ECOLES ET CRÈCHES ONT CÉLÉBRÉ NOËLECOLES ET CRÈCHES ONT CÉLÉBRÉ NOËL   LE MONDE EN FÊTE SE PRÉPARE!                       ...
4 Vie de la cité10 Dossier15 Vie municipale20 Le magazine21 Sport24 Pratique                                           Som...
4                                                                        Vie de la cité                                   ...
Vie de la cité                                       5    å                                                               ...
6                                                                   Vie de la cité    Aînés et familles                   ...
Vie de la cité                                                                                                7           ...
8                                                                          Vie de la cité                                 ...
Vie de la cité                                                                                          9Le Monde en fête ...
10                                                       Dossier         Imposition locale:     les vraies raisons d’une h...
Dossier                                                                                            112/L’alourdissementdes...
12                                                                                     Dossier                            ...
Dossier                                                                                               13Bases d’imposition...
14                                                                             Dossier     toutes les villes nouvelles éta...
Vie municipale                                                                                                     15Une d...
16                                               Vie municipale                             Consultation sur le stationnem...
Vie municipale                                                                                           17‡              ...
18                                                                       Vie municipale                Avant les élections...
Journal de bussy numéro 129
Journal de bussy numéro 129
Journal de bussy numéro 129
Journal de bussy numéro 129
Journal de bussy numéro 129
Journal de bussy numéro 129
Journal de bussy numéro 129
Journal de bussy numéro 129
Journal de bussy numéro 129
Journal de bussy numéro 129
Journal de bussy numéro 129
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Journal de bussy numéro 129

1 142 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 142
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
10
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Journal de bussy numéro 129

  1. 1. ECOLES ET CRÈCHES ONT CÉLÉBRÉ NOËLECOLES ET CRÈCHES ONT CÉLÉBRÉ NOËL LE MONDE EN FÊTE SE PRÉPARE! LE MONDE EN FÊTE SE PRÉPARE! VOS AVIS SUR LE STATIONNEMENT VOS AVIS SUR LE STATIONNEMENT NOËL POUR PETITS ET GRANDS NOËL POUR PETITS ET GRANDS PAGES 4 & 5 PAGES 4 & 5 PAGE 9 PAGE 9 PAGES 16 & 17 PAGES 16 & 17 À BUSSY GYMS PAGE 22 À BUSSY GYMS PAGE 22 n°129 Bussy LE MAGAZINE MUNICIPAL D’INFORMATIONS - JANVIER 2011 Saint-Georges Impôts : une hausse disproportionnée
  2. 2. 4 Vie de la cité10 Dossier15 Vie municipale20 Le magazine21 Sport24 Pratique Sommaire - Edito 3 Bonne année quand même L e « quand même » qui émaille le titre de cet éditorial est bien évidemment justifié par 4 & 5. Noël dans les écoles et dans les crèches les difficultés que nous rencontrons. 6. Le CCAS en fête 7. Soirée pop/rock de l’Espace Jeunes Je n’aurai même pas le loisir de vous souhaiter de 8. Bientôt le Printemps des Poètes vive voix une bonne année, puisque les traditionnels 9. Le Monde en Fête se prépare vœux des Buxangeorgiens ont été supprimés pour 2011, ainsi que le repas du personnel. Non pas que les sommes engagées aient pu modifier de manière substantielle notre exercice budgétaire, mais il était impossible, alors que nous sommes frappés par une augmentation de 50 % des impôts locaux, d’afficher un maintien du budget de fêtes et communication. Ces 50 % m’apparaissent d’autant plus injustes et iniques qu’ils décou- 10 à 14. Impôts: une hausse disproportionnée lent d’un arrêté préfectoral ne tenant pas compte de la nécessité pour nous d’emprunter, ainsi que toutes les villes nouvelles l’ont fait en France ou ailleurs en Europe, et de nous demander de payer en fonds propres l’ensemble des infrastructures et superstructures générées par le dévelop- pement de la ville. Ceci au nom d’une soi-disant orthodoxie budgétaire, ne tient même pas compte que nous sommes moins endettés par habitant que, par exemple, le secteur 2 de Marne-la-Vallée. Ce qui était possible hier à Torcy et à Noisiel, encouragé par le gouvernement, est-il désormais interdit à Bussy 15. Une seconde séance pour l’atelier mémoire Saint-Georges? 16 & 17. Stationnement: ce que vous en pensez En outre non content de nous supprimer la subvention d’équilibre, qui 18. Les élus du CDJ tirent le bilan était la condition sine qua non de notre statut, le gouvernement nous fait 19. Révision du PLU: mode d’emploi subir maintenant les diminutions drastiques des dotations aux collecti- vités locales qui frappent l’ensemble de la nation. Que puis-je espérer de bon en 2 011 lorsque je constate que la loi de finances prévoit 30 milliards de moins de virement aux collectivités locales? Il sera toujours loisible à l’opposition de dire que ce sont mes erreurs de gestion qui nous ont conduits là, mais quelles erreurs pour- raient représenter jusqu’à 10 millions d’euros? A qui fera-t-on gober que ce sont mes approximations qui nous ont privés de telles rentrées? Alors qu’il faut y voir clairement le fait qu’on nous laisse mourir dans le désin- 20. Voyagez grâce à Histoire et culture térêt le plus total, ou plutôt avec désormais pour seule ligne de mire la vente des terrains. Est-ce à dire pour autant que 2011 sera obligatoirement placé sous le signe de la crise? J’en ai bien peur, mais je distingue pourtant quelques lueurs d’espoir. Certains établissements de crédit se demandent avec le temps si la charge contre nous n’est pas excessive et si, en réalité, nos fondamentaux ne sont pas meilleurs que ce qui a été décrit. La collaboration avec EPAMARNE demeure encore délicate, mais elle se décline quand même autour d’opé- rations que j’ai voulues de qualité et qui sont de nature à ne pas nuire à 21. Les 10 ans du BBC Bussy Saint-Georges. L’urbanisation se fera toujours, tant que je serai là, 22. Le Noël de Bussy Gyms pour une ville des parcs et jardins. Après des années de retard, dues de 23. Le Karaté Club de Bussy est né manière flagrante à la récession, nous serons à même cette année de lancer les fondations d’un troisième gymnase, d’une salle de spectacle (large- ment subventionnée par la région Ile-de-France) et par une négociation, certes ardue avec l’EPAMARNE, d’une nouvelle école. Je conçois que la feuille d’imposition 2 010 parvenue au mois de jan- vier 2011 ait sonné à beaucoup d’oreilles comme le tocsin annonçant le chaos et la tristesse. Elle n’en a pas pour autant retenti tel le glas de nos ambitions pour une ville que nous aimons et pour laquelle, en ce qui me 24 Courrier des lecteurs concerne, j’ai tout donné. Bonne année. n 25. Tribunes 26. Etat civil Hugues Rondeau 27. Professions médicales Votre Maire Bussy Saint-Georges N° 129 - Janvier 2011
  3. 3. 4 Vie de la cité Pas de standing ovation, mais de cha- leureux applaudissements pour les deux comédiens : pas de doute, les éco- liers de George-Sand ont apprécié… Noël dans les écoles et dans les crèches Des moments toujours aussi merveilleux agie, chants, contes, marionnettes et M autres jeux: la FÉERIE DE NOËL opère toujours dans les écoles et structures d’accueil de la petite enfance de la å ville. Le mois de décembre a ainsi été marqué dans chaque classe et chaque structure par de nombreuses animations à l’approche du jour tant attendu par les enfants. Certains ont même joué les prolongations, puisque le spectacle de l’école des Violennes était programmé au tout début du mois de janvier, histoire de bien débu- ter l’année! Petit florilège de ces instants toujours aussi magiques pour les écoliers… n ç é è å Sortie théâtre pour les écoliers du Clos-Saint-Georges le jeudi 16 décembre avec la Flûte Enchantée au Théâtre de la Porte Saint-Martin, une adaptation de la compagnie Ecla Theâtre ». ç « Patatras » pour les CM2 de l’école Louis-Braille avec les comédiens de la compagnie « Expression au Quotidien », le 13 décembre… é La compagnie « Expression au Quotidien », était de retour à Louis-Braille le lendemain pour présenter aux élèves de CP et de CE1 un autre spectacle, « Panne des sens ». è Instruments quelque peu bizarroïdes pour ce batteur de la compagnie « En Roue libre » devant les élèves de Jean-de-la-Fontaine. Bussy Saint-Georges N° 129 - Janvier 2011
  4. 4. Vie de la cité 5 å é è ç êå Philippe Altier et Benoît Perset, les deux comédiens, ont régalé leur jeune public par leurs nombreuses facéties.ç Basée à Lagny-sur-Marne, la compagnie des Cinq Pignons est venue présenter une pièce de théâtre à l’école Louis-Guibert.é Le Théâtre Astral est sorti de sa résidence du bois de Vincennes pour proposer aux élèves de l’école George-Sand l’histoire d’une í sorcière qui rêve en couleurs !è Séance de rattrapage pour l’école des Violennes le mardi 4 janvier avec le célèbre magicien Pasqual Romano, qui a plus d’un tour dans son sac !ê Salle comble pour ce spectacle de magie, avec des enfants on ne peut plus réceptifs.ë í Avant le goûter de Noël, les bambins de la crèche l’Ile-aux- Câlins ont assisté à un spectacle de marionnettes concocté par ë le personnel de la crèche. Bussy Saint-Georges N° 129 - Janvier 2011
  5. 5. 6 Vie de la cité Aînés et familles Installé au milieu de la salle, le Père Noël entame sa distribution aux enfants. Les parents ne man- au rendez-vous du Noël du CCAS quent pas d’immortaliser cet ins- tant magique. approche des fêtes de fin d’année est traditionnellement une ont reçu la visite du CCAS, pour la distribution tant attendue des cho- L’ période chargée pour le Centre communal d’action sociale, qui multiplie les animations à destination des aînés de la ville et des familles. Décembre fut donc marqué par de nombreux évène- colats. Deux jours plus tard, place au repas des aînés, programmé cette fois-ci à la Ferme de la Petite Loge de la Haute-Maison, où l’am- biance était une fois de plus au rendez-vous. Quant aux familles, elles ments, avec pour commencer la distribution des colis aux aînés, le se sont retrouvées à la salle Maurice-Koehl, parée de ses plus beaux samedi 11. Michèle Bui Khac, adjointe au maire déléguée aux Affaires atours, le samedi 18 décembre, pour la fête de Noël organisée par le sociales, et Dominique Bijard, conseiller municipal, sont ainsi allés, de CCAS. Magie, théâtre, danse et autres animations étaient au pro- bon matin, à la rencontre des aînés buxangeorgiens. Mardi 14, ce sont gramme, avant l’apparition du Père Noël, venu distribuer aux enfants les pensionnaires de la maison de retraite Les Jardins de Bussy qui quelques jolis cadeaux. n å C’est par une température gla- ciale que Michèle Bui Khac et Dominique Bijard ont distribué les colis de Noël aux aînés du village, le samedi 11 décembre. ç Avant de passer à table, Hugues Rondeau a salué tous les convives présents le jeudi 16 décembre au å ç repas des aînés. é Ambiance musette pour cet après-midi lors duquel certaines ont même poussé la chansonnette… è Samedi 18 décembre, le Noël des familles a été marqué par de nombreuses animations. Cette sculpteuse sur ballons a émerveillé petits et grands. é è Bussy Saint-Georges N° 129 - Janvier 2011
  6. 6. Vie de la cité 7 Soirée Pop/Rock de l’Espace Jeunes La jeunesse de Bussy au rendez-vous ! e vendredi 17 décembre 2010,L Chants, danses, démonstration de l’équipe de l’ESPACE JEUNES hip hop : la jeunesse de Bussy est a pu accompagner un groupe de dans la place !jeunes dans leur projet artistique.L’objectif était d’organiser une soirée de leur soirée, sans aucun souci!en direction des 11/17 ans de la ville. Mais les organisateurs ne se sont pasTous les mardis soir et un samedi par arrêtés là: les jeunes ont pu décou-mois au conservatoire, le groupe du vrir de la vraie scène, puisque chantscollectif de musique, composé de col- et danses étaient programmés enlégiens et lycéens, se sont réunis sur la première partie de soirée. Voicistructure afin de créer et répéter leurs d’ailleurs la liste des artistes s’étantchansons et leurs compositions avec produit à cette occasion : le duol’accompagnement de Fabienne Louise Pitton au chant accompa-Lamontagne. Un noyau d’artistes s’est gnée à la guitare par Rebecca Rosillioainsi formé, et le groupe voulait interprétant « Some my Sight » demonter sur scène afin de montrer ses Oasis, Mélissa Rodier sur « Impos-multiples talents à la jeunesse buxan- sible » de Shontelle, Marine Milingeorgienne. Pour choisir les artistes, sur « Better in Time » de Leona Lewis,l’Espace jeunes avait organisé un Aurélie William sur « Only girl » deappel à talents et une audition afin de Rihanna & « Brown shark in themettre en place une programmation water » de V. V Brown, Alban Brulude qualité. Au total, 22 artistes ont été sur « Make me Wanna Die » de Theretenus par un jury composé de la Pretty Reckless et enfin Marieresponsable de la structure, Peggy Brunet, compositeur interprète, quiChassain, du coordinateur de l’en- a eu droit à 20 minutes d’interpréta-fance jeunesse de la FOCEL, Cédric tion personnelle. Les danseurs BBChillan, de la directrice accueil de loi- Kids, Crista Boys, Tibs et C-Lect ontsirs de Jules-Verne, Mélissa Vernier et ensuite pris le relais, avant la presta-de François Milin, un jeune fréquen- le début des vacances de Noël dans la 8 jeunes avaient mis en place un dis- tion du DJ qui a clôturé en beautétant la structure depuis 3 ans. salle Maurice-Koehl, qui était déco- positif de sécurité, un vestiaire gardé et cette soirée. Bilan plus que positifAu final, 117 jeunes de la commune rée selon le thème pop/rock, avec un bar afin de se restaurer. Les jeunes pour cette première, à tel point queont participé à cette soirée. Ils ont eu étoiles et guitares de couleurs noires Buxangeorgiens ont pu ainsi avoir un tous les participants attendent déjàla possibilité de s’amuser et de célébrer et rouges. 7 animateurs référents et service soutenu et profiter pleinement avec impatience une suite… n Un moment unique avec Jacques Boilley pour les accueils de loisirs IRES ET APPLAUDISSEMENTS n’ont pas manqué de retentir au gymnase Maurice- R Herzog le mardi 21 décembre lors du spectacle donné par Jacques Boilley aux accueils de loisirs de la ville. Dans La balade de l’épouvantail, cet auteur-compositeur-interprète invi- tait les enfants à voyager dans un univers fantastique où prime la nature. Le jeune public s’est immiscé dans ce monde imaginaire doté d’un panel de chansons toutes plus drôles et enrichis- santes les unes que les autres, telles que « Le chat inutile », « Ma trottinette » ou encore « Kevin le marin ». Ce spectacle mélangeait plusieurs genres musicaux, et c’est avec plaisir que les 272 enfants ont pu participer, chanter et même danser aux rythmes des chansons qui nous transmettaient un message simple: «Prenons soin de notre planète».Petits et grands étaient ravis de partager ce moment unique, où l’émerveillement et la bonne humeur étaient au rendez-vous, pour le plaisir de tous. nLes facéties de Jacques Boilley ont provoqué denombreux éclats de rire au sein du jeune public. Bussy Saint-Georges N° 129 - Janvier 2011
  7. 7. 8 Vie de la cité L’ACTUALITÉ DE LA MÉDIATHÈQUE 2 011 démarre sous les meilleurs auspices à la médiathèque de l’Europe, avec une nouvelle édi- tion du Printemps des Poètes, un festival de BD qui promet et une opération Premières Pages initiée par le Ministère de la Culture, à laquelle participe la ville de Bussy. Le point sur tous ces évènements… Le Printemps des poètes pointe son nez! our la troisième libre choix pour composer un poème de 30 P année, la média- thèque de l’Europe invite petits et grands ama- lignes maximum sur une page A4. Enfin, dans la catégorie des scolaires (primaires, collèges et lycées), on aura le choix entre un ou teurs de poésie à participer à plusieurs poèmes illustré(s) sur un seul support un concours de poésie à l’oc- (fresque, affiche ou 3D). casion de la 13e édition du Les poèmes devront être déposés sur place ou Printemps des Poètes. envoyés par courrier à la médiathèque entre le 1er La thématique retenue au niveau national est: et le 26 février 2011. N’oubliez pas d’inscrire au D’INFINIS PAYSAGES dos vos coordonnées (nom, adresse, téléphone, Plusieurs catégories sont définies en fonction de l’âge adresse e-mail) et votre catégorie. des participants: La remise des prix aux gagnants aura lieu le samedi Les 6-10 ans auront à rédiger un poème autour du 12 mars à partir de 16h à la médiathèque. thème du paysage sur une page A4 décorée de maté- Certains seront lus lors de cet après-midi poétique riauxnaturels(feuilles,brindilles,coquillages,sable…) par le poète Roland Lagoutte et Richard Guillo. Pour les 11-15 ans, ce sera un poème illustré sur Les meilleurs poèmes seront exposés dans la le thème choisi (forme libre - 1 page A4 - 30 lignes médiathèque et reliés dans un livret mis à dispo- maximum). Les 16 ans et plus auront quant à eux sition du public. n L’Opération ‘Premières Pages’ s’invite à Bussy e ministère de la Culture et de la L Communication et la Caisse nationale des Allocations fami- liales reconduisent lopération Pre- Festival « Bussy Dingue de BD » mières pages, initiée en 2009 dans trois départements, dont la Seine-et- A vos planches ! utre évènement à noter sur vos tablettes en 2011 : le festival « Bussy Marne. Cette action de soutien et de développement de la lecture pour tous a pour objectif de familiariser l’enfant A dingue de BD » les 11 et 12 juin 2011. A cette occasion, la média- thèque organise un grand concours de BD sur le thème de la saison culturelle: « Les uns, les autres ». avec le livre dès son plus jeune âge. A compter du 1er février 2011, chaque famille ayant accueilli un nouvel enfant en 2010 dans notre départe- Ce concours s’adresse à 3 catégories de participants: de 7 à 12 ans, à partir de ment sera invitée par courrier à venir auront lieu pendant les temps forts 13 ans et pour les établissements scolaires. retirer, dans les bibliothèques et les destinés aux tout-petits: le premier Les participants doivent effectuer une planche suivant les modalités inscrites au lieux daccueil de la petite enfance, un jeudi de chaque mois et le mercredi règlement qui est disponible à la médiathèque et sur le site de la médiathèque. lot constitué dun album illustré, de matin tous les deux mois à la média- Les épreuves sont à remettre avant le 4 juin 2011. conseils de lecture et dun guide à des- thèque, et le mardi et le jeudi après- Nous connaîtrons les noms des lauréats lors du vernissage du festival, qui se tination des parents. A Bussy, les lieux midi pendant les accueils déroulera le samedi 11juin. Les planches des participants seront exposées dans de distribution seront la médiathèque « parents-enfants » au RAM. n la médiathèque. n et le Relais Assistantes Maternelles. Pour tous renseignements, vous MÉDIATHÈQUE DE L’EUROPE Les familles pourront retirer leur lot pouvez contacter la médiathèque 6 avenue du Général-de-Gaulle aux horaires d’ouverture des structures au 01 64 66 30 85 ou le Relais 01 64 66 30 85 entre le 1er février et le 30 juin. A cette Assistantes Maternelles au www.mediathequebussy.net / mediatheque@bussy-saint-georges.fr occasion, des lectures de l’album 01 64 77 09 05. Bussy Saint-Georges N° 129 - Janvier 2011
  8. 8. Vie de la cité 9Le Monde en fête à Bussy, le samedi 26 février ! e MONDE EN FÊTE aura lieu le organisateurs attendent cette année plus de L 26 février au gymnase Maurice- Herzog. Les Buxangeorgiens sont invités à cette grande fête de la convivialité 600 personnes et comme lors de chaque édi- tion, vous pourrez admirer les stands orga- nisés par les différents groupes représentés, entre les gens de toutes origines, de toutes le spectacle proposé et partager un buffet couleurs et de toutes religions, qui vivent composé de toutes les spécialités culinaires ensemble sur notre secteur. de France et d’ailleurs apportées par les par- A l’initiative de cette fête ayant déjà une ticipants. longue histoire à Bussy, on trouve l’église La fête se déroulera entre 16h et 22h envi- Notre-Dame du Val. C’est en effet en 2002, ron et a un caractère familial, les enfants sont à la salle Maurice-Koehl, qu’avait eu lieu la donc les bienvenus. La participation aux première « fête de toutes les couleurs », qui frais est libre, mais il est recommandé d’ap- avait réuni environ 200 personnes. Rebap- porter un plat salé ou sucré à déposer sur le tisée depuis « le Monde en fête », elle se buffet afin que tous les convives aient à déroule désormais tous les deux ou trois ans manger ! dans un gymnase de Bussy. Un grand Toute l’équipe d’organisation accueillera nombre de participants attendent désormais avec plaisir tous ceux qui voudront partici- cette occasion de mettre en valeur à la fois per au Monde en fête. n nos origines si variées et notre volonté de tra- Pour plus de renseignements, vous pouvez vailler ensemble à mieux se connaître, s’ap- contacter le secrétariat de la paroisse Notre- précier et faire la fête ensemble. Les Dame du Val au 01 64 66 39 92. Bussy Saint-Georges N° 129 - Janvier 2011
  9. 9. 10 Dossier Imposition locale: les vraies raisons d’une hausse disproportionnée e prime abord, l’équation est pourtant simple. En pleine crise financière, Les feuilles dimposition pour les taxes locales viennent d’arriver dans les boîtes D comment maintenir son niveau d’investissement, sans alourdir l’em- prunt, donc la dette? Beaucoup de collectivités ont dû se résoudre à aug- menter les impôts directs. Toutes collectivités confondues, la banque Dexia aux lettres, et pour beaucoup de Buxan- prévoit ainsi une hausse en 2010 de 8,5 % des taux de fiscalité locale sur les quatre principales taxes: habitation (payée par les locataires), foncier bâti (par les georgiens, cest lincompréhension qui propriétaires), foncier non bâti (terrains) et taxe professionnelle (payée par les entreprises). Ces augmentations s’ajoutent à la revalorisation des bases locatives domine face à l’augmentation de la pres- votées tous les ans par le Parlement dans le cadre de la loi de Finances (+ 2,5 % sion fiscale. Du cas général, l’abandon en 2010). Enfin, elles se cumulent (bases, taux communaux, départementaux et régionaux – hors taxe d’habitation pour les Régions). Mais la hausse des impôts des collectivités par l’Etat, au cas parti- locaux est surtout la conséquence de nombreux facteurs incontournables pour la plupart des communes, et pour Bussy Saint-Georges en particulier. culier, résoudre la quadrature du cercle pour une ville nouvelle où les charges de 1/Les transferts de compétences: L’État se décharge de plus en plus sur les collectivités d’une partie de ses missions, sans fonctionnement prennent toujours le toujours verser les sommes correspondantes à l’euro près. Les départements gèrent ainsi l’APA, le RSA, l’entretien des routes nationales. Toutes les communes devront, dessus sur les recettes, est devenu une quant à elles, bientôt instruire les permis de construire à la place des DDE, les dépenses véritable gageure. Le point sur une liées à la sécurité totalement transférées sans compensations, la délivrance des passe- ports… Des transferts de compétences bien souvent non compensés par l’Etat, qui équation très difficile à résoudre… alourdissent considérablement les finances des collectivités locales. Bussy Saint-Georges N° 129 - Janvier 2011
  10. 10. Dossier 112/L’alourdissementdes charges:Conséquence des transferts de compétences noncompensés, cet alourdissement se vérifie pourles citoyens comme pour les communes ou lesdépartements. Le renchérissement des chargesde personnel, des prix des fournitures, des maté-riaux, de l’énergie pèsent sur les finances descollectivités. Au mois davril, une nouvelle crèche de 100 berceaux ouvrira ses portes à langle de lavenue du Géné- ral-de-Gaulle et de la rue Aristide-Maillol. Un effort conséquent de la part de la municipalité, qui portera le nombre de places en crèches à 400, plaçant Bussy Saint-Georges en tête de notre département dans ce domaine. Une politique dictée par le profil sociologique de la population buxangeorgienne. (1 200 000 euros en 2007, plus jamais versés depuis), les transferts de charges incessants, les dotations classiques tronquées, la baisse de la DGF (dotation globale de fonctionne- ment) : en tout, 7 millions de dotations annuelles supprimées. Quelle autre ville que Bussy a vu sa dotation3/La volonté de maintenir globale de fonctionnement rabaissée constamment (entre 2008 et 2010), passantl’investissement: par habitant de 241,30 euros à 187 euros enQuelle commune renoncerait à construire une 2010 ? Quelle autre ville que Bussy sera à ceécole, à entretenir ses installations sportives ? point pénalisée par la suppression de la taxe« Des dépenses obligatoires ». Lancés sur plusieurs professionnelle nous privant de ressources, endizaines d’années (quinze ou vingt ans), les gros diminuant la portée de nos efforts entreprisprojets tablent sur des recettes pérennes et des depuis 1998 pour attirer de nouvelles entre-niveaux de remboursement supportables sur le prises sur le territoire communal ?long terme. « Or, à Bussy Saint-Georges, nous Quelle autre ville, bien que dégageant réguliè-avons besoin d’une salle de spectacle, d’un troi- rement des excédents de fonctionnementsième gymnase, de nouveaux groupes scolaires, conséquents, se voit refuser tout empruntrappelle Jean-Claude Lamagnère, Maire- pour investir ?Adjoint aux Finances. Pour cela, et compte tenudu contexte précité, il ne nous reste que l’outilfiscal. Celui-là même que nous avons si longtemps 5/Opération d’Intérêt National loppement urbain, poursuit le maire-adjoint auxrépugné à utiliser. Nous préconisions de notre côté et Support d’Agglomération Finances. De nouvelles populations arrivent sansune augmentation de 20 % des taxes d’imposition cesse. Il nous faut bien les accueillir dans leslocale, mais les magistrats de la Chambre Régio- Nouvelle, la difficile spécificité meilleures conditions. C’est la marque de fabriquenale des Comptes n’ont pas voulu entendre nos buxangeorgienne de Bussy Saint-Georges. Ce qui nous impose d’an-arguments, et ont imposé cette hausse de 50 % si « Nous sommes l’unique ville nouvelle de France à ticiper nos investissements et surtout de les finan-injuste pour l’ensemble des habitants. » évoluer hors cadre d’un Syndicat intercommunal, cer, essentiellement par l’emprunt, puisque les glisse Jean-Claude Lamagnère. Cette donnée pouvoirs publics ne nous aident plus. Ceux qui4/La baisse des dotations suffit à comprendre qu’à situation institutionnelle ont achevé leur ville sont loin d’être dans ce cas-Quelle autre ville que Bussy Saint-Georges, spécifique, environnement urbain spécifique, cadre là. Que faudrait-il faire, dès lors ? Stopper l’ur-Opération d’Intérêt National (OIN) depuis juridico-administratif spécifique, contraintes banisation et notre développement sur l’autel de1985, levier de l’habitat francilien et dépen- financières spécifiques, et impératifs spécifiques de la déroute financière mondiale ? Ce n’est pas notredante de l’aide de l’Etat, se voit, comme notre politique fiscale! » Alors que toutes les col- vision, et même plus, ce n’est pas notre mission. »toute ville nouvelle, contrainte à établir des lectivités du pays souffrent de l’étranglement Le statut dOIN de Bussy Saint-Georgesbudgets naturellement en déséquilibre ? financier, sous l’effet conjugué de la crise et du comporte ainsi des droits et devoirs réci-Quelle autre ville que Bussy a ainsi dû subir, transfert de charges de l’État, la ville de Bussy proques entre la commune et lEtat. Laentre autres : la suppression de la dotation connaît une situation encore bien plus difficile. municipalité n’a jamais démérité au niveauspécifique et de la subvention d’équilibre « D’autant que nous n’avons pas achevé notre déve- de laccomplissement de ses devoirs vis-à-vis Bussy Saint-Georges N° 129 - Janvier 2011
  11. 11. 12 Dossier questions à Hugues RONDEAU 3 et à Jean-Claude LAMAGNÈRE, adjoint au maire délégué aux Finances « D’autres solutions que de frapper nos concitoyens au portefeuille existaient! » ¢ Comment réagissez-vous à Comment ce qui a été possible et toléré pour Torcy, payer les contribuables locaux Lognes ou Noisiel est interdit pour Bussy Saint- l’augmentation de 50 % des taxes pour compenser son retrait… Georges ? Faut-il y voir une politique de deux d’imposition locales décidée par poids, deux mesures, qui, en réalité, découle de ‚ Jean-Claude Lamagnère le Préfet? ma rigidité face à l’Etablissement Public de Marne- Au fond, la logique du Préfet est simple: Bussy dis- la-Vallée et de ma volonté de maintenir envers et pose dun potentiel fiscal important, insuffisamment ‚ Jean-Claude Lamagnère sollicité au goût des pouvoirs publics (tout ce qui Après avoir réussi pendant plusieurs années à conte- contre tout l’identité résidentielle de notre ville? sera pris dans nos poches ne sera pas à payer nir la pression fiscale, après avoir préféré l’emprunt par eux plus tard!), en particulier, les impôts locaux à l’impôt, l’équipe municipale a tout fait pour faire ¢ Quelles autres solutions préco- y sont plutôt moins importants que dans les villes entendre raison à l’autorité préfectorale, après les nisiez-vous pour remédier à la voisines comparables, et ceci, alors même que le différends nous sommant de recourir de façon dis- situation financière de la ville? revenu moyen de sa population est de 20 à 25 % proportionnée à contribution des foyers fiscaux. Le ‚ Jean-Claude Lamagnère supérieur par rapport à ces dernières. En nous Conseil municipal, par sa séance du 7 septembre La solution de facilité était bien évidemment de frap- contraignant, le Préfet simagine peut-être même 2010, a tenté de proposer une solution pratique per nos concitoyens au portefeuille, mais il existait faire preuve déquité? Comment nous contraindre et immédiate aux difficultés financières que nous d’autres mécanismes, que nous avons proposés à à virer 10 M € à la section dinvestissement, et connaissons. Difficultés liées notamment, ainsi que la CRC. Notamment celui de nous autoriser à nous refuser demprunter, car, à lévidence, nous je l’ai souligné, avec de nombreux documents à contracter un emprunt pour l’année 2010. Ce der- avons de la ressource et des ressources ? Mais l’appui, à la réforme de la taxe professionnelle qui, nier recours n’a rien à voir avec une aggravation M. le Préfet ne lentend pas ainsi: il faut continuer remplacée par la C.E.T (Contribution Economique démesurée de la dette – du reste sensiblement égale de faire comme si tel nétait pas le cas, alors cest Territoriale), nous prive de plusieurs millions d’euros à toutes celles des autres villes nouvelles en France simple, pas question de nous permettre de conser- de recettes. Nous avons ainsi préconisé un relève- – mais avec la nécessité impérieuse de régler nos ver ne serait-ce que 2 M € en fonds de roulement, ment de l’imposition locale de 8 % par rapport à dépenses d’investissement en tenant compte de la pour assurer la souplesse de la gestion au quoti- ce que nous avions voté avant l’été 2010. Ce qui notion d’amortissement. Malgré nos conciliations, dien. Le programme sera donc : trésorerie portait à 20 % l’augmentation des impôts. Nous nos recours et nos différentes négociations, la voix exsangue toute lannée! savions, bien évidemment, qu’il s’agit là d’un sacri- des contribuables buxangeorgiens a été ignorée fice difficile pour les Buxangeorgiens, surtout en ‚ Hugues Rondeau période de crise, et nous jugions cela déjà suffi- par une technocratie trop soucieuse de voir ces man- Quoi qu’il arrive, nous présenterons un budget en équi- sant. Visiblement, cette perception n’est pas la quements compensés, une fois de plus, par les libre en 2011. Et nous essayerons, en dépit de tous même en Préfecture, où un arrêté préfectoral por- ménages. les obstacles qui sont érigés, de trouver un véritable tant à 50 % l’augmentation des impôts a été signé. partenaire auprès des établissements bancaires. Pour ‚ Hugues Rondeau Je peux en comprendre l’origine juridique, puisque rassurer ces derniers, j’ai pris la décision de nous tour- Cette augmentation d’impôts n’aurait pas dû être. le Préfet ne fait là que suivre une partie des préco- ner vers les agences de notation internationales. L’em- Il aurait suffi de nous autoriser à lever 5 à 6millions d’eu- nisations de la Chambre Régionale des Comptes. prunt est indispensable, quelle que soit son ros pour qu’elle ne soit pas nécessaire. Chacun le sait bien, et chacun doit prendre ses responsabilités. impopularité auprès de plusieurs de nos interlocuteurs ‚ Hugues Rondeau Pour ma part, j’ai pris la décision de préparer un institutionnels. Refuser l’augmentation de la pression Les pouvoirs publics ont décidé de nous priver budget 2011 qui se présentera à l’opposé du sort fiscale en 2011 reviendra enfin à faire valoir nos d’emprunt et de faire peser sur les impôts l’en- insupportable qui nous est fait aujourd’hui. Je per- droits en ce qui concerne nos bases d’imposition. semble du budget d’investissement. Nous nous siste à dire que nous ne pouvons pas assumer ce Nous en sommes au dernier round pour une rééva- retrouvons ainsi dans la situation absurde de finan- développement qui nous est imposé sans recours luation exigée maintenant depuis près de dix ans. Si cer des infrastructures et superstructures qui sont au crédit. Ce n’est pas une politique de fuite en elle advient, et je suis très optimiste dans ce sens, les amortissables sur parfois plusieurs décennies en avant, mais bien au contraire une analyse rigou- recettes que nous avons perdues du côté des entre- fonds propres. Ceci au nom d’une soi-disant ortho- reuse des besoins qui sont les nôtres et des possibi- prises (phénomène encore plus cruel depuis que la doxie budgétaire qui n’existe pas pour les villes lités qui s’offrent. taxe professionnelle a été remplacée par la Contribu- nouvelles, puisque notre taux d’endettement par tion Economique Territoriale avec une part importante habitant n’est pas supérieur à celui des autres pour le foncier) reviendront dans l’escarcelle de la ¢ En d’autres termes, on peut agglomérations de statut à peu près comparable, commune. Il nous reste donc, malgré tout, quelques voire même inférieur à celui du Val-Maubuée. dire que l’Etat préfère voir lueurs d’espoir…n Bussy Saint-Georges N° 129 - Janvier 2011
  12. 12. Dossier 13Bases d’imposition: la correction des erreurs de l’administration fiscaleC haque commune a pour recettes les impôts position de ces locaux, l’administration fiscale retient des directs locaux. La taxe foncière sur les proprié- locaux de référence qui n’avaient aucune existence à tés bâties et la contribution économique territo- la date du 1er janvier 1970.riale (ancienne taxe professionnelle) sont établies à partir Suite à nos contestations sur ce point, l’administrationdes bases d’imposition déterminées exclusivement par fiscale a adopté une position de refus, qui a depuisl’administration fiscale, qui fixe elle-même la base d’im- été censurée par les juridictions administratives. Leposition de chaque local. Conseil d’Etat a confirmé la méthode à retenir pourLa légalité de l’impôt exige qu’il repose sur des bases régulariser la situation : à défaut de locaux de réfé-exactes, et sa nécessité interdit qu’il ne soit pas perçu rence loués à la date du 1er janvier 1970 situés surconformément à la loi. Innovante en la matière, la muni- la commune de Bussy Saint-Georges, il y a lieu decipalité a estimé qu’un contrôle des bases d’imposition retenir des locaux de référence situés sur des com-établies par l’administration fiscale s’imposait. De façon munes extérieures.schématique, le mécanisme de détermination des bases d’imposition repose La commission communale des impôts directs s’est réunie le 23 novembresur la fixation, par l’administration fiscale, d’une valeur locative à chaque dernier, en relation avec l’administration fiscale, elle a retenu un local delocal. Et cette valeur locative est déterminée par une méthode dite de com- référence dont la valeur locative a été fixée par comparaison avec un localparaison, qui consiste à comparer chaque local avec des locaux de réfé- de référence extérieur en ce qui concerne les grands bureaux.rence qui, au regard des textes applicables, devaient être loués à des En ce qui concerne les locaux à usage de grands entrepôts, la commis-conditions de prix normales à la date de référence de la dernière opération sion communale a proposé des termes de référence extérieurs qui, aude révision générale des évaluations foncières, c’est-à-dire précisément à la regard de leur validité, ne présentent aucune espèce de critique, et l’ad-date du 1er janvier 1970. ministration fiscale a souhaité disposer d’un délai complémentaire pourOr, s’agissant des locaux commerciaux à usage de grands entrepôts et de procéder à une étude supplémentaire. En tout état de cause, la communegrands bureaux, sans être un expert, il est bien évident que de tels locaux n’exis- maintient sa position qui, depuis le début, était bien fondée, et ne peut quetaient pas sur la commune de Bussy Saint-Georges à la date du 1er janvier considérer que, depuis de nombreuses années, elle a eu à subir une perte1970. Ce faisant, il a été constaté que pour la détermination de la base d’im- de ressources fiscales pour laquelle elle entend bien agir. n de lEtat, contribuant de façon significative à la mise en œuvre de sa politique de développement urbain, et de loffre de logements en particulier. En revanche, lEtat na cessé de se défausser de ses devoirs. « Un temps, sans doute restait-il un peu dargent, au SGGOU (Secrétariat Général des Grandes Opérations dUrbanisme) et à lEPAMarne, se souvient Jean-Claude Lamagnère, et nous avons pu avoir le sentiment quà force dopiniâtreté, de combat politique, des résultats significatifs, bien que partiels, auraient pu être obtenus : prise en charge des bassins dassainissement qui étaient jusquà notre arrivée payés par les Buxangeorgiens (!) au travers de la dette contractée pour les financer et des impôts locaux. Nos bonnes négociations ont permis, fait quasi unique en Ville Nouvelle, de ne pas augmenter les impôts durant cinq ans, au motif que le SGGOU prenait pour partie en compte nos efforts financiers résultant directe- ment de notre statut dO.I.N. A lépoque, la tentation était déjà forte pour les pouvoirs publics de solliciter le contribuable de Bussy, plutôt que de subventionner la ville comme ils auraient dû le faire, notamment au tra- vers de la subvention exceptionnelle déquilibre ; en fait, le désengagement sest fait progressivement. Quà cela ne tienne, il suffit de casser le thermomètre, en loccurrence on supprime le SGGOU, donc plus de budget spécifique aux Villes Nouvelles, plus aucun interlocuteur qualifié, ignorance de ladministration… et plus grave du législa- teur, qui, plutôt que de discourir sur les O.I.N., comme il se devrait, car le terme figure dans les textes de loi, use à tout moment dune approximation juridique, fatale pour nous, celle de Ville Nouvelle avec SAN, comme si Bussy Saint-Georges N° 129 - Janvier 2011
  13. 13. 14 Dossier toutes les villes nouvelles étaient dotées dun SAN. Tel nest pas notre cas, deux fois la loi nous a oubliés, nous privant davantages Une dotation globale par habitant au rabais spécifiques, financiers notamment. » C Aujourd’hui, le Préfet de Seine-et-Marne n’a malheureusement omment équiper une ville de presque 25 000 habitants avec les pas voulu suivre le raisonnement de la commune, visant à ne pas dotations d’Etat d’une ville de 20 000 habitants ? Comment faire peser sur les foyers de notre ville une charge disproportion- entretenir la voirie, les écoles, les bâtiments publics, quand les née, qui n’est que la traduction immédiate du désengagement de calculs de dotations d’Etat handicapent cruellement les villes nouvelles ? l’Etat et de réformes politiques qui aboutissent à la faillite des C’est en somme ce que nous propose l’Etat et son bras armé en la matière, collectivités territoriales. « Les Buxangeorgiens n’ont pas à payer de l’INSEE, depuis que les populations légales de toutes les collectivités ter- leur poche un développement voulu dès 1985 par l’Etat qui, en nous ritoriales et de toutes les circonscriptions administratives sont établies érigeant ville nouvelle, affirmait répondre au besoin francilien de annuellement. Ainsi, fin 2010, les populations qui prennent effet au 1er jan- logements, s’offusque Jean-Claude Lamagnère. J’affirme solennel- vier 2011 font référence à lannée du milieu du cycle 2006-2010, soit lement que ce n’est pas dans nos poches qu’il convient de trouver les sommes qui nous ont été, pendant plus de 20 ans, promises et en à lannée 2008. Cette année-là, notre ville comptait 21 000 habitants, partie acquittées, et qui, aujourd’hui, sous l’effet de la déconfiture elle en compte près de 24 000 aujourd’hui. Un tel écart devient vite réd- générale du budget de l’Etat, s’évanouissent. Mais pour l’Etat, notre hibitoire quand on sait que c’est à partir de ces chiffres que sont calcu- ville « à fort potentiel fiscal », se doit de pratiquer des taux simi- lées, chaque année, les dotations accordées par l’Etat aux collectivités. laires à ses voisines, performantes en la matière il faut dire. Alors « Ainsi, que doit faire Bussy Saint-Georges qui, de par ses contraintes sta- que nous avons tout fait, ces dernières années, pour éviter l’inflation tutaires de ville nouvelle, voit croître chaque année sa population et ses fiscale, préférant l’emprunt à l’impôt, nos autorités tutélaires nous emprises foncières à charge ? Car, outre le fait de voir notre dotation glo- poussent maintenant à confondre notre fiscalité avec celle de Torcy, bale rabaissée constamment (entre 2008 et 2010, la dotation globale Noisiel et consorts. La manœuvre au moins est claire, l’Etat ne comp- de fonctionnement est passée de 4 169 938 euros à 3 806 313 euros, tant plus assumer son rôle dans le cadre de l’opération d’intérêt natio- soit de 241,30 euros par habitant en 2008 à 187 euros en 2010, un nal, contraint la commune à piocher dans les poches de ses manque à gagner de 363 625 euros), les nouveaux modes de calculs administrés ce qu’il aurait dû lui octroyer », conclut un premier de population pratiqués par l’INSEE nous infligent une double peine ! », adjoint au maire dépité par cette situation. n constate Hugues Rondeau. Dans le cadre du budget primitif de la commune, la base pratiquée pour les calculs de la DGF correspond donc à l’année 2008 ! En somme, la FINANCES LOCALES : dotation est calculée à partir des 21 458 habitants de 2008 quand Bussy compte actuellement, certes encore officieusement, près de 24 000 habi- Bussy dans la moyenne haute tants. La conséquence : la DGF/habitant est rabaissée à 152 euros ! Pire encore, alors que ce calcul nous enlève arbitrairement 2 000 habitants du département du décompte, les 500 logements construits dans la même période n’en- trent pas en jeu. Résultat, ce sont plus de 3 000 habitants. Et, cerise sur A lors que le taux d’endettement de Bussy suscite bon nombre le gâteau : le gouvernement ayant annoncé le gel des dotations en valeurs de controverses, le magazine Challenges a récemment sur les trois prochaines années, notre commune se verra soutenue par publié des extraits d’une étude menée par Public Evaluation l’Etat sur la base de 20 000 habitants quand nous en compterons près System, agence privée de notation des collectivités territoriales, sur les de 30 000 ! Le résultat : 700 000 euros perdus chaque année, soit plus finances locales. Le résultat montre que la ville de Bussy se situe dans la de 2 millions cumulés sur la période dite « de gel des dotations ». Encore moyenne haute des 23 communes seine-et-marnaises étudiées. une fois, les élus sont abandonnés par les pouvoirs publics et doivent se battre chaque jour, comme nous le faisons, pour assurer un cadre de vie VOICI LE PALMARÈS digne et valorisant aux administrés. n des villes seine-et-marnaises : ´´ w AVON w CLAYE-SOUILLY w LAGNY-SUR-MARNE (note comprise w PROVINS entre 13 et 16/20) w DAMMARIE-LES-LYS w BRIE-COMTE-ROBERT w MELUN w BUSSY SAINT-GEORGES w MITRY-MORY ´ w CHELLES w COULOMMIERS w MONTEREAU-FAULT-YONNE (note comprise wSAINT-FARGEAU-PONTHIERRY entre 10 et 13/20) w FONTAINEBLEAU w VAIRES-SUR-MARNE w MEAUX w VAUX-LE-PÉNIL w LE-MÉE-SUR-SEINE fl‡ w NEMOURS w ROISSY-EN-BRIE (note comprise w PONTAULT-COMBAULT w VILLEPARISIS entre 8 et 10/20) Depuis quelques années, la dotation globale de fonctionnement versée Ê w OZOIR-LA-FERRIÈRE par l’Etat fond comme neige au soleil! (note inférieure à 8/20) Bussy Saint-Georges N° 129 - Janvier 2011
  14. 14. Vie municipale 15Une deuxième séance pour l’atelier mémoire du CCAS La séance du mercredi est complète, mais il reste quelques places pour l’atelier mémoire du mardi soir. séance, celle-ci propose des jeux de mémoire simples et ludiques, qui sollicitent la mémoire visuelle sous forme d’images, de mots ou de petits textes à mémoriser et à associer. Les objectifs de ces ateliers sont donc multiples: proposer des exercices appro- priés, précis et accessibles à tous les participants, faire fonctionner toutes les zones du cerveau, diversifier les stratégies d’apprentissage, stimuler à titre pré- ventif certaines fonctions mentales « engourdies » (mémoire auditive, mémoire des noms propres…). Programmé le mercredi, cet atelier a d’emblée été couronné de succès. Depuis septembre, une deuxième séance a donc été ajoutée le mardi de 17h15 à 19h en salle du conseil de la mairie, pour laquelle il reste de la place. N’hésitez donc pas à es pertes de mémoire, et notamment les Comme tout muscle, la mémoire s’entretient, et lesL contacter le CCAS pour vous y inscrire! n oublis répétés et fréquents, handicapent la vie troubles de mémoire sont généralement liés à ce quotidienne de la moitié des Français de plus manque d’entretien. Partant de ce constat, le Atelier mémoire, le mardi de 17h15 à 19h en salle dude 50 ans. Un handicap mal pris en charge, qui Centre Communal d’Action Sociale a mis en conseil. A partir de 65 ans et plus Tarifs: 3,20€ par coursconduit petit à petit à la désocialisation. Les pertes place il y a quelques années un atelier mémoire dis- Renseignements et inscriptions auprès du CCAS aude mémoire ne sont pourtant pas inéluctables. pensé par une psychomotricienne. Lors de chaque 0164666192 Bussy Saint-Georges N° 129 - Janvier 2011
  15. 15. 16 Vie municipale Consultation sur le stationnement Les avis de quelques Buxangeorgiens Vous avez été très nombreux à participer à la consultation sur le stationnement lancée dans le numéro 127 du Journal de Bussy. Ce sujet semble donc intéresser particulièrement les Buxangeorgiens, qui ne man- quent pas d’idées pour amélio- rer le système actuel, ayant montré depuis quelques temps bien des dysfonctionnements. Nous vous proposons dans cette double page de découvrir les principales contributions des habitants, et nous ne manquerons pas de vous tenir informés des suites qu’engendrera cette consultation. Vous pouvez d’ailleurs tou- jours nous envoyer vos préconisations… ‡ ‡ La consultation sur le sta- Selon moi, la meilleure tionnement que vous propo- solution pour améliorer le sez mintéresse. Je trouve stationnement des véhi- quil serait bon de mettre en cules en centre-ville est de place un système de stationnement créer, comme à Paris, des cartes payant, ce qui permettrait dévi- de stationnement pour les habi- ter les stationnements toute la tants qui nont pas de parking journée. De plus, cela permettrait (place Jacques-Prévert) par peut-être de réduire un peu la exemple. Ainsi, on paierait notre dette de la ville. Jestime quil abonnement au mois. Car beaucoup y a suffisamment de places de sta- de propriétaires viennent se tionnement et de transport pour ne garer devant notre immeuble alors pas en rajouter. Je vis en centre- quils ont un garage. Mettre en ville et utilise donc rarement ma place donc un système de station- voiture pour me déplacer en nement payant résident. centre-ville, et encore moins pour me rendre à la gare. Garder des V. V. places de stationnement gratuites avec stationnement vert ou bleu ‡ dans certains quartiers de Bussy Je pense que le station- et dautres endroit payants per- nement à proximité du RER mettrait peut-être une rotation doit rester autorisé seu- plus facile. lement pour les Buxangeorgiens. Si nous devons faire l’effort de K. C. financer nos infrastructures sur nos fonds propres, alors il me semble juste que ceux qui ‡ Je pense quil faut mettre résident dans les communes envi- en place un système de sta- ronnantes et qui profitent gra- tionnement payant et donc cieusement de nos infrastruc- par la même occasion accentuer la tures participent à l’effort de répression des contrevenants financement. J. G. C. P. Bussy Saint-Georges N° 129 - Janvier 2011
  16. 16. Vie municipale 17‡ ‡ Je suis pour un durcisse- Il est évident que de nom- enfance). Améliorer la répres- ment des contraventions breux véhicules restent sion des mauvais utilisateurs afin quil n’y ait plus de toute la journée sans pour que nous puissions envisa-voitures stationnées toute la aucun disque, sur les places en ger daller en ville en auto pourjournée et créer une rotation des zones vertes ou bleues, notamment faire une course précise (aller àvéhicules en stationnement. (…) près de la gare. En revanche, en la bibliothèque) pour le confort ce qui concerne les automobi- de tous et de nos passagers. G. M. listes respectueux de la régle- mentation, tout nest pas vrai- E. F. ment très clair sur le plan de la‡ ‡ Il faudrait mettre en signalisation. Et des incohé- A votre question "selon place un moyen de station- rences subsistent à certains vous, quelle serait la nement payant à Bussy avec endroits entre la signalisation meilleure solution pourles 30 première minutes gra- verticale (panneaux indiquant une améliorer le stationnement àtuites. Cest lhorodateur qui zone verte) et horizontale (mar- Bussy?", je réponds quil faudraitdoit indiquer lheure de départ. quage au sol de couleur bleue). augmenter la capacité de station-Par conséquent, tout le monde nement dans le centre-ville endoit prendre un ticket. H. C. créant peut-être un deuxième par-Lhorodateur doit pouvoir être king (sous-terrain ou non).payé avec la carte bleue. Ceci Il me paraît également évident ‡permet quand même de faire ses Ce que je souhaite : ne quil faudrait instaurer un sys-petites courses rapidement surtout pas avoir à payer tème de carte pour les résidents(pain, fruits & légumes, pres- un stationnement de mon (quitte à payer un petit forfaitsing, pharmacie…) véhicule quand je veux me rendre annuel sil le faut). aux services municipaux instal- N. K. lés en centre-ville (service M. C. Rencontre conviviale de l’association AVF/Pays-de-LagnyLa galette des rois lance en beauté l’année 2011! ne centaine d’adhérents seU sont réunis aux côtés de Daniel Galland, le présidentde lassociation, en salle du Conseil de lamairie, le lundi 17 janvier, pour dégus-ter ensemble la traditionnelle galette.Lambiance était à la bonne humeur età la gourmandise. AVF/PAYS-DE-LAGNY, association d’accueil du nouvelarrivant et des personnes en changementde vie, compte à ce jour 400 adhérentssur 47 communes environnantes. BussySaint-Georges fait partie des villes conte-nant le plus grand nombre d’adhérents.Lionel, nouvel inscrit à l’association etretraité depuis peu, témoigne: « J’aidécidé d’adhérer à AVF, conseillé par unami, bien décidé à renouer le tissu socialperdu en quittant le travail. J’ai trouvé des Claude Louis, adjoint au maire, a mis en avant les nombreuses activitésanimations intéressantes, comme la ran- proposées par l’association.donnée pédestre et les sorties culturelles orga- maire-adjoint à la Culture, ainsi que daire, on notera avec intérêt lesnisées par l’association, que j’ai l’intention de Narany An, Nicole Bezoulle et Robert 2 grands événements prévus: sortie Si vous souhaitez vous aussifréquenter régulièrement.» Msili, conseillers municipaux. nature du jeudi 28 avril et exposition rejoindre AVF/Pays-de-Lagny ou obtenir des renseignements,Les rois et les reines d’un jour se sont Le programme 2011 de lassociation « LES 4 SAISONS » de l’ensemble n’hésitez pas à contacter Isabellepressés pour la traditionnelle photo est tout aussi alléchant, et en dehors des animations dans les galeries de au 06 21 28 12 77 ou consulter le site internet de l’association :autour des élus qui nous ont fait l’hon- de la trentaine d’animations diffé- l’Hôtel de Ville de Lagny-sur-Marne http://reseau.avf.asso.fr/space/neur d’être présents: Claude Louis, rentes proposées de façon hebdoma- du 25 au 27 mai. n avfpaysdelagny Bussy Saint-Georges N° 129 - Janvier 2011
  17. 17. 18 Vie municipale Avant les élections du 2 février, les élus du Conseil des Jeunes tirent le bilan Alors que les élus du Conseil des Jeunes vont bientôt terminer leur mandat, nous les avons rencontrés pour faire le point sur cette expérience. Ils nous livrent ainsi dans cet entretien les raisons qui les ont poussés à s’in- vestir dans la vie de la cité, et nous en disent plus sur les projets qu’ils ont menés lors de cette mandature. Comment avez-vous connu le En avril 2009, les jeunes élus buxangeorgiens sont allés visiter l’Assemblée Nationale, un édifice qui les Conseil des Jeunes? a fortement impressionnés. En primaire, au collège et à la médiathèque de l’Europe. nous avons acquis tout au long de ce mandat des facilités pour prendre la parole en public. Qu’est ce qui vous a donné l’envie Nous l’avons notamment ressenti au collège et de vous impliquer dans la vie au lycée. citoyenne de votre ville? L’un des élus va même plus loin en affirmant Le fait de pouvoir participer à des projets que le Conseil des Jeunes a eu une influence concernant la ville, le fait de pouvoir être acteur dans le choix de ses études supérieures, car il veut et de participer à la réflexion collective sur l’ave- faire Sciences Politiques! nir de notre ville. Cette première expérience vous Quels ont été les principaux projets a-t-elle donné l’envie de vous que vous avez menés lors de cette impliquer plus tard dans la vie mandature? politique locale? Ë L’envoi d’ordinateurs au Sénégal « Non, pas forcément », répondent-ils en choeur! Ë La participation aux Virades de l’Espoir Nous n’avons pas assez de temps pour mener 2009/2010 une carrière politique locale. » Ë La participation au Festival BD 2009 Ë La participation à la Fête de la Musique Pensez-vous garder des contacts 2008/2009/2010 avec vos jeunes collègues élus? Oui, par le collège, le lycée ou par Facebook. Ce Ë Le nettoyage de Printemps 2009/2010 sera, quoi qu’il en soit, une belle expérience pour Ë La proposition de noms de crèches et du nous tous, et nous ne manquerons pas effective- cross 2009 dans une excellente ambiance et avons essayé de ment de rester en contact à l’avenir. mener des actions constructives. L’idée que vous vous faisiez du Pour terminer, quels conseils Conseil des Jeunes avant d’y Pensez-vous que cette expérience donneriez-vous à vos successeurs, siéger est-elle conforme à vos vous servira dans votre vie future? qui prendront leurs fonctions en aspirations? Si oui, dans quelle mesure? février prochain? L’ambiance est finalement plus détendue que ce Le Conseil des Jeunes permet d’être plus respon- Venir régulièrement et être assidu, mener les que l’on pensait, mais les projets aboutissent et sable, d’être plus ouvert d’esprit et de nous projets jusqu’au bout, proposer des idées, oser et sont sérieux. Globalement, nous avons travaillé former au travail de groupe. A n’en pas douter, s’affirmer! n Elections, mode d’emploi es élections pour le Conseil des Jeunes seront organi- La durée du mandat est de 2 ans. L sées à l’Espace Jeunes, le mercredi 2 février, de 14h à 18h, et dans les salles associatives du passage Carter. A peine en place, les jeunes élus auront rendez-vous pour leur premier conseil le mardi 1er mars à 19h. A l’ordre du jour: mise en place des commissions et Trente trois sièges sont à pourvoir, répartis en trois com- répartition des rôles. missions : Une fois bien installés dans leur siège d’élu, ils se réuni- Ë CULTURE ET COMMUNICATION ront à raison d’une fois par mois. Ë ENVIRONNEMENT ET SÉCURITÉ Prendre part au Conseil des Jeunes est un engagement personnel et responsable qui prouve l’intérêt que les Ë SPORTS ET PROJET HUMANITAIRE jeunes portent à leur ville et à leur environnement. Pour plus de renseignements, contacter Maud au service Culturel au 01 64 66 60 01. Bussy Saint-Georges N° 129 - Janvier 2011

×