60e enquête de conjoncture - Transports

712 vues

Publié le

La 60e enquête de conjoncture de Bpifrance Le Lab se décline par secteurs.
Découvrez l'enquête de conjoncture des PME dans les transports.
Ce secteur a connu une année assez positive, marquée par la reprise des investissements.

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
712
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

60e enquête de conjoncture - Transports

  1. 1. Une année assez positive marquée par la reprise des investissements
  2. 2. Carnets futurs Carnets récents 20 10 0 - 10 - 20 - 30 - 40 - 22 - 36 Mai 2011 Nov. 2011 Mai 2012 Nov. 2012 Mai 2013 Nov. 2013 Mai 2014 Nov. 2014 PME 60e ENQUÊTE DE CONJONCTURE JANVIER 2015 TRansports Bpifrance Le Lab 3 Un redémarrage de l’activité en 2014… qui pourrait tourner court L’activité a significativement augmenté en 2014, après deux ans de stagnation. Cependant, fin 2014, les carnets de commandes sont particulièrement minces. En outre, la demande est attendue en baisse dans les prochains mois, l’indicateur des carnets futurs étant retombé au plus bas, à - 22. Dans ce contexte, les PME des transports anticipent un recul de leur activité en 2015, l’indicateur avancé de l’activité perdant 3 points en un an, à - 10. • Évolution moyenne du CA annuel des PME des transports Estimations de novembre + 6,3 % - 0,3 % - 0,1 % + 1,7 % 2011 2012 2013 2014 • Indicateur des carnets de commandes des PME des transports pour les 6 derniers mois et évolution prévue à 6 mois Solde des opinions opposées en % Source : Bpifrance Le Lab.Source : Bpifrance Le Lab.
  3. 3. PME 60e ENQUÊTE DE CONJONCTURE JANVIER 2015 TRansports Bpifrance Le Lab 5 Réduction des effectifs au second semestre 2014 Après avoir sensiblement accru le nombre de leurs salariés au premier semestre, les entreprises les ont ensuite pratiquement ramenés à leur niveau de fin 2013. Face à la récente décélération de leur activité, les entreprises envisagent de réduire quelque peu leurs effectifs salariés en 2015. L’indicateur prévisionnel d’emploi perd 2 points sur un an, à -7. Une situation financière un peu meilleure mais toujours fragile Après un net assouplissement au premier semestre, l’état de la trésorerie s’est légèrement retendu dans la seconde partie de l’année. • Indicateur d’emploi des PME des transports pour l’année en cours (N) par rapport à la fin de l’année précédente (N-1) Solde des opinions opposées en % Source : Bpifrance Le Lab. Source : Bpifrance Le Lab. • Proportion des PME des transports estimant difficile l’état de leur trésorerie au cours des 6 derniers mois En % 30 20 10 0 - 10 - 20 Mai 2011 Nov. 2011 Mai 2012 Nov. 2012 Mai 2013 Nov. 2013 Mai 2014 Nov. 2014 48 46 44 42 40 38 36 Mai 2011 Nov. 2011 Mai 2012 Nov. 2012 Mai 2013 Nov. 2013 Mai 2014 Nov. 2014 42 + 2
  4. 4. PME 60e ENQUÊTE DE CONJONCTURE JANVIER 2015 TRansports Bpifrance Le Lab 7 Les résultats de l’exercice en cours sont attendus en amélioration par rapport à ceux de 2013, avec un indicateur prévisionnel à - 25, en hausse de 10 points sur un an. C’est sans doute la conjugaison de la meilleure tenue de l’activité et d’équipements récents plus productifs. • Indicateur prévisionnel pour les 6 prochains mois de la situation de trésorerie des PME des transports Solde des opinions opposées en % Source : Bpifrance Le Lab. 10 0 - 10 - 20 - 30 Mai 2011 Nov. 2011 Mai 2012 Nov. 2012 Mai 2013 Nov. 2013 Mai 2014 Nov. 2014 - 19 En outre, l’indicateur prévisionnel pour les six prochains mois recule de 11 points par rapport à mai, à -19, ce qui laisse présager une poursuite du durcissement des trésoreries début 2015. Un rebond des investissements qui devrait se prolonger en 2015 Les PME des transports ont été plus nombreuses à investir en 2014, soit 68% d’entre elles, contre 59 % en 2013 et 62 % en 2012. L’entrée en vigueur en début d’année de la norme Euro 6 a sans doute contribué à cette hausse. L’indicateur du volume des dépenses d’investissement ressort à + 1, contre - 4 fin 2013. Il est positif pour la première fois depuis 2011 (+ 11). En novembre 2014, 55 % des PME des transports envisagent d’investir en 2015, un record sectoriel. L’indicateur prévisionnel en volume s’établit à + 7, contre 0 en 2013 et + 3 en 2012.
  5. 5. PME 60e ENQUÊTE DE CONJONCTURE JANVIER 2015 TRansports Bpifrance Le Lab 9 Méthodologie À l’occasion de la 60e édition de l’enquête semestrielle de conjoncture, 29 000 entreprises des secteurs marchands non agricoles, de 1 à moins de 250 salariés et réalisant moins de 50 M€ de chiffres d’affaires, ont été interrogées début novembre 2014. L’analyse porte sur les 4 631 premières réponses jugées complètes et fiables reçues avant le 2 décembre 2014. Le secteur des transports, avec 233 réponses, représente 5 % de l’échantillon national. Définitions Les indicateurs ou soldes d’opinion correspondent à des soldes de pourcentages d’opinions opposées : • Indicateur en évolution = [(x % « en hausse ») – (y % « en baisse »)] x 100 • Indicateur en niveau = [(x % « bon/aisé ») – (y % « mauvais/difficile »)] x 100 Les pourcentages d’opinion neutre (« stable » ou « normal »), qui font le complément des réponses à 100 %, ne sont donc pas pris en compte dans le calcul de ce type d’indicateur. Une entreprise est qualifiée « innovante » si elle a réalisé au moins une des 5 actions suivantes au cours des 3 dernières années : • financer des frais de recherche et développement (interne ou externe) ou recruter du personnel de R&D ; • acquérir une licence d’exploitation d’un procédé ou d’une technologie ; • déposer un brevet, une marque, un dessin ou un modèle ; • développer pour le compte de tiers un produit ou procédé (prestation) nouveau ou significativement amélioré ; • commercialiser sur le marché un nouveau produit, bien ou service, (hors simple revente de produits nouveaux achetés à d’autres entreprises et hors modifications esthétiques ou de conditionnement de produits précédemment existants) ou utiliser un nouveau procédé (ou méthode) de production, de commercialisation ou d’organisation. De plus, aucun produit ou procédé analogue n’est déjà commercialisé ou utilisé par des concurrents. Une entreprise « Fortement exportatrice » réalise plus du quart de son activité à l’international, « Moyennement exportatrice » entre 6 % et 25 % et « Non exportatrice » moins de 6 % (y compris 0 %).
  6. 6. PME 60e ENQUÊTE DE CONJONCTURE JANVIER 2015 TRansports Bpifrance Le Lab 11 SERVIR L’AVENIR Janvier2015 bpifrance-lelab.fr

×