Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                                                     Best, an 1        ...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                                                               Best, an...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                                                     Best, an 1       j...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                                                Best, an 1       mise s...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                                                      Best, an 1       ...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                                                   Best, an 1       que...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                                                     Best, an 1       B...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                                                    Best, an 1       se...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                                                 Best, an 1       Côté ...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec   Best, an 1       Prévisions : 7 terres,       une bonne RG et pas   ...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                                                  Best, an 1       Bila...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                                                   Best, an 1       Par...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                                                         Best, an 1    ...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                                                     Best, an 1       B...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                                                    Best, an 1       va...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                                           Best, an 1                  ...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                                                    Best, an 1       Pr...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                                                      Best, an 1       ...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                                                      Best, an 1       ...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                                                     Best, an 1       D...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                                                 Best, an 1       m’a r...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                                                   Best, an 1       min...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                                                    Best, an 1       À ...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                                                  Best, an 1       Prév...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                                                   Best, an 1       Pré...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                                                        Best, an 1     ...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                                                   Best, an 1       Fer...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                                                    Best, an 1       qu...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                                                   Best, an 1       tou...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                                                      Best, an 1       ...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                                                   Best, an 1       Por...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                            Best, an 1       Bilan saison 10, préparati...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                                                    Best, an 1       Pr...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                                                  Best, an 1       faço...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                                                     Best, an 1       P...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                                                     Best, an 1       A...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                                                   Best, an 1       Bil...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                                                           Best, an 1  ...
Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec                                                  Best, an 1           ...
CR partie Best01
CR partie Best01
CR partie Best01
CR partie Best01
CR partie Best01
CR partie Best01
CR partie Best01
CR partie Best01
CR partie Best01
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

CR partie Best01

567 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
567
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

CR partie Best01

  1. 1. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 Best01, place à la gestion NB : Il se peut qu’il y ait des erreurs de timing (ou des erreurs tout court), n’hésitez pas à me contacter (brice.c@live.fr) si une correction doit être apportée. Le contenu de ce CR n’engage que mon avis personnel.
  2. 2. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 Lancement de la campagne, préparation saison 1: Découverte de la carte : Best01 est le premier volet du tout nouveau système de classement des seigneurs-compétiteurs sur G&P, après l’abandon de l’ancien classement qui prenait en compte l’ensemble des campagnes. L’attente autour de cette évènement est grande, du moins pour les joueurs qui aiment se fixer des objectifs et viser non pas une couronne mais une régularité dans les résultats. Une bonne partie des joueurs les plus talentueux (techniquement parlant) est inscrite, même les joueurs assez néophytes (Kipite, Connavar, Skarn, Diablo...) seront de sérieux concurrents. Sur la carte, après un interminable suspens, je remarque ma position bien voyante (rouge) en Bochnia, à l’Est de l’Europe, avec un peu d’espace autour de ma terre de départ : ça aurait pu être pire ! Mais je me méfie de ces grandes steppes qui font faussement vastes, et qui attisent souvent la jalousie des seigneurs ayant atterri dans des zones plus exiguës. Autour de moi, Connavar (Tenaka) à l’Ouest, Kipite et Ancelin au Nord, Adamant (Adamantium) à l’Est et le Duc de Navarre (Grand Duc) au Sud : il y a du talent, mieux vaut ne pas rater son départ et se choisir le bon camp ! Les blasons encore en lice à la fin de la campagne sont encadrés en rouge. Notez les nombreux survivants au Sud. Préparatifs : Très rapidement, je prends contact avec Tenaka (Connavar) et Kipite : je ne les connais pas encore beaucoup, mais ils sont talentueux, et puis ils occupent les deux directions vers lesquelles
  3. 3. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 je n’ai aucune envie de m’étendre : l’Ouest est souvent une région périlleuse (croisement des chemins avec l’Angleterre, l’Espagne, l’Afrique, l’Italie...) et le Nord est une impasse depuis ma petite terre de Bochnia. Très rapidement, nous tombons tous les trois d’accord sur la formation d’un triumvirat prêt à s’entraider, et dont le but final est évidemment de dominer cette campagne. Notez que les parties Best sont des parties à classement au long cours, donc la lutte pour le trône, en soit, passe au second plan à mes yeux : mieux vaut assurer une très bonne seconde place plutôt que tout risquer pour la couronne. Du coup, c’est un facteur de stabilité supplémentaire en faveur d’une petite alliance forte : on peut assurer à chaque membre qu’on va tout faire pour lui assurer le meilleur score possible, et ce sans mentir, donc il y a peu de risques que ça dérape sur la fin. Et puis une coopération tripartite qui devrait pas mal se pencher sur la gestion, ça colle parfaitement avec le blason de Bochnia (3 outils pour travailler la terre). Je profite de l’occasion pour exposer une proposition d’expansion territoriale :  Tenaka, avec ses très nombreux voisins, doit assurer la paix sur la quasi-totalité de ses frontières, tout en trouvant une cible relativement isolée. En fin de semaine, il revient vers nous avec son plan finalisé : il attaquera Nino. Cela m’arrange, car il va amener Tenaka à devenir un « rideau de fer » entre l’Ouest et ma région, et pour Tenaka, c’est un choix qui lui permet d’avoir un œil sur les Balkans ainsi que sur l’Italie, de sorte qu’il puisse vraiment peser sur les seigneurs des environs.  Kipite, de son côté, est clairement chaud pour attaquer Ancelin, son voisin très très proche géographiquement parlant. Afin de rendre ce conflit plus simple, je lui propose de me joindre à lui, et d’enchainer dans la foulée sur Adamantium, situé plus à l’Est, afin de sécuriser totalement le coin russe. À la sortie, nous nous partagerons équitablement les provinces ainsi conquises, et pourrons nous concentrer sur d’autres fronts. Pour le reste de mes voisins, il convient de les contacter et de faire illusion diplomatiquement afin de conserver la maîtrise du timing et si possible des comportements : je contacte Ancelin pour l’avertir du fait qu’Adamantium m’a demandé de lui tomber dessus (ce qui est faux bien entendu) et je contacte Adamantium pour lui dire que Kipite et Ancelin risquent de se taper dessus, et donc qu’il a tout intérêt à partir vers Ancelin en ma compagnie pour rafler la mise. Vous l’aurez compris, le but est d’encourager nos deux seuls voisins slaves à se taper dessus, à s’affaiblir mutuellement, pour que l’on rafle la mise derrière sans avoir à trop perdre d’argent. J’écris également au Grand Duc (Duc de Navarre), qui a beaucoup d’espace au Sud-Est de sa position et qui devrait donc voir ma proposition d’alliance d’un bon oeil. Sans compter que nos deux fiefs ont deux terres voisines en commun, le partage n’est pas sujet à dispute : il choisit Carpathia, je prendrai Slovakia (ce qui, là encore, m’arrange puisque ma frontière finale avec le Grand Duc est de 4 terres (Slovakia-Bochnia-Galich- Goryn) au lieu de 5 s’il m’avait laissé Carpathia. En fin de saison, je prends le temps de proposer bon nombre d’alliances commerciales au reste de l’Europe, afin de squatter le haut du tableau mais aussi en vue d’établir des correspondances régulières avec certains alliés au fil de la partie : cela pourrait servir à la fois à garder un œil sur ce qu’il se trame dans les autres régions du continent, et à la fois à s’assurer quelques fidèles comparses pour le crépuscule de la campagne si nous sommes en position de nous battre pour le sprint final. En Angleterre, les trois occupants des îles semblent sur le point de s’allier, et c’est tant mieux car leurs voisins continentaux font de même. En France, une alliance gravitant autour du Porteur du Sceptre (Orcrist) se met doucement en place, très logiquement. En Espagne, c’est un peu flou, alors qu’en Afrique on parle déjà d’une coalition sacrée. Pas d’unité en Italie à première vue entre Denix et James, en tout cas selon les échos de Tenaka. Côté Balkans, Fernand d’Aragon m’apprend que Erik de Raez compte partir en Turquie : autant dérouler un tapis rouge au Grand Duc qui risque de lui foncer dessus ! Du coup, je passe un peu de temps à converser avec Fernand et les Grecs en espérant qu’ils convainquent l’héritier de Raez d’aller plutôt au Nord. En Mer Égée, c’est un peu exiguë, avec Korn et Tobal mais aussi Calydan et Rodrigue de Rèze très proches côté africain. Je
  4. 4. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 mise sur Korn, mais aussi sur Jacques de Rèze, en espérant qu’ils s’entendent : mieux vaudrait pour moi que la région soit partagée par deux seigneurs possédant deux domaines de taille moyenne plutôt que par un seul possédant un grand fief. Côté ordres, j’impose à 9 comme souvent, levée de 950 soldats environ, appel de 5 chevaliers, de nombreuses alliances, guerre à Ancelin en coordination avec Kipite. Prévisions : Il n’y a plus qu’à espérer que mes coéquipiers au sein du trium-virat jouent vraiment le jeu et qu’Ancelin ne soit pas trop inquiétant. Bilan saison 1, préparation saison 2 :
  5. 5. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 Découverte de la carte : Voilà un premier tour encourageant, avec Kipite et Tenaka qui ont effectivement choisi de coopérer à fond. Ancelin a choisi l’option militaire forte (1500h) mais il est parti plein Nord, donc ça ne m’affecte pas trop personnellement. Adamantium a pris un départ plus commun mais s’est également dirigé plein Nord, c’est parfait. Tenaka et Nino se sont dirigés l’un vers l’autre et se sont déclarés la guerre : le conflit en 1 vs 1 risque de durer un peu et d’affaiblir l’économie de Tenaka à court terme, mais les gains territoriaux à la sortie seront conséquents. Dans les autres régions de la carte : un Anglais (Keiji) est mort au premier tour (IMP10 + oubli d’attaquer une province je crois), et si ça laisse de la place aux deux autres Anglais, ça risque aussi de faciliter le débarquement des seigneurs du continent. En France, il y a bien une petite coalition autour du Porteur (qui a joué la très faible RG pour s’assurer un gros fief), mais elle risque d’être confrontée à la coalition africaine (qui remonte en Italie via Spikelor/James) et aux guerres de succession espagnoles. Côté Balkans, ça me semble bien : Erik est finalement monté au Nord, à la rencontre du Grand Duc, tandis que Korn et Rodrigue se sont alliés pour conquérir les rivages de la Mer Égée. Mon blason est 6ème en RG (245 points contre 281 pour le premier, Calydan l’Africain), mais je suis tout de même très déçu de mon tirage de chevaliers (56, 33, 31, 20, 19)... Préparatifs : Le plus clair de la semaine est dédiée à la coordination au sein de notre trium-virat : Kipite est inquiet à cause de la grosse armée d’Ancelin, mais aussi à cause du départ vers l’Est du sire de Beynac, il va falloir le rassurer et faire un peu de diplomatie pour éloigner ces dangers. Pour de Beynac, je lui écris moi-même afin de le mettre en garde contre toute velléité d’expansion côté oriental, Tenaka fait de même, et nous prenons même le temps de faire pression sur celui qui semble être le plus proche de de Beynac, le sire Diablo. Et après quelques jours de tractations, il semblerait
  6. 6. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 que le sire teuton accepte de ne pas venir plus à l’Est et laisserait bien Pomern à Kipite (et Thuringa à Tenaka). Concernant Ancelin, je rédige une missive pour m’excuser de ma déclaration de guerre (« à cause d’Adamantium qui m’a mis en garde contre lui »), lui propose une paix immédiate en lui laissant la liberté de prendre Little Poland et l’avertis de mon entrée en guerre contre Adamantium afin de me venger. Il me répond peu après : il veut partir plein Est contre Adamantium pour se venger également : Kipite ne devrait pas être ennuyé, Adamantium va avoir du souci à se faire à sa frontière Nord et je devrais pouvoir prendre Little Poland (avec mon meilleur chevalier secondaire, attention, 56 de reno...) sans risquer d’y rencontrer un trop gros contingent ennemi. Finalement, la partie la plus dure est de chasser le pessimisme de Kipite ! ^^ Autres discussions, avec le Grand Duc pour lui renouveler ma confiance, avec les Anglais pour essayer de les aider à résister face à Skarn et Diablo notamment, aux Espagnols pour essayer de comprendre la situation dans la péninsule ibériqu, mais aussi avec Tenaka pour trouver la meilleure solution face à Nino, car une erreur en un contre un pourrait lui coûter cher, ce qui ne m’arrangerait pas vraiment (et puis les coalitions prometteuses restent assez rares, donc autant profiter de cette campagne pour montrer que je peux être un allié attentionné et utile). Côté ordres, je vais appeler 3 nouveaux commandants (il faut bien...) et attaquer 3 terres (Moravia, Little Poland et Goryn). J’aurais pu attaquer Silésia et Galich, mais ce sera pour le trimestre prochain, parce là ça me coûterait trop cher en soldats d’armer mon chevalier de reno 31 et l’autre de reno 20. J’échange Bochnia contre Pomerania contre Kipite : cela va nous permettre à tous les deux de troquer une terre pillée (qui ne nous rapporte plus d’écus ni de RG) contre une terre toujours pauvre mais à 20 de bonheur (qui rapporte donc une vingtaine de points de RG), cela peut paraître dérisoire (ou pas RP, m’enfin ce genre d’arguments...) mais à ce stade de la campagne, ça permet de se placer dans le peloton de tête en RG. Si j’achète Pomerania ce trimestre, je ne lui vendrai Bochnia que le tour suivant, puisque Kipite achète Pomern à de Beynac. Prévisions : Je devrais rester parmi les meilleurs blasons, tant en conquête qu’en RG, et commencer à préparer la guerre contre Adamantium. J’espère que les guerres Grand Duc/Erik de Raez et Tenaka/Nino ne me causeront pas de soucis, car je suis contraint de placer mes quelques forces militaires correctes du côté où ça va chauffer.
  7. 7. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 Bilan saison 2, préparation saison 3: Découverte de la carte : Une seconde résolution sympathique, pas mal de choses qui ont réussi, mais quelques ratés : mes 3 nouveaux chevaliers sont assez affligeants (60, 5, 4...), Ancelin est resté en Poland avec 1300h, Adamantium étend tranquillement son influence sur les steppes, Erik de Raez menace Galich (risque de félonie pour moi), Nino a pris Slovakia (mais que diable vient-il faire ici ?), et Captain, l’un des seigneurs anglais, s’est rendu félon sur Skarn. Autres félons, Soviet et Octave (Azildur), tous deux en Espagne. Préparatifs : On discute rapidement avec Kipite de la suite des évènements : Ancelin est puissant, et Adamantium est en train d’avancer tranquillement (5 terres, 4 à sa portée), ce qui risque d’en faire un adversaire difficile à battre rapidement dans la foulée. Kipite va attaquer en force Ancelin (qui ne devrait pas survivre à ce trimestre à moins de percer chez Adamantium ou d’attaquer Little Poland puisque je n’ai pas les moyens de la défendre) et moi je vais quitter l’habit de « seigneur capable d’attaquer Adamantium » à cause de mes chevaliers bien pourris, pour me muer en « seigneur capable de faire écran pour Kipite tout le long de la frontière d’Adamantium ». Je me charge également de garder de bonnes relations avec Adamantium, faisant mine de me préparer à un conflit à ses côtés contre Kipite. Je contacte ensuite Tenaka, qui a plutôt bien réussi sa saison grâce notamment au fait que Nino n’ait pas attaqué vers lui et à l’échange bloquant réalisé avec le Porteur (ajout de fin de partie : premier signe visible d’une entente entre Tenaka et le Porteur, car Tenaka se
  8. 8. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 sentait un peu « coincé » entre moi et Orcrist, souhaitant donc être l’ami des deux et l’ennemi de personne, sentiment que je comprenais sans souci). En-dehors des affaires du trium-virat, je discute avec le Grand Duc pour faire mine de l’aider contre Erik. À cette occasion, il me propose de prendre Galich à ma place (je ne peux l’attaquer à cause du risque de félonie sur Erik) et de me la vendre pour 1 écu, si j’arme son petit chevalier chargé de l’attaque. Cela m’arrangerait bien si ça se faisait, donc je réponds par l’affirmative. Du côté de Tenaka, il me propose qu’en échange d’un prêt de 600 soldats de ma part ce trimestre, il me vende Slovakia 1 écu le tour prochain. Là encore, ça m’arrangerait. Il ne me reste donc plus que Silesia à attaquer (Kipite voudrait la prendre à ma place, mais bon, j’ai envie d’en faire une terre de levée, riche qui plus est, et puisque je vais devoir lui passer des soldats pour qu’il attaquer Adamantium à ma place, autant que j’ai de quoi lui passer des sous ^^). Côté anglais, on essaie de se mobiliser pour remonter Captain après sa félonie, Milam se sent un peu seul militairement face à Skarn et Diablo, donc je tente de le rassurer en lui disant que moi et Kipite n’allons pas tarder à attaquer de Beynac (ce n’est pas encore à l’ordre du jour, mais ça viendra dès qu’Adamantium sera neutralisé) et je discute avec lui des meilleures stratégies à adopter (ajout de fin de partie : c’est le début d’une correspondance assidue et très agréable qui durera jusqu’à la fin de la partie). Je rédige également une rapide gazette d’autodérision concernant mes chevaliers, histoire de paraître le moins dangereux possible : Une autre gazette est publiée par mes soins, cette fois pour parler un peu de la situation des blocs d’alliance. Les informations qui y figurent sont pour certaines volontairement erronées (ex : le Nord- Est où je mets Adamantium avec moi et Kipite, ou l’Ouest avec Tenaka inclus dans le bloc Diablo-de Beynac, eux-mêmes séparés du bloc du Porteur du Sceptre). Mais si cela peut me permettre de paraître moins dangereux là encore, et d’attirer l’attention sur Orcrist, c’est tout bénéf’.
  9. 9. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 Côté ordres, je participe donc à la joute de Captain, je déplace un chevalier en Kauyava et un autre en Little Poland tandis que Kipite s’avance en Little Poland tout en annulant son alliance avec Adamantium. J’attaque Silésia et achète Galich. Quatre nouveaux chevaliers vont rejoindre mon château, en espérant avoir autre chose que du bas de gamme ! Le haut du tableau de la partie, à ce stade, est assez intéressant. Les 4 premiers se tiennent en 4 pts, et sont 4 blasons présents à l’Est, dont 3 de notre coalition. Korn, Nino et Fernand sont également des seigneurs de la moitié Est de la carte. Dans le top 10, seuls 3 seigneurs sont de l’Ouest, et les 3 appartiennent au bloc d’Orcrist, ce qui en fait notre principal concurrent pour l’instant.
  10. 10. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 Prévisions : 7 terres, une bonne RG et pas trop de nuages à l’horizon, ce qui devrait me permettre de me concentrer sur les autres régions d’Europe afin d’y dénicher des alliés pour le long terme.
  11. 11. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 Bilan saison 3, préparation saison 4: Découverte de la carte : Ancelin est mort et je suis premier en RG, c’est bon ça :). Par contre, j’ai oublié de vendre Bochnia à Kipite. Grand Duc m’a vendu Galich, Tenaka a bien pris Slovakia, c’est parfait, et je peux même me réjouir de la qualité des chevaliers appelés ! (110, 67, 45, 41) Préparatifs : Je me fends d’un message d’excuses sincères à Kipite, et passe immédiatement l’ordre de vente pour ne pas oublier une nouvelle fois. Kipite va déclarer la guerre à Adamantium et déplacer son chevalier en Volhynia, tandis que pour ma part je dois rester neutre et faire écran depuis Danzig jusqu’à Goryn : Kipite ne devrait avoir qu’à attaquer les positions ennemies le trimestre prochain. Toujours pas mal de dialogue avec Tenaka également, sa guerre contre Nino avance doucement mais sûrement et il devrait prendre un sérieux ascendant ce trimestre. Tenaka va également récupérer Meissen (que Kipite avait prise lorsqu’il avait besoin d’argent mais qui appartient à Tenaka d’après le partage établi au trimestre inaugural). Côté anglais, je discute avec Milam pour essayer d’optimiser sa lutte contre Skarn et Diablo (l’idée de base étant de se concentrer sur Skarn, laissant Diablo aller s’enfermer vers l’Écosse (en attendant que moi et Kipite on attaque de Beynac et donc que Diablo se retrouve finalement entre deux feux.
  12. 12. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 Par contre Captain n’est pas au top, et n’a plus les moyens militaires de vaincre son ennemi hollandais, il devrait reculer. Côté Ouest, Dragan s’est fait trahir par le Porteur et Tenaka, qui ont une nouvelle fois coopéré, pour faire tomber un seigneur qui faisait partie de leur bloc... Et Cette fâcheuse tendance qu’a Orcrist de voir ses proches alliés tomber les uns après les autres en désuétude (parfois malgré lui) pourrait nous servir à semer la zizanie auprès de ses alliés. Il n’empêche que ça risque d’être un joli festin pour les deux acolytes, car Dragan est dans les choux, sans aucun véritable moyen de se défendre cette saison. Il pourrait même disparaître complètement de la carte. Côté Mer Égée, j’échange pas mal avec le duo Korn-Rodrigue de Rèze, puisqu’on s’était dit que l’on aurait l’occasion de combattre côte-à-côte dans les Balkans et que se présente ce trimestre l’occasion pour eux de monter un peu au Nord en déclarant la guerre à Erik de Raez (leur seule porte de sortie pour l’heure car Fernand d’Aragon est assez puissant). La suite du scénario devient rapidement limpide à mes yeux : leur faire croire que Fernand et le Grand Duc s’uniront pour leur tomber dessus et leur proposer mon aide afin de contrer cette menace. Il ne me sera pas difficile d’encourager le Grand Duc et Fernand en ce sens (même s’ils feraient sans aucun doute la même chose sans mon intervention). À moyen terme, cela devrait me permettre d’acquérir pas mal de terres, et ensuite d’avoir le choix entre m’étendre vers l’Italie ou la Mer Égée. Côté ordres, j’appelle 3 nouveaux chevaliers (cela devrait me faire 16 commandants), j’achète Slovakia à Tenaka (et récupère les 600h que je lui avais prêté). L’un de mes chevaliers moyens se déplace vers la frontière entre Kipite et de Beynac, car ça finira par chauffer dans le coin. En gazette, je m’amuse avec la coalition Ouest :
  13. 13. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 Quelques bizarreries, mais toujours plusieurs constantes: les Français trahissent ou poussent à trahir, et récoltent les lauriers. Mandino de Carpat est ainsi envoyé au Portugal alors que les Pyrénées lui tendaient les bras, Dragan est rendu félon et se fait planter deux couteaux dans le dos par les membres de sa propre coalition pour un faux prétexte... Seigneurs dEurope, afin de ne plus vous faire avoir, nécoutez plus les seigneurs de lalliance Vomito, la coalition qui est à vomir, que certains appellent les Incontinents (de la bouche) pour mieux se moquer de leur désir de domination continentale. Ils sont aisément repérables, arborant la cartographie de leur alliance, ô combien évocatrice, à leur cou (rassurez-nous, notre Rédaction nest pas la seule à y voir un petit bonhomme se soulageant au fond dune bottine italienne?!) Prévisions : Territorialement parlant, je devrais stagner, régresser même puisque je cède Bochnia. Mais je peux prendre soin de mon économie, de quoi avoir des terres riches pour la suite de l’aventure, c’est pas plus mal (il faut dire que j’ai rarement des fiefs très riches quand je joue sur Euro, ou même quand je joue tout court...). Il va falloir suivre le Porteur de près, Tenaka aussi peut-être s’il décidait de se laisser tenter par l’aventure proposée par Orcrist.
  14. 14. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 Bilan saison 4, préparation saison 5: Découverte de la carte : Pas mal pour une stagnation, je reste 2 ème en RG, juste derrière Tenaka qui a bien croqué un Dragan qui a disparu aussi sec. Et je devance Calydan qui a...48 000 écus dans ses coffres ? Il a pillé quoi ? Rien ? Ah tiens, Dragan lui en a fait cadeau avant de mourir, sympa ! Et Dragan s’est arrangé pour rendre Orcrist félon en plus (il s’est rendu volontairement félon sur Nino pour que ce dernier prenne l’une de ses terres, et Orcrist a perdu 2/3 de la reno de son c-s en attaquant cette même province derrière). Sinon, Kipite a bien déclaré la guerre à Adamantium, qui s’est toutefois partiellement protégé en cédant une terre à de Beynac, lui aussi félon (cette fois en déclarant la guerre à Dragan, qui était encore son allié). En plus c’est la joute royale, ils vont avoir du mal à trouver du monde pour remonter leur c-s. Du côté de mes chevaliers appelés, c’est la misère (32, 26, 17). Préparatifs : En compagnie de Kipite, on boucle rapidement les attaques : il va s’occuper d’attaquer Masuria, Bialoweza et Pinsk, mais défendra également ses provinces (malgré le fait que mes chevaliers y fassent écran) car mon rôle ce trimestre va être de convaincre Adamantium que je ne suis pas hostile à son blason et que je vais pousser mes chevaliers, tout en levant pas mal d’armées (>2000h) pour Kipite. Avec un peu de chance, Adamantium pourrait se rendre félon sur moi, et la conquête de l’Est en serait facilitée. Je vais acheter Pinsk dans la foulée, histoire que Kipite et moi restions à peu près au même niveau en terme de taille de fief. Pour Prussia, il ne souhaite pas déclarer la guerre à de Beynac, car il n’a pas de quoi sécuriser sa frontière Ouest, donc c’est moi qui
  15. 15. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 vais déclarer la guerre : avec un chevalier à portée de Prussia, je pourrai reprendre cette province, et puis avec mon chevalier qui se déplace en Lausatia, ça me permettra de mettre la pression sur Saxony. Tenaka a bien progressé chez Dragan, mais aussi contre Nino : avec 13 provinces, il talonne le plus grand fief du continent, celui d’Orcrist (14 terres), loin devant les poursuivants dont nous faisons partie, moi et Kipite (6-8 terres, 9 pour Skarn et le Grand Duc). Afin d’apaiser mes craintes concernant le Porteur, il va rétrocéder à ce dernier la Provence, contre Austria. Côté Balkans, Korn va pouvoir progresser facilement chez Erik de Raez, alors que le Grand Duc s’approche lui aussi du détroit du Bosphore et peut compter sur un écran de la part de Fernand d’Aragon. En Espagne, Soviet a réussi à sauver un peu sa peau en achetant Estremadura, mais la situation est assez sulfureuse pour ne pas être trop rassurante. Il entre donc en contact avec plusieurs seigneurs pour devenir leur vassal et jouer la survie : Tenaka accepte et lui propose d’acheter l’Alsace, permettant ainsi à Soviet de venir nous aider, moi et Kipite, à déstabiliser le duo Diablo/de Beynac. Cela donnerait également un peu d’air à Milam, qui ne contrôle quasiment plus que l’Irlande. Quant à Captain qui ne compte plus qu’une seule province, je lui propose de venir s’exiler en mes terres slaves : cela lui assure la survie, et moi ça me permet de compter quelques chevaliers de plus à mon service, dont son c-s qui n’est pas mauvais (en tout cas meilleur que 80% de mes propres chev). Il faut également noter que le calcul du score pour les parties Best a une composante diplomatique qui vaut 50 pts (nombre d’alliés – nombre d’ennemis / nombre de survivants-1). Donc si au lieu de voir un seigneur neutre ou amical mourir, vous lui proposez l’asile, vous en faites un allié assuré de plus, et un ennemi potentiel supplémentaire pour vos concurrents. Donc pour votre score, c’est tout bénéf’, et ça vient diminuer celui des autres joueurs. Sans compter les avantages que cela procure en terme d’écran etc. L’asile se fera gratuitement : j’ai en effet décidé de me démarquer des joueurs utilisant les gros transferts, histoire de ne pas pouvoir être attaqué là-dessus si je gagne (ou simplement si je finis correctement) cette campagne. Nouvelle petite gazette visant l’Ouest (qui permet accessoirement de cacher aussi longtemps que possible le fait que Tenaka fait partie d’un triumvirat avec moi et Kipite):
  16. 16. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 Extrait de "La zoophilie pour les nuls": Les papillons sont aussi appelés lapidoptères, car les membres de telles alliances finissent souvent lapidés par leurs pairs. Certaines sources évoquent aussi un lien avec ladultère, mais cela ne nous regarde pas. Le thorax, qui couvre 80% du corps de lanimal, est complété par deux zones secondaires. Ces trois parties sont chacune divisées en deux, selon une symétrie longitudinale. Il nen reste pas moins que le Papillonis subterfugus que nous avons aujourdhui notre nez est une espèce très intéressante car extrêmement intelligente. Elle a traversé les saisons et a survécu à la sélection naturelle des seigneurs grâce à une technique très particulière, la guerre à laveugle. Sa technique est finalement simple comme bonjour, le papillon faisant croire quil butine tranquillement quelques terres (là où il regarde) alors que les points rouges sur ses ailes montrent là où il veut vraiment attaquer. Il a surpris plus dune proie de cette manière, alors prenez garde!
  17. 17. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 Prévisions : +1 terre via l’achat de Pinsk, -1 via l’hébergement de Captain, encore une saison où je vais stagner en territoires, mais je continue d’enrichir mes provinces actuelles. Bilan saison 5, préparation saison 6: Découverte de la carte : Tiens Kipite n’a pas pris Bialoweza, et pour cause : Adamantium a attaqué Poland, se rendant félon sur moi ! C’est parfait, la suite de la conquête va être grandement facilitée (c- s d’Adamantium à 34). Quant à Volhynia, Captain y fait écran, c’est parfait. Sinon Tenaka a bien avancé contre Nino mais a oublié de vendre une terre à Soviet pour l’héberger (du coup, Soviet est mort) ; le Grand Duc a semble-t-il été ONR (mais Erik n’a pas bougé non plus, seul Korn a donc progressé dans la région pour arriver aux portes de Byzance) ; la coalition africaine (Calydan, Spikelor, Artaz et James) remonte vers la Corse et progresse vers l’Espagne après avoir évincé le seigneur marocain Maximus Dorel ; Octave (Azildur) est également décédé au cours d’un raid ennemi dans les Pyrénées (ce qui laisse plusieurs terres pour le Porteur et Skarn, décidément, Orcrist aura glané plus de terres chez les membres de son bloc initial que chez ses ennemis !). En Angleterre, excellente nouvelle, Milam a réussi à s’implanter au centre de l’île et vient de remporter la royale : il a de quoi embêter grandement Skarn voire Diablo (Diablo qui a été ONR également ce trimestre). Pour ma part, je reprends la première place en RG. Le top 10 reste d’ailleurs dans le même esprit qu’avant, avec une majorité de seigneurs orientaux (hormis Milam, qui a un joli fief et 15 000 écus de récompense en coffre, Calydan qui ne doit sa RG quasiment qu’au gros transfert de fonds de Dragan et le Porteur qui fait logiquement partie de ce top 10 actuel).
  18. 18. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 Préparatifs : Avec Kipite, nous finalisons rapidement le sort d’Adamantium. Prussia et Turov vont être prises par mes armées (puisque je suis désormais en guerre contre Adamantium et de Beynac), tandis que Lithuania, Courland et Bialoweza seront conquises par Kipite. Seul souci : Adamantium possède son « meilleur » chevalier et l’ensemble de ses forces en Bialoweza, sachant qu’il lui reste 13 000 écus en coffre et 3 terres relativement riches. Il peut donc menacer Little Poland, terre centrale à l’intérieur des lignes de Kipite et moi-même, qui risque de ne pas pouvoir être défendue par mes propres forces : j’ai bien plusieurs chevaliers à portée, mais l’un doit partir vers de Beynac, l’autre doit rester caché aux portes du domaine du Grand Duc et mon c-s doit également défendre Turov et Pinsk. De plus, mes armées actuelles se résument à une garnison de 600 soldats en Slovakia (ayant donné plus de 2000h à Kipite en Poland et 500h également pour la conquête de Pinsk, je ne peux donc lever qu’une seule grosse armée pour défendre l’ensemble de mes frontières orientales. Une solution se dessine alors : Kipite pourrait défendre Poland et Masuria, puis Little Poland, avant d’attaquer Bialoweza avec son meilleur chev placé en Poland. Au cas où son chev serait bloqué sur l’une de ces provinces, l’un de mes chevaliers irait attaquer Bialoweza avec une petite armée dans la foulée (et lui revendrait immédiatement la province conquise pour 1 écu). Ainsi, nous sommes presque assurés de voir le fief d’Adamantium réduit à la province reculée de Kur à l’issue des combats. Le seul écueil dans cette tactique est la neutralité entre Captain, qui occupe Volhynia, et Kipite : ce dernier craint que je ne profite de l’occasion pour le rendre félon. Mais comme je le disais ci-dessus, j’ai décidé de tenter le pari d’un trium-virat fort et solide jusqu’au bout (conscient que ça pourrait me coûter cher si l’on décide de me trahir évidemment).
  19. 19. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 De son côté, Tenaka devrait en finir avec Nino et passer à 16 terres, largement devant moi et Kipite qui ne devrions arriver qu’à 10 possessions chacun, mais nos positions sont moins centrales et nos provinces un peu plus riches. La grande inconnue est l’identité de la prochaine cible de Tenaka : il a un œil sur le Sud-Est (Fernand d’Aragon) qui est trop puissant pour qu’il s’y attaque seul, l’Italie est un poste avancé de la coalition africaine, le Porteur est puissant (et son allié)... Il y a bien le Nord-Ouest que Kipite et moi n’allons pas tarder à attaquer, mais puisque de Beynac, Diablo et Skarn font partie du bloc du Porteur, Tenaka risquerait de se mettre Orcrist à dos. Je parie donc sur un certain attentisme de Tenaka, qui devrait attendre que le choses se décantent et qu’une occasion se présente (et c’est notamment pourquoi j’essaie de positiver à côté de Kipite qui s’inquiète ouvertement de l’avance prise par notre ami commun). Je donne un nouvel ordre d’alliance à mon voisin occidental puisque ma déclaration de guerre à de Beynac a fait sauté la précédente. En compagnie de Korn et de Rodrigue de Rèze, nous discutons plus sérieusement des opportunités militaires dont nous disposons contre le Grand Duc : Korn va prendre Thrace, Rodrigue va s’y déplacer et profiter de la neutralité de Korn pour attaquer le tour prochain les positions du Duc, et de mon côté je déclare la guerre tout en utilisant les chevaliers de Captain depuis Goryn jusqu’à Bochnia pour faire écran. Je demande à Tenaka de déplacer un petit chevalier en Slovakia, ce qui permettrait de mettre la totalité de ma frontière à l’abri. L’un de mes commandants fait ses bagages pour Bakony, de sorte qu’il puisse menacer Banat le trimestre prochain également, portant à 5 le nombre de terres du Grand Duc que je pourrai attaquer. Fernand d’Aragon, me croyant pleinement du côté du Duc, m’apprend qu’il va obtenir la Macédoine, tandis que le Duc devrait s’emparer de Dobruja (soit une prévision de 7 terres pour Fernand et de 10 pour le Grand Duc). Puisque c’est surtout le spectre d’une coopération étroite entre le Grand Duc et Fernand d’Aragon qui nous fait un peu peur, nous essayons de trouver un moyen d’isoler nos deux ennemis, voire de les amener à se taper dessus : Fernand est actuellement allié au Duc donc, mais aussi à Korn et Rodrigue. Donc lorsque Korn va déclarer la guerre au Duc, ça va casser l’alliance entre Fernand et Korn, mais aussi celle entre Fernand et le Duc. Dans la foulée, Rodrigue de Rèze va déclarer la guerre au Grand Duc : puisque l’alliance Fernand- Duc aura déjà été cassée, Rodrigue restera de facto allié à Fernand. Résultat des courses : Fernand sera allié à Rodrigue et ne pourra se ré-allier au Duc en moins de 2 tours. Du côté de de Beynac, je n’ai aucun écho, sans doute va-t-il défendre Saxony, et sachant que le chevalier que j’ai à portée n’est pas très folichon et qu’il faudrait l’armer pas mal, je choisis de ne pas lui faire attaquer la capitale de de Beynac et d’attendre les renforts.
  20. 20. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 Dans la région espagnole, de Carpat m’informe qu’il se méfie grandement de la coalition africaine, alors que de mon point de vue, Calydan et Cie auraient tout intérêt à se rapprocher au moins d’un des deux ibères pour taper conjointement sur le Porteur (à cette date, le Porteur est en guerre contre la coalition africaine et contre de Carpat, sachant que les deux Espagnols sont alliés). Prévisions : La quasi-disparition d’Adamantium et le retournement de veste à l’égard du Grand Duc devraient être deux gros évènements pour mon blason dans cette campagne. Avec un conflit à venir contre le tandem Diablo/de Beynac côté Ouest, Kipite et moi devrions pouvoir nous étendre assez rapidement pour rattraper Tenaka qui devrait stagner un peu. À la fin de ce trimestre, notre trium-virat devrait représenter 36 territoires (contre 40 pour le bloc du Porteur, en comptant les provinces italiennes de Denix et celles d’Octave laissées neutres. Il faut toutefois noter qu’ils ne semblent pas être pour autant en position de force contre nous, puisque nos 36 terres sont le fruit de l’association de 3 blasons seulement, alors que le bloc Ouest est actuellement constitué de 5 seigneurs). Je ne m’inquiète pas trop concernant le Porteur, car ses 2 fronts (Espagne + Italie/Corse) devraient pomper son temps et son énergie, tandis que ses provinces sont quasiment toutes déjà pillées. Bilan saison 6, préparation saison 7: Découverte de la carte : Tiens, nouveau coup de théâtre : de Beynac a fait se révolter toutes ses terres, a vendu la plupart à ses alliés du bloc Ouest (Lorraine, Westphalia et Friesland) et a donné 40 000 écus à Orcrist en lui achetant la Bourgogne. Une sorte de réponse au don de Dragan si j’ose dire, qui pour l’heure risque de bien nous arranger puisque nous n’avons plus grand chose à affronter sur les rivages de la Mer du Nord. Autre surprise, plus menue celle-ci, la félonie de Korn sur le Grand Duc en Thrace : mon voisin du Sud a semble-t-il tenté un coup de poker pour plonger sous Korn en RG, et ça a marché. Mais Korn a tout de même pu prendre Byzance, et l’a immédiatement vendue à Montloup, sire espagnol quelque peu en difficulté dans sa région natale. Adamantium a bel et bien attaqué Little Poland comme je le pensais, et l’attaque défensive de Kipite a permis de le tuer : Kipite
  21. 21. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 m’a revendu Little Poland tandis que je lui cédais Bialoweza. Je suis en guerre contre le Grand Duc, et bien que Captain fasse écran comme prévu, je suis un peu déçu car Tenaka n’a pas déplacé son commandant en Slovakia (que je vais donc devoir défendre) et car le Grand Duc vient d’appeler 5 chevaliers, dont quelques-uns corrects, ce qui m’empêche d’attaquer tous azimuts sans risquer la vie de mes petits chevaliers (or je n’ai pas trop envie de les gaspiller). En Espagne, de Carpat a effectivement été la cible d’une déclaration de guerre de la part de la coalition africaine, qui s’est également emparée de l’île de Beauté. Je reste premier en RG à 678 pts, avec 50 d’avance sur Orcrist et Calydan qui ont pourtant tous deux bénéficié d’un bonus de 40 000 écus et 100 d’avance sur mes deux coéquipiers du trium-virat. Préparatifs : Dans la région teutonne, Kipite et moi allons donc pouvoir avancer tranquillement cette saison, avec la prise de Saxony (terre de levée >40 000 de population) et d’Holstein. Enfin tranquillement, c’est peut-être un peu exagéré, car théoriquement il y aurait un risque de félonie de Kipite sur Tenaka si Kipite attaque Saxony (car leur alliance a sauté et Tenaka est moins RG) et un risque de félonie de moi sur Diablo si j’attaque Saxony (car Diablo est neutre vis-à-vis de moi et il possède un chevalier en Westphalia). Après discussions, ce sera Kipite qui s’occupera de Saxony (et d’Holstein), je me porte garant de Tenaka tout en déplaçant mes chevaliers vers l’Ouest : Kipite va rester neutre avec Diablo, Porteur du Sceptre, Denix et signer l’armistice avec de Beynac, tandis que je vais déclarer la guerre à tout ce beau monde afin de menacer Friesland et Westphalia le trimestre prochain sans que nos propres positions ne soient inquiétées (il faut dire que moi et Kipite faisons
  22. 22. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 mine auprès de Skarn et de Diablo d’être amicaux, ils ont mordu à l’hameçon je pense puisqu’ils proposent de nous laisser passer vers le Porteur si on les laisse s’occuper de Milam). La jonction avec Milam reste l’objectif numéro un sur ce front, car notre allié anglais sera d’une aide précieuse lorsque viendra l’heure de nous étendre en France contre Orcrist, et j’essaie donc de le conseiller au mieux dans sa conquête de l’Angleterre. Sinon, Skarn vient de lancer un appel aux alliés à Diablo, Denix, de Beynac, Orcrist et Tenaka, sympa pour un allié ! Les conséquences restent toutefois assez mesurées (guerre conte Milam et Captain). À l’Est, Kipite va finaliser l’expansion slave en prenant Kur, devenue neutre après la mort d’Adamantium, et je vais pour ma part devoir sélectionner les provinces du Grand Duc que je peux me permettre d’attaquer :  Banat, via mon chevalier de Bakony, car il y a une chance sur deux pour que le Grand Duc ne voit pas que je peux menacer cette terre  Alfold, via mon bon chevalier de Slovakia si je n’ai pas à défendre ma terre de levée  Carpathia, via mon bon chevalier de Bochnia Par contre, Transylvania est la terre la plus peuplée du Duc (27 000 paysans) et il peut y lever pas mal de soldats. S’il y possède un chevalier correct, le 60 que j’ai à portée ne pourra pas passer. Idem pour Moldavia, où un éventuel chevalier du Duc pourrait recevoir les 4000 soldats du Duc sans doute présents en Dobruja. Je vais donc me contenter des 3 provinces les plus à l’Ouest sur les 5 à ma portée et attendre les renforts. Captain va essayer de rester neutre vis-à-vis du Duc et continuera de faire écran depuis Goryn jusqu’à Carpathia. Coté diplomatie, j’essaie de convaincre le Duc de faire la paix avec moi. Il est d’accord à condition que je ne prenne que Alfold et Carpathia, je lui réponds qu’il me faudra un passage vers Fernand, ce qu’il comprend : il me propose donc de me vendre Banat le tour prochain, avec signature immédiate d’un armistice. Je ne vais pas respecter cet accord naturellement, le Grand Duc ne voudrait que me ralentir, mais c’est bon signe concernant 1) le fait qu’Alfold et Banat ne peuvent pas vraiment être bien défendues et 2) le fait que le Grand Duc n’a pas vu que je pouvais prendre Banat dès cette saison. Kipite et moi allons nous échanger Turov et Courland. En effet, nous avons chacun récupéré l’une de ces terres à 20 de bonheur/0.1 de richesse. L’imposition va être de 0 (obtention d’une terre à 40 de bonheur/0.2 de richesse), et l’échange va nous permettre le tour prochain d’imposer à 10 la terre de l’autre. Deux tours plus tard, chacun pourra récupérer sa terre initiale, avec 40 de bonheur/0.1 de richesse, de telle sorte que nous pourrons les booster à 80 de bonheur sans que cela ne nous coûte beaucoup d’argent. Notre RG en sera augmentée, idem pour le bonheur moyen (or plus le bonheur moyen augmente moins les seigneurs qui ont une économie peu exceptionnelle arrivent à conserver un bon classement). Cet échange est le premier d’une série de 3 ou 4 séquences de ce type qui devraient nous permettre d’arriver à 2000 pts de RG quand nous approcherons de 25-30 terres (sans mécanismes de ce type, il est tout bonnement impossible d’avoir une RG supérieure à 1600 pts avec 30 territoires si la partie n’est pas exceptionnellement longue ou facile, or le score du classement Best dépend de la taille du fief, de la diplomatie mais aussi de la RG, donc il faut la soigner autant que les conquêtes). Korn va essayer de remonter un peu son c-s avec une grande joute, tandis que ça va rester très calme du côté de Thrace : Korn n’a plus personne dessus pour menacer le Duc, Rodrigue n’est pas encore arrivé, et la neutralité entre Montloup et le Duc empêche toute attaque de Byzance. Bref, statu quo. Fernand, de son côté, est un peu surpris et pas très content de mon retournement de veste contre le Duc, mais accepte finalement de déclarer la guerre à son voisin bulgare : cela lui permet théoriquement de prendre de nouvelles terres et de coopérer avec moi pour que nous attaquions ensemble le trio grec dans la foulée. Évidemment, l’idée est de l’inviter à mettre la majeure partie de ses forces du côté de Thrace et d’Attica, histoire que je puisse avancer tranquillement contre lui.
  23. 23. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 À l’occasion de quelques discussions avec les Africains (enfin avec Artaz qui est le seul seigneur de leur bloc avec qui j’ai un peu échangé), j’apprends qu’ils sont refroidis par le boost financier du Porteur. J’ai presque envie de leur dire que c’est un boost assez logique, mais bon. Du coup, il se pourrait fort bien qu’ils négocient la paix, par exemple en pointant du doigt la menace que moi et Kipite faisons peser sur les alliés du Porteur au Nord. Bien naturellement, ça nous arrangerait bien que le Porteur et les Africains continuent de s’affaiblir mutuellement, nous laissant ainsi les mains libres. Du point de vue des Africains, leur désir de paix avec le Porteur est largement compréhensible, puisqu’ils patinent en Italie et qu’ils se sont mis à dos toute l’Espagne (à leur place, j’aurais peut-être opté pour une coopération avec la péninsule ibérique, mais puisque je n’ai pas trop suivi les intrigues dans cette région du continent depuis l’entame de la campagne, je ne saurais dire si c’était vraiment faisable). Mais du point de vue d’Orcrist, qui peut se défouler en Italie voire en Espagne, je vois mal l’intérêt qu’il aurait à signer la paix maintenant qu’il a l’avantage. À moins évidemment qu’il n’espère pouvoir venir nous embêter, moi et Kipite, en compagnie de Tenaka qu’il peut croire être de son côté. Il me conforte même dans cette dernière hypothèse lorsqu’il contacte Kipite et moi concernant les terres du Nord, celles abandonnées et vendues par de Beynac : il exige presque que nous ne prenions aucune terre à notre portée, et écarte toute idée de conquête de notre part en Westphalia/Friesland. Puisqu’il n’a aucune influence dans la région (aucun chevalier à moins de 4 terres de distance, aucune levée massive de soldats possible...), je lui réponds avec amusement que l’on verra bien jusqu’où on arrivera à progresser. Kipite est un peu inquiet je crois, puisqu’il considère que le Porteur pourrait lever des soldats en Suisse et faire passer ses cohortes via les terres de Tenaka pour venir nous frapper rapidement. Mais j’ai confiance en Tenaka : dès que les hostilités entre le Porteur et moi-même commenceront, il choisira la neutralité totale, ne souhaitant pas être instrumentalisé par l’un ou l’autre de ses voisins. Donc je perçois le fief de Tenaka, à court terme, comme une montagne infranchissable que tout le monde devra contourner, et exclus donc tout « raccourci » pris par le Porteur pour venir nous titiller. Histoire de gêner un peu le rapprochement entre Porteur et Africains, je tente une petite gazette-rebus :
  24. 24. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 Prévisions : +3 terres au Sud, pendant que Kipite fait un +2 à l’Ouest et un +1 à l’extrême Nord-Est, cela devrait nous permettre d’avoir 13 provinces chacun, et il y a encore pas mal de terres à conquérir assez facilement et rapidement. Le début d’une coopération très étroite avec Kipite au niveau de la formation de provinces à très haut bonheur devrait également nous permettre de prendre le large en RG à moyen terme. Et Dieu sait qu’il nous faudra être puissants si le Porteur et l’Afrique s’allient contre nous. Un 16ème chevalier va rejoindre mes rangs. Bilan saison 7, préparation saison 8: Découverte de la carte : Youpi, nos attaques ont bien fonctionné : Kipite et moi sommes à 13 terres comme prévu. Pas d’activité militaire du côté de la Mer du Nord, ça promet pour la suite, par contre le Grand Duc semble avoir ramené toutes ses forces vives à mes frontières. Il se peut même qu’il ait fortifié Transylvania au max, ouille ! Fernand d’Aragon a déclaré à son tour la guerre au Duc, ça tourne à la razzia, et Montloup s’est définitivement téléporté en Thrace. Les Africains ont bien réussi leur tour également, puisque de Carpat est mort : il y a comme un vide en Espagne, d’autant plus que le dernier survivant ibère est ruiné (490 soldats et peu de terres financièrement saines). Et ils ont signé la paix avec le Porteur, comme je le craignais. En RG, je suis un peu triste : Kipite et moi sommes rattrapés voire dépassés par le Porteur et Calydan, de 50 pts à peine malgré les 40 000 écus que chacun d’eux a reçu. Mais je prends mon mal en patience : dès que les terres à fort bonheur mises sur pied avec mon voisin slave seront opérationnelles, nous n’aurons plus ce genre de souci. Et sinon mon nouveau chevalier est encore pourri (36)...
  25. 25. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 Préparatifs : Je boucle rapidement la diplomatie avec le Grand Duc, puisqu’il a clairement démontré qu’il souhaitait se focaliser sur moi. Il tente même de me faire culpabiliser en disant que je n’ai pas respecté notre accord, alors que dans l’absolu je n’ai pas tellement agi différemment : Banat était vouée à me revenir et je ne pouvais pas signer la paix avec lui sans risquer la félonie chez Fernand. Captain continue de faire écran entre Carpathia et Goryn, ça me facilite la tâche, mais son c-s commence à être bon (148) donc il va pouvoir entrer en guerre pour m’apporter une aide concrète et ainsi gagner quelques territoires (parce que bon, il faut aussi que cette coopération serve ses intérêts). Il me faut défendre Alfold et Banat (je mets des armées modestes de 1000h sur mes 2 chev à 100 de reno, car je m’attends au pire à de petites incursions bloquantes, le gros des troupes du Duc restant sans doute en Transylvania), tout en attaquant Moldavia. Je pourrais tenter une offensive en Transylvania mais la perspective de me casser les dents sur une enceinte fortifiée m’encourage à attendre les renforts (mon c-s arrive en Galich ce trimestre). Par contre, la guerre Fernand-Duc a des inconvénients, dont celui de permettre à Fernand d’attaquer Walachia sous mon nez, en plus de Ludgorie et Bulgaria : 3 terres sans avoir à combattre une seule armée du Duc qui se concentre sur moi, autant avouer que ça me fait un joli casus belli : hop, Captain et moi on lui déclare la guerre. Du coup, je vends Banat à Kipite : en plus de permettre de conserver nos fiefs bien équilibrés en nombre de provinces, ça va faire écran. En milieu de semaine, je me rends
  26. 26. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 compte que Fernand est neutre vis-à-vis de Montloup (Montloup étant en guerre contre le Duc), alors qu’il a parlé d’attaquer Bulgaria : c’est peut-être l’occasion pour Montloup d’attaquer cette province avant Fernand pour rendre félon ce-dernier ! En tout cas ça nous faciliterait bien la tâche. Rodrigue donne des soldats à Montloup, Montloup donne l’ordre d’attaque, il n’y a plus qu’à allumer un cierge. Côté Nord-Ouest, Kipite fait parfaitement écran, j’attaque donc Friesland et Westphalia avec ses soldats, pour chasser Denix et Orcrist de la région. Les discussions avec Milam continuent encore et encore, et deviennent de plus en plus optimistes au gré des victoires anglaises face aux forces normandes notamment : Milam compte encore 7200h alors que Skarn n’a plus que 1200 survivants sur ses terres. Diablo a bien 4000h, mais son c-s a plongé à 76 de renommée car il n’a pas répondu à l’appel aux alliés de Skarn ! (en signant la paix avec Captain alors qu’il devait rester en guerre) En Espagne, les Africains risquent de prendre Montcornet à la gorge, à moins que le Porteur n’intervienne pour aider son voisin ibère. À la place du Français, j’aurais quand même du mal à dire à mes ex-ennemis « allez-y, prenez toute l’Espagne, ça représente 15 terres presque pas défendues, moi je m’en fiche ». Surtout que pour les Africains, c’est l’occasion de (re)devenir assez forts pour reprendre le dessus sur le Porteur en cas de reprise du conflit. Avec Kipite, on se retrouve un peu à parier sur l’évolution de la situation : soit Orcrist devient vraiment pote avec les Africains (Orcrist perd toute influence en Espagne, renforce les Africains sans se renforcer lui et laisse les Africains se déplacer chez lui pour nous combattre, auquel cas il accepte de devenir un « tampon » au service des Africains »), soit Orcrist leur fait un petit coup de Trafalgar (Orcrist pourrait alors prendre l’Espagne, ses alliés prendraient l’Italie et tout ça nous faciliterait la tâche du côté de la Belgique et compagnie). Il y a un facteur qui aurait dû avoir du poids mais qui apparemment n’en a pas trop eu au final : le testament de Dragan. En effet, lors de son transfert d’écus à Calydan et juste avant d’être éliminé, il a apparemment demandé aux Africains de venger sa mémoire en tapant sur le Porteur. Une alliance, quelques saisons plus tard, entre France et Afrique aurait des allures de trahison à l’égard de la mémoire de Dragan, mais bon, ce n’est pas un jeu qui se construit exclusivement autour du RP (et heureusement d’ailleurs). Reste que toute idée de rapprochement entre ces deux blocs risque de faire un grand perdant à court terme : Tenaka (et son ami Denix) qui vont devoir se coltiner la quasi-totalité de la puissance africaine. J’appelle un nouveau chevalier et achète Bialoweza à Kipite (pendant que lui achète Banat). Si Banat est simplement pour moi l’occasion d’imposer fortement cette province et de placer un écran contre
  27. 27. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 Fernand, Bialoweza est la 2ème terre à très haut bonheur de Kipite (il prend un peu d’avance sur moi dans l’optimisation de sa RG mais ce n’est pas trop grave, je le rattraperai quand il m’achètera Prussia). Prévisions : Je devrais arriver à 15 terres (12 pour Kipite puisqu’il ne fait aucune attaque ce trimestre), sachant que nous aurons chacun une province neutre en attente d’être reprise à l’Est. La question de Transylvania risque de m’accaparer un moment, mais mes petits chevaliers vont pouvoir commencer à occuper le terrain contre Fernand, c’est déjà ça. Bilan saison 8, préparation saison 9: Découverte de la carte : Argh, mais qu’est-ce qu’il fait en Alfold le Grand Duc ? Moi qui m’attendais à le voir bien tranquille en Transylvania, voilà qu’il est venu rendre visite à ma défense d’Alfold, qui n’avait que 1000 soldats à opposer à toute l’armada ducale ! Je perds l’un de mes rares chevaliers corrects et tous les soldats qu’il commandait, mince. Mais puisqu’il faut bien positiver, ça implique que le Duc combat désormais en rase campagne, que le chemin en Transylvania est dégagé et qu’Alfold n’a finalement que 4 terres voisines attaquables, dont une que le Duc vient de quitter (Transylvania) et une qui l’amènerait à s’éloigner de moi (Banat). Les deux autres pouvant être défendues avec de très très bons chevaliers. Il faut dire qu’une autre nouvelle m’aide à voir le bon côté des choses : Fernand est félon, il n’a plus beaucoup de chevaliers et l’avancée vers Dobruja/Ialomita/Transylvania ne posera donc pas de soucis. Milam a également fait une grosse saison, avec un Diablo qui n’a apparemment passé que des ordres minimums (impôts) et un Skarn qui a du mal à se remettre de sa grosse défaite du trimestre dernier. En Espagne, Montcornet peut donner l’illusion d’être potentiellement gênant mais sa faiblesse militaire risque de permettre aux Africains de progresser très rapidement, d’autant plus
  28. 28. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 que le Porteur a apparemment fait le choix de leur laisser le contrôle de la péninsule. Au moins le chevalier que j’ai appelé n’est pas trop nul (78). Préparatifs : Priorité à mon front Sud, car je me retrouve avec 5000h et tous les chevaliers du Grand Duc aux portes de ma terre de levée (Slovakia) où je ne dispose d’aucun chevalier. J’ai un chevalier correct (117) en Carpathia, mais en face c’est quand même du 144, donc pour battre 5000h, il me faudrait mettre la main à la poche, et pas qu’un peu ! Kipite a des chevaliers dans la région (c-s en Galich) mais hors de portée de Slovakia, mon c-s est également en Galich. Mais ô miracle, Captain a son c-s en Carpathia et le pillage généralisé du Duc lui a permis de passer au-dessus de ce dernier en RG : son c-s (148) va donc pouvoir défendre Slovakia puis Carpathia, voire attaquer Alfold si le Duc ne progresse pas vers le Nord. L’hypothèse d’une seconde armée principale est étudiée, mais déjà que lever 6000h pour Captain va me coûter cher, je n’ai pas trop envie de doubler la mise (même si dans l’absolu j’en ai les moyens). C’est un petit coup de poker pour moi : je défends mes deux terres frontalières avec un seul chevalier. Si le Duc fait 2 attaques au Nord, il prendra Carpathia, pas très riche mais qui a une position beaucoup plus chiante et centrale qu’Alfold, donc je prie pour que le Duc se contente d’une seule attaque. Idem pour Transylvania, que j’attaque avec 1500h et où j’espère ne pas rencontrer le Duc. Dans un scénario catastrophe, on peut imaginer 2 attaques bloquantes du Duc en Slovakia/Carpathia, une petite attaque en Banat et une attaque massive en Transylania, où le Duc récupèrerait son enceinte fortifiée, sur laquelle je me casserait les dents avec mon c-s et mes 1500h, pendant que je serais incapable de reprendre Alfold, Carpathia et Banat. Mais soyons optimistes ! En marge de mon avancée en Transylvania, l’un de mes petits commandants se dirige vers Dobruja (on s’est coordonné avec nos trois alliés de la Mer Égée pour que Montloup attaque Macédoine/Bulgaria) et Captain s’occupe de Ialomita avec des soldats que je lui transfère (ce qui lui permet d’obtenir une 2ème terre), tandis qu’il me vend bien évidemment Slovakia/Carpathia/Alfold, son c-s s’emparant de l’une des trois. Côté ordres, je révolte Bialoweza et appelle 2 nouveaux chevaliers, tandis que Kipite m’achète Prussia qui deviendra ma 2 ème terre à très haut bonheur. J’ai hâte de reprendre Alfold, car le Duc me l’a prise alors que je l’avais boostée à 40 de bonheur : pour peu qu’il la pille, je pourrais la récupérer à 40 de bonheur/0.1 de richesse... Puisque la saison prochaine se tiendra la 2ème joute royale et que mes chevaliers sont un peu à la bourre (c-s à 122 avec les meilleurs chev du continent à 272), j’organise une joute pour 10 chevaliers (gain d’environ 20 pts pour mon c-s) et je participe avec mes meilleurs éléments à la joute de Kipite. Côté anglais, Milam va essayer de chasser Diablo d’Angleterre et de repousser Skarn vers les falaises du Sussex et de Cornwall. Suite à son ONR, Diablo se fait remplacer par Keiji (le seigneur décédé au
  29. 29. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 tour inaugural en Angleterre). Le Porteur du Sceptre (Orcrist) a aussi un gros empêchement IRL qui amène Ptij de Carpat (le seigneur décédé en Espagne face aux Africains) à reprendre le flambeau. Les remplacements impliquent que le fief concerné ne puisse marquer aucun point au classement. Nous allons voir également comment se débrouille Montcornet dans la péninsule ibérique. Prévisions : On croise bien fort les doigts pour que le Duc ne trouve pas la faille ! Théoriquement, Kipite et moi pouvons chacun arriver à 15 terres (Tenaka devrait rester à 16, ce qui nous permet de le rattraper). Avec la récupération de Turov/Courland, nous devrions reprendre la tête de la hiérarchie (Tenaka est toujours un peu en retrait côté RG, notamment parce qu’il n’a construit que des terres riches, celles pillées qu’il récupérait étant pillées puis remontées pour avoir un gros coef de richesse et parce qu’il a vu beaucoup de ses paysans partir vers les terres à fort bonheur de moi, Kipite et Porteur). Bilan saison 9, préparation saison 10: Découverte de la carte : Kipite et moi avons bien repris les premières places, et surtout mon c-s a énormément progressé, passant de 122 à 199 ! Du pain béni alors que les inscriptions pour la seconde joute royale sont ouvertes (même si je reste à 85 points des meilleurs, j’aurai peut-être de quoi y passer quelques tours). Captain a battu le Grand Duc qui n’a attaqué que Carpathia au Nord, avec 2000 morts de notre côté contre 4000 du sien : le voilà repoussé en Banat (qu’il a attaqué avec une petite armée), parfait. Les attaques de Transylvania et de Ialomita ont bien fonctionné, par contre Montloup n’a pas attaqué Bulgaria ni Macédoine, pour venir me souffler Dobruja sous le nez... En Angleterre, Skarn a eu un sursaut d’orgueil en fonçant sur Mercia, un peu embêtant pour Milam. Les Africains ont littéralement enfoncé Montcornet, qui a cédé une terre au Porteur pour se protéger (décidément, faites le calcul, le Porteur ne doit son expansion qu’à ses alliés). Tiens, Tenaka a pris une terre en Italie, son fief compte désormais 17 provinces. Fernand est un peu remonté en RG grâce à une joute (son c-s est revenu à 80 de reno) mais il est désormais menacé par Montloup et Rodrigue (en Thrace/Dobruja/Attica, couverts par Korn qui est neutre) ainsi que par moi et Kipite (je m’étais arrangé pour que Fernand signe la paix avec Captain, de sorte que mon allié fait écran à la frontière). Heureusement qu’il y a de bonnes nouvelles, car mes deux nouveaux chevaliers sont affligeants (22 et 15 de reno).
  30. 30. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 Préparatifs : C’est assez dégagé désormais sur le front Sud-Est, je vais prendre Banat au Duc (Fernand peut également attaquer Banat donc Captain y risquerait la félonie), Captain va s’occuper d’Alfold et on va s’échanger Alfold (qui est à 40 chez moi) contre Banat (que j’avais fortement imposée). Walachia va également tomber, et j’hésite à attaquer Ludgorie mais mon chevalier à portée est assez pourri (20) donc je préfère attendre la saison prochaine. Par contre, je ne cache pas mon étonnement et mes doutes en ce qui concerne l’attaque-surprise de Montloup là où je devais attaquer : cela laisse Fernand tranquille au centre de son fief alors que Montloup devait justement faire une percée, ça a mobilisé l’un de mes chevaliers et son armée inutilement et ça a l’air franchement orienté contre mon expansion, alors que dans le même tour les Grecs participent à une joute chez le Porteur (augmentant ainsi les chevaliers de mon ennemi français) et renouvellent leurs alliances de manière quasi-préférentielle avec les Africains... (ajout de fin de partie : est-ce que tout cela était volontairement dirigé contre moi ou simplement le fruit du hasard et de mésententes ? Je ne sais toujours pas. Si c’était volontaire, je culpabiliserais un peu moins d’avoir nui aux intérêts grecs par la suite). Petite mise au point donc, où j’essaie tout de même d’arrondir les angles afin de ne pas les alarmer quant à un possible de retournement de veste de ma part. Attica n’est pas tombée non plus, Rodrigue n’avait pas vraiment de quoi l’attaquer, ce sera pour cette saison. À l’Ouest, Kipite va continuer à avancer, le régent de Diablo ne peut pas faire grand chose, et Milam va essayer d’occuper l’Angleterre autant que possible. Il va être intéressant de voir comment le
  31. 31. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 Porteur et les Africains vont négocier pour la péninsule ibérique, car l’écran du Français en faveur de Montcornet peut déplaire à Artaz et Cie qui cherchent tout de même des terres pour avoir un fief pas trop petit (leur coalition, à part James, a débuté dans une région exiguë et en plus ils sont nombreux, donc pour l’instant à part Calydan qui s’est taillé une grosse part du gâteau espagnol, ils n’ont guère plus de 7-8 provinces). Kipite va reprendre Bialoweza pour la booster, et va piller Prussia (je vais pouvoir la reprendre le tour prochain). J’appelle (encore) un chevalier. Prévisions : Le grand suspens de la saison est l’identité du vainqueur de la joute royale et de ses 15 000 écus, qui pour succéder à Milam ? Je mets une pièce sur Kipite, mais Artaz et Milam ont chacun 3 chevaliers assez bien placés. En embuscade figurent Calydan, Captain et Montloup notamment.
  32. 32. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 Bilan saison 10, préparation saison 11: Découverte de la carte : Ooooh ! Énorme ! Je suis de nouveau premier au classement, et surtout, j’ai 15 000 écus de cadeau ! Allez savoir comment, mon c-s s’est mis en tête de remporter la joute royale, alors que personne, pas même moi, ne le donnait vainqueur. Et cerise sur le gâteau, la finale du tournoi était 100% « pyrrheusienne ». +82 pts pour mon chev secondaire, +128 pts pour mon c-s, y’a pire. À part ça, mon nouveau chevalier est comme à l’accoutumée assez pourri (37), mais toutes les affaires d’ordre militaire se sont déroulées à merveille : à l’Ouest, Diablo est mort (mais Skarn a déserté son fief pour s’exiler au centre de l’Angleterre), et à l’Est le Grand Duc nous a quitté tandis que Fernand s’est rendu félon une deuxième fois, volontairement cette fois, chez son ami Calydan. Ce tour marque également le passage du seuil symbolique des 1000 pts de RG pour Kipite et moi (200-300 pts de RG de progression chacun cette saison), reléguant le Porteur à 240 pts de la première place.
  33. 33. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 Préparatifs : Avec la nouvelle mésaventure de Fernand, qui a cherché si j’ai bien compris à se rendre félon volontairement sur Calydan pour échanger Apulia contre Attica (ou pour permettre à Calydan de prendre Epirus ?), le front Sud s’annonce très calme ce trimestre. Le trio grec a respecté ce qui était convenu dans nos échanges de coordination, il faut que cela tienne encore une saison. Je les contacte donc afin de nous répartir les tâches : Rodrigue prend Serbia et Epirus (sous le nez des Africains), Montloup prend Macédoine, tandis que de mon côté je m’occupe de Ludgorie ainsi que de Bosnia. Tenaka, de son côté, prend Dalmatia, une terre de levée. Au Nord, un petit chevalier de mon blason se charge de reprendre Prussia (67 de bonheur/0.1 de richesse, que je n’aurai plus qu’à booster). Kipite et moi allons nous échanger deux futures cités du bonheur, Lithuania contre Moldavia. De leur côté, Captain et Milam vont également s’échanger deux provinces : Volhynia va passer sous régence anglaise, afin de permettre à Milam de la booster et de gagner de la RG facilement, tandis que Lancashire va revenir à Captain pour essayer de gêner les mouvements de Skarn. Il possède également un petit chevalier en Hollande qui va passer en Anglia. Car oui, le fait que Skarn ait tout rapatrié sur sa terre de Mercia (73 de bonheur, 43 000 paysans, 8000 soldats, 13 chevaliers dont le meilleur à 215), ça nous embête pas mal, autant Milam (qui se retrouve à devoir défendre tout autour de cette province centrale) que nous (qui risquons de devoir nous priver du soutien de Milam lors de notre avancée en France. Vous noterez d’ailleurs que la révolte de la quasi-totalité du fief de Skarn ne change rien pour nous (Skarn n’avait de toute manière rien à nous opposer) alors qu’elle favorise grandement le Porteur du Sceptre, qui va une fois de plus pouvoir profiter des déboires de ses alliés pour s’étendre. Décidément ! Mais cette fois, il ne va pas être tranquille longtemps : nos cohortes avancent en Nivernais, Vermandois, Flandres. Fait notable également, la présence du Porteur en Romagna : le sire français révèle officiellement sa proximité vis-à-vis des Africains et surtout son hostilité vis-à-vis de Tenaka, qui est désormais incapable d’avancer vers l’Italie. Et James en a profité pour prendre Verona, menaçant de nombreuses provinces de Tenaka. Ce-dernier va revenir vers Kipite et moi, abandonnant le concept de neutralité bienveillante, de sorte que nous allons pouvoir nous allier de nouveau et discuter à fond de la situation : le Porteur vient de nous faire passer un palier. Au fil de la conversation, un choix va être fait : la tentative de conquête de Burgundy ainsi que de Switzerland par Tenaka grâce à une félonie 2 en 1. La félonie 2 en 1, c’est attaquer une position qui nous rende félon par rapport à 2 seigneurs neutres, le tout en une seule félonie (puisqu’on ne peut être félon qu’une seule fois par attaque) : ici, de Beynac possède un chevalier en Suisse, province qui appartient au Porteur : nous transférons un soldat au chevalier de de Beynac et sommes ainsi assurés que l’attaque de la Suisse ne rende Tenaka félon qu’une seule fois mais lui permette d’être en guerre contre ces deux seigneurs. L’attaque de Burgundy qui vient ensuite n’entrainera pas de félonie mais pourrait permettre de tuer de Beynac, puisque c’est son unique province. Et si la Suisse tombe, c’est toute la puissance militaire potentielle du Porteur qui s’évapore, puisque c’est son unique terre de levée potable. Le seul risque d’échec vient de la quantité des soldats du Porteur présents dans les environs de la Suisse à l’heure où nous mettons ce plan sur pied : pas moins de 17 000 hommes patrouillent le long de la frontière, il faut donc espérer que le régent d’Orcrist ne s’attende pas trop à une telle offensive. Côté ordres, fort d’une trésorerie bien fournie, je peux me permettre d’appeler un nouveau chevalier (la qualité de mon c-s rend les prix d’appels assez conséquents, 12 000 écus max) tout en prenant bien soin de ma gestion (prévision d’un +200 de RG). En fin de saison, Tenaka m’informe que Kipite pourrait me trahir, du fait de ses rapports plutôt cordiaux avec Ptij, le régent du Porteur, et de son fervent désir de ceindre la couronne. Je reste très compréhensif : chaque blason, passé un certain stade, calcule ses choix en fonction de ses propres intérêts, les alliances et compagnie passant souvent après. Mais mon rôle, c’est de faire coïncider les intérêts de Kipite et de notre trium-virat, donc je prends le risque de n’avoir aucune force à ma frontière Nord, et ce pour toute la durée de la partie. « Laisser » la couronne à Kipite, ou plutôt ne pas chercher à mettre des bâtons dans les roues de Kipite s’il vogue vers une victoire qui sera de toute
  34. 34. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 façon méritée au vu de ces 10 premières saisons, cela me convient parfaitement, même si j’ai tout de même pris soin d’expliquer à mon allié slave que si j’acceptais, c’était évidemment parce que je comptais obtenir un score proche du score du gagnant (250 pts) grâce à un fief non loin des 31 provinces et à une RG autour de 2000 pts de RG. Cela représente un certain défi, mais c’est motivant. Évidemment, si je me retrouve avec une grande longueur d’avance en ce qui concerne la quête pour la victoire, je ne pourrai pas freiner pour laisser Kipite vaincre, enfin je n’aimerais pas que le camp adverse fasse cela s’il était en position de force. Quoiqu’il en soit, je ne trahirai ni Kipite, ni Tenaka (ni Milam et Captain, que je considère comme membres à part entière de notre triumvirat élargi) pour favoriser mon propre blason, car nous allons avoir assez d’adversaires au fil de notre progression territoriale commune pour ne pas avoir à nous tirer dans le pied. Prévisions : +2 terres au Sud-Est, +1 au Nord-Est, +1 à l’Ouest, ça devrait me faire 20 provinces, on approche des choses intéressantes ! Mais l’arrivée des bons chevaliers de James et bientôt du Porteur au cœur du fief de Tenaka va demander quelques sacrifices à notre trium-virat au fil des prochaines saisons. Ce sera à nous de montrer que nous méritons notre place. Bilan saison 11, préparation saison 12: Découverte de la carte : Aaaah dommage... Tenaka n’a pas réussi à chiper la Suisse au Porteur du Sceptre, tant pis. Burgundy est tombée, de Beynac ainsi qu’un chevalier du Porteur sont morts, Kipite et moi avons progressé comme convenu en France, tout s’est bien déroulé à l’Est et, cerise (inattendue) sur le gâteau, Milam a réussi à tuer Skarn qui était resté en défense de Mercia ! Sinon, mon nouveau chevalier se révèle une fois de plus être au ras des pâquerettes (39), on s’habitue, et le tableau des RG me met du baume au coeur : 1328 pts, 200 d’avance sur Kipite et 350 de plus que le Porteur. En parlant du Porteur, il a choisi de faire des ventes bloquantes tout le long de sa frontière Nord en France, pour bloquer l’avancée de nos cohortes.
  35. 35. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 Préparatifs : Le bon côté des chevaliers pourris, c’est qu’ils ne coûtent pas cher. Ainsi, pour 19 chevaliers secondaires, l’entretien ne me coûte que 600 écus par tour, contre 1500 par exemple pour Tenaka et ses 18 stratèges. Milam est aussi surpris que nous du décès prématuré de Skarn, car c’est vraiment une épine en moins dans notre pied : 8000h et de bons chevaliers ennemis partis en fumée, plus aucune menace qui ne pèse sur l’Angleterre ni sur la Hollande, dans la dos des armées de Kipite, et Milam accompagné de ses 9500 soldats totalement disponible pour nous donner un coup de main contre le Porteur. Le bloc africain essaie de convaincre notre allié anglais de rejoindre leur camp, mais c’est comme tout : il aurait fallu faire de la diplomatie en amont, rendre service, inviter à des joutes... Bref, Milam l’Irlandais et ses pintes de Guinness ont toute ma confiance. Ses cohortes devraient se positionner en Sussex/Cornwall avant d’entrer en action le trimestre prochain. Théoriquement, les forces anglaises auraient pu débarquer dès ce trimestre, mais Ponthieu a été vendue au seigneur maltais (Artaz) avec qui Milam est neutre, tandis que Normandy est défendue par un bon chevalier du Porteur, alors que Milam n’a qu’un faible commandant à portée. Au Nord de la France, c’est très calme donc, nous allons nous contenter d’une défense statique avec Kipite, ce qui nous permet de concentrer nos efforts financiers sur d’autres régions.
  36. 36. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 Au Centre, Tenaka n’a perdu aucun chevalier grâce à la réussite de la félonie « 2 en 1 » et à une petite joute organisée dans la foulée (c’est d’ailleurs l’une des dernières parties où cette pratique est possible, puisque le Roy Kalan vient d’annoncer une modification des règles, avec la présence des joutes en toute fin de tour, après les désertions de chevaliers donc). Il n’empêche qu’il est militairement et surtout financièrement faible (d’autant plus maintenant que Carinthia, sa terre de levée, est tombée), donc ça va être à Kipite et moi de pallier à la faiblesse relative de la région, en armant les chevaliers de Tenaka voire les commandants que l’on déplace chez lui. Le c-s de Captain (qui tient tête au c-s de James présent en Carinthia) est stationné en Slovakia, et va y rester afin de sécuriser ma principale terre de levée du coin. Tenaka va réaliser une petite attaque de Carinthia au cas où James n’y resterait pas, mais c’est la seule attaque qu’il peut faire, les autres possibilités étant soit trop coûteuses, soit trop facilement défendables par le bloc ennemi, soit protégées par des écrans de la part des Africains. Dans la zone grecque, Tenaka et moi déclarons la guerre aux trio de la Mer Égée. J’aimerais bien éviter ce conflit, car ils n’ont pas forcément l’air extrêmement proches des Africains, mais leur désir de marcher sur Tenaka ainsi que leur hostilité à l’idée de nuire aux intérêts africains les feront de toute manière passer dans le camp ennemi, donc autant prendre les devants. Captain va se positionner tout le long de la frontière pour faire écran. Côté ordres, je déclare la guerre à la quasi- totalité du bloc ennemi (ça fait un malus conséquent en RG, mais ça me permet de ne pas trop distancer Kipite qui, lui, souhaite rester neutre autant que possible, pour faire écran etc). Je révolte Lithuania (il pourra la reprendre pour booster sa RG) et demande à ne pas récupérer Moldavia de suite, car si elle se révolte, les Grecs pourraient se mettre en tête de l’attaquer. Je préfère attendre un trimestre. Je cède Pomerania à Tenaka, bien à l’abri, contre Dalmatia, l’ancienne terre de levée de Fernand, ce qui me donne la responsabilité de lever toutes les armées nécessaires à l’expansion grecque pour les 2-3 saisons à venir, peut-être même davantage. Je redonne un ordre en vue d’obtenir un nouveau chevalier. Prévisions : Tenaka devrait reculer, pendant que tout notre bloc profite du trimestre pour se préparer : placement des chevaliers, déclarations de guerre etc, nous pourrons commencer à contrer voire à progresser chez nos ennemis à partir du tour prochain. La dernière terre de Fernand d’Aragon va passer sous contrôle grec, mettant fin au gros morceau Grand Duc+Fernand entamé au Tour 7.
  37. 37. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 Bilan saison 12, préparation saison 13: Découverte de la carte : Pas trop de surprises, la saison a été aussi « mauvaise » qu’escompté, mais nous devons prendre notre mal en patience avant de frapper fort à nouveau. Fernand nous a quitté et le Porteur nous a logiquement dépassé en taille de fief (21 provinces contre 19 pour Kipite et moi). Nous gardons tous deux la tête en RG (avec 150 pts d’avance sur Kipite et plus de 300 sur le Porteur pour ma part). Deux faits notables néanmoins : primo, j’ai réussi à appeler un chevalier plutôt bon (!), 214 de renommée et pas si loin que ça de la zone de combat chez Tenaka ; deuzio, les Africains ont choisi d’optimiser leurs finances en transférant 35 000 écus et plus de 10 000 de leurs soldats au Porteur : ainsi, ce-dernier peut lever à bon prix (en Suisse) voire attaquer pour eux. Après actualisation des positions des chevaliers étrangers, je m’aperçois que Captain a déplacé son c-s, qui ne couvre plus Slovakia : aaargh, ma terre de levée est toute nue face au c-s de James (390 de reno, 6500h, à portée de renforts du Porteur).
  38. 38. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 Préparatifs : Voilà, nous sommes rentrés pleinement dans la guerre des blocs, la coordination risque fort de conditionner 50% de l’issue finale. Je prends donc le temps de dresser une cartographie des forces en présence (tant de notre camp que de nos ennemis) sur les trois fronts où nous devons livrer bataille, cartographie que je vous laisse découvrir : - la France : Milam a espionné la Normandie, où l’attendent 5000 soldats et un chevalier 115 du Porteur, retranchés derrière une fortification. Notre allié anglais va donc prendre quelques renforts sous le commandement de son 326 et tenter de prendre d’assaut la forteresse. Aucune défense de Cornwall n’est entreprise, tant pour des raisons économiques que stratégiques (la perte de cette province ne serait pas déterminante). Quant à l’axe Sussex-Ponthieu, Milam y dispose de deux chevaliers très corrects (220 et 240), il va donc pouvoir affecter l’un d’eux à une défense statique et l’autre à une attaque simple des rivages de la Manche, d’autant plus qu’en face il n’y a pas foule. De mon côté, je donne l’ordre à mon 299 d’avancer en Ile-de- France. +3 provinces de prévues dans la région donc. Chaque rectangle représente un chevalier dont la renommée correspond au nombre affiché. La couleur de fond permet d’identifier le propriétaire. Les chevaliers ennemis possèdent un contour rouge. - le Centre : de loin le front le plus difficile actuellement du fait de la concentration de forces ennemies et de la proximité avec la Suisse. Heureusement, toutes les avancées territoriales du bloc Sud-Ouest se font sur des terres préalablement vidées de tous leurs écus : Tenaka n’a rien perdu de sa manne financière et les chevaliers ennemis ne peuvent avancer excessivement loin sans se retrouver hors de portée de Switzerland, le seul endroit où ils peuvent lever à bon prix. Avec Slovakia qui se retrouve sans défenses, je suis contraint de revoir un peu mes prévisions : nous allons opter pour une attaque forte de Carinthia par le c-s de Captain (308) à qui je vais fournir près de 15 000 soldats. Si l’unique chevalier de James y reste stationné ou bien tente de la reprendre en dynamique, nous avons une chance de le battre, et cela signifiera que ni Bakony ni Slovakia ne tomberont aux mains de nos ennemis. Par contre, James peut très bien quitter Carinthia pour aller vers Bakony ou plus vraisemblablement Slovakia (même si la position inconnue de mon 214 pourrait éventuellement l’amener à rester prudent), auquel cas nous isolerons James en reprenant Carinthia. Captain me revend Carinthia pour que je puisse y lever des renforts à bon prix dès le tour prochain si je perds Carinthia et si Alfold, une terre de levée que je suis en train de construire, n’est pas encore
  39. 39. Récit de campagne, Europe, Amiral Pyrrheus / Bricec Best, an 1 opérationnelle. Kipite, avec son chevalier 200 en Bohémia, va recevoir 5000h (tant de Kauyava que de Silésia) pour attaquer Bohémia, Austria puis Bavaria. Un petit chevalier de mon blason clôturera les débats en attaquant avec 500h Bavaria, au cas où l’unique chevalier de James présent dessus aurait occupé le chevalier de Kipite sur une terre avoisinante. En étant optimiste, je dirais donc que nous pouvons reprendre Carinthia et Bavaria, et que si James la joue défensive, nous pouvons ne perdre aucune terre dans le périmètre. Mais les gros renforts que peut apporter le régent du Porteur peuvent tout de même changer la donne. Dans la partie occidentale du front Centre, nous ne pouvons pas opposer grand chose aux nombreuses cohortes ennemies, car trop éloignées de nos centres de levée. Nous prenons donc la décision de laisser couler si j’ose dire, tout en construisant une grosse fortification en Alsace pour y faire une défense du tonnerre le tour prochain. Notre maillage de chevaliers devrait d’ailleurs s’améliorer pour contenir voire repousser l’ennemi, d’autant plus que nous serons à portée de plusieurs terres de levée : Brabant, Friesland, Saxony, Kauyava... Quelques bons chevaliers, dont notamment le 224 de Tenaka, vont tenter de contourner le gros des forces adverses en se déplaçant en Nivernais. Le but de la manoeuvre est bien entendu de faire tomber la Suisse sans avoir à traverser un front bien fourni, mais aussi pourquoi pas de nous emparer de provinces tel que Orléans/Lyonnais, ou Burgundy/Lyonnais, qui isoleraient les chevaliers ennemis présents en France des renforts qu’ils pourraient recevoir de Suisse. En fin de semaine, alors que je me lamente un peu de voir Slovakia à la merci de James et surtout de n’avoir aucun bon chevalier dans le coin pour arrêter l’incursion probable de ce membre de la coalition africaine (le plus proche étant mon 214 fraîchement arrivé en Goryn), il me vient une idée pour « accélérer le temps ». Comme vous le savez, les déplacements ont lieu avant les rapatriements de chevaliers. Donc si je déplace mon chevalier de Goryn en Galich et que je trouve un moyen de le faire se rapatrier de Galich vers l’Ouest, ça me permettrait de le faire se déplacer de deux provinces en un seul tour. Évidemment, ça demande de trouver un moyen de créer une situation de rapatriement (en général, on utilise la révolte via l’imposition 10, mais là je vais plutôt opter pour une vente de la province à un seigneur amical avec qui je vais m’arranger pour être neutre), mais aussi de savoir où le chevalier va être rapatrié (car, actuellement en tout cas, les rapatriements n’obéissent pas à l’aléatoire, allez savoir pourquoi, et sont « constants »). Par chance, j’ai déjà rencontré une situation de rapatriement depuis Galich dans une campagne précédente, et je sais que le chevalier va préférentiellement en Bochnia puis en Carpathia. Donc si je vends Galich à Milam avec qui je reste neutre, vu que Bochnia appartient à Kipite, mon chevalier devrait en toute logique se retrouver rapatrié en Carpathia : à portée de Slovakia et d’Alfold, bloquant l’avancée vers l’Est de James, avec un chevalier en Bochnia pour le mettre à portée de ma terre de levée de Silésia, ce serait le pied !

×