureau  et  ils  prennent  la  photo.  C’est  amusant  car  la  blouse  n’est  plus  obligatoire  ni  d’actualité.  Pourtant  elle  avait  une  signification  qui  est  peu  connue.  Il  y  avait  certes  le  fait  que  la   blouse   protégeait   les   vêtements   des   salissures   et   de   l’encre   violette,  mais  c’était  avant  tout  un  symbole  (pas  celui  que  certains  assimilaient  à  un   uniforme);;   c’était   un   symbole   d’égalité   qui   permettait   de   cacher   les  signes   extérieurs   de   richesse   liés   aux   habits   et   accessoires   vestimen-­taires  permettant  de  distinguer  le  pauvre  du  riche.Dans   une   petite   pièce   au   fond   sur   la   gauche,   nous   sommes   conviés   à      assister  à  un  diaporama  très  intéressant  sur  l’activité  de  la  Gare  d’eau  et  des  industries  qui  lui  étaient  liées.  Ma  guide  me  quitte  et  j’ai  juste  le  temps  de  lui  dire  merci  pour  sa  prestation.  Je  me  suis  ensuite  aperçu  que  j’avais  oublié  de  lui  demander  son  prénom.  Elle  a  très  bien  représenté  son  école  et  je  la  félicite.En  poursuivant  ma  visite,  j’ai  aussi  pu  partager  avec  une  enseignante  qui  m’a  donné  envie  d’écrire  ce  petit  texte.J’ai  alors  rencontré  un  copain  de  classe,  Christian  avec  qui  j’ai  passé  mon  CM2  sous  l’égide  de  Madame  Aublanc  qui  fut  ma  dernière  institutrice    et  
  5. 5. que  j’appréciais  autant  pour  ses  compétences  pédagogique  que  ses  quali-­tés  humaines  et  l’intérêt  qu’elle  nous  manifestait.  Quand  j’étais  au    Lycée  La   Martinière,   il   m’arrivait   de   la   rencontrer   sur   le   trajet   et   nous   avions  d’agréables  conversations.  J’ai  appris  au  cours  de  ma  visite  que  les  salles  de  classe  étaient  à  l’iden-­tique  avec  juste  de  l’équipement  et  du  mobilier  moderne.  A  en  juger  par  cette   exposition,   l’équipe   pédagogique   d’aujourd’hui   conserve   indiscuta-­blement  les  mêmes  qualités  que  celle  de  mon  époque.  Voyons  maintenant  quelques  uns  des  documents  présentés.Un  peu  d’histoireAu   XIXème   siècle   le   trafic   fluvial   s’intensifie   (développement   des   indus-­tries  textiles,  chimiques  et  métallurgiques.  En  1820,  les  nombreux  petits  ports  de  Saône  ne  sont  plus  adaptés  et  la  Gare  d’eau  de  Vaise  pouvait  accueillir  140  bateaux.  Disjointe  de  la  berge,  les  péniches  passaient  sous  l’actuel  quai  du  Commerce,  les  bateaux  pouvaient  à  l’abri  être  déchargés  en  toute  tranquillité.La  Société  de  la  Gare  d’eau  et  du  Pont  de  Vaise  va  dès  lors  construire  le  port  et  le  pont  Masaryk  sur  les  terrains  appelés  les  Vaques  (du  latin  vaco  vacare,  laisser  vide)  inutilisés  en  raison  des  fréquentes  inondations,  mais  plats,   sans   grande   valeur   et   facile   à   creuser   puisqu’il   s’agit   de   terrains        alluviaux.Le   port   est   ouvert   en  1831.  il  reçoit  des  mil-­liers   de   marchandises  (bois,   pierres,   gra-­viers,  sables,...farines,  vins,  alcools,…)  desti-­nés   aux   entreprises  installées  dans  le  sec-­teur  (ateliers  de  cons-­truction   de   bateaux,  de   machines   à   va-­peur,   fonderies,   mino-­teries,  brasseries,  tan-­neries)   ou   stockées  dans   des   magasins  généraux.5
  6. 6. Les   marchan-­dises   déchar-­gées   étaient  acheminées   le  long   de   la   rue  des   Docks   par  un   train   à   va-­peur   surnom-­mé   ‘’le   cou-­cou’’  par  les  ri-­verains.  Cette   locomo-­tive  de  marque  DECAUVILLE  sera   rempla-­cée   en   1930  par  une  CORPET  LOUVET  030T  qui  portait  le  nom  de  ’’l’Azergue’’.6
  7. 7. Cette  photo  me  fait  repenser  à  mon   adolescence,   lorsque   je  promenait   Kim,   le   caniche  d’une   amie   et   voisine   de   ma  mère.  Mes  bambanes  me  con-­duisaient  de  la  rue  de  la  Claire  aux   quais   de   Saône   en   direc-­tion   de   Saint-Rambert,   j’imagi-­nais   que   cette   magnifique        demeure   devait     appartenir   à  un  grand  capitaine  d’industrie.Voilà   donc   une   nouvelle   ré-­ponse  apportée  par  cette  sym-­pathique  exposition.Parmi   les   nombreuses   photo-­graphies,   prêtées   pour   l’expo  par  les  archives  municipales  et  le  musée  Gadagne,  il  est   diffi-­cile   de   faire   un   choix.   Toutes  présentent  un  intérêt  historique  et  rappellent  la  physionomie  de  ce  quartier  qui   était   une   petite   commune   indépendante   avant   d’être   rattachée   à   la  ville  de  Lyon  le  24  mars  1852  pour  faire  partie  du  5ème  arrondissement.  La  gare  de  Vaise  fut  alors  construite  et  sera  en  1854  la  première  gare  de  Lyon  en  liaison   avec  Paris.  Au  XXème  siècle,   le  quartier  de  Vaise  sera  rattaché  au  9ème  arrondissement  lors  de  sa  création  le  12  août  1964.7
  8. 8. L’hôtel  Terminus  en  bas  de  la  gare  de  Vaise,  tel  qu’il   était   au   début   du  XXème   siècle   et   jus-­qu’aux   années   60,   à  l’angle   de   la   rue   de   la  Claire,   de   la   place   de  Paris   et   de   l’église   de  l’Annonciation.Le   café-restaurant,   de  la   Gare,   une   brasserie,  l’a  remplacé.  De  même,  avec   la   construction   de  la   station   de   Métro,   le  paysage   urbain   a   été  fortement  remodifié.(comme   le   montre   la    photo   actuelle   ci-contre      sur  la  partie  droite).Remarquez   ci-dessous,  l’ancienne   église   de  l’Annonciation,   détruite  pendant   les   bombarde-­ments   de   mai   1945   et  celle   reconstruite   par  Paul   Erasme   Koch  entre  1954  et  1957.8
  9. 9. Les  affiches    extraites  de  la  documentation  de  la  Maison  des  Projets  mar-­quent  bien  la  transition  entre    le  passé,  le  présent  et  le  futur.  Le  site  que  je  précise  en  bleu  est  très  complet.  Il  reprend  l’ensemble  du  projet  et  le  suivi  de  sa  réalisation.    http://blogs.grandlyon.com/pontschuman/Il  est  très  ludique  et  mérite  le  détour  .  Je  vous  en  conseille  la  visite.Pour  terminer  voici  quelques  photos  du  détail  de  la  façade  que  j’avais  prise  en  juillet  dernier  du  côté  « école  des  filles ».9
  10. 10. Comme  au  temps  des  cathédrales,  Isaac  Collomb,  architecte,  a  signé  son  œuvre  dans  la  pierre  en  haut  à  gauche  de  l’entrée  de  la  maternelle.Cette   rétrospective   de   ma   visite   est   incomplète,   car   il   y   aurait   encore  beaucoup  à  dire  et  à  montrer.  J’espère  simplement  avoir  reflété  la  qualité  du  travail  accompli  par  les  élèves  et  leur  équipe  pédagogique.  Ensemble,  ils  ont  permis  de  montrer  aux  visiteurs  que  leur  école  n’est  pas  un   simple   bâtiment   d’accueil,   mais   qu’il   s’inscrit   dans   un   quartier   riche  d’histoire   et   qui   existait   bien   avant   la   création   de   Lugdunum.   Ils   ont   su  remonter   le   temps   et   se   projeter   sur   l’avenir.   Leur   enthousiasme   faisait  plaisir  à  voir  et  plus  tard  il  pourront  parler  de  leur  expérience  et  du  succès  de  leur  démarche.C’est  avec  plaisir  que  je  leur  dédie  ces   quelques   pages   en   remercie-­ment   de   m’avoir   permis   pendant  quelques   heures,   de   rêver   et   de  replonger  dans  mon  enfance.Michel  GrangeAncien  élèveOctobre  54  -  juin  59    10Merci (moi en 1959)

×