Guide B&O : Idées de cadeaux Noël 2013
A   la   fin   de   chaque   année,   nous    réalisons    deux    petits    guides...
LES PETITES GENS -‐ CAMPI / ZABUS
Les   petites   gens   nous    font   entrer   un   peu   plus    de   24  heures   dans...
JEANGOT -‐ SFAR /OUBRERIE
Qui   n’a   pas    été   fasciné   un   jour   par   Django   Reinhardt,   ses
rythmiques    ent...
JAZZ MAYNARD -‐ RAULE / ROGER
Les    baffes    fusent,   les    insultes    aussi.   Attachés    dos-­à-­dos,   Jazz    et...
LE MAGICIEN D'OZ -‐ SHANOWER / YOUNG
Il   est   toujours    agréable   de   se   replonger   dans    des    histoires
ench...
LE BEAU VOYAGE -‐ ZIDROU / SPRINGER

Léa   a   fait   de   la   liberté   et   de   l'extravagance   son   mode   de   vie...
JUAN SOLO -‐ BESS / JODOROWSKY
Je   ne   savais    pas    du   tout   ce   qui   m'attendait   la   première   fois    que...
SAILOR TWAIN OU LA SIRÈNE DANS L’HUDSON
Mark   Siegel   est   le   directeur   éditorial   de   First   Second   Books   (...
GATSBY LE MAGNIFIQUE
Il   est   toujours   difficile  de  s’attaquer  à  un  mythe  ;;  au-­delà  du  plaisir  de
rendre  ...
LA BRIGADE CHIMÉRIQUE -‐ L'INTÉGRALE
Les    super-­héros    français    ont   existé,   mais    on   les    a   oubliés   ...
BATMAN : UN LONG HALLOWEEN
Batman   :   Un   Long   Halloween   vient   d’être   ré-­édité   chez    Urban
Comics,   après...
LE SINGE DE HARTLEPOOL -‐ LUPANO / MOREAU
C’est   un   album   qu’on   pouvait   s’attendre   à   voir   apparaître   au
p...
MUTAFUKAZ TOME 4 -‐ DE4D END
Le   voilà   !   Il   est   enfin   sorti   la   semaine   dernière   après    une   longue
a...
X-‐MEN : LE COMPLEXE DU MESSIE
Après    les    évènements    relatés    dans    House  of  M,  les   mutants
sont   une   ...
NOTRE SEUL AMI COMMUN -‐ BORIS MIRROIR
Je   ne   connais    pas    vraiment   le  catalogue  de  CFSL,  filiale  d’Ankama....
L'HOMME TRUQUÉ -‐ LEHMAN / GESS
Après    "La   Brigade   Chimérique",   excellente   histoire   de
super-­héros    françai...
ORIGNAL -‐ MAX DE RADIGUÈS
C'est   arrivé   de   façon   insidieuse   et   cela   a   pris    des    proportions
vraiment ...
LE BLEU EST UNE COULEUR CHAUDE -‐ JULIE MAROH
Clémentine   a   15   ans.   Comme   tous    les    jeunes    de   son   âge...
L'ATELIER MASTODONTE -‐ TRONDHEIM / ALFRED / BIANCO / NEEL /
PEDROSA / TÉBO / YOANN
L'atelier   Mastodonte   est   un   at...
BATMAN : LA SPLENDEUR DU PINGOUIN
Parmi   les    vilains    qui   combattent   régulièrementBatman,  un  de  ses
plus    a...
LA MÉLODIE DE JENNY -‐ TSUKASA HOJO
Récemment   les    éditions    Ki-­oon   ont   sorti   deux    nouveaux    titres
dans...
IRRÉCUPÉRABLE -‐ TOME 1 : SANS RETOUR
Et   si   Superman   craquait   ?   S’il   devenait   fou   et   se   mettait   à   ...
BATMAN : TERRE-‐UN
Replongez    dans    les    origines    de   Batman   avecTerre-­Un,   qui   les
revisite   de   fort  ...
GOKINJO, UNE VIE DE QUARTIER -‐ AÏ YAZAWA
Les    éditions    Delcourt   ont   récemment   réédité   en   format   deluxe  ...
MASTER KEATON -‐ URASAWA / KATSUSHIKA / NAGASAKI
Taïchi   Hiraga   Keaton   est   un   drôle   de   personnage.   Ce
profe...
BARAKAMON -‐ SATSUKI YOSHINO
Seishû   Handa   possède   un   talent   particulier   pour   la
calligraphie.   Malgré   son...
Guide B&O : BD : idées de cadeaux noël 2013
Guide B&O : BD : idées de cadeaux noël 2013
Guide B&O : BD : idées de cadeaux noël 2013
Guide B&O : BD : idées de cadeaux noël 2013
Guide B&O : BD : idées de cadeaux noël 2013
Guide B&O : BD : idées de cadeaux noël 2013
Guide B&O : BD : idées de cadeaux noël 2013
Guide B&O : BD : idées de cadeaux noël 2013
Guide B&O : BD : idées de cadeaux noël 2013
Guide B&O : BD : idées de cadeaux noël 2013
Guide B&O : BD : idées de cadeaux noël 2013
Guide B&O : BD : idées de cadeaux noël 2013
Guide B&O : BD : idées de cadeaux noël 2013
Guide B&O : BD : idées de cadeaux noël 2013
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Guide B&O : BD : idées de cadeaux noël 2013

1 069 vues

Publié le

Besoin d'idées cadeaux pour les fêtes de fin d'année ? Offrez des bande-dessinées !

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 069
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Guide B&O : BD : idées de cadeaux noël 2013

  1. 1. Guide B&O : Idées de cadeaux Noël 2013 A   la   fin   de   chaque   année,   nous   réalisons   deux   petits   guides   :   une  liste  d’albums  pouvant  servir  d’idées  de cadeaux   de   Noël,   ainsi   que   le   récapitulatif   de   nos   coups   de   coeur   de   l’année.   Pour   changer   un   peu,   cette fois   nous   allons   faire   d’une   pierre   deux   coups.   Voici   donc   l’ensemble   de   nos   coups   de   coeur   comprenant nos   lectures  de  fin  2012  à  novembre  2013.  Une  sélection  sur  mesure  réalisée  par  les  chroniqueurs  de  B&O, de  quoi  trouver  quelques  sympathiques  idées  de  cadeaux  pour  faire  plaisir  ou  se  faire  plaisir  ;;) Évidemment   cette   liste   n’est   pas   exhaustive   et   ne   comporte   que   les   lectures  chroniquées  sur  B&O  durant cette   période.   Un   tas   d’autres   albums   feront   de   merveilleux   cadeaux,   et   si   vous   ne   trouviez   pas   votre bonheur   dans   la   sélection   ici   présente,   n’hésitez   pas   à   aller   fouiller   dans  l’intégralité  de  nos  (bientôt)  5  ans de  coup  de  coeur  sur  le  site. NB  :  Ne  cherchez  pas  de  logique  dans  l’ordre  de  présentation  des  albums,  il  n’y  en  a  pas  ;;) Retrouvez  toute  la  bande  dessinée  sur  Bulles  et  Onomatopées      ©BullesetOnomatopées  -­  2013  -­  Tout  droit  de  reproduction  réservé                            1
  2. 2. LES PETITES GENS -‐ CAMPI / ZABUS Les   petites   gens   nous   font   entrer   un   peu   plus   de   24  heures  dans  la vie   de   gens   ordinaires.   Mais   ce   n'est   pas  parce  qu'ils  sont  ordinaires qu'ils   n'ont   rien   à   raconter,   bien   au   contraire.   Au   fond   d'eux   se cachent   des   blessures,   des   tourments,   qu'ils   vont   tenter,   de cicatriser,   d'exorciser,   chacun   à   leur   manière,   mais   toujours   en s'entraidant. Dans   cette   rue   un   peu   étroite,   où   se   font   face   deux   immeubles,  des habitants  se  croisent  jours  après  jours. Certains   se   connaissent   et   se   parlent,   d'autres   s'ignorent,   parfois   ils n'osent   tout   simplement   pas   s'aborder,   sans   que   cela   ne   soit   l'envie qui   manque.   Les   six   personnages   que  nous  allons  suivre  ont  chacun quelque   chose   à   nous   apprendre.   Sur   un   peu   plus  de  70  pages  leurs peines  et  leurs  joies  deviennent  les  nôtres,  par  la  force  de  l'empathie. Il   y   a   cette   vieille   dame,   si   petite   et   âgée   que   les   gens   ne   la   voient même   plus.  Ce  monsieur  et  son  fils  qui  subissent  une  grande  douleur et   s'enferment   dans   leur   chagrin.   Ce   vieil   homme,   qui   prête   avec plaisir   ses   bouquins   à   tout   le   quartier   afin   de   distraire   ses   voisins. Cet   autre  monsieur  qui  travaille  aux  objets  trouvés  des  chemins  de  fer  et  n'en  peut  plus  de  la  bonne  humeur constante   qu'affiche   un   de   ses   collègues.   Et   cette   femme   aux   longs   cheveux   gris,   qui   semble   si épanouie... Tout   le   monde   ressent   le   besoin   d'exister,   pour   soi-­même   et   pour   autrui,   même   la   personne   qui   pourrait nous   sembler   la   plus   insignifiante   qu'il   soit.   Nous   sommes   parfois   tellement  préoccupé  par  nos  soucis  que nous   pourrions   avoir   tendance   à   l'oublier.   Une   personne   est   semblable   à   toutes   les   autres,   on   peut   la croiser   tous   les   jours   sans   jamais   lui   prêter   la   moindre   attention.   Mais   si   l'on   prend   le   temps   de   l'écouter, que  l'on  essaye  de  la  comprendre,  elle  deviendra  unique  à  nos  yeux  et  dévoilera  de  nombreux  trésors. C'est   tout   en   finesse   que   s'installe   la   proximité.   Loin   d'être   moralisateur,   le   récit   de   Vincent   Zabus   nous offre   des   passages   d'une  humanité  à  fleur  de  peau.  Le  dessin  de  l'italien  Thomas  Campi  est,  à  l'image  des mots,   très   émouvant.   Chacun   des   personnages   dégage   quelque   chose,   que   cela   soit   la   tristesse,   la plénitude,   l'amour,   l'inquiétude…   Au   final   peu   bavard,   cet   album   s'exprime   surtout   au   travers   de   tous   ces visages  remplis  d'émotions. A   l'instar   de   ces   films   qu'on   appelle   "Feel-­good   movies",   les   petites   gens   est   ce   genre   de   BD   que l'on  referme  en  se  sentant  plus  léger,  heureux,  reconnaissant. Scénario  :  Vincent  Zabus  -­  Dessins  :  Thomas  Campi Editeur  :  Le  Lombard  -­  Collection  Autre  regard  -­  Récit  complet. Retrouvez  toute  la  bande  dessinée  sur  Bulles  et  Onomatopées      ©BullesetOnomatopées  -­  2013  -­  Tout  droit  de  reproduction  réservé                            2
  3. 3. JEANGOT -‐ SFAR /OUBRERIE Qui   n’a   pas   été   fasciné   un   jour   par   Django   Reinhardt,   ses rythmiques   entraînantes   et   les   hommes   qu’il  glanait  dans  son  sillage ?   Moi,   il   me   subjugue   depuis   l’enfance   et   je   ne   cesse   d’y   revenir. C’était   donc   avec   un   mélange   d’excitation   et   d’appréhension   que j’abordais   ce   premier   tome   de   Jeangot   de   Joann   Sfar   et   Clément Oubrerie.  Verdict  ?  Ce  «  Renard  manouche  »  est  prodigieux! Le   récit   démarre   sous   la  plume  d’un  certainNiglaud,  hérisson  de  son état   :   «   Le   problème   des   manouches,   c’est   qu’ils   bouffent   les hérissons.   La   plupart   des   gens   s’en   tamponnent,   mais   moi   qui   suis un  hérisson,  ça  m’ennuie.  » Lui   est   né   en   1910   dans   une   roulotte   perdue   enBelgique   qui appartient   au   couple   Renart.   Par   chance,   le   petit   Jeangot   naît   peu de   temps   après   et   se   prendra   d’affection   pour   le   petit   hérisson,   qui échappera  ainsi  à  la  casserole. Les   deux   vont   grandir   côte   à   côte,  et  comme  pour  eux  c’est  tous  les jours   jeudi,   ils   vont   mettre  à  profit  ce  temps  libre  pour  peaufiner  leurs techniques  de  pêche,  de  banjo  et  de  drague.  Sillonnant  l’Europe  et  la Méditerranée   avant   de   se   fixer   à   Paris   après   guerre,   les   deux   inséparables   vont   petit   à   petit   se  faire  une place   dans   le   monde   de   la   nuit,   des   bars  et  des  bals.  Mais  un  incendie  se  déclare  une  nuit  dans  la  roulotte de  Jeangot,  et  va  tout  changer. On   le   comprend,   même   si   le   récit   prend   beaucoup   de   libertés,   il   reste   directement   adapté   de   la   vie   de Django   Reinhardt.   On   retrouve   les   éléments   clés   de   sa   biographie,  la  naissance  en  1910  en  Belgique,  le banjo   qui   sera   son   premier   instrument,   l’incendie,   la   longue   hospitalisation,   la   perte   de   l’usage   de   deux doigts  de  sa  main  gauche. Mais   le   vrai   génie   de   cet   album   tient  en  réalité  dans  le  reste  :  dans  cette  capacité  à  mettre  le  récit  en  relief à   travers   ce   personnage   de   Niglaud,   narrateur   de   l’histoire   et   peut-­être   bien   personnage   principal   au  final. Celui   qui   rappelle   le   véritable   frère   de   Django,   Joseph   dit   Nin-­Nin,   son   compagnon   de   toujours. L’alternance   entre   ses   souvenirs   et   le   présent   fait   des   merveilles,   et   l’on   se   passionne   presque   plus   pour ces  intermèdes  géniaux  que  pour  le  récit  de  la  vie  de  Jeangot. Joann   Sfar   injecte   aussi   une   bonne   dose   de   malice   dans   ces   deux   personnages   qui   s’encanaillent   à   la première   occasion.   L’étaient-­ils   vraiment,   malicieux   et   rieurs  ?  Peu  importe,  leur  musique  l’est,  sans  aucun doute. Clément   Oubrerie   est   dans   le   ton   également.   Il   sait   tirer   profit   de   toutes   les   situations   pour   mettre   en scène   ses   personnages   animaliers   et   leur   conférer   toute   une   palette   d’expressions.   Les   ambiances   sont également   très   finement   dépeintes,   avec   peu   d’éléments.   On   croit   à   tout,   leParis   du   début   du   siècle, l’ambiance  des  maisons  closes  et  des  bars  de  campagne,  la  grisaille  des  terrains  vagues. Joann   Sfar   et   Clément   Oubrerie   nous   proposent   une   vie   de   Django   Reinhardt,   peut-­être   pas   tout   à fait   la   vraie,   mais   celle   qui   appartient   à   l’imaginaire   collectif.   Cette   vie,   elle   est   autant   nourrie d’éléments   réels   que   de   mythe   ;;   elle   s’est   aussi   nourrie   de   cette   musique   si   particulière,   ce   jazz rieur,  coquin  et  empli  de  liberté.  L’album  est  exactement  à  cette  image  :  rigolard,  fougueux  et  beau. Scénario  &  Dessins  :  Calvo  -­  Editeur  :  Gallimard  -­  Série  en  cours  -­  1  tome. Retrouvez  toute  la  bande  dessinée  sur  Bulles  et  Onomatopées      ©BullesetOnomatopées  -­  2013  -­  Tout  droit  de  reproduction  réservé                            3
  4. 4. JAZZ MAYNARD -‐ RAULE / ROGER Les   baffes   fusent,   les   insultes   aussi.   Attachés   dos-­à-­dos,   Jazz   et son   pote   Teo   viennent   à   peine   de   se   retrouver   qu'ils   sont   déjà   en bien   mauvaise   posture.   Mais   comment   en   sont-­ils   arrivés   là   ? Flashbacks,   retour   deux   heures,   puis   trois   jours   en   arrière.   Nous faisons   connaissance   avec   Jazz   et   pour   ceux   qui   pensaient   encore avoir   affaire   à   la   gentille   histoire   d'un   musicien,   ils   risquent   d'être plutôt  étonnés… Jazz   Maynard   aime  effectivement  la  musique  dont  il  porte  le  prénom et   joue   de  la  trompette.  Mais  alors  qu'il  n'en  a  pas  l'air,  avec  ce  corps grand   et   sec,   il   est   de   ceux   dont   il   vaut   mieux   ne   pas   s'attirer   les foudres. Très   habile   aussi   bien   avec   un   flingue   qu'avec   ses   poings,   il   ne   fait pas   dans   la   demi-­mesure   et   quand   des   mafieux   s'en   prennent   à   sa soeur,  cela  tourne  vite  au  carnage. Le   ton   est   donné   dès   l'ambiance   graphique,   nous   sommes   ici   en présence   d'un   bon   polar   avec   tous   ses   codes   et   ses   charmes.   Le   charme…   en   premier   lieu   ce   sont   les dessins   élégants,   ciselés   et   ultra   dynamiques   de   Roger   qui   viennent   nous   flatter   la   rétine.   En   un   mot   : sublimes.  Et  le  meilleur  c'est  que  cela  va  en  s'améliorant  avec  les  tomes. L'utilisation   des   couleurs,   faites   de   tons   bruns,   ocres   ou   bleutés   selon   les   ambiances   rendent   une atmosphère   feutrée,   parfois   angoissante   et   servent   parfaitement   le   récit   de   Raule.   Pour   le   reste,   c'est   le charisme   du   personnage   principal   qui   achèvera   de   nous   convaincre.  Sexy,  mystérieux,  habile  et  agile,  que ce  soit  sous  les  traits  d'un  courageux  vengeur  ou  d'un  cambrioleur,  Jazz  Maynard  dégage  une  classe  folle. Au   départ   annoncé   comme   une   trilogie,   la   série   des   deux   auteurs espagnols   a   en   réalité   entamé   un   nouveau   cycle   avec   un   quatrième tome.   Intrigues   politiques,   règlements   de   comptes,   proxénétisme, cambriole,   les   thèmes  sont  nombreux  et  se  rejoignent,  sous  la  coupe de   dirigeants   peu   scrupuleux   et   de   gangs   organisés.   Le   rythme   est un   des   atouts   du   titre,   offrant   des   passages   magnifiquement orchestrés,  palpitants. Sombre,   violent,   percutant,   voilà   un   polar   comme   on   les   aime avec   des   personnages   captivants   et   une   intrigue   fort   bien menée.   Ne   vous   fiez   pas   à   sa   couverture,   ce   titre   est   un   must   à côté   duquel   il   serait   vraiment   dommage   de   passer.   Véritable coup   de   coeur,   Jazz   Maynard   est   pour   moi   entré   directement dans   la   catégorie   des   indispensables   à   toute   bonne bibliothèque.   Voilà   qui   est   dit,   vous   savez   ce   qu'il   vous   reste   à faire  ;;) Scénario  :  Raule  -­  Dessins  :  Roger  -­  Editeur  :  Dargaud  -­  Série  en  cours  -­  4  tomes. Retrouvez  toute  la  bande  dessinée  sur  Bulles  et  Onomatopées      ©BullesetOnomatopées  -­  2013  -­  Tout  droit  de  reproduction  réservé                            4
  5. 5. LE MAGICIEN D'OZ -‐ SHANOWER / YOUNG Il   est   toujours   agréable   de   se   replonger   dans   des   histoires enchanteresses   telles   que   ce   célèbre   conte,   mais   c'est   surtout   pour ses   graphismes   somptueux   que   cette   adaptation  mérite  largement  le détour. Le   scénario   adapté   par   Eric   Shanower  reprend  fidèlement  l'histoire  : Dorothée   vit   au   Kansas   avec   son   oncle   et   sa   tante   quant   un   jour une   incroyable   tornade   transporte   sa   maison   dans   le   monde merveilleux   d'Oz.   En   atterrissant   la   maison   écrase   la   méchante sorcière  de  l'Est  et  la  tue. Soucieuse   de   retourner   chez   elle   retrouver   les   siens,   Dorothée   se met   en   route   pour   la   cité  d'Emeraude,  rencontrer  le  Magicien  d'Oz, dont   elle   espère   que   les   pouvoirs   pourront   l'aider.   Elle   rencontre   sur son   chemin   un  épouvantail  dont  le  rêve  serait  d'avoir  un  cerveau,  un bûcheron   en   fer   blanc   à   qui  il  manque  un  coeur  et  un  lion  peureux qui   aimerait   posséder   le   courage   qui   ferait   de   lui   le   roi   des  animaux. Les   quatre   amis   décident   de   faire   route   commune,   persuadés  que  le Magicien  d'Oz  pourra  accéder  à  leurs  requêtes… Skottie  Young  nous  offre  de  magnifiques  dessins  sinueux  et  ondulés. C'est   dans   un   style   aux   effets   graphiques   très   modernes,   fait   de nombreux   jeux   d'ombres   et   de   lumières   que   nous   suivons   ces   excentriques   personnages   sur   la   route   de briques   jaunes.   Et   l'on   en   prend   plein   les   yeux   !   Les   extraordinaires   couleurs   vives   et   acidulées   de Jean-­François   Beaulieu   y   sont   également   pour   quelque   chose,   achevant   de   donner   à   l'ensemble   le caractère  magique  qui  convient  au  récit. Alors  bien  sûr  comme  pour  chaque  adaptation  certains  se  poseront  la question  du  bien  fondé  de  celle-­ci.  Pour  les  lecteurs  connaissant  déjà l'histoire   par   coeur,   il   est   certain   qu'ils   ne   seront   pas   très   surpris. Mais   le   périple   de   nos   quatre   amis   si   touchants,   la   morale   de l'histoire   (on   va   souvent   chercher   bien   loin   ce   qui   se   trouve   sous notre   nez…)   et   surtout   le   voyage   au   travers   de   ces   planches remarquables   constituent   suffisamment   de   raisons   de   se   plonger dans  cet  ouvrage  sans  hésiter. Vous   l'aurez   compris,   ce   Magicien   d'Oz   version   comic   est   une claque   graphique   à   ne   pas   manquer   !   Tout   public,   les   plus jeunes   découvrirons   un   classique   de   la   littérature   américaine tandis   que   les   plus   grands   pourront   sans   scrupule   retomber   en enfance,  le  temps  de  quelques  pages. Scénario   :   Eric   Shanower   -­   Dessins   :   Skottie   Young   -­   Editeur   :   Panini Comics  -­  Récit  complet Retrouvez  toute  la  bande  dessinée  sur  Bulles  et  Onomatopées      ©BullesetOnomatopées  -­  2013  -­  Tout  droit  de  reproduction  réservé                            5
  6. 6. LE BEAU VOYAGE -‐ ZIDROU / SPRINGER Léa   a   fait   de   la   liberté   et   de   l'extravagance   son   mode   de   vie.   Devenue animatrice   d'un   show   télévisé   grâce   à   quelques   faveurs   accordées   à   son patron,   elle   navigue   entre   une   relation   homo   et   des   coups   d'un   soir   avec des   hommes   de   passage.   N'empêche   qu'au   fond   Léa   se   sent  bien  seule. Et   que   cette   façon   de   vivre   ressemble   plus   à   une   échappatoire   qu'autre chose. Le   jour   où   elle   apprend   la   mort   de   son   père,   la   jeune   femme   entame   de rassembler  les  morceaux  de  son  existence. Il   est   temps   pour   elle   de   comprendre   d'où   vient   ce   vide   qu'elle   ressent   en elle   depuis   toujours,   entre   un   paternel   trop   occupé   par   son   travail  pour  lui accorder   de   l'attention   et   une   mère   qui   n'a   jamais   su   l'aimer   comme   il   se doit.   Puis   il   y   a   ce   secret   de   famille,  un  drame  arrivé  avant  sa  naissance  et qu'elle  porte  sur  ses  épaules  depuis  toujours… Avec   "Le   Beau   Voyage"   Zidrou  (dont  nous  avions  adoré  le  magnifique  "Lydie")   nous  livre  en  cinquante-­six  pages un   récit   d'une   profondeur   et   d'une   psychologie   incroyable.   La   trame   de   la   narration   est   ingénieuse   et   ne   se contente   pas   de   relater   les   faits   dans   l'ordre   chronologique.   Nous   avons   comme   l'impression   de   pénétrer   dans  la tête   de   Léa   et   découvrons   ses   souvenirs   en   même   temps   qu'elle   y   met   de  l'ordre.  C'est  parfois  confus  comme  l'on peut   l'être   en   période   de   deuil,   mais   aussi   quand   notre   famille   porte   un   lourd   secret   que   l'on   ne   va   pas   tarder   à découvrir  et  qui  permettra  de  comprendre  bien  des  choses. Si   le   fond   du   récit   n'est   pas   très   joyeux,   aucune   lourdeur   ne   se   fait   ressentir.   C'est   surtout   l'empathie   qui   nous gagne   et   l'on   suit   cette   histoire   en   essayant   d'en   saisir   tous   les   aspects.   De   cette   introspection   qui   s'avérera salvatrice,   le   lecteur   pourra   tirer   quelques   réflexions   intéressantes,   de   ce   qui  fait  ce  que  nous  sommes,   de  ce  que l'on   transmet  quand  on  est  parent,  parfois  sans  le  vouloir,  de  ce  que  l'on  peut  ressentir  au  plus  profond  de  nous  dès le  plus  jeune  âge. Les   dessins   de   Benoît   Springer   illustrent   parfaitement   les   propos.   Sensibles   et   réalistes   ils   correspondent   tout   à fait   au   caractère   de   l'héroïne   et   réussissent   à   respecter   une   certaine   retenue   vis-­à-­vis   des   personnages,   n'en montrant  jamais  trop,  juste  ce  qu'il  faut. Le   titre   de   l'album   pourrait   sembler   cynique   tant   le   récit   est   dramatique.   On   dit   souvent   que   ce   qui   compte n'est   pas   la   destination   mais   le   chemin   pour   y   parvenir.   Léa   n'aura   pas   été   épargnée,   mais   elle  ressortira  si forte  de  ces  épreuves  que  l'on  peut  au  final  se  dire  que  ce  titre  lui  prédit  en  fait  l'avenir… Scénario  :  Zidrou  -­  Dessins  :  Benoît  Springer  -­  Editeur  :  Dargaud  -­  Récit  complet. Retrouvez  toute  la  bande  dessinée  sur  Bulles  et  Onomatopées      ©BullesetOnomatopées  -­  2013  -­  Tout  droit  de  reproduction  réservé                            6
  7. 7. JUAN SOLO -‐ BESS / JODOROWSKY Je   ne   savais   pas   du   tout   ce   qui   m'attendait   la   première   fois   que   j'ai ouvert   un   album   de   Juan   Solo.   Ce   fils   de   flingue   avait   un   air désabusé   mais   sur   de   lui,   qui   le   rendait   plutôt   séduisant.   Une   arme dans   la   main   droite,   un   bébé   porté   du   bras  gauche,  je  me  dis  que  ce doit  être  le  genre  de  type  à  défendre  la  veuve  et  l'orphelin… Il   n'en   est   rien   !   Nous   sommes   ici   en   présence   d'une   des   plus grosses   ordures   de   la   bande   dessinée.   Un   traitre,   sans   moral   ni scrupule,   prêt   à   tuer   ses   amis   d'enfance   pour   servir   ses   propres intérêts.   Un   violeur   qui   collectionne   les   femmes   choisies   au   hasard dans  la  rue  et  dont  il  abuse  avant  de  les  laisser  à  ses  comparses.  Un assassin,  opportuniste  et  corrompu. Juan   a  été  abandonné  dans  une  poubelle  alors  qu'il  n'était  qu'un  bébé à  cause  d'une  malformation  étrange,  une  queue  dans  le  prolongement de   son   dos.  Recueilli  par  un  nain  travesti,  il  est  nourri  au  lait  de  chien et   doit   survivre   dans   une   cité   d'une   violence   crue.   Adolescent,   il   ne tarde   pas   à   trouver   les   moyens   extrêmes   qui   lui   permettront   de   se faire  respecter  et  entrer  dans  le  monde  des  plus  grands  criminels. Avide   de   pouvoir   et   d'argent,   il   passera   toutes   les   épreuves   qui   lui   permettront   d'atteindre   des   sommets, avant   de   connaitre   la   déchéance   pour   ensuite   rechercher   la   rédemption,   quitte   à   se   faire   passer   pour   un saint…   Rarement   un   personnage  principal  n'aura  été  si  détestable.  Les  autres  protagonistes  ne  sont  pas  en reste   et   il  est  difficile  de  trouver  la  moindre  parcelle  de  bon  fond  dans ce  monde  complètement  vicié. Jodorowsky   n'emprunte   pas   de   chemins   détournés.   D'emblée l'histoire   est   brutale   et   il   ne   suffit   que   de   quelques   planches   pour deviner   que   rien   ne   nous   sera   épargné.   La   série   est   d'ailleurs   à déconseiller   aux   âmes   un   peu   trop   sensibles,   les   dessins   de   Bess ajoutant   au   réalisme   des   situations.   Les   trois   premiers   tomes   ne laisseront   aucun   répit   au   lecteur   tandis   que   le   dernier   insufflera   une ambiance   bizarre,   quelque   peu   hors   sujet,   un   peu   trop   onirique   et religieuse. Juan   Solo   est   aussi   immoral   que   captivant.   Parce   que   l'on   se demande   jusqu'où   il   est   capable   d'aller   pour   arriver   à   ses   fins, peut-­être   aussi   parce   que   nous   attendons   de   voir   quand   est-­ce que   ce   salaud   va   payer   pour   ses  crimes  et  que  nous  désirons  le voir  tomber.  Violemment  si  possible. Scénario  :  Alexandro  Jodorowsky  -­  Dessins  :  Bess  -­  Editeur  :  Les  Humanoïdes  Associés Série  Terminée  -­  4  tomes. Retrouvez  toute  la  bande  dessinée  sur  Bulles  et  Onomatopées      ©BullesetOnomatopées  -­  2013  -­  Tout  droit  de  reproduction  réservé                            7
  8. 8. SAILOR TWAIN OU LA SIRÈNE DANS L’HUDSON Mark   Siegel   est   le   directeur   éditorial   de   First   Second   Books   (basé à   New-­York),   au   catalogue   apparemment   sans   faute   :   on   y   retrouve pêle-­mêleLewis   Trondheim,   Eddie   Campbell,   Jessica   Abel, Joann   Sfar,   Emmanuel   Guibert,   Lat,   etc.   On   lui   doit   aussi American   Born   Chinese   de   Gene   Luen   Yang,   multi-­récompensé   à fort   juste   titre.   Mark   Siegel   est   aussi   auteur   ;;   on   découvre chezGallimard   en   ce   début   d’année   sa   première   œuvre   traduite   en français   (me   semble-­t-­il)   :   Sailor   Twain   ou   la   Sirène   dans l’Hudson.  Et  c’est  très  bon  ! On   est   à   la   fin   du   XIXe  siècle,  sur  la  côte  est  des  Etats-­Unis.  Elijah Twain   est   capitaine   sur   l’un   des   bateaux   à   vapeur   qui   sillonnent l’Hudson   river.   A   son   bord,   on   retrouve   une   faune   particulière, notables   locaux   principalement.   Parmi   ces   figures   se   distingue Dieudonné   Lafayette,   propriétaire   de  la  Lorelei  depuis  que  son  frère ainéJacques-­Henri  a  mystérieusement  disparu  en  mer. En   ce   25   mai   1887,   jour   de   son   trente-­septième   anniversaire,   le destin   de   Twain   va   basculer.   Alors   qu’il  erre  sur  le  pont  du  bateau,  il aperçoit   une   femme   à   l’agonie   tentant   de   remonter   de   l’eau.   Il   se   précipite,   l’extirpe   du   fleuve   et   se   rend compte   que   la   jeune   femme   en   question   possède   une   queue   de   poisson.   La   sirène,   puisqu’il   faut   bien   s’y résoudre   malgré   l’hébétude,   a   été   blessée   par   un   harpon.   Il   l’emmène   dans   sa   chambre,   lui   procure   les premiers   soins.   Débute   alors   une   grande   histoire,   faite   d’amours   contrariées,   de   mystérieuses   disparitions et  d’une  mythologie  propre  à  l’Hudson  river… On   retrouve   dans   ce   récit,   merveilleusement   mené,   pléthore   de   références   à   la   littérature   américaine   du XIXe   siècle.   En   premier   lieu,   bien   sûr,   Mark  Twain  :  par  le  patronyme  du  héros,  le  machiniste  Horatio,  les bateaux  à  vapeur,  mais  surtout  par  l’approche  quasi  journalistique  du  contexte  du  récit.  On  peut  aussi  y  voir l’influence  d’Hawthorne  pour  la  portée  symbolique,  voire  occulte,  mais  aussi  de  Melville. Mark   Siegel   a   construit   un   récit   à   la   croisée   de   plusieurs   genres,   mêlant   drame,   naturalisme,   mystères. Dès  l’entrée  dans  le  cœur  de  l’histoire  (le  chapitre  introductif  étant  peut-­être  un  ressort  un  peu  trop  artificiel), on   se   laisse   porter   par   les   évènements   sans   jamais   décrocher.   La   structure   en   chapitres   courts   rythme parfaitement   l’ensemble.   Structure   probablement   favorisée   par   la   prépublication   sur   son   blog   durant   toute l’année  2012  (prépublication  gratuite  il  va  de  soi). Sailor   Twain   est   un   véritable   bonheur   de   lecture   !   Conte   dans   l’Amérique   du   XIXe,   on   y   croise   le merveilleux   et   quelques   figures   tutélaires   que   sont   Twain   et   Hawthorne.   Le   récit   est   rythmé   à merveille   et   les   crayonnés,   alternant   réalisme   quasi   documentaire   (notamment   dans   le   rendu   des bateaux)  et  symbolisme,  apportent  énormément.  Un  beau  coup  de  cœur  ! Scénario  &  Dessins  :  Mark  Siegel  -­  Editeur  :  Gallimard  -­  Récit  complet Retrouvez  toute  la  bande  dessinée  sur  Bulles  et  Onomatopées      ©BullesetOnomatopées  -­  2013  -­  Tout  droit  de  reproduction  réservé                            8
  9. 9. GATSBY LE MAGNIFIQUE Il   est   toujours  difficile  de  s’attaquer  à  un  mythe  ;;  au-­delà  du  plaisir  de rendre   compte   d’une   œuvre   qu’on   chérit   pointe   souvent   la   peur   de décevoir,   de   ne   pas   rendre   justice   à   la   grandeur   du   texte.   En   la matière,   Gatsby   le   magnifique   est   sans   conteste   un   des   romans mythiques   de   la   littérature   américaine.   Il   suffit   de   se   rappeler   la polémique   autour   de   la   récente   traduction   de   Julie   Wolkenstein   pour se   convaincre   que   l’entreprise   de   Stéphane   Melchior-­Durand   et Benjamin  Bachelier  est  osée. Nick   Carraway   est   un   jeune   architecte.   Il   s’installe   à   Shangaï,  à  sa grande   surprise   dans   un   des   quartiers   les   plus   huppés.   Il   y  loue  une petite   bicoque   sans   prétention,   coincée  entre  de  somptueuses  villas. Il   se   retrouve   proche   d’une   de   ses   cousines,   Daisy,   mariée   au  riche Tom   Buchanan.   Lors   du   premier   repas   pris   chez   eux,   il   fait   la connaissance   de   Jordan   Baker,   joueuse   de   golf   professionnelle   et plutôt   attirante.   C’est   lors   de   ce   repas   qu’est   aussi   évoqué   LE notable  du  coin,  Jay  Gatsby. De   lui,   on   ne   sait   pas   grand-­chose.   Voisin   de   Nick,   il   organise   très régulièrement   de   fastueuses   réceptions   où   chacun   se   rend,   sans   y avoir   été   forcément   invité.   Dandy   mystérieux,   il   va   nouer connaissance  avec  Nick  dans  l’espoir  de  reconquérir  le  cœur  de  Daisy,  perdu  quelques  années  avant. On   passera   rapidement   sur   la   transposition   dans  la  Chine  moderne  :  c’est  en  effet  seulement  après  rouvert l’album   que   je   m’en   suis   aperçu.   Pourtant   tout   est   évident   :   les   traits   asiatiques,   le   plan   de   la   ville   itou   et nombre  d’autres  détails.  Mais  jamais  je  n’ai  vu  autre  chose  qu’un  New-­York  d’antan. Il   faut   y   voir,   à   mon   sens,  plus  qu’un  étourdissement  du  lecteur  une  vraie  qualité  dans  l’adaptation  du  texte et   dans   son   rendu   visuel.   Dès   la   couverture   on   est   happé   par   les   dessins   de   Benjamin   Bachelier,   d’une luminosité   et   d’une   expressivité   incroyables.  S’il  remercie  l’artiste  français  JR  pour  l’hommage  à  son  travail (les   portraits   gigantesques   qui   jalonnent   les   murs   de   la   ville   en   particulier),   on   ne  peut  s’empêcher  d’y  voir la   marque   d’Hopper,   dans   les   aplats   de   couleur,   la   simplicité   des   mises   en   scènes   et   ce   léger   flou   qui entoure  les  lignes.  Peut-­être  aussi  dans  l’importance  accordée  aux  éléments  architecturaux. Cette   adaptation   de   Gatsby   le   magnifique   est,   qu’on  se  le  dise,  de  toute  beauté.  L’esprit  du  texte  est respecté,   on   le   redécouvre   même   sous   un   jour   nouveau.   Et   sa   mise   en   image   n’est   pas   loin   de   la perfection.   On   ne   peut   que   remercier   les   deux   auteurs,   Stéphane   Melchior-­Durand   et   Benjamin Bachelier,   pour   leur   incroyable   travail.   Gageons   que   l’adaptation  cinématographique  à  venir  de  Baz Luhrmann  leur  offrira  une  large  visibilité. Scénario  :  Stéphane  Melchior-­Durand  -­  Dessins  :  Benjamin  Bachelier Editeur  :  Gallimard  -­  Collection  :  Fétiche  -­  Récit  complet. Retrouvez  toute  la  bande  dessinée  sur  Bulles  et  Onomatopées      ©BullesetOnomatopées  -­  2013  -­  Tout  droit  de  reproduction  réservé                            9
  10. 10. LA BRIGADE CHIMÉRIQUE -‐ L'INTÉGRALE Les   super-­héros   français   ont   existé,   mais   on   les   a   oubliés   !   C’est   le postulat   de   départ   de   La   Brigade   Chimérique,   écrite   par   Serge Lehman   et   Fabrice   Colin.   Et   venant  d’un  scénariste  qui  a  publié  une lettre   dans   le  courrier  des  lecteurs  de  Strangenuméro  100,  LE  numéro qui   a   marqué   le  début  de  ma  collection  de  comics,  j’aurais  tendance  à le  croire  ! Avant   la   sortie   de   cet   épais   volume,   intégrale   reprenant   les   12 épisodes   précédemment   publiés   en   6   tomes,   j’avoue   que   je   ne connaissais   pas   La   Brigade   Chimérique.   Lacune   béante   désormais comblée   par   cette   très   belle   édition   chez   l’Atalante.   Couverture carrée,   papier   épais,   nombreux   bonus,   c’est   un   très   bel   objet   à   la mesure  de  cette  très  bonne  histoire. Elle   constitue   une   plongée   dans   notre   passé,   au   début  du  XXe  siècle et   jusqu’à   la  Seconde  Guerre  Mondiale.  Un  passé  dont  on  connaît  peu de   héros,   car   ceux-­ci   n’ont   quasiment  pas  traversé  les  âges.  Si  on  se rappelle   encore   d’Arsène   Lupin   ou   de   Fantomas,   voire   de Garou-­Garou   le   Passe-­Muraille,   qui   se   souvient   de   Palmyre   la sorcière   mondaine,   de   Félifaxl’homme-­tigre   ou   du   Nyctalope   ?   Des héros   dont   les   aventures   ont   sombré   dans   l’oubli,   que   l’astucieux scénario   teinté   de   psychanalyse   mêle  à  des  personnages  réels,  Irène et   Marie   Curie   en   tête.   Serge   Lehman,   dans   ses   passionnantes   notes   de   préparation,   livre   la   genèse  de l’histoire,   et   fait   preuve   d’une   exceptionnelle   érudition   envers   la   culture   de   ce   genre,   aussi   populaire  antan que  perdu  désormais. Illustrée   par   d’excellents   dessins   de   Gess,   dotés   d’une   précision   et   d’une   économie   de   trait   qui   forcent l’admiration   (et   qui   ne   sont   pas   sans   parfois   me   faire   penser   à   Mike   Mignola),   l’histoire   bénéficie   aussi d’une   très   belle   colorisation   de   Céline   Bessonneau,   l’ensemble   étant   mis   en   valeur   par  le  papier  glacé  du volume. Une   uchronie   fantastique,   qui   n’est   pas   sans   rappeler   par   certains aspects   la   Ligue   des   Gentlemen   Extraordinaires   ou   dans   un   autre genre   les   Aventures   d’Adèle   Blanc-­Sec.   Pourquoi,   dans   un   pays   où la   BD   a   pourtant   acquis   ses   lettres   de   noblesse,   les   héros   costumés sont-­ils   si   rares   ?   Certains   sont   pourtant   nés   dans   les   tranchées   de 1914,   et   ont   oeuvré   contre   le   mal   grandissant   de   la   fin   des   années 30...   Pourquoi   est-­ce   Outre-­Atlantique   que   le   genre   super   héroïque  a finalement   percé   ?   La   Brigade   Chimérique   répond   à   ces   questions, avec  toute  la  stupeur  que  peux  provoquer  la  réponse  apportée. Consolons-­nous   en   nous   rappelant   que   chronologiquement,   le premier  super-­héros  est  français,  enfin  gaulois  ;;) En   bonus,   notes   de   création,   reproductions   de   crayonnés,   esquisses, affiches,   couvertures,   marque-­pages   et   pages   d’explication   sur   les multiples   références   dont   est   truffé   le   récit   complètent   cette   édition   tout simplement  parfaite.. Scénario  :  Serge  Lehman  et  Fabrice  Colin  -­  Dessins  :  Gess    -­  Editeur  :  L'Atalante  -­  Collection  Flambant Neuf  -­  Série  Terminée  -­  6  tomes  ou  1  intégrale. Retrouvez  toute  la  bande  dessinée  sur  Bulles  et  Onomatopées      ©BullesetOnomatopées  -­  2013  -­  Tout  droit  de  reproduction  réservé                            10
  11. 11. BATMAN : UN LONG HALLOWEEN Batman   :   Un   Long   Halloween   vient   d’être   ré-­édité   chez   Urban Comics,   après   avoir   été   présenté   il   y   a   quelques   années   chez Panini   en   deux   versions.   Épais   volume   de   408   pages,   ce   tome   est un  bel  objet  et  reprend  le  contenu  de  l’édition  Absolute  américaine. Dans   la   chronologie   moderne   de   Batman,   Un   Long   Halloween   se situe   peu   de   temps   aprèsAnnée   Un,   le   chef   d’oeuvre   de   Frank Miller  etDavid  Mazzucchelli. Il   est   centré   sur   des   meurtres   gravitant   autour   deCarmine   Falcone, chef   de   la   pègre   de   Gotham,   dit“le   Romain”,   et   ceux   qui   veulent l’arrêter,   Batmanbien   sûr,   mais  aussi  le  Commissaire  Gordon  et  un Procureur  Général  nommé  Harvey  Dent. Histoire   concept   à   part   entière,   Un   Long   Halloween   fut   publié initialement   aux   USA   en   1996   sous   forme   de  13  numéros  mensuels, avec   deux   numéros   doubles.   Une   enquête   de   Batmanqui   dure   une année   et   suit   un   calendrier   meurtrier,   puisqu’un   mystérieux  assassin ne  frappe  que  lors  des  jours  fériés  ! Un   récit   qui   renvoie   aux   films   policiers   (Le   Parrain   étant   notamment une   référence  évidente)  ce  qui  se  retrouve  à  la  fois  dans  le  scénario  de  Jeph  Loeb  et  dans  les  dessins  très sombres   de   Tim   Sale,   avec   une   ambiance   graphique   digne   d’un   film   noir.   Car   Batman   est   né   dans Detective   Comics,   et   les   enquêtes   ont   toujours   été   très   présentes   dans   ses   aventures,   en   faisant   un personnage   urbain   dans   des   aventures   policières.   Mais   au   fur   et   à   mesure   que   les   truands   classiques disparaissent,   les   super   vilains   semblent   peu   à   peu   prendre   leur   place   face   au   justicier   masqué.   Est-­ce Gotham   la   corrompue   qui   les   attire,   ou   la   présence   de   Batman   ?   En   tout   cas,   la   transition   se   fait progressivement  et  évoque,  en  filigrane,  un  changement  d’époque  et  de  style  dans  les  aventures  du  héros. Récit   très   accessible   au   néophyte,   Un   Long   Halloween   présente   aussi   l’avantage   de   passer   en   revue quelques   uns   des   adversaires   les   plus   emblématiques   de   Batman.   Le   Joker,   Poison   Ivy,  l’Epouvantail, Double   Face   bien   sûr...   Ou   encore   la  troublante  Catwoman,  toujours  aussi  ambiguë...  Une  technique  que le   scénariste   utilisera   d’ailleurs   plus   tard   dans   Batman   :   Silence.   Jeph   Loeb   sème   indices   et   fausses pistes  tout  au  long  de  cette  année  meurtrière  et  nous  amène  à  une  fin  qui  révèle  son  lot  de  surprise  ! Le   dessin,   assez   particulier   car   différent   des   standards   actuels,   peut   nécessiter   un   petit   temps d’adaptation.   Personnellement,   j’ai   adoré   ce   style.   Tim   Sale   s’encre   lui-­même   avec   brio   et   la   couleur   est utilisée  avec  parcimonie  pour  souligner  certains  détails.  Le  résultat  est  superbe  ! La   superbe   édition   d’Urban   Comics   est   un   sacré   pavé,   truffé   de   bonus   :   interviews   des   auteurs, crayonnés,   couvertures   originales   commentées,   pages   supplémentaires,   le  tout  sur  un  très  agréable  papier mat   qui   met   en   valeur   le   dessin   et   les   couleurs...   Incontournable   !   Et   l’histoire  se  prolonge  dans  Batman  : Amère  Victoire,  des  mêmes  auteurs,  chez  Urban  Comics  également.  Sans  surprise,  il  est  sur  ma  liste  ! Gagnants   de   nombreux   prix,   mérités,   Un   Long   Halloween   est   considéré   comme   un   classique,   une réputation   amplement   justifiée.   Et  une  source  d’inspiration  pour  les  films  récents,  à  commencer  par Batman   The   Dark   Knight   de   Christopher   Nolan,   qui   préface   d’ailleurs   cette   édition.   Un   récit   qui plaira  à  la  fois  aux  fans  du  justicier,  et  à  ceux  qui  le  découvrent. Scénario  :  Jeph  Loeb  -­  Dessins  :  Tim  Sale  -­  Editeur  :  Urban  Comics  -­  Récit  complet. Retrouvez  toute  la  bande  dessinée  sur  Bulles  et  Onomatopées      ©BullesetOnomatopées  -­  2013  -­  Tout  droit  de  reproduction  réservé                            11
  12. 12. LE SINGE DE HARTLEPOOL -‐ LUPANO / MOREAU C’est   un   album   qu’on   pouvait   s’attendre   à   voir   apparaître   au palmarès   du   dernier   festival   d’Angoulême.   Basé   sur   une   légende britannique   récente   (assez   vraisemblable   visiblement   même   si   cela peut   paraître   insensé   !),   le   Singe   de   Hartlepool   est   signé   Wilfried Lupano,   scénariste   aguerri   (Alim   le  Tanneur,  Célestin-­Gobe-­la-­Lune, Little   Big   Joe),   et   Jérémie   Moreau,   jeune   dessinateur   lauréat   l’an dernier   du   prix   Jeunes   Talents   à   Angoulême.   Un   album   en   tous points  passionnant  ! On   est   au   début   du   XIXe   siècle,   en  pleines  guerres  napoléoniennes. Un   navire   français   vogue   dans   les   eaux   britanniques,   non   loin   de   la côte   est.   Son   capitaine,   Louis-­Armand   Narraud,   est   un bonapartiste   convaincu   et   nourrit   une   haine   tenace   contre   les anglais.   Alors   qu’il   s’amuse   des   mimiques   de   son   chimpanzé,   un jeune   mousse  commet  l’affront  d’entonner  un  chant  de  marin  anglais. Ni   une,   ni   deux,   le   capitaine   ordonne   que   l’impudent   soit   passé par-­dessus   bord.   Une   tempête   se   déchaîne   dans   l’instant,   fracasse le  mât  et  envoie  tout  le  monde  dans  les  abysses. Seuls   le   jeune   garçon   et   le   singe   s’en   sortiront,   s’échouant   sur   la plage   de   Hartlepool,   bourgade   perdue   de  la  lande  anglaise.  Alors  que le   garçon   se   joint   à   un   groupe   d’enfants,   le  singe  est  découvert  par  la populace.   Son   uniforme   français  (loufoquerie  de  son  ancien  maître)  et  leur  inculture  les  induisent  en  erreur  : les   habitants   sont   persuadés   d’avoir   mis   la   main   sur   un   espion   français   et   sont   bien   décidés   à  lui  soutirer des   informations   cruciales   !Cette   légende,   on   n’ose   croire   qu’elle   puisse   être   vraie.   Pourtant,   aujourd’hui encore  les  habitants  de  Hartlepoolportent  le  surnom  de  Monkey  Hangers. Wilfried   Lupano   en   tire   un   scénario   passionnant,   fin   mélange   de burlesque   et   de   fable.   Tout   y   est   parfaitement   dosé,   les   dialogues   sont aussi   savoureux   que   la   morale   cruelle.   Il   a   aussi   su   ajouter   avec   le personnage   de   Charles   une   dimension   supplémentaire   à   cette   histoire d’inculture  crasse  et  de  croyances  populaires. Jérémie   Moreau   assure   lui   aussi   une   partition   parfaite.   Ses personnages   sont   truculents,   leur   bêtise   ou   leur   humanité   ressort   de leurs   expressions   ;;   le   décor,   pluvieux,   crasseux,   épouse   le   propos   et sait   se   faire   rougeoyant   au   comble   de   l’ignominie.   On   retiendra   surtout ce   portrait   du   singe   meurtri   emmené   par   ses   geôliers,   qui   persiste   bien après  avoir  refermé  l’album. Le   Singe   de   Hartlepool   est   sans   conteste   un   des   meilleurs   albums de   2012.   Le   propos   est   intelligent,   Lupano   et   Moreau   le   mettent merveilleusement   en   scène.   Et   si   l’on   s’étonne   ou   l’on   se scandalise   de  cette  méprise  et  de  cette  bêtise  ahurissantes,  pas  tout à   fait   sûr   que   l’on   soit   forcément   plus   éclairés   de   nos   jours.   Les frontières  ont  la  dent  dure... -­Scénario  :  Wilfried  Lupano  -­    Dessins  :  Jérémie  Moreau Editeur  :  Delcourt  -­  Collection  :  Mirages  -­  Récit  complet. Retrouvez  toute  la  bande  dessinée  sur  Bulles  et  Onomatopées      ©BullesetOnomatopées  -­  2013  -­  Tout  droit  de  reproduction  réservé                            12
  13. 13. MUTAFUKAZ TOME 4 -‐ DE4D END Le   voilà   !   Il   est   enfin   sorti   la   semaine   dernière   après   une   longue attente,   le   tome   quatre   de   Mutafukaz   est   là.   Même   si   son   titre   est "De4d   End",   ce   tome   n'est   pas   le   dernier,   c'est   le   prochain   tome cinq   qui   viendra   conclure   l'histoire.   La   couverture   de   l'album   est   une nouvelle   fois   sublime   et   parfaitement   à   l'image   des   événements apocalyptiques  qui  nous  attendent. Petit   rappel   de   la   situation   à   la   fin   du   tome   précédent   :   les  émeutes de   Dark   Meat   City   se   sont   transformées   en   guerre   civile   et   la section   Z-­7,   devenue   incontrôlable   fait   un   véritable   carnage.   Les gangs   voyant   en   elle   un   ennemi   commun   cessent   leurs   guerres internes. Les   blancs,   blacks,   asiats   et   latinos  s'unissent  sous  la  couleur  verte et   se   battent   côte   à   côte.   Revenus   dans   leur   quartier,   Angelino, Vinz   etWilly   ont   échappé   à   l'agent   Crocodile   devenu   de   plus   en plus  paranoïaque.  Ils  reprennent  la  fuite  de  plus  belle. Mais   le   président   Gore   W.   Tex,   inquiet  pour  ses  concitoyens  décide de   se   détourner   desMachos   et   déclare   la   loi   martiale   afin   de   faire cesser   le   massacre.   Même   s'il   se   doute   des   conséquences   d'un   tel acte,   il   n'imagine   pas   encore   l'ampleur   que   vont   prendre   les   événements.  Pendant  ce  temps,  les  membres de  la  Lucha  mettent  au  point  un  plan  pour  arrêter  les  Machos  avec  l'aide  du  professeur  Fagor. RUN   revisite   le   Nouveau   Testament,   allant   jusqu'à   faire   intervenir   les   Quatre   Cavaliers   de   l'Apocalypse dans   une   scène   finale   explosive.   Dans   ce   joyeux   bordel   (n'ayons   pas   peur   des   mots)  l'histoire  d'Angelino et   Vinz   stagne   un   peu,   les   événements   les   dépassants  complètement.  Après  le  bon  lot  de  révélations  que contenait   le   précédent   tome,   c'est   au   tour   de   l'action   d'envahir   les   pages   dans   un   déchainement   de violence. Très   chapitré,   le   scénario   suit   de   nombreux   protagonistes   et   s'est complexifié   pour   devenir   un   univers   toujours   plus   complet   et   convaincant. Les   dessins   de   RUN   sont   encore   plus   maîtrisé   qu'auparavant   et   l'auteur nous   offre   de   nombreuses   grandes   cases   et   pleines   pages   vraiment superbes.   Il   expérimente   une  nouvelle  fois  quelques  effets  graphiques,  dont certains  nous  font  littéralement  tourner  la  tête  (je  vous  laisse  la  surprise  ;;)). Ce   nouveau   tome   de   Mutafukaz   est   une   tuerie   (dans   les   deux   sens   du terme),   qui   devrait   ravir   les   fans   de   la   série   et   décider   ceux   qui   ne   s'y sont   pas   encore   penché   à   s'y   mettre   sérieusement   !   Un   scénario travaillé,   des   personnages   originaux   et   drôles,   des   graphismes exceptionnels,   une   édition   magnifique…   Lisez   Mutafukaz,   c'est   bon, c'est  beau,  c'est  bien  ! Scénario  &  Dessins  :  RUN  -­  Editeur  :  Ankama  -­  Série  en  cours  -­  4  tomes. Retrouvez  toute  la  bande  dessinée  sur  Bulles  et  Onomatopées      ©BullesetOnomatopées  -­  2013  -­  Tout  droit  de  reproduction  réservé                            13
  14. 14. X-‐MEN : LE COMPLEXE DU MESSIE Après   les   évènements   relatés   dans   House  of  M,  les  mutants sont   une   espèce   en   voie   de   disparition   :   il   n’en   apparaît   plus de   nouveaux,   et   les   combats   permanents   diminuent dramatiquement   leur   nombre.   Aussi,   lorsque   le   Professeur Xavierdétecte   une  nouvelle  naissance  mutante,  les  X-­Men  se précipitent-­ils   pour   suivre   sa   trace.   Mais  ils  ne  sont  pas  seuls à   vouloir   trouver   celui   qui   pourrait   être   le   Messie   de   leur race... Les   Purificateurs,   humains   hostiles   aux   mutants,   ainsi   que les   Maraudeurs   du   super   vilain   Sinistresont   à   la   recherche du  bébé  mystérieux. Commence   alors   une   course   poursuite   intense   et   une  longue série   de   combats,   quand   chaque   camp   cherche   à   mettre   la main   sur   l’enfant   prodige.   Mais   un   protagoniste   inattendu   ne serait-­il  pas  en  avance  sur  les  adversaires  ? Crossover   de   plusieurs   séries   paru   en   2007/2008,   cette   édition   Marvel   Deluxe   (couverture rigide,   papier   glacé)   du   Complexe   du   Messie   reprend   les   épisodes   d’une  saga  qui  s’avère  être le  début  d’une  trilogie.  “La  Guerre  du  Messie”  et  “Second  Coming”  suivront. Combats   intenses,   action   non-­stop   et   même   voyage   dans   le temps,   les   scénaristes   (Brubaker,Carey,  Kyle,  Yost,  David)  ne nous   laissent   pas   un   instant   de   répit   !   Au   dessin,   plusieurs crayons   se   succèdent   (Silvestri,   Ramos,   Bachalo,   Eaton   ou encore   Tan)   avec   des   styles   parfois   assez   éloignés,   mais   la tonalité   reste   globalement   cohérente   grâce   aux   couleurs homogènes. Au   niveau   de   l’édition,   un   rédactionnel   de   Paniniaurait   été   le bienvenu   pour   aider   le   lecteur   à  s’y  retrouver.  De  même,  classer les   couvertures   par   nom   de   série   US   et   non   par   ordre chronologique  dans  l’histoire  est  un  peu  dommage. Pas   forcément   destinée   au   néophyte,   qui   risque   d’être   un peu   perdu   devant   la   pléthore   de   personnages   et  de  factions qui   s’affrontent,   “le   Complexe   du   Messie”   reste   néanmoins une   grande   histoire   des   X-­Men   et   un   récit   incontournable pour  les  fans. Scénario  &  Dessins  :  Collectif  -­  Editeur  :  Panini  Comics Collection  Marvel  Deluxe  -­  Récit  complet Retrouvez  toute  la  bande  dessinée  sur  Bulles  et  Onomatopées      ©BullesetOnomatopées  -­  2013  -­  Tout  droit  de  reproduction  réservé                            14
  15. 15. NOTRE SEUL AMI COMMUN -‐ BORIS MIRROIR Je   ne   connais   pas   vraiment   le  catalogue  de  CFSL,  filiale  d’Ankama. Tout   juste   ai-­je   ouvert   quelques   artbooks,   passionnants   au demeurant,   et   survolé   Magnitude   9,   très   belle   initiative   en   soutien auJapon   touché  par  la  catastrophe.  Boris  Mirroir,  connu  aussi  sous les   pseudos   BenGrrr   et   La   Tête   X,   y   sort   ces   mois-­ci   un   récit   en trois   tomes,   Notre   seul   ami   commun   (tome   1  en  mars,  T2  en  avril, T3  en  mai).  Superbe  en  tous  points. Une   nuit,   dans   ce   qui   ressemble   de   près   à   une   petite   bourgade tranquille.   Un   jeune   homme   (représenté   en   chien)   est   prostré   dans son   fauteuil,   entouré   par   tout   ce   qui   fait   son   monde.   Une   sorte d’enfance   figée.   Une   super   NES,   des   clopes,   une   table   basse   bon marché,  une  boîte  à  pizza  qui  traîne. Il   se   met   en   tête   de   se   procurer   le   tout   dernier   jeu   sorti,   mais   il   est déjà   tard.   S’interdisant   d’abord   de   passer   boire   un   verre   au   café   du coin,   il   finit   par   céder   à   la   débauche.   S’ensuit   une   longue   nuit d’excès,   terminée   dans   sa   pisse   au   petit   matin.   On   apprendra   vite les   raisons   de   cette   prostration   tout   juste   trompée   par   l’alcool   :   un décès,  qui  n’en  finit  plus  d’arriver. On   démarre   cet  album  sans  trop  savoir  où  l’on  va.  Les  dessins,  les  personnages,  l’univers,  ont  un  côté  très cartoon   qui   nous   laisse   penser   à   une   succession   de   strips,   que   l’on   imagine   forcément   humoristiques.   Et pourtant   on   comprend   vite   que   l’on   ne   va   pas   rire   des   masses,   ou   alors   jaune.Boris   Mirroir   décrit   une vacuité   abyssale   à   travers   son   personnage   principal.   Proche   du   gouffre,   il   se   raccroche   à   quelques éléments  tangibles,  une  cartouche  de  jeu,  une  canette  de  bière,  la  compagnie  d’un  autre  à  la  dérive. Cependant   on   ne   tombe   jamais   dans   le   pathos.   Tout   est   amené   finement,   tout   est   affaire   d’impressions. Notamment   l’évocation   de   la   mère   à   travers   ses   mains   décharnées   est   d’une   incroyable   force.   On   écoute ce  qu’elles  ont  à  nous  raconter,  elles  disent  tout  de  la  souffrance,  de  la  fatigue,  de  l’imminence  de  la  fin. Notre   seul   ami   commun   laisse   sans   voix.   Evocation   d’un   deuil   imminent,   derniers   vestiges   de l’enfance,   chaque   détail   fait   sens   dans   cet   album.   Les   intertitres   rédigés   comme   des   entrées   de dictionnaire  sonnent  comme  un  bilan.  On  attend  la  suite  fébrilement. Scénario  &  Dessins  :  Boris  Mirroir  -­  Editeur  :  CFSL  Ink  -­  Série  finie  -­  3  tomes. Retrouvez  toute  la  bande  dessinée  sur  Bulles  et  Onomatopées      ©BullesetOnomatopées  -­  2013  -­  Tout  droit  de  reproduction  réservé                            15
  16. 16. L'HOMME TRUQUÉ -‐ LEHMAN / GESS Après   "La   Brigade   Chimérique",   excellente   histoire   de super-­héros   français,   retour   dans   cet   univers   très   spécial avec   "L'Homme   Truqué",   qui   se   déroule   antérieurement,  en 1919. Serge   Lehman,   le   scénariste   ,   retrouve   ici   son   complice,   le dessinateur   Gess   pour   nous   raconter   l'histoire   d'un   soldat  de la   Grande   Guerre,   blessé   aux   yeux   et   enlevé   par   un   groupe mystérieux.   Doté   d'un   équipement   optique   révolutionnaire,   il sera   relâché   plusieurs   mois   plus   tard   et   sèmera   la   terreur autour  de  Paris. Aidé   par   Marie   Curie,   qui   vient   de   fonder   son   Institut   du Radium   pour   aider   les   victimes   de   guerre,   et   le   fameux Nyctalope,   héros   parisien,   il   tentera   de   maîtriser   ses pouvoirs   .   Mais   les   surprises   ne   vont   pas   manquer,   comme cette  force  invisible  cachée  sous  Paris  ! "L'Homme   Truqué"  reprend  les  codes  de  "La  Brigade  Chimérique"  -­  que  l'on  croise  d'ailleurs -­   en   étoffant   son   univers   truffé   de   références   aux   histoires   et   feuilletons   du   début   du   siècle.  Ce n'est   d'ailleurs   pas   un   hasard   si   l'histoire   est   inspirée   d'un  récit  de  Maurice  Renard,  qui  tient  un rôle   de   premier   plan   dans   la   BD   !   Mais   la   BD   peut   également   se   lire   de   façon   indépendante   et reste  compréhensible  pour  le  néophyte. Fausses   couvertures   de   revues   d'époque   ou   photographies   datées   complètent   également l'histoire  principale  en  étayant  son  background. Des   allusions   appellent   une   suite,   ce   dont   on   ne   peut   que   se   réjouir,   tant   cet   univers, mélange   d'ambiance   de   début   de  siècle  et  de  superscience  (une  SF  uchronique  originale) est  encore  riche  de  potentialités  à  explorer  ! Scénario  :  Serge  Lehman  -­  Dessins  :  Gess  -­  Éditeur  :  L'Atalante Retrouvez  toute  la  bande  dessinée  sur  Bulles  et  Onomatopées      ©BullesetOnomatopées  -­  2013  -­  Tout  droit  de  reproduction  réservé                            16
  17. 17. ORIGNAL -‐ MAX DE RADIGUÈS C'est   arrivé   de   façon   insidieuse   et   cela   a   pris   des   proportions vraiment   inquiétantes.   A   tel   point   queJo   n'ose   plus   prendre   le   bus pour   se  rendre  à  l'école,  de  peur  que  Jason  le  martyrise  encore.  Le jeune  homme  préfère  s'y  rendre  à  pied,  en  coupant  par  le  bois. Mais   ce   n'est   qu'un   court   répit,   car   une   fois   arrivé   dans l'établissement   scolaire   Jason   est   là,   dans   sa   classe,   dans   les couloirs,   à   le   chercher   pour   l'humilier   et   le   blesser   toujours davantage.   Joprends  la  situation  avec  fatalité,  n'ose  pas  parler  aux adultes   de   ce   que   son   bourreau   lui   fait   subir   et   ne   trouve   du réconfort  qu'en  allant  se  réfugier  à  l'infirmerie. Max   De   Radiguès   nous   plonge   dans   le   quotidien   de   cet adolescent   en   proie   au   harcèlement   en   milieu   scolaire   d'une  façon très   profonde   et   psychologue.   Si   le   sujet   à   récemment   fait   débat avec   la   sortie   du   nouveau   titre   d'Indochine   "Collège   Boy"  et  son clip   choquant,   il   est   loin   d'être   nouveau.   Depuis   toujours   les adolescents   s'affirment   en   choisissant   des   boucs   émissaires.   La gravité   ne   dépend   pas   de   jusqu'où   vont   les   choses,   quel   qu'il   soit ce   traitement   laisse   rarement   indemne   et   inflige   en   général   des séquelles  psychologiques  importantes. On   se   retrouve   très   vite   plein   d'empathie   pour   ce   jeune   sympathique,   rêveur   et   impuissant.   Dans   un   style graphique   très   épuré,   en   noir   et   blanc,  Max  De  Radiguès  illustre  à  merveille  chaque  instant,  de  la  cachette dans   le   placard   à   balais,  des  moments  à  se  détendre  enfin  à  l'infirmerie  en  passant  par  les  rencontres  avec la   faune   des   bois.   Avec   comme   point   culminant   cette   rencontre avec  un  orignal,  personnage  à  part  entière  de  l'histoire. N'hésitant   pas   à   découper   généreusement   certaines   actions,   le dessinateur   exprime,   plus   en   images   qu'avec   des   mots,   les nombreux   sentiments   qui  submergent  son  personnage.  Sans  entrer complètement   dans   la   contemplation,   De   Radiguès   prend   tout   de même   le   temps   de   poser   chaque  décor,  comme  s'il  voulait  que  l'on s'approprie  certains  lieux.  Et  cela  fonctionne  parfaitement. Le  sujet  grave  d'Orignal  est  traité  tout  en  justesse,  évitant  toute sensiblerie   qui   l'aurait   décrédibilisé.   Le   quotidien  de  Jo  et  ses tourments   ne   peuvent   laisser   indifférent,   jusqu'à   cette conclusion,   déstabilisante,   peut-­être   un   peu   cruelle,   mais   au final  salvatrice. Scénario  &  Dessins  :  Max  De  Radiguès  -­  Editeur  :  Delcourt Collection  Shampooing  -­  Récit  complet. Retrouvez  toute  la  bande  dessinée  sur  Bulles  et  Onomatopées      ©BullesetOnomatopées  -­  2013  -­  Tout  droit  de  reproduction  réservé                            17
  18. 18. LE BLEU EST UNE COULEUR CHAUDE -‐ JULIE MAROH Clémentine   a   15   ans.   Comme   tous   les   jeunes   de   son   âge,   elle commence   à   s'intéresser   à   l'amour.   Mais   c'est   le   jour   où   elle   croise dans   la   rue   une   jeune   fille   aux   yeux   et   cheveux   bleus   qu'elle  craque littéralement.   Elle   ne   comprend   pas   ce   qui   lui   arrive,   mais   le   regard lancé  par  cette  inconnue  l'a  complètement  bouleversée. Dans   l'obscurité   de   la   nuit,   Clémentine   revoit   la   fille   aux   cheveux bleus   et   imagine   des   choses   auxquelles   elle   s'interdit   de   penser   et qui   la   mettent   très   mal   à   l'aise.   Pour   contrer   ses   idées   folles,   elle décide   de   sortir   avec   Thomas,   un   garçon   qui   la   drague   depuis quelques  temps. Au   bout   de   six   mois,   sa   relation   avec   le   jeune   homme   n'a   toujours pas   évoluée   dans   le   bon   sens   et   Clémentine   n'arrive  pas  à  partager son   intimité   avec   lui.   Elle   se   rend  compte  qu'il  y  a  un  malaise  et  qu'il ne   correspond   pas   a   ses   attentes.   Elle   décide  de  le  quitter  alors  que ses   fantasmes   nocturnes   continuent   à   s'emparer   d'elle   et   qu'elle commence  à  les  accepter  de  plus  en  plus,  jusqu'à  les  apprécier. Alors   quand   elle   retrouve   par   le   plus   grand   des   hasards   Emma,   la fille   aux   cheveux   bleus,   lors   d'une   sortie   de   samedi   soir,   son   destin   bascule.   Ce   sera   la   naissance   d'une magnifique   histoire   d'amour,   mais   également   d'un   combat,   pour   s'accepter   soi-­même,   accepter   le   regard des   autres,   réussir   à   aimer   sans   tenir   compte   de   ce   que   peut   penser   autrui   et   s'épanouir   en   tant   que personne. Julie   Maroh   exprime   tous   ces   sentiments   avec   un   trait   qui   a   énormément   de  caractère,  très  sincère.  Une attention   toute   particulière   est   portée   aux   regards,   aux   mains   et   aux   postures.   La   majorité   de   l'album racontée   en   flashback   est   colorisée   en   niveaux   de   gris   avec   juste   des   teintes   de   bleus,   qui,   la   plupart   du temps,  sont  les  yeux  et  cheveux  d'Emma. De   plus,   cette   édition   de   Glénat   est   tout   à   fait   magnifique.   Sa couverture   souple   rend   la   lecture   très   confortable   et   les   planches d'un  format  généreux  s'expriment  vraiment  pleinement. Au   delà   de   l'intimité   et   de   la   sincérité   de   ce   récit,   un   des   points   qui j'ai   personnellement   beaucoup  apprécié  est  que  cet  album  se  déroule dans   ma   belle   ville   de   Lille.   On   peut   facilement   reconnaitre   de nombreux   endroits  connus,  comme  la  Grand  Place,  la  Place  Rihour et   même   certaines   rues   du   Vieux   Lille.   De   plus   l'architecture   de   la capitale   des   Flandres   ajoute   un   charme   indéniable,   avec   ses   rues en  pavés  et  ses  façades  typiques. Cet   album   nous   propose   une   histoire   d'amour   magnifique,   qui fait   fi   des   différences,   et   qui   nous   exprime   a   quel   point l'important   est   d'aimer   malgré   les   difficultés   et   d'être   heureux avant   tout.   Des   sentiments   à  l'état  brut,  un  titre  imprégnant  pour une  relation  profonde  et  authentique. Scénario  &  Dessins  :  Julie  Maroh  -­  Editeur  :  Glénat  -­  Récit  complet. Retrouvez  toute  la  bande  dessinée  sur  Bulles  et  Onomatopées      ©BullesetOnomatopées  -­  2013  -­  Tout  droit  de  reproduction  réservé                            18
  19. 19. L'ATELIER MASTODONTE -‐ TRONDHEIM / ALFRED / BIANCO / NEEL / PEDROSA / TÉBO / YOANN L'atelier   Mastodonte   est   un   atelier   fictif   d'auteurs   de   BD.   Nous retrouvons,   réunis   autour   de   Lewis   Trondheim,   des   auteurs   tels que   Alfred,Guillaume   Bianco,   Julien   Neel,  Cyril  Pedrosa,Tébo et  Yoann  ainsi  que  quelques  guest  au  détours  des  strips. C'est   en   effet   sous   la   forme   de   gags   d'une   demi-­planche   que   se déroulent   ces   aventures.   Chaque  auteur  y  va  de  sa  petite  histoire, répond   à   une   provocation   ou   crée   une   interaction   avec   les histoires   précédentes.  Nous  découvrons  ainsi  les  coulisses  de  cet atelier   imaginaire   et   pas   mal   de   clins   d'oeil   au   petit   monde   de   la BD. Le   côté   feuilletonnant   (les   planches   ont   été   pré-­publiées   dans   le Spirou   Magazine)   et   le   concept   du   strip   (un   gag   et   sa   chute   par demi-­planche)   donne   un   peu   de   difficulté   à   se   lancer   dans   les aventures   de   nos   auteurs.   Comme   pour   une  sitcom,  il  faut  laisser le   temps   aux   personnages   de   s'installer,   d'instaurer   entre   eux habitudes  et  petites  manies. Mais   une   fois   passée   la   découverte,   l'humour   composé   de nombreux   running   gag  fait  mouche  et  les  privates  jokes  nous  deviennent  familières  au  point  de  nous  laisser entrer  parfaitement  dans  cet  univers  et  d'en  intégrer  chaque  code,  chaque  allusion. On   prend   alors   un   plaisir  intense  à  suivre  ces  aventures,  dont  certaines  sont  particulièrement  savoureuses. Je   pense   aux  nombreuses  blagues  de  Tébo,  mais  aussi  au  duel  entre  Trondheimet  Bianco,  se  raillant  l'un de   l'autre   à   coup   de   strips   acides   et   moqueurs.   Jusqu'au   fourreau   de   l'album,   "réalisé  par  Bilal"  et  donnant lieu  à  un  gag  de  quatrième  de  couverture  simplement  jubilatoire. Les   auteurs   ne   manquent   pas   d'auto-­dérision   et   le   monde   de   la   BD   n'est   pas   épargné   (maisons d'édition,   festival   d'Angoulême,   rédaction   du   journal   de   Spirou…).   L'ensemble   créé   des personnages   hauts   en   couleur,   de   l'humour   bien   senti   et   une   ambiance   bon   enfant   vraiment rafraichissante.  Un  gros  coup  de  coeur  ! Scénario  &  Dessins  :  Trondheim  /  Alfred  /  Bianco  /  Neel  /  Pedrosa  /  Tébo  /  Yoann Editeur  :  Dupuis  -­  Série  en  cours  -­  1  tome. Retrouvez  toute  la  bande  dessinée  sur  Bulles  et  Onomatopées      ©BullesetOnomatopées  -­  2013  -­  Tout  droit  de  reproduction  réservé                            19
  20. 20. BATMAN : LA SPLENDEUR DU PINGOUIN Parmi   les   vilains   qui   combattent   régulièrementBatman,  un  de  ses plus   anciens   adversaires  (il  a  été  créé  en  1941  !)  est  le  Pingouin. Petit   bonhomme   particulièrement   laid,   il   est   souvent   ridicule, affublé  des  parapluies  truqués  et  de  gadgets  en  tout  genre. Un   choix   de   personnage   a   priori   étonnant   pour   la   collection   DC Nemesis   chez   Urban   Comics,   consacrée   aux   plus   grands méchants   de   l’univers   DC.   Et   pourtant,   un   récit   qui   rend passionnant  l’histoire  de  celui  qui  est  souvent  éclipsé  par  le  Joker! Ceux   qui   ont   vu   le   film   Batman   :   Le   Défi,  réalisé  par  Tim  Burton, ont   déjà   une   petite   connaissance   du   Pingouin,   campé   alors   par Danny   DeVito.   Ici   subsiste   de   nombreuses   similitudes,   même   si l’histoire   est   quand   même   différente.   Rejeté   par   son   père,   battu par   ses   frères,   qui   mourront   tous   précocement...   mais   protégé (couvé   !)   par   sa   mère,   le   jeune   Oswald   Cobblepot   est   un   être solitaire   qui   ne   trouve   du   plaisir   que   dans   la   compagnie   des oiseaux. Moqué   et   humilié,   que   ce   soit   dans   sa   famille   ou   à   l’école,   il   va développer   une   nature   cruelle,   sadique   et   sans   pitié.   Le   récit alterne   d’ailleurs   scènes   actuelles   et   flashbacks   pour   développer le   personnage   et   son   histoire.  Insistant  sur  ses  relations  avec  les  femmes,  recherchant  malgré  tout  l’amour de   l’aveugle   Cassandra   alors   qu’il   est   repoussant   au   possible,   obsédé   par   sa   mère   grabataire   qu’il   veut gâter   à   outrance   avec   des   bijoux   volés   (comme   une   pie   attirée   par   tout   ce   qui   brille),   le   Pingouin   est   un être   traumatisé   qui   ne   supporte   pas   la   contrariété   et   abat   sans   pitié   tous   ceux   qu’il   soupçonne   de moqueries   à   son   encontre.   Mais   il   le   fait   rarement   directement,   préférant   détruire   une   réputation,   faire accuser  à  tort  ou  encore  faire  éliminer  sans  pitié  les  proches  de  celui  qui  l’a  offensé  ! Propriétaire   d’un   club   qui   sert   de   repaire   aux   trafiquants   en   tout   genre,   véritable   parrain   du   crime,   il   se heurte   forcément   à   Batman   qui   peut   rarement   prouver   son   implication   dans   les   délits   sur   lesquels   il enquête.   Un   justicier   qui   se   présente   comme   l’anti-­thèse   du   Pingouin,   tant   il   paraît   fort   et   craint,   voire respecté,   par   sa   seule   présence,   alors   que   le   nabot   maléfique,   pourtant   haï,   inspire  rapidement  moqueries et  mépris  dès  qu’il  a  le  dos  tourné  ou  commet  un  faux  pas. Un   récit   qui   donne   un   éclairage   nouveau   à   ce   vilain,   doté   d’une   vie   tragique   et   qui   recherche désespérément   un   amour   impossible   auprès   de   femmes   qu’il   n’arrive   pas   à   garder.   Une   mini-­série dotée   d’un   graphisme   sombre   comme   le   coeur   de   Cobblepot,   qui   sied   parfaitement   à   l'histoire, laquelle   arrive  à  nous  faire  prendre  en  pitié  ce  malheureux  et  pathétique  personnage.  Et  à  lui  donner une  autre  stature  que  celle  d’un  avorton  déguisé  en  volatile. En   complément,   un   one-­shot   nommé   Joker’s   Asylum  :  The  Penguin,  ou  les  origines  du  Pingouin  racontées par   le   Joker,   depuis   le   fond   de   sa   cellule   à   l’asile   d’Arkham.   Intéressante,   mais   un   peu   redondante,   on peut   se   demander   d’ailleurs   si   cette   courte   histoire   n’a   pas   servi   de   modèle   à   la   mini-­série   présentée précédemment.. Scénario  :  Gregg  Hurwitz  et  Jason  Aaron  -­  Dessins  :  Szymon  Kudranski  et  Jason  Pearson Editeur  :  Urban  Comics  -­  Collection  :  DC  Nemesis    -­  Série  terminée  -­  1  tome. Retrouvez  toute  la  bande  dessinée  sur  Bulles  et  Onomatopées      ©BullesetOnomatopées  -­  2013  -­  Tout  droit  de  reproduction  réservé                            20
  21. 21. LA MÉLODIE DE JENNY -‐ TSUKASA HOJO Récemment   les   éditions   Ki-­oon   ont   sorti   deux   nouveaux   titres dans   leur   catalogue,   "Sous   un   rayon   de   Soleil"   (1er   d'une   série de   3   tomes)   et"La   mélodie   de   Jenny"   dans   la   collection   "Les trésors   de   Tsukasa   Hojo".   Ces   mangas   de   l'auteur   de   City Hunter   (Nicky   Larson)   et   Cat's   Eyes   étaient   déjà   parus   aux éditions   Tonkam   et   bénéficient   ici   d'excellentes   rééditions, retraduites  pour  l'occasion. La   mélodie   de   Jenny   est   un   one-­shot   composé   de   trois   petites histoires   se   déroulant   lors   de   la   seconde   guerre   mondiale   (voir même  un  peu  avant). Dans   la   première   histoire,   "Aux   confins   du   ciel"nous   suivons   le destin   d'un   pilote   de   chasse   parti   sur   les   traces   de   son   frère  ainé et   rêvant   de   voler   tout   en   défendant   sa   patrie.   Malheureusement son  unité  sera  désignée  pour  une  mission  kamikaze… La   seconde   histoire,   "La   mélodie   de   Jenny",   suit   l'évasion   de quatre   enfants,   fuyant  un  centre  de  placement  pour  retrouver  leurs parents   restés   à   Tokyo   sous   les   bombardements.   Leur   chemin par   la   forêt   sera   semé   d'embuches   mais   ils   y   rencontreront   un autre   évadé,   un   américain   désirant   également   rejoindre   la   ville   et prêt  à  les  aider. La   troisième   "American   Dream"   nous   emmène   aux   Etats-­Unis,   peu   de   temps   avant   le   conflit.   Un   joueur de   baseball   japonais   en   tournée   découvre   la   dure   réalité   de   ce   continent   dont   il   pensait   qu'il   était   celui   de l'accomplissement  des  rêves. Les   trois   récits   sont   aussi   durs   et   réalistes   qu'ils   sont   profonds   et   touchants.   Nous   y   découvrons  certains aspects   du   Japon   pendant   la   guerre   (comment   devient-­on   un   kamikaze,   que  sont  les  camps  d'enfants  à  la campagne,  certaines  lois  et  fonctionnements…)  tout  à  fait  passionnants  et  instructifs. Sans   jamais   tomber   dans   la   mièvrerie,   Tsukasa   Hojo   tisse   des   destins   frappés   par  la  guerre  et  nous  livre de   puissants   témoignages   sur   ces   vies   sacrifiées   totalement   inutilement.   Son   dessin   est   d'une   grande justesse,  tout  en  finesse  et  n'a  pas  pris  une  ride  (la  parution  date  de  1995  au  Japon). Enorme   coup   de   coeur  que  ce  one-­shot  qui  frappe  les  esprits  et  laissera  certainement  une  emprunte durable   dans   la   mémoire.   C'était   la   première   fois  que  je  lisais  une  oeuvre  plus  intimiste  de  Tsukasa Hojo   et   il   me   tarde  maintenant  de  découvrir  les  autres.  A  noter,  deux  autres  one-­shot  à  paraitre  dans la   même   collection,   "Le   temps   des   cerisiers"   le   26   septembre   et   "Le  cadeau  de  l'ange"  le  16  janvier 2014.  Vivement  ! Scénario  &  Dessins  :  Tsukasa  Hojo  -­  Editeur  :  Ki-­oon Collection  "Les  trésors  de  Tsukasa  Hojo"  -­  one-­shot. SHONENTACHI  NO  ITA  NATSU  -­  Melody  of  Jenny ©  1995  by  TSUKASA  HOJO  /  NSP  Approved  No.  WA-­31F  All  Rights  Reserved.  F Retrouvez  toute  la  bande  dessinée  sur  Bulles  et  Onomatopées      ©BullesetOnomatopées  -­  2013  -­  Tout  droit  de  reproduction  réservé                            21
  22. 22. IRRÉCUPÉRABLE -‐ TOME 1 : SANS RETOUR Et   si   Superman   craquait   ?   S’il   devenait   fou   et   se   mettait   à   tuer ses   coéquipiers   super-­héros,   à   dévaster   le   monde   et   massacrer des  populations  ?  Pourrait-­on  l’arrêter  ?  C’est  la  question  que  pose Mark   Waid,   scénariste   confirmé   (Kingdom   Come,   Superman, Captain   America,   Daredevil...),   non   pas   en   utilisant   les personnages   de   DC   Comics,   mais   avec   un   univers   de   création originale.   Enfin   si   on   veut,   puisque   le   personnage   principal s’appelle  le  Plutonien,  pas  le  Kryptonien... Un   héros   déchu   qui   va   supprimer,   un   à   un,   ses   anciens co-­équipiers   au   sein   du   groupe   nommé   le   Paradigme.   Un   être quasi   divin   qui   va   dévaster   des   pays   et   tuer   des   millions   de gens... Comment   est-­ce   possible   ?   Quel   événement   a   bien   pu   faire basculer   un   héros   adulé   vers   des   tendances   maléfiques assumées   ?   L’histoire   alterne   flashbacks,   d’une   époque   dorée   où le   Paradigme   combattait   le   mal,   et   présent,   où   ses   membres tentent   désespérément   d’échapper   à   leur   ancien   ami   assoiffé   de sang.  Ce  qui  est  particulièrement  difficile  quand  celui-­ci  peut  vous  repérer  d’un  bout  à  l’autre  du  globe  ! Irrécupérable,   c’est   donc   la   descente   aux   enfers   d’un   super   héros, et   l’on   comprend   vite   qu’il   est   des   secrets   bien   cachés   qui   ont conduit   à   cette   situation.   Moqueries,   frustrations,   tromperies,   le super   héros   peut-­il   tout   encaisser   et  rester  moralement  irréprochable ?   Et   qui   peut   l’arrêter   lorsqu'il  devient  pire  que  son  adversaire  le  plus coriace  ? C’est   ce   qu’explore   ce   premier   tome,   porté   par   le   scénario jubilatoire   de   Mark   Waid   (car   avouons-­le,   on   prend   un   plaisir régressif   à   voir   les  codes  héroïques  être  transgressés)  et  par  les dessins   classiques   mais   efficaces   de   son   complice   Peter Krause.  A  suivre  dans  les  6  autres  tomes  de  la  série. Scénario  :  Mark  Waid  -­  Dessins  :  Peter  Krause    -­ Editeur  :  Delcourt  -­  Collection  :  Contrebande  -­  Série  en  cours 6  tomes  déjà  parus  (sur  7). Retrouvez  toute  la  bande  dessinée  sur  Bulles  et  Onomatopées      ©BullesetOnomatopées  -­  2013  -­  Tout  droit  de  reproduction  réservé                            22
  23. 23. BATMAN : TERRE-‐UN Replongez   dans   les   origines   de   Batman   avecTerre-­Un,   qui   les revisite   de   fort   belle   façon,   dans   une   version   alternative   de grande  qualité. Qu’est-­ce   que   la   série   Terre-­Un   ?   Tout   simplement   une   carte blanche   laissée   à   des   équipes   créatives   pour   revoir   et   moderniser les   origines   des  super-­héros  de  DC  Comics.  Nous  avons  déjà  parlé ici   de   Superman,   cette   fois  c’est  au  tour  de  Batman,  en  attendant Wonder  Woman. Le  scénariste  Geoff  Johns  nous  montre  un  Bruce  Wayne  débutant dans   l’exercice   de   justicier,   dans   des   séquences   qui   ne   sont   pas sans  évoquer  parfois  Batman  Année  Un. Ainsi,   Batman   n’est   pas   toujours   en   position   de   force   dans   ses combats,   il   manque   d'entraînement   et   ses   gadgets   ne   sont   pas vraiment   au   point.   Mais   sa   volonté  est  intacte,  et  il  aura  l’occasion de   la   tester   puisqu’il   cherche   à   venger   ses   parents   du commanditaire  de  leur  mort,  qui  n’est  autre  quele  Pingouin  ! Le   scénario   bouscule   donc   un   peu   les   origines   connues   et “officielles”,   et   n’oublie   pas   les   autres   personnages   qui   gravitent autour   de   Batman.   Le   majordome   Alfred,   par   exemple,   devient   un   vétéran   de   guerre   plutôt   musclé,   le commissaire   Gordon   est   bien   présent,   mais   pas   forcément   intègre,   et   l’inspecteur   Bullock   est   bien différent  lui  aussi  de  ce  qu’on  a  l’habitude  de  lire. Les   dessins   de   Gary   Frank   sont   très   réussis   et   détaillés,   et l’ambiance   devient   vite   oppressante   quand   Batman   doit   explorer   les lieux   de   son   passé,   sur   la   trace   d’un   tueur   en   série   nommé   Happy Birthday  ! Batman   Terre-­Un   se   révèle   donc   une   relecture   intéressante   du mythe   de   Batman,   accessible   pour   les   néophytes   et   agréable   à lire   pour   ceux   qui   connaissent   déjà   bien   le   Chevalier   Noir,   qui s’amuseront   à   remarquer   les   variations   dans   l’histoire.  Vivement la  suite,  en  2014  ! Scénario  :  Geoff  Johns  -­  Dessins  :  Gary  Frank Editeur  :  Urban  Comics  -­  Collection  DC  Deluxe Série  en  cours  -­  1  tome. Retrouvez  toute  la  bande  dessinée  sur  Bulles  et  Onomatopées      ©BullesetOnomatopées  -­  2013  -­  Tout  droit  de  reproduction  réservé                            23
  24. 24. GOKINJO, UNE VIE DE QUARTIER -‐ AÏ YAZAWA Les   éditions   Delcourt   ont   récemment   réédité   en   format   deluxe   la série   Gokinjo,   une   vie   de   quartier   de   Aï   Yazawa.   Les   sept volumes   de   la   série   sont   regroupés   en   quatre   tomes.   Si   cette réédition,   agrémentée   de   nouvelles   couvertures   et   de   pages couleurs,   est   une   bonne   nouvelle,   je   regrette   toutefois   que   l'on   y perde   la   très   jolie   frise   que   forment   les   sept   tomes   originaux   mis bout  à  bout. Gokinjo,   une   vie   de   quartier   est   une   préquelle   de   Paradise Kiss,   créé   en  1994  et  sortie  en  France  entre  2004  et  2005.  Nous  y suivons   l'histoire   de  Mikako  et  Tsutomu,  deux  voisins  d'un  même immeuble,   amis   d'enfance.   L'adolescence   et   ses   premiers   émois feront   naitre   entre   eux   des   sentiments   amoureux   qu'ils   auront   du mal  à  accepter  dans  un  premier  temps. Très   créatifs,   Mikako   rêve   de   devenir   styliste   tandis   que Tsutomu   qui   se   cherche   encore   un   peu   a   toujours   été   attiré   par toute   sorte   de   formes   de   création,   les   deux   étudiants   suivent   les cours   de   l'école   de  mode  Yazawa.  Ils  y  retrouvent  d'autres  amis, avec   lesquels   ils   créeront   une   association   leur   permettant   de vendre   leurs   oeuvres.   Mais   Mikako   voit   grand   et   elle   espère   un jour  pouvoir  lancer  sa  propre  marque  :Happy  Berry. Nous   suivons   alors   les   aventures   du   petit   groupe.   Amour,   amitié   et   passion   pour   différentes   formes   d'art sont   au   coeur   du   récit.  Comme  pour  chaque  titre  de  Aï  Yazawa,  l'attachement  aux  personnages  se  fait  très rapidement   et   ceux-­ci   sont   comme   à   l'accoutumé   toujours   très   bien   campé   avec   des   personnalités  fortes. L'émotion   mais   aussi   l'humour   sont   également   fort   présents   dans   ce   titre   et   l'on   reconnait   sans   peine   le style  de  l'auteure. Qui   dit   école   de   mode   dit   beaux   habits   et   même   si   les   vêtements   ne   sont   pas   encore   aussi   sophistiqués qu'ils   pourront   l'être   par   la   suite   dansParadise   Kiss   (ou   même   Nana),   Yazawa   use   déjà   d'une   grande imagination  pour  habiller  ses  personnages. Gokinjo,   une   vie   de   quartier   est   une   lecture  vraiment  fraiche  et  agréable.  Pleine  de  bons  sentiments sans  jamais  tomber  dans  la  niaiserie,  c'est  le  genre  de  série  qui  met  du  baume  au  coeur. A   noter  le  dernier  chapitre  du  tome  sept,  introduisant  les  aventures  à  venir  dans  Paradise  Kiss,  série qui   reprend   comme   personnages   la   petite   soeur   de   Mikako   ainsi   que   les   enfants   de   certains   des protagonistes  de  Gokinjo. Scénario  &  Dessins  :  Aï  Yazawa  -­  Editeur  :Delcourt    -­  Série  Terminée 7  tomes  édition  classique,  4  tomes  éditions  deluxe. GOKINJO  MONOGATARI  ©  1994  by  Yazawa  Manga  Seisakusho/SHUEISHA  Inc. Retrouvez  toute  la  bande  dessinée  sur  Bulles  et  Onomatopées      ©BullesetOnomatopées  -­  2013  -­  Tout  droit  de  reproduction  réservé                            24
  25. 25. MASTER KEATON -‐ URASAWA / KATSUSHIKA / NAGASAKI Taïchi   Hiraga   Keaton   est   un   drôle   de   personnage.   Ce professeur   d'université,   passionné   d'archéologie,   travaille également   pour   le   compte   d'une   compagnie   d'assurance anglaise.   Ce   qui   lui  donne  l'occasion  de  parcourir  le  monde  entre deux   cours,   pour   résoudre   des   affaires   plus   ou   moins complexes. Keaton   a   également   été   instructeur   pour   les   forces   spéciales britanniques   (S.A.S.)   et   il   possède   de   nombreuses   techniques de   combats   et   de   survie   qui   en   font   un   enquêteur   plein   de ressources,   sous   ses   airs   de   simple   professeur   taciturne. Chacun   des   chapitres   nous   propose   donc   une   petite   histoire   et nous  fait  voyager  dans  de  nombreux  pays. Toutes   ne   sont   pas   d'égale   qualité,  mais  le  dépaysement  est  de mise   et   Urasawa,   toujours   généreux  en  détails  quand  il  s'agit  de représenter   des   décors,   a   dû   sacrément   se   documenter   pour dessiner   les   nombreux   lieux.   Dans   cette   série   qui   date   d'avant Monster   (et   sort   enfin   en   France,   bénéficiant   de   l'incroyable popularité   qu'y   a   acquis   son   auteur)   le   trait   d'Urasawa   est   tout de  suite  reconnaissable  et  n'a  pas  tellement  vieilli. Comme  a  l'accoutumée  chez  le  dessinateur,  les  nombreux  protagonistes  que  nous  croisons  possèdent  tous une   identité   propre   et   des   visages   aux   personnalités   variés,   même  chez  les  personnages  secondaires  que nous   ne   reverrons   peut-­être   jamais.   Nous   retrouvons   au   travers   eux   toute   l'humanité   qu'Urasawa   réussit toujours  à  insuffler  dans  ses  nombreux  portraits. Pour   cette   édition   française   les   éditions   Kana   ont   réalisé   un   travail   de   qualité.   Grand   format,   nombre   de page   conséquent,   jaquette   sublimée   d'un   vernis   sélectif   et   d'un   titre   doré,   beau   papier   et   impression parfaite,   le   prix   un   peu   élevé   est   parfaitement   justifié   et   le   manga   a   fière   allure   sur   une   étagère   de bibliothèque. De   l'aventure,   un   peu   d'histoire,   des   enquêtes,   des   rencontres,   Master   Keaton   dépayse   et   ferait presque   penser   à   ces   séries   TV   qui   passaient   dans  les  années  80  :  un  bon  divertissement,  servi  par un  personnage  principal  charismatique  et  intrigant  sous  forme  d'histoires  courtes. La   série   est   terminée   et   fera   12   tomes   dans   cette   édition   deluxe.   La   sortie   du   tome   2   est   prévue   le 24/05/2013. Scénario  :  Hokusei  Katsushika  /  Takashi  Nagasaki    -­  Dessins  :  Naoki  Urasawa Editeur  :  Kana  -­  Série  en  cours  -­  1  tome. MASTER  KEATON  ©  1989  Hokusei  KATSUSHIKA,  Naoki  URASAWA  /  Studio  Nuts  /  Shogakukan  Inc. Retrouvez  toute  la  bande  dessinée  sur  Bulles  et  Onomatopées      ©BullesetOnomatopées  -­  2013  -­  Tout  droit  de  reproduction  réservé                            25
  26. 26. BARAKAMON -‐ SATSUKI YOSHINO Seishû   Handa   possède   un   talent   particulier   pour   la calligraphie.   Malgré   son   jeune  âge,  il  a  déjà  reçu  de  nombreux prix   pour   son   art.   Mais   le   jeune   homme   orgueilleux   et   sur   de lui   gâche   toutes   ses   chances   de   réussite  le  jour  où  il  agresse le   conservateur   d'un   musée   ayant   osé   critiquer   son   travail. Pour   le   punir,   son   père   l'envoi   sur   une   petite   île,   à   la campagne,   histoire   de   le   remettre   à   sa   place   et   lui   permettre de  travailler  dans  des  conditions  idéales. Du  moins  c'est  ce  que  l'on  aurait  pu  espérer  d'un  tel  exile. La   vie   de   Seishû   va   être   plus   mouvementé   que   jamais   :   la maison   dans   laquelle   il   emménage   sert   de   base   secrète   aux jeunes   du   village,   en   particulier   Naru   une   petite   fille   espiègle et   pleine   de   vie,   et   ils   n'ont   pas   l'intention   de   quitter   les   lieux. Les   villageois   sont   également   très   prévenants   et  attentionnés et   n'hésitent   pas   à   rendre   visite   au   nouveau   venu   pour   lui apporter  leur  aide. A   l'image   de   la   petite   fille   qui   respire   la   joie   de   vivre   (et   qui   n'est   pas   sans   rappeler   une certaineYotsuba),   le   village   et   ses   habitants   offrent   de   vrais   moments   de   fraternité   et   de simplicité.   Peu   habitué   à   ce   genre   de   comportements,   Seishû   devra   bien   admettre   avoir quelques   leçons   à   recevoir   de   ces   gens,   lui   qui   ne   pense   qu'à   sa   petite   personne   et   à   sa réussite. Nullement   moralisateur,   mais   plein   de   bon   sens   et  de  respectables  sentiments,  Barakamon  est de   ces   titres   qui   nous   rappellent   que   ce   sont   les   petites   choses   qui   sont   la   clé   du   bonheur.   Le titre   déborde   d'une   bonne   humeur   contagieuse   et   offre   une   bouffée   d'optimise   très   agréable. Composé   de   chapitres   plus   ou   moins   longs,   ce   sont   un   tas   de   petites   tranches   de   vie qu'illustreSatsuki  Yoshino,  dans  un  style  graphique  moderne  et  très  frais. Avec   son   ambiance   rurale   et   ensoleillée,   Barakamon   dépayse  et  séduit  dès  les  premières pages.   Ces   personnages   aussi   excentriques   qu'attachants   nous   accueillent   d'une   bien jolie   manière,   qui   donne   envie   de   faire   plus   largement   connaissance.   Vivement   les prochains  tomes  ! Scénario  &  Dessins  :  Satsuki  Yoshino  -­  Editeur  :  Ki-­oon  -­  Série  en  cours  -­  1  tome. ©  Satsuki  Yoshino  /  SQUARE  ENIX  CO.,  LTD. Retrouvez  toute  la  bande  dessinée  sur  Bulles  et  Onomatopées      ©BullesetOnomatopées  -­  2013  -­  Tout  droit  de  reproduction  réservé                            26

×