1
SOMMAIRE 
1  Préambule _________________________________________________________________________________________________...
[Nom de la société]
2
2.3.2  Séquencement de l’itinéraire ________________________________________________________________...
[Nom de la société]
3
 
3.3  Tableau de hiérarchisation des enjeux  ______________________________________________________...
[Nom de la société]
4
230
2.3 PAYSAGE  
Le volet paysager a fait l’objet d’une étude portée par le CEREMA sur la section Gye Luxembourg. Les 
pa...
[Nom de la société]
231
2.3.1.1.2 Des points de vues et des cadrages sur les unités associées 
Au  sein  des  grands  ense...
232
2.3.1.2 Caractéristiques et dynamiques des ensembles paysagers 
2.3.1.2.1 Le  Plateau  Lorrain :  un  vaste  plateau  ...
[Nom de la société]
233
successivement,  la  vallée  et  les  Côtes  de  Moselle,  autres  ensembles  paysagers  perceptib...
234
2.3.1.2.2 La Vallée de la Moselle : un axe d’échanges majeur nord sud au pied des cotes de Moselle 
 Situation de l’i...
[Nom de la société]
235
 
‐ L’activité industrielle et commerciale laisse la place à une activité agricole très marquée. L...
236
2.3.1.2.3 La Woëvre : vaste plaine agricole humide entre Côtes de Meuse et Butes témoins  
 Situation de l’itinéraire...
[Nom de la société]
237
 
Unités paysagères associées ou sous séquences 
Les boucles de la Moselle  
 
 Dynamiques et deg...
238
2.3.1.2.4 Les côtes,  et Buttes Témoins : une ligne de côtes nord sud qui marque l’horizon à l’ouest 
 Situation de l...
[Nom de la société]
239
Section Metz ‐ Dieulouard  (coupe GG’) : repère latéral 
Section Jaillon – Toul ouest (coupe HH’) ...
240
 Dynamiques et degré d’artificialisation ou altération de l’ensemble paysager 
Les  Côtes  de  Moselle,  le  Plateau ...
[Nom de la société]
241
2.3.1.3 Scénographie et principaux éléments identitaires au fil de l’itinéraire 
2.3.1.3.1 Les élé...
242
Point de vue sur le Mont Saint Michel et la Côte Barine depuis les sites 
touristiques. 
Panorama sur la plaine de la ...
[Nom de la société]
243
2.3.2 Séquencement de l’itinéraire 
2.3.2.1 Les séquences à l’échelle de l’itinéraire 
« La route ...
244
2.3.2.1.4  Panorama des séquences perçues depuis les fuseaux d’études 
(Le détail de ses séquences est présenté dans l...
[Nom de la société]
245
 
2.4 PATRIMOINE 
2.4.1 Source des données  
Les données relatives au volet « Paysage et Patrimoin...
246
 
2.4.2 Zonages archéologiques 
 Territoire luxembourgeois 
Les  informations  en  ligne  relatives  aux  zonages  ar...
[Nom de la société]
247
2.4.3 Monuments historiques 
 Territoire luxembourgeois 
Au  Luxembourg,  deux  niveaux  de  prot...
248
Commune  Edifice 
Type de protection 
et date de l’arrêté 
Etendue de la protection 
Thionville 
Ancien Hôtel de Ravil...
[Nom de la société]
249
Commune  Edifice 
Type de protection 
et date de l’arrêté 
Etendue de la protection 
Bruley  Chape...
250
Figure 27 : les pistes cyclables (source : http://tourisme.geoportail.lu)
 Territoire français 
 
Dans le département...
[Nom de la société]
251
Territoire Terres de Lorraine : de Jaillon à Moutrot 
Entre Jaillon et Moutrot, l’aire d’étude s’i...
[Nom de la société]
273
2.5 MILIEU HUMAIN  
2.5.1 Sources des données  
Les  données  relatives  au  volet  « Milieu  Huma...
274
 
‐ Les informations et la cartographie des risques naturels et technologiques sont issues : 
o De la consultation du ...
296
 
 
2.5.2 Occupation du sol  
L’occupation  du  sol  au  sein  des  fuseaux  d’étude  est  variée,  avec  une  bonne  ...
[Nom de la société]
297
 
2.5.3 Activités humaines 
2.5.3.1 Agriculture 
 Territoire luxembourgeois 
Les  données  de  st...
298
167  exploitations  agricoles  ont  leur  siège  sur  les  communes  interceptées  par  le  fuseau  d’étude.  29 
seul...
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain

1 230 vues

Publié le

A31bis - DREAL Lorraine
Etudes ESOPE et IRIS conseil
Etat initial de l’environnement (milieux naturels)
Partie 3

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 230
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
16
Actions
Partages
0
Téléchargements
9
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

A31 bis environnement gye luxembourg_pays_humain

  1. 1. 1 SOMMAIRE  1  Préambule ___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 5  1.1  Contexte du projet _________________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 7  1.2  La mission d’Etudes ________________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 8  1.3  Aires d’Etudes  ____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 9  1.4  Les territoires concernés ___________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 11    2  Analyse de l’état initial du site et de son environnement ___________________________________________________________________________________________________________________________ 13    2.1  Milieu physique __________________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 15  2.1.1  Topographie  _________________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 15  2.1.2  Géologie et géotechnique _______________________________________________________________________________________________________________________________________________ 22  2.1.3  Eaux superficielles et souterraines ________________________________________________________________________________________________________________________________________ 37    2.2  Milieux naturels  ________________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 110  2.2.1  Zone(s) d’étude pour les milieux naturels  _________________________________________________________________________________________________________________________________ 110  2.2.2  Périmètres d’inventaire et de protection __________________________________________________________________________________________________________________________________ 112  2.2.3  Cadrage réglementaire ________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 117  2.2.4  Analyse des données bibliographiques ___________________________________________________________________________________________________________________________________ 119  2.2.5  Inventaires de terrain  _________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 139  2.2.6  Trame Verte et Bleue  _________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 203    2.3  Paysage _______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 230  2.3.1  Approche globale des paysages _________________________________________________________________________________________________________________________________________ 230 
  2. 2. [Nom de la société] 2 2.3.2  Séquencement de l’itinéraire ___________________________________________________________________________________________________________________________________________ 243  2.4  Patrimoine _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 245  2.4.1  Source des données  __________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 245  2.4.2  Zonages archéologiques _______________________________________________________________________________________________________________________________________________ 246  2.4.3  Monuments historiques  _______________________________________________________________________________________________________________________________________________ 247  2.4.4  Autres zonages réglementaires _________________________________________________________________________________________________________________________________________ 249  2.4.5  Sites et circuits de tourisme et de loisirs  __________________________________________________________________________________________________________________________________ 249    2.5  Milieu humain __________________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 273  2.5.1  Sources des données __________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 273  2.5.2  Occupation du sol ____________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 296  2.5.3  Activités humaines  ___________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 297  2.5.4  Urbanisme réglementaire ______________________________________________________________________________________________________________________________________________ 348  2.5.5  Contraintes techniques et servitudes _____________________________________________________________________________________________________________________________________ 379  2.5.6  Risques naturels et technologiques ______________________________________________________________________________________________________________________________________ 403  2.5.7  Bruit _______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 441  2.5.8  Qualité de l’air _______________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 443    3  Synthese et hierarchisation des enjeux environnementaux  _______________________________________________________________________________________________________________________ 475    3.1  Préambule _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 476    3.2  Méthodologie (hors volet biodiversité) _____________________________________________________________________________________________________________________________________ 477  3.2.1  Etape 1 : définition des niveaux d’enjeux __________________________________________________________________________________________________________________________________ 477  3.2.2  Etape 2 : synthèse multithématique des enjeux ____________________________________________________________________________________________________________________________ 477 
  3. 3. [Nom de la société] 3   3.3  Tableau de hiérarchisation des enjeux  _____________________________________________________________________________________________________________________________________ 478    3.4  Synthèse par sous‐thématique environnementale (étape 1) ___________________________________________________________________________________________________________________ 483  3.4.1  Relief, géologie et géotechnique (1) ______________________________________________________________________________________________________________________________________ 483  3.4.2  Eaux superficielles et souterraines (2) ____________________________________________________________________________________________________________________________________ 506  3.4.3  Paysage et patrimoine (3) ______________________________________________________________________________________________________________________________________________ 530  3.4.4  Agriculture et sylviculture (4) ___________________________________________________________________________________________________________________________________________ 558  3.4.5  Urbanisme, habitat, activités et réseaux (5)  _______________________________________________________________________________________________________________________________ 581  3.4.6  Risques et Nuisances (6) _______________________________________________________________________________________________________________________________________________ 606    3.5  Synthèse par milieu (étape 2) _____________________________________________________________________________________________________________________________________________ 630  3.5.1  Milieu physique ______________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 630  3.5.2  Milieu humain  _______________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 652    3.6  Méthodologie de hiérarchisation du volet biodiversité  _______________________________________________________________________________________________________________________ 674  3.6.1  Cadre conceptuel _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 674  3.6.2  Approche sectorielle __________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 675  3.6.3  Approche systémique _________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 688  3.6.4  Niveaux de sensibilité globale de la biodiversite ____________________________________________________________________________________________________________________________ 704    3.7  Synthèse globale (étape 3) _______________________________________________________________________________________________________________________________________________ 711    4  Bibliographie _______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 735 
  4. 4. [Nom de la société] 4
  5. 5. 230 2.3 PAYSAGE   Le volet paysager a fait l’objet d’une étude portée par le CEREMA sur la section Gye Luxembourg. Les  paragraphes ci‐dessous constituent une synthèse du diagnostic paysager réalisé.   2.3.1 Approche globale des paysages   2.3.1.1 Les grands ensembles paysagers et leurs unités paysagères associées  2.3.1.1.1 L’A31 à la rencontre des grands ensembles paysagers lorrains  Les grands traits du paysage lorrain s’organisent selon une logique nord sud. L’itinéraire actuel s’inscrit  dans cette logique en longeant le relief des Côtes de Moselle et le Plateau Lorrain depuis la frontière  jusqu’à  Thionville  pour  emprunter  ensuite  la  Vallée  de  la  Moselle  cadrée  par  le  plateau  de  Haye  à  l’ouest et le Plateau Lorrain à l’est jusqu’à Dieulouard puis Nancy. Les attributs et plus particulièrement  les lignes de force de ces ensembles et unités associées accompagnent l’usager et contribuent à une  lecture aisée des paysages traversés à l’échelle de l’itinéraire.      Entre  la  frontière  Luxembourgeoise  et  Thionville,  les  ondulations  des  côtes  de  Moselle  accompagnent  unilatéralement l’usager  Entre Metz nord et Thionville, l’usager emprunte la Vallée de la  Moselle partagée entre les zones humides et zones d’ativités      Sur le rebord du plateau, en surplomb, le contournement est de  Metz fait écho aux côtes de Moselle de l’autre côté de la vallée   dans les interstices du front urbain .  Entre Dieulouard et Metz, l’itinéraire chemine entre les buttes  témoins      Entre Dieulouard et Toul, le fuseau qui traverse le plateau de  Haye  glisse  vers  la  plaine  de  la  Woëvre  avec  comme  ligne  d’horizon les côtes de Toul et Buttes Témoins.  Le  fuseau  est  à  la  croisée  de  plusieurs  unités  :  traversée  des  boucles  de  Moselle  entaillant  le  plateau  de  Haye.  En  arrière  plan la cathédrale, la côte Barine et le Mont‐Saint‐Michel. 
  6. 6. [Nom de la société] 231 2.3.1.1.2 Des points de vues et des cadrages sur les unités associées  Au  sein  des  grands  ensembles  paysagers,  des  unités  paysagères  viennent  apporter  nuances  et  contrastes sur de plus faibles distances, rapprochant ainsi les usagers à un paysage vécu par un rapport  d’échelle  plus  intime.  L’usager  perçoit  alors  ces  unités  comme  des  ambiances  qui  rythment  son  parcours.  Lignes de force du paysage, occupation du sol et configuration du tracé conditionnent bien  sûr celles‐ci. Toutefois, l’intervention de l’homme liée aux besoins d’une activité, un type d’entretien,  la couture des dépendances de l’itinéraire avec le site joue aussi son rôle et conditionne fortement les  éléments qui structurent l’espace (eau, formes végétales, typologie urbaine…). Ainsi, l’itinéraire peut  traverser plusieurs espaces forestiers, zones agricoles, zones urbaines ou milieux humides et percevoir  au sein d’une même occupation du sol des ambiances contrastées.    Paysages d’eau      Une  ambiance  où  l’eau  donne  le  ton  :  contournement  est  de  Metz, passage de l’itinéraire sur les zones humides , entre les  ripisylves  Contournement  est de  Metz  :passage  entre  deux  générations  de zone d’activités économiques   Ambiances forestières      Sur  le  plateau  de  haie,  la  forêt  tracé  au  cordeau  organise  l’espace et les perspective vers Toul  L’échangeur A30‐A31 au cœur d’un boisement relictuel   Paysages agricoles      Des  accotements  en  harmonie  avec  le  paysage  champêtre  traversé entre Metz et Pont‐à‐Mousson  Le  plateau  lorrain  à  perte  de  vue  où  domine  une  agriculture  intensive depuis le contournement est de Metz   Scènes urbaines      Uckange  et  Florange  en  arrière  plan  marque  l’entrée  de  la  vallée de la Fensch et l’histoire de la sidérurgie sur le parcours  Rencontre  entre  deux  infrastructures,  l’ancien    canal  et  le  chemin de halage  depuis l’itinéraire  à l’est de Toul  2.3.1.1.3 Enjeux à retenir  Un  itinéraire  existant  qui  suit  la  logique  nord  /  sud  des  grands  ensembles  paysagers  entre  le  Luxembourg et Dieulouard pour les traverser ensuite dans leur épaisseur de Dieulouard à Toul.    Deux échelles de paysage qui permettent pour l’usager :  ‐ de se repérer à l’échelle de l’axe  ‐ de traverser des ambiances diversifiées à l’échelle des unités.    Pour  le  territoire,  c’est  s’appuyer  sur  les  clés  de  lecture  et  les  potentialités  de  ces  grands  ensembles paysagers pour révéler l’identité de la Lorraine à travers ses projets.  (Dans son DOO, SCOT sud 54, prend en compte la qualité des abords des principales infrastructures  dans un objectif de perception attractive des paysages. A31, page 90 du DOO et la préservation des vues  sur le relief decôte (butte de Mousson et vignoble toulois)) 
  7. 7. 232 2.3.1.2 Caractéristiques et dynamiques des ensembles paysagers  2.3.1.2.1 Le  Plateau  Lorrain :  un  vaste  plateau  agricole  légèrement  ondulé  et  ouvert  à  l’est  de  l’itinéraire   Situation de l’itinéraire par rapport à l’ensemble paysager   Caractéristiques générales du Plateau Lorrain   ‐ Un  relief  souple  que  compose  un  vaste  plateau  ondulé  et  des  vallées  évasées  où  l’activité  agricole intensive prédomine (grand parcellaire) ;  ‐ une trame végétale discontinue et ponctuelle (haies libres, petits boisements et arbres isolés  rythment l’espace, soulignent les vallonnements et rendent compte de l’échelle du plateau).  ‐ Villages regroupés, distants les uns des autres et éloignés de l’itinéraire, leur clocher et leur  ceinture végétale (vergers) constituent un point d’appel.   ‐ Réseau hydrographique important générant un réseau de ripisylve   Perception de l’unité depuis l’A31, phénomène de covisibilité et échelle de perception  Les lignes de force horizontales qui associent relief faible, végétation ponctuelle et parcellaire de  grande taille apportent une perception à grande échelle avec très peu de barrières visuelles.   Section Thionville ‐ Frontière luxembourgeoise (coupe AA’) : dissymétrie  ‐ Perception  dissymétrique  de  l’espace :  Itinéraire  à  l’interface  de  deux  grands  ensembles :  paysage ouvert du plateau lorrain et front visuel des côtes de Moselle.   ‐ Position  en  belvédère  côté  est,  l’itinéraire  actuel  offre  des  vues  lointaines  sur  le  plateau  agricole.  ‐ La  végétation  libre  des  dépendances  vertes,  dans  la  continuité  de  la  trame  bocagère  discontinue du plateau, préserve le riverain d’une nuisance visuelle de l’autoroute depuis les  bourgs tout en aménageant pour l’usager des cadrages sur le paysage du plateau.  Section Pont‐à‐Mousson – Metz  (coupe BB’) : concavité  ‐ l’A31  entre  en  contact  avec  le  plateau  Lorrain  pour  en  constituer  sa  limite  physique  avec  Coupe AA’
  8. 8. [Nom de la société] 233 successivement,  la  vallée  et  les  Côtes  de  Moselle,  autres  ensembles  paysagers  perceptibles  depuis l’itinéraire. L’espace est ouvert, les différentes typologies végétales spontanées y sont  peu structurantes.   Unités paysagères associées ou sous entité concernées par le projet   Plateau messin  (contournement est de Metz)    Sous  unité de par les dynamiques qui s’y opèrent.  ‐ Situation  d’interface  et  de  limite  de  l’itinéraire entre un espace ouvert à grande  échelle  partagée  entre  une  agriculture  intensive  ponctuée  des  masses  boisées  résiduelles  et  le  front  périurbain  de  Metz  (lotissements  et  zones  d’activités  économiques) en développement.    ‐ Vers  l’ouest :  perception  d’éléments  identitaires (cathédrale  de  Metz  et  Mont‐ Saint‐Quentin)  restant  toutefois  fragiles  avec  l’émergence  de  nouveaux  bâtis  d’activités aux abords de l’autoroute.     ‐ Vers l’est, le paysage apparaît plus monotone, animé par quelques traversées de boisement et  l’alternance de passages en déblai.       Dynamiques  et degré d’artificialisation ou altération de l’ensemble paysager  ‐ Peu de mutation rapide et profonde impactant l’appréhension de l’espace et sa lisibilité, plutôt  quelques formes de banalisation dues au passage à une agriculture intensive (fragilisation  du maillage bocager, parcelle de grande échelle) ;  ‐ Coupures d’infrastructures (réseau autoroutier et lignes électriques) ;  ‐ Le  rebord  du  plateau  messin  sur  le  contournement  est  de  Metz  (voir  unités  paysagères  associées)  est  soumis  à  une  pression  foncière  affectée  à  l’activité  économique,  la  voie  de  contournement semble assurer la limite entre agglomération messine et espace agricole  intensif (le  PADD du  SCOT de l’agglomération messine fait état d’un espace participant au  rayonnement et à l’équilibre économique du territoire tout en recherchant une valorisation des  ressources avec notamment le  développement de l’agriculture périurbaine).     Enjeux et contraintes spécifiques au secteur d’étude  ‐ Préservation de la richesse des panoramas offerts sur la diversité des scènes paysagères du  plateau ;   ‐ prendre en compte la covisibilité entre le Plateau Lorrain et le relief de côtes ;  ‐ préserver les continuités végétales participant à la scénographie de l’itinéraire en lien avec  DTA  /  dispositions  du  SCOT  sur  les  coupures  d’urbanisation  et  continuités  de  la  TVB  sur  l’ensemble du plateau ‐ patrimoine repère : Citadelle de Rodemack ; Ligne Maginot, architecture industrielle  Points de vigilance soulevés  ‐ Coupure visuelle des aménagements : hors zones urbaines, éviter les fermetures et effets  de couloir depuis l’itinéraire vers le paysage traversé par des rideaux de végétation (richesse  des panoramas qui s’ouvrent sur des paysages du plateau lorrain ou sur l’ondulation de la ligne  de crête du relief de côte et la structure traditionnelle des villages en pied de relief).   ‐ Cohérence avec les structures existantes  et banalisation du maillage bocager : Privilégier et  aménager les vues sur le relief de côte en arrière plan et jouer avec des filtres végétalisés côté  plateau pris dans le vocabulaire existant pour conserver une continuité de la trame existante.  ‐ Qualité  paysagère  et  architecturale  des  futures  zones  d’activités  en  façade  depuis  l’infrastructure  et  plus  largement  aux  effets  induits  de  pression  foncière  et  du  maintien  du  caractère de limite de l’autoroute entre zone de développement urbain et agriculture péri et  espace n’ayant pas subi de relative banalisation.      Sensibilité  générale de la structure paysagère au projet d’aménagement  ‐ Relative  diversité  de  scènes  paysagères  malgré  une  agriculture  intensive  (alternance  de  grandes cultures, prairies, boisements, scènes d’eau, structures villageoises, bâtis groupés et  ceinture de vergers) relativement bien préservées et lisibles ;  ‐ équilibre entre agriculture intensive et un maillage de structures et compositions végétales  ponctuelles spontanées diversifiées (haies, boisements, bosquets, arbres isolés, vergers) ;  ‐ ensemble paysager (issu d’une structure traditionnelle) qui reste relativement cohérent ‐ présence de boisements en dialogue direct avec l’itinéraire  participant à son balisage ; Pondération : ‐ ensemble paysager peu peuplé ; ‐ relief peu marqué ; ‐ agriculture intensive ; ‐ grande échelle de parcellaire ; ‐ réseaux pré existants
  9. 9. 234 2.3.1.2.2 La Vallée de la Moselle : un axe d’échanges majeur nord sud au pied des cotes de Moselle   Situation de l’itinéraire par rapport à l’ensemble paysager     Caractéristiques générales de la vallée de la Moselle   ‐ Entité linéaire nord sud forte dans le paysage régional lorrain concentrant réseau, activités  industrielles et urbanisation ;  ‐ Depuis l’itinéraire, peu d’occasion d’appréhender la Moselle, son réseau de zones humides  et de boisements alluviaux ;  ‐ Des ambiances très contrastées au fil de la vallée partagées entre  des secteurs fortement  marqués,  entrecoupés  de  parcelles  agricoles  résiduelles  et  de  friches  à  différents  stades  d’évolution  post‐industrielle  où  la  végétation  spontanée  reprend  le  dessus  par  l’activité  économique et des espaces et des ambiances à caractère rural voire des paysages d’eau malgré  une activité industrielle présente.    Covisibilité et perception de la Vallée depuis l’A31   Une lecture du paysage complexe, souvent perturbée et brouillée par la juxtaposition d’espaces  très contrastés de par le leur nature et leurs différents stades de mutation ;  Section Thionville‐ Metz  (coupe CC’) : horizontalité  ‐ de par sa proximité et son rôle dans le maillage local, l’autoroute et son vocabulaire (écran de  protection, distribution des zones d’activité, terrassements, ouvrages d’art…),  font partie du  paysage quotidien des riverains ;  ‐ Au  niveau  de  l’échangeur  avec  le  contournement  est  de  Metz,  l’itinéraire  révèle  un  paysage  d’eau composé de nombreuses zones humides et d’une végétation caractéristique.   Section Butte de Mousson – Dieulouard (coupe DD’) : point d’appel latéral
  10. 10. [Nom de la société] 235   ‐ L’activité industrielle et commerciale laisse la place à une activité agricole très marquée. La  vallée  de  la  Moselle  offre  alors  un  paysage  ouvert,  l’autoroute  est  au  cœur  d’un  réseau  hydrographique qu’elle franchit à plusieurs reprises.   Unités paysagères associées ou sous séquences  Bassin sidérurgique  ‐ A  l’est  de  Thionville,  l’urbanisme  et  le  bâti  industriel  témoignent  de l’activité sidérurgique (Arcelor  Mittal  et  cités  ouvrières,  haut  fourneau  d’Uckange,  réseaux,  voie ferrée…) de même qu’au sud  de  Thionville,  le  bourg  de  Richemont  signale  l’entrée  de  la  vallée  de  l’Orne,  une  des  trois  vallées mosellanes marquées par  l’exploitation du fer.     Boucles de Moselle  ‐ Au sud de Dieulouard, la Moselle  quitte  son  orientation  Nord‐sud  pour parcourir le plateau de Haye.  Elle  dessine  alors  une  vallée  sinueuse  et  étroite  où  ses  méandres  côtoient  successivement  des  espaces  préservés  ou  anthropisés  où  les  boisements  accompagnent  le  relief et referme le paysage, pour  venir  border  l’agglomération  de  Toul  sur  des  ambiances  plus  urbaines et industrielles .      Dynamiques et degré d’artificialisation ou altération de l’ensemble paysager    ‐ Entre Thionville et Metz, l’activité économique a généré des paysages composites soumis à de  fortes  mutations.  L’activité  industrielle  liée  à  la  sidérurgie  et  l’extraction  s’efface  peu  à  peu  laissant la place au développement de zones d’activités éparses. Quelques vestiges et sites du  passé sidérurgique ou de l’exploitation de la ressource en eau perceptibles depuis l’autoroute,  trouvent peu à peu de nouvelles formes d’appropriation. C’est le cas du site du haut fourneau  d’Uckange devenu un parc urbain, la centrale de Richemont en cours de démantèlement ou les  anciennes gravières de Saint‐Rémi libérant ainsi du entre l’autoroute,  la Moselle et le canal de  Mines de Fer de Moselle. Ces espaces en devenir se raccrochent pour l’heure à des structures  végétales résiduelles : haies (vestiges de l’ancien paysage agricole), forêts alluviales morcelées  par  l’effet  cumulés  des  infrastructures  et  des  réseaux  et  friches  industrielles  où  la  nature  reprend ses droits. Au sud de Pont‐à‐Mousson, lorsque l’A31 rejoint à nouveau la vallée de la  Moselle, les paysages ont déjà retrouvé un caractère rural avec des vues lointaines sur le relief  et une végétation structurées par des haies qui facilite la lisibilité des espaces traversés.   ‐ Au  sud  de  Pont‐à‐Mousson,  la  centrale  de  Blénod‐les‐Pont‐à‐Mousson  et  les  lignes  à  Haute  tension  grimpant à l’asseau de la butte Saint‐Geneviève ont un impact certain sur le paysage  agricole,  le  relief  et  les  fenêtres  sur  les  zones  humides  et  annoncent  par  la  densification  de  l’activité industrielle et commerciale  à l’approche de l’agglomération nancéenne.    Enjeux et contraintes spécifiques au secteur d’étude  ‐ L’A31,  axe  privilégié  de  circulation  à  la  fois  de  transit  et  de  déplacements  locaux  pose  la  question du rapport qu’entretien l’autoroute avec le paysage traversé et notamment ce que le  projet peut apporter dans les espaces en devenir en termes d’aménagement structurant. C’est  aussi, réfléchir à une unité des traitements et leur sobriété, l’enjeu étant de rendre lisible les  différentes  séquences  qu’elles  soient  à  dominantes  naturelles  ou  surtout  urbaines.  Enfin,  la  perception de le Moselle reste tient à des indices visuels au fil du parcours qu’il conviendra de  maintenir.   Points de vigilance  ‐ Préserver les indices visuels de repérage de la Moselle.  ‐ Préserver les vues sur le relief de côte et les buttes témoins.    Sensibilité  générale de la structure paysagère au projet d’aménagement  Du fait de sa complexité et de l’effet cumulé des différents réseaux en présence, les paysages  de la  vallée de la Moselle peuvent être considérés comme faiblement sensibles, notamment entre  Thionville  et  Metz.  Toutefois,  certaines  prairies  ont  subsisté  et  des  ripisylves  denses  se  sont  installées. Si celles‐ci offrent un écran visuel pour les riverains, elle suggèrent par leur spontanéité,  leur  lumière  et  leur  texture  la  présence  de  la  Moselle,  du  canal  ou  des  zones  humides  alors  imperceptibles depuis l’autoroute pour l’usager.   ‐ La vallée de la Moselle est caractérisée dans sa morphologie par sa forme ample, son fond plat  et par les limites qui cadre l’espace : les côtes et buttes couronnées par les boisements. Celles‐ci  accompagnent et permettent de se repérer au fil du parcours.   ‐ A la sortie du bois de Juré, au niveau de la Butte de Mousson, l’autoroute, entame à nouveau un  dialogue avec le relief de côte malgré le passage du réseau électrique de la centrale de Blénod‐ lès‐Pont‐à‐Mousson. En premier plan, l’ambiance rurale est encore très présente structurée par  un  maillage  végétal  caractéristique.  Haies,  végétation  de  milieux  humides,  arbres  isolés,  bosquets  et  alignement  de  chênes  en  continuité  du  bois  de  Juré  sont  autant  d’éléments  structurants à valoriser.  
  11. 11. 236 2.3.1.2.3 La Woëvre : vaste plaine agricole humide entre Côtes de Meuse et Butes témoins    Situation de l’itinéraire par rapport à l’ensemble paysager     Caractéristiques générales de la Woëvre  La Woëvre est une vaste dépression à fond très plat suivant la Meuse sur sa rive droite. Plus au sud,  à l’approche de Toul et à l’échelle du périmètre d’étude, elle vient s’étirer entre les buttes de Meuse  et  de  Moselle    toujours  dans  la  même  logique  nord  sud  que  les  grands  ensembles  paysages  mitoyens.   La Woëvre se caractérise par un paysage rural au relief peu marqué et au réseau hydrographique  dense composé pour l’essentiel de prairies humides, d’étangs, de cultures. Seuls des boisements  interstitiels  viennent cloisonner l’espace et quelques structures végétales préservées l’animent.    Les villages sont perceptibles depuis la plaine du fait de leur positionnement sur les plis du relief et  soulignés par les vergers.    Perception de l’unité depuis l’A31, phénomène de covisibilité et échelle de perception  La Woëvre est une vaste dépression à fond très plat entre le front de Côte de Meuse et le revers des  Côtes  de  Moselle  s’allongeant  dans  la  même  logique  nord  sud  que  les  ensembles  paysagers  mitoyens.  La  covisibilité  est  très  forte  du  fait  du  rapport  entre  l’horizontalité  du  paysage  de  la  Woëvre et la verticalité du relief de côte. Depuis la plaine, les côtes constituent un point d’appel et  une limite visuelle. Depuis le relief de côte, l’échelle de vision est vaste, les vues dominantes sur la  plaine sont très nombreuses et notamment remarquables depuis certains sites patrimoniaux.  
  12. 12. [Nom de la société] 237   Unités paysagères associées ou sous séquences  Les boucles de la Moselle      Dynamiques et degré d’artificialisation ou altération de l’ensemble paysager  Si la pression urbaine reste très modérée, la plaine de la Woëvre est enclin à l’artificialisation par le  drainage  des  sols  au  profit  d’une  l’agriculture  intensive.  Cette  évolution  des  pratiques  impacte  directement les paysages d’eau.  Le ScOT reconnaît l’espace de la Woëvre entre les reliefs et les buttes et l’agglomération de Toul  comme une coupure verte à préserver faisant partie du ‘Système Vert Urbain’.    Enjeux et contraintes spécifiques au secteur d’étude  L’enjeu est pour l’essentiel, celui de la préservation du caractère remarquable du site dans lequel la  plaine de Woëvre s’inscrit et depuis lequel elle est visible à savoir le relief de côte qui la domine.    Points de vigilance soulevés  ‐ préserver les paysages d’eau en préservant les éléments qui les constituent (parcellaire, type  d’assainissement, végétation caractéristique ;  ‐ cohérence avec l’horizontalité du site ;  ‐ maîtrise de l’impact visuel du projet depuis les points de vue et villages ;  ‐ préservation de la coupure verte identifiée par le ScOT et des effets induits de l’infrastructure  en termes de développement urbain et du statut d’entrée nouvelle sur Toul.      Sensibilité  générale de la structure paysagère au projet d’aménagement   ‐ La sensibilité de la plaine de la Woëvre tient dans la richesse des milieux humides et structures  végétales  encore  présentes  qui  témoignent  d’un  paysage  d’eau.  Parallèlement,  l’ensemble  paysager  caractérisé  par  son  horizontalité,  un  parcellaire  d’échelle  moyenne,  impacté  par  l’artificialisation  pourrait  présenter  un  caractère  moyennement  sensible  au  projet  d’infrastructure linéaire s’il n’était pas associé visuellement aux reliefs de côte. Cette proximité  amplifie le phénomène de covisibilité et  de fait l’impact depuis les villages pittoresques et les  points de vues offerts depuis les côtes et buttes témoins.    
  13. 13. 238 2.3.1.2.4 Les côtes,  et Buttes Témoins : une ligne de côtes nord sud qui marque l’horizon à l’ouest   Situation de l’itinéraire par rapport à l’ensemble paysager   Caractéristiques générales du relief de côte  Le relief de côte suit une logique nord sud en formant successivement quatre profils identitaires  forts : les Côtes de Moselle, le Plateau de Haye, le Grand Couronné et les Côtes de Toul (Côtes de  Meuse). Très marqué,  ce relief s’impose dans le paysage horizontal de la vallée de la Moselle. Il se  compose de trois entités très caractéristiques : un pied de côte cultivé et pâturé, un front de côte  (versant)  avec  des  cultures  plus  spécifiques  (vignes  et  vergers)  et  d’un  revers  de  côte  boisé  et  quelques clairières agricoles sur les plateaux.     Covisibilité et perception de la Vallée depuis l’A31   Le  positionnement  nord  /sud  de  l’itinéraire  actuel  permet  à  l’usager  d’être  accompagné  par  les  côtes de Moselle, de découvrir les buttes témoins emblématiques, de franchir le plateau Lorrain  puis  les  côtes  de  Toul  ou  Meuse.  Ce  relief  particulier  constitue  un  élément  repère  fort  au  fil  du  parcours par son caractère omniprésent par delà la végétation des abords et les zones urbaines  résidentielles  où  elles  en  dessinent  la  ligne  d’horizon.  Par  un  jeu  de  rapprochement  et  d’éloignement, le front de côte anime le déplacement et les buttes témoins sont autant de points  d’appel.   Section Luxembourg – Thionville (coupe AA’) : dissymétrie, cadrage latéral Contournement de Metz partie sud (coupe FF’): perception frontale  
  14. 14. [Nom de la société] 239 Section Metz ‐ Dieulouard  (coupe GG’) : repère latéral  Section Jaillon – Toul ouest (coupe HH’) : cadrage latéral      Unités paysagères associées ou sous unités  Le plateau de Haye / revers des Côtes de Moselle (fuseau d’étude entre Dieulouard et Jaillon     Sur ce vaste plateau calcaire délimité par des vallées  étroites,  l’occupation  du  sol  est  partagé  entre  de  grandes    forêts  et  une  agriculture  intensive  (clairières) ce  qui  délimite  de  grandes  perspectives  depuis  l’itinéraire  et  des  vues  plongeantes  en  direction du sud  sur la plaine de la Woëvre et sur la  Vallée de la Moselle en direction du nord .Les villages  regroupés sont très distants les uns des autres  et les  points  de  repères  sont  quasi  inexistants  ou  ne  constituent pas un élément identitaire majeur (hormis centrale photovoltaïque et silo).    Grand couronné                       Le grand couronné correspond à une  succession  de  buttes  témoins  résultant de l’érosion et l’entaillement des côtes de Moselle par des vallées amples.   La butte de Xon, la butte de Mousson et la butte Sainte‐Geneviève sur la rive droite de la  Moselle sont représentatives  de ce paysage.   Le relief est d’autant plus marqué que les structures végétales y sont encore très présentes  (boisement  couvrant  les  sommets  et  coteaux  jardinés  et  l’urbanisation  plutôt  de  type  traditionnel, très discrète.           Côte de Toul, côte Barine et Mont‐saint‐Michel    Les Côtes de Toul et les buttes du Mont‐saint‐Michel  et de la Côte Barine constituent un ensemble paysager  emblématique  de  Lorraine  du  fait  de  leur  d’une  structure paysagère forte et relativement préservée lui  confère un certaine authenticité. Le relief marqué offre  des  points  de  vue  remarquables  sur  la  plaine  et  les  fronts  où  de  côte  en  vis‐à‐vis.  L’occupation  du  sol  traditionnelle structurée par étagement (bois, vergers,  vignes), la présence de pelouses calcaires, les villages  pittoresques  participent  au  caractère  exceptionnel  et  authentique de ce paysage.  
  15. 15. 240  Dynamiques et degré d’artificialisation ou altération de l’ensemble paysager  Les  Côtes  de  Moselle,  le  Plateau  de  Haye,  le  Grand  Couronné  et  les  côtes  de  Toul  (Meuse)  s’inscrivent dans des dynamiques contrastées du fait de leur contexte local et des pressions qui s’y  exercent.  ‐ Côtes de Moselle : des étagements et une structure relativement préservés, peu de points de  vue aménagés mais des perspectives depuis les coteaux sur la Vallée de la Moselle et le Plateau  Lorrain. L’A31  de la Frontière au nord de Metz constitue une limite, au sud de Metz, la limite  d’urbanisation gagne les coteaux.   ‐ Plateau  de  Haye :  artificialisation  élevée  par  une  agriculture  et  une  sylviculture  intensive  impliquant une mono spécificité et un parcellaire à grande échelle ;  ‐ Buttes témoins du Grand Couronné : des étagements avec une occupation du sol traditionnelle  et une structure relativement préservés. Toutefois, les Buttes de Mousson et Saint Geneviève  sont    impactées  par  les  réseaux  aériens  et  la  proximité  des  infrastructures  et  bâtiments  industriels déployés le long de la Vallée de la Moselle et se diffusant aux pieds des coteaux.   ‐ Côtes de Toul, Côte Barine et Mont‐Saint‐Michel : des étagements et une structure préservés,  de nombreux points de vue remarquables aménagés. L’artificialisation reste faible et se limite  au  pied  de  coteaux  notamment  pour  le  Mont‐saint‐Michel  en  contact  directe  avec  l’agglomération de Toul.  Les trois SCOT mobilisés, définissent dans leur DOO des objectifs et des orientations concernant la  valorisation de l’identité des territoires et des richesses paysagères, la préservation de la qualité  paysagère notamment depuis les belvédères  (SCOt sud 54).    Enjeux et contraintes spécifiques au secteur d’étude   Ces grands ensembles paysagers (hormis le plateau de Haye) font partie des sites emblématiques  de Lorraine.    Points de vigilance soulevés   Authenticité et ensembles paysagers à préserver.  Phénomène de covisibilité très marqué et notamment dans la prise en compte de la qualité des  vues sur les paysages remarquables perçus depuis les principales infrastructures dans un objectif de  préservation et de mise en valeur.  Considérer le paysage dans sa globalité  compte tenu des jeux de vis‐à‐vis et de cohérence entre les  différents grands ensemble (pour exemple : le relief de côte et la plaine de la Woëvre).   Rapport d’échelle entre les espaces intimistes présents à l’intérieur de ces paysages et l’échelle des  aménagements.    Sensibilité générale de la structure paysagère au projet d’aménagement  Les Côtes de Moselle, le Plateau de Haye, le Grand Couronné et les côtes de Toul (Meuse) en dépit  d’un  degré  d’artificialisation  nuancé  et  de  la  faible  amplitude  de  pour  le  plateau  de  Haye,  sont  particulièrement sensible au projet. Le relief de côte et les buttes témoins sont très sensibles au  phénomène de co visibilité. Constitutif des lignes de force du paysage et des modes d’occupation  du  sol  traditionnel  qui  l’on  mis  en  valeur,    ils  ne  peuvent  être  appréhender  de  façon  isolé.  Si  l’itinéraire et les fuseaux d’étude n’entament pas le relief il n’en reste pas moins impactant d’une  part par les effets induits qu’ils peuvent générer (pression urbaine de l’infrastructure en pied de  côte  jusqu’au  jusqu’aux  versants)  et  l’altération  des  points  vues  remarquables  sur  les  vallées  et  notamment la plaine de la Wöevre depuis les belvédères et villages pittoresques des Côtes de Toul.   Le relief de côte présente un paysage peu complexe, les étagements bien structurés et organisés  de  façon  systématique  participent  à  cette  lisibilité  ce  qui  peut  le  rendre  particulièrement  vulnérable.  
  16. 16. [Nom de la société] 241 2.3.1.3 Scénographie et principaux éléments identitaires au fil de l’itinéraire  2.3.1.3.1 Les éléments de scénographie   Point  de  vue  aménagé  sur  la  Moselle  et  le  bourg  d’Argancy  depuis le contournement est de Metz  Clairière  cultivée  sur  le  Plateau  Lorrain.  Les  boisements  organissent de grandes perspective en dierction de Toul et de  Dieulouard.  Les  éléments  du  paysage,  les  équipements  techniques,  la  configuration  de  l’infrastructure  et  le  balisage  participent  à  la  scénographie  de  l’itinéraire  en  animant  le  parcours  soit  par  des  effets  de  cadrage  sur  des  scènes  paysagères,  soit  en  créant  des  ambiances  particulières  alternant  scènes  intimistes et grandes perspectives.   2.3.1.3.2 Les éléments repères   Vue sur la Butte‐de‐Mousson depuis l’itinéraire  Alignement de Bétange qui marque l’arrivée sur la commune de  Florange  Les repères sont à des signaux ou points d’appel qui jalonnent l’axe et permettent de se situer dans le  parcours, ils témoignent de la rencontre entre géographie, histoire du territoire et activités humaines.  Ils  se  composent  soit  d’éléments  isolés  soit  d’éléments  récurrents  ou  formant  un  ensemble  remarquable  ou  simplement  singuliers,  leur  présence  crée  un  évènement  et  un  jalonnement  sur  le  parcours, témoigne d’une identité locale en y apportant des indices de lecture. 
  17. 17. 242 Point de vue sur le Mont Saint Michel et la Côte Barine depuis les sites  touristiques.  Panorama sur la plaine de la Woëvre, les  Buttes Témoins, les Côtes de Toul et les villages de sous les Côtes depuis un des belvédères aménagés sur le front des côtes de Toul.   2.3.1.3.3 Les secteurs de grande covisibilité       Le  relief  très  marqué  des  Côtes  de  Moselle,  de  Toul  et  des  buttes  témoins  implique  une  forte  co  visibilité  entre  les  espaces  très  contrastés.  Indépendamment  du  caractère  identitaire  lorrain  qui  s’exprime  sur  certains  territoires,  la  situation  de  la  plaine  dominée  par  les  côtes, et le dialogue visuel d’une butte à  l’autre  rendent  le  paysage  et  sa  valorisation particulièrement vulnérable.                                                            2.3.1.3.4 Les enjeux à retenir  Des éléments de scénographie, ainsi que des éléments identitaires se concentrent sur certains secteurs  stratégiques : ouest de Thionville et Ouest de Toul, échangeurs, contournement de Metz et secteur de  Dieulouard ainsi que les  entrées de ville et la frontière.     Une hiérarchie des éléments se dessine avec un  relief de côte qui demeure un élément de repère à  l’échelle de l’itinéraire et des éléments plus ponctuels qui donnent à réfléchir sur leur cohérence et  leur capacité à donner du sens au parcours.      
  18. 18. [Nom de la société] 243 2.3.2 Séquencement de l’itinéraire  2.3.2.1 Les séquences à l’échelle de l’itinéraire  « La route qui traverse des paysages traverse donc des unités et des sous‐unités paysagères. Le parcours  en distance et en temps de l'automobiliste s'inscrit donc dans ces espaces qui sont vus de la route sous  forme de séquences paysagères associées à une durée prévisible de déplacement.  Une séquence est une partie d’un ensemble qui est en rapport avec les parties qui précèdent et qui suivent.  Le terme évoque la notion de suites et de successions donc de mouvement. Le défilement d’un paysage  que l’on parcourt en voiture illustre bien l’analogie avec les séquences d’un film.     Une séquence paysagère est donc une section ou un tronçon de voie aux caractéristiques ambiantes  homogènes, perçue dans la dynamique du déplacement. »    Paysage et lisibilité, recueil d’expériences d’approches « Paysage et sécurité » – Recueil d’expériences, Collection les rapports – Setra, Septembre 2003, p.9   2.3.2.1.1 Séquencement et lisibilité  Le fuseau d’étude est composé d’une succession de plusieurs séquences paysagères qui rythment le  déplacement. Elles permettent :   ‐ du point de vue du confort et de la découverte du territoire : de rompre la monotonie du  parcours ;  ‐ du point de vue de la sécurité : de faciliter la lecture de la route et de fait conditionner l’attitude  du conducteur ;  ‐ du point de vue du repérage : informer l’usager sur son positionnement et la durée du parcours.  2.3.2.1.2  Scénographie du parcours  Si l’on considère le contexte paysager traversé (paysage à l’échelle de l’itinéraire), les variations de  perception (environnement de la route), les caractéristiques techniques de la route (configuration et  équipement), la vitesse autorisée et son fonctionnement, 11 séquences peuvent être ainsi identifiées.   2.3.2.1.3  Enjeux du séquencement  Les séquences peuvent faciliter la lecture de la route, conditionner une certaine attitude du  conducteur mais aussi lui permettre de mémoriser des images de son parcours.   Pour son confort et la valorisation du territoire traversé (son image), elles doivent lui offrir une variété  progressive d’ambiances tout en :    ‐ Évitant les effets de surprise  par des changements brusques et rapide d’ambiances  ‐ veillant à une adéquation entre l’ensemble des éléments qui conditionnent la séquence et les  comportements demandés au conducteur.  ‐ offrir des ambiances diversifiées et lisibles et inviter le conducteur à découvrir le territoire.     
  19. 19. 244 2.3.2.1.4  Panorama des séquences perçues depuis les fuseaux d’études  (Le détail de ses séquences est présenté dans le  diagnostic paysager réalisé par le CEREMA)  Séquence 1 – Porte de France   Entre Côte de Moselle et Plateau Lorrain   Les côtes de Moselle comme structure  paysagère accompagnatrice du parcours  Séquence 2 – Porte du bassin sidérurgique U4 le haut fourneau d’Uckange La mise en réseau des indices témoins et lieux  de mémoire de l’histoire industrielle    Séquence 3 – Entre vitrine économique de la vallée et paysage d’eau – Les ZAE entre Metz et Thionville Un équilibre entre paysage d’eau / paysage  économique   Séquence 4 – Plateau Lorrain Les limites est de Metz  La préservation des cônes de vue sur la ville et  ses repères    Séquence 5 – Les buttes témoins La Butte de Mousson  Harmonie entre structure traditionnelle  remarquable et développement induit par les  réseaux  Séquence 6 – Entre Moselle et relief de côte Sainte‐Geneviève et Grand Couronné   A31 et Moselle : un lien entre les deux plateaux   Séquence 7 – Le Plateau de Haie et ses perspectives Une ‘clairière sur le plateau’  Une mise en scène géométrique de l’espace du  plateau  Séquence 8 – Plaine de Woëvre et Côte de Meuse   La plaine au pied des Côtes  Maintien  d’un  contraste  fort  entre  horizontalité et front de côte  Séquence 9 – Entre Côte Barine et Mont-Saint-Michel Entre les reliefs  Préservation de la qualité des panoramas et  cônes de vue sur les sites emblématiques  Séquence 10 – Les Boucles de Moselle Toul depuis les franchissements   Des ouvrages ‘créateurs d’image’ pour donner à  voir la ville  
  20. 20. [Nom de la société] 245   2.4 PATRIMOINE  2.4.1 Source des données   Les données relatives au volet « Paysage et Patrimoine » ont été obtenues par le biais de demandes de  renseignements émises par voie postale, de courriel ou téléphonique, ainsi que par une reconnaissance  complète des itinéraires d’études et de leurs abords dans le cadre spécifique du diagnostic paysager.  Le  cas  échéant,  une  consultation  sur  place  des  informations  demandées  a  été  réalisée.  Des  compléments ont également été recherchés par le biais d’Internet.   .   Dans le détail, sur le territoire Luxembourgeois, les informations disponibles sur Internet  ont  été  consultées, notamment :   ‐ La  liste  des  immeubles  et  objets  classés  monuments  nationaux  ou  inscrits  à  l’inventaire  supplémentaire,  ‐ Le site Internet du Service des Sites et Monuments Nationaux (SSMN),  ‐ Le site du Centre National de Recherche Archéologique (CNRA),  ‐ Le site de l’Office National du Tourisme de Luxembourg.     En ce qui concerne le territoire français :   ‐ Les  zonages  archéologiques  ont  été  collectés  auprès  du  Service  Régional  d’Archéologie  de  Lorraine, sous format vectorisé, sur l’ensemble des communes des fuseaux d’étude.  ‐ Les  périmètres  vectorisés  des  monuments  historiques  inscrits  et  classés  ainsi  que  leurs  périmètres  de  protection  ont  été  téléchargés  à  partir  de  l’Atlas  des  patrimoines,  base  de  données développée par le Ministère de la Culture. Ils sont cartographiés à l’échelle de l’aire  d’étude élargie.   ‐ Les  circuits  de  randonnée  (pédestres,  VTT),  ont  été  recensés  par  le  biais  des  EPCI.  Les  Communautés  d’Agglomération  Portes  de  France  Thionville  et  Metz  Métropole,  les  Communautés de Communes de Cattenom et Environs, du Val de Fensch, de l’Arc Mosellan et  du  Val  de  Moselle,  ainsi  que  le  Conseil  Général  de  la  Meurthe‐et‐Moselle  ont  transmis  des  données vectorisées, à l’échelle des communes traversées par les fuseaux d’étude.   Les  cartographies  transmises  par  le  Conseil  Général  de  la  Moselle  ainsi  que  par  les  communautés de communes du Bassin de Pompey, du Toulois et du Pays de Colombey et du  sud Toulois, sous format numérisé, ont été reportées à la main.  Les circuits de grandes randonnées ont été repérés sur les cartes IGN au 1/25 0000ème .    ‐ Les pistes cyclables ont été recensées par différents biais :   o Les Communautés d’Agglomération Portes de France Thionville et Metz‐Métropole, les  Communautés de Communes de Cattenom et Environs, du Val de Fensch, des Rives de  Moselle  et  du  Sud  Messin  ont  transmis  des  données  vectorisées,  à  l’échelle  des  communes traversées par les fuseaux d’étude,   o Les Communautés de Communes Rives de Moselle, de l’Arc Mosellan et du Bassin de  Pompey ont communiqué sur l’existence de la Voie Verte Charles le Téméraire.   Les  données  transmises  par  les  communautés  de  communes  du  Bassin  de  Pompey  et  du  Toulois, ainsi que celles du Conseil Général de la Moselle et de Meurthe‐et‐Moselle Tourisme,  sous format numérisé, ont été reportées à la main.    ‐ Les équipements sportifs et de loisirs ont été recensés par différents biais :   o Les  Communautés  de  Communes  de  Cattenom  et  Environs  et  du  Val  de  Fensch,  la  communauté  d’agglomération  de  Metz  Métropole,  ont  transmis  des  données  vectorisées, à l’échelle des communes traversées par les fuseaux d’étude,   o Les  terrains  et  équipements  sportifs  ont  été  recensés  à  l’aide  des  photographies  aériennes (Géoportail, Google Maps). Cette démarche a été couplée à une recherche  dans l’annuaire en ligne des Pages Jaunes. Ils sont cartographiés à l’échelle des fuseaux  d’étude.   o Les données transmises par le Conseil Général de la Meurthe‐et‐Moselle ainsi que par les  communautés de communes du Bassin de Pompey, de Hazelle‐en‐Haye et du Toulois,  sous format numérisé, ont été reportées à la main.    ‐ Les  sites  culturels  et  de  loisirs  ont  été  recherchés  via  les  sites  officiels  des  Comités  Départemental du Tourisme de Moselle et de Meurthe‐et‐Moselle. 
  21. 21. 246   2.4.2 Zonages archéologiques   Territoire luxembourgeois  Les  informations  en  ligne  relatives  aux  zonages  archéologiques  luxembourgeois  ne  sont  pas  disponibles.    Territoire français  Sur l'ensemble du territoire français, les travaux d'aménagement d'une surface égale ou supérieure à 3  hectares sont susceptibles de faire l'objet de prescriptions d'archéologie préventive.   En  complément,  la  DRAC  définit  des  zones  dans  lesquelles  le  potentiel  archéologique  est  particulièrement  fort.  Il  s’agit  notamment  des  zones  de  présomption  de  prescriptions  archéologiques (ZPPA). Elles ont une portée réglementaire, et sont définies par un arrêté du Préfet de  région pour chaque commune concernée (Code du patrimoine, art. L. 522‐5).  Dans  ces  zones,  les  travaux  d'aménagement  de  moins  de  3  hectares  peuvent  faire  l'objet  de  prescriptions d'archéologie préventive.   Les ZPPA ont été recensées à l’échelle des communes traversées par les fuseaux d’étude.    Commune  Localisation / site concerné  Date de l’arrêté  Fuseau RD 653  Hettange‐Grande  totalité du territoire communal  5 décembre 2003  Manom  site datant du néolithique ancien, au nord de la  commune  5 décembre 2003  Fuseau A31  Thionville  centre ancien de Thionville et sa périphérie  5 décembre 2003  Yutz  limite ouest du territoire communal  5 décembre 2003  Richemont  importante nécropole datant de l’âge de Bronze  final  5 décembre 2003  Hagondange  gisements de la proto‐histoire et de l’époque  gallo‐romaine, au bord de l’A31  26 septembre 2003  Commune  Localisation / site concerné  Date de l’arrêté  Fuseau liaison A31‐A30  Florange  moitié est du territoire communal.  31 juillet 2003     Uckange  un secteur à l’ouest de la commune  5 décembre 2003  Fuseau liaison A4‐RN431  Metz  centre historique antique et médiéval, à la  ceinture du centre‐ville ancien et à trois zones au  nord et à l’est du territoire communal  31 juillet 2003  Fuseau Gye‐Dieulouard  Dieulouard  totalité du territoire communal.  31 juillet 2003  Mousson  totalité du territoire communal.  31 juillet 2003  Liverdun  totalité du territoire communal  31 juillet 2003  Toul  centre ancien de la Ville de Toul dans son  périmètre délimité par les fortifications Vauban,  aux quartiers Saint‐Mansuy et Saint‐Evre  (anciennes abbayes médiévales).  31 juillet 2003  Tableau 34 : liste des ZPPA dans les fuseaux d’étude (source : Service Régional d’Archéologie de Lorraine) Dans  ces  zones,  les  demandes  de  permis  de  construire,  permis  de  démolir,  et  d’autorisation  d’installation et de travaux divers, ainsi que tous les dossiers de déclaration au titre de l’article  R442‐3‐1 du Code de l’Urbanisme d’une emprise au sol terrassée supérieure à 50 m2  (y compris  parkings  et  voiries)  doivent  être  transmises  au  SRA.  Ces  seuils  diffèrent  pour  les  communes  suivantes :   ‐ Yutz et Metz : le seuil est fixé à 0 m2    ‐ Thionville : le seuil est fixé à 1000 m².  Dans ces ZPPA, des opérations d’archéologie préventive pourront être prescrites    
  22. 22. [Nom de la société] 247 2.4.3 Monuments historiques   Territoire luxembourgeois  Au  Luxembourg,  deux  niveaux  de  protection  sont  prévus  pour  le  patrimoine  architectural  :  le  classement et l'inscription sur l'inventaire supplémentaire. Les immeubles, bâtis ou non bâtis, dont  la conservation présente un intérêt public, national ou local, sont classés comme sites et monuments  nationaux, en totalité ou en partie. Les immeubles ou parties d'immeubles, privés ou publics, ou les  sites,  qui,  sans  justifier  un  classement,  présentent  un  intérêt  suffisant,  sont  inscrits  sur  l'inventaire  supplémentaire par arrêté du Ministre.  Plusieurs  monuments  classés  sont  présents  sur  les  communes  de  Bettembourg,  Dudelange  et  Frisange. Ils se situent tous à distance des fuseaux d’étude associés à la RD 653 et à l’A 31.   Seules les informations relatives aux immeubles et objets classés monuments nationaux ont été listées. En  effet, les immeubles et objets inscrits à l’inventaire supplémentaire ne sont localisés que par le biais de la  numérotation du parcellaire cadastral, rendant la localisation de ces bâtiments délicate et incertaine au  présent niveau d’études.      Territoire français  Un monument historique est un monument ou un objet recevant par arrêté un statut juridique destiné  à  le  protéger,  du  fait  de  son  intérêt  historique,  artistique  et/ou  architectural.  Deux  niveaux  de  protection existent : un monument peut être classé ou inscrit comme tel, le classement étant le plus  haut  niveau  de  protection.  La  protection  d’un  monument  historique  donne  lieu  à  la  création  d’une  Servitude  d’Utilité  Publique,  d’un  rayon  en  général  égal  à  500  m  autour  du  monument  que  l’on  souhaite protéger.   Le tableau ci‐après propose la liste des monuments historiques inscrits ou classés dont le périmètre  de  protection  s’inscrit  partiellement  ou  totalement  dans  l’un  des  fuseaux  d’étude  concernés  par  le  présent état initial de l’environnement :      Commune  Edifice  Type de protection  et date de l’arrêté  Etendue de la protection  Fuseau RD 653  Basse‐Rentgen  Domaine de Preisch ‐  Château  Partiellement Inscrit  le 24 juillet 1986  Motte ; enceinte ; douves ; pigeonnier ; chapelle ;  croix monumentale ; pavillon ; escalier ; élévation  Roussy‐le‐Village  Château de Roussy‐ Comté – rue du Bourg  Inscrit le 13 février  1997  En totalité  Roussy‐le‐Village  Château de Roussy‐ Seigneurie – Rue du  Bourg  Partiellement Inscrit  le 16 novembre 1988  Les façades et les toitures, les murs de  soutènement, les tours, le « donjon », le portail  d’entrée, le puits situé dans la cour, les caves  voutées, l’escalier à l’italienne et la cheminée de la  cuisine au rez‐de‐chaussée du Logis  Manom  Château de la Grange :  Façades, Toitures,  Pigeonnier  Partiellement Inscrit  le 28 février 1984  Pigeonnier ; four à pain ; terrasse ; pont ; douves ;  ferme ; communs ; cour ; chapelle ; étable ;  écurie ; escalier ; cheminée ; vestibule ; cuisine ;  porte ; élévation ; sous‐sol ; salon ; bains ;  chambre ; toiture ; soubassement ; statue ; décor  intérieur  Fuseau A31  Bertrange  Ancien Ossuaire  derrière l’église – Rue  de Vourles  Inscrit le 23  novembre 1987  Ossuaire du 19ème  siècle, remplaçant un ossuaire  mentionné en 1698  Thionville  Ancien Beffroi – 1  place du Marché – 2  rue de l’Ancien hôtel  de ville  Partiellement Inscrit  le 27 mai 1980  Objets mobiliers (cloches)  Thionville  Ancien Couvent des  Clarisses – 2 square de  l’Hôtel de ville  Partiellement Inscrit  le 22 octobre 1991  Objets mobiliers (lambris de demi‐revêtement,  cheminée, armoire)  Thionville  Ancien Autel d’Heltz –  10, 12 place du  Château  Partiellement Inscrit  le 27 mai 1980  Porche ; élévation ; décor extérieur 
  23. 23. 248 Commune  Edifice  Type de protection  et date de l’arrêté  Etendue de la protection  Thionville  Ancien Hôtel de Raville  – 7, 9,11 cour du  Château ; 2, 4 rue des  Clarisses  Partiellement Inscrit  le 27 mai 1980  Tourelle ; escalier ; baie ; balcon ; élévation ;  arcade  Thionville  Autel de la Patrie –  Place Claude Arnould  Classé le 15  septembre 1995  Autel ; stèle  Thionville  Château Volkrange  Inscrit le 8 octobre  1984  Motte ; fossé ; communs ; colombier ; élévation ;  toiture  Thionville  Pont Ecluse Sud du  Couronné d’Yutz  Classé le 21  décembre 1984  Ecluse ; canal  Thionville  Porte du Couronné  d’Yutz, dite de  « Sarrelouis »  Classé le 21  décembre 1984  Porte de ville  Florange   Parc du domaine de  Bettange  Partiellement inscrit  le 29 juin 1993  Le parc, à l’exclusion du château et de ses  dépendance, mais y compris sa clôture  Lesménils  Nécropole  Classé le 13 août  1986  En totalité  Belleville   Eglise Saint‐Etienne  Inscrit le 29 juin 2004  En totalité  Custines  Eglise Saint‐Léger  Inscrit le 29 octobre  1926  Le chœur, le clocher, la chapelle latérale Saint‐ Léger  Bouxières‐aux‐ Dames  Domaine des Tilles  Inscrit le 24  décembre 1992  En totalité  Fuseau Liaison A30‐A31  Florange   Parc du domaine de  Bettange  Partiellement inscrit  le 29 juin 1993  Le parc, à l’exclusion du château et de ses  dépendance, mais y compris sa clôture  Commune  Edifice  Type de protection  et date de l’arrêté  Etendue de la protection  Fuseau A4‐RN431  Vany  Croix de Louve  Classé le 27 juillet  1896  En totalité  Nouilly  Pressoir à bascule et le  bâtiment qui l’abrite  Inscrit le 21 mars  1983  Pressoir à bascule et le bâtiment qui l’abrite  Mey  Château Espagne  Inscrit le 25 juin 1986  En totalité  Mey  Eglise Saint‐Pierre  Classé le 2  septembre 1994  En totalité  Vantoux  Ancienne chapelle  Saint‐Barthelémy  Classé le 6 décembre  1898 et inscrit le 22  octobre 1991  Le clocher est classé  La nef et l’emplacement du chœur sont inscrits  Vantoux   Ecole primaire  publique  Inscrit le 5 février  2001  En totalité, avec les seize pupitres équipés de  sièges et le bureau de l’instituteur conservés dans  un bâtiment annexe  Fuseau Gye‐Dieulouard  Dieulouard  Château  Inscrit le 19 janvier  1927  En totalité  Dieulouard  Eglise Saint‐Sébastien  Inscrit le 29 octobre  1929  En totalité  Belleville   Eglise Saint‐Etienne  Inscrit le 29 juin 2004  En totalité  Toul  Chapelle de la  Commanderie de  Libdeau  Inscrit le 6 février  1995  RN411  Bruley  Chapelle du Rosaire  Inscrit le 19 juillet  2005  en totalité, grotte et escalier, rampes, murs de  soutènement et sol 
  24. 24. [Nom de la société] 249 Commune  Edifice  Type de protection  et date de l’arrêté  Etendue de la protection  Bruley  Chapelle du cimetière  Inscrit le 27 juin 1984  En totalité  Gondreville  Maison des Dimes  Inscrit le 26  novembre 1993  Façade et toiture, escaliers, murs de clôture et  jardin  Ecrouves  Eglise de la Nativité  Classé le 26  décembre 1883  En totalité  Choloy‐Ménillot  Château  Inscrit le 16  novembre 1988  Façade et toiture du château, dépendance, jardin  et décors des pièces du rez‐de‐chaussée, escaliers  Pierre‐la‐Treiche  Ancien Prieuré Saint‐ Nicolas de la Rochotte  Inscrit le 31 juillet  2000  chapelle en totalité, façade, toiture, escalier de  l’ancien prieuré  Pierre‐la‐Treiche  Grotte Sainte‐Reine  Classé le 24 février  1910  En totalité  Tableau 35 : liste des monuments historiques inscrits et classés (source : SDAP de la Moselle et de la Meurthe-et- Moselle)   Au  total,  dans  les  fuseaux  d’étude,  les  périmètres  de  protection  de  6  monuments  historiques  classés et 15 monuments inscrits à l’inventaire de Moselle sont recensés ; En Meurthe‐et‐Moselle,  les périmètres de protection de 3 monuments historiques classés et 12 monuments inscrits sont  recensés.  La compatibilité d’un éventuel projet d’aménagement routier avec ces périmètres, notamment eu  égard à son impact paysager en cas de co‐visibilité, devra être vérifiée. L’avis de l’Architecte des  Bâtiments de France devra être sollicité.     2.4.4 Autres zonages réglementaires   Les fuseaux d’étude se situent à distance de toute Zone de Protection du Patrimoine Architectural,  Urbain  et  Paysager  (ZPPAUP)  et  de  tout  Plan  de  Sauvegarde  et  de  Mise  en  Valeur  (secteur  sauvegardé).     2.4.5 Sites et circuits de tourisme et de loisirs    Territoire luxembourgeois  Au Luxembourg, les secteurs traversés appartiennent à la région touristique des Terres Rouges.   Les sites touristiques emblématiques sont :   ‐ le  château  d’eau  de  Dudelange,  ancien  site  industriel,  est  dédié  depuis  septembre  2012  aux  expositions d’art. Il constitue un repère dans le paysage et une icône pour la ville de Dudelange  (hors fuseau d’étude),   ‐ le château fort de Dudelange : il s’agit de ruines de l’ancien site fortifié du Mont Saint‐Jean,  faisant aujourd’hui l’objet d’une reconsolidation (hors fuseau d’étude),   ‐  le Parc Merveilleux de Bettembourg : il s’agit d’un parc d’attraction animalier, situé au niveau  de l’intersection A3/N13.   Aucun de ces sites n’est recensé au sein des fuseaux d’étude.   Par ailleurs, les itinéraires de randonnée présents au sein des fuseaux d’étude sont visualisables sur les  extraits cartographiques suivants :    Figure 26 : les sentiers pédestres (source : http://tourisme.geoportail.lu) En jaune, le circuit GR, également inscrit en tant que sentier pédestre national.  
  25. 25. 250 Figure 27 : les pistes cyclables (source : http://tourisme.geoportail.lu)  Territoire français    Dans le département mosellan, les fuseaux d’étude appartiennent aux destinations touristiques  « Thionville et Pays des Trois Frontières » et « Metz et Pays messin ».  Thionville et Pays des trois frontières : de la frontière luxembourgeoise à Mondelange  Thionville en constitue un pôle d’attractivité majeur, avec notamment le musée de la Tour aux Puces,  le musée de la résistance et de la déportation, la Cour du Château, les Ponts Ecluses, l’Eglise Saint‐ Maximin, etc.  Le Pays des Trois Frontières développe également un tourisme en lien avec l’histoire, avec notamment  les ouvrages du Zeiterholz à Entrange ou du Himmerhof à Hettange‐Grande (hors fuseau RD 653), le  Fort d’Illange et en ce qui concerne le passé industriel, le parc des hauts‐fourneaux à Uckange (hors  zone d’étude).   On  note  également  plusieurs  parcs  et  châteaux :  le  château  de  la  Grange  à  Manom,  le  Hof  à  Guentrange (hors zone d’étude), le château de Volkrange (hors zone d’étude), le château féodal de  Custines  à  Kanfen,  et  les  parcs  du  domaine  de  Bétange,  de  Chatillon  et  de  la  Veymerange  à  Thionville.  En outre, ce territoire présente un potentiel fort pour les promenades et activités de nature. Aussi, de  multiples circuits de randonnée, comme le GR 5, dont le tracé s’inscrit dans le fuseau d’étude de l’A31,  entre Thionville et Bertrange et dans le fuseau de la liaison A30‐A31 à Uckange, y sont aménagés.   Enfin, les berges de la Moselle sont aménagées pour les balades à pied ou à vélo. En rive gauche, la  voie  verte  Charles  le  Téméraire  propose,  pour  la  Lorraine  une  liaison  modes  doux  continue  entre  Apach  à  la  frontière  du  Luxembourg,  et  Fontenoy‐le‐Château  dans  les  Vosges.  Cet  itinéraire  se  poursuit  en  Allemagne  et  dans  d’autres  régions  françaises.  Une  piste  cyclable  est  également  aménagée en rive droite de la Moselle.     Metz et Pays messin : d’Hagondange à Cheminot  Le  pays  messin  offre  de  nombreuses  activités  de  loisirs  et  de  tourisme  centrées  sur  Metz  mais  également dispersées dans la campagne environnante.  Dans les fuseaux de l’A31 et de la liaison A4‐RN431, de nombreux itinéraires cyclables et pédestres y  sont recensés : voies vertes (Charles le Téméraire), pistes cyclables et itinéraires de randonnées des  communautés  de  communes  (Rives  de  Moselle,  Metz  Métropole  et  Sud  messin),  GR  Pays  tour  de  Metz, GR5F et GR5G (antennes du GR 5).   Un projet de base de loisirs est identifié à Hagondange, le long de l’A31. A Metz, le fuseau d’étude  intercepte le golf du Technopôle ainsi que le lac Ariane, zone de promenade et d’activité de pêche.  Metz et sa périphérie comptent également de nombreux forts militaires, dont le fort Champagne à  Mey, recensé dans le fuseau d’étude, le long de l’autoroute A4.    Dans le département Meurthe‐et‐Mosellan, les fuseaux d’étude appartiennent au « territoire du  Val de Lorraine » et au « territoire Terres de Lorraine ».  Territoire du Val de Lorraine : de Bouxières‐sous‐Froidmont à Rosières‐en‐Haye et Bouxières‐aux‐ Dames  Situé  pour  partie  dans  le  Parc  Naturel  Régional  de  Lorraine,  le  territoire  du  Val  de  Lorraine,  sur  le  secteur concerné par l’aire d’étude, offre des activités touristiques et de loisirs en lien notamment avec  les rives de la Moselle : étangs de pêche à Belleville et Dieulouard, base de loisirs (pêche et pique‐ nique) à Autreville‐sur‐Moselle, voie verte Charles le Téméraire, projet de vélo‐route (entre Custines  et Arnaville) et de nombreux itinéraires de randonnée.  Le territoire d’étude est également traversé par le GR5, le GR5F et le GR Pays de Nancy‐Metz.  On  note  également,  sur  le  secteur  de  Dieulouard  et  de  Custines,  des  éléments  remarquables  du  patrimoine  historique  et  culturel :  château  de  Dieulouard  et  musée,  église  Saint‐Sébastien  et  chapelle Notre‐Dame‐des‐Airs, église Saint‐Léger et château de Clévent.     
  26. 26. [Nom de la société] 251 Territoire Terres de Lorraine : de Jaillon à Moutrot  Entre Jaillon et Moutrot, l’aire d’étude s’inscrit au nord du territoire Terres de Lorraine.  La  Ville  de  Toul  en  est  le  principal  attrait  touristique  avec  notamment  le  centre  historique  (hors  fuseau  d’étude)  et  la  Moselle.  Cette  dernière,  associée  aux  nombreux  étangs  et  gravières,  attire  d’ailleurs de nombreuses activités de pêche et de loisirs nautiques, entre Villey‐Saint‐Etienne et Pierre‐ la‐Treiche.  De  nombreux  itinéraires  pédestres  et  cyclables  traversent  le  fuseau  d’étude :  GR5,  GR5F,  GR703,  itinéraires des boucles de la Moselle entre Liverdun et Pierre‐la‐Treiche.  On  note  également,  dans  le  fuseau  d’étude,  la  présence  du  golf  d’Avrainville,  aménagé  essentiellement dans les prairies bordant le Terrouin, ainsi qu’une résidence de loisirs à Francheville  (Bois Bruley).  Le territoire Terres de Lorraine est également riche du point de vue du patrimoine historique, avec  notamment  la  présence  de  nombreux  ouvrages  militaires  (Fort  de  Gondreville,  ouvrages  de  Francheville et de Ropage à Francheville, ancienne Redoute de Dommartin, ouvrages de Gye et ancien  fort du Tillot à Gye, fort du Vieux Canton, fort du Mordant et anciens ouvrages à Villey‐Saint‐Etienne),  du château de la Rochotte à Pierre‐la‐Treiche ou encore du cimetière militaire franco‐britannique à  Choloy‐Menillot.    Les communes de l’aire d’étude, de Luxembourg à Gye, disposent également d’équipements sportifs  et culturels : stades, terrains de football, de tennis, parcours de santé, centres équestres.  De façon générale, la qualité des sites de tourisme et de loisirs doit être préservée. Néanmoins leur  existence  ne  présente  pas  une  contrainte  réglementaire.  En  particulier,  les  interfaces  des  infrastructures avec les sentiers pédestres et les itinéraires cyclables se doivent d’être sécurisées et  maintenues.  
  27. 27. [Nom de la société] 273 2.5 MILIEU HUMAIN   2.5.1 Sources des données   Les  données  relatives  au  volet  « Milieu  Humain »  ont  été  obtenues  par  le  biais  de  demandes  de  renseignements  émises  par  voie  postale,  de  courriel  ou  téléphonique.  Des  compléments  ont  également été recherchés par le biais d’Internet.   Dans le détail, sur le territoire français :   ‐ Les informations relatives à l’activité agricole sont issues :  o Du  Recensement  Général  Agricole  de  2000  et  2010,  transmises  par  la  DDRAF  de  Lorraine (statistiques AGRESTE),  o De repérages d’après photos aériennes (sièges d’exploitation, cultures spécialisées), o Des relevés de terrain issus des inventaires de la biodiversité, o Des données issues de l’avant‐projet A32 de 2006. ‐ La cartographie des zonages forestiers a été réalisée d’après :  o Les  données  vectorisées  transmises  par  l’Office  National  des  Forêts  (ONF)  en  ce  qui  concerne  les  forêts  soumises  au  régime  forestier  (forêts  domaniales  et  forêts  communales). Les données cartographiques, transmises par l’ONF pour l’ensemble de la  Région Lorraine, ont été reportées à l’échelle des planches cartographiques, o Les  données  vectorisées  transmises  par  le  Centre  Régional  de  la  Propriété  Forestière  (CRPF) en ce qui concerne les forêts privées et forêts objet d’un Plan Simple de Gestion.  Les données ont été transmises à l’échelle des fuseaux d’étude, o Les  périmètres  vectorisés  des  espaces  boisés  classés  (recensés  dans  les  documents  d’urbanisme communaux), transmis par les DDT de Moselle et de Meurthe‐et‐Moselle  et  les  EPCI.  Pour  certaines  communes  du  département  Meurthe‐et‐Mosellan,  les  espaces  boisés  classés  ont  été  reportés  manuellement  à  l’échelle  du  fuseau  d’étude,  voire  de  la  commune,  les  zonages  des  documents  d’urbanisme  n’étant  pas  tous  vectorisés.  ‐ La cartographie des zones d’activités existantes et en projet a été réalisée d’après :  o Les données vectorisées transmises par le Conseil Général de Moselle, le SCOTAM, les  EPCI  (Val  de  Fensch,  Cattenom  et  Environs,  Portes  de  France  Thionville,  Rives  de  Moselle, Arc Mosellan, Metz Métropole) et la DDT57, o Les informations disponibles sur les documents d’urbanisme vectorisés des communes  des fuseaux d’étude, transmises par la DDT 54 et la DDT 57. ‐ Les zonages d’urbanisme des communes ont été transmis par : o La DDT de Moselle sur tout le territoire mosellan et la DDT de la Meurthe‐et‐Moselle  pour  toutes  les  communes  à  l’exception  de  Gye,  Blenod‐lès‐Toul,  Villers‐en‐Haye,  Jezainville,  Charmes‐la‐Côte,  Belleville,  Bouvron,  Domgermain,  Ecrouves,  Pagney‐ derrière‐Barine et Mousson. Les données sont vectorisées, o Les  EPCI  Portes  de  France  Thionville,  Val  de  Fensch,  Metz‐Métropole,  Sud  Messin  et  Bassin de Pompey sur leur territoire. Il s’agit de données vectorisées.  ‐ Les  informations  et  la  cartographie  des  réseaux  ont  été  transmises  par  les  exploitants  et  gestionnaires  de  réseaux  suivants :  AIR  LIQUIDE  (données  vectorisées),  DIR  Est  (données  numérisées),  GRT  Gaz  (données  vectorisées),  MEMONET  (données  vectorisées),  RTE  GET  Lorraine (données vectorisées), SOGEAH Est (données numérisées) et TRAPIL ODC (données  numérisées).  La demande réalisée auprès de SANEF n’a pas obtenu de réponse de la part du gestionnaire.     ‐ Les  informations  relatives  aux  installations  militaires  ont  été  transmises  par  le  Commandement de la région Terre Nord‐Est,     ‐ Les informations relatives aux stations d’épuration (STEP) et déchèteries ont été transmises  par  l’ADEME  (listing  des  déchèteries)  et  les  EPCI  (Val  de  Fensch,  Rives  de  Moselle,  Val  de  Moselle, Bassin de Pompey, Toulois, Colombey et sud Toulois). Les sites internet www.allo‐ décheterie.com  et  www.assainissement.developpement‐durable.gouv.fr  ont  permis  de  localiser et reporter manuellement à l’échelle du fuseau, les données relatives aux déchèteries  et STEP. Les informations relatives aux carrières ont été reportées manuellement à l’échelle  du fuseau d’étude, à l’aide des données fournies dans les SCOT et sur carte IGN. 
  28. 28. 274   ‐ Les informations et la cartographie des risques naturels et technologiques sont issues :  o De la consultation du portail de la prévention des risques majeurs PRIM. NET,  o De  la  consultation  de  la  cartographie  en  ligne  des  risques  naturels  et  technologiques  CARTORISQUE,  o Des données vectorisées transmises par les DDT de Moselle et de Meurthe‐et‐Moselle  ainsi  que  des  données  de  la  communauté  de  communes  du  Val  de  Fensch  et  du  CEREMA. Elles ont été transmises à l’échelle de l’aire d’étude élargie.  ‐ La cartographie vectorisée des Installations Classées pour la Protection de l’Environnement  a été transmise par la DREAL Lorraine, à l’échelle de la région Lorraine. Elles sont reportées à  l’échelle  de  l’aire  d’étude  élargie.  A  noter  qu’un  symbole  cartographié  peut  représenter  plusieurs  ICPE  et  que  les  symboles  peuvent,  sur  certaines  communes,  être  positionnés  arbitrairement au centre de la commune.  ‐ Les documents de planification tels que le SCOT de l’Agglomération Thionvilloise, le SCOT  de  l’Agglomération  messine,  le  SCOT  Sud  54  ou  encore  la  Directive  Territoriale  d’Aménagement des Bassins Miniers Nord Lorrains ont également été consultés. Ils dressent  en effet un état des lieux et des perspectives de développement des territoires étudiés  Enfin,  les  informations  relatives  à  la  qualité  général  de  l’air  ainsi  qu’aux  nuisances  acoustiques  sont  issues  d’études  spécifiques  réalisées  par  le  CEREMA  en  2014‐2015,  dans  le  cadre  de  la  présente étude.   En ce qui concerne le territoire luxembourgeois, les informations proviennent :   ‐ Des  Plans  d’Aménagement  Généraux,  basés  sur  la  loi  du  12  juin  1937  concernant  l'aménagement des villes et autres agglomérations importantes.  ‐ Du portail en ligne de l’Administration du Cadastre et de la Topographie du Grand‐Duché  du Luxembourg (http://map.geoportail.lu/),   ‐ Du portail de recensement des sites SEVESO au Luxembourg (http://www.seveso.lu). 
  29. 29. 296     2.5.2 Occupation du sol   L’occupation  du  sol  au  sein  des  fuseaux  d’étude  est  variée,  avec  une  bonne  représentativité  des  différents  types  d’occupation  des  sols  que  sont  les  milieux  urbanisés  et  artificialisés,  les  milieux  forestiers et les milieux agricoles.   Fuseau RD 653  A l’exception du secteur d’Hettange‐Grande, où les secteurs urbanisés s’étalent de part et d’autre du  fuseau d’étude, les milieux naturels prédominent, avec une forte représentation des terres agricoles,  notamment sur la partie nord du fuseau d’étude.   Fuseau A 31  Le secteur nord de Thionville présente une vocation naturelle : les milieux agricoles du plateau lorrain  prédominent,  tandis  que  d’imposants  massifs  forestiers  ponctuent  le  territoire.  Le  secteur  de  Bettembourg est marqué par l’urbanisation et la présence d’infrastructures de déplacement.   Figure 28 : occupation du sol au Luxembourg (source : http://map.geoportail.lu/) A partir de Thionville et de son agglomération jusqu’à l’échangeur A4/A31 d’Hauconcourt, le fuseau se  caractérise par une prédominance de milieux urbains, artificiels et en friches. L’urbanisation se répartit  entre habitats et activités commerciales, tertiaires, industrielles et portuaires, caractéristiques de la  vallée de la Moselle. Néanmoins, les terres à vocation agricoles sont représentées, notamment dans le  secteur de Bertange, Guénange et Hauconcourt.  Le fuseau d’étude, autour de l’échangeur A4/A31 et Argancy, est marqué par les milieux aquatiques  (étangs), en friches et forestiers.  A  partir  de  Fey  (échangeur  RN431/A31)  et  jusqu’à  Autreville‐sur‐Moselle,  l’occupation  du  sol  est  marquée  principalement  par  les  milieux  agricoles  et  forestiers,  sans  urbanisation  dense  de  part  et  d’autre de l’A31. Au sud d’Autreville‐sur‐Moselle et jusqu’à l’extrémité sud du fuseau A31, les milieux  urbanisés et artificiels prédominent : activités industrielles de la vallée de la Moselle et de la Meurthe.  La présence d’espaces agricoles et forestiers relictuels est liée à la proximité des espaces naturels aux  abords que sont le Grand Couronné et le Parc Naturel Régional de Lorraine.  A  noter  la  présence  de  nombreuses  gravières  et  étangs,  de  part  et  d’autre  de  l’A31,  sur  le  secteur  d’Autreville‐sur‐Moselle et Dieulouard.  Fuseau liaison A30/A31  L’occupation  du  sol  est  marquée  majoritairement  par  les  milieux  urbanisés :  habitats  et  activités  industrielles de la vallée de la Fensch. Le nord du fuseau, au raccordement avec l’A31, laisse place aux  milieux forestiers (forêt domaniale de Florange) et quelques espaces agricoles.  Fuseau A4/RN431  L’occupation  du  sol  est  caractérisée  par  la  prédominance  d’espaces  agricoles  et  quelques  espaces  forestiers éparses.  Seule la traversée de Metz est marquée par les milieux urbanisés (zones d’activités commerciales et  industrielles).  Fuseau Gye‐Dieulouard  Les espaces naturels, agricoles et forestiers, constituent les principaux types d’occupation du sol dans  le  fuseau  Gye‐Dieulouard  (à  proportion  équivalente).  Les  secteurs  urbanisés  et  artificiels  principaux  concernent Dieulouard, la centrale photovoltaïque de Toul‐Rosières, le pôle industriel Toul Europe et la  traversée d’Ecrouves. 
  30. 30. [Nom de la société] 297   2.5.3 Activités humaines  2.5.3.1 Agriculture   Territoire luxembourgeois  Les  données  de  statistique  agricole  ne  sont  pas  connues.  Les  éléments  de  la  statistique  agricole  disponible via le portail du Service d’Economie Rurale du Grand‐Duché du Luxembourg ne présentent  pas de données différenciées par commune.    Territoire français  Les fuseaux d’étude se situent à cheval sur les régions agricoles de la vallée de la Moselle, du Plateau  Lorrain, de la Haye et des côtes de Meuse.   Les  données  ci‐après  sont  issues  du  Recensement  Général  Agricole  de  2000  et  2010,  pour  les  communes traversées par les fuseaux d’étude de la RD 653, de l’A31, de la liaison A30/A31, de l’A4 et de  la RN431 ainsi qu’au droit du fuseau Gye‐Dieulouard.   En  ce  qui  concerne  le  fuseau  RD  653,  la  polyculture  et  l’élevage  constituent  l’orientation  agricole  principale des communes traversées. La SAU est particulièrement importante sur les communes de  Basse‐Rentgen  et  Roussy‐le‐Village,  avec  respectivement  700  et  1000  ha.  Elle  se  répartit,  pour  l’ensemble des communes, également entre terres labourées et superficie toujours en herbe. Aucune  culture pérenne (vignes, vergers, cultures de miscanthus, etc.) n’est recensée.   En 2010, 42 exploitations ont été recensées sur les bans communaux du fuseau d’étude. Neuf sièges  d’exploitation d’une superficie supérieure à 15 ha sont recensés au sein du fuseau d’étude, à Manom,  Roussy‐le‐Village  (6)  et  Evrange.  On  note  la  présence  de  2  sièges  d’exploitation  à  proximité  de  la  RD 653 à Manom.   En ce qui concerne le fuseau A31, l’activité agricole est principalement orientée vers la polyculture et  l’élevage,  ainsi  que  vers  la  production  céréalière.  Elle  est  particulièrement  importante  sur  les  communes de Thionville (avec près de 1200 ha de superficie agricole), Bertrange, Fey, Coin‐lès‐Cuvry,  Lorry‐Mardigny, Bouxières‐sous‐Froidmont, Lesmenils, Atton et Loisy soit principalement au sud de  l’échangeur RN431/A31.   A l’inverse, les communes de Terville, Guénange Mondelange, Hagondange, Talange, Maizières‐lès‐ Metz, Pompey, Frouard et Bouxières‐aux‐Dames, qui s’inscrivent dans un contexte particulièrement  urbanisé de la vallée de la Moselle et de la Meurthe, présentent une activité agricole très faible voire  nulle.   L’occupation  du  sol  se  partage  entre  terres  labourées  et  surfaces  en  herbe.  Les  cultures  sont  particulièrement présentes dans la vallée de la Moselle : les productions céréalières sont le blé, l’orge,  le  colza  et  le  maïs.  Au  nord  de  l’agglomération  Thionvilloise,  en  bordure  des  côtes  de  Moselle,  les  terres sont plus diversifiées, les prairies et les pâturages sont plus représentés.   Le RGA fait état de 165 exploitations ayant leur siège dans les communes concernées par le fuseau  d’étude. La localisation de l’ensemble de ces exploitations n’est pas disponible. En revanche, d’après  les investigations de terrain, les sièges d’exploitations les plus importants ont pu être identifiés au sein  du fuseau d’étude.  Ainsi,  dix  sièges  d’exploitations  ont  été  localisés  au  sein  du  fuseau  d’étude,  sur  les  communes  de  Kanfen, Illange, Bertrange, Guénange, Richemont, Talange et Marieulles.   Concernant les cultures spécialisées, les cultures maraichères identifiées sont présentent à Thionville,  Terville et Autreville‐sur‐Moselle. Aucun vignoble, n’est recensé dans le fuseau de l’A31.  Dans le fuseau liaison A30/A31, le type d’occupation agricole est représenté par des parcelles éparses  de vergers, jardins et prairies de fauche. Les zones de cultures sont présentent au nord du fuseau et de  part et d’autres de la ZI Sainte‐Agathe à Florange (SAU de 325 ha).  Si  8  exploitations  agricoles  ont  leur  siège  sur  les  communes  du  fuseau  d’étude,  aucun  siège  d’exploitation n’a été recensé dans le fuseau.  Dans le fuseau A4/RN431, l’activité agricole du plateau Lorrain est orientée principalement vers les  zones  de  grandes  cultures  et  de  pâturages.  Sur  les  51  exploitations  agricoles  recensées  dans  les  communes  du  fuseau,  seule  1  est  présente  dans  le  fuseau  d’étude  à  Peltre  (cultures  maraichères  associées hors du fuseau d’étude : cueillette de Peltre).  Enfin, dans le fuseau Gye‐Dieulouard, la région agricole de la Haye est caractérisée par des zones de  grandes cultures, entre Dieulouard et Toul avec des zones de prairies de fauche particulières dans le  secteur de Francheville et Villey‐Saint‐Etienne (zone de transition vers les sols marneux de la Woëvre à  l’ouest).  Plus au sud et sur le versant ouest du fuseau d’étude, la région agricole correspond à la limite des côtes  de Meuse où prédomine des zones de prairies de fauches, de pâturages et de vergers. Les rendements  en  céréales  sont  modestes.  C’est  ici  que  l’on  trouve  également  les  premières  zones  de  vignobles  à  Pagney‐derrière‐Barine et Bruley ainsi que la zone AOC « Côtes de Toul ».  Le sud du fuseau (secteur de Gye/Moutrot) est caractérisé par des zones de grandes cultures et de  pâturages.   L’activité agricole est donc principalement orientée vers la polyculture et l’élevage, ainsi que vers la  production  céréalière.  D’après  les  données  du  RGA,  elle  est  particulièrement  importante  sur  les  communes de Dieulouard, Saizerais, Rosières‐en‐Haye, Villey‐Saint‐Etienne, Toul, Gondreville, Gye et  Moutrot. 
  31. 31. 298 167  exploitations  agricoles  ont  leur  siège  sur  les  communes  interceptées  par  le  fuseau  d’étude.  29  seulement  sont  présentent  dans  le  fuseau  (données  issues  de  l’étude  d’avant‐projet  A32,  2006)  à  Dieulouard,  Rosières‐en‐Haye,  Jaillon,  Toul,  Gondreville,  Chaudeney‐sur‐Moselle,  Bicqueley,  Gye,  Moutrot, Domgermain, Pagney‐derrière‐Barine et Bruley.   Le tableau situé ci‐après présente les données de la statistique agricole issues du recensement agricole  de 2000 et 2010.   Les  enjeux  liés  au  volet  agricole  peuvent  notamment  être  appréciés  par  la  connaissance  de  la  valeur  agronomique  des  sols  en  présence.  Les  productions  labellisées  (Appellation  d’Origine  Contrôlée,  Appellation  d’Origine  Protégée,  Agriculture  Biologique,  Indication  Géographique  Protégée),  ainsi  la  présence  de  cultures  à  forte  valeur  ajoutée  (vignes,  maraichage,  culture  fruitières) présentent également un enjeu important. Ces cultures ne sont a priori pas présentes au  droit du site d’études hormis principalement sur le secteur des Côtes de Toul (vignes et zonage  AOC « côtes de Toul »). Par ailleurs, à ce stade des études, il n’est pas€

×