3e Colloque Spécialisé en Sciences            de l’Information    Veille stratégique et internet participatif : les   usag...
Plan de l’intervention Introduction Problématique Revue de littérature Méthodologie : vers la détection d’agents-facil...
Introduction Internet et ses applications web : nouvel enjeu   stratégique des organisations Des usages en développement...
Problématique De quelle(s) manière(s) la détection de signaux faibles   dans un contexte de veille stratégique sur Intern...
Revue de littérature Les signaux faibles comme « des surprises stratégiques :   des changements soudains, urgents, imprév...
Revue de littérature• Distinction entre un signal (signalisation volontaire) et un  « signe d’alerte précoce » (Blanco, 20...
Vers la détection d’agents-facilitateurs                                                             7Camille Alloing - Ch...
Vers la détection d’agents-facilitateurs• Développement des actes de collectes/prescriptions sur   les réseaux socionuméri...
Méthodologie• Recensement des « plateformes de curation » existantes,  et sélection de deux d’entres-elles : Scoop.it et  ...
Méthodologie : résultats• Recherche d’agents-facilitateurs pour la thématique « e-  réputation »• 51 profils identifiés su...
Analyse    • L’agent-facilitateur recouvre « la facette fonctionnelle      de la communication » (Wolton, 2009) : besoin  ...
Discussion    • Vision constructiviste de l’information : le « signe »      comme représentation subjective propre au réce...
Conclusion    • Accroissement de la « concurrence » entre le filtrage      algorithmique et humain/social    • Le filtrage...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Veille stratégique et internet participatif : les usages des agents-facilitateurs remettent-ils en question le concept de signal faible ?

3 060 vues

Publié le

Publié dans : Technologie, Business
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 060
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
955
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Veille stratégique et internet participatif : les usages des agents-facilitateurs remettent-ils en question le concept de signal faible ?

  1. 1. 3e Colloque Spécialisé en Sciences de l’Information Veille stratégique et internet participatif : les usages des agents-facilitateurs remettent-ils en question le concept de signal faible ? 1Camille Alloing – Christophe Deschamps -2011
  2. 2. Plan de l’intervention Introduction Problématique Revue de littérature Méthodologie : vers la détection d’agents-facilitateurs Analyse : agents-facilitateurs, cellule de veille et signal faible Discussion Conclusion 2Camille Alloing - Christophe Deschamps -2011
  3. 3. Introduction Internet et ses applications web : nouvel enjeu stratégique des organisations Des usages en développement : internautes autoritatifs (Broudoux, 2003) et pronétaires (de Rosnay, 2006) Démultiplication des « signaux faibles » (Ansoff, 1975) Développement d’une « économie de la contribution » (Stiegler, 2009) Identification d’une nouvelle classe d’usagers du web prescripteurs d’informations : les agents-facilitateurs 3Camille Alloing - Christophe Deschamps -2011
  4. 4. Problématique De quelle(s) manière(s) la détection de signaux faibles dans un contexte de veille stratégique sur Internet peut sappuyer sur les usages d’agents-facilitateurs ? Les usages des agents-facilitateurs remettent-ils en question le concept de signal faible ? 4Camille Alloing - Christophe Deschamps -2011
  5. 5. Revue de littérature Les signaux faibles comme « des surprises stratégiques : des changements soudains, urgents, imprévus dans les perspectives de l’entreprise » (Ansoff, 1975) « Un fait à propos duquel seules des informations partielles sont disponibles alors qu’une réaction doit être entamée, si l’on veut qu’elle soit parachevée avant impact sur la firme de l’évènement nouveau » (Ansoff, McDonnell, 1984) 5Camille Alloing - Christophe Deschamps -2011
  6. 6. Revue de littérature• Distinction entre un signal (signalisation volontaire) et un « signe d’alerte précoce » (Blanco, 2000) : • Qualitatif • Ambigu • Sans pertinence intrinsèque • Fragmentaire • De formes et sources diverses• « Chaque individu mémorise et construit du sens aux signes qu’il perçoit en fonction de son humeur, de ses intentions, de son projet, de son interprétation, de celui de l’organisation, de l’environnement, de sa mémoire et de ses expériences précédentes » (Caron-Fassan, 2001) 6Camille Alloing - Christophe Deschamps -2011
  7. 7. Vers la détection d’agents-facilitateurs 7Camille Alloing - Christophe Deschamps -2011
  8. 8. Vers la détection d’agents-facilitateurs• Développement des actes de collectes/prescriptions sur les réseaux socionumériques (Stenger, Coutant, 2010) visant à faciliter l’accès aux contenus numériques• « New billion-dollar opportunity » (Scoble, 2010) : les curators et la curation sociale de contenus• Apparition de nombreuses « plateformes de curation » pouvant être intégrées à un processus de « veille stratégique » (Lesca, Blanco) 8Camille Alloing - Christophe Deschamps -2011
  9. 9. Méthodologie• Recensement des « plateformes de curation » existantes, et sélection de deux d’entres-elles : Scoop.it et Pearltrees.com• Définition des critères de sélection des agents- facilitateurs : • Thématiques abordées • Volume de contenus • Nombre d’abonnés • Description de l’A-F • Comptes associés • Hétérogénéité des sources 9Camille Alloing - Christophe Deschamps -2011
  10. 10. Méthodologie : résultats• Recherche d’agents-facilitateurs pour la thématique « e- réputation »• 51 profils identifiés sur Pearltrees.com et 14 sur Scoop.it• Après application des critères, 3 profils sélectionnés pour chaque plateforme : • Ils proposent à eux 6 plus de 150 contenus différents • Ils ont un nombre d’abonnés entre 12 et 55 • Ils se présentent de manière claire et identifiable • Ils font un lien vers d’autres de leurs comptes • Se reposent sur une vingtaine de sources en moyenne 10Camille Alloing - Christophe Deschamps -2011
  11. 11. Analyse • L’agent-facilitateur recouvre « la facette fonctionnelle de la communication » (Wolton, 2009) : besoin d’informer, sans pour autant répondre à « la facette normative » (vérité) d’où risque de rumeur et désinformation • Les motivations de l’A-F peuvent être liés au fonctionnement des communautés virtuelles (Proulx, 2000) auxquelles il se rattache • Les A-F ne se limitent pas aux plateformes de curation: bookmarking, micro-blogging (Twitter), etc. • La détection des signes d’alertes précoces ne revient pas qu’aux A-F mais aussi au veilleur qui les sélectionnent 11Camille Alloing - Christophe Deschamps -2011
  12. 12. Discussion • Vision constructiviste de l’information : le « signe » comme représentation subjective propre au récepteur • Principe de récursion organisationnelle (Morin, 1982) : A-F à la fois récepteur et émetteur de signes informationnels • L’ A-F réduit donc le bruit informationnel tout en produisant des échos pouvant brouiller l’interprétation de certains signes d’alertes. • L’insertion d’ A-F dans une stratégie de veille accentue la subjectivité du concept de signal faible et l’importance du rôle managérial pour leur détection. 12Camille Alloing - Christophe Deschamps -2011
  13. 13. Conclusion • Accroissement de la « concurrence » entre le filtrage algorithmique et humain/social • Le filtrage social entraine paradoxalement la redondance d’informations et multiplie leurs mises en contexte • Nécessité d’adapter les méthodologies managériales et de veille à ces nouveaux usages • Perspectives en matière de gestion des connaissances: et si chaque collaborateur était aussi un agent- facilitateur ? 13Camille Alloing - Christophe Deschamps -2011

×