LECLUSTER
INTERNET DES OBJETS
#REVUE DE PRESSE
=> la séléction 2014 - 2015
2015
La maison connectée au service de l'efficacité énergétique
Journal du net - 1/05/15 19:44
Dans la région lilloise, la " Sm...
SmartHome 3.0 : dans la maison du futur, des innovations de la cave au grenier
Numérique & Informatique | Internet des Obj...
La Voix du Nord – 14/03/15
Immotissimo à Lille : le salon smart qui ne pratique pas la langue de bois
--------------------...
http://www.journaldunet.com/ebusiness/commerce/reportage-euratechnologies/citc.shtml
DEPECHE TRANSPOLE >>>
Bibliomobi : maintenant dans les bus !
Depuis le 15 octobre 2014, les voyageurs du réseau Transpole ...
Emission : RCF Nord de France dans le cadre de l’émission Forum animée par Arnaud Closset.
Les objets connectés : focus su...
Publié dans Wave Lille le 17 avril 2015
Les acteurs du changement sont dans la ville
Logique. En prenant ses quartiers au ...
L’Embarqué
Le Forum des objets connectés et des “smart applications” ouvre ses portes à Lille le 16 avril
Publié le 15 avr...
Sdez : de la blanchisserie de 1816 au géant familial bonduois
Publié le 18/05/2015 - PAR ODETTE LAVALLEZ
Des milliers de v...
2014
Musique en Lumières : Jean-Philippe Rameau, la sensibilité dans l’harmonie
Exposition
Retour à la recherche
Période
Du sam...
PUBLIÉ LE 25/10/2014
Lille: le Secours Populaire ouvre une bagagerie… mais pas
seulement
FLORENCE PIAZZETA
Dans les locaux...
Recommandé par
Au Secours populaire, 36, rue Kulhmann.
QUOI ?
Une cinquantaine de casiers ouverts qui permettront aux SDF ...
A LIRE SUR LAVOIXDUNORD.FR
Jean-Luc Lahaye victime
dimanche d'un accident de la
route à la frontière belge
Vingt candidate...
Le mastère spécialisé Créacity honore
ses premiers diplômés
Publié dans l'édition Nord N. 8699 par Bonaventure Djamie
Le c...
Le CITC à Lille lance à destination des étudiants un concours du “meilleur objet connecté”
Centre de ressources technologi...
Améliorer l’expérience client grâce au magasin connecté du CITC
EuraRFID
Par Albane Hemon le 9 octobre 2014
Quoi de plus f...
Le CITC : un cluster technologique centré sur les objets connectés et le mobile
Améliorer l’expérience client, fidéliser, ...
INTERNET DES OBJETS : COMMENT LES OBJETS CONNECTÉS
RÉVOLUTIONNENT-ILS LES USAGES ?
Le jeudi 20 Novembre 2014
En quoi l’Int...
"J'aimerais que tout le monde la voient", s'est exclamée la secrétaire d'Etat, qui était
accompagnée par la maire de Lille...
Axelle Lemaire à Euratechnologies
"Au-delà des caricatures, le numérique c'est avant tout ce type d'innovations qui change...
nous prévient, elle, des dates de péremption des aliments dans le frigidaire. Et, à partir
d'une reconnaissance biométriqu...
PUBLIÉ LE 28/11/2014
A LIRE SUR LAVOIXDUNORD.FR
Lille : bienvenue dans la SmartHome 3.0, future maison du
bonheur
PAR FRÉD...
Recommandé par
Un livret d’épargne «
Troisième révolution
industrielle » made in Nord -
Pas-de-Calais!
Des tricoteuses reç...
ACTUALITÉS COMPARATIFS & TESTS 01netTV TELECHARGER FORUM
LE MAGAZINE APPLI VIDÉOS LIVRES BLANCS BAROMÈTRES
Retours d'expér...
ACTU PRÉCÉDENTE
Numericable, Yahoo!,
Newpharma... Les
rachats IT de la
semaine
ACTU SUIVANTE
Après SFR, Patrick
Drahi bien...
PUBLIÉ LE 30/11/2014
Roubaix: il n’y connaissait rien en menuiserie, pourtant il a
sauvé Crouzet agencement
PAR MARC GROSC...
A LIRE SUR NORDECLAIR.FR
Recommandé par
ses outils. Il appelle ça le « lean », théorie de l’organisation qui a nourri Jean...
Geneviève Hermann, à Lille | 02/12/2014, 14:25 - 696 mots
EuraTechnologies a fait le plein d'entreprises, d'élus et d'inst...
jouant sur la complémentarité de ses territoires. De quoi créer 50.000 emplois.
Damien Castelain, président de Lille Métro...
Lille se mobilise pour l'avenir du numérique e... http://www.latribune.fr/regions/nord-pas-de-ca... 03/12/2014 09:29
Deux projets élèves distingués
Trois élèves du Mastère Spécialisé Créacity distingués au Concours du MOC
(Meilleur Objet C...
www.lillemetropole.fr
18 l 19
Roumics
Community
MobilUnion :
bougeons malin
Des voitures qui se garent seules,
des routes ...
Le concours étudiant du meilleur objet connecté
Vous êtes étudiants ou groupe d'étudiants ? PARTICIPEZ ! + de 5000€ à gagn...
IJ No 2163- MERCREDI1••OCTOBRE 2014 WWW.OIRECTllllE.COM •
•
EUROSKILLS
UNE PRÉPARATION-INTENSE !
vre sa passion et d'en vi...
La Voix du Nord
Demain, le commerce sera connecté ou ne sera pas, alors emmenez votre magasin avec
vous Publié le 22/10/20...
5
ARRET SUR IMAGE
5
L
e"ConnectedInnovation
Lab" offre les moyens de
repenser totalement la
conception, jusqu’à la créatio...
PUBLIÉ LE 20/02/2014
Les entreprises peinent encore à appuyer sur le bouton de
l’imprimante 3D
VALéRIE SAUVAGE
L’impressio...
Autant de raisons qui pourraient expliquer que le recours à l’impression 3D ne soit pas encore un réflexe. Certes, dans la...
...,.··. . ·I·M .·M·.. ·Q8'1·-~·..·_·....·_·;1~-·~:~';·~-_·_·..~-· ..·t.·fl'ij- ~;:1;. .:~_.._·~._._·.. i'l ·~.' '~.·.·ts_...
PRODUCTION  ROBOTIQUE
Le robot obéit aux doigts
Robots, Interface utilisateur, Production  Robotique
Par Jean-François Pre...
Internet des Objets
SEMANTIC WEB
Soap
SERVICES
Expertise
PARTAGE
WEB 3.0
Innovation
EXPLORATION
NFC
RFID
RFID
Réseaux de c...
Revue de-presse 2014-2015 CITC-EuraRFID
Revue de-presse 2014-2015 CITC-EuraRFID
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Revue de-presse 2014-2015 CITC-EuraRFID

715 vues

Publié le

Le CITC fait régulièrement l'actualité, découvrez notre revue de presse!

Publié dans : Technologie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
715
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Revue de-presse 2014-2015 CITC-EuraRFID

  1. 1. LECLUSTER INTERNET DES OBJETS #REVUE DE PRESSE => la séléction 2014 - 2015
  2. 2. 2015
  3. 3. La maison connectée au service de l'efficacité énergétique Journal du net - 1/05/15 19:44 Dans la région lilloise, la " SmartHome 3.0 " est un show-room qui fait une part belle aux objets connectés destinés à optimiser l'efficacité énergétique d'un habitat. Pensé par le CITC (Centre d'innovation des technologies sans contact) ce musée du futur propose aux visiteurs une immersion totale dans la maison de demain. Entrer dans la « SmartHome by CITC », c'est faire un bond vers le futur. Dans cet appartement de 50m2, c'est un concentré d'innovations technologiques et d'objets connectés dédiés à l'habitat qui est présenté aux visiteurs. Pourtant de l'extérieur, l'édifice en brique rouge qui l'abrite ne laisse en rien deviner ce que pourrait être le futur de nos maisons. Mais dès l'entrée dans cette « SmartHome 3.0 », deux premières versions avaient vu le jour en 2011 et 2012, un système d'accès intelligent permet la détection et les gestions des droits d'accès au domicile en fonction des profils autorisés à entrer. Une fois à l'intérieur, impossible de passer à côté du « Dashboard », l'outil d'interface de la maison connectée qui pilote aussi bien le ramassage des poubelles que la domotique de la maison. Plus loin, un écran sert de tour de contrôle énergétique. Il affiche en temps réel les données relatives au chauffage, à la consommation d'électricité ou d'eau. C'est à distance, à l'aide d'un interrupteur portable, sans pile et sans fil, que l'on règle en douceur les lumières. Et pour les éteindre, il suffit de commander vocalement cette tâche au petit robot Nao qui n'est jamais loin. La " SmartHome 3.0 " se visite comme un petit musée du futur - Des toilettes au salon, la « SmartHome 3.0 » se visite comme un petit musée du futur. Ainsi, dans la salle de bain, lorsqu'on se saisit d'une brosse à dents, le miroir identifie immédiatement son propriétaire et lui délivre les informations qui l'intéresse, les résultats sportifs ou la bourse. Dans la cuisine, le plan de travail est-il trop haut qu'une simple pression sur un bouton permet de l'adapter au gabarit du cuistot. La « SmartHome 3.0 » est ouverte un jour par semaine pour les visiteurs ce qui lui permet de jouer un rôle éminemment pédagogique dans le déploiement des nouvelles technologies liées à l'habitat. Autrement c'est une vitrine parfaite des savoir-faire hexagonaux pour les objets connectés. http://www.journaldunet.com/ebusiness/magazine/edf-pulse-la-maison-cobaye-de-l-efficacite- energetique.shtml
  4. 4. SmartHome 3.0 : dans la maison du futur, des innovations de la cave au grenier Numérique & Informatique | Internet des Objets | Objets connectés | Domotique | Innovation | Photos Par Philippe Passebon publié le 16/01/2015 à 08h28 La SmartHome est présentée à Euratechnologies, une ancienne filature lilloise de 2 500 m² reconvertie en pôle d'innovations. Quelques semaines après l’obtention par la métropole lilloise du label "French Tech", le grand public pourra découvrir à Lille à partir du 20 janvier la SmartHome 3.0. Découvrez en photos la SmartPharma, le miroir magique, et autres nouveautés de la maison du futur. La troisième version de la maison intelligente développée par le Centre d’innovation des technologies sans contact (CITC), spécialisé dans la conception des objets connectés, est présentée au grand public à partir du 20 janvier 2015 dans l’atrium du pôle d’innovations Euratechnologies de Lille. La maison compte plusieurs nouveautés par rapport aux deux premières versions (2011 et 2012), à découvrir en photos ! La SmartHome est présentée dans l'atrium d'Euratechnologies, une ancienne filature lilloise reconvertie. http://www.industrie-techno.com/smarthome-3-0-dans-la-maison-du-futur-des-innovations-de- la-cave-au-grenier.35623
  5. 5. La Voix du Nord – 14/03/15 Immotissimo à Lille : le salon smart qui ne pratique pas la langue de bois -------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Deux thèmes marquent cette 20e édition d’Immotissimo, le salon immobilier qui se tient ce dimanche à Lille Grand-Palais. : la domotique et l’éco-construction… Doublement intelligent. Une maison intelligente, évolutive créative. En arpentant les allées du salon Immotissimo, il est un espace qui retient l’attention : « Smarthome » ou la maison intelligente dont Thierry Demol connaît toutes les ficelles. Appuyer sur un simple bouton vous invite à un voyage vers un futur si proche qu’il télescope l’un des plus grands défis contemporains : le maintien à domicile. À partir d’un simple geste, c’est le chaînon manquant entre univers médicalisé, domotique et habitation privée qui se révèle par la magie d’un démonstrateur à taille humaine. Fascinant. Tout comme l’est la question du développement durable. Le bois, c’est du solide Le salon confirme que l’éco-construction bois se positionne comme une référence immobilière couplant habitat durable et économies. On vous promet : isolation renforcée, étanchéité contrôlée et impact environnemental réduit… Voilà qui impressionne ce jeune couple en passe de franchir le pas. Le contexte est favorable (éco prêt à taux zéro) à plusieurs titres. À la banque, les temps changent Des taux d’emprunt historiquement bas, et un regard, disons plus cohérent de la part des banques. Bertrand Delobel, banquier, assurant que « c’est le reste à vivre » qui est désormais l’alpha et l’oméga de tout engagement. Il révèle qu’un dossier parfait, se doit au minimum d’apporter la mise de fonds pour couvrir les frais. À croire que les temps changent. Surtout que tous vous disent ici que c’est le moment d’acheter. Coué ? Salon Immotissimo, Lille Grand-Palais, ce dimanche de 10 h à 19 h, gratuit
  6. 6. http://www.journaldunet.com/ebusiness/commerce/reportage-euratechnologies/citc.shtml
  7. 7. DEPECHE TRANSPOLE >>> Bibliomobi : maintenant dans les bus ! Depuis le 15 octobre 2014, les voyageurs du réseau Transpole peuvent lire une sélection des œuvres du catalogue numérique des médiathèques de Lille, accessible depuis des étiquettes NFC et QR Codes disséminés dans certains arrêts de bus et des stations de métro de la métropole. Aujourd’hui, le dispositif s’étend à l’intérieur même des bus. Pour sensibiliser les utilisateurs Transpole à ce concept, 6 intervenants de la Bibliothèque Municipale de Lille, partenaire du projet, iront à leur rencontre le 18 février à bord des bus de la ligne 12, depuis Gare Lille Flandres de 9h30 à 12h. Au programme : explication du concept et lecture des œuvres proposées à bord du bus. Bibliomobi : une initiative innovante déjà primée à deux reprises ! L’expérimentation Bibliomobi qui se déroule jusque fin mars, est le fruit d’un partenariat entre la Bibliothèque Municipale de Lille et la Ville de Lille, le CITC- EuraRFID, MEL et Transpole. L’objectif est de positionner le citoyen de demain au cœur des échanges et de l’information en lui permettant d’accéder à des services et à de l’information contextualisés et localisés en tout lieu, à tout moment et sur tout support. Une initiative originale qui a valu à Bibliomobi le prix du territoire innovant aux trophées de l’ADCET (Assise des Transactions Electroniques dans les Territoires) en octobre 2014 et le label d’or territoire innovant 2014 dans le cadre du Forum des Interconnectés qui s’est tenu à Lyon en décembre dernier. Bibliomobi : comment ça marche ? Pour accéder aux œuvres, il suffit aux voyageurs de flasher le QR Code ou de lire le Tag NFC aux arrêts de bus et dans les stations de métro équipés. Ils accèdent alors au site mobile qui leur permet de télécharger les œuvres du mois. Au choix : 5 nouvelles littéraires de 12 auteurs québécois autour des thématiques suivantes : amour, étrange, attente, voyages et feuilleton. Une fois l’œuvre téléchargée, celle-ci reste accessible durant le trajet du voyageur, et ce, même en l’absence de connectivité. Bibliomobi en chiffres 1400 : le nombre de téléchargements des œuvres proposées par Bibliomobi. 2700 : le nombre d’utilisateurs uniques qui se sont rendus sur le site du projet : bibliomobi.com. 6 mois : une expérimentation d'octobre 2014 à mars 2015 avec chaque mois, de nouveaux textes. Réseau exploité par Keolis Lille Contacts presse Transpole : RP carrées - Annabelle Huriez – 03 20 63 82 52 – Léa Vanden Casteele – 03 28 52 03 97 Réservé à la presse 24/24 ; 7/7 : 06 07 37 57 98 12 février 2015
  8. 8. Emission : RCF Nord de France dans le cadre de l’émission Forum animée par Arnaud Closset. Les objets connectés : focus sur ces joujoux technologiques qui veulent du bien, mais qui en savent aussi beaucoup sur nous... Une corde à sauter qui vous dit combien de calories vous avez perdu après quinze minutes d'exercice. Un pilulier qui vous avertit si votre grand-mère n'a pas pris tous ses cachets de la journée. Un tracker glissé dans le cartable du petit pour être sûr qu'il est bien en classe et qu'il ne fait pas l'école buissonnière. Bienvenue dans le monde des objets connectés ! Un marché encore émergent qui semble promis à un bel avenir. Les ingénieurs d'Euratechnologies Lille planchent d'ailleurs sur de nombreux objets connectés dans le domaine de la santé, du sport, du quantified-self, de l'automobile. Chaque mercredi, vous pouvez même découvrir à quoi ressemble une maison connectée dans les locaux d'Euratechnologies. Ces bijoux de technologie nous aident au quotidien. Ils nous coachent, nous alertent quand nous ou buvons mangeons trop, nous avertissent si un intrus tente de rentrer chez nous. Ils savent tout ou quasiment tout de notre existence. Pour notre bien vraiment ? Et si c'étaient eux, les intrus... Que font-ils des données qu'ils captent ? Ne s'en servent-ils pas pour nous pousser à la consommation? Et notre santé ? Ces objets connectés qui se retrouvent partout, y compris chez les bébés n'émettent-ils pas trop d'ondes nuisibles ? Ne sont-ils pas trop gourmands en énergie ? Des experts d'Euratechologies, des passionnés de High-tech nous répondent. Invités  David Cordon, Administrateur du blog et site de e-Commerce EBOOW.com  Karl Goffart , Administrateur du blog et site de e-commerce EBOOW.Com  Thierry Demol , Responsable recherche et développement au CITC Eura-RFID d'Euratechnologies à Lille.  Jérôme Fauquembergue , Directeur du Pôle développement d'Euratechnologies à Lille. http://www.eboow.com/blog/eboow-parle-des-objets-connectes-sur-rcf/ https://rcf.fr/actualite/les-objets-connectes Nous avons en effet été invités par Arnaud Closset pour parler Objets Connectées au côté de Jérome Fauquembergue, directeur opérationnel d’Euratechnologie et de Thierry Demol Responsable recherche et développement du CiTC. Dans le cadre de cette émission, nous aurons l’occasion de présenter le monde des objets connectés et d’échanger sur les utilisations, les opportunités, les risques, les évolutions et la place du connecté dans notre quotidien avec un regard grand public. Santé, maison, voiture, ville, sécurité, … beaucoup de sujets seront abordés pour vous permettre de mieux appréhender le domaine du web des objets et du 3.0 Une grande première pour l’équipe d’Eboow qui s’initie à l’exercice du micro/casque de la Radio … Pas Facile !
  9. 9. Publié dans Wave Lille le 17 avril 2015 Les acteurs du changement sont dans la ville Logique. En prenant ses quartiers au sein d'EuraTechnologies, Wave se devait d'inviter les acteurs du changement les plus proches. Expression d'habitants de Lille, Lomme et Hellemmes. Elles et ils sont acteurs du changement parce qu'ils essaient de penser différemment les rapports entre les uns et les autres et d'innover dans la vie quotidienne. C'est par exemple cette démarche initiée dans le quartier des Bois Blancs, à quelques pas d'EuraTechnologies : ses habitants se sont mis en réseau afin de permettre des prêts d'objets. Quelqu'un a besoin d'un outil particulier, il laisse un message sur une liste de diffusion, sur internet, et il trouvera la réponse à son problème. L'action s'appelle « Passe à ton voisin ». Elle tend à se généraliser à d'autres quartiers. Nicolas Ammeux, responsable de la Maison Folie de Lomme, s'intéresse aussi aux mamies de son quartier. Pour la bonne cause ! Dans le cadre du collectif cocookers, elles mettent leurs recettes en commun sur un espace internet. De son côté, l'entrepreneur social Julien Pilette est impliqué dans la "guérilla potagère". Rien de belliqueux. Il s'agit, pour les habitants, de se réapproprier l'espace public afin d'y planter des légumes. Une bande de terre en ville, le pied d'un arbre… pas de quoi générer une révolution alimentaire. Mais ce mouvement, issu des "Incroyables comestibles" propose un système de pensée différent, et qui se libère des clôtures et autres barrières. Et il y a le CITC, un centre de recherche implanté au sein d'EuraTechnologies. Il a créé une application permettant aux utilisateurs du métro de lire gratuitement sur internet. Il leur suffit de flasher un code et ils ont accès à une dizaine de nouvelles d'auteurs quebecquois. Cela a été rendu possible grâce à une collaboration entre le CITC, la ville de Lille et Transpole. En visitant Wave, Julien Pilette ne peut retenir une réflexion : « Le monde regorge d'ingéniosité, de jeunes qui bougent, qui font des trucs de fous. Nous voilà bien loin de la morosité dont on nous parle tous les jours à force de médias ! » Philippe Allienne Source : http://www.wave-innovation.com/lille/les-acteurs-du-changement-sont-dans-la- ville.html
  10. 10. L’Embarqué Le Forum des objets connectés et des “smart applications” ouvre ses portes à Lille le 16 avril Publié le 15 avril 2015 à 09:39 par François Gauthier Dans le cadre des manifestations Grand Nord IT Days, le centre d'expertise et cluster de l'Internet des objets (CITC-EuraRFID) propose une série de conférences pour faire le point sur l'apport des technologies de l'Internet des objets dans l'optimisation de projets divers et variés. Lors de cette journée qui se déroule le 16 avril au sein du vélodrome de Roubaix, quatre domaines technologiques seront abordés : - les technologies LPWAN (Low Power Wide Area Networks) qui permettrent de remonter des données des objets connectés vers le cloud et qui autorisent dans de nombreux cas des réductions importantes des coûts de déploiement et d’exploitation ; - la géolocalisation indoor pour l’Internet des objets avec des conseils de préconisation sur les technologies en fonction de paramètres comme la précision souhaitée, l’importance des échanges de données, ainsi que l’environnement où l’on souhaite déployer ce type de dispositif ; - la cobotique, nouvel axe de recherche pour l’usine du futur, avec les robots compagnons qui assistent les personnes à domicile, simplifient la logistique dans les hôpitaux ou accompagnent les industriels dans la réalisation de gestes pénibles et répétitifs ; - et enfin les “smart applications” dans l’habitat du futur. Les renseignements pratiques sur cette manifestation sont accessibles ici, et le programme complet des Grand Nord IT Days est disponible ici.
  11. 11. Sdez : de la blanchisserie de 1816 au géant familial bonduois Publié le 18/05/2015 - PAR ODETTE LAVALLEZ Des milliers de vêtements défilent dans l’unité de production de l’usine Sdez à Bondues. Dans des tubes. Dans les tambours de machines à laver. Sur les rails comme s’ils faisaient un tour de manège, accrochés sur des cintres... Et tout cela est géré en partie par les employés, mais surtout par... une puce ! Lavés, défroissés, les vêtements circulent par milliers sur des rails C’est fou ce qu’une petite puce presque insignifiante peut avoir son importance dans le process d’une entreprise ! En 1999, Sébastian Sdez, le patron de la société qui porte son nom (voir notre précédente édition), a mis en place la traçabilité RFID qui permet, grâce à une puce camouflée dans le vêtement, d’avoir toutes les données concernant le client, le nom du porteur de vêtements, la nature du textile (blouse de boucher ou blouse d’hôpital)... En visitant l’unité de production de l’entreprise, on a pu se rendre compte combien cette puce facilitait la gestion du linge par les employés. Dans une première salle, le linge sale arrive dans de grands chariots. Il est pris en charge manuellement, glissé dans un tube et chaque pièce est scannée puis orientée, selon les données apportées par la puce, vers son cycle de lavage. Pour l’instant, le linge plat n’est pas encore « pucé ». Un projet est à l’étude avec Euratechnologies à Lomme pour une traçabilité CITC : il faudra en effet une puce plus fine qui ne gêne pas l’utilisateur. Une fois lavé (cela peut-être aussi du nettoyage à sec), le linge part sur des cintres pour le défroissage ou le repassage. Puis, pantalons, blousons, vestes, blouses, passeront une nouvelle fois devant un scanner : grâce aux puces incorporées, les ensembles seront réassortis pour chaque personne, puis seront dirigés vers le rail de tournée clients. Les tapis, eux, auront été séchés. Les plats repassés dans une machine qu’on appelle la calandre. Une entreprise soucieuse du respect de l’environnement Soucieuse de l’écologie, l’entreprise Sdez possède, à l’extérieur de l’unité de production bonduoise, une station de rejet des eaux de lavage physico-chimique, biologique ensuite. « On rejette de l’eau qui est débarrassée de la plupart de ses impuretés », précise le PDG tout en désignant du doigt les essaims de bactéries : « Ce sont les bactéries qui vont manger les polluants ».
  12. 12. 2014
  13. 13. Musique en Lumières : Jean-Philippe Rameau, la sensibilité dans l’harmonie Exposition Retour à la recherche Période Du samedi 20 septembre 2014 au samedi 4 octobre 2014 Horaires Ma > Sa 14h-18h Lieux : Médiathèque Jean Lévy 32/34 Rue Edouard Delesalle Lille Tel. : 03 20 15 97 20 Descriptif À travers le prisme des philosophes et la figure de Jacques-Joseph Marie Decroix qui a rassemblé le plus grand fonds documentaire sur Rameau aujourd’hui conservé à la BnF , au fil de documents liés aux représentations ramistes à Lille et au mythe de Castor et Pollux, découvrez une approche originale du compositeur. Visites guidées à l’occasion de Journées Européennes du Patrimoine sa. 20.09 et di 21.09 à 15h Un mot sur l'écoute contenue sur le site : La Bibliothèque de Lille a souhaité proposer aux visiteurs de l’exposition « Musique en Lumières : Jean-Philippe Rameau, la sensibilité dans l’harmonie », une écoute interactive des partitions exposées. Les visiteurs peuvent, depuis leur Smartphone, en flashant un code-barres 2D (QR-Code) ou une étiquette NFC disposés à proximité des partitions, écouter les extraits de ces partitions rejoués par le Concert d’Astrée. Ces extraits ne sont accessibles que dans l’enceinte de l’exposition et uniquement le temps de l’exposition. Pour permettre cela, le Centre d'Innovation des Technologies sans Contact (CITC) a déployé un mini-serveur hébergeant les extraits des oeuvres. Ce mini-serveur est doté d’une connexion WIFI ; les visiteurs peuvent s’y connecter et écouter en streaming les extraits des oeuvres en flashant avec leur téléphone les étiquettes sans contact (QR-Code et NFC). Opéra de Lille Du 8 au 15 octobre Ma>Sa 13h-19h à la Rotonde (accès par la Billetterie))03.62.21.21.21 www.opera-lille.fr Retour à la recherche Détail agenda http://www.bm-lille.fr/index.php?id=5&no_c... 17/10/2014 16:57
  14. 14. PUBLIÉ LE 25/10/2014 Lille: le Secours Populaire ouvre une bagagerie… mais pas seulement FLORENCE PIAZZETA Dans les locaux du Secours Populaire de la rue Kulhmann, les SDF pourront déposer leurs bagages dès le 2 novembre. Un service répondant à un besoin et dont les bénévoles comptent bien se servir pour (re)créer du lien social. « L’idée est née il y a dix-huit mois, raconte Jean-Louis Callens, secrétaire général du Secours Populaire du Nord. Elle est venue de quatre gaillards ! » Parmi eux, le couple Poissonnier, Vianney et Géraldine, fiers d’avoir vu ce projet un peu fou aboutir. « Cela ré- pond à un besoin exprimé par les gens de la rue, souligne Vianney, bénévole chez Emmaüs Wambrechies et maraudeur. Ça existait plus ou moins de manière informelle dans les associations mais rien n’était pérenne. Ça tenait plus du dépannage. » Alors, lorsqu’il a découvert la bagagerie de la Main libre au cœur des Halles à Paris, le projet sous sa forme lilloise a pris corps. « On a vraiment été bluffés par Élisabeth, la dame qui tient la bagagerie parisienne. Au-delà du simple service proposé, on a été agréablement surpris de voir qu’elle cherchait à in- tégrer les bénéficiaires dans les rangs des bénévoles. D’une situation d’assistés, elle les fait se sentir acteurs. C’est ça la magie du projet, la première étape vers la reconstruction. » Un outil d’intégration sociale Car, si la cinquantaine de casiers ne devrait pas peiner à trouver son public, l’objectif du Secours Populaire est beaucoup plus ambitieux. « Un bénévole ou un salarié tiendra la bagagerie, il accueillera les SDF et les orientera dans un petit bureau pour lui poser des ques- tions, pour échanger, pour le conseiller. Cette bagagerie, en plus d’éviter aux SDF d’avoir à se trimbaler avec tout ce qu’ils possèdent, offrira un lieu de convivialité et deviendra un outil d’intégration sociale », explique Jean-Louis Callens. « À terme, l’idée, c’est qu’ils deviennent gestionnaires des lieux », pronostique Géraldine Poissonnier. « Cette implication des personnes sans abri dans la gestion de la bagagerie est un élément clé du projet, confirme le secrétaire général. Non seulement pour nous assurer de répondre efficacement aux vrais besoins mais aussi pour faire de la bagagerie un vrai dispositif tremplin et une première étape d’un projet de réinsertion. » Un ambitieux chantier dont on pourra mesurer les premiers effets dès la semaine prochaine. Pratique : à l’Espace Solidarité internationale du Secours populaire, 36, rue Kulhmann. À partir du 2 novembre, tous les jours, de 7 h à 9 h et de 19 h à 21 h La bagagerie, côté pratique: Pour tout savoir de la bagagerie en quatre questions : OÚ ? Lille: le Secours Populaire ouvre une bagage... http://www.lavoixdunord.fr/region/lille-le-sec... 27/10/2014 09:21
  15. 15. Recommandé par Au Secours populaire, 36, rue Kulhmann. QUOI ? Une cinquantaine de casiers ouverts qui permettront aux SDF de stocker, pour la journée, leurs bardas. POURQUOI ? D’abord pour la liberté de mouvement, pour mettre les biens en sécurité, pour la solidarité (lien social tissé entre les béné- voles et les SDF), pour la responsabilité (outil d’intégration). QUAND ? À partir du 2 novembre. La bagagerie sera ouverte de 7 h à 9 h et de 19 h à 21 h, tous les jours. Trois personnes auront la charge d’accueillir les usagers et d’enregistrer leur passage. Des douches équipées du nouveau débitmètre À côté de la bagagerie, un espace sanitaire a également été rénové grâce au partenariat qui unit les Eaux du Nord et le Se- cours populaire depuis 2010. « La bagagerie restera le service principal mais il y aura la possibilité de se laver et de se changer », souligne Jean-Louis Callens. Deux douches et des éviers ont notamment été installés. « En collaboration avec le Centre d’innovation des tech- nologies sans contact (CITC) et Pangé Design, on en a profité pour y expérimenter le débitmètre », se félicite Jean-Marc Charlemagne, di- recteur de l’eau aux Eaux du Nord. Qu’en est-il de ce prototype qui, d’ici peu, devrait faire son apparition sur le marché des particuliers ? « C’est un dispositif qui permet de consulter en temps réel la consommation d’eau en litres et son coût en euro. » Dans les faits, grâce à un système wi-fi, la consommation est projetée en live sur un miroir où le défilement des euros s’affiche en rouge. « C’est pédagogique, continue Jean-Marc Charlemagne. On rappelle que l’eau est une ressource dont le service a un coût et une valeur. » Les SDF qui le pourront se- ront d’ailleurs invités à régler le montant affiché (une douche moyenne = 15 centimes), les sommes récoltées étant reversées au Secours populaire. Lille: le Secours Populaire ouvre une bagage... http://www.lavoixdunord.fr/region/lille-le-sec... 27/10/2014 09:21
  16. 16. A LIRE SUR LAVOIXDUNORD.FR Jean-Luc Lahaye victime dimanche d'un accident de la route à la frontière belge Vingt candidates, mais une seule couronne de miss Nord - Pas-de-Calais, samedi Une lensoise jugée à Béthune : elle avait 41 ans, il en avait 13… Originaire de Lille, Camille Cerf, 19 ans a été élue Miss Valenciennois 2014 L'ancienne chroniqueuse de « Frou-Frou », quadragénaire, raconte ses tribulations avec son « petit enfant miracle » Lille: le Secours Populaire ouvre une bagage... http://www.lavoixdunord.fr/region/lille-le-sec... 27/10/2014 09:21
  17. 17. Le mastère spécialisé Créacity honore ses premiers diplômés Publié dans l'édition Nord N. 8699 par Bonaventure Djamie Le cadre choisi ne pouvait mieux rimer avec la cérémonie de remise de diplômes. C’est au forum ProjeCT City autour des enjeux de la ville du 22 au 23 octobre, à Lille Grand-Palais, que les tout premiers diplômés du mastère spécialisé Créacity ont clos leur cycle d’études. Des diplômés présentés comme les «créateurs de la ville de demain» et qui allient la double compétence des technologies numériques et de l’ingénierie urbaine. Des experts TIC à même d’imaginer et de développer les solutions aux problématiques urbaines d’ordre environnemental, économique, social, culturel, en utilisant notamment les technologies numériques. Visiblement, au sein de cette première promotion diverse par les parcours professionnels et l’âge (23 à 60 ans), on s’est attelés à la tâche. Les thèses professionnelles qui ont sanctionné la fin d’études ont toutes porté sur les enjeux des «villes créatives et durables». Les travaux d’Ibrahim Sogoba, 23 ans, ont porté, par exemple, sur l’intégration des TIC dans les systèmes automobiles en milieu urbain. «Il s’agit de technologies permettant aux véhicules de communiquer entre eux et de communiquer avec les automobilistes, explique-t-il. L’objectif c’est de remédier aux problèmes tels que les embouteillages, les difficultés de stationnement, le vol de véhicules, etc.» Le jeune diplômé travaille notamment avec Eliocity, la PME lilloise qui a mis au point le boîtier Xee lequel connecte le smartphone de l’usager à son véhicule. Gérard Delor, le plus âgé de la promotion, développe quant à lui le Blue Localizer, une technologie utilisant des balises, destinée à localiser des personnes en environnement fermé pour des applications de guidage et de sécurité. Au-delà des thèses soutenues, «les ingénieurs des villes intelligentes» se préparent donc à explorer de multiples champs d’innovation dans des domaines tels le transport, la production et la distribution d’énergie, la gestion de l’eau, le service public, etc. Condition pour accéder à la formation : être titulaire d’un bac +5. La promotion suivante compte une dizaine «d’étudiants». Jean-Paul Delevoye, président du Conseil économique social et environnemental, était l’invité d’honneur de cette cérémonie de remise de diplômes.
  18. 18. Le CITC à Lille lance à destination des étudiants un concours du “meilleur objet connecté” Centre de ressources technologiques (CRT), de formation, d’expertise et d’expérimentation dédié à l’Internet des objets, spécialiste des technologies sans contact et basé à Lille, le CITC (Cluster de l’Internet des objets (http://www.citc-eurarfid.com/en/en-technologies/la-rfid.html)) lance ...un concours international baptisé MOC (Meilleur objet connecté). Ce concours international s’adresse aux étudiants de tout cursus, avec comme objectifs affichés de susciter la créativité de cette jeune communauté, de favoriser l’émergence de projets innovants en cours de cursus universitaire et de créer un lien entre les étudiants et les organismes du privé et/ou les structures d’accompagnement au développement économique et technologique. Les innovations technologiques ou d’usage pourront porter sur l’ensemble des thématiques liées à l’Internet des objets, qu’il s’agisse de projets relatifs à la "maison intelligente" (Smart Home), à l'usine intelligente ou à la robotique (Smart Fabrik), à la mobilité, à l’énergie, à la ville, au divertissement ou à la Culture. Ce concours entre en plein dans les missions du CITC dont celle de diffuser les usages des technologies sans contact et de l’Internet des objets. Cette initiative, liée au monde du numérique, s’inscrit aussi dans la mouvance “Lille is French Tech (http://www.lille-is-frenchtech.com/)”, la candidature de la métropole lilloise à la labellisation “Métropoles French Tech”. L’objectif étant à ce niveau que la cité du Nord devienne la première des métropoles numériques françaises et figure à terme dans le Top 15 mondial. A l’issue du concours, le jury décernera jusqu’à 6 prix, et 5 000 euros sont à gagner. Au-delà, les projets vainqueurs bénéficieront de moyens financiers, humains et techniques nécessaires à la fabrication d’un prototype de l’objet connecté intelligent retenu, d’une visibilité forte à l’échelle nationale, voire internationale, d’un soutien pour une démarche de financement participatif (crowdfunding) et de la mise à disposition de locaux et d’accompagnement à la création d’entreprise. Le concours MOC est organisé en partenariat avec la banque CIC, Sopra, GDF-Suez, Ecometering, Inria, Eliocity, Plaine Images (http://www.plaine-images.fr/), EuraTechnologies (http://www.euratechnologies.com/), Aditec Pas-de-Calais, Lille Métropole et le conseil régional du Nord-Pas-de-Calais. Les renseignements pratiques sont accessibles ici (http://www.citc- eurarfid.com/news/511/57/Concours-international-etudiant-MOC-Meilleur-Objet-Connecte---Vous-avez-jusqu-au-1er-novembre-pour-participer.html ) sur le site web du CITC-EuraRFID. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 1 novembre 2014, l’audition des candidats au 15 novembre 2014 et la remise des prix du meilleur objet connecté aura lieu dans le cadre de la semaine de l’Innovation le 25 novembre 2014 sur le site d’EuraTechnologies à Lille. er http://www.lembarque.com/ajax/getarticle/id/... 07/10/2014 14:51
  19. 19. Améliorer l’expérience client grâce au magasin connecté du CITC EuraRFID Par Albane Hemon le 9 octobre 2014 Quoi de plus frustrant lorsque l’on est client d’un magasin de vêtements que d’essayer un pantalon, de constater qu’il est trop grand ou trop petit et de devoir se rhabiller pour aller en chercher un à sa taille ? Aujourd’hui, de nombreuses solutions cross canal permettent à vos clients d’éviter ce type de désagréments et d’améliorer leur expérience d’achat. C’est notamment le cas des objets connectés sur lesquels le CITC, cluster technologique à Euratechnologies, travaille. Leur projet de magasin connecté monté en partenariat avec le pure player Asos dans sa version 2013, donne d’ailleurs un excellent aperçu de ce que les objets connectés permettent de réaliser dans le domaine du e-commerce. Une cabine d’essayage et des vêtements connectés grâce à la technologie RFID Nous vous parlions il y a quelques temps du projet de digitalisation des magasins Kiabi avec Hobbynote qui fonctionnait avec bracelets connectés grâce à une puce RFID. Dans son magasin connecté, le CITC utilise également cette technologie. Chaque vêtement est en effet muni d’une étiquette sur laquelle est collée une puce RFID. Toutes les informations concernant le produit sont stockées dans cette puce : prix, stock, recommandations de produits similaires ou complémentaires, etc. Ainsi, lorsque le client entre dans la cabine d’essayage, un lecteur récupère les données de chaque article et fait apparaitre sur le miroir le prix total des articles, leur disponibilité dans d’autres tailles et des propositions de cross-selling. Le client a la possibilité de naviguer sur l’interface via un système de Kinnect (astucieux pour ne pas salir le miroir J) . Il peut ainsi appeler un vendeur si le produit n’est pas à sa taille ou même le commander en ligne si sa taille n’est plus en stock dans le magasin. Pour terminer le parcours client, en caisse, les articles et leur prix sont automatiquement détectés et le paiement s’effectue grâce à une carte bleue… sans contact bien sûr ! La démonstration en vidéo : Une vitrine connectée pour visualiser tous les produits en 3D Le magasin connecté du CITC offre également la possibilité, grâce à une pyramide holographique de faire apparaitre sous forme d’hologramme n’importe quel produit. Un système qui pourrait intéresser les boutiques du secteur du luxe notamment, où exposer un trop grand nombre d’articles peut se révéler dangereux. Le système fonctionne également grâce à des puces RFID. A chaque produit du magasin correspond une carte que l’on appose en haut de la pyramide et qui fait apparaitre le produit en trois dimensions. Améliorer l’expérience client grâce au magasi... http://lab.vente-privee.com/ameliorer-lexperi... 09/10/2014 11:33
  20. 20. Le CITC : un cluster technologique centré sur les objets connectés et le mobile Améliorer l’expérience client, fidéliser, gérer les flux, le CITC innove dans tous ces domaines et bien d’autres grâce aux objets connectés. La structure est à la fois académique mais rassemble également les entreprises pour les accompagner dans l’utilisation de ces technologies en mettant notamment à leur disposition un laboratoire spécialisé mais aussi grâce aux conseils d’experts. Pour en savoir plus, rendez vous par ici pour poser toutes vos questions au CITC. Améliorer l’expérience client grâce au magasi... http://lab.vente-privee.com/ameliorer-lexperi... 09/10/2014 11:33
  21. 21. INTERNET DES OBJETS : COMMENT LES OBJETS CONNECTÉS RÉVOLUTIONNENT-ILS LES USAGES ? Le jeudi 20 Novembre 2014 En quoi l’Internet des Objets peut-il être une source d’innovation pour les PME régionales ? En 2005 le Nabaztag faisait son apparition. Ce petit lapin communicant d’origine française a été l’un des premiers objets connectés orienté grand public. Depuis, le marché de l’Internet des Objets a explosé. D’ici 2018 il devrait générer 15 milliards de dollars de chiffre d’affaires dans le monde. La France, pays précurseur, profite de cette ébullition, et avec elle des entreprises régionales qui tentent de révolutionner les usages. L’énergie, l’interopérabilité, la miniaturisation des capteurs et la sécurité : les enjeux des objets connectés en 2014 Les objets connectés se caractérisent par une interaction mutuelle réalisée entre un objet physique et un environnement virtuel. Ils sont en train de révolutionner nos vies : le suivi d’activités (pulsations cardiaques, kilomètres parcourus…), la gestion de la maison (l’habitat intelligent) et la e-santé (suivi à distance, alertes…) sont actuellement les 3 marchés porteurs, du point de vue grand public. Au niveau industriel, l’optimisation énergétique est un sujet à fort potentiel. En quoi l’Internet des Objets peut-il être une source d’innovation pour les PME régionales ? Un objet est rendu connecté et intelligent via la rencontre de 3 mondes : les télécoms, l’électronique et l’informatique. Le Nord-Pas de Calais a la capacité de créer son propre écosystème car il dispose de personnes spécialisées sur ces 3 axes, au niveau recherche, entreprises et startups. Aussi, des formations dédiées à l’Internet des Objets ont été créées et des startups commencent à se distinguer. Ce contexte prometteur doit permettre à la région de se positionner comme un territoire moteur en France et en Europe. Et ainsi permettre d’intégrer plus largement cette notion au sein des 6 Domaines d’Activités Stratégiques identifiés dans la Stratégie Recherche Innovation pour une Spécialisation Intelligente. Pour en savoir plus : Contactez Chekib Gharbi , Directeur Général CITC-EuraRFID CAS CONCRET : Click & Collect : une boîte aux lettres connectée qui facilite la réception et le renvoi de colis Depuis 2 ans, l’entreprise Signée fabrique et commercialise des boîtes aux lettres en résine. Lionel de Bruyne, le dirigeant, a constaté des difficultés à se faire livrer en toute sécurité des colis chez soi mais également concernant le renvoi de marchandises, qui reste une contrainte pour les consommateurs. « Je suis dirigeant d’une 2ème entreprise, Si Your, qui distribue des produits connectés. Connaissant donc bien cet univers, j’ai identifié un projet potentiel de boîte aux lettres connectée », explique Lionel de Bruyne. Le concept : une boîte à colis qui dialogue avec son utilisateur grâce à Internet et une puce bluetooth 4.0. Comment ça marche : une puce connectée à une box Internet communique avec une puce bluetooth intégrée à un smartphone. Via une application, l’utilisateur reçoit une notification en temps réel au moment de la réception d’un colis. Si le produit reçu ne convient pas, l’utilisateur peut alors le signaler via l’application. Il remet alors le colis dans la boîte aux lettres et la société de livraison est prévenue de la récupération du produit. Le projet innovant est en cours de finalisation. Un prototype a été présenté lors de la dernière édition du CES (Consumer Electronics Show). Une commercialisation est prévue pour fin 2015 / début 2016. Pour en savoir plus : Contactez Antoine Georgelin Charge de projets 06 98 28 67 18 Internet des objets : comment les objets conne... http://jinnove.com/Paroles-d-entrepreneurs/In... 21/11/2014 14:37
  22. 22. "J'aimerais que tout le monde la voient", s'est exclamée la secrétaire d'Etat, qui était accompagnée par la maire de Lille Martine Aubry, à la fin de la visite. "Quand je parle de numérique, les gens sont pour ou contre et en ont une vision un peu abstraite. Ceux qui sont contre le numérique pensent qu'il s'agit d'une espèce d'incantation pro-technologique qui éloigne de l'humain et les pour considèrent eux que le numérique va sauver le monde". Inauguration de la maison du futur à Lille truffée de gadgets numériques La secrétaire d'Etat au numérique Axelle Lemaire a inauguré vendredi la troisième version de la "maison intelligente" (smarthome 3.0) du futur à EuraTechnologies à Lille, avec son cortège de gadgets numériques comme le "miroir magique" ou la "table fantastique". © France 3 Nord Pas-de-Calais économie AFP Publié le 28/11/2014 | 18:36 Inauguration de la maison du futur à Lille truff... http://france3-regions.francetvinfo.fr/nord-pas... 01/12/2014 09:41
  23. 23. Axelle Lemaire à Euratechnologies "Au-delà des caricatures, le numérique c'est avant tout ce type d'innovations qui changent la vie du quotidien", a-t-elle estimé. Ainsi, au milieu de l'atrium de cette ancienne usine de textile superbement réhabilitée et dédiée désormais aux technologies de la communication, la secrétaire d'Etat a pu découvrir les dernières trouvailles des starts-up du monde numérique. Parmi les récentes innovations de la maison du futur d'une centaine de m2 figure un étonnant "miroir magique". Quand on se saisit de la brosse à dents, le miroir nous identifie et affiche les dernières informations de son profil Facebook ou les résultats des équipes de sport favorites. Sans omettre le compte à rebours des trois minutes de brossage recommandées. Toujours dans la salle de bain, la "pharmacie intelligence" permet de scanner les ordonnances des médecins afin de prendre sa dose exacte de pilules. Dans la cuisine, l'application "Cooking ideas" (idée de cuisine), reliée à un écran encastré dans une table, Inauguration de la maison du futur à Lille truff... http://france3-regions.francetvinfo.fr/nord-pas... 01/12/2014 09:41
  24. 24. nous prévient, elle, des dates de péremption des aliments dans le frigidaire. Et, à partir d'une reconnaissance biométrique, les mobiliers de la cuisine s'adaptent au profil de la personne, en bloquant par exemple les tiroirs contenant des produits dangereux en cas de présence d'un enfant. Côté chambre, on peut déposer sur une table spécialement adaptée (la "table fantastique") un bulletin spécial permettant d'écouter des artistes, choisis par les médiathèques de Lille, avec plusieurs extraits musicaux des artistes. "On voit que le numérique s'invite à la maison comme outil de service", a dit Mme Lemaire, soulignant la "réussite" d'EuraTechnologies qui a vu la création de "3.000 emplois en cinq ans" avec désormais 140 PME françaises et étrangères. dans vos régions Valenciennes A2-A23 : un piéton fauché sur l'autoroute Des navires de guerre russes dans la Manche Un braquage violent dans une bijouterie à Crépy- en-Valois (60) France 3 Picardie Thiérache : décharge sauvage de vêtements France 3 Picardie Faut-il profiter du Black Friday pour vos cadeaux de Noël ? France 3 Haute-Normandie Recommandé par 1 Commentaire • • romainducitc • Petite précision sur l'article, le nom correcte du projet est smarthome 3.0 by CITC. Elle sera d'ailleurs ouverte au grand public à partir de janvier. ("J'aimerais que tout le monde la voient" Axelle Lemaire) Inauguration de la maison du futur à Lille truff... http://france3-regions.francetvinfo.fr/nord-pas... 01/12/2014 09:41
  25. 25. PUBLIÉ LE 28/11/2014 A LIRE SUR LAVOIXDUNORD.FR Lille : bienvenue dans la SmartHome 3.0, future maison du bonheur PAR FRÉDÉRICK LECLUYSE La secrétaire d’État au Numérique, Axelle Lemaire, et Martine Aubry ont inauguré, ce vendredi, la troisième version de la maison intelligente conçue par le Centre d’innovation des technologies sans contact (CITC). Connexion. Quelques jours après la labellisation de la métropole lilloise comme « Métropole French Tech », c’est presque une maison pour aller sur la planète Mars qu’a découvert la ministre en charge du numérique. Ici, à Euratechnologies, c’est sans doute dans un futur proche qu’on pénètre par une porte qui demeure, en apparence, très classique. Mais dès l’entrée dans la SmartHome 3.0 – les deux premières versions avaient vu le jour en 2011 et 2012 –, un système d’accès intelligent permet la détection et les gestions des droits d’accès au domicile en fonction des profils autorisés à entrer. À noter que l’ouverture automatisée de la porte rend la maison accessible aux personnes à mobilité réduite. Accueillie par Chekib Gharbi, directeur général du CITC, qui lui a fait effectuer le tour du propriétaire, Axelle Lemaire est passée au salon, où elle a découvert le Dashboard. Cuisine et navigation Sous cet anglicisme fleurant bon la lessive, se cache un outil d’interface et de pilotage de la maison : le ramassage des pou- belles, l’info citoyenne, etc. Elle y a croisé le robot Nao, un compagnon sympa qui permet par simple commande vocale d’éteindre la lumière ou de vous dire la météo du lendemain. Dans la cuisine, où le mobilier s’adapte au profil des habitants à partir d’une reconnaissance biométrique, la secrétaire d’État a pu tester l’application Cooking Ideas. Celle-ci accompagne en temps réel le cuisinier dans la réalisation des plats. Ce n’est plus de la cuisine, c’est de la navigation. Dans la salle de bain, elle a pu, ensuite, s’extasier devant le miroir magique. Lors- qu’on se saisit d’une brosse à dents, le miroir identifie illico le propriétaire et lui délivre ses infos préférées : les cours de la Bourse, la victoire du LOSC, la défaite de Lens... Que du bonheur prolongé par la SmartPharma, une boîte à pharmacie qui génère des mails ou des SMS quand on oublie de prendre ses médicaments. Enfin, dans la chambre, un mobilier intelligent permet de partager ses livres avec des amis et de se connecter avec les bibliothèques du coin. Bonne nuit. La SmartHome sera visible en janvier à Euratechnologies, 165, avenue de Bretagne à Lille. Lille : bienvenue dans la SmartHome 3.0, futu... http://www.lavoixdunord.fr/region/lille-bienv... 01/12/2014 09:42
  26. 26. Recommandé par Un livret d’épargne « Troisième révolution industrielle » made in Nord - Pas-de-Calais! Des tricoteuses reçues à La Piscine et l'avant-goût d'un succès enfin noué Vie nocturne à Lille : que changeront les annonces de Martine Aubry ? Affaire du cimetière de Wattrelos : va-t-il falloir ouvrir des tombes? Villeneuve-d’Ascq : le projet architectural du BEAM accueillera le nouveau siège régional d’Orange Lille : bienvenue dans la SmartHome 3.0, futu... http://www.lavoixdunord.fr/region/lille-bienv... 01/12/2014 09:42
  27. 27. ACTUALITÉS COMPARATIFS & TESTS 01netTV TELECHARGER FORUM LE MAGAZINE APPLI VIDÉOS LIVRES BLANCS BAROMÈTRES Retours d'expérience Guides pratiques Big data, open data Espace DSI Carrière et emploi Telecharger pro Avis d'experts E-commerce Culture start-up Sécurité Services, distribution Télécoms, mobilité Cloud, stockage, infra Logiciels, applis Réseaux sociaux P. S. avec AFP 01net le 28/11/14 à 18h15 laisser un avis Tweeter 8 3 © PHILIPPE HUGUEN / AFP agrandir la photo P envoyer par mail imprimer l'article Tweeter 8 3 01Business > Actualités Axelle Lemaire inaugure la maison du futur d’EuraTechnologies En visite dans la métropole Lilloise, la secrétaire d’État a inauguré avec Martine Aubry un habitat numérique dont chaque pièce est équipée d’objets connectés. our la métropole lilloise, l’obtention du label FrenchTech est un événement. D’autant que, comme l’a noté il y a quelques jours Axelle Lemaire, notre secrétaire d’État au numérique, parmi les neuf territoires labellisés, « Lille Métropole, est l’un des trois poids lourds ». À peine ce label obtenu, Axelle Lemaire a décidé de se rendre dans le Nord. Reçue par Martine Aubry, maire de Lille et Damien Castelain, président de Lille Métropole, la secrétaire d’État s’est rendue à EuraTechnologies pour rencontrer les startups et pour inaugurer la troisième version de la « Maison intelligente ». « On voit que le numérique s'invite à la maison comme outil de service », a dit Mme Lemaire, soulignant la « réussite » d'EuraTechnologies qui a vu la création de « 3 000 emplois en cinq ans » avec désormais 140 PME françaises et étrangères. « J'aimerais que tout le monde la voie », s'est exclamée la secrétaire d'État devant cet habitat numérique blindé d’objets connectés. Parmi ces innovations, figure un étonnant « miroir magique ». Quand on se saisit de la brosse à dents, le miroir nous identifie et affiche les informations récentes de son profil Facebook ou les résultats des équipes de sport favorites. Sans omettre le compte à rebours des trois minutes recommandées pour le brossage. Toujours dans la salle de bain, la « pharmacie intelligence » scanne les ordonnances pour préparer les médicaments à prendre. Dans la cuisine, l'application « Cooking ideas » (idée de cuisine), reliée à un écran encastré dans une table, prévient lorsque les aliments stockés dans le réfrigérateur vont dépasser les dates de péremption. Et, à partir d'une reconnaissance biométrique, les mobiliers de la cuisine s'adaptent au profil de la personne, en bloquant par exemple les tiroirs contenant des produits dangereux en cas de présence d'un enfant. Côté chambre, on peut déposer sur une table spécialement adaptée (la « table fantastique ») un bulletin spécial permettant d'écouter des artistes, choisis par les médiathèques de Lille, avec plusieurs extraits musicaux des artistes. Lire aussi : - À Matignon, Manuel Valls se plie au jeudigital d'Axelle Lemaire (21/11/2014) @01Business_fr sur   Agence Ova Design, le Journal is out! paper.li/Ovadesignstudio Stories via 01Business_fr@ Ova Design Ova_Design@ Le Cigref# publie un guide sur les réseaux sociaux d’entreprise via 01Business_fr@ bit.ly/1yzVxpb Retweeté par OK.KinderhookRG Bert van Loon bertvanloon@ Étendre Desoutter déploie une appli mobile pour ses commerciaux et partenaires avec Oodrive Cindy Taverne CindyTatYucatan@ 46m 1h 1h Tweets Composer un nouveau Tweet... à lire aussi SUR LES MÊMES THÈMES Numericable, Yahoo!, Newpharma... Les rachats IT de la semaine Vente-privee est épargné par l'Autorité de la concurrence Droit à l'oubli étendu au «.com »: un nouveau casse-tête juridique en perspective Paris et Berlin proposent un plan pour contrer Google, Apple, Facebook et Amazon Saint-Gobain, RFF, Laboratoires Pierre Fabre,... Les contrats IT de la semaine Le rachat de SFR par Altice et Numericable est bouclé [Vidéo 01 Replay] Philippe Lemoine: "Mélanger technologie et humain" Stéphane Richard à Hong-Kong pour trouver un partenaire à Dailymotion [Vidéo 01 Replay] Pour une majorité de Français, le choc de simplification reste flou Dans les coulisses du dernier lab de Capgemini [Vidéo 01 Replay] Ce qu'il fallait retenir de l'actualité IT de la semaine du 17 novembre Les facteurs clés de succès des GAFA 0J’aimeJ’aime 0RecommanderRecommander ShareShare 0J’aimeJ’aime 0RecommanderRecommander ShareShare Page 1 sur 3Axelle Lemaire inaugure la maison du futur d’EuraTechnologies 01/12/2014
  28. 28. ACTU PRÉCÉDENTE Numericable, Yahoo!, Newpharma... Les rachats IT de la semaine ACTU SUIVANTE Après SFR, Patrick Drahi bien placé pour acquérir Portugal Telecom PAS D'AVIS SUR CET ARTICLE Avis sur «Axelle Lemaire inaugure la maison du futur d’EuraTechnologies» Parapharmacie en ligne : Newpharma rachète MonGuideSanté Résultats HP : ventes en berne sauf pour les PC C’est officiel, le Crédit Agricole rejoint Paylib Europe : l’ombre du groupe Springer plane derrière le démantèlement de Google N’enterrons pas trop vite les Google Glass Procès Uber : le VTCiste attaque la loi Thévenoud pour défendre UberPop Chronopost, Snecma, Hôtel Regina, UGIPS... Les contrats IT de la semaine Nouveau Toyota RAV4 Essayez le RAV4 Life Diesel Suréquipé dès 295€/mois, LOA 49 mois, sans condition de reprise » Cliquez ici Investissez dans le métal Les métaux de terres rares, matières premières en pénurie croissante avec RMB. Marché Risqué » Cliquez ici Ras-le-bol fiscal? Vous payez plus de 3000€ d’impôts par an ? Découvrez comment ne plus en payer dès 2014 ! » Cliquez ici Publicité LES BONS PLANS 01NET Promo : 15€ utilisable sur une sélection d'articles mode & frais... Jusqu'à 3,90% remboursés sur votre achat Carrefour.fr 0,50% remboursé sur votre achat PriceMinister Jusqu'à 6,50% remboursés sur votre achat Pixmania 4% remboursés sur votre achat Sephora Voir tous les bons plans Retrouvez-nous sur Facebook 01Business 9 361 personnes aiment 01Business. Module social Facebook J’aimeJ’aime À Découvrir Aussi par TaboolaContenus Sponsorisés iPad à moins de 30€. Voici l'astuce de nos experts EnchereVIP Connaissez-vous les plus Grands Dangers sur la Route ? Michelin Total Performance Découvrez quel âge a votre Cerveau Age-Cerebral.fr avec Page 2 sur 3Axelle Lemaire inaugure la maison du futur d’EuraTechnologies 01/12/2014
  29. 29. PUBLIÉ LE 30/11/2014 Roubaix: il n’y connaissait rien en menuiserie, pourtant il a sauvé Crouzet agencement PAR MARC GROSCLAUDE C’est un patron pour le moins atypique, ingénieur de formation, qui avoue qu’il ne connaissait strictement rien à la menuiserie quand il a repris Crouzet agencement, une PME de la rue d’Alger. Boîte au bord du gouffre, il l’a métamorphosée et prouve qu’on peut faire de la haute technologie avec des panneaux de bois… Jean-Maurice Morque arpente l’atelier, rangé au millimètre – ça a toute son importance. Près de lui, les compagnons découpent, assemblent des panneaux qui ici formeront un comptoir de magasin, là un espace d’attente dans une clinique. « On est un peu dans le luxe. On essaye d’épater les gens. » L’esprit du visiteur s’échappe dans le rêve quand le patron de l’entreprise donne une première clé pour comprendre comment il en est arrivé là : « séduction, justesse, méthode ». On peut donc rêver, mais sans ou- blier qu’il y a derrière tout cela beaucoup, voire énormément d’organisation… « Après des années comme consultant, j’ai compris que le conseil, j’avais plus à gagner à l’appliquer qu’à le vendre ». C’est en septembre 2009 que Jean-Maurice Morque a franchi le pas, lui qui fut pendant vingt ans salarié dans l’industrie puis associé dans la créa- tion d’une société de conseil et de création de logiciels à Croix. C’était le jour où le patron de la menuiserie Crouzet lui a an- noncé qu’il comptait déposer le bilan. L’entreprise avait été fondée en 1948 par un certain M.Plouvier, ébéniste à Wattrelos. Son fils l’avait reprise en 1974, pour la céder trente ans plus tard à celui qui lui a donné son nom, Crouzet. Jean-Maurice Morque était venu en mission de conseil, mais le gérant était déjà étranglé par sa trésorerie. « Je lui ai proposé de reprendre l’entre- prise. » Ça ne s’est pas fait tout seul. Il ne s’est pas payé pendant plusieurs mois pour recruter un commercial. « Les deux pre- mières années, j’ai perdu de l’argent. » La petite menuiserie de la rue d’Alger comptait dix salariés, ils sont trente aujourd’hui. La clé de ce retournement spectaculaire, Jean-Maurice Morque la trace au feutre sur un tableau, disséquant dans un schéma tout ce qui enlève de l’efficacité dans l’entreprise. « Sur une année, on peut faire des économies phénoménales. » L’environnement éco- nomique extérieur, « c’est juste une hypothèse de travail », il faut juste consacrer les ressources nécessaires à l’objectif de croissance que l’on s’est fixé. Il fait sien une sorte de « pragmatisme éclairé » où « la contrainte nous force à l’excellence ». Cela peut paraître nébuleux. Mais beaucoup viennent aujourd’hui lui demander sa recette. De la technologie dans un meuble en bois… Il faut objectivement s’accrocher (et avoir quelques heures devant soi) pour comprendre la méthode de Jean-Maurice Morque. On y croise des notions évidentes mais pas souvent appliquées de partage d’informations entre salariés, de chasse au gaspi… « Il y a des choses pour lesquelles le client n’est pas prêt à payer », explique-t-il. Alors il faut réduire tous les moments inutiles. Un exemple ? Dans l’atelier de Crouzet Agencement, Bruno, l’un des salariés, a construit un meuble où les tiroirs peuvent être sortis et être chargés dans un chariot, quand il part travailler chez un client. Pas de perte de temps à chercher Roubaix: il n’y connaissait rien en menuiserie... http://www.nordeclair.fr/info-locale/roubaix-il... 01/12/2014 10:25
  30. 30. A LIRE SUR NORDECLAIR.FR Recommandé par ses outils. Il appelle ça le « lean », théorie de l’organisation qui a nourri Jean-Maurice Morque. Et ça marche, de toute évi- dence. Aujourd’hui, avec son efficacité et sa quête de l’excellence, la petite entreprise roubaisienne est en train de se faire une place dans le paysage économique régional. Elle participe au projet de « smart home » à Euratechnologies et au projet de « maison de retraite du futur » du Clubster santé (qui fédère des entreprises tournées vers l’innovation dans le domaine médical). « On peut mettre de la technologie dans un meuble en bois », explique celui qui travaille sur une table connectée, avec écran escamo- table, recharge de téléphone par induction… Pas étonnant aussi que Crouzet soit aussi de la partie du côté du projet Bl@an- chemaille. Rugby/ProD2 - Narbonne- Biarritz annulé en raison des intempéries Lille: un anniversaire qui coûte très cher Tourcoing: roué de coups pour avoir voulu chasser des perturbateurs Tourcoing : une procédure judiciaire a stoppé l’ouverture de la parfumerie Equivalenza Égorgé comme un animal Roubaix: il n’y connaissait rien en menuiserie... http://www.nordeclair.fr/info-locale/roubaix-il... 01/12/2014 10:25
  31. 31. Geneviève Hermann, à Lille | 02/12/2014, 14:25 - 696 mots EuraTechnologies a fait le plein d'entreprises, d'élus et d'institutionnels lors de la première journée d'appel à contribution organisée pour construire l'avenir du numérique. A cette occasion, Axelle Lemaire a inauguré la SmarthHomme 3.0 et PSA Peugeot Citroën a signé un accord de partenariat avec EuraTechnologies. Appelés par le Conseil National du Numérique (CNNum) à venir échanger autour d'une table sur l'avenir du numérique en France, les Lillois se sont déplacés en grand nombre à EuraTechnologies vendredi 28 novembre. Présente à cette première journée d'appel à contributions organisée en région, Axelle Lemaire, secrétaire d'Etat au Numérique, s'est enthousiasmée de la dynamique créée par l'écosystème lillois. « On se rode avec vous à Lille pour lancer la construction de la république numérique telle que nous la voulons. Vous êtes des précurseurs. EuraTechnologies n'est pas uniquement un bâtiment totem qui sert à accueillir les entreprises du numérique, c'est un lieu d'affaires innovant où se mélangent startups et grands groupes. Ce lieu est extraordinaire. Plus de 96 % des projets incubés donnent lieu à une création d'entreprise. C'est une vraie réussite. A moi d'aller en parler partout y compris à l'étranger », a expliqué Axelle Lemaire. Les présidents des agglomérations de Valenciennes, Lens, Calais et Lille étaient tous réunis autour du ministre pour fêter à cette occasion la labellisation French Tech de Lille's Région qui réunit sous sa bannière l'ensemble de ces métropoles. Le Nord-Pas-de-Calais ambitionne de passer de 2.000 à 4.000 entreprises travaillant dans le numérique d'ici une dizaine d'années en Damien Castelain, président de Lille Métropole, s'est adressé à Axelle Lemaire : « Je regrette qu'on n'aille pas assez vite dans le déploiement du très haut débit. Nous avons besoin de votre aide pour inciter les opérateurs à respecter leurs engagements. Il faut relancer la dynamique initiée par la convention "France très haut débit", d'autant que la fusion entre SFR et Numéricable risque de la freiner. » (Crédits : DR) Lille se mobilise pour l'avenir du numérique e... http://www.latribune.fr/regions/nord-pas-de-ca... 03/12/2014 09:29
  32. 32. jouant sur la complémentarité de ses territoires. De quoi créer 50.000 emplois. Damien Castelain, président de Lille Métropole, s'est adressé à Axelle Lemaire : « Mais je regrette qu'on n'aille pas assez vite dans le déploiement du très haut débit. Nous avons besoin de votre aide pour inciter les opérateurs à respecter leurs engagements. Il faut relancer la dynamique initiée par la convention « France très haut débit » d'autant que la fusion entre SFR et Numéricable risque de la freiner ». Une demande entendue par la secrétaire d'Etat qui s'est engagée à s'y pencher avant d'aller inaugurer la SmartHome 3.0 aux côtés de Martine Aubry, maire de Lille. Conçue par le Centre d'innovation des technologies sans contact (CITC), cette maison du futur sera ouverte au grand public en janvier prochain. C'est un démonstrateur à échelle 1 dédié à la promotion de l'innovation en matières d'habitat intelligent. Axelle Lemaire : « On y voit comment le numérique s'invite comme outil au service des habitants et comment il aide les personnes âgées et celles qui sont handicapées. J'ai été très impressionnée par la table connectée ». Cet outil d'interface et de pilotage de la maison, le Dashboard, donne en temps réel un grand nombre d'informations sur le ramassage des poubelles, les animations de quartier, les échanges sociaux entre citoyens, les consommations énergétiques, etc. A quelques pas de cette maison du futur, une autre actualité attendait Axelle Lemaire. Celle de l'annonce d'un partenariat entre PSA Peugeot Citroën et EuraTechnologies visant à rapprocher le constructeur et les startups lilloises sur des projets liés au numérique. La marque travaille déjà avec l'agence Taktus sur la création d'applications pour interfaces tactiles pour un projet destiné à ses points de vente à l'occasion du lancement de la nouvelle DS. Christophe Rauturier, en charge des systèmes d'information Services Pièces Client et Digital à la direction des programmes de PSA Peugeot Citroën : « Nous avons un bureau dédié à EuraTechnologies. Nous y avons détaché un de nos collaborateurs un jour par semaine ». Organisés en parallèle de ces manifestations, les ateliers contributifs donnaient lieu à de nombreuses propositions reprises en synthèse à la fin de cette matinée menée tambour battant. Avoir un meilleur encadrement de la publicité digitale, donner un statut spécifique aux jeunes sociétés innovantes, mieux encadrer le Crowdfunding, ne pas se limiter à donner des indicateurs financiers sur les retours sur investissement, favoriser les écosystèmes innovants par des dispositifs fiscaux incitatifs, créer un guichet unique qui centralise toutes les aides à l'innovation.... Les idées ne manquaient pas. Elles sont toutes reprises sur la plateforme collaborative contribuez.cnnumérique (http://contribuez.cnnumerique.fr/) mise en ligne par le Conseil National du Numérique. Lille se mobilise pour l'avenir du numérique e... http://www.latribune.fr/regions/nord-pas-de-ca... 03/12/2014 09:29
  33. 33. Lille se mobilise pour l'avenir du numérique e... http://www.latribune.fr/regions/nord-pas-de-ca... 03/12/2014 09:29
  34. 34. Deux projets élèves distingués Trois élèves du Mastère Spécialisé Créacity distingués au Concours du MOC (Meilleur Objet Connecté) organisé dans le cadre de « J’innove en Nord-Pas- de-Calais » : Alexy Rey et Pierrick Mirabel : projet Facili’Tri – (Prix CIC), une poubelle intelligente qui optimise le tri des déchets par le biais de technologies sans contact RFID, qui les pèse pour évaluer le prix au poids et qui permet de compacter et optimiser les tournées des éboueurs. Abdelaziz Rajim : projet ISpec – (Prix Euratechnologies), une sonde qui détecte les taux de pesticides, par exemple dans les fruits et légumes, la qualité de l’eau… et qui renvoie l’information. David Simplot-Ryl, robot en main, directeur du centre de recherche INRIA Lille Nord Europe et Chekib Gharbi, directeur général du CITC, entourés des jeunes lauréats du concours « objets connectés ». Deux projets élèves distingués http://www.polytech-lille.fr/deux-projets-elev... 03/12/2014 09:55
  35. 35. www.lillemetropole.fr 18 l 19 Roumics Community MobilUnion : bougeons malin Des voitures qui se garent seules, des routes en panneaux solaires, des parkings pressing ou relais- colis… les projets à l’étude et les initiatives de mobilité innovantes sont nombreux. La SEM ville renouvelée, aménageur de l’écoquartier de l’Union présente une exposition sur les déplacements “intelligents” de demain. Jusqu’au 17/12 à la maison de l’Union, 65 rue de l’Union à Tourcoing. Tél : 03 20 26 41 83 Le monde est là ! D’économie, de science, de démographie, d’éducation, de nouvelles technologies et, bien sûr, de la troisième révolution industrielle en Nord-Pas de Calais, il sera question lors du 8e World Forum Lille. Dirigeants de groupes internationaux, experts, ONG… se retrouveront lors de séminaires, d’ateliers et de conférences au cours desquelles seront présentées les bonnes pratiques mises en œuvre sur les cinq continents afin de mieux les comprendre et surtout les rendre contagieuses. 8e World forum Lille > Du 21 au 24/10 à Lille Grand Palais. Tél : 03 20 99 46 84 Lilliad : bibliothèque du 21e siècle “Un centre d’innovation, un lieu vitrine de la recherche au service des habitants de la métropole”. Lors de la pose de la première pierre du futur learning center, le 18 septembre à Lille 1, Damien Castelain a rappelé le soutien de Lille Métropole au plan campus, aux côtés de l’Etat et de la Région Nord-Pas de Calais. L’originalité de Lilliad learning center innovation est d’être adossé à l’université, à la formation et au monde économique. Dessiné par le cabinet d’architecture Auer+Weber+Assozierte, le bâtiment s’étendra sur 10 000 m2 . Il comptera 50 salles de travail et plus d’un millier de places équipées de connectiques pour ordinateur. Soutenu par Lille Métropole à hauteur de 5 M€, Lilliad symbolise le renouveau d’un campus “ouvert à tous et à forte visibilité internationale”. En attendant son ouverture prévue début 2016, fêtons la science les 9 et 10 octobre prochains à l’Xperium, un avant-goût de Lilliad, vitrine de la science et de l’innovation, situé non loin de la bibiothèque. Campus de Lille 1, Cité scientifique à Villeneuve d’Ascq. learningcenters.nordpasdecalais.fr Science-fiction ? Non, un parking de 48 mètres construit par Volkswagen à Wolfsburg en Allemagne, présenté dans l’exposition MobilUnion. Lille 1. C’est autour de l’emblématique bibliothèque circulaire du campus que se déploiera le Lilliad learning center innovation. ©AuerWeber/VIZE-LILLIADLearningcenterInnovation ©PascalineChombart ©AuerWeber/VIZE-LILLIADLearningcenterInnovation ©Sdu7cb Organisées par l’association Anis, les Rencontres OUvertes du Multimédia et de l’Internet Citoyen et Solidaire s’adressent aux fondus du numérique et de ses usages. La 11e  édition portera sur le thème des “biens communs”. Le 18/11, de 8 h 30 à 18 h à la Gare Saint- Sauveur, boulevard Jean-Baptiste Lebas à Lille. Inscription obligatoire sur www.roumics.com Objets connectés Le Centre d’Innovation des Technologies sans Contact, spécialisé dans l’internet des objets, lance un concours du meilleur objet connecté auprès du public étudiant. Objectif : imaginer et présenter une innovation technologique dont le prototype gagnant sera récompensé à Euratechnologies le 25 novembre, dans le cadre de la semaine de l’innovation. Dépôt des maquettes jusqu’au 1er /11. Règlement sur www.citc-eurarfid.com
  36. 36. Le concours étudiant du meilleur objet connecté Vous êtes étudiants ou groupe d'étudiants ? PARTICIPEZ ! + de 5000€ à gagner Faubourg du Numérique propose d'aider les groupes d'étudiants à construire une candidature et un projet pour ce concours ! Ce concours international étudiant du meilleur objet connecté s’adresse aux étudiants de tout cursus situé en France et à l’international. Le concours s’inscrit dans les missions du CITC et a pour objectif de dynamiser la démarche de créativité et d’innovation des étudiants afin de favoriser l’émergence de projets innovants et les démarches entrepreneuriales. Diffuser les usages des technologies sans contact et de l’Internet des Objets : une des missions du CITC. Son expertise technologique relative au monde de l’Internet des Objets et son réseau académique place le CITC au cœur de l’écosystème régional de l’Internet des Objets. Peuvent participer au concours tous les étudiants sans limite d'âge. Calendrier : Lancement du concours : 23 septembre 2014 Clôture de l’appel : 1 novembre 2014 Audition : 15 novembre 2014 Diffusion des résultats : 20 novembre 2014 Remise des prix : 25 novembre 2014 er
  37. 37. IJ No 2163- MERCREDI1••OCTOBRE 2014 WWW.OIRECTllllE.COM • • EUROSKILLS UNE PRÉPARATION-INTENSE ! vre sa passion et d'en vivre» insiste Michel Guisembert, Président de WorldSkills France. Comme les sportifs de haut niveau, les 35 «talents» de la délégation française ont suivi des stages de préparation technique, phy- sique et mentale. Parmi eux, Marine Tir- marche, 16 ans, qui concours dans la caté- gorie, «Aide à la personne - Health and Social Gare en binôme avec Clémence Parsy, élève infirmière. «J'ai bénéficié d'une préparaüon intensive au printemps à caen» raconte la lycéenne en bac professionnel «Accompagnement, soins et services à la personne» (ASSP) au lycée professionnel du Val de Lys de Estaires. Pendant une se- maine, Marine et les autres finalistes ont ap- '<' :5pris àse dépasser, se concentrer et gérer le ~ stress en compétition, notamment grâce àla - pratique quotidienne du sport. «Je dois ~ avouer que la grande difficulté reste la pré- !l sentation de l'épreuve devant le jury... © Après Rotterdam en 2008 (Pays-Bas), Lisbonne en 2010 (Portugal) et - Spa-Francor- champs en 2012 (Belgique), les Euroskills s'installent à Lille Grand Palais pendant trois jours. Du 2 au 4 octobre, plus de 500 jeunes venus de toute l'Europe, vont s'affronter et défendre les couleurs de leur pays. Maçon, tailleur de pierre, technicien automobile, web designer, cuisinier, aide- soignant.. .plus de 40 métiers sont repré- sentés avec un objectif : devenir le meilleur talent européen dans leur domaine. Plus qu'une compétition, les EuroSkills sont aussi un excellent moyen de faire découvrir des métiers d'avenir, de susciter des vocations et de promouvoir l'apprentissage. «A travers les EuroSkills, notre association s'efforce d'encourager les jeunes gens à s'engager dans ces filières, certes exigeantes, mais sources de très grandes saüstacüons. Exer- cer les méüers de menuisier, contrôleur in- dustriel, fleuriste, etc. C'est la chance de vi- dans la langue de Shakespeare !» conclut Marine espère porter haut les couleurs de la région et faire vibrer les 120 000 visiteurs Marine. • K. Abouchan attendus pendant la compétition. Le SNESUP-FSU refuse La Catho c.omme membre de la communauté d'universit~s et - établissements (COMUE), argùant des «principes de laïcité et de neutralité» etJance une pétition BOURSE DECLIC JEUNES POUR FINANCER SES PROJETS ! Déclic jeunes, y avez-vous pensé pour financer vos pro- jets ? C'est ce qu'a fait Maureen Ra- _ goucy, lauréate 2014, pour son enquête photographique autour de femmes ayant vécu la Seconde Guerre mondiale. «Elles me racontent un souvenir, pas forcément de la guerre», explique la jeune fille. Des entretiens menés à Lille, Paris, puis en Italie, en Allemagne, bientôt en Pologne. «Des histoires personnelles, pour com- prendre l'Histoire de la guerre à travers l'humain. Ces témoignages m'ont aussi permis de remettre en question la vie que l'on mène aujourd'hui, dans nos sociétés de consommation. Le paradoxe entre leur jeunesse et la nôtre...»Le projet, très bien accueilli lors des précédentes expositions, et visible en ligne, se poursuit grâce au fi- nancement Déclic jeune, «une référence nationale, et internationale. Cela crédibi- lise mon projet, m'ouvre des portes. En tant qu'artiste, on doute sans cesse : être soutenue par cette fondation prestigieuse, c'est très important!» En 2015, la Fonda- tion de France propose 30 bourses de 7600€, à destination des 18/30 ans, qui ont jusqu'au 1er novembre pour déposer leur candidature, dans des domaines aussi variés que les sciences, l'environne- ment, l'art, l'action sociale... Les conseils de Maureen ? «Il faut que le projet soit déjà bien ancré, initié, que l'on y croit, avec l'envie de le faire vivre. Le dossier à compléter s'avère assez copieux, il faut justifier de son investissement person- nel», et ne pas traîner à le remplir ! • Stéphanie Morelli -- -- - C'est le nombre·de diplômés des grandes écoles du Nord-Pas de Calais chaque année, dont3000 ingé- nieurs. Plus de 40% des diplômés en sciences de la région. Sur les 430 thèses annuelles, 180 viennent des - grandes écoles, dans plus de 75 labos. la CRGE, c'est 23 grandes écoles, et 30 000 étudiants sur les 156 000 que compte la région. Agenda •coNCOURS Le concours international du meilleur objet connecté intelligent (MOC) s'adresse aux étudiants de tout cur- - sus : le jury sélectionnera jusqu'à 6 prix, jusqu'à 5000€. Clôture de l'appel : 1er novembre moc2014@citc-eurarfid.com .NOCTURNE Nocturne au Louvre-Lens pour dé- couvrir le musée en compagnie d'étu- diants de la région ! Présentations _ d'œuvres, lectures, ateliers, démons- trations scientifiques, actions décalées et interactives :gratuitetouvert àtous. Expo «Les Désastres de la guerre» gratuite pour les étudiants et moins de 26 ans pendant la nocturne. Louvre Lens, 99 rue Paul-Bert 62300 Lens MULTIMÉDIA NOUVEAU CURSUS! Les métiers du web sont en plein essor et la région est devenu un acteur de premier plan dans le paysage numé- rique français. Si les formations en informatique ne manquent pas, les cursus spécialisés dans le multimédia sont plus rares. Avec sa nouvelle licence profession- nelle techniques et activités de l'image et du son (TAIS) spécialité conception web et produits multimédias, l'Institut universi- taire de technologie de Lens offre une for- mation de qualité. Ce diplôme offre une triple compétence orientée informatique- multimédia-communication très recher- chée sur le marché de l'emploi ! Inscrip- tions et informations sur le site jusqu'au 3octobre: www.iut-lens.univ-artois.fr • · Khadija Abouchan • +
  38. 38. La Voix du Nord Demain, le commerce sera connecté ou ne sera pas, alors emmenez votre magasin avec vous Publié le 22/10/2014 Faire du shopping quand on veut, partout, n’importe quand… Le rêve du consommateur est aussi celui des enseignes. La 18e édition du salon de la vente à distance et du e-commerce (VADconext), qui a ouvert ses portes lundi à Lille Grand Palais, en est la plus parfaite illustration. Près de 200 exposants régionaux mais aussi internationaux, nous invitent à découvrir la « new shopping experience » (nouvelle expérience d’achat) ou les boutiques du futur, connectées, forcément connectées ; « Le e-commerce a révolutionné la vente à distance il y a une dizaine d’années. Aujourd’hui, le commerce connecté révolutionne les magasins », explique Éric Platiaux, président du salon, qui passe cette année la main à Didier Farge (par ailleurs président de la société numérique lilloise Conexance). Trente-quatre millions de gens ont acheté sur Internet ces trois derniers mois, sur l’un des 147000 sites marchands répertoriés (+17 % par rapport à l’année dernière). Selon François Momboisse, président de la FEVAD (Fédération des entreprises de vente à distance), « 44 % des possesseurs de smartphone l’utilisent en magasin pour chercher un produit, comparer des prix, vérifier sa qualité. Il faut que les enseignes soient préparées à ce nouveau type de comportement ». Avec ses multiples start-up technologiques, ses laboratoires de recherche, ses grandes enseignes, son pôle de compétitivité PICOM, dédié aux industries du commerce, notre région est particulièrement en pointe dans le domaine du commerce connecté. Le salon VADconext en est une magnifique vitrine, que ce soit avec son Connected Innovation Village accueillant 20 jeunes sociétés régionales, ou le New Shopping Experience 5.0, laboratoire permettant de tester de nouvelles approches du parcours client, comme la consigne connectée développée par Keynosoft pour Ikea, ou le scanner 3D de la société roubaisienne Webpulser pour Auchan, etc. En janvier ouvrira à Euratechnologie le SILAB (shopping Innovation Lab), plateforme mutualisée d’innovation et de services, sélectionnée dans le cadre du programme des investissements d’avenir (PIA) et qui bénéficie d’un montant de 1,1million d’euros de crédits de l’État. Une étape de plus pour positionner davantage notre région comme leader de la révolution digitale commerciale. J.-M. PETIT
  39. 39. 5 ARRET SUR IMAGE 5 L e"ConnectedInnovation Lab" offre les moyens de repenser totalement la conception, jusqu’à la création d’un produit fini industrialisable (prototype validé prêt pour une série ou présérie), par le biais : • d’un accès à des outils et équipements à destination de prototypages professionnels (maquettage numérique, impres- sion 3D, plates-formes de test, plates-formes de fabrication) ; • d’un catalogue de formations et d’ateliers spécialisés sur l’utilisation des machines installées et sur les technolo- gies nécessaires à la création d’objets mobiles communi- cants, de réseaux de capteurs et d’intelligence ambiante ; • d’une aide et d’un accompa- gnement par des experts en développement de produits et en particulier des technologies sans contact et des systèmes et réseaux de communication sans fil ; • d’une aide au développe- ment de projets grâce à des méthodes d’analyse de viabilité des projets (ROI(1) , analyse du coût du cycle de vie d’un produit labéliséTCO(2) , éco-conception, etc.). Son originalité ? Deux lieux de création adaptés à chaque besoin, à destination des incubés, porteurs de projets, jeunes entrepreneurs, étudiants, salariés en formation, entreprises, chercheurs, particu- liers et amateurs de nouvelles technologies. Un premier espace, l’espace Internet des Objets, basé à Euratechnologies, dédié à la fabrication exploratoire de petits objets communicants (objets connectés, d’objet à personne, M2M(3) ), qui permet de mener des recherches et des installations expérimentales pour tester, évaluer et modifier des solutions innovantes. Diagnostic avant un passage en qualification dans un laboratoire privé, développement de bancs de tests spécifiques aux réseaux de communication par radio fréquence (RF), à la compatibilité électromagnétique (CEM), et à l’étalonnage de capteurs en fonction des environnements et contextes (précision, vitesse, température, pression…) sont autant d'utili- sations possibles. Cet espace offre également les moyens de réaliser et de mettre au point des applicatifs en pré-pilote : dévelop- pement logiciel, développement de capteurs, impression 3D, etc. Un second espace Smart Fabrik, situé au cœur de Lille, au centre de l’ENSAM, est consacré cette fois à la fabrica- tion à façon de prototypes industriels et d’objets volumi- neux. Il permet de traiter des questions de traçabilité des matières premières et de suivi de fabrication (ERP intégré, RFID(4) ), de mesure de qualité sur chaîne, de simulation de l’environnement industriel, de collaboration homme-robot, ainsi que des questions relatives au traitement des attentes des clients et des demandes de mass custumization. C’est ainsi un lieu dédié aux entreprises industrielles dans le secteur de l’automobile, du luxe, du textile, de l’agroalimentaire. CITC-EuraRFID • Innovation Center for Contactless Technologies Pour plus d’information sur le Connected Innovation Lab, contacter M. Chékib Gharbi, DG du CITC-EuraR- FID (cgharbi@citc-eurarfid.com) Centre d’Innovation des Technologies sans Contact Association loi 1901 CITC EuraRFID - EuraTechnologies 165, avenue de Bretagne - 59000 Lille Tél. + 33 (0) 320 191 852 Fax + 33 (0) 320 936 963 www.citc-eurarfid.com Nord-Pas de Calais, le Fab Lab, du projet individuel au catalyseur de projets industriels innovants ! Le Connected Innovation Lab est un atelier de création numérique spécialisé en électronique avancée, en systèmes embarqués et en informatique ubiquitaire. Il est né sous l’impulsion du CITC-EuraRFID (Centre d’Innovation des Technologies sans Contact) et de ses parte- naires : le pôle Ubiquitaire - Euratechnologies et L’École Nationale Supérieure d'Arts et Métiers. Ouvert à tous, professionnels comme non-professionnels, moyennant une adhésion, le Connected Innovation Lab a pour ambition de permettre au plus grand nombre de passer de l’idée à la conception d’un objet connecté intelligent. (1) Return On Investment ou Retour Sur Investissement. (2) TCO est un programme de certification suédois qui s’exprime sous la forme d’un label le TCO Certified et concerne le matériel informatique de bureau, le matériel de télécommunication. (3) M2M correspond à la notion de communication Machine à Machine. (4) Radio Frequency IDentification - : Technologie d'identification automatique qui utilise le rayonnement radiofréquence pour identifier les objets porteurs d'étiquettes lorsqu'ils passent à proximité d'un interrogateur. n Imprimante 3D MakerBot Replicator 2X dans l'atelier conception
  40. 40. PUBLIÉ LE 20/02/2014 Les entreprises peinent encore à appuyer sur le bouton de l’imprimante 3D VALéRIE SAUVAGE L’impression prend du relief. À la faveur de la baisse des prix, les imprimantes 3D se démocratisent. Mais les entreprises res- tent timides face à cette technologie. Il y a quelques semaines, le groupe britannique de défense BAE annonçait avoir fait voler un Tornado comportant des pièces métalliques « imprimées ». L’impression 3D révolutionnera-t-elle l’industrie ? Le modèle économique ? Nous n’en sommes pas encore là, tempère Charles-Albert De Medeiros, qui dirige le FabLab Lille (1). « On en parle beaucoup en ce moment car les prix ont beaucoup baissé, les brevets étant tombés dans le domaine public. Mais des grands groupes automobiles ou aéronautiques y ont recours depuis une vingtaine d’années. » À 2 000 ou 3 000 €, l’imprimante 3D est devenue accessible. La maison imprimée Concrètement, cette petite machine permet de reproduire en trois dimensions n’importe quel objet (jusqu’à une vingtaine de centimètres de côté), à base de plastique, de cire, de poudre minérale… Le champ des possibles semble infini. Un architecte néerlandais s’apprête à construire une maison à base de pièces imprimées (grâce à une machine capable de produire des blocs de 6 mètres sur 9). Plus modestement, on s’imagine chez soi remplacer un bouton de plaque chauffante cassé grâce à son im- primante personnelle. Retour sur terre. Pour imprimer le moindre objet, il faut créer au préalable un modèle sur un logiciel 3D (ce qui n’est pas don- né à tout le monde), utiliser un scanner 3D ou télécharger un modèle sur un catalogue dédié. En outre, l’opération prend du temps. À titre d’exemple, il faut 1 h 15 pour réaliser une coque d’iPhone avec une machine grand public. Pour le moment, « l’impression 3D permet de ne pas avoir recours à des sous-traitants pour réaliser des prototypes et ainsi de gagner en rapidité de développement », explique Charles-Albert De Medeiros. « Cette technique peut aussi être intéressante pour des objets uniques, personnalisés. » Dans l’état actuel des choses, il est cependant difficile de fabriquer de grandes séries par ce biais. « Les coûts de production sont plus élevés qu’avec les procédés traditionnels. C’est le temps d’immobilisation de la machine qui coûte cher. Plus que les matériaux. » Au-delà du prix, prévient Charles-Albert De Medeiros, « L’utilisation d’une imprimante 3D n’est pas aussi simple que celle d’une imprimante laser. Il faut la recalibrer, la dépanner. Elles ne sont pas encore très matures et donc pas complètement fiables. » Charles-Albert De Medeiros a créé le FabLab Lille il y a un peu plus de deux ans. PHOTO PIB Page 1 sur 2Les entreprises peinent encore à appuyer sur le bouton de l’imprimante 3D - Nord - P... 20/03/2014file:///C:/Users/Pauline/AppData/Roaming/aignes/WebSite-Watcher/bookmarks/book...
  41. 41. Autant de raisons qui pourraient expliquer que le recours à l’impression 3D ne soit pas encore un réflexe. Certes, dans la ré- gion, plusieurs marques du groupe Oxylane (Décathlon) ont recours à l’impression 3D pour réaliser des prototypes. Dans son FabLab ouvert depuis deux ans, Charles-Albert De Medeiros a accueilli quelques architectes, designers, chercheurs ou artistes. Le magasin Top Office de Villeneuve-d’Ascq propose d’imprimer des fichiers 3D en libre-service. L’hypermarché Auchan de Faches-Thumesnil a fait un test pour la même application. Les magasins U ont même commencé à commercialiser des impri- mantes 3D grand public. Mais les professionnels restent globalement frileux. Pour l’instant. 1. Un « Fab-lab » est un atelier numérique qui propose, entre autres, des imprimantes 3D. Le premier de la région, le FabLab Lille, a ouvert à Villeneuve-d’Ascq il y a deux ans (www.fablablille.fr). Un autre doit bientôt ouvrir à Calais. Et le CITC – Eu- raRFID doit en ouvrir un cette année à Euratechnologies. Il dispose d’ores et déjà de trois imprimantes 3D. Page 2 sur 2Les entreprises peinent encore à appuyer sur le bouton de l’imprimante 3D - Nord - P... 20/03/2014file:///C:/Users/Pauline/AppData/Roaming/aignes/WebSite-Watcher/bookmarks/book...
  42. 42. ...,.··. . ·I·M .·M·.. ·Q8'1·-~·..·_·....·_·;1~-·~:~';·~-_·_·..~-· ..·t.·fl'ij- ~;:1;. .:~_.._·~._._·.. i'l ·~.' '~.·.·ts_:::-..,;;lill.· -..·,_··:·;.:'!i·:··;;)}j(~~,.~c•• :.:.~.~..... ·:_·.....·M.14.::-.;.'· ' - · . :: · : ~:' Y:T ~. .... · .. ~2:~ · ,r..f··---~f ·. M ~: ~ ·. T·: ·$:: ~~'·:,·•:; ,[__,liicr·i / .·'·':~~ '-- · · . . · ·~:·:=r·i~: ·1 4 ··. · ·~ :. ·, · · ·.; :,; : · tJ ;.::~ ·'jww~· ··w·· .....,.,_ la·!!'! ·v·-'o'tx-,·rn· 'o·c'j}o:m···- · ·· ~ · · ~ ·.: · ~- . ,:l . · . : ·:· ). .,,. ._/ ·.. ·., ~ .'· :. .,. .. _,.. ; ... ' };;· ~: .. , : . ~- . . . .. ··.· Ht,. ~-·, . .· :.: .. ....·.. . · :~; ·~-·Ri~ •• • • • • • ' • • • • • • • • • • • • • • • • • • • , . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , • • • • • , • • • • • • • • • • • • • • • • • • • 1 • • • • • • , • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • , • • • • 1 • • • • • , • • • 1. 1 • • • • • • • • • • • • • • Il., • • • • • 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . , , • • • • • • • • • • • • • • • • La maison intelligente, c'est déjà demain ! Odette, 75 ans, pose son smartphone sur le mur intelligent pour appeler son petit-fils, sans avoir besoin de composer le numéro. Ell_e a découvert ce système lors d'une visite de la maison sans contact et intelligente baptisée Smarthome à Euratechnologies. Ce projet du centre d'Innovation des technologies sans contact (CITC) réunit le technologiques du présent et du futur. Connectées et intelligentes, les nouvelles maisons amélioreront, demain, le quotidien de chacun. À la cuisine, Catherine, une jeune femme en situation de mobilité ré- duite abaisse le plan de travail en vérifiant d'un coup d'œil le stock de nourriture dans le cellier. En un clic, elle fait apparaître les re- cettes adaptées à ses réserves. À côté. Lisa et Axel, 10 et 12 ans, lancent leurs disques sur la table magique. Axel regarde en même temps sur son téléphone la liste des livres de son ami Rémi et ceux qu'il va pouvoir partager avec lui dès lundi... Voilà à quoi ressemble- ra notre maison du futur, imagi- née et développée par le CITC. Un doux rêve ? Pas vraiment. La maison de demain remplie de puces et de capteurs est d'ores et déjà accessible. C'est d'ailleurs ce que démontre la smarthome by CITC d'Euratechnologies. La mai- son pilote de 50 m2 rassemble quelques prototypes et innova- tions avant-gardistes mais aussi et surtout des technologies déjà pré- sentes dans certains foyers. Piloter sa maison en restant chez soi Ouvrir sa porte depuis son smart- phone, .gérer sa consommation d'énergie. couper à distance son alimentation d'eau ou d'électri- cité, consulter sa liste de courses... autant de petits gestes désormais possibles grâce à des applications simples à mettre en œuvre. Si hier, on parlait de gadgets, aujourd'hui les technologies connectées et au- tomatisées représentent une véri- table aide pour les personnes âgées ou à mobilité réduite. Dans la région, des éléments de la Smarthome, imaginée par le CITC, ont déjà été intégrés dans La smarthome by CITC d'Euratechnologies: une maison pilote de 50m2 qui rassemble quelques proto· types et innovations. PHOTO LA VOIX ANNONCES certains appartements. Dom'ac- cess, une société de menuiserie et d'agencement du Cambrésis ins- talle régulièrement des cuisines à hauteur variable. Plan de travail et placard s'adaptent ainsi en hauteur. Pour rendre les loge- ments accessibles et agréables à vivre, Dom'Access propose d'ailleurs une offre globale pour réaliser les modifications à appor- ter au logement. À Noyelles-Godault, Hervé Crème, un chef d'entreprise lensois, pré- sident du groupement GP-Bat (re- groupant 49 PME du secteur) a lancé Senior Vie, un projet d'habi- tat adapté aux seniors et visant à les maintenir le plus longtemps possible à domicile. Pour concréti- ser ce projet, Senior Vie a lancé un La domotique et les technologies sans fil ne doivent plus faire peur ! pavillon témoin axé sur la domo- tique et la problématique du bien vieillir chez soi. Sécurité, autono- mie, bien-être au quotidien sont ainsi optimisés. Cet EPHAD à do- micile a été conçu en liaison avec des médecins, infirmiers, auxi- liaires de vie... Intégrées au sein d'une résidence classique, les technologies innovantes et sans contact du pavillon· témoin per- mettent notamment d'actionner les volets d'un claquement de mains, de faire fonctionner la hotte de cuisine avec une télécom- mande, de se déplacer la nuit grâce à un chemin lumineux... Des capteurs détectent même les chutes et déclenchent une alarme : un modèle de maison intelligente au service de la personne ! 2 000 € suffisent Pourtant, ce type de projet reste rare. « Nous avons de plus en plus de public à mobilité réduite et des personnes âgées intéressés par les services qu'offrent les technologies sans contact» explique Jérôme Lai- né, ingénieur en recherche et dé- veloppement au CITC d'Euratech- nologies. « Beaucoup pensent que cette maison du futur est trop nova- trice et donc hors de prix. » « S'il est vrai que le coût de ces tech- nologies restait élevé il y a encore cinq ans, il a vraiment baissé » ex- plique Jérôme Lainé. La domo- tique et les technologies sans fil ne doivent donc plus faire peur. Tout au moins en ce qui concerne les prestations de base comme la ges- tion par écran tactile ou smart- phone des volets roulants, de l'éclairage ou du chauffage. «Au- jourd'hui, 2000 € suffisent pour une installation par un profession- nel dans une petite maison ou un ap- partement, selon les options et le choix du matériel » souligne Mi- chael Hutin. ingénieur en bâti- ment intelligent chez Domo Sens, bureau d'études spécialisé dans la domotique, à Mons-en-Barœul. Une somme conséquente mais avec à la clef un gain en confort, en sécurité et en énergie. SOPHIE LUSSIEZ Aides financières et subventions Quelles aides fmancières peut-on obtenir pour une installation de technologies sans contact et/ou de domotique, sachant que la TVA spéciale travaux à 7% s'applique automatiquement ? Pour un projet précis répondant à un besoin précis, il existe différentes subventions : -Les aides de l'ANAH pour la rénovation des logements, à savoir une aide au fmancement des travaux de rénovation et de réhabilitation des logements de plus de 15 ans dégradés ou insalubres. Attribuée en fonction de la somme des revenus fiscaux de référence de l'année N-2 de toùs les occupants du logement, elle pourra être touchée par des personnes ayant des ressources très modestes (des revenus annuels n'excèdant pas 20 833 €) ou, dans une moindre mesure, par des ménages modestes» (avec des revenus de moins de 26 708 €). -Les aides pour les économies d'énergie dans la mesure où la domotique permet de diminuer efficacement les consommations énergétiques. TI est donc possible d'avoir accès à l'Eco prêt à ta~zéro (Eco PTZ 2012). TI~ accordé sans aucune co.b.dition de ressources pour des travaux de réhabilitation de systèmes d'assainissement non collectifs pour des travaux d'isolation thermique, d'installation, de régulation ou de remplacement du système de chauffage sous certaines conditions ou pour des travaux permettant au logement d'atteindre un seuil minimal de performance énergétique global. - Le crédit d'impôt · développement durable accordé sur les investissements qui améliorent la performance énergétique des bâtiments : il peut aller de 10 à 26 %. Pour en savoir plus, s'adreer à l'Agence Nationale pour l'Information sur le Logement (ANIL) : www.anil.org
  43. 43. PRODUCTION ROBOTIQUE Le robot obéit aux doigts Robots, Interface utilisateur, Production Robotique Par Jean-François Preveraud - publié le 4 avril 2014 à 09:00 Un système de pilotage en temps réél d'une main robotisée, fonctionnant sans contact avec l'utilisateur, a été conçu par l'équipe de recherche ''Ingénierie numérique des systèmes mécaniques'' du Professeur Olivier Gibaru, du laboratoire des sciences de l'information et des systèmes de l’antenne lilloise d'Art Métiers ParisTech. Pour s'affranchir de tout contact physique, ils utilisent l'interface Leap Motion de la société éponyme. Ce périphérique, qui se connecte via le port USB à un PC, détecte grâce à deux webcams intégrées la position précise en 3D, à 0,01 mm près, des doigts de toute main qui passe dans un volume enveloppe correspondant à une demi-sphère de 60 cm de rayon. L’objectif est de faire reproduire en temps réel le geste de l’expert par une main robotisée, constituée de trois doigts et placée à l’extrémité d’un bras robotisé UR10, afin de transférer au robot la pénibilité du travail et d'éviter les troubles musculo-squelettiques (TMS) à l’opérateur. L’équipe lilloise travaille maintenant, en collaboration avec le CITC EuraRFID, au développement d’applications industrielles utilisant ce périphérique 3D. Elle travaille aussi à l’amélioration de la sensibilité de la main robotique, afin d’être en mesure de reproduire la sensation de toucher et de prendre des objets très délicats.
  44. 44. Internet des Objets SEMANTIC WEB Soap SERVICES Expertise PARTAGE WEB 3.0 Innovation EXPLORATION NFC RFID RFID Réseaux de capteurs SANS CONTACT Communication ECHANGES Mobiles MOBILITÉ Internet of things Géolocalisation IDENTIFICATION 03 20 19 18 52 165 avenue de Bretagne 59000 LILLE (EuraTechnologies) @eurarfid (Twitter) contact@citc-eurarfid.com Suivez-nous www.citc-eurarfid.com

×