Lesinnovateurs
4242
D
u smartphone à la serre de jardin, il y a tout
chez Ubaldi. Au vu du site de vente en ligne
de l’entreprise, on cro...
43
AU CŒUR DE L’INNOVATION
L’avis des internautes dans les
points de vente
Dans un monde de plus en plus virtuel, Walter
U...
4444
E
n 1934, Le Bronze Industriel a été la première so-
ciété en France à mettre au point et à produire
des alliages de ...
45
AU CŒUR DE L’INNOVATION
Des alliages pour le réacteur
ITER
Fournisseur d’alliages pour l’industrie nucléaire,
Le Bronze...
WANTED
#INNOVATEURS
Partagez votre innovation ou saluez celles des autres sur Twitter via #innovateurs
Lançons le mouvemen...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Les #innovateurs : Walter Ubaldi (Ubaldi) et Michel Dumont (Lebronze alloys)

870 vues

Publié le

Qu’ils soient créateurs ou repreneurs, les Innovateurs qui figurent dans cet ouvrage ont été choisis spécifiquement par leur CCI parce qu’ils symbolisent cet esprit d’ouverture, propice aux découvertes et aux grandes avancées.

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
870
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
22
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les #innovateurs : Walter Ubaldi (Ubaldi) et Michel Dumont (Lebronze alloys)

  1. 1. Lesinnovateurs
  2. 2. 4242 D u smartphone à la serre de jardin, il y a tout chez Ubaldi. Au vu du site de vente en ligne de l’entreprise, on croit avoir affaire à une enseigne pure player. Erreur : Ubaldi est le nom d’un homme de 48 ans, qui a commencé à 20 ans dans une boutique ouverte avec l’aide de son frère et possède toujours plusieurs magasins sur la Côte d’Azur. « J’ai arrêté mes études en seconde, raconte Wal- ter Ubaldi. Mon frère, qui avait un garage, m’a tout de suite embauché à la vente de véhicules. Mais j’étais passionné par l’électronique. En 1986, j’ai donc créé à Nice ce premier petit magasin de pro- duits grand public : téléviseurs, magnétoscopes, chaînes hi-fi... Puis le marché a changé avec l’ar- rivée des grandes surfaces sur ces produits. J’ai commencé à démarcher les comités d’entreprise en m’engageant à être le moins cher. Nous fai- sions les relevés de prix de nos concurrents à la main ! Sur les dix ans passés dans le premier ma- gasin, je ne me suis pas payé pendant les sept premières années… » Le principe des petites marges sur de gros volumes n’est pas la règle à l’époque. Difficile de convaincre un banquier que c’est l’avenir ! Mais le don de Walter Ubaldi pour les relations humaines lui permet de rencontrer des fournisseurs préve- nants qui lui prêtent main forte pour construire son modèle. « Mon métier, encore aujourd’hui, s’amuse le patron, est de trouver toutes les pistes possibles. Quand vous n’êtes pas formaté pour Ubaldi, champion de la veille concurrentielle PROVENCE - ALPES - CÔTE D’AZUR
  3. 3. 43 AU CŒUR DE L’INNOVATION L’avis des internautes dans les points de vente Dans un monde de plus en plus virtuel, Walter Ubaldi veille à rester proche des préoccupa- tions de sa clientèle. Ainsi, il a mis très tôt en place le suivi de commande sur le site Internet. Et, depuis un an, il garantit huit jours le prix le plus bas. En effet, si, dans la minute ou dans les huit jours suivant un achat, le prix baisse, l’acheteur reçoit un bon d’achat de la différence. « Et nos clients se chargent du bouche-à-oreille de ce geste commercial, se félicite Walter Ubaldi. Nous sommes en train de travailler sur un autre projet. Lorsque vous achetez sur Internet, vous allez voir les avis. Nous mettons actuellement en place un affichage digital dans nos points de vente qui permettra aux clients d’avoir les avis des internautes sur les produits, en direct dans le magasin. » 43 faire comme tout le monde, vous vous dites que rien n’est impossible. Une dizaine d’années plus tard, nous avons em- ménagé avenue de la Californie pour un magasin que nous avons toujours, avec une très belle visibilité, tout en conser- vant le principe du prix le plus bas tant pour le grand public que pour les CE. Le site de vente en ligne a suivi en 2004. » Pionnier de l’affichage instantané Il était temps car les pure players s’installaient déjà sur In- ternet. « Nous avons profité de notre avance en matière de veille concurrentielle, se souvient Walter Ubaldi. Nous avons embauché deux informaticiens et mis en place des robots qui scrutent en permanence les sites Internet des autres. Là, les choses ont commencé à changer. » L’arrivée des grandes surfaces spécialisées ne bouleverse pas son édifice. « Personne ne savait comment maîtriser les rentabilités avec un site Internet et une chaîne de magasins au plan national, alors que nous, nous faisions du cross-ca- nal depuis 2004, constate le chef d’entreprise. Cela nous a même conduits à synchroniser à tout instant l’affichage des prix sur le site Internet et en magasin, en fonction de ce que nous pouvons consentir comme baisse. Depuis six ans, quand un tarif change sur notre site, il se met à jour sur l’ensemble de nos 14 points de vente. » Aujourd’hui 25 personnes œuvrent au service informatique et innovent sans cesse. « Chez nous, martèle le chef d’en- treprise, tout le monde garde à l’esprit que la priorité est d’amener des idées novatrices sur les méthodes de vente ou des solutions pour la logistique. Une commande validée avant 16 heures aujourd’hui est livrée demain, partout en France et dans 95 % des cas. Cela peut paraître banal, mais nous travaillons comme ça depuis plus de dix ans avec un dépôt automatisé dans ce but. » Le challenge reste pourtant de résister face à la concur- rence. « Il y a des familles de produits sur lesquelles il est très difficile de se battre avec les pure players, reconnaît Walter Ubaldi. Mais, quand des marques sortent de nou- veaux produits techniques, il faut des démonstrateurs et des installateurs. Il y a là un vrai métier traditionnel qu’on peut continuer à faire à travers une moyenne distribution. Nous héritons d’une certaine manière des métiers les plus compliqués, dans lesquels nous avons toute notre place.» Activité : Commerce d’appareils électroménagers Effectifs 2014 : 400salariés C.A. 2013 : 200millions d’euros www.ubaldi.com Centrale d’achat Ubaldi (SAS) 1ère avenue, 11e rue, 06516 Carros Walter Ubaldi Il a choisi la synergie des magasins physiques sur une région avec un site de vente en ligne sur tout le pays.
  4. 4. 4444 E n 1934, Le Bronze Industriel a été la première so- ciété en France à mettre au point et à produire des alliages de cuivre à durcissement structural. Pendant plusieurs décennies, ses principaux clients étaient la Marine Nationale, l’aviation et l’armement. L’entreprise qui vient de fêter ses 80 ans, dont 50 ans à Suippes, a retrouvé le chemin de la croissance après une période difficile dans les années 2000. L’artisan de cette renaissance est un entrepreneur belge de 53 ans, Michel Dumont, consultant pendant 25 ans dans de grands cabinets de conseil en stratégie, avec une prédi- lection pour le redressement des entreprises en difficul- té. En 2000, il avait d’ailleurs créé sa propre structure, baptisée « 6 - 24 Consulting » : « 6 semaines pour re- donner du cash à l’entreprise et 24 mois pour amélio- rer les résultats ». En 2005, le fonds d’investissement qui possède Le Bronze Industriel fait appel à lui. Dix- huit mois plus tard, en pleine crise économique, Michel Dumont rachète l’entreprise avec le top management et des investisseurs. Il en devient président en 2007. « Aujourd’hui, en France, en Europe, observe François Primaux, directeur technique & développement chez Le Bronze Industriel, de nombreuses entreprises sont en mauvaise santé financière, faute de vision stratégique. Avec Michel Dumont à sa tête, Le Bronze a racheté en 3 ans une dizaine d’entreprises dans le secteur de la métallurgie, en France, en Allemagne, en Pologne et en Chine. Nous sommes passés du stade de la PME de 330 salariés à celui d’un groupe de 1100 personnes qui a pris le nom de Lebronze alloys. » Cette croissance ex- terne s’est accompagnée d’un élargissement des ac- tivités et d’un mouvement vers les produits finis, da- vantage porteurs de plus value. « Nous avons créé une Le Bronze Industriel : stratégie + innovation = croissance CHAMPAGNE - ARDENNE
  5. 5. 45 AU CŒUR DE L’INNOVATION Des alliages pour le réacteur ITER Fournisseur d’alliages pour l’industrie nucléaire, Le Bronze Industriel a été sollicité par les équipes du réacteur de fusion ITER, en cours de construc- tion à Cadarache. Objectif : mettre au point des matériaux capables de résister à des tempé- ratures de plusieurs millions de degrés ! Pour mémoire, ITER vise à démontrer la faisabilité scientifique et technologique de l’énergie de fusion, à l’origine de l’énergie du Soleil et des étoiles. « Les contraintes techniques sont phéno- ménales et rendent très complexe la fabrication de tels matériaux, explique François Primaux. C’est le Commissariat à l’Énergie Atomique qui a piloté les recherches et nous avons abouti en- semble. Nous livrons actuellement les premiers matériaux qui vont être testés sur des ma- quettes. » Un projet de longue haleine pour Le Bronze Industriel qui consacre pas moins de 5 M€ par an à la recherche et à l’innovation. 45 Michel Dumont P-DG de Lebronze alloys, ou comment passer du conseil à la création d’un groupe de 1000 salariés. filière dans laquelle chaque entité est cliente du groupe, et réciproquement, commente François Pri- maux. Cela va de l’achat des métaux aux produits finis, en passant par la conception d’alliages et la fabrication de demi-produits pour couvrir la totalité des besoins de nos clients stratégiques dans nos secteurs d’activité : énergie, aéronautique, auto- mobile, ferroviaire, métallurgie, fluides, chimie, pé- trole et gaz, médical, luxe, construction et travaux publics… » Une R&D organisée en réseau L’innovation est logiquement au cœur du dispo- sitif, s’agissant de trouver de nouvelles solutions, de nouveaux alliages et de leur adjoindre des propriétés spécifiques. « Pour l’ensemble de nos projets, précise le directeur technique & déve- loppement, nous travaillons avec une vingtaine d’universités et des laboratoires de pointe : le CEA, l’Université de pharmacie à Toulouse, l’URCA de Reims, les Universités de Lille, de Bretagne Sud, de Belfort-Montbéliard, de Troyes, le labo de l’école des Mines, les Arts et Métiers de Metz, l’EPFL à Lausanne... Nous n’avons pas de gros laboratoire interne, mais une petite cellule R&D qui anime ce réseau de chercheurs, de doctorants, d’ingénieurs. Nous nous appuyons également sur la Région, la CCI, Oséo, Bpifrance qui répondent toujours présents pour soutenir les projets innovants. Une deuxième équipe regarde ensuite comment passer des résultats de laboratoire à un processus indus- triel. » Ainsi dans le secteur médical, Le Bronze In- dustriel développe des alliages cuivreux antimicro- biens. Les tests menés en laboratoire et dans des établissements de soins de la région depuis 2013 sont tous positifs. Michel Dumont a déjà fait fabri- quer plusieurs milliers de poignées de porte, de rampes de maintien, et convaincu des entreprises d’équipement du bâtiment de se joindre à un clus- ter régional pour l’utilisation et la valorisation de ces matériaux très prometteurs dans la lutte contre les infections nosocomiales. Activité : conception, production, transformation, usinage d’alliages cuivreux pour l’aéronautique, la construction navale, l’automobile, le ferroviaire, l’énergie, la métallurgie, la santé… Effectifs : 1150personnes Chiffre d’affaires : 250millions d’euros Certifications : ISO9001 : 2008 (AFAQ) AS9100B, EN9100:2009, JISQ9100 : 2009 (AFAQ) www.lebronzeindustriel.com Le Bronze Industriel Z.I voie de Châlons RD 977 51600 Suippes
  6. 6. WANTED #INNOVATEURS Partagez votre innovation ou saluez celles des autres sur Twitter via #innovateurs Lançons le mouvement. Forte récompense envisagée. ENTREPRENEUR(E)S QUI CASSENT LES CODES 2,5 MILLIONS D’ENTREPRENEURS EN FRANCE

×