Domotique et prévention                     de la perte d’autonomie                  Outils et évaluation médicale        ...
Esoppe : dispositifs domotiques & téléassistance
Esoppe : dispositifs domotiques & téléassistance  1.   Interphonie déportée: communication avec la personne  2.   Bracelet...
Esoppe : dispositifs domotiques & téléassistance
Esoppe : principes de l’évaluation médicale  Justification médico-légale et éthique   – Ne pas mettre danger la santé de ...
Esoppe : acceptabilité des dispositifs domotiques   Le Taux d’Acceptation Domotique (TAD)    – C’est le rapport du nombre...
Esoppe : impact sur les chutes Contexte  − Problème majeur de santé publique (Insee, 2009)  − 1/3 chuteur entre 65 - 80 an...
Interventio  n  DSTAAugmentation                                         Augmentatiode la durée de                        ...
Esoppe : impact sur les chutes Résultats ajustés de l’évaluation − Diminution du risque de chute d’au moins 30%           ...
Esoppe : impact sur les chutes / hospitalisation Résultats ajustés de l’évaluation − Diminution du risque de chute d’au mo...
Esoppe : impact sur la dépression   Contexte    − 25% de personnes âgées en situation d’isolement,    − Prévalence de13% ...
Esoppe : impact sur l’organisation des aides à domicile    Contexte     − La dépendance financée par la branche de l’assu...
Esoppe : impact sur l’autonomie                                                                          Au début de léxpé...
Esoppe : utilité chez les malades d’Alzheimer    Contexte     − Problème majeur de santé publique     − Incidence des chu...
Esoppe : cas pratique chez le malade d’Alzheimer  Mme X                                    Mr Y       85 ans, veuve    ...
Esoppe : solutions   Mme X à 12 mois                       Mr Y à 12 mois   3 chutes graves évitées /12 mois      Déla...
Remerciements  Michel Billé, Alain Roquejoffre et Mylène Salle, sociologues  Conseil général de la Corrèze  Corrèze Tél...
Equipe de recherche HAVAEPr. T. Dantoine / Dr. A. Tchallathierry.dantoine@unilim.frachille.tchalla@unilim.frTél: 05 55 05 ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Conference sap esoppe

2 257 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 257
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
79
Actions
Partages
0
Téléchargements
11
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Conference sap esoppe

  1. 1. Domotique et prévention de la perte d’autonomie Outils et évaluation médicale *** Quelques résultats de l’expérimentation EsoppePr Thierry DantoineDr Achille TchallaMédecine Interne GériatriqueEquipe de Recherche EA 6310 HAVAEUniversité de Limoges – CHU de LimogesAlain RoquejoffreSociologue
  2. 2. Esoppe : dispositifs domotiques & téléassistance
  3. 3. Esoppe : dispositifs domotiques & téléassistance 1. Interphonie déportée: communication avec la personne 2. Bracelet ou pendentif électronique: alerte de secours 3. Tirette de douche: permet de donner l’alerte depuis la salle de bain (permet de secourir ou de rassurer en cas de risque de chute ou de chute) 4. Chemin lumineux: Aide au repérage nocturne (prévient les chutes nocturnes) 5. Détecteur de fumée et de gaz: signalent les fuites de gaz ou incendie 6. Détecteur d’activité: signale la présence de la personne à son domicile (alerte de fugue) 7. Centre de télé-assistance: appels de convivialité et gestion des alarmes
  4. 4. Esoppe : dispositifs domotiques & téléassistance
  5. 5. Esoppe : principes de l’évaluation médicale  Justification médico-légale et éthique – Ne pas mettre danger la santé de la personne âgée fragilisée par le vieillissement – Technologie innovante dans son usage  Evaluation de l’efficacité – Impact sur les principaux déterminants de la perte d’autonomie – Impact sur la prise en charge globale de la personne – Modélisation des paramètres technologiques pour optimiser l’efficacité  Evaluation de la tolérance – Déterminer les Evènements Indésirables (EI) liés aux équipements – Modélisation des paramètres technologiques pour diminuer les EIs  Evaluation du coût-efficacité – Comparer les bénéfices et risques – Impact médico-économique pour un déploiement de masse
  6. 6. Esoppe : acceptabilité des dispositifs domotiques  Le Taux d’Acceptation Domotique (TAD) – C’est le rapport du nombre de sujets ayant accepté l’équipement sur le nombre de sujets a équiper initialement – TAD = 97,3% – Pour les refus, la domotique était considérée comme « trop intrusif dans leurs intimités »  Cette bonne représentation de la domotique par les personnes âgées a été confortée par l’évaluation sociologique
  7. 7. Esoppe : impact sur les chutes Contexte − Problème majeur de santé publique (Insee, 2009) − 1/3 chuteur entre 65 - 80 ans, ½ chez les + de 80ans (Tinetti, N Engl J Med 1988; Painter et al, J Allied Health. 2009) − Gravité des chutes: 55000 fractures, 9000 décès, 1 millions de chutes /an (Dress, 2009) − Coût moyen de 8000 euros/chute soit 2 milliards /an (Dress, 2009) Objectifs − Diminuer le risque individuel de chute d’au moins 20% − Diminuer le risque individuel de chute grave d’au moins 15%
  8. 8. Interventio n DSTAAugmentation Augmentatiode la durée de n de la duréeséjour au sol de séjour au sol Modélisation de la chute à domicile et ses conséquences
  9. 9. Esoppe : impact sur les chutes Résultats ajustés de l’évaluation − Diminution du risque de chute d’au moins 30% 60 50 − OR= 0,33 IC95% [ 0,17 -0,65] 50 − NNT= 5 (5 équipés, un chuteur évité) 40 30,9 30 20 10 0 Groupe équipé en DSTA Groupe non équipé en DSTA Chute à domicile Paramètres Odds ratio 95% IC P-value Domotique et téléassistance avancée 0.33 [0.17 – 0.65] 0.0012 Age en dizaine d’années 2.82 [1.57 – 5.01] 0.0005 Type d’habitation 0.0329 Foyer logement 1.00 - Individuelle 2.14 [1.02– 4.48]
  10. 10. Esoppe : impact sur les chutes / hospitalisation Résultats ajustés de l’évaluation − Diminution du risque de chute d’au moins 30% − OR= 0,30 IC95% [ 0,12 -0,74] 30 − NNT= 6 (6 équipés, un chuteur évité) 25 25 20 15 9,3 10 5 0 Groupe équipé en DSTA Groupe non équipé en DSTA Chute à domicile avec hospitalisation Paramètres Odds ratio 95% IC P-value Domotique et téléassistance avancée 0.30 [0.12 – 0.74] 0.0091 Age en dizaine d’années 2.37 [1.15 – 4.86] 0.0190 Type d’habitation 0.0371 Foyer logement 1.00 - Individuelle 3.61 [1.08– 12.06] Comorbidités ( ≥3) 2.78 [1.02– 7.55] 0.0456 Milieu de résidence 0.0511 Rural 1.00 - Urbain 2.42 [1.00– 5.86]
  11. 11. Esoppe : impact sur la dépression  Contexte − 25% de personnes âgées en situation d’isolement, − Prévalence de13% en population générale (étude PAQUID) − Surmortalité de 10% à un an par rapport aux non déprimés  Objectif − Améliorer significativement la thymie des personnes âgées  Hypothèses d’action − Rupture de l’isolement 80 72,3 − Réassurance 70 64,6 − Stimulation des appels de convivialité 60 54,7 50 46,2  Résultats bruts de l’évaluation 40 − ↓ 26% dans le groupe DSTA 30 − ↓ 10% dans le groupe sans DSTA 20 − Réduction significative (p< 0,001) 10 0 Groupe équipé en DSTA Groupe non équipé en DSTA Dépressifs avant lexpérimentation Dépressifs après lexpérimentation
  12. 12. Esoppe : impact sur l’organisation des aides à domicile  Contexte − La dépendance financée par la branche de l’assurance-maladie (39 %), − Les départements (18 % via l’APA), − la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (10 %). − Les 33 % restants sont à la charge des familles. − Destiné en grande partie aux aides à domicile  Objectif − Aider à une meilleure organisation et coordination des aides à domicile 94 Pourcentage  Hypothèses d’action 92 91,5 − Moins de stress pour les aidants 90 − Sécurisation de l’environnement 88 86,7 86,5 − Moins de sollicitation de l’aidant 86 − Stimulation de la personne âgée 84 82 81,3  Résultat de l’évaluation 80 78 − ↓ 5% du recours à l’aide (groupe DSTA) 76 − ↑ 5% dans le groupe sans DSTA Groupe équipé en domotique Groupe non équipé en domotique − Réduction significative (p< 0,05) Aide à domicile au début de lexpérimentation Aide à domicile à la fin de lexpérimentation
  13. 13. Esoppe : impact sur l’autonomie Au début de léxpérimenation  Contexte 70 58,3 − Problème majeur de santé publique 60 47,9 − Nombre (Insee): 800.000 (2000), +50% (2040) 50 40 – Prise en charge publique:19 milliards € soit 1 30 23,4 % du PIB (2005) et 1,5 % PIB (2025) 20 15,6 19,2 12,5 13,5 9,6 10  Objectif 0 − Prévenir le déclin de l’autonomie fonctionnelle GIR 3 GIR 4 GIR 5 GIR 6 Groupe équipé en domotique Groupe non équipé en domotique  Hypothèses d’action − Stimulation à l’activité physique − Moins de chute => moins de syndrome post chute et de régression psychomotrice A la fin de lexpérimentaion 57,1 − Moins de syndromes anxio-dépressifs 60 − Amélioration de la qualité de vie 50 45,9 40 30  Résultat de l’évaluation 20,4 20 14,3 − Réduction non significative (p > 0,05) 6,1 8,2 7,1 10 4,1 − Durée d’expérimentation trop courte 0 − Utilité+++ de la grille SMAF ( à 2 ans) GIR 3 GIR 4 GIR 5 GIR 6 Groupe équipé en domotique Groupe non équipé en domotique
  14. 14. Esoppe : utilité chez les malades d’Alzheimer  Contexte − Problème majeur de santé publique − Incidence des chutes plus élevée chez les déments • Risque multiplié par 3 voire 4 ( van Doom et al, 2003) − Déclin cognitif très associé à l’augmentation du risque de chutes ( Allan et al, 2005)  Objectif − Améliorer la qualité de vie − Aider au maintien à domicile − Prévenir le déclin cognitif rapide  Hypothèses d’action − Stimulation affective − Prévention du syndrome confusionnel secondaire aux affections intercurrentes (chutes à domicile, hospitalisation…) − Détection rapide des fugues − Réassurance des patients et des familles
  15. 15. Esoppe : cas pratique chez le malade d’Alzheimer Mme X Mr Y  85 ans, veuve  72 ans, célibataire sans enfants  Seule à domicile à Clergoux (19)  2 nièces dans le Cantal  2 enfants à Paris  Aide ménagère 2h/j x 5  Aide ménagère 2h/j x 3  ATCD  ATCD – FDR cardio-vasculaire – Syndrome dépressif – Chutes à répétition – Maladie d’Alzheimer au stade de – Maladie d’Alzheimer au stade démence légère de démence modérée  Début expérimentation: MMS = 21  Début expérimentation: MMS =18  Équipée en DSTA /12 mois  Équipé en DSTA  Quels apports de la DSTA?  Quels apports de la DSTA? – Pour Mme X – Pour Mr Y – Pour les aidants professionnels – Pour les Nièces – Pour les enfants – Pour les aidants professionnels
  16. 16. Esoppe : solutions  Mme X à 12 mois  Mr Y à 12 mois  3 chutes graves évitées /12 mois  Délai de prise en charge plus – Dont 2 avec séjour au sol de rapide, Hospitalisation pour un moins de 5 minutes infarctus (par alerte DSTA) • Hospitalisation évitée  Amélioration de la thymie (GDS (traumatisme, passant de 21 à 1/30) Rhabdomyolyse…)  Moins isolé (plusieurs appels de – 1chute grave avec risque de convivialités) fracture du col de fémur évitée  Sentiment de réassurance => (Sur un escarbot pour un incitation à l’activité physique rangement de livre) (marche, jardinage…)  Amélioration de la thymie (GDS  MMS à 19 et toujours à domicile passant de 25 à 5/30)  Sécurisation du domicile  MMS à 22 et toujours à domicile  Nièces très rassurées et moins  Fils rassurés moins épuisés, épuisées économie (frais de 12 mois) pour  Admission en Institution retardée le placement => Maintien à domicile
  17. 17. Remerciements  Michel Billé, Alain Roquejoffre et Mylène Salle, sociologues  Conseil général de la Corrèze  Corrèze TéléAssistance (CTA) , Etablissement de la Fondation Caisse d’épargne et solidarité  Instances locales de Corrèze (coordinations gérontologiques, …)  Médecins libéraux de Corrèze  CHU de Limoges  L’Université de Limoges  Autonom’lab
  18. 18. Equipe de recherche HAVAEPr. T. Dantoine / Dr. A. Tchallathierry.dantoine@unilim.frachille.tchalla@unilim.frTél: 05 55 05 65 81Autonom’labp-merigaud@autonom-lab.frTél: 05 87 21 21 68

×