Le secteur des
assurances en Chine
Novembre 2008
© MINEIE – DGTPE Prestation réalisée sous système de management de la qua...
– © MINEIE - DGTPE
- 2 -
(2)
: Source : www.ibef.org
Source : CIRC, 2008
Les assureurs étrangers apportent
une expertise d...
– © MINEIE - DGTPE
- 3 -
Des placements financiers limités
(4)
: Source : Etude Economique de l’OCDE :
Chine, 2005
système...
– © MINEIE - DGTPE
- 4 -
Plus de 600 millions
de clients potentiels en 2020
Des difficultés dans le secteur
Des inquiétude...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Le secteur des assurances en Chine

3 108 vues

Publié le

via Mission Economique

Publié dans : Business, Économie & finance
1 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 108
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
63
Commentaires
1
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le secteur des assurances en Chine

  1. 1. Le secteur des assurances en Chine Novembre 2008 © MINEIE – DGTPE Prestation réalisée sous système de management de la qualité certifié AFAQ ISO 9001 Historique Du monopole d’État à l’ouverture internationale Statistiques du marché des assurances en Chine Primesd'assurancevie (enmilliardsdeRMB) Primesdesautres assurances (enmilliardsdeRMB) Totaldecroissance desprimes(%) Croissancedesprimes d'assurancevie(%) Croissancedesprimes autresassurances(%) 2007 503,80 199,77 24,72 32,35 21,93 2006 413,20 150,94 14,49 22,73 11,75 2005 369,75 122,99 14,11 12,84 14,53 2004 322,82 108,99 11,28 25,36 7,22 2003 301,10 86,94 27,10 11,71 32,96 2002 227,48 77,83 44,74 13,56 59,75 2001 142,40 68,54 32,18 14,54 42,76 2000 99,75 59,84 14,54 14,83 14,38 Source : CIRC, 2008 Secteur financier peu touché par le mouvement de privatisation observé dans la sphère réelle Soit 70% pour les assurances vie et 30% pour les assurances biens. Source : China Statistical Yearbook 2008 (1) : Source : www.kpmg.com.cn Faible percée des assurances en Chine pour le moment Le secteur des assurances en chine a connu un taux de croissance annuel moyen de plus de 20% ces 10 dernières années, la taille de ce secteur a été multipliée par 5. Occupant une position importante dans le 11e plan quinquennal du gouvernement chinois (2006-2010), l’assurance est reconnue comme un secteur stratégique au soutient des objectifs nationaux de croissance durable et de société "harmonieuse". Malgré l’émergence au 19e siècle du secteur des assurances en Chine – pour servir les compagnies étrangères basées à Shanghai –, il tomba dans l’oubli en 1949 à cause du système d’assistance socialiste, créé cette même année : la « People’s Insurance Company of China » (PICC) confisqua alors le monopole dans cette industrie pendant plusieurs décennies. Peu de chinois possédaient des biens immobiliers et la plupart des entreprises non- gouvernementales, étaient auto-assurées, il n’y avait pas de marché pour l’assurance. Le secteur a commencé à se restructurer lors des premières réformes économiques de 1978. A partir de 1988, qui a vu l’établissement de Ping An Insurance, l’industrie de l’assurance s’est développée très rapidement en Chine. En 1996, la PICC s’est divisée en trois entités : China Life Insurance, China Property Insurance (ou PICC, holding dont une des filiales est la PICC Property and Casualty (P&C)) et China Reinsurance. Aujourd’hui encore, China Life Insurance et PICC P&C représentent respectivement l’essentiel des segments de l’assurance vie et de l’assurance dommages. L’adhésion de la Chine à l’OMC en décembre 2001 a rendu possible l’accès au marché aux investissements étrangers, entrainant le retour des acteurs internationaux. Selon une étude économique de l’OCDE en 2005, la plupart des établissements financiers résidents, y compris les grandes sociétés d’assurance vie, continuent d’appartenir aux collectivités locales, ou sont placés sous leur contrôle. Le secteur financier n’a quasiment pas été touché par le mouvement de privatisation observé dans la plus grande partie de la sphère réelle de l’économie. Aujourd’hui, le marché des assurances connaît toujours une très forte croissance. La China Insurance Regulatory Commission (CIRC), autorité de régulation des sociétés d’assurances créée en 1998 en Chine, déclarait des revenus de 130 milliards de RMB pour les assurances de biens dans la première moitié de l’année 2008, tandis que les revenus des assurances vie, santé et accidents s’élevaient à 432 milliards de RMB. Le total combiné de 562 milliards de RMB (83,8 milliards d’USD) représente une augmentation de 51% par rapport à la période précédente l’année dernière(1) . En dépit de cette forte croissance, la percée des assurances est toujours très faible en Chine. On estime que le montant des primes d’assurances vie par rapport au PIB est de 1,7% en Chine (contre 4,1% en Inde, 8,3% au Japon, 13,1% au Royaume-Uni et 4% aux Etats-Unis) et que les primes
  2. 2. – © MINEIE - DGTPE - 2 - (2) : Source : www.ibef.org Source : CIRC, 2008 Les assureurs étrangers apportent une expertise d’une valeur considérable pour le secteur d’assurances générales s’élèvent à 1% du PIB (contre 0,6% en Inde, 3,4% au Royaume-Uni et 4,8% aux Etats-Unis) (2) . Le marché de l’assurance en Chine a seulement une courte histoire comparé à celui de la plupart des pays. Cependant, le rythme très rapide de sa croissance aiguise l’intérêt des compagnies d’assurance et des investisseurs internationaux, qui se heurtent néanmoins aux nombreuses régulations de la CIRC (obtention de licences d’activité, autorisations par type de produits, etc.). On dénombre aujourd’hui plus d’une centaine de compagnies d’assurance (107, dont 62 de financements locaux et 45 de financements étrangers), mais les 5 premières compagnies locales occupent 75% du marché. Ces dernières continuent d’améliorer leurs services et de conduire le développement du marché. Forts de leurs expériences à l’international, les assureurs étrangers apportent une expertise nouvelle, d’une valeur considérable pour le secteur. Cependant, les assureurs locaux (les géants particulièrement) se développent rapidement et rattrapent leur retard sur leurs concurrents étrangers. Certaines compagnies d’assurance locales, considérées comme très novatrices, sont d’hors et déjà de redoutables concurrentes. Contexte actuel Un secteur en expansion, malgré la conjoncture Des revenus d’assurance en augmentation de 47% par rapport à l’année dernière (3) : Source : CIRC, 2008 Des catastrophes naturelles révélant la nécessité des assurances Des prévisions de croissance revues à la baisse Concurrence des banques En Chine, le secteur des assurances annonce avoir collecté 855,45 milliards de RMB (125 millions d’USD) dans les 10 premiers mois de cette année 2008, en augmentation de 47% par rapport à l’année précédente. Le total des actifs d’assurances atteignait 3,19 mille milliards de RMB fin octobre 2008, en légère augmentation par rapport à fin septembre dernier, à comparer aux 2,89 mille milliards l’année précédente. La valeur combinée de leurs investissements représente 2,16 mille milliards de RMB, en baisse de 9,12 milliards de RMB entre fin septembre et fin octobre, alors que leurs dépôts bancaires augmentaient de 18,74 milliards pour atteindre les 722,71 milliards de RMB sur cette même période (les dépôts bancaires des assureurs avaient baissé de 47,1 milliards et de 13,73 milliards de RMB en août et septembre 2008) (3) . 2008 a été une année mouvementée pour les assureurs en Chine : les catastrophes naturelles (tempêtes de neige et tremblements de terre) ont permis une nouvelle prise de conscience entrainant un développement important des services d’assurance privés, là où l’Etat se désengage progressivement. A l’inverse, les tumultes connus par le marché des capitaux ont eu – jusqu’à présent – un impact négatif sur les résultats financiers et sur la commercialisation de produits d’investissement (contrats liés à des fonds de placement) : le 25 novembre 2008, le journal officiel China Securities annonçait un ralentissement de la croissance du secteur des assurances en Chine, dû en partie aux ajustements stratégiques des assureurs, devant la chute de la valeur des actifs chinois. « Il est à prévoir que la croissance des primes d’assurances faiblira davantage et plus sévèrement dans le futur » précisait le journal, sans détailler. Assureurs locaux et étrangers devront faire face à une nouvelle concurrence venue des établissements bancaires. En effet, le Conseil d’Etat a autorisé quatre banques à devenir actionnaires de compagnies d’assurances, lesquelles n’exerçaient auparavant qu’une activité d’agents. Ces synergies vont créer une nouvelle dynamique dans le secteur En ce qui concerne les produits financiers, l’offre des sociétés d’assurances est actuellement limitée par une ancienne réglementation imposant un
  3. 3. – © MINEIE - DGTPE - 3 - Des placements financiers limités (4) : Source : Etude Economique de l’OCDE : Chine, 2005 système d’agrément des contrats et des tarifs. Par le passé, les sociétés d’assurance ne pouvaient effectuer de placements qu’en dépôts bancaires et en obligations d’État. Elles ont pu ensuite investir dans des fonds de placement en valeurs mobilières, à hauteur de 7% de leurs actifs, puis dans des titres de placements, à hauteur de 5%. Le volume maximum d’obligations de sociétés qu’elles sont autorisées à avoir en portefeuille a été porté de 10 à 20% de l’ensemble de leurs actifs(4) . Réglementation Le cadre réglementaire strict, limite le développement des acteurs étrangers Des conditions d’implantation contraignantes Lenteur des réformes et mesures protectionnistes limitent les compagnies étrangères Distinctions critiquées par les observateurs internationaux (5) : Source : PriceWaterhouse Coopers (PWC) La réglementation relativement contraignante, limitant l’innovation et le développement rapide, limitera de la même manière de grandes avancées dans le futur. Les assureurs étrangers sont loin d’être placés sur un pied d’égalité avec leurs homologues locaux : les groupes qui opèrent – par exemple – dans le secteur porteur de l’assurance vie doivent nécessairement s’associer avec un partenaire local au sein d’une JV. Ces structures en joint- ventures obligatoires limitent la croissance et les opportunités : plusieurs groupes étrangers déclaraient que leurs plans de développement sont entravés par la réticence des partenaires locaux à injecter de nouveaux capitaux. La lenteur des réformes liées à l’ouverture et les mesures protectionnistes régissant les conditions d’implantation pour les groupes étrangers, retardent les développements des acteurs étrangers au détriment du consommateur chinois (particulier comme professionnel) (5) . En effet, souhaitant développer leurs activités en Chine, les assureurs étrangers déplorent l’impossibilité de se lancer dans plusieurs secteurs d’assurances en même temps : une compagnie étrangère ne peut demander une licence que pour une activité à la fois, et le long processus d’obtention (au moins 6 mois) reste soumis à de laborieuses tractations. Des contrôles supplémentaires sont effectués par le département international au siège CIRC pour les compagnies étrangères, alors que les compagnies chinoises peuvent recevoir des approbations (et autres facilités d’installation) directement de la part des entités locales CIRC. Ces distinctions sont critiquées par les observateurs étrangers, car jugées incompatibles avec les obligations de la Chine envers l’OMC. Les acteurs étrangers estimaient ces derniers mois que la réglementation n’évoluera pas en leur faveur, au moins pour les trois prochaines années(5) et le climat économique actuel ne fait qu’inciter les régulateurs chinois à la plus grande prudence. Perspectives Un potentiel de croissance qui reste considérable 4e marché mondial en 2018 10% de parts de marché en 2011 pour les assureurs étrangers La croissance à deux chiffres du PIB chinois ces dix dernières années offre un énorme potentiel pour les assureurs locaux et étrangers. Les spécialistes du secteur prévoient que la Chine devienne dès 2010 le 2e marché de l’Asie et le 4e marché mondial à horizon 2018. La plupart des assureurs étrangers pensent pouvoir acquérir 10% de parts de marché à horizon 2011, avec des variations par zone géographique et dans l’offre de produits. La plupart des compagnies d’assurance vie prévoient une croissance de l’ordre de 30 à 50% des primes annuelles dans les prochaines années. Plusieurs compagnies espèrent doubler de taille en 2008, pour doubler encore en 2011. Les compagnies d’assurances biens et accidents prévoyaient des taux de croissance plus modestes, de 20 à 40% en 2008 et en 2011.
  4. 4. – © MINEIE - DGTPE - 4 - Plus de 600 millions de clients potentiels en 2020 Des difficultés dans le secteur Des inquiétudes dans le contexte actuel Le marché prenant de la maturité, ces assureurs s’attendent à ce que la classe moyenne grandissante reconnaisse de plus en plus la nécessité et la valeur des assurances, pour les investissements et la protection, autrefois assuré par la communauté familiale puis par l’Etat chinois. En mars dernier, on estimait la classe moyenne chinoise entre 100 et 150 millions de personnes ; cette population risque d’atteindre les 600 à 700 millions en 2020. Moins de 4% de la population Chinoise avait accès à une assurance avant 2004, ce qui permet d’entrevoir le vaste potentiel pour ce marché. Enfin, entre pratiques pas toujours très éthiques (versements de commissions), étude du risque, difficultés liées au recrutement et forte compétition, les difficultés du secteur sont nombreuses. En 2008, les assureurs étrangers ont montré une inquiétude croissante concernant la robustesse de l’économie et des marchés financiers chinois et avec des prévisions de croissance moins alléchantes que par le passé, de nombreuses interrogations subsistent. Pour en savoir plus Guide Répertoire et Références China Insurance Regulatory Commission (CIRC) : www.circ.gov.cn/ No. 15, Jin Rong Avenue, Xi Cheng District, 100140 Beijing, Tél.: +86 10 6628 6688 No. 39, He Huan Road, Pudong District, 200135 Shanghai, Tél.: +86 21 3865 6666 Sites Internet des conférences du secteur : http://www.glofin.org/ http://www.ccfr.org.cn/ http://www.fcibglobal.com.cn/cof/ Ce document a été élaboré à partir d’exemples concrets et d’entretiens avec des Français ayant mené des acquisitions et les principaux acteurs du marché des M&A en Chine, mais aussi avec les autorités chinoises impliquées dans le processus d’acquisition. Il est vivement recommandé à ceux qui souhaitent, dans un souci d’optimisation et de gain de temps, poser les bonnes questions aux spécialistes du secteur. Il reprend les différentes étapes d’un processus d’acquisition. L’étude est complétée par un répertoire recensant les principaux spécialistes des M&A implantés en Chine. Ont été en particulier retenus ceux qui ont manifesté leur intérêt pour accompagner les entreprises françaises dans leurs opérations : banques d’affaires, spécialistes du « middle market », avocats, auditeurs et fiscalistes mais aussi consultants spécialisés. Ce guide répertoire de 200 pages se veut donc un guide concret et opérationnel pour les entreprises françaises qui envisagent une acquisition en Chine. Il s’adresse aussi aux acteurs du capital-investissement, ainsi qu’aux sociétés qui sont en cours de négociation ou qui ont récemment effectué un rachat, car il réunit des témoignages et des conseils utiles sur les erreurs à ne pas commettre dans la phase de post-acquisition. Références : • Foreign Insurance Companies in China, septembre 2008, PriceWaterhouseCoopers – Financial Services • General Introduction to Risk and Insurance in China, juin 2007, Marsh & McLennan Companies – Marsh China • What's Contributing To The Positive Development Of China's Challenging Insurance Industry?, 31 août 2008, Standard & Poor’s – Sector Review • Financial Services: Focus on Insurance, mars 2008, InterChina Consulting – Sector Briefing • KPMG China’s monthly insurance news summary, août 2008, KPMG Insurance Notes • Etude Economique de l’OCDE : Chine, 2005 Copyright Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation expresse de la Mission Economique Clause de non-responsabilité La ME s’efforce de diffuser des informations exactes et à jour, et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs qui lui seront signalées. Toutefois, elle ne peut en aucun cas être tenue responsable de l’utilisation et de l’interprétation de l’information contenue dans cette publication qui ne vise pas à délivrer des conseils personnalisés qui supposent l’étude et l’analyse de cas particuliers. Auteur : Mission Économique de Shanghai Adresse : 21 Floor, Hai Tong Securities Building No.689, Guangdong Lu SHANGHAI 200001 CHINE Rédigée par : Antoine Beaudic Revue par : Matthieu Garcia & François Blanc

×