METTRE LES COMMUNAUTÉSFORESTIÈRES AU CENTREDES RÉPONSES AUCHANGEMENT CLIMATIQUE :LEÇONS DE L’EXPÉRIENCEEN GESTION FORESTIÈ...
Aperçu de la présentation Histoire de lacollaboration avec lescommunautés et intérêtqu’elle susciteactuellement Intérêt ...
Histoire d’une collaboration qui dure entre leCIFOR et les communautés : quelques exemplesDébut de la GCA (gestion adaptat...
Définition de la GCA 2001 : la gestion collaborative et adaptative estune approche de création de valeur dans laquelleles...
2008 : complément sur la GCA Complément (2008) : en travaillant avec un groupede personnes, on est amené à associer à cet...
Quelques travaux collaboratifs Ouganda et Nicaragua – Mwangi et Larson,genre/propriété foncière/autonomisation Éthiopie,...
Exemples de recherche collaborativesur le changement climatique - 2 Djoudi et Brockhaus,préférences et pratiquesparticuli...
Exemples de recherche collaborative sur lechangement climatique – près de chez vous COFCCA – Cameroun, RCA, RDC –stratégi...
Pourquoi les approches collaboratives sont-ellesun facteur-clé dans le domaine du changementclimatique?2. La diversité des...
Pourquoi les approches collaboratives sont-ellesun facteur-clé dans le domaine du changementclimatique ?3. La variabilité ...
Leçons acquises - 1 Les hommes, les femmes, les jeunes, lespersonnes âgées, les individus marginalisés ausein des communa...
Leçons acquises - 2 Se concentrer sur le positif (savoirstraditionnels, intérêts, buts, idéaux), et non sur lenégatif (pa...
Leçons acquises - 3 Peter (Bolivie) pose la question de savoirpourquoi les groupes forestierscommunautaires continuent (m...
Leçons acquises - 4 Christine (Philippines) constate que lespopulations locales ne sont associées qu’auxphases initiales ...
Leçons acquises - 5 Yanti (Indonésie) insiste sur l’importance decerner les conditions qui favorisent (oucréent) ce que n...
Merci !
Useful Documents Locatelli et al. 2008. Facing an uncertainfuture: How forests and people can adapt toclimate change, CIF...
Quelques unes de mes questionsde recherche Comment pouvons-nous mieux encourager laparticipation des femmes et des groupe...
Besoins logistiques Comment pouvons-nous évaluer et prouver nossuccès étant donné la nature qualitative duprocessus ? Co...
Exemples de questions de rechercheimportantes pour les travaux de collaboration - 1 Quelles conditionspeuvent rendre nosr...
Exemples de questions de rechercheimportantes pour les travaux de collaboration - 2 Comment pouvons-noustraiter de la que...
 Mettre les communautés forestières au centre des réponses au changement climatique: leçons de l'expérience en gestion for...
 Mettre les communautés forestières au centre des réponses au changement climatique: leçons de l'expérience en gestion for...
 Mettre les communautés forestières au centre des réponses au changement climatique: leçons de l'expérience en gestion for...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Mettre les communautés forestières au centre des réponses au changement climatique: leçons de l'expérience en gestion forestière

1 959 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 959
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
174
Actions
Partages
0
Téléchargements
20
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Mettre les communautés forestières au centre des réponses au changement climatique: leçons de l'expérience en gestion forestière

  1. 1. METTRE LES COMMUNAUTÉSFORESTIÈRES AU CENTREDES RÉPONSES AUCHANGEMENT CLIMATIQUE :LEÇONS DE L’EXPÉRIENCEEN GESTION FORESTIÈRECarol J. Pierce ColferCentre international derecherche forestièreCornell Institute for Food,Agriculture andDevelopment
  2. 2. Aperçu de la présentation Histoire de lacollaboration avec lescommunautés et intérêtqu’elle susciteactuellement Intérêt particulier de lacollaboration dans lecadre des activités liéesau changementclimatique Leçons apprises
  3. 3. Histoire d’une collaboration qui dure entre leCIFOR et les communautés : quelques exemplesDébut de la GCA (gestion adaptative collaborative, ACMen anglais) en 1998, atteint son plein développement en2000 dans 11 pays et sur 30 sites : Bolivie, Brésil, Cameroun,Ghana, Indonésie, Kirghizistan, Madagascar, Malawi, Népal, Philippines,ZimbabweCAPRI (initiative sur l’actioncollective et les droitsfonciers), 2004-6, 2 districts :IndonésieLM (mosaïque du paysage),2007-2010, 5 pays, 15 sites :Cameroun, Indonésie, Laos, Madagascar,Tanzanie
  4. 4. Définition de la GCA 2001 : la gestion collaborative et adaptative estune approche de création de valeur dans laquelleles personnes ayant des intérêts dans la forêtdécident d’agir ensemble pour prévoir, observer ettirer les enseignements de la mise en œuvre deleurs plans, tout en étant conscientes que cesplans n’aboutissent souvent pas à la réalisationdes objectifs fixés. La GCA se caractérise par unevolonté des groupes de communiquer, decollaborer, de négocier et de tirer profit desoccasions offertes de tenir compte collectivementdes impacts de leurs actions.
  5. 5. 2008 : complément sur la GCA Complément (2008) : en travaillant avec un groupede personnes, on est amené à associer à cetravail des personnes à des échelons différents,en général appartenant au moins à l’échelonimmédiatement au-dessus ou en dessous (p. ex.groupes d’usagers au sein d’une communauté etfonctionnaires du district, comme au Zimbabwe,au Népal, en Indonésie, aux Philippines). Unebonne facilitation peut amener les communautés àse doter des moyens nécessaires pour améliorerleurs conditions de vie, que ce soit au plan humainou environnemental.
  6. 6. Quelques travaux collaboratifs Ouganda et Nicaragua – Mwangi et Larson,genre/propriété foncière/autonomisation Éthiopie, Ouganda, Tanzanie – German etal. (AHI) l’apprentissage agricole dans et entresites (gestion intégrée des ressources naturelles,INRM) Cameroun, Rwanda, RCA, RDC - Diaw etal., les forêts modèles Bangladesh, Équateur, Népal,Zimbabwe – Ojha et al., les leçons de la miseen œuvre de la GCA (ACM) au plan mondial.
  7. 7. Exemples de recherche collaborativesur le changement climatique - 2 Djoudi et Brockhaus,préférences et pratiquesparticulières des hommeset des femmes au Mali. Ahmed et Fajber 2009 –Indice d’aptitude à faireface en situation devulnérabilité (Inde)CCAFS - fournir desbénéfices auxcommunautés en Afriqueorientale, avec l’industrie(Indonésie, Brésil),les innovationsinstitutionnelles et lemarché du carbone
  8. 8. Exemples de recherche collaborative sur lechangement climatique – près de chez vous COFCCA – Cameroun, RCA, RDC –stratégies d’adaptation guidées par despolitiques, visant à assurer l’utilisationdurable et équitable des ressourcesforestières et fondées sur une approche detype GCA COBAM – bassin du Congo – mise en placede synergies entre adaptation etatténuation, autonomisation despopulations pour définir et réaliserl’adaptation et la REDD
  9. 9. Pourquoi les approches collaboratives sont-ellesun facteur-clé dans le domaine du changementclimatique?2. La diversité dessystèmesculturels impliqueune diversité desréponses despopulations. LaGCA (ou ACM)peut aider àanticiper.1. À la variabilité écologique et humaine intrinsèqued’occupation de l’espace s’ajoute une variabilitédans le temps, qui complique encore les choses.
  10. 10. Pourquoi les approches collaboratives sont-ellesun facteur-clé dans le domaine du changementclimatique ?3. La variabilité intra-communautaire (genre,ethnicité, classe, etc.) esténorme, ce qui ajoute undegré supplémentaire decomplexité. Tenir le coup exigera descompétences localesd’analyse, de prévision etd’adaptation : la GCArenforce ces compétences(moyennant une bonnefacilitation).
  11. 11. Leçons acquises - 1 Les hommes, les femmes, les jeunes, lespersonnes âgées, les individus marginalisés ausein des communautés ont des intérêts et descapacités différents. Nous pouvons renforcer etlégitimer les efforts d’anticipation des personnespour cerner et gérer ces différences dans lapoursuite de plus d’équité. La facilitation, juste, motivante, encourageante,respectueuse et analytique, est la clé du succès. La poursuite d’un but commun de long termepeut concourir à dépasser bon nombred’obstacles, petits et grands, qui entravent laprogression (dont la résolution des conflits entreles gens).
  12. 12. Leçons acquises - 2 Se concentrer sur le positif (savoirstraditionnels, intérêts, buts, idéaux), et non sur lenégatif (pauvreté, analphabétisme, manqued’éducation) renforce la confiance en soi et doncla motivation et la participation. Considérer les conflits (modérés) et l’écheccomme des occasions de rebondir. Le contexte est déterminant : chaque cas estunique. Le respect est essentiel à la collaboration avecles populations, sans lui nous ne pourrons pasrépondre adéquatement au changementclimatique.
  13. 13. Leçons acquises - 3 Peter (Bolivie) pose la question de savoirpourquoi les groupes forestierscommunautaires continuent (malgré lesrésultats de nos recherches) à : adopter des modèles mal adaptés aux conditionslocales, utiliser des approches qui marginalisent laparticipation locale, ne pas tenir compte des groupes pour lesquelsles conditions forestières idéales ne sont pasréunies, accorder à des acteurs extérieurs l’accès auxforêts communautaires.
  14. 14. Leçons acquises - 4 Christine (Philippines) constate que lespopulations locales ne sont associées qu’auxphases initiales ; elle souhaite qu’il y ait uneparticipation constructive continue. Yurdi (Thaïlande) nous avertit de : faire attention à l’accaparement desressources par les élites tout en s’appuyantsur les institutions existantes autant quepossible. Michelle (Laos) insiste sur la flexibilité.
  15. 15. Leçons acquises - 5 Yanti (Indonésie) insiste sur l’importance decerner les conditions qui favorisent (oucréent) ce que nous cherchons à faire. Anne Marie (Cameroun) définit la gestioncollaborative comme étant « un processuscomportant des interactions, un dialogue etune prise collective des décisions parplusieurs parties prenantes à différentséchelons et en divers endroits. »
  16. 16. Merci !
  17. 17. Useful Documents Locatelli et al. 2008. Facing an uncertainfuture: How forests and people can adapt toclimate change, CIFOR, Bogor, Indonesia. Colfer, Carol J. Pierce 2008. La Gestioncollaborative adaptative peut nous aider à faireface au changement climatique. CIFORInfoBrief 13: 4 (available in French &Indonesian).
  18. 18. Quelques unes de mes questionsde recherche Comment pouvons-nous mieux encourager laparticipation des femmes et des groupesethniques marginalisés ? Quels indicateurs peuvent nous aider à évaluerles progrès réalisés ? Comment pouvons-nous évaluer, utiliser etaméliorer, d’une manière juste et constructive,l’agriculture itinérante dans la REDD+? Comment pouvons-nous transférer les fonctionsde facilitation aux communautés (leadership,neutralité, justice, motivation, réseautage, accèsaux ressources, etc.) ?
  19. 19. Besoins logistiques Comment pouvons-nous évaluer et prouver nossuccès étant donné la nature qualitative duprocessus ? Comment pouvons-nous satisfaire les besoins deplanification des bailleurs de fonds étant donné lanature itérative du processus ? Comment pouvons-vous prévoir des horizons detemps suffisamment longs ? Comment pouvons-nous expliquer l’importance etl’utilité des recherches menées de façon ascendanteet collaborative aux personnes bridées par unebureaucratie paralysante ?
  20. 20. Exemples de questions de rechercheimportantes pour les travaux de collaboration - 1 Quelles conditionspeuvent rendre nosrecherchesvraimenttransformatrices etjustes (et pourqu’elles ne secontentent pas derenforcer lespratiques actuellesinéquitables)? Comment pouvons-nous traiter de laquestion des échellesmultiples (du villageau monde entier), ycompris commenttravailler plusefficacement avec lepouvoir à mesure quel’on passe à deséchelles plus grandes?
  21. 21. Exemples de questions de rechercheimportantes pour les travaux de collaboration - 2 Comment pouvons-noustraiter de la question deséchelles multiples (duvillage au monde entier),y compris commenttravailler plusefficacement avec lepouvoir à mesure que l’onpasse à des échelles plusgrandes ?[et bien plus encore !]Comment pouvons-nousmieux intégrer lessciences sociales et dumilieu naturel ?

×