2 
de vos conseillers CERFRANCE 
BÂTIMENT 
& TRAVAUX PUBLICS 
MENUISERIE 
ÉLECTRICITÉ 
PEINTURE 
PLOMBERIE CHAUFFAGE 
MAÇO...
BÂTIMENT 
TRAVAUX PUBLICS
4 
MENUISERIE 
RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 227 entreprises 
MASSE SALARIALE / CHIFFRE D’AFFA...
5 
ÉLECTRICITÉ 
RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 157 entreprises 
MASSE SALARIALE / CHIFFRE D’AFF...
PEINTURE 
RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 127 entreprises 
NORMANDIE ET PAYS DE LA LOIRE 
2012 2...
7 
PLOMBERIE CHAUFFAGE 
RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 122 entreprises 
NORMANDIE ET PAYS DE LA...
8 
MAÇONNERIE 
RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 154 entreprises 
NORMANDIE ET PAYS DE LA LOIRE 
2...
9 
COUVERTURE 
RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 89 entreprises 
NORMANDIE ET PAYS DE LA LOIRE 
20...
10 
TERRASSEMENT / TP 
RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 138 entreprises 
NORMANDIE ET PAYS DE LA ...
11 
BAROMÈTRE 
« ENTREPRISE DIRECT » 
Afin d’être au plus près de vos enjeux, nous complétons la lecture de ces données ch...
12 
BAROMÈTRE 
« ENTREPRISE DIRECT » 
Trésorerie 
Taux de transformation 
des devis 
Carnet de commandes (%) 
+4pt 
F 
Qua...
MÉTIERS 
DE BOUCHE
14 
BOULANGERIE PÂTISSERIE 
RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 74 entreprises 
NORMANDIE ET PAYS DE...
15 
BOUCHERIE CHARCUTERIE 
RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 51 entreprises 
TAUX DE MARGE Échanti...
16 
RESTAURATION 
RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 176 entreprises 
TAUX DE MARGE Échantillon non...
MÉTIERS 
DU VÉGÉTAL
18 
FLEURISTE /JARDINERIE
19 
FLEURISTE / JARDINERIE 
RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 104 entreprises 
NORMANDIE ET PAYS D...
20 
PAYSAGISTE
21 
PAYSAGISTE 
RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 285 entreprises 
NORMANDIE ET PAYS DE LA LOIRE 
...
22 
TAXI
23 
TAXI 
RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 32 entreprises 
NORMANDIE ET PAYS DE LA LOIRE 
2012 20...
24 
TRANSPORT ROUTIER
25 
TRANSPORT ROUTIER 
RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 36 entreprises 
NORMANDIE ET PAYS DE LA L...
26 
GARAGE
27 
GARAGE 
RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 105 entreprises 
MASSE SALARIALE / CHIFFRE D’AFFAIRE...
28 
SALON DE COIFFURE
29 
RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 229 entreprises 
NORMANDIE ET PAYS DE LA LOIRE 
2012 2013 
C...
30 
ALIMENTATION 
GÉNÉRALE
31 
ALIMENTATION GÉNÉRALE 
RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 51 entreprises 
NORMANDIE ET PAYS DE ...
32 
ENTREPRENEURS 
DE TRAVAUX AGRICOLES
33 
RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 394 entreprises 
NORMANDIE ET PAYS DE LA LOIRE 
2012 2013 
C...
34 
GÎTES 
CHAMBRES D’HÔTE
35 
RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 42 entreprises 
27,6 % 
29,8 % 
PERSPECTIVES 
Les événements...
CERFRANCE 
1er réseau associatif 
de conseil et d’expertise comptable 
36 
Chiffres clés 
320 000 clients 
700 agences de ...
2014-10 Analyse & Perspectives artisanales et commerçantes - CERFRANCE Normandie
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

2014-10 Analyse & Perspectives artisanales et commerçantes - CERFRANCE Normandie

815 vues

Publié le

CERFRANCE Normandie vous présente son analyse de l'économie artisanale et commerçante sur la région de Normandie et des Pays de la Loire, avec "Analyse et Perspectives 2014" !

Pour tout savoir sur les références économiques de votre activité !

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
815
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
15
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

2014-10 Analyse & Perspectives artisanales et commerçantes - CERFRANCE Normandie

  1. 1. 2 de vos conseillers CERFRANCE BÂTIMENT & TRAVAUX PUBLICS MENUISERIE ÉLECTRICITÉ PEINTURE PLOMBERIE CHAUFFAGE MAÇONNERIE COUVERTURE TERRASSEMENT / TP MÉTIERS DE BOUCHE BOULANGERIE PÂTISSERIE BOUCHERIE CHARCUTERIE RESTAURATION MÉTIERS DU VÉGÉTAL FLEURISTE / JARDINERIE PAYSAGISTE TAXI TRANSPORT ROUTIER GARAGE SALON DE COIFFURE ALIMENTATION GÉNÉRALE ENTREPRENEURS DE TRAVAUX AGRICOLES GÎTES CHAMBRES D’HÔTE 3 13 17 22 24 26 28 30 32 34 L’avis S’adapter pour grandir ! Dans une économie mondiale ralentie en 2013, et contrairement au reste de la zone euro, l’économie française n’accélère pas : le PIB ne progresse que de 0,3 %, comme en 2012. Néanmoins, sur notre périmètre Normandie & Pays de la Loire, 13 métiers, sur les 18 analysés au total, ont vu leur niveau d’activité progresser, signe de la dynamique de nos régions. Après une année 2013 jugée plutôt difficile pour la filière bâtiment, l’enjeu RGE semble, dans le domaine de la rénovation énergétique en particulier, constituer pour chaque professionnel du secteur l’occasion de se différencier de ses concurrents. Il représente une opportunité de développement, voire un relais de croissance, à condition de jouer la carte de l’adaptation aux nouvelles normes et de la professionnalisation, via notamment la formation des actifs. En ce qui concerne les activités de services de type paysagistes, garage, coiffure…, le développement économique semble s’associer de manière durable au renforcement de la relation-client. Il passe par l’identification des besoins et un positionnement au plus près des attentes de la clientèle. Enfin, les métiers de bouche, soumis à une volatilité croissante du consommateur, doivent miser sur l’image et la qualité du produit vendu. Activités liées par définition à l’économie résidentielle, ils peuvent aussi parier sur la croissance des flux touristiques et ainsi bénéficier des retombées d’événements historiques, culturels ou sportifs fédérateurs, à forte audience, dépassant les limites administratives des régions normande et ligérienne. L’Atelier des Études Économiques CERFRANCE Normandie Pays de la Loire
  2. 2. BÂTIMENT TRAVAUX PUBLICS
  3. 3. 4 MENUISERIE RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 227 entreprises MASSE SALARIALE / CHIFFRE D’AFFAIRES Échantillon non constant 40 % 30 % 20 % 10 % 0 18,9 % 18,5 % 21,7 % 22,4 % 2010 2011 2012 2013 LE CHIFFRE CLÉ du CA se réalise dans le secteur du logement et essentiellement en habitat individuel. 70% NORMANDIE ET PAYS DE LA LOIRE 2012 2013 CA 215 819 € 212 282 € Nombre UMO 2,47 2,45 CA / UMO 87 277 € 86 780 € Marge globale / UMO 48 883 € 49 644 € EBE 28 011 € 25 881 € Résultat courant 21 889 € 20 235 € Taux de marge globale 56% 57% CA = Chiffre d’affaires. UMO = Unité de main-d’oeuvre en équivalent temps plein. EBE = Excédent Brut d’Exploitation. ANALYSE La profession a réussi à maintenir le volume d’activité en 2013 (-1,6% du CA), et ce malgré un contexte très difficile, particulièrement lié à la baisse des mises en chantier en neuf (-6% en 2013). Les chantiers de rénovation et d’aménagement intérieur ont joué le rôle d’amortisseur. Dans un contexte économique tendu, les prix ont une tendance stable, voire légèrement baissière. Même si nous observons une progression du taux de marge de 1 point, le coût de la main-d’oeuvre est toujours en augmentation par rapport au chiffre d’affaires produit, contractant d’autant les résultats annuels. PERSPECTIVES À partir de 2014, les professionnels possédant les qualifications RGE* pourront répondre aux règles de l'éco-conditionnalité. C'est le retour aux effets d'aubaine pour les particuliers pour rénover leurs logements à coûts minorés. C'est une opportunité pour les professionnels menuisiers : les rénovations entrant dans le champ de la rénovation énergétique pouvant se réaliser sans s'accompagner d'un bouquet de travaux. * Reconnu Garant de l’Environnement.
  4. 4. 5 ÉLECTRICITÉ RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 157 entreprises MASSE SALARIALE / CHIFFRE D’AFFAIRES Échantillon non constant 40 % 30 % 20 % 10 % 0 12,9 % 13,4 % 2010 2011 2012 2013 LE CHIFFRE CLÉ 19,1 % 20,2 % En 2013, la part de la masse 20,2% salariale progresse encore. NORMANDIE ET PAYS DE LA LOIRE 2012 2013 CA 176 123 € 190 645 € Nombre UMO 1,96 2,06 CA / UMO 90 055 € 92 704 € Marge globale / UMO 49 606 € 51 604 € EBE 22 819 € 22 974 € Résultat courant 18 216 € 18 311 € Taux de marge globale 55% 56% CA = Chiffre d’affaires. UMO = Unité de main-d’oeuvre en équivalent temps plein. EBE = Excédent Brut d’Exploitation. ANALYSE Malgré une conjoncture globalement morose en 2013, on observe une amélioration de l’activité et de la marge pour ce secteur du bâtiment. On constate une légère augmentation des effectifs et de la productivité par unité de main-d’oeuvre. Néanmoins, la stagnation du résultat montre que les charges ont tendance à augmenter. PERSPECTIVES Les perspectives restent incer-taines. Les travaux de rénovation énergétique pourraient contribuer à limiter les impacts d’une conjonc-ture difficile. La formation au label RGE pour répondre à ce marché est l’enjeu majeur des mois à venir. À cela s’ajoute le marché de la domotique qui devrait prendre un essor important dans les années à venir. Piloter à distance pour faire des économies, pour améliorer la sécurité ou pour répondre à la demande d’une population vieillissante est une opportunité à exploiter pour les électriciens.
  5. 5. PEINTURE RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 127 entreprises NORMANDIE ET PAYS DE LA LOIRE 2012 2013 CA 129 078 € 128 397 € Nombre UMO 2,06 2,07 CA / UMO 62 541 € 62 046 € Marge globale / UMO 45 812 € 46 219 € EBE 23 687 € 21 154 € Résultat courant 18 912 € 17 258 € Taux de marge globale 73% 74% CA = Chiffre d’affaires. UMO = Unité de main-d’oeuvre en équivalent temps plein. EBE = Excédent Brut d’Exploitation. MASSE SALARIALE / CHIFFRE D’AFFAIRES Échantillon non constant 40 % 30 % 20 % 10 % 20,5 % 20,6 % LE CHIFFRE CLÉ 74% C’est le taux de marge globale. Il est en augmentation d’1 point par rapport à 2012. 0 25,7 % 26,7 % 2010 2011 2012 2013 6 ANALYSE On observe une certaine stabilité des résultats par rapport à 2012, que ce soit en termes de chiffre d’affaires (-1 %) ou de marge (+1 point). La masse salariale, qui avait fortement augmenté entre 2011 et 2012 en proportion au chiffre d’affaires, s’est également stabilisée. Néanmoins, on constate que le résultat courant diminue de 9 %, signe d’une progression des charges externes. PERSPECTIVES Le peintre est au coeur des métiers de la décoration et devra intervenir dans d’autres secteurs. Le client lui impose en effet de décloisonner ses activités ; autant d’opportunités à saisir, qui pourront constituer des relais de croissance pour faire face au tassement de son activité traditionnelle.
  6. 6. 7 PLOMBERIE CHAUFFAGE RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 122 entreprises NORMANDIE ET PAYS DE LA LOIRE 2012 2013 CA 189 026 € 196 987 € Nombre UMO 2,05 2,17 CA / UMO 92 215 € 90 963 € Marge globale / UMO 52 393 € 51 766 € EBE 26 723 € 26 891 € Résultat courant 22 294 € 22 302 € Taux de marge globale 57% 57% CA = Chiffre d’affaires. UMO = Unité de main-d’oeuvre en équivalent temps plein. EBE = Excédent Brut d’Exploitation. MASSE SALARIALE / CHIFFRE D’AFFAIRES Échantillon non constant 40 % 30 % 20 % 10 % 0 14,2 % 2010 2011 2012 2013 LE CHIFFRE CLÉ Augmentation du chiffre d’affaires de la profession entre 2012 et 2013 pour les régions Normandie et Pays de la Loire. 4% 20,1 % 15,7 % 19,3 % ANALYSE Nous assistons dans ce secteur d’activité à une augmentation du chiffre d’affaires entre 2012 et 2013 ainsi qu’à une augmentation légère de la masse salariale. Pour autant ces chiffres sont à relativiser car le chiffre d’affaires réalisé par salarié et par an est en baisse. Cela se traduit par un revenu disponible (EBE : excédent brut d’exploitation) équivalent à l’année 2012. Le métier de plombier-chauffagiste reste un métier d’avenir en étant n° 2 en résultat des métiers du bâtiment. PERSPECTIVES Le métier, l’évolution du marché, et la réglementation technique nécessitent des compétences de plus en plus accrues. Il s’agit pour les professionnels de se différencier de la concurrence de plus en plus nombreuse. Pour y parvenir, les professionnels devront se positionner sur le marché de la performance énergétique en obtenant une qualification RGE afin d’apporter aux consommateurs des conseils personnalisés et adaptés aux besoins de la clientèle.
  7. 7. 8 MAÇONNERIE RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 154 entreprises NORMANDIE ET PAYS DE LA LOIRE 2012 2013 CA 207 139 € 205 012 € Nombre UMO 2,79 2,82 CA / UMO 74 198 € 72 748 € Marge globale / UMO 47 382 € 46 101 € EBE 26 155 € 20 196 € Résultat courant 18 463 € 12 675 € Taux de marge globale 64% 63% CA = Chiffre d’affaires. UMO = Unité de main-d’oeuvre en équivalent temps plein. EBE = Excédent Brut d’Exploitation. MASSE SALARIALE / CHIFFRE D’AFFAIRES Échantillon non constant 40 % 30 % 20 % 10 % 23,1 % 24,4 % LE CHIFFRE CLÉ -20% du nombre de permis de construire octroyés sur 12 mois (entre mai 2013 et avril 2014). 0 27,6 % 29,8 % 2010 2011 2012 2013 ANALYSE Nous constatons une dégradation continue de l’activité depuis 2 ans qui se ralentit depuis le dernier trimestre 2013, sans laisser présager de réelle reprise. Les baisses sont plus marquées dans le secteur du neuf que dans celui de la rénovation. Par ailleurs les professionnels doivent faire face à la concurrence grandissante de leurs voisins européens, que la crise domestique amène chez nous. PERSPECTIVES Sur le 1er trimestre 2014, les chantiers neufs restent en repli. La situation ne devrait pas s’améliorer, les demandes de permis de construire étant en net recul. Des mesures gouvernementales devraient permettre de relancer la construction (fiscalité, simplification des normes), alléger les contraintes (report du compte pénibilité, encadrement du travail détaché) et supporter le marché de la rénovation (éco-conditionnalité).
  8. 8. 9 COUVERTURE RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 89 entreprises NORMANDIE ET PAYS DE LA LOIRE 2012 2013 CA 238 510 € 241 956 € Nombre UMO 3,20 3,26 CA / UMO 74 495 € 74 174 € Marge / UMO 46 420 € 45 449 € EBE 31 882 € 30 881 € Résultat courant 24 945 € 23 923 € Taux de marge globale 62% 61% CA = Chiffre d’affaires. UMO = Unité de main-d’oeuvre en équivalent temps plein. EBE = Excédent Brut d’Exploitation. MASSE SALARIALE / CHIFFRE D’AFFAIRES Échantillon non constant 40 % 30 % 20 % 10 % 0 22,5 % 2010 2011 2012 2013 LE CHIFFRE CLÉ La part de la masse salariale par rapport au CA qui stagne à l’un des niveaux les plus élevés sur 4 ans. 25,9% 25,9 % 22,1 % 26,2 % PERSPECTIVES L’activité de couvreur continue d’être attractive en raison de sa forte technicité qui oblige les particuliers à faire appel à un professionnel. La baisse des mises en chantier et l’inflation des matières premières pèsent toutefois sur la demande et la rentabilité. Pour tirer leur épingle du jeu, les couvreurs devront prendre le virage des nouvelles normes thermiques avec le label RGE qui leur permettra d’accroître leur marge et de se différencier. ANALYSE Nous observons que l’activité continue de croître mais au détriment de la marge qui s’effrite, et laisse place à une légère baisse de la rentabilité de l’ordre de 0,5 %. La hausse des coûts directs conjuguée à une forte mise en concurrence des clients alimente cette tendance. Le métier de couvreur est le métier qui, sur 2013, a réussi à dégager le meilleur résultat.
  9. 9. 10 TERRASSEMENT / TP RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 138 entreprises NORMANDIE ET PAYS DE LA LOIRE 2012 2013 CA 278 724 € 285 416 € Nombre UMO 2,55 2,64 CA / UMO 109 279 € 107 976 € Marge globale / UMO 76 586 € 75 883 € EBE 40 852 € 38 979 € Résultat courant 15 043 € 10 661 € Taux de marge globale 70% 70% CA = Chiffre d’affaires. UMO = Unité de main-d’oeuvre en équivalent temps plein. EBE = Excédent Brut d’Exploitation. MASSE SALARIALE / CHIFFRE D’AFFAIRES Échantillon non constant 40 % 30 % 20 % 10 % 0 17,7 % 17,1 % 19,3 % 20,7 % 2010 2011 2012 2013 ANALYSE L'année 2013 montre une nouvelle progression, légère, du CA. Il est important de noter la stabilité du taux de marge amputée par une progression des charges de personnel plus importante que celle du CA. En raison d’une tendance baissière des prix, cela se traduit par une baisse de productivité représentant -1 300 € de CA par personne. la masse salariale pèse pour 20,7 % du CA contre 19,3% en 2012. L'augmentation des charges de personnel a eu un impact direct sur la baisse du résultat courant 2013 qui ne représente plus que 3,7% du CA contre 5,4% en 2012. LE CHIFFRE CLÉ 70% du CA des entreprises de travaux publics dépendent des dotations de l’État et des collectivités. PERSPECTIVES L'activité des entreprises de Travaux Publics enregistre un léger repli. Le secteur souffre aujourd'hui de l'absence de grands chantiers, et aussi de la réduction des dotations de l'État et des collectivités locales. Les entrepreneurs jugent leurs carnets de commandes inférieurs à la normale sur le premier trimestre 2014. Dans ce contexte qui induit un manque de visibilité pour le secteur, les perspectives en matière d'activité et d'emploi restent défavorables.
  10. 10. 11 BAROMÈTRE « ENTREPRISE DIRECT » Afin d’être au plus près de vos enjeux, nous complétons la lecture de ces données chiffrées par un nouvel indicateur « Entreprise direct ». Ce baromètre est réalisé à partir des prévisions d’activité des adhérents CERFRANCE Pays de la Loire pour les 6 premiers mois de l’année 2014. Il permet donc de disposer de tendances de marché et d’avoir une vision de la conjoncture à court terme sur le secteur bâtiment et travaux publics. Perspectives sur les 6 mois à venir Très confiant 4% (+0 pt)* 56% (+4 pt) 36% (-4 pt) * Écart correspondant au baromètre Entreprise Direct du mois de janvier 2014. Chiffre d'affaires Prévision d'investissement 10% 15% 75% Effectif salariés Confiant Inquiet Très inquiet 4% (0 pt) Ne sait pas (-4 pt) Oui (+5 pt) Non (-1 pt) 79% (-1 pt) 5% (-5 pt) 16% (+6 pt) 25% (+6 pt) 51% (-7 pt) 24% (+1 pt) La vision à moyen terme des entrepreneurs du bâtiment sur leur activité est en légère amélioration par rapport à fin 2013. Mis à part l'effectif, tous les indicateurs progressent. Est-ce un constat conjoncturel ou un début d'embellie plus durable ? Notre prochain baromètre, fin 2014, confirmera ou non cette tendance.
  11. 11. 12 BAROMÈTRE « ENTREPRISE DIRECT » Trésorerie Taux de transformation des devis Carnet de commandes (%) +4pt F Qualification RGE au 1er juillet 2014 : Avez-vous engagé une démarche ? 47% (-9 pt) 14% (+6 pt) 39% (+4 pt) En augmentation Stable En diminution 56% 19% 25% F-5 pt En augmentation Stable En diminution - de 25% 22% de 25 à 49% de 50 à 75% 31% 34% + de 75% 13% Oui, j’ai obtenu la certification 30% Oui, la démarche est en cours 20% Non, mais la démarche est prévue 20% Je ne l’ai pas envisagée 30% 7 entreprises sur 10 sont dans une démarche de qualification RGE réalisée, en cours ou à venir. Les entrepreneurs du bâtiment ont donc bien vu l'intérêt de s'inscrire dans ce processus.
  12. 12. MÉTIERS DE BOUCHE
  13. 13. 14 BOULANGERIE PÂTISSERIE RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 74 entreprises NORMANDIE ET PAYS DE LOIRE 2012 2013 CA 233 349 € 240 254 € Nombre UMO 4,82 4,74 CA / UMO 48 418 € 50 717 € Marge globale / UMO 32 997 € 34 558 € EBE 34 518 € 34 116 € Résultat courant 21 763 € 22 261 € Taux de marge globale 68% 68% CA = Chiffre d’affaires. UMO = Unité de main-d’oeuvre en équivalent temps plein. EBE = Excédent Brut d’Exploitation. MASSE SALARIALE / CHIFFRE D’AFFAIRES Échantillon non constant 27,6 % 27,4 % 2010 2011 2012 2013 PERSPECTIVES La dynamique commer-ciale doit s’intensifier afin de conserver un consomma-teur qui devient de plus en plus volatil. Aussi, travailler la relation client à l’aide d’un fichier contact et de mailing par exemple, doit permettre d’aller chercher le client lors des périodes d’événements. La mise en conformité « accessibilité handicapé » a été reprogrammée mais demeure un enjeu de court terme. Les points de vente devront s’adapter. 60 % 50 % 40 % 30 % 20 % 10 % 0 ANALYSE Le niveau d’activité est relativement stable avec toutefois une légère hausse du chiffre d’affaires entre 2012 et 2013. Le taux de marge est, quant à lui, constant à 68% mais se situe légèrement en deçà de la moyenne nationale. L’excédent brut dégagé par les exploitations est également stable malgré un chiffre d’affaires en augmentation. Le gain réalisé en chiffre d’affaires est donc compensé par une augmentation de la masse salariale. Ces indicateurs de rentabilité plutôt rassurants sont souvent nuancés par des niveaux de trésorerie faibles liés à des échéances d’emprunts importantes (remboursement du fonds, travaux d’aménagement etc.). 30,0 % 30,5 % LE CHIFFRE CLÉ 30,5% C’est la part du CA qui finance la masse salariale en 2013. Il y a 2 ans, ce même ratio était de 27,4%.
  14. 14. 15 BOUCHERIE CHARCUTERIE RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 51 entreprises TAUX DE MARGE Échantillon non constant 38,0 % 37,4 % 36,5 % 36,1 % 2010 2011 2012 2013 PERSPECTIVES Pour faire face à la baisse régulière de ses marges, le boucher-charcutier doit tendre vers une diversification de ses activités pouvant aller vers : • la fabrication de plats cuisinés : crudités maison, sauces pour accompagner la viande ou des plats prêts à réchauffer (boeuf bourguignon, navarin, sauté d’agneau…), • la livraison de plats préparés à domicile. D’une manière plus structurelle, il convient également : • de redorer l’image nutritionnelle des produits, • d’afficher des dénominations claires (à griller, à bouillir, pour tel plat…). 60 % 50 % 40 % 30 % 20 % 10 % 0 ANALYSE On observe un volume d’activité en hausse par rapport à 2012, avec un chiffre d’affaires qui augmente de + 2,3%. La rentabilité globale des entreprises est toutefois moins bonne qu’en 2012, avec un EBE en baisse de 6,5%, principalement à cause de la diminution de la marge par UMO. Cette activité dépend également de la part entre les deux activités, l’une étant plus rentable, mais plus consommatrice de main-d’oeuvre. LE CHIFFRE CLÉ C’est le taux de marge 2013 en érosion constante depuis 4 ans. 36,1% NORMANDIE ET PAYS DE LOIRE 2012 2013 CA 302 616 € 309 726 € Nombre UMO 2,45 2,57 CA / UMO 123 527 € 120 442 € Marge globale / UMO 45 076 € 43 469 € EBE 28 248 € 26 394 € Résultat courant 21 971 € 22 304 € Taux de marge globale 36,5% 36,1% CA = Chiffre d’affaires. UMO = Unité de main-d’oeuvre en équivalent temps plein. EBE = Excédent Brut d’Exploitation.
  15. 15. 16 RESTAURATION RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 176 entreprises TAUX DE MARGE Échantillon non constant 100 % 80 % 60 % 40 % 20 % 0 68,1 % 67,0 % 66,2 % 65,8 % 2010 2011 2012 2013 LE CHIFFRE CLÉ 70% NORMANDIE ET PAYS DE LOIRE 2012 2013 CA 183 134 € 184 737 € Nombre UMO 2,90 3,06 CA / UMO 63 128 € 60 369 € Marge globale / UMO 41 764 € 39 726 € EBE 21 715 € 21 623 € Résultat courant 14 061 € 14 579 € Taux de marge globale 66% 66% CA = Chiffre d’affaires. UMO = Unité de main-d’oeuvre en équivalent temps plein. EBE = Excédent Brut d’Exploitation. des repas pris hors domicile le sont à moins de 10 € TTC boisson comprise. PERSPECTIVES Le développement de la restauration de demain porte essentiellement sur la restauration rapide moderne comme le bio-food, le fast-good ou encore le fast-premium. La nouvelle tendance de restauration montante est le fast casual : une réponse idéale au double critère qualité / prix qui présente les avantages d'accessibilité et de rapidité du fast-food, tout en maintenant une qualité des produits et l'expérience de la restauration à table. Cette tendance touche davantage les 18-34 ans et les femmes. La restauration traditionnelle devra poursuivre son adaptation pour faire face aux évolutions de consommation, notamment la baisse continue du temps consacré au repas du « midi » et le souhait de manger sain. ANALYSE En 2013, nous constatons une stabilité de l'activité restauration avec un CA moyen stable et un taux de marge en légère baisse pour des charges de personnel en hausse sensible de 5 %. Le résultat courant reste identique avec moins de 8%, ce ratio restant néanmoins toujours faible. Le taux de marge diminue depuis 2010 avec une perte de 2,3 points sur 4 ans. De manière générale, la restauration traditionnelle est en déclin tandis que la restauration rapide moderne ou à thème garde un potentiel indéniable.
  16. 16. MÉTIERS DU VÉGÉTAL
  17. 17. 18 FLEURISTE /JARDINERIE
  18. 18. 19 FLEURISTE / JARDINERIE RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 104 entreprises NORMANDIE ET PAYS DE LA LOIRE 2012 2013 CA 198 477 € 189 346 € Nombre UMO 2,17 2,16 CA / UMO 91 669 € 87 594 € Marge globale / UMO 38 338 € 36 830 € EBE 16 942 € 14 532 € Résultat courant 12 568 € 10 456 € Taux de marge globale 42% 42% CA = Chiffre d’affaires. UMO = Unité de main-d’oeuvre en équivalent temps plein. EBE = Excédent Brut d’Exploitation. TAUX DE MARGE Échantillon non constant 60 % 50 % 40 % 30 % 20 % 10 % 0 46,2 % 45,2 % 41,8 % 42,0 % 2010 2011 2012 2013 PERSPECTIVES Le marché des fleurs coupées et de la composition s'essouffle. L'achat d'une composition florale pour un événement ou, par exemple pour un dîner, se raréfie. Le consommateur semble chercher des plantes moins éphémères et s'oriente plus vers la décoration ou la plante d'intérieur. Le métier se réinvente pour s'orienter davantage vers la « décoration verte ». ANALYSE L'activité accuse une légère baisse. Le chiffre d'affaires moyen se contracte d'environ 5%, et ce, à main-d’oeuvre quasi égale. Cette baisse d'activité a des conséquences directes sur la rentabilité des entreprises. L'EBE et le résultat moyen diminuent également dans des proportions légèrement supérieures. Toutefois, la baisse du taux de marge observée depuis 2010 s'est arrêtée. Celui-ci se stabilise à 42%. LE CHIFFRE CLÉ 87 600 € C’est le CA moyen par personne à temps plein. Il accuse une baisse de 5 %.
  19. 19. 20 PAYSAGISTE
  20. 20. 21 PAYSAGISTE RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 285 entreprises NORMANDIE ET PAYS DE LA LOIRE 2012 2013 CA 131 535 € 137 532 € Nombre UMO 2,31 2,34 CA / UMO 56 885 € 58 716 € Marge globale / UMO 43 093 € 45 386 € EBE 25 874 € 26 739 € Résultat courant 15 321 € 15 419 € Taux de marge globale 76% 77% CA = Chiffre d’affaires. UMO = Unité de main-d’oeuvre en équivalent temps plein. EBE = Excédent Brut d’Exploitation. MARGE GLOBALE PAR UMO Échantillon non constant 50 000 € 40 000 € 30 000 € 20 000 € 10 000 € 0 39 785 € 41 067 € 43 093 € 45 386 € 2010 2011 2012 2013 LE CHIFFRE CLÉ 45 386 € PERSPECTIVES L’adhésion des profession-nels du secteur aux coo-pératives ayant l’agrément service à la personne continue à se développer. Les contrats annuels d’en-tretien permettent d’assurer une partie importante du chiffre d’affaires. Les clients recherchent des conseils personnalisés, des idées. Le professionnel qui répondra à ces critères arrivera à se différencier de la concurrence accrue dans ce secteur d’activité. ANALYSE Après constat d’une baisse de chiffre d’affaires tant en création qu’en entretien sur les 4 dernières années, nous observons un renversement de tendance sur l’année 2013 avec une hausse du chiffre d’affaires, dans ce secteur d’activité. Nous observons également une amélioration de la productivité avec une hausse du chiffre d’affaires réalisé par salarié. Cette productivité s’explique principalement par l’utilisation de machines, tracteurs… de plus en plus performants. L’activité de création est celle qui est la plus consommatrice de temps et se doit d’être « bien » facturée pour être rentable. C’est la marge globale par unité de main-d’oeuvre en augmentation par rapport aux années précédentes.
  21. 21. 22 TAXI
  22. 22. 23 TAXI RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 32 entreprises NORMANDIE ET PAYS DE LA LOIRE 2012 2013 CA 91 299 € 87 799 € Nombre UMO 1,66 1,68 CA / UMO 55 010 € 52 398 € Marge globale / UMO 52 702 € 50 380 € EBE 30 437 € 28 877 € Résultat courant 22 336 € 20 635 € Taux de marge globale 96% 96% CA = Chiffre d’affaires. UMO = Unité de main-d’oeuvre en équivalent temps plein. EBE = Excédent Brut d’Exploitation. PART DES COÛTS DIRECTS* / CHIFFRE D’AFFAIRES Échantillon non constant 40 % 30 % 20 % 10 % 0 16,7 % 20,3 % 26,0 % 26,8 % 2010 2011 2012 2013 LE CHIFFRE CLÉ Les coûts directs ont progressé 10,1% de plus de 10 points entre 2010 et 2013. * Énergie, matières premières, masse salariale et sous-traitance. PERSPECTIVES La profession de taxi est depuis quelques années en pleine mutation. La loi de modernisation du tourisme de juillet 2009 a ouvert une brèche pour la concurrence qui se déploie peu à peu. Ce métier évolue vers une diversification de ses activités. L’utilisation des nouvelles technologies doit permettre de s’adapter aux évolutions de la demande de la clientèle. ANALYSE Le périmètre d’étude se caractérise par des petites structures composées de 1 à 2 véhicules. Les résultats sont en légère diminution par rapport à 2012, avec une dégradation de l’ensemble des critères. L’évolution régulière depuis 4 ans de la part des coûts directs dans le chiffre d’affaires, notamment la hausse du prix de l’énergie, associé à une érosion du chiffre d’affaires, explique cette dégradation.
  23. 23. 24 TRANSPORT ROUTIER
  24. 24. 25 TRANSPORT ROUTIER RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 36 entreprises NORMANDIE ET PAYS DE LA LOIRE 2012 2013 CA 258 199 € 285 624 € Nombre UMO 2,25 2,44 CA / UMO 114 930 € 116 899 € Marge globale / UMO 90 122 € 91 897 € EBE 34 979 € 37 173 € Résultat courant 16 802 € 18 488 € Taux de marge globale 78% 79% CA = Chiffre d’affaires. UMO = Unité de main-d’oeuvre en équivalent temps plein. EBE = Excédent Brut d’Exploitation. PART DES COÛTS DIRECTS* / CHIFFRE D’AFFAIRES Échantillon non constant 60 % 50 % 40 % 30 % 20 % 10 % 32,7 % LE CHIFFRE CLÉ 35,3 % C’est la part des coûts directs par rapport au chiffre d’affaires qui augmente depuis 4 ans. 43,1% * Énergie, matières premières, masse salariale et sous-traitance. 0 42,8 % 43,1 % 2010 2011 2012 2013 PERSPECTIVES Le secteur du transport routier connaît des heures difficiles dans un contexte de croissance atone et une offre supérieure à la demande ; cela limite les marges de manoeuvre. Malgré la baisse du prix du gazole en 2013, les coûts directs (masse salariale, mise aux normes…) ont continué de progresser, ce qui limite la rentabilité des entreprises du secteur. Dans un contexte incertain et de concurrence accrue, la croissance de la rentabilité restera limitée à court terme. ANALYSE On observe une augmentation du chiffre d’affaires de +11% alors que l’activité au niveau national s’est contractée. Néanmoins, le chiffre d’affaires par salarié évolue moins vite et la hausse des coûts directs a limité la rentabilité. Les transporteurs ont donc dû travailler plus pour maintenir leur niveau de revenus.
  25. 25. 26 GARAGE
  26. 26. 27 GARAGE RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 105 entreprises MASSE SALARIALE / CHIFFRE D’AFFAIRES Échantillon non constant 14,1 % 13,9 % 2010 2011 2012 2013 PERSPECTIVES La généralisation des systèmes électroniques complexifie la phase diagnostic et limite l’intervention du client. Par contre, c’est un challenge perpétuel pour le chef d’entreprise. La formation permanente est au coeur du métier. Le marché de l’entretien ou de la réparation reste porteur, le parc automobile ne décroît pas, bien au contraire. le facteur clé du métier reste les critères de satisfaction de la clientèle : délais et mobilité, recherche du faible coût de l’intervention, proximité, relation de services (accueil et conseils). 40 % 30 % 20 % 10 % 0 ANALYSE On observe des résultats constants entre 2012 et 2013, avec un nombre d’UMO en très légère augmentation. La valorisation des heures effectuées et la productivité sont des éléments clés du résultat. La vente de véhicules d’occasion permet aussi de doper l’EBE. Encore faut-il avoir de la trésorerie. Un des objectifs doit être la facturation et le paiement de la prestation quand le client récupère son véhicule. 17,4 % 17,3 % LE CHIFFRE CLÉ Stabilisation de la part de la masse 17,3% salariale dans le CA en 2013. NORMANDIE ET PAYS DE LA LOIRE 2012 2013 CA 314 827 € 316 115 € Nombre UMO 2,93 3,03 CA / UMO 107 417 € 104 318 € Marge globale / UMO 47 081 € 45 891 € EBE 20 520 € 20 235 € Résultat courant 9 988 € 10 147 € Taux de marge globale 44% 44% CA = Chiffre d’affaires. UMO = Unité de main-d’oeuvre en équivalent temps plein. EBE = Excédent Brut d’Exploitation.
  27. 27. 28 SALON DE COIFFURE
  28. 28. 29 RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 229 entreprises NORMANDIE ET PAYS DE LA LOIRE 2012 2013 CA 88 749 € 90 006 € Nombre UMO 2,62 2,63 CA / UMO 33 853 € 34 216 € Marge globale / UMO 30 126 € 30 415 € EBE 17 623 € 16 831 € Résultat courant 14 645 € 13 796 € Taux de marge globale 89% 89% CA = Chiffre d’affaires. UMO = Unité de main-d’oeuvre en équivalent temps plein. EBE = Excédent Brut d’Exploitation. MASSE SALARIALE / CHIFFRE D’AFFAIRES Échantillon non constant 19,3 % 20,7 % PERSPECTIVES Le secteur se structure avec la fusion des deux organisations patronales de la coiffure. La coiffure à domicile pèse désormais pour 20 % du secteur. Il y a nécessité de se démarquer via de nouveaux concepts : coiffure express, prestations complémen-taires… 40 % 30 % 20 % 10 % 0 17,7 % 17,1 % ANALYSE Nous constatons que la profession maintient des résultats malgré la conjoncture économique, la concurrence des grossistes aux particuliers sur la vente de produits et des autoentrepreneurs sur les prestations. Les salons de village semblent mieux tirer leur épingle du jeu, le marché des grandes villes tendant à la saturation. SALON DE COIFFURE LE CHIFFRE CLÉ Le nombre d’entreprises de coiffure à domicile a triplé en 12 ans. x3 2010 2011 2012 2013
  29. 29. 30 ALIMENTATION GÉNÉRALE
  30. 30. 31 ALIMENTATION GÉNÉRALE RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 51 entreprises NORMANDIE ET PAYS DE LA LOIRE 2012 2013 CA 199 451 € 222 017 € Nombre UMO 1,54 1,60 CA / UMO 129 115 € 139 113 € Marge globale / UMO 40 399 € 43 832 € EBE 17 610 € 22 000 € Résultat courant 12 916 € 17 258 € Taux de marge globale 31% 32% CA = Chiffre d’affaires. UMO = Unité de main-d’oeuvre en équivalent temps plein. EBE = Excédent Brut d’Exploitation. 14,2 % 15,7 % 2010 2011 2012 2013 PERSPECTIVES La tendance des consomma-teurs à opter pour des com-merces de proximité semble se maintenir. Ce phéno-mène pourrait se traduire à moyen terme par un retour à des paniers plus petits mais beaucoup plus fréquents. La consommation de saison s’accentue également en complément de ce phéno-mène. Les modes de travail notamment sur l’approvi-sionnement pourraient ainsi légèrement évoluer. Les grandes enseignes conti-nuent leur travail de proxi-mité avec le déploiement des marques proximités. TAUX DE MARGE Échantillon non constant 40 % 30 % 20 % 10 % 0 ANALYSE Le niveau d’activité augmente de 11% entre 2012 et 2013. L’augmentation du chiffre d’affaires avec une faible hausse des unités de main-d’oeuvre permet un impact direct sur la rentabilité avec un EBE et un résultat en hausse également. On note un taux de marge qui se stabilise aux alentours de 32% sur un échantillon constant. Toutefois, un élargissement permet de constater un taux de marge plus faible qui indique que les nouveaux entrants ou les sociétés plus en difficultés rognent sur la marge pour tenter de corriger une éventuelle baisse de leur activité. Il convient de rester vigilant sur le niveau des prix ainsi que sur la perte et les stocks, notamment périssables. LE CHIFFRE CLÉ C’est le chiffre d’affaires réalisé par équivalent temps plein. Il augmente en une année de 10k€. 139 113 € 19,3 % 20,1 %
  31. 31. 32 ENTREPRENEURS DE TRAVAUX AGRICOLES
  32. 32. 33 RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 394 entreprises NORMANDIE ET PAYS DE LA LOIRE 2012 2013 CA 207 484 € 225 648 € Nombre UMO 1,96 2,06 CA / UMO 105 811 € 109 641 € Marge globale / UMO 82 060 € 84 285 € EBE 70 711 € 72 391 € Résultat courant -3 643 € -12 065 € Taux de marge globale 78% 77% CA = Chiffre d’affaires. UMO = Unité de main-d’oeuvre en équivalent temps plein. EBE = Excédent Brut d’Exploitation. TAUX DE MARGE Échantillon non constant 61,4 % 62,3 % 62,3 % 61,3 % 2010 2011 2012 2013 PERSPECTIVES Les professionnels s'inquiètent du manque de reconnaissance du secteur de la prestation dans le projet de loi d'avenir agricole. Pourtant, celle-ci est in-dispensable à moyen terme pour mainte-nir leur activité. Dans le contexte actuel, le métier trop pénalisé par les conditions climatiques et le coût des investisse-ments sans garantie de travaux, n'attire ni la jeune génération, ni les financeurs ; nombre d'ETA disparaissent au départ en retraite du dirigeant. La profession souhaite des accords contractuels avec les industriels de l'agriculture en pre-nant en compte notamment les volumes, les plannings de récoltes, le cahier des charges qualité environnementale des travaux… Autant d’éléments indispen-sables pour pérenniser ce métier. 80 % 60 % 40 % 20 % 0 ANALYSE Le volume d'activité continue sa progression annuelle avec 9 % en 2013. Cela se traduit par une amélioration de la marge brute. La productivité est maintenue avec un coût de la masse salariale stable par rapport au CA réalisé. La difficulté structurelle de l'activité est plus que jamais au niveau du coût des investissements, de plus en plus onéreux pour rester compétitif, et pesant de plus en plus les résultats réalisés. ENTREPRENEURS DE TRAVAUX AGRICOLES LE CHIFFRE CLÉ C’est la moyenne d’âge des entrepreneurs de travaux agricoles en Pays de la Loire 50
  33. 33. 34 GÎTES CHAMBRES D’HÔTE
  34. 34. 35 RÉFÉRENCES ÉCONOMIQUES Taille de l’échantillon constant : 42 entreprises 27,6 % 29,8 % PERSPECTIVES Les événements 2014 en Nor-mandie et Pays de la Loire devraient avoir des effets très positifs sur l’activité touristique en général. La clientèle étant de plus en plus mobile, les effets devraient également se faire sentir sur les régions voisines. Par ailleurs, la demande pour des prestations de plus en plus complètes et pour un tourisme « d’expérience » est grandissante. Les gîtes et chambres d’hôtes devraient bénéficier de cette tendance. 40 % 30 % 20 % 10 % 23,1 % 24,4 % ANALYSE On observe des performances économiques du secteur sur l’année 2013 qui sont globalement moins bonnes qu’en 2012. Le chiffre d’affaires baisse légèrement (-3%) et ce malgré des unités de main-d’oeuvre en légère hausse. La rentabilité des structures est logiquement en baisse mais les principaux ratios restent sains. L’activité reste donc globalement assez performante sachant qu’elle est assez souvent une activité complémentaire. GÎTES CHAMBRES D’HÔTE LE CHIFFRE CLÉ C’est le chiffre d’affaires moyen 77 000 € réalisé sur l’année 2013. NORMANDIE ET PAYS DE LA LOIRE 2012 2013 CA 79 305 € 76 989 € Nombre UMO 1,37 1,44 CA / UMO 57 680 € 53 566 € Marge globale / UMO 1 € 1 € EBE 26 407 € 23 656 € Résultat courant 5 403 € 2 832 € Taux de marge globale 91% 93% CA = Chiffre d’affaires. UMO = Unité de main-d’oeuvre en équivalent temps plein. EBE = Excédent Brut d’Exploitation. TAUX DE MARGE Échantillon non constant 0 2010 2011 2012 2013
  35. 35. CERFRANCE 1er réseau associatif de conseil et d’expertise comptable 36 Chiffres clés 320 000 clients 700 agences de proximité 11 200 collaborateurs Marchés Artisans - commerçants - services - professions libérales Exploitants agricoles Particuliers CERFRANCE Métiers Conseil Expertise Comptable CONSEIL & EXPERTISE COMPTABLE Une proximité avec le client 700 agences sur le territoire français Normandie Notre implantation www.cerfrance.fr 76 14 27 50 61 CERFRANCE Calvados Tél. 02 31 15 56 78 E-mail : contact@14.cerfrance.fr CERFRANCE Eure Tél. 02 32 39 18 30 E-mail : agc27@27.cerfrance.fr CERFRANCE Manche Tél. 02 33 06 93 10 E-mail : contact@50.cerfrance.fr CERFRANCE Orne Tél. 02 33 31 49 50 E-mail : alencon@61.cerfrance.fr CERFRANCE Seine-Maritime Tél. 02 35 59 64 70 E-mail : contact-agc@76.cerfrance.fr

×