Premier Festival du rire à Bussy   Crèches : + 350 places en 2007-2008   Jumelage italien : ça repart    Championnats UFOL...
4 Vie de la cité8 Dossier12 Vie municipale18 Magazine20 Sports24Pratique                                            Sommai...
4                                                                 Vie de la cité                                 Tex, Jean...
Vie de la cité                                                                                          5Jeux en réseau Go...
6                                                                     Vie de la cité    LA FÊTE DE POURIM    célébrée comm...
Vie de la cité                                                                                     7Concert de musique de ...
8                                                 Dossier    Gestion municipale de Bussy    DE LA FUMEE SANS FEU    AUX VE...
Dossier                                                                                                    9           oil...
10                                                                            Dossier                                  DEP...
Dossier                                                                                                  11               ...
12                                                                 Vie municipale                   350 places supplémenta...
Vie municipale                                                                          13                                ...
14                                                                     Vie municipale     C.C.A.S: LE GARANT DU LIEN SOCIA...
Vie municipale                                                                                                      15Séjo...
16                                                                          Vie municipale     Des travaux tous azimuts ! ...
Vie municipale                                                                                              17Réunions pub...
18                                                                         Le magazine                                  Co...
Le magazine                                                                                      19                       ...
Journal de bussy numéro 87
Journal de bussy numéro 87
Journal de bussy numéro 87
Journal de bussy numéro 87
Journal de bussy numéro 87
Journal de bussy numéro 87
Journal de bussy numéro 87
Journal de bussy numéro 87
Journal de bussy numéro 87
Journal de bussy numéro 87
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Journal de bussy numéro 87

1 144 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 144
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Journal de bussy numéro 87

  1. 1. Premier Festival du rire à Bussy Crèches : + 350 places en 2007-2008 Jumelage italien : ça repart Championnats UFOLEP de tennis de table p. 4 p. 12 p. 19 p. 20 Bussy LE MAGAZINE MUNICIPAL D’INFORMATIONS - MARS 2007 n° 87 Saint-Georges GESTION MUNICIPALE des vérités à rétablir
  2. 2. 4 Vie de la cité8 Dossier12 Vie municipale18 Magazine20 Sports24Pratique Sommaire - Edito 3 4. La Saint-Georges sous le signe du rire ! 5. Record battu pour Godzilan 5. Amalgamme en audition 6. A la découverte des vins de Savoie 6. La communauté juive fête Pourim 7. Des soirées très solidaires La vérité est bonne à dire. écemment, mon premier adjoint, Jean-Claude Lamagnère, R 8-9-10 De la fumée sans feu aux vérités qui dérangent consacrait l’un de ses éditoriaux sur notre site internet pour 11. Entretien avec Jean-Claude Lamagnère dénoncer les mensonges continuels qui fusent à propos de Bussy. J’ai particulièrement apprécié qu’il place son argumentation sous le titre de «y en a marre de la fausse tutelle». C’est vrai que je lis encore, des années après que ces âneries soient apparues, que notre jolie ville est sous tutelle. Tutelle de qui et pourquoi? N’en déplaise à nos adversaires, nous avons 12. 350 places de crèches supplémentaires 13. 1ère séance du Conseil municipal des enfants dégagé, en 2005, quatre millions bruts d’excédent après exécution bud- 14. Le CCAS à l’heure du bilan gétaire et 1,9 million net. En 2006, nous n’avons pas à rougir des 15. Séjours d’été : inscriptions dès le 28 avril 600000 euros nets affichés. Dans la même veine, un journaliste de 16. Des travaux dans toute la ville Canal + montrait du doigt, il y a peu, notre dette soi-disant exorbitante. 17. Le village bientôt réaménagé Or, en réalité, nous ne devons pas plus aux banques et à l’Etat que n’im- porte quelle autre ville nouvelle. Notre endettement par habitant s’avère même largement inférieur à celui des autres communes de Marne-la- Vallée et, en particulier, celles du secteur II (Lognes, Noisiel, Torcy…). Bien sûr, les Buxangeorgiens sont nombreux à savoir que ces éléments diffamants surgissent pour des raisons politiciennes, mais il m’a semblé intéressant de les dissiper à partir de données chiffrées incontestables. Voilà l’objet du dossier de ce mois. Il démontre, preuves à l’appui, que si nous 18. Le monde selon Jean-Philippe Clément 19. Le comité de jumelage italien relancé avons à être fiers de notre identité de ville des parcs et jardins où il fait si bon vivre, nous n’avons pas à rougir non plus de notre gestion. Bussy n’est pas plus mal lotie que les autres agglomérations surgies de la campagne seine-et-marnaise sous la volonté de l’Etat d’urbaniser l’Est parisien. J’ai prouvé, dans mon petit livre « Ville nouvelle, chance ou mirage? », que nous ne pouvons pas profiter de nos richesses car nous subissons un pillage en règle par l’Epamarne. Et ce, depuis 20 ans. Ce journal le met en 20. Tennis de table : une longue histoire évidence. Au-delà des montages électoraux et des actions de déstabilisation, 21. Basket : les seniors en lice pour la montée je suis persuadé que triomphera, sous peu, pour Bussy, la vérité… I 23. Stages multisports de février Votre Maire 24. Courrier des lecteurs 25. Tribunes 26. Etat civil Consulter le site de la ville www.ville-bussy-saint-georges.fr 27. Professions médicales Bussy Saint-Georges N° 87 - Mars 2007
  3. 3. 4 Vie de la cité Tex, Jean-Luc Lemoine … et bien d’autres Premier Festival du Rire à Bussy les 27, 28 et 29 avril Pour la première année, le Festival du Rire s’arrête à Bussy. A l’occasion de la Fête patronale de la Saint-Georges, en avril, la municipalité ouvre les portes de la salle Maurice-Koehl à de jeunes talents comiques. Le moment de vérifier l’expression « Laughing Out Loud » (LOL) ! l’occasion du week-end dédié à notre Saint Patron, les 27, 28 FESTIVAL DU RIRE, les 27, 28 et 29 avril à la salle Maurice-Koehl A et 29 avril 2007, la municipalité a décidé de vous offrir une bonne « tranche de rire » avec la toute première édition du Festival du rire ! Véritable tremplin pour les jeunes comiques qui veu- Vendredi 27 à 20h30: David SALLES, Sophie JEZEQUEL, GARNIER & SANTOU Samedi 28 à 20h30: « Lemoine au naturel » par Jean-Luc LEMOINE Dimanche 29 à 20h30: « Tex in the city » par TEX lent percer, ce festival permettra également à des artistes confirmés de Pour ces trois spectacles, le tarif est identique: 5 € par soir vous faire passer d’excellentes soirées. Informations et réservations auprès du service communication/évènements au 0164662424 Les festivités débuteront le vendredi 27 avril avec un plateau de trois jeunes talents: Sophie JEZEQUEL, couronnée de prix lors de différents Les autres festivités festivals, qui manie l’humour noir avec jubilation et brio, GARNIER ET SANTOU, deux garçons à l’humour décalé campant des person- i le festival du rire sera la grosse nouveauté de cette année, la fête de la nages complètement déjantés, et David SALLES, un comédien capable de passer de la sobriété au délire le plus total avec une classe inégalable. Le lendemain, place à Jean-Luc LEMOINE, rendu célèbre par ses appa- ritions dans les émissions de Laurent Ruquier. Il présentera son tout S Saint-Georges n’en oubliera pas pour autant ces traditionnels évènements, avec en premier lieu la messe de la bénédiction de la brioche le samedi 28 avril à 18h30 en l’église Notre-Dame du Val-de-Bussy. Une messe qui aura été pré- cédée par la fameuse distribution des brioches aux familles buxangeorgiennes, une nouveau spectacle, « Lemoine au naturel ». De ses problèmes person- nels, comme son chien le regardant pendant l’acte sexuel, sa copine tradition qui remonte aux années 1920, sur l’initiative de Victor Blaise. Les jeunes ultra jalouse ou sa crainte d’avoir un enfant moche, en passant par des du village, accompagnés par les musiciens de la fanfare d’antan, allaient de porte thèmes plus universels comme l’orientation des jeunes, la solitude ou en porte distribuer les brioches bénites au cours de l’office religieux du dimanche l’homosexualité, il jette sur notre société son œil toujours cynique et matin. Après une interruption pendant la Seconde Guerre mondiale, cette tradition décalé, mais furieusement drôle. fut reprise à la deuxième fête patronale qui suivit la Libération. Au fil des ans, Ce premier festival du rire se clôturera en apothéose avec le sémillant le moyen de transport des brioches a varié. Voiturettes à bras, charrette fleurie et TEX, animateur télé, mais également comique à ses heures. Il nous fera décorée tirée par un cheval faisaient la tournée du village au son des joyeux instru- l’amitié de sa toute dernière création, Tex in the city, dans laquelle il ments de musique ou avec le tintement des clochettes. nous présentera une galerie étonnante de personnages plus loufoques Autres animations qui font le bonheur de petits et grands, la fête foraine, les uns que les autres. sur la place du marché en centre-ville, du 18 avril au 1 er mai. Une dizaine d’attractions seront installées. I Rires et même délire assurés!!! I Bussy Saint-Georges N° 87 - Mars 2007
  4. 4. Vie de la cité 5Jeux en réseau Godzilan 2350 mordus de jeux vidéo :record battu ! Objectif sécurité routière En marge des tournois, de nombreuses animations étaient proposées, parmi lesquelles un musée du jeu vidéo, des consoles de jeux en libre accès et le stand de sécurité routière mis en place par le omme prévu, Godzilan 2 a attiré les moins endurants, c’est selon… Des organisa- Conseil des jeunes et animé par Pïerre-Yves Gay.C foules au gymnase Michel-Jazy du 23 au 25 février. 350 joueurs ont en effet par-ticipé à cette LAN géante qui a donné lieu aux teurs qui préparaient cette quatrième édition depuis deux mois. Il faut d’ailleurs souligner la prouesse technique que représente le mon- Pour une première expérience, ce stand a connu une belle réussite puisqu’il a accueilli de nombreux visiteurs, constitués principalement de participantsscènes habituelles de ce genre de manifestations, tage d’un réseau de 350 ordinateurs durant à la LAN, mais aussi de quelques enfants qui ontoù la passion et l’enthousiasme des participants tout un week-end. Pour que tout se passe pu se familiariser à la pratique de la conduite rou-sont particulièrement communicatifs ! Qua- bien, l’association organisatrice était consti- tière grâce à ce logiciel remarquablement bien fait.rante-huit heures non stop de jeux vidéo, ça tuée d’une quarantaine de techniciens. Venus Deux ordinateurs étaient dédiés à l’entraînementuse les organismes, même les plus résistants. de toute la France, les 350 joueurs se sont au Code de la route et trois à l’entraînement à laMais les organisateurs avaient tout prévu : un affrontés sur les jeux d’action les plus passion- conduite. Chaque poste était équipé d’un volantstand de relaxation avec une masseuse avait nants du moment, tels que Counter Strike, et d’un pédalier, ceci afin de proposer une situationété mis en place pour les plus acharnés ou les Battlefield 2 et autres Call of Duty. de conduite la plus réaliste possible. IAMALGAMME auditionne ! association AMALGAMME, qui pro- leurs progrès devant un public conquis d’avance.L’ pose des ateliers de guitare pour enfants (à partir de 7 ans) et adultes, a organisé unconcert de ses élèves le samedi 10 février dans la Il faut dire que les interprétations des apprentis gui- taristes étaient particulièrement convaincantes. Rappelons que les ateliers d’AMALGAMME sontsalle Maurice-Koehl. Une vingtaine de chansons ouverts à tous les niveaux, tous les styles musicaux etfiguraient au programme, parmi lesquelles de sont animés par un professeur diplômé du Conser-grands classiques, dans des styles très différents, vatoire National Supérieur de Paris. Si vous avez enviecomme Hotel California des Eagles, L’Auvergnat de vous mettre à la guitare, n’hésitez donc plus! Ide Georges Brassens, El Condor Pasa de Simonand Garfunkel, Wish you were here de Pink Floyd. Permanence téléphonique au 01 60 06 65 50Une bonne occasion pour les élèves de démontrer le jeudi et le vendredi de 10h à 12h Bussy Saint-Georges N° 87 - Mars 2007
  5. 5. 6 Vie de la cité LA FÊTE DE POURIM célébrée comme il se doit Dégustation littéraire La Savoie au menu euxième dégustation littéraire de l’année à la médiathèque de l’Eu- D rope le mardi 20 février autour du thème des vins blancs de Savoie. Une région dont l’histoire de la vigne est riche et tourmentée, puisque son vignoble est antérieur à la colonisation romaine. Comme de coutume, le programme alternait musique, lectures et dégustation propre- ment dite, commentée par l’œnologue Bruno Laigneau, qui n’a pas son es membres de la communauté juive de Bussy se sont retrouvés le pareil pour faire ressentir sa passion pour le vin. Le conservatoire municipal L dimanche 4 mars à la salle Maurice-Koehl pour fêter Pourim. Dans la religion juive, Pourim est une célébration gaie, que l’on pourrait com- parer au carnaval chrétien. Dans le calendrier juif, le 4 mars équivaut au 14 de musique était également associé à cette dégustation. Son directeur, Domi- nique Daucet, a ainsi donné le la à l’accordéon, accompagné au violon par David Naulin, un professeur du conservatoire. Les deux musiciens ont ainsi Adar 5767, date à laquelle on commémore la victoire d’Esther, juive orphe- enchanté le public avec différents airs de Savoie. Côté littéraire, le comédien line choisie pour épouse par le roi Assuerus, sur le malfaisant Aman, qui rêvait Yvan Mignoty avait concocté une série de lectures de textes anciens et d’exterminer le peuple élu. La communauté juive de Bussy, qui compte envi- modernes, avec notamment un guide touristique de la fin du XIXe siècle, et ron 200 familles, était donc au grand complet pour ce repas de fête qui s’est des recettes de plats savoyards qui en ont mis l’eau à la bouche à plus d’un. déroulé dans une ambiance très chaleureuse. Plusieurs animations ont ponc- Il était alors temps de passer à la dégustation des trois vins de Savoie sélec- tué cette après-midi, comme un concours de déguisement qui a beaucoup tionnés, qui ont fait leur effet auprès du public présent. I amusé les enfants, et une tombola. Une structure gonflable avait également été installée dans la salle pour le plus grand plaisir des enfants. I Rendez-vous le 24 avril à la médiathèque pour un Tour de France des Cépages. Bussy Saint-Georges N° 87 - Mars 2007
  6. 6. Vie de la cité 7Concert de musique de chambre e conservatoire municipal de musique a ouvert au mois de sep-L tembre 2006 une classe de musique de chambre confiée à Svetlana Samsonova, une professeur de piano. Ce cours s’adresse à tous lesélèves du conservatoire qui ont quelques années de pratique musicale der-rière eux. « Mieux vaut attendre quelque temps pour initier les élèves à lamusique de chambre », explique en effet Dominique Daucet, le directeurdu Conservatoire, qui insiste sur le travail d’écoute initié dans ce cours.L’objectif de cette classe est ainsi de faire travailler ensemble les élèves pargroupes de 2 ou 3 pour leur apprendre l’harmonie au sein d’un orchestreet les habituer à jouer en écoutant également les autres instruments.Le concert s’est déroulé le jeudi 15 février en l’église de Gouvernes. Beau-coup de parents y ont assisté et ont été très impressionnés par la presta-tion des élèves. L’orchestre symphonique du conservatoire, sous ladirection de Jean-Michel Henri, participait également à ce concert, avecune interprétation du concerto de piano de Mozart. I Soirée Ames d’artistes Les Vietnamiens solidaires Les Comores à l’honneur à Bussy réée il y a trois mois, l’association des jeunes pour le développe-C ment de Mandza (AJDM) a pour objectif principal d’aider les jeunes Comoriens présents en France dans les domaines de l’édu-cation, de la santé, du sport et de l’environnement. Mais ses membres n’en L es Vietnamiens ont aussi le sens de la solidarité. La com- munauté buxangeorgienne sonnes, venues de toute la région Ile-de-France, et même au-delà, ont donc été ravies par cette soiréeoublient pas pour autant leurs origines, et surtout leur village de Mandza. l’a encore prouvé lors de la tradi- qui a permis de récolter environElle mène ainsi également des actions de solidarité en faveur de ce vil- tionnelle soirée de l’association 1700 €. Les membres de l’asso-lage. La soirée organisée le samedi 17 février à la salle Maurice-Koehl Ames d’artistes, samedi 3 mars au ciation Ames d’artistes iront eux-entrait dans ce cadre-là. Il s’agissait d’ailleurs de la toute première soirée gymnase Maurice-Herzog. Cette mêmes déposer cet argent aude l’association. Les bénéfices étaient notamment destinés à la création association créée il y a trois ans col- Vietnam, dans la région ded’une bibliothèque dans le village de Mandza et à l’achat de cahiers sco- lecte des fonds au profit des écoles Saïgon, au mois de juin. Ilaires pour les plus démunis. Cette soirée a connu un joli succès puisque et des orphelins du Vietnam.plusieurs centaines de personnes avaient répondu à l’invitation de l’asso- Mme Kim Thu, la présidenteciation AJDM. Au programme y figurait un concert de jeunes artistes d’Ames d’artistes, a pu comptercomoriens, suivi d’une soirée dansante animée par un DJ. AJDM compte sur la participation de nombreuxà l’avenir multiplier ce genre d’actions pour récolter le plus de fonds. I groupes, venus animer cette soirée à titre bénévole. Elle-même chan- teuse, elle a participé au show, en compagnie de May Nith, To Lien et Lê Thu. La compagnie Sky- danse Show, également présente, a donné au gymnase Herzog des airs de Lido. Les quelque 200 per- Bussy Saint-Georges N° 87 - Mars 2007
  7. 7. 8 Dossier Gestion municipale de Bussy DE LA FUMEE SANS FEU AUX VERITES QUI DERANGENT! Près de 4 millions d’euros (600 000 € nets) d’excédent budgétaire en 2006 à Bussy ! Un chiffre qui en dit long, plus que de longs discours, sur la gestion de la ville, que d’aucuns n’ont pourtant de cesse de critiquer. En dépit des positions toujours plus surprenantes de quelques institutions, et de notre statut particulier d’agglomération nouvelle, la situation financière de Bussy n’est donc pas si catastrophique que ce que certains se plaisent à décrire. Vous trouverez dans ces pages quelques informations importantes à souligner pour rétablir les vérités ! Bussy Saint-Georges N°87 - Mars 2007
  8. 8. Dossier 9 oilà des années que l’on affubleV Bussy d’une tutelle qu’elle n’a en réalité jamais connue. Il faut que ce REMBOURSEMENT DE LA DETTE : 12 ANS ET NON 27 ! encours de la dette de Bussy est d’environ 78 M €. Ce chiffre qui, pour beaucoup, peut paraître extra-soit dit et écrit une bonne fois pour toutes :la ville n’est pas sous tutelle, ne l’a jamais étéet ne le sera sans doute jamais ! Aux difficul-tés financières jadis traversées, dues pour une L’ ordinaire, se doit naturellement d’être rapproché de l’échéancier nécessaire pour le rembourser. Autre- ment dit, l’emprunteur (la ville) est-il, ou non, apte, à travers ses capacités financières, à faire face à ses obligations de remboursement dans un délai convenable ? Ou bien vit-il au-dessus de ses moyens ? Il est géné-large part à la volte-face des pouvoirs publics ralement convenu qu’une saine gestion de la dette implique qu’elle puisse être apurée dans un délai de 10 à 15pour accompagner notre développement, ans. Partant de cette hypothèse, la Cour des Comptes a récemment décrété qu’il faudra à Bussy 27 ans pour résor-a ainsi répondu un simple plan de redresse- ber sa dette !! Un délai pour le moins surprenant quand on sait que c’est l’épargne de gestion qui sert à couvrirment suivi par la municipalité avec applica- le remboursement de la dette annuelle. « Or, celle-ci étant, au compte administratif 2005 de 6.5 millions €, unetion et méthode. Un plan qui a fait son simple division démontre que c’est 12 ans, et non 27, qu’il faut à la commune pour rembourser la totalité de saœuvre et qui est d’ailleurs aujourd’hui bien dette. Nous sommes donc tout à fait dans les ratios admis. » Iobsolète du fait de la croissance annuellede population, de l’ordre de 10 %. Quoi- publics dans le prix de cession desqu’il en soit, et malgré les attaques inces- terrains à bâtir. Cette règle est-ellesantes dont la ville fait l’objet, les chiffres respectée? « Impossible, face à l’opa-n’ont, eux, pas de parti pris et ne men- cité entretenue par Epamarne sur sestent jamais. Or, l’année 2005 avait été comptes, de réellement le savoir ! »marquée par un compte administratif Par contre, plus surprenant est leexcédentaire (3,8 millions d’euros), un fait que l’EPAMARNE outre-chiffre confirmé et même dépassé en passe son rôle d’aménageur2006. On ne trouve pas meilleur signe public en encaissant d’énormesd’une bonne gestion. marges bénéficiaires sur les ZACPourtant, les obstacles ne manquent pas, du Génitoy et des Cent-Arpents.et rien ne nous est épargné, tant dans lacommunication de l’Etat, à tra- Endettement / habitant Sur cette dernière ZAC, les frais fixes d’aménageur ont ainsivers le récent rapport de la Cour presque triplé entre 2002 et 2005des Comptes, que dans les déci- pour atteindre cette dernièresions de son représentant local, le année 47 % des dépenses d’amé-préfet, ou de son bras séculier, nagement. « A titre de comparai-Epamarne, dont les prises de son, les recherches que nous avonsposition étonnantes et sujettes à pu faire auprès d’aménageurs privéscaution sont innombrables. Tout ont montré que des honoraires deest ainsi fait pour pointer du 7 % au maximum étaient ladoigt une commune et ses repré- norme ! Pourquoi un tel écart entresentants comme étant les maîtres public et privé », s’interroged’œuvre de l’échec d’une poli- Hugues Rondeau !tique d’aménagement dont, à Autre question sans réponse: pour-quelque niveau que ce soit, ils quoi s’acharne-t-on sur la dette de lan’ont jamais été les initiateurs et ville, alors que nos voisins ne sontexécutants ! « A cet égard, et comme preuve pements publics, à charge pour son aménageur pas beaucoup mieux lotis, loin s’en faut? Puisque,décrivant ce total déséquilibre de pouvoirs, s’in- de tout mettre en œuvre. En l’espèce, la com- c’est bien connu, comparaison vaut raison, ilsurge Hugues Rondeau, la lecture d’une note mune n’a qu’un avis à donner. Cette présence convient de mettre en perspective l’endettementdu Ministère de l’Equipement datée de l’an forte de l’Etat sur certaines prérogatives, habituel- par habitant de la ville de Bussy avec nos voisins2000 est édifiante : concernant le dispositif des lement du ressort des collectivités soumises au de la ville nouvelle. Si on se penche une nouvellevilles nouvelles, déclaré Opération d’Intérêt droit commun, a été particulièrement défaillante fois avec attention sur les chiffres, on s’aperçoitNational, elle stipule que cette qualification asurtout été celle d’une épée de Damoclès confir- sur Bussy en matière de financements des équi- que cet endettement (2900 €) reste inférieur àmant la priorité des objectifs de l’Etat sur ceux pements publics. « Si il existe aujourd’hui des celui de nombreuses communes avoisinantesdes collectivités locales. » C.Q.F.D. ! groupes scolaires sur Bussy, ce n’est que parce que la lorsqu’on ajoute leur endettement communal à ville, mise devant le fait accompli de la carence celui du Syndicat d’agglomération nouvelle. d’Epamarne, n’a pas eu d’autre solution que d’en C’est en effet ainsi qu’il faut calculer. Résultat : unLa dette : à qui la faute ? prendre en charge la construction, tout en étant endettement moyen d’environ 4 000 € pourOn nous dit aussi que la ville est endettée: c’est dans l’obligation de comprimer son montant d’in- nombre de communes voisines. Sont-ellesvrai, on ne peut le nier, mais à qui la faute? Dans vestissement et d’endettement par habitant », pour autant brocardées pour mauvaise ges-une Opération d’Intérêt National, le mécanisme remarque le maire de Bussy. Cette carence a tion ? En aucun cas… On préfère s’acharnerdes ZAC est par exemple entièrement sous le d’autant plus de mal à s’expliquer que le Code sur la ville de Bussy, responsable de tous lescontrôle de l’Etat, qui en décide la création, en de l’urbanisme (article L.311-4) impose à l’amé- maux ! Heureusement, la vérité finit tou-fixe le périmètre et définit le programme des équi- nageur d’incorporer le coût des équipement jours par éclater… I Bussy Saint-Georges N°87 - Mars 2007
  9. 9. 10 Dossier DEPENSES DE FONCTIONNEMENT ET AUTOFINANCEMENT ntre 2004 et 2005, l’accroissement des frais de fonctionnement de Bussy a été de 6%. Un rapport du Ministère des Finances sur les finances des collecti- E vités locales durant la même période fait état d’une augmentation de 4 % de leurs charges de fonctionnement. Une différence de 2% qui trouve naturel- lement son explication dans le développement exponentiel de Bussy (plus de 10% par an). Conséquence : année après année, la ville doit adapter ses services communaux à une arrivée massive de population qu’aucune autre commune, dite de droit commun, ne connaît. Plus simplement, il faut savoir que, de 2000 à 2005, les recettes de fonctionnement ont progressé de 56.73% tandis que les dépenses de même type ont augmenté de 55.09%. « On est loin d’une absence de maîtrise ! Ou alors, nous n’avons pas, avec la Cour, une même définition des mots », martèle Hugues Rondeau. Résultat, l’épargne brute est passée de près de 3M € à plus de 4.5 en 2005. Quant à l’épargne de gestion, elle est passée de 4.8 à 6.5 M €. « Certes, il est toujours possible de trouver un autofi- nancement insuffisant, mais, en l’espèce, il est, à Bussy, plutôt conséquent et la signification d’une saine gestion » Selon les statistiques 2004 de la Direction géné- rale des collectivités locales du Ministère de l’Intérieur, dans les communes comparables à Bussy, l’épargne brute représente 14% des recettes de fonctionnement et les dépenses de personnel 56.4%. « Ici, cela représente respectivement 17.75% et 43.96%. Je crois que les chiffres parlent d’eux-mêmes ! » I Investissements Bussy Saint-Georges N°87 - Mars 2007
  10. 10. Dossier 11 Jean-Claude Lamagnère: « Que l’Etat surclasse Bussy, et vite! » Le récent rapport de la Cour des Comptes met notamment en cause la muni- cipalité sur le recours à des prestataires extérieurs. Que lui répondez-vous? Ce recours s’est imposé à la commune pour plusieurs raisons. En premier lieu, pour faire face aux procé- dures initiées par l’Etat ou son représentant, et qui, généralement, ont comme dénominateur commun de transformer la ville en "bouc émissaire" des carences de la puissance publique. L’extrême complexité du sujet, les références constantes à des dizaines d’articles de loi, décrets et autres notes d’orientation imposent de faire appel à des spécialistes reconnus et rompus aux techniques argumentaires. Les reproches de l’Etat à l’en- contre d’une collectivité locale constituent un acte suffisamment sérieux pour qu’on y consacre, en réponse, tous les moyens nécessaires. Dans ce domaine, l’à-peu-près ne peut avoir cours!Dans d’autres domaines, le personnel communal ne pourrait pas être mis à contribution?Dans l’absolu, et hors des points à forte connotation juridique (il n’existe actuellement pas de statut de fonctionnaire avocat !), cela pourraitêtre parfaitement imaginable dans la mesure où l’Etat accorderait à Bussy le surclassement de la ville*. Les caractéristiques de croissance forteet continue de la ville répondent pleinement à la finalité d’une telle décision demandée par la ville depuis 2002. Cela mettrait enfin un termeà nos difficultés de recrutement de personnels de catégorie A dont la formation et l’expérience seraient un "plus" certain et nous permettraientsans doute d’éviter l’actuel recours à l’extérieur.A combien évaluez-vous ces frais de prestataires extérieurs?Dans le domaine juridique, le recours à un avocat ne correspond, actuellement et par an, qu’à 2000 heures, soit l’équivalent de 1.5 agent de catégo-rie A. Pour les recours à des prestataires extérieurs autres que de conseils juridiques, la ville a toujours eu pour objectif le souhait d’améliorer immé-diatement la qualité du service rendu à la population. Je crois qu’en ce domaine, l’externalisation des centres de loisirs a parfaitement répondu à cetteattente. Il faut d’autre part préciser qu’en choisissant cette voie, il est toujours possible, le jour où le développement de Bussy se sera assagi et où nouspourrons mieux quantifier nos besoins, de revenir à une solution interne.* Ceci est la classification de la commune en fonction du nombre d’habitants. Pour Bussy, cela consisterait à la classer dans les villes de 20 000 à 40 000 habitants (ce qu’elle serasous peu) et non de la maintenir dans une tranche inférieure. Ce classement est particulièrement important dans le déroulement de carrière de nombre de fonctionnaires à la quali-fication pointue de catégorie A, qui sont l’équivalent, en quelque sorte, des cadres supérieurs dans une entreprise privée. PRESSION FISCALE taille identique, il n’y a aucune commune mesure entre une ville de droit commun et une située en périmètre d’agglomération nouvelle. Dans le premier cas, A la ville, libre de choisir le rythme de son développement, peut, de fait, parfaitement moduler l’évolution de ses ressources. Dans le second, l’évolution étant définie par l’Etat et sous forme de « marche forcée », la commune doit constamment faire face à des obligations disproportionnées de services préalables à l’arrivée des habitants et des activités. Si, donc, comparaison il doit y avoir, c’est entre des communes connaissant la même problématique de développement. Dans ces conditions, Bussy a une pression fiscale équivalente (voire moindre si l’on prend en compte les communes avoisinantes du Val-Maubuée) à celles d’autres communes de Villes Nouvelles. Ceci étant, cette apparente normalité ne doit pas masquer l’existence d’inégalités. De 2000 à 2005, la population buxangeorgienne a connu une pro- gression de 61 %. Cette augmentation exponentielle a eu naturellement, comme effet induit, une évolution des dépenses et recettes de fonctionnement de la ville. Un budget communal étant financé par quatre sources principales, (deux en provenance des habitants - taxe d’habitation et foncier bâti - et deux extérieures à ceux-ci - dotation globale de fonctionnement versée par l’Etat et taxe professionnelle), l’objectif est, bien sûr, que chacune d’elles alimente équitablement le budget en suivant la courbe d’évolution de la population. A l’inverse, si elles s’en écartent, les finances communales ne peuvent qu’être menacées. Or, durant les années écoulées, les bases fiscales de Bussy ont connu une progression très différenciée. Celles de la taxe d’habitation a progressé de 140 %, celles du foncier bâti de 95 % et celles de la taxe pro- fessionnelle de … 35%. Cette très modeste évolution des bases de la TP s’explique par le fait que les modalités de calcul retenues par les services fiscaux de l’Etat sont celles du Bussy d’avant Ville Nouvelle, c’est à dire d’un village et non d’une cité ! « Ceci n’aurait bien sûr aucune importance si la totalité des hectares disponibles en zone d’activité et les milliers de m2 carrés de bureaux construits avaient trouvé preneurs. Le nombre d’assujettis aurait alors compensé la sous-évaluation des bases. » Cela n’a malheureusement pas été le cas du fait du non respect de ses engagements par EPAMARNE dont, il faut le rappeler, la compétence en matière d’implantation d’activités est exclusive. A titre d’exemple, sur la période 2005/2007, les promesses de commercialisation de l’aménageur n’ont été réalisées que pour à peine 50 % sur la ZAC Vinci et 33 % pour le centre-ville ! D’où un faible produit de taxe professionnelle ayant conduit, contre son gré, la commune à relever ses taux d’imposition sur la taxe d’habitation. « Malgré cela, la pression fiscale buxangeorgienne reste dans la moyenne des villes de même nature, souligne Jean-Claude Lamagnère, premier Maire-Adjoint aux Finances. Mais il est clair que nous aurions souhaité maintenir celle qui, jusqu’alors, permettait de nous citer en exemple. » I Bussy Saint-Georges N°87 - Mars 2007
  11. 11. 12 Vie municipale 350 places supplémentaires de crèches en 2007-2008 4 nouvelles structures vont être construites La décision d’ouvrir quatre nouvelles structures d’accueil petite enfance confirme l’effort important de la municipalité dans le domaine de la garde des tout-petits. Hugues Rondeau, Claude Louis et Régine Bories, entourés par Tristan Micol, de la société Crèches de France, et Sylvain Forestier, de La Maison Bleue, lors de la signature de la convention. ette décision est destinée à répondre à la forte demande enregis- et La Maison bleue. Les dirigeants des deux entreprises, Tristan Micol et C trée ces deux dernières années par la ville de Bussy. La liste d’at- tente pour l’inscription en crèches atteint en effet aujourd’hui le chiffre record de 650 enfants. Même si elle ne répondra pas à toutes les Sylvain Forestier, étaient présents le 5 mars 2007 à Bussy pour signer la convention les liant à la mairie. Les nouvelles structures, dont l’ouverture s’échelonnera entre le dernier trimestre 2007 et le tout début de l’année demandes, l’ouverture simultanée de 350 nouvelles places de crèches 2008, fonctionneront de la même manière que les structures municipales. démontre donc, par son envergure, la forte implication de la municipa- Elles proposeront également la même tarification et les mêmes normes lité et sa volonté de s’adapter aux besoins des nouveaux habitants accueillis. d’encadrement. La qualité du service rendu sera régulièrement évaluée Ne pouvant supporter à elle seule la charge de ces 350 nouveaux berceaux, par les services municipaux. Les prestations proposées seront les suivantes: la ville a opté pour un système s’appuyant sur une disposition de loi mise en place en 2003 lors de la conférence de la famille, qui a ouvert le secteur ª SERVICE REGULIER de la petite enfance au privé. C’est donc le dispositif de la délégation de ª SERVICE OCCASIONNEL service public qui a été choisi. Ce système permet à une personne morale ª SERVICE D’ACCUEIL D’URGENCE OU PONCTUEL de droit public, en l’occurrence la municipalité, de confier par contrat la gestion d’un service public dont elle a la responsabilité à un délégataire Par son ampleur, la création de 350 places supplémentaires de crèches (public ou privé) dont la rémunération est liée aux résultats de l’exploita- constitue un évènement sans précédent : il s’agit en effet de la plus impor- tion du service. Cette solution permettra à la ville de ne pas grever exagé- tante opération de délégation de service public lancée dans ce domaine rément son budget investissement. « Nous n’avions pas la capacité de lever en France. Elle portera le nombre de places de crèches disponibles à Bussy les fonds pour créer ces 350 places: il nous a donc semblé judicieux de Saint-Georges de 185 (165 places en gestion directe et 20 places gérées recourir à ce système de DSP, en plein développement actuellement », par l’association Bout’chou, largement subventionnée par la municipa- explique Hugues Rondeau. lité) à 535, pour une population de 20000 habitants, ce qui fera de Bussy Concrètement, la municipalité va donc nouer un partenariat avec des l’une des communes de la région Ile-de-France qui offre le plus de places entreprises privées, qui assureront pendant 18 ans la construction et le de crèches par rapport au nombre d’habitants. Le personnel est en cours fonctionnement des quatre nouvelles crèches. Après appel d’offres, la ville de recrutement. Environ 110 personnes (puéricultrices, auxiliaires de a confié la réalisation et la gestion des quatre structures à deux opérateurs puériculture, cadres…) devraient à terme être recrutées par Crèches de privés spécialisés dans le secteur de la petite enfance: Crèches de France France et La Maison bleue. I Bussy Saint-Georges N°87 - Mars 2007
  12. 12. Vie municipale 13 Conseil Municipal des EnfantsPour un apprentissage à la citoyennetéA Bussy, la démocratie sapprend dès le plus jeune âge… Cest ce quexpérimentent, pendantun mandat de deux ans, les jeunes élus du Conseil Municipal des Enfants. La première séanceplénière de ce conseil sest déroulée le mardi 6 février 2007 en salle du conseil municipal, sousla présidence de M. Hugues Rondeau, Maire, et de M. Claude Louis, Maire Adjoint auxAffaire Culturelles et responsable du Conseil Municipal des Enfants et du Conseil des jeunes. Lorganisation : Le Conseil Municipal des Enfants de Bussy Saint-Georges est rattaché au Service Culturel de la commune. Il est animé par Pierre-Yves Gay, en collaboration étroite avec M. Louis (Maire- adjoint aux Affaires Culturelles) qui assiste à toutes les séances plénières, et Marina Cavailles, directrice du service. Le Conseil Municipal des e Conseil Municipal des Enfants est né duneL Enfants est composé de 2 commissions: Sport et volonté municipale de développer un espace loisirs/Environnement et Sécurité. de parole pour les jeunes de la commune, dans Les réunions se tiendront 1 fois par mois dans lale cadre du Contrat Educatif Local. Ce conseil est salle du conseil municipal ou à la Médiathèqueun moyen denrichir le dialogue avec la jeunesse, de de lEurope, quand les jeunes conseillers aurontpartager la vision des uns et des autres sur la vie quo- besoin de se connecter à Internet pour faire destidienne, la santé, lenvironnement, la solidarité et recherches ou pour rédiger leurs projets. Tous lesles loisirs, mais aussi davoir un regard nouveau et trimestres, une séance plénière aura lieu en pré-inventif sur la vie locale. Il permet ainsi aux jeunes sence de M. Le Maire.conseillers de participer activement et concrètementà la vie de leur ville.Cette assemblée délibérative est constituée de 32 Outils de communication:membres âgés de 9 à 11 ans, élus pour un mandat Un journal en édition papier, dans lequel lesde 2 ans. Porte-parole des enfants de leur âge, ils conseillers évoqueront leurs actions, les sujets quisattachent à élaborer et développer des projets les touchent, la vie de la commune, les activitéspour la commune. Au travers de rencontres et qui peuvent concerner les jeunes.déchanges avec leurs aînés du Conseil Munici- Une rubrique sur le site Internet de la ville pré-pal, ces écoliers daujourdhui, citoyens de sentera le conseil et ses projets.demain, découvrent le fonctionnement de la col- Le journal municipal invitera les conseillers àlectivité et la pratique de lactivité délu. parler de leurs actions.Lordre du jour de la première séance plénière por- Les premières commissions du CME se dérou-tait sur la présentation du conseil et de son fonc- leront le mercredi 14 mars et le mercredi 21 marstionnement, ainsi que la constitution des 2007. Lors de ces deux rendez-vous commence-différentes commissions liées aux projets des ront les premières réflexions par rapport aux pro-jeunes Buxangeorgiens. jets de nos jeunes élus. I Bussy Saint-Georges N°87 - Mars 2007
  13. 13. 14 Vie municipale C.C.A.S: LE GARANT DU LIEN SOCIAL! e Centre Communal d’Ac- aussi des prises en compte de frais L tion Sociale (CCAS) est, en quelque sorte et dans son rôle principal, le baromètre inversé de liés au logement (« c’est dans ce domaine qu’en 2006, nous avons connu la plus forte progression ») ou la détresse au sein d’une commune. au règlement de facture Plus l’aiguille de ses interventions EDF/GDF. est basse, plus la vie est ensoleillée. Dernier domaine d’intervention A l’inverse, plus elle est haute, plus du CCAS, les actions en direction cela indique que les nuages arri- des anciens, comme la fête de vent. « Il est alors temps pour nous, l’Epiphanie, le repas et les colis de précise Michèle Bui-Khac, Adjointe Noël, le portage des repas ou les au Maire chargée de l’action sociale sorties (canal Saint-Martin, spec- et du logement, de prendre certaines tacle « Skydance » en 2006), et décisions ou d’orienter différemment l’atelier mémoire, où les activités certaines politiques afin de mieux proposées favorisent le maintien aider ceux qui traversent une période des nombreuses formes de la délicate. » A Bussy, comme ailleurs, mémoire, selon Mme Quatre- les professionnels en charge de la homme, psychomotricienne. structure savent bien comme, par- Cette année, plusieurs projets fois, il est difficile de faire appel à eux. « Il existe L’aide apportée par le CCAS est de deux natures. devraient voir le jour comme la mise en place chez certains comme une gêne à pousser notre porte, Tout d’abord, les aides dites « légales » qui sont d’une navette pour les aînés souhaitant aller comme si la démarche était honteuse. Or, nous les mêmes pour tout CCAS, et qui consistent en du centre-ville au village ou souhaitant se sommes là pour permettre, à notre niveau, la pré- la prise en charge locale de politiques sociales rendre à des rendez-vous médicaux, des cours servation du lien social tout en aidant à passer un nationales (constitution des dossiers RMI, Coto- informatiques à destination des personnes cap pénible », souligne Céline Heurton, respon- rep, allocation spéciale vieillesse, cartes améthyste sans emplois ou des aînés, un séjour dans la sable du CCAS. Il n’existe pas de profil type ou rubis). Ensuite les aides « facultatives » qui, ville jumelle allemande de Meiningen, ainsi parmi les Buxangeorgiens faisant appel aux ser- comme leur nom l’indique, sont du libre choix qu’une aide plus large en faveur des jeunes. vices du CCAS. « Ils sont aussi bien salariés qu’at- de chaque ville, « de façon à coller au plus près à « L’objectif est de leur permettre, en complément tributaires de minima sociaux et célibataires aussi la réalité locale » Parmi ces dernières, figurent des des aides de la CAF, de s’inscrire aux différentes bien que mariés ou divorcés, avec ou sans enfants », aides ponctuelles à la fréquentation des cantines, activités proposées par la municipalité », conclut poursuit Céline Heurton. centres de loisirs ou classes de découverte, mais Céline Heurton. I DU CÔTÉ DU CONSEIL MUNICIPAL Lors de ses séances du 23 février et du 5 mars 2007 ®MARCHÉ DE NETTOYAGE DES LOCAUX COMMUNAUX Après quelques mois d’exécution, il est apparu nécessaire de modifier la périodicité de certaines prestations de nettoyage sur les centres de loisirs Louis Guibert, Bleu du ciel, Jean de la Fontaine, Jules Verne, les Violennes et Louis Braille préfabriqué. Le montant de ces modifications, en rythme annuel, s’élève à 66420,00 € HT. ®EXTENSION DU CIMETIÈRE L’actuel cimetière municipal atteint aujourd’hui ses limites en terme d’emplacements. Environ 450 concessions occupent la quasi-totalité du site actuel. Compte tenu des disponibilités actuelles, on peut considérer que dans deux ans, le cimetière sera totalement occupé. Il est donc devenu urgent de procéder dans les meilleurs délais à la réalisation d’un nouveau cimetière municipal, ou plus sûrement à l’extension du cimetière actuel, compte tenu des difficultés de création d’un nouveau cimetière à l’extérieur de l’emprise urbanisée de la commune. ®MODIFICATION DE LA ZONE D’AMÉNAGEMENT CONCERTÉE DITE DU « CENTRE-VILLE » La ZAC du Centre-Ville de Bussy Saint-Georges est aujourd’hui réalisée à 80 %. D’une superficie de 175 hectares, elle est composée de logements, d’activités et d’équipements. Elle regroupe notamment les pôles de centralité de la commune, tels que la gare et la quasi-totalité des commerces et services. L’achèvement de l’aménagement de ce quartier impose de modifier son dossier de création. Le Programme de cette opération est le suivant: 7300 logements familiaux dont environ 1000 unités de résidences (étudiants, jeunes travailleurs, résidences sociales et personnes âgées) Environ 120.000 m2 de bureaux, 110.000 m2 SHON de commerces, dactivités et services divers, 900 chambres d’hôtels ou de résidences hôtelières. I Bussy Saint-Georges N°87 - Mars 2007
  14. 14. Vie municipale 15Séjours d’étéL’été sera chaud!Vendée pour les 6-12 ans, Costa Brava pour les 13-17 ans : l’été sera encore bien animé pourles jeunes Buxangeorgiens avides d’activités physiques et manuelles ou de sorties culturelles.Nous vous présentons ces deux destinations pour le mois de juillet.VENDEE PASSION (Saint-Gilles) - 6 à 12 ans ESCALE SUR LA COSTA BRAVA (Espagne) - 13 à 17 ans DATES : du mardi 10 au mercredi 25 juillet 2007 PLACES DISPONIBLES : 30 TRANSPORT : train couchette et car grand tourisme T SITUATION : Sur la Costa Brava, à lest de la péninsule ibérique, à proximité de la fron- tière française et de Barcelone. Hébergement dans un vaste camping descendant vers la mer dans un paysage admirable. Logements en chalets de 6 à 8 litsDATES : du jeudi 5 au vendredi 20 juillet 2007 Toutes les activités sportives dont rêvent les adolescents sont faisables sur placePLACES DISPONIBLES : 30TRANSPORT : car grand tourisme T LES ACTIVITÉS : Sports : voile, kayak, clifting, mur d’escalade, tir à l’arc, hockey, patins àT SITUATION : roulette, plongée, tyrolienne, minigolfStation balnéaire tonique et colorée de la côte de Lumière à Saint-Gilles- Visite de Tossa de Mar + une journée à Waterworld et à Barcelone. ICroix-de-Vie, cette ville a su conserver son âme et son art de vivre en propo-sant des équipements touristiques de qualité et des animations toute l’année. Lencadrement des jeunes sera assuré par léquipe danimation deLe centre de loisirs faisant face au chantier naval de Bénéteau est une ini- Neige Soleil Tourisme Loisirs.tiation à l’échappée marine et le berceau du nautisme. Il dispose d’unevaste aire de jeux ombragée autour d’un barbecue géant.T LES ACTIVITÉS :Atelier menuiserie et polyester : création d’une maquette de bateau et de blason.Chaque participant repartira avec sa maquette du séjour.Visites du port, d’un chantier naval et d’un château médiéval avec spectacle.Excursions à l’Ile d’Olonne et dans les environs.Initiation à la météo et mise en place d’une mini station.VTT à disposition et baignade à la piscine ou en mer avec concours dechâteau de sable. IL’encadrement des enfants sera assuré par l’équipe d’animation deCap’Loisirs. GRILLES DES TARIFS DES SÉJOURS EN FONCTION DU QUOTIENT FAMILIAL (EN EURO) * * Attention, ces grilles peuvent être modifiées par décision du prochain Conseil Municipal. VENDÉEE PASSION (6/12 ans) COSTA BRAVA (13/17 ans) 1 2 3 4 5 enfants (+) 1 2 3 4 5 enfants (+) A 298 283 269 256 243 A 464 440 418 397 378 B 336 319 303 288 273 B 522 495 471 447 425 C 373 354 337 320 304 C 580 551 523 497 472 D 410 390 370 352 334 D 637 606 575 547 519 E 448 425 404 384 365 E 695 661 628 596 566 F 485 461 438 416 395 F 753 716 680 646 614 G 522 496 471 448 425 G 811 771 732 696 661 H 560 532 505 480 456 H 869 826 784 745 708 Hors B 746 709 673 640 608 Hors B 1159 1101 1046 994 944 MODALITÉS D’INSCRIPTIONS — EN MAIRIE/SERVICE PÉRISCOLAIRE : (lundi – mercredi — jeudi — vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h30) - Pour ces séjours, les inscriptions se dérouleront à partir du samedi 28 avril 2007. Renseignements au 01 64 66 24 24 Bussy Saint-Georges N°87 - Mars 2007
  15. 15. 16 Vie municipale Des travaux tous azimuts ! Les services techniques de la municipalité ont profité des vacances de février pour réaliser quelques travaux de rénovation dans les écoles, et de voirie dans les rues de la ville. Explication en images. A l’école primaire les Violennes, les sanitaires et la salle Pour renforcer la sécurité, les abords du groupe scolaire Rue Bernard-Palissy, les trottoirs ont été repavés à l’aide d’eau ont été rénovés de fond en comble. du Clos-Saint-Georges ont été matérialisés par ce grand d’un sable très fin, une technique qui permet de bien sta- panneau peint sur la chaussée. biliser le pavé. Rue du Vignoble, les services techniques ont Boulevard des Genêts, des automobilistes avaient l’habitude Avenue du Clos-Saint-Georges, les passages piétons ont installé l’arrosage automatique. de se garer sur le côté droit de la route. Ce n’est désormais également bénéficié d’un coup de peinture fraîche ! plus possible, puisque des plots ont été installés sur le trottoir. Bussy Saint-Georges N°87 - Mars 2007
  16. 16. Vie municipale 17Réunions publiquesA Bussy, la démocratie participative n’est pas un vain mot. Les Buxangeorgiens ont ainsi pu s’exprimer les31janvier et 7février sur deux projets touchant leur quotidien: l’aménagement de deux carrefours, ainsique le projet de réhabilitation de l’espace situé derrière la mairie et devant le restaurant les Trois Tilleuls. ne cinquantaine de personnes ont assisté à la réunion publiqueBoulevards de Lagny et GiroustDes feux tricolores à l’essai U portant sur le projet d’aménagement de deux carrefours, avenue André-Malraux et boulevard de Lagny. Cette réunion avait lieu dans un contexte pesant suite à l’accident de circulation ayant touché trois jeunes collégiennes le mardi 16 janvier. Elle n’a pourtant pas été provoquée par ce tragique accident, « mais est le fruit d’une réflexion que nous menons depuis plusieurs années sur l’aspect accidentogène de nos voi- ries » soulignait en préambule Hugues Rondeau. Le projet d’aménagement prévoyait à l’origine la mise en place de ronds- points pour casser la vitesse des véhicules. Des ronds-points comprenant des passages piétons surélevés de 20 cm. Mais l’assistance n’a pas caché sa préférence pour des feux tricolores, qui, selon eux, seraient plus à même de ralentir la vitesse des véhicules. Inquiets devant le nombre d’accidents constatés boulevard de Lagny, les personnes présentes ont finalement eu gain de cause, puisque le maire de Bussy a accepté de tester la solution des feux tricolores. Des feux provisoires vont donc être installés boule- vard Giroust et boulevard de Lagny. IAménagement paysager derrière la mairieUn nouveau visage pour le cœur de village e 7 février a été présenté le projet d’aménagement paysager du parc situé derrière la mairie.L L’espace en jachère actuellement utilisé comme parking complémentaire sera ainsi réamé- nagé de fond en comble. Un projet qui n’est que la première phase d’un paysagement etd’une réorganisation générale de la plaine de jeu. Cette première phase portera sur la créationd’un chemin paysager reliant les nouvelles maisons et les terrains de sport à la mairie. Ce cheminsera entouré par des arbres de hautes et moyennes futaies et par une haie végétale variée le longdes clôtures. Des petits fossés sont également prévus à la place des actuelles buttes de terre. Ils seronttraversés par des petits ponts de bois, où poussettes et vélos pourront se croiser en toute sécurité.A la demande des habitants, l’architecte du projet devra revoir sa copie en ce quiconcerne les places de stationnement derrière le parking de la mairie, que beaucoupvoudraient voir disparaître. Le public est également intervenu pour réclamer un éclai-rage adéquat et l’implantation de bancs le long du nouveau chemin.Outre cet aménagement paysager, le carrefour situé devant le restaurant Les Trois Tilleuls figu-rait à l’ordre du jour de cette réunion publique. La ville souhaite ainsi apporter un aspect plus convivial à un espace occupé aujourd’hui par les voitures.A l’emplacement du parking devant le restaurant, une terrasse sera créée avec passage en pavement et haie végétale. Le maire a également écouté les riverainsqui demandaient la réhabilitation de la fontaine. Avec ces nouveaux aménagements, c’est tout le cœur de village de Bussy qui s’apprête à faire peau neuve. I La ville de Bussy en deuil Nous vous informons avec beaucoup de tristesse et d’émotion que Jean-Paul Levecque, conseiller municipal délégué aux transports, nous a quittés le dimanche 11 mars. O riginaire de la région Nord-Pas-de-Calais, Jean-Paul avait intégré l’équipe municipale en 2002. Médecin-anesthésiste, il avait effectué une grande partie de sa carrière au sein de l’armée, sous le grade de commandant. Depuis 2002, Jean-Paul a travaillé avec beaucoup de passion pour le bien-être de notre commune. Passionné par son mandat d’élu, il était connu pour son assiduité aux bureaux municipaux. Le décès subit et brutal de Jean-Paul Levecque a stupéfié tous ceux d’entre nous qui le côtoyaient. A sa famille, son épouse, ses trois enfants, nous transmettons nos plus sincères condoléances. I Bussy Saint-Georges N°87 - Mars 2007
  17. 17. 18 Le magazine Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement Un autre monde est possible * Jean-Philippe Clément est responsable bénévole du Comité catholique contre la Faim et pour le Développement (CCFD Terre Solidaire) du secteur de Bussy depuis quelques années. Il est l’un des organisateurs du défi Jeunes « Bouge ta planète », qui a eu lieu le 24 mars au Square Vitlina. Terre Solidaire, plus CCFD Jean-Philippe Clément, lors du dernier Forum importante Organi- des associations, en septembre 2006 sation de Solidarité Internationale (OSI) française, a deux grandes missions: le soutien (financier, technique, mise en réseau…) à des partenaires locaux, acteurs de développement, et l’information sur la réalité des pays en développement. « Un des objectifs est d’es- sayer de sortir de visions négatives de certains pays et de montrer au contraire qu’il y a des initiatives très positives qui existent », explique Jean-Philippe Clé- ment, dont l’engagement dans l’humanitaire remonte au début des années 1990. Le projet de travailler avec les pays en voie de développement lui trottait dans la tête depuis un moment, et il s’est finalement lancé dans cette voie afin de faire bouger les choses, à son niveau, et ici, en France. Des voyages marquants Jean-Philippe se souvient de son premier voyage, en 1994, au Guatemala et au Salvador, un voyage d’immersion dont l’objectif était de fer que les choses peuvent encore bouger. Sa par- rencontrer des partenaires et découvrir les ticipation au Forum Social Mondial à Bamako en conditions de vie dans ces pays. « Je me suis pris 2006 le conforte dans ce sens. Il a pu y constater une baffe », se souvient Jean-Philippe, qui a été le dynamisme des populations malienne et afri- impressionné par l’engagement de personnes caines représentées, notamment par les jeunes, et nus décents pour de petits producteurs, mais pas pour la défense de leurs propres droits et de l’action conséquente des femmes. Il a ainsi été forcément ce qu’il y a derrière, des projets collec- ceux de leurs frères humains. Le courage d’une frappé par la qualité des débats et par le nombre tifs de développement, l’autonomie que cela pro- avocate des droits de l’Homme au Salvador de propositions concrètes qui y ont été formulées cure à des populations entières, souligne enquêtant sur des crimes au péril de sa vie l’a dans de nombreux domaines, comme l’éduca- Jean-Philippe Clément. Le commerce équitable notamment beaucoup marqué. tion, les sciences, l’environnement, la vie en société permet à des populations très vulnérables de Depuis 1992, Jean-Philippe Clément a pu consta- ou la démocratie participative. retrouver la maîtrise de leur vie à long terme » ter l’évolution des mentalités dans la société fran- Ces diverses expériences, Jean-Philippe les met rappelle-t-il. A titre d’exemple, si tout le café çaise vis-à-vis des pays en développement. Les donc en pratique à Bussy au sein d’une associa- du monde était équitable, la face du monde en différentes campagnes d’information et d’opinion tion qui accueille toutes les bonnes volontés et serait changée, le café étant le deuxième pro- atteignent progressivement leurs objectifs. Même travaille en partenariat avec d’autres. duit à être échangé dans le monde après le s’il reste sans doute encore beaucoup de chemin à pétrole ! Voilà qui fait réfléchir… I parcourir, le responsable local du CCFD se féli- Pour un vrai cite de l’éveil de la société civile française, et de la prise de conscience par beaucoup que les pro- commerce équitable CONTACT: 0669545703 blèmes ne sont pas franco-français. « Plutôt que de Lors du dernier forum des associations, le Pour aller plus loin : www.ccfd.asso.fr se regarder le nombril, il faut trouver des voies de tra- CCFD était bien sûr présent, et avait souhaité et www.etatdurgenceplanetaire.fr vail de coopération au niveau planétaire », souligne mettre en avant le commerce équitable : * Conviction première des participants au processus des ainsi Jean-Philippe Clément, qui croit dur comme « Les gens connaissent un peu le concept, des reve- Forums Sociaux Mondiaux, FSM Bussy Saint-Georges N°87 - Mars 2007
  18. 18. Le magazine 19 Comité de jumelage italien Les bonnes volontés sont les bienvenues Jumelées depuis quelques années maintenant, Bussy Saint-Georges et San Giuliano Milanese comptent bien à l’avenir renforcer leurs liens d’amitié. C’est en tous les cas ce à quoi va s’atteler le comité de jumelage, emmené par sa nouvelle présidente, Anne-Marie Trinh. e comité de jumelage s’est en effet doté enL février d’une nouvelle présidente, qui habite d’ailleurs à Bussy depuis très peu de temps.Elle n’a donc pas tardé à s’impliquer dans la vie asso-ciative locale, à l’invitation de Dominique Bijard.Lors de la journée des nouveaux arrivants, elle a ren-contré le Maire-Adjoint chargé des jumelages, quil’a incitée à intégrer le comité. Il faut dire qu’Anne-Marie Trinh connaît bien l’italien, puisque c’est unelangue qu’elle a enseignée durant de longues années.Avec également une nouvelle secrétaire, Marie-Claude Phan, le comité de jumelage italien repartsur de nouvelles bases. Ces deux femmes qui ontune passion commune pour l’Italie comptent biendévelopper leur association. Pour cela, elles nemanquent pas d’idées, mais elles ont besoin del’appui de bonnes volontés prêtes à s’engager danscette aventure franco-italienne. « Aujourd’hui, Anne-Marie Trinh (au fond à droite) en compagnie des membres du comité lors de la dernière séance de travailnous sommes encore un embryon d’association, maisnous voulons la faire découvrir aux Buxangeorgiens L’histoire retiendra aussi que San Giuliano Mila- j’ai souvent travaillé sur des pièces de théâtreet lui donner vie », affirment-elles en chœur. nese fut le lieu de la célèbre bataille de Marignan, et je me suis notamment penché sur la com-Jusqu’ici, le jumelage entre Bussy et San Giuliano en 1515. media dell’arte », se souvient la présidenteMilanese reposait en grande partie sur des échanges Afin de renforcer les liens et développer leur du comité de jumelage. Les deux amiesentre sportifs. Située au sud de Milan, au cœur de association, Anne-Marie Trinh et Marie-Claude envisagent également de lancer des coursla Lombardie, notre jumelle est une ville jeune, Phan entendent bien organiser quelques mani- d’initiation à l’italien, sous une formesportive et dotée d’un riche passé. A cette dernière festations. Leur principal objectif est de faire avant tout ludique. « Cela permettraitdifférence près, nos deux communes ont donc découvrir l’Italie à travers quelques rendez-vous d’avoir des relations plus riches lorsque nousbeaucoup de points communs, et notamment une réguliers, comme des expositions ou des anima- recevrons une délégation à Bussy. »vitalité démographique, culturelle et sportive. tions théâtrales. « Lorsque j’étais enseignante, Dans l’immédiat, Anne-Marie Trinh, Marie- Claude Phan et les trois autres membres de Les Buxangeorgiens l’association ont besoin de vous ! Tous les Buxangeorgiens sont ainsi les bienvenus au à San Giuliano sein du comité pour apporter des idées et des e 2 mars, une délégation buxangeorgienne s’est L témoignages. Et pour bien faire connaissance rendue à San Giuliano Milanese pour conforter les avec les nouveaux membres qui se manifeste- liens entre les deux communes. Une rencontre avec raient, nos deux amoureuses de l’Italie comp- le maire et le personnel municipal de la ville italienne a eu tent bien faire régulièrement des sorties dans lieu afin, donc, de pérenniser ces liens, et notamment de créer des restaurants italiens des environs. « Quoi de un comité de jumelage côté italien, sur le modèle de celui qui mieux que d’être réunis autour d’une bonne a été relancé à Bussy. L’idée est de renforcer le partenariat table pour faire connaissance ? » s’amuse ainsi Marie-Claude Phan. L’invitation est lancée… artistique et culturel entre les deux villes. Une rencontre avec l’équipe du centre culturel de San Giuliano Milanese était ainsi A vous de jouer ! I au programme de cette visite. Des échanges culturels devraient donc très prochainement être organisés. I Le personnel des deux communes sest attaché Pour rejoindre le comité de jumelage Italie, à préparer les futurs échanges entre Bussy et San Giuliano Milanese contactez le 0164669627 ou le 0164772620 Bussy Saint-Georges N°87 - Mars 2007

×