A31 bis environnement gye luxembourg_preamb_physique

797 vues

Publié le

A31bis - DREAL Lorraine
Etudes ESOPE et IRIS conseil
Etat initial de l’environnement (milieux naturels)
Préambule

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
797
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
18
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

A31 bis environnement gye luxembourg_preamb_physique

  1. 1. A31 BIS : ETUDE D'ENVIRONNEMENT MARS 2015 INDICE 0_0 MZ 579-57 A31 bis - Gye-Frontière luxembourgeoise
  2. 2. 1 SOMMAIRE  1  Préambule ___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 5  1.1  Contexte du projet _________________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 7  1.2  La mission d’Etudes ________________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 8  1.3  Aires d’Etudes  ____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 9  1.4  Les territoires concernés ___________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 11    2  Analyse de l’état initial du site et de son environnement ___________________________________________________________________________________________________________________________ 13    2.1  Milieu physique __________________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 15  2.1.1  Topographie  _________________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 15  2.1.2  Géologie et géotechnique _______________________________________________________________________________________________________________________________________________ 22  2.1.3  Eaux superficielles et souterraines ________________________________________________________________________________________________________________________________________ 37    2.2  Milieux naturels  ________________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 110  2.2.1  Zone(s) d’étude pour les milieux naturels  _________________________________________________________________________________________________________________________________ 110  2.2.2  Périmètres d’inventaire et de protection __________________________________________________________________________________________________________________________________ 112  2.2.3  Cadrage réglementaire ________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 117  2.2.4  Analyse des données bibliographiques ___________________________________________________________________________________________________________________________________ 119  2.2.5  Inventaires de terrain  _________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 139  2.2.6  Trame Verte et Bleue  _________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 203    2.3  Paysage _______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 230  2.3.1  Approche globale des paysages _________________________________________________________________________________________________________________________________________ 230 
  3. 3. [Nom de la société] 2 2.3.2  Séquencement de l’itinéraire ___________________________________________________________________________________________________________________________________________ 243  2.4  Patrimoine _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 245  2.4.1  Source des données  __________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 245  2.4.2  Zonages archéologiques _______________________________________________________________________________________________________________________________________________ 246  2.4.3  Monuments historiques  _______________________________________________________________________________________________________________________________________________ 247  2.4.4  Autres zonages réglementaires _________________________________________________________________________________________________________________________________________ 249  2.4.5  Sites et circuits de tourisme et de loisirs  __________________________________________________________________________________________________________________________________ 249    2.5  Milieu humain __________________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 273  2.5.1  Sources des données __________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 273  2.5.2  Occupation du sol ____________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 296  2.5.3  Activités humaines  ___________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 297  2.5.4  Urbanisme réglementaire ______________________________________________________________________________________________________________________________________________ 348  2.5.5  Contraintes techniques et servitudes _____________________________________________________________________________________________________________________________________ 379  2.5.6  Risques naturels et technologiques ______________________________________________________________________________________________________________________________________ 403  2.5.7  Bruit _______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 441  2.5.8  Qualité de l’air _______________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 443    3  Synthese et hierarchisation des enjeux environnementaux  _______________________________________________________________________________________________________________________ 475    3.1  Préambule _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 476    3.2  Méthodologie (hors volet biodiversité) _____________________________________________________________________________________________________________________________________ 477  3.2.1  Etape 1 : définition des niveaux d’enjeux __________________________________________________________________________________________________________________________________ 477  3.2.2  Etape 2 : synthèse multithématique des enjeux ____________________________________________________________________________________________________________________________ 477 
  4. 4. [Nom de la société] 3   3.3  Tableau de hiérarchisation des enjeux  _____________________________________________________________________________________________________________________________________ 478    3.4  Synthèse par sous‐thématique environnementale (étape 1) ___________________________________________________________________________________________________________________ 483  3.4.1  Relief, géologie et géotechnique (1) ______________________________________________________________________________________________________________________________________ 483  3.4.2  Eaux superficielles et souterraines (2) ____________________________________________________________________________________________________________________________________ 506  3.4.3  Paysage et patrimoine (3) ______________________________________________________________________________________________________________________________________________ 530  3.4.4  Agriculture et sylviculture (4) ___________________________________________________________________________________________________________________________________________ 558  3.4.5  Urbanisme, habitat, activités et réseaux (5)  _______________________________________________________________________________________________________________________________ 581  3.4.6  Risques et Nuisances (6) _______________________________________________________________________________________________________________________________________________ 606    3.5  Synthèse par milieu (étape 2) _____________________________________________________________________________________________________________________________________________ 630  3.5.1  Milieu physique ______________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 630  3.5.2  Milieu humain  _______________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 652    3.6  Méthodologie de hiérarchisation du volet biodiversité  _______________________________________________________________________________________________________________________ 674  3.6.1  Cadre conceptuel _____________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 674  3.6.2  Approche sectorielle __________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 675  3.6.3  Approche systémique _________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 688  3.6.4  Niveaux de sensibilité globale de la biodiversite ____________________________________________________________________________________________________________________________ 704    3.7  Synthèse globale (étape 3) _______________________________________________________________________________________________________________________________________________ 711    4  Bibliographie _______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 735 
  5. 5. [Nom de la société] 4
  6. 6. [Nom de la société] 5                   1 PREAMBULE  
  7. 7. [Nom de la société] 6 Carte 1: Aires d’étude
  8. 8. [Nom de la société] 7   1.1 CONTEXTE DU PROJET   La présente mission s’inscrit dans le cadre d’un vaste projet dénommé « A 31 bis », qui consiste en un  réaménagement,  sur  place  ou  en  tracé  neuf,  de  l’A31  sur  plusieurs  tronçons  entre  Gye  et  le  Luxembourg.   L’A31 constitue un axe routier majeur pour les déplacements nord‐sud au niveau Européen, mais  également  à  l’échelle  locale  (liaisons  pendulaires),  notamment  sur  la  section  comprise  entre  Thionville et le Luxembourg. Cet axe est le siège de congestions fortes, nécessitant un accroissement  de la capacité de l’infrastructure routière.   L’autoroute  A31  fait  depuis  plusieurs  années  l’objet  de  réflexion  et  d’études  visant  à  améliorer  les  conditions  de  circulations.  Les  études  de  niveau  Avant‐Projet  Sommaire  réalisées  dans  le  cadre  du  projet d’envergure « A32 » au début des années 2000, qui proposait la réalisation d’un aménagement  autoroutier en tracé neuf entre Gye et le sud de l’agglomération Thionvilloise, en sont un bon exemple.  Ce vaste projet a désormais été abandonné au profit du projet « A31 Bis ».  Le  réaménagement  de  l’A31  entre  Toul  et  la  frontière  Luxembourgeoise  a  été  inscrit  au  projet  de  Schéma National des Infrastructures de Transport (SNIT). La commission Mobilité 21 a rendu le 27  juin 2013 son rapport (rapport DURON) « pour un schéma national de mobilité durable » au ministre  chargé des transports. La commission, ayant pour mission de préciser les conditions de mise en œuvre  du SNIT, y propose ses recommandations pour une mobilité durable et propose une hiérarchisation,  selon 2 scénarii, des projets d’infrastructures de transports. Elle définit ainsi des projets de « première  priorité », « seconde priorité », et à  « horizons plus lointains ». Le scénario 2, plaçant le projet « A31  Bis Toul – Frontière Luxembourgeoise » dans les projets de première priorité a été retenu par le  premier ministre le 9 juillet 2013.   Le  projet  A31  Bis  est  sectionné  en  plusieurs  tronçons  et  le  réaménagement  autoroutier  pourrait  comprendre :   ‐ La réalisation d’un barreau de liaison entre Toul (péage de Gye) et Dieulouard (tracé neuf)  ‐ La  mise  à  2x3  voies  de  l’A31  entre  la  sortie  de  Nancy  (Bouxières‐aux‐Dames)  et  Fey  (aménagement sur place)  ‐ Le contournement ouest de Thionville (liaison A30‐A31 en tracé neuf)  ‐ L’aménagement multimodal de l’A31 entre Thionville et la frontière Luxembourgeoise.   Le projet «  A31 Bis » sera présenté devant la Commission Nationale du Débat Public (CNDP), qui  veille à garantir l’objectivité et la qualité du débat. La procédure de débat public a été introduite en  France  par  la  loi  Barnier  du  2  février  1995,  relative  au  renforcement  de  la  protection  de  l’environnement, et son décret d’application du 10 mai 1996 relatif à la consultation du public et des  associations en amont des décisions d’aménagement. Elle a pour objectif la participation du public à  « l’élaboration  des  projets  d’aménagement  ou  d’équipement  ayant  une  incidence  importante  sur  l’environnement ou sur l’aménagement du territoire ». Aussi, le débat public doit s’appuyer sur des  supports d’information qui permettront d’informer le public sur l’opportunité, les caractéristiques, les  objectifs et les impacts du projet.   Les présentes études ont pour objectif de compléter l’information nécessaire à l’alimentation du  débat public.     Figure 1 : le projet A31 Bis (Source : DREAL lorraine) 
  9. 9. [Nom de la société] 8 1.2 LA MISSION D’ETUDES  Les présentes études ont pour objet l’élaboration d’un état initial de l’environnement, la synthèse et  la hiérarchisation des enjeux, qui viendra alimenter le débat public.   L’engorgement de l’A31 et la recherche de solutions permettant d’y remédier font l’objet de multiples  réflexions et études, antérieures ou en cours, présentant des niveaux variés (études d’opportunité,  études de faisabilité, etc.) portant sur différentes thématiques environnementales et sur différents  tronçons de l’itinéraire. Ainsi, sont recensés :    ‐ Les  études  réalisées  dans  le  cadre  de  l’Avant‐Projet  Sommaire  du  projet  A32  (section  Gye‐  Dieulouard),   ‐ Le diagnostic du territoire dans le cadre du contournement ouest de Thionville,   ‐ L’étude de bruit réalisée par le CEREMA Direction Territoriale Est de Strasbourg,   ‐ L’étude air et santé réalisée par le CEREMA Direction Territoriale Nord‐Picardie d’Haubourdin,  ‐ L’étude paysagère réalisée par le CEREMA Direction Territoriale Est de Metz,   ‐ L’étude complémentaire sur la biodiversité, réalisée par le bureau d’étude ESOPE,   ‐ L’état initial global de l’environnement sur la section Richemont‐frontière luxembourgeoise par  le groupement IRIS Conseil, ESOPE, NEOMYS, ENTOMOLOGIC, DUBOST Environnement et  Milieux Aquatiques.   Ainsi,  la  présente  mission  prévoit,  selon  les  tronçons  étudiés,  le  recueil  de  données  existantes,  l’actualisation  et  l’intégration  d’études  antérieures,  et  l’intégration  d’études  réalisées  par  des  prestataires aux compétences spécifiques (air, bruit, biodiversité, paysage).   Les présentes études d’environnement s’articulent comme suit (cf. tableau ci‐contre).     En  résumé,  plusieurs  démarches  méthodologiques  seront  à  mettre  en  œuvre  en  fonction  de  la  disponibilité des données existantes sur les différents tronçons étudiés :   ‐ Démarche de contrôle et d’actualisation des données entre Gye et Dieulouard (Phase 1)  Il est à noter que les études réalisées dans le cadre du projet « A32 » ont été réalisées au niveau  APS. L’abandon du projet « A32 » au profit du projet « A31 Bis » conduit à enclencher de nouvelles  études  environnementales,  en  « repartant   de  zéro »,  et  en  travaillant  à  un  niveau  de  précision  moins poussé. Entre outre, les études « A32 » ne couvrent qu’une partie de l’aire d’étude définie  dans le cadre de la présente étude environnementale (Section Gye‐Dieulouard). Aussi, les données  présentes dans les études « A32 », du fait d’un périmètre et d’un niveau d’étude différents, n’ont pu  être réemployées qu’à des fins de confirmation des données effectivement collectées dans le cadre  de la présente étude.       Phase  Prestations  1. Etat  initial  de  l’environnement  hors  bruit,  air,  paysage  et  biodiversité  SECTION  GYE  ‐ THIONVILLE  Section  Gye  –  Dieulouard :  Contrôle  et  actualisation  des  données  disponibles  Section  Bouxières‐Thionville :  Collecte  et  analyse  de  données  bibliographiques  par  consultation  des  organismes  et  administrations  sources, banques de données, sites internet de référence.   2. Etat  initial  global  de  l’environnement,  impacts  et  mesures  SECTION  GYE  –  FRONTIERE  LUXEMBOURGEOISE  2a :   Intégration  des  autres  études  finalisées  ou  en  cours  relatives  aux  thématiques  (air  bruit,  paysage,  biodiversité)  ou  aux  sections  (Richemont‐Luxembourg) non traitées en phase 1.   2b  Hiérarchisation des enjeux   3. Finalisation  du  rapport global  Elaboration d’un rapport global cohérent   4. Rédaction  d’un  dossier  de  synthèse  Elaboration d’un dossier de communication   Tableau 1 : décomposition de la mission ‐ Démarche de collecte et d’analyse de données bibliographiques entre Bouxières‐aux‐Dames  et Thionville (Phase 1)  ‐ Démarche  d’intégration  et  de  mise  en  cohérence  des  données  entre  Thionville  et  le  Luxembourg (Phase 2 et Phase 3)  ‐ Démarche de hiérarchisation des enjeux environnementaux (Phase 2 et Phase 3)  ‐ Démarche de synthèse et de vulgarisation des études environnementales (Phase 4).  
  10. 10. [Nom de la société] 9   1.3 AIRES D’ETUDES  Le  projet  A31  Bis  entre  Toul  et  la  frontière  luxembourgeoise  fait  l’objet  de  réflexions,  d’études  et  d’aménagements hétérogènes sur les différentes sections concernées. Aussi, l’aire d’étude de base  est composée de périmètres variables en fonction de ces sections. Il s’agit :   ‐ D’un  fuseau  relativement  large  entre  Gye  et  Dieulouard,  ainsi  qu’entre  Richemont  et  la  frontière luxembourgeoise (1km de part et d’autre de l’infrastructure existante),   ‐ D’une bande plus restreinte, de 200 à 500 mètres de part et d’autre de l’A31 sur la section  concernée par un élargissement de la plateforme autoroutière, soit entre Bouxières‐aux‐ Dames et Richemont.   Certaines thématiques nécéssitent la prise en compte de fuseaux d’études complémentaires au fuseau  de base :   ‐ Le  volet  biodiversité  s’appuie  sur  deux  zonages  géographiques  sur  lesquels  des  investigations  différentes  ont  été  menées :  l’aire  d’étude  de  base  pour  les  inventaires  naturalistes,  et  l’aire  d’étude  élargie,  sur  laquelle  les  recherches  bibliographiques  ont  été  conduites, également utilisée pour l’étude des continuités écologiques (voir figure 2).  ‐ En  ce  qui  concerne  l’étude  Air  et  Santé,  l’aire  d’étude  comprend  l’ensemble  du  réseau  routier subissant une modification de plus ou moins 10 % du trafic, de part la réalisation du  projet. Elle est donc définie sur la base des résultats de simulations du trafic (voir figure 2bis). La  bande  d’étude  est  définie  autour  du  projet  et  de  chaque  voie  concernée  par  une  modification notable (± 10%). Au vu des estimations des trafics attendus en 2030, de plus de  100 000 veh/j, la bande d’étude doit avoir une largeur minimale de 300m.  ‐ En  ce  qui  concerne  le  volet  acoustique,  la  zone  d’étude  prise  en  compte  est  présentée  en  figure 2 ter.   NOTA : Le volet relatif au milieu physique suit une approche qui se rapporte, en termes de découpage, à celui des  grandes unités topographique et géologique, ainsi qu’aux bassins versants.   Par ailleurs, le fuseau d’étude a pu, en lien avec des besoins spécifiques à certaines thématiques, être tronçonné en  plusieurs « sous –fuseaux » d’étude. Ainsi, le volet relatif au milieu humain et socio‐économique fait l’objet d’une  approche distincte selon les fuseaux d’étude suivants :   ‐ Fuseau RD 653,   ‐ Fuseau A31 : Luxembourg – Hauconcourt au nord puis Fey‐Bouxières‐aux‐Dames au sud   ‐ Fuseau liaison A30 –A31 : contournement de Thionville  ‐ Fuseau A4‐RN431 : contournement de l’agglomération messine entre Hauconcourt et Fey  ‐ Fuseau « Gye‐Dieulouard »    Figure 2 : aire d’étude de base et aire d’étude élargie
  11. 11. [Nom de la société] 10 Figure 2 Bis : aire d’étude du volet « air et santé » Figure 2 Ter : aire d’étude du volet « bruit »
  12. 12. [Nom de la société] 11   1.4 LES TERRITOIRES CONCERNES  Le fuseau d’étude s’inscrit majoritairement sur le territoire français, et, sur une courte section, sur  le territoire Luxembourgeois (communes de Frisange, Dudelange et Bettembourg).   En  France,  le  fuseau  d’étude  traverse  les  départements  de  la  Moselle,  puis  de  la  Meurthe‐et‐ Moselle. Ainsi, entre la frontière luxembourgeoise et Gye, le fuseau d’étude traverse les territoires des  intercommunalités suivantes (du nord au sud) :     Territoire Mosellan   ‐ Communauté  de  Communes  de  Cattenom  et  Environs :  communes  d’Entrange,  Kanfen  et  Zoufftgen  d’une  part  et  d’Hettange‐Grande,  Boust,  Roussy‐le‐Village,  Basse‐Rentgen,  Evrange et Hagen d’autre part,  ‐ Communauté  d’Agglomération  Portes  de  France‐Thionville  :  communes  d’Illange,  Yutz,  Thionville, Terville et Manom,  ‐ Communauté de Communes du Val de Fensch : communes de Florange, Uckange, Serémange‐ Erzange, Hayange et Fameck,  ‐ Communauté de Communes de l’Arc Mosellan : communes de Bousse, Guénange et Bertrange,   ‐ Communauté  de  Communes  des  Rives  de  Moselle:  communes  de  Richemont,  Mondelange,  Hagondange,  Ay‐sur‐Moselle,  Talange,  Maizières‐lès‐Metz,  Hauconcourt,  Argancy,  Antilly,  Charly‐Oradour et Malroy,   ‐ Communauté de Communes du Haut Chemin : commune de Failly,  ‐ Communauté d’Agglomération de Metz Métropole : Vany, Mey, Vantoux, Nouilly, Metz, Peltre,  Pouilly, Marly, Cuvry, Augny, Coin‐lès‐Cuvry, Fey et Marieulles,   ‐ Communauté de Communes du Val de Moselle : commune de Lorry‐Mardigny,   ‐ Communauté de Communes du Sud Messin : commune de Cheminot.        Territoire Meurthe‐et‐Mosellan  ‐ Communauté  de  Communes  du  Bassin  de  Pont‐à‐Mousson :  communes  de  Bouxières‐sous‐ Froidmont,  Lesménils,  Mousson,  Atton,  Blénod‐lès‐Pont‐à‐Mousson,  Loisy,  Jezainville,  Bezaumont, Dieulouard, Autreville‐sur‐Moselle, Belleville, Villers‐en‐Haye et Rosières‐en‐Haye,   ‐ Communauté  de  Communes  de  Hazelle‐en‐Haye :  communes  d’Avrainville,  Jaillon,  Francheville, Villey‐Saint‐Etienne et Gondreville,   ‐ Communauté  de  Communes  du  bassin  de  Pompey :  Millery,  Marbache,  Custines,  Pompey,  Bouxières‐aux‐Dames et Frouard,   ‐ Communauté  de  Communes du Toulois : communes  de Toul, Dommartin‐lès‐Toul,  Bouvron,  Bruley,  Pagney‐derrière‐Barine,  Ecrouves,  Choloy‐Menillot,  Domgermain,  Gye,  Bicqueley,  Pierre‐la‐Treiche et Chaudeney‐sur‐Moselle.   ‐ Communauté de Communes du Sud Toulois : Mont‐le‐Vignoble, Blénod‐lès‐Toul et Moutrot.   Ainsi,  le  fuseau  d’étude  s’étend  sur  deux  pays,  deux  départements,  quatorze  intercommunalités  et  quatre‐vingt‐douze communes (dont trois au Luxembourg).   Nota : la collecte des données d’entrée a été organisée de façon à disposer d’informations sur les territoires  français et luxembourgeois. Sur ce dernier, et au présent niveau d’études, des recherches bibliographiques  sur  Internet  ont  été  réalisées.  Néanmoins,  pour  une  thématique  donnée,  il  est  difficile  de  disposer  d’informations homogènes sur les 2 territoires tant en termes de nature des données collectées que de  niveau  de  précision.  La  collecte  des  données  sur  le  territoire  luxembourgeois  est  notamment  rendue  délicate du fait du fonctionnement différent des administrations luxembourgeoises en matière de mise à  disposition des données, de la réglementation environnementale adaptée au territoire luxembourgeois, ou  encore de la barrière de la langue (documents produits en luxembourgeois). Aussi, l’analyse des enjeux  environnementaux sur le territoire luxembourgeois est globalement moins poussée que celle menée sur le  territoire français, mais permet néanmoins de les appréhender dans leur globalité, et de disposer d’une  base pour approfondir les thématiques à enjeux lors des études qui seront lancées ultérieurement (avant‐ projet, étude d’impact, etc.).            
  13. 13. [Nom de la société] 12  
  14. 14. [Nom de la société] 13                       2 ANALYSE DE L’ETAT INITIAL DU SITE ET DE  SON ENVIRONNEMENT         
  15. 15. N Source : Fond de plan extrait du site internet www.cartes-topographiques.fr 0 5 km RELIEF ET LOCALISATION DES COUPES TOPOGRAPHIQUES 5 1 A B 6 A B 7 A B 8 A B 7 A B 9 A B 10 A B 12 A B 13 A B 11 A B 2 3 4 A31 A B A B A B A B A31 bis - Gye-Frontière luxembourgeoise Etude d'environnement
  16. 16. [Nom de la société] 15   2.1 MILIEU PHYSIQUE  2.1.1 Topographie  Source des données : l’analyse du relief traversé par le fuseau d’étude s’appuie sur la lecture de la  cartographie SCAN 25 de l’IGN.  Le fuseau d'étude recoupe une succession de dépressions, de côtes et de plateaux. Ce relief résulte du  jeu  de  l'érosion  sur  l'alternance  répétée  de  roches  dures  (calcaires)  et  de  roches  tendres  (argiles,  marnes)  qui  constitue  le  substratum  de  la  région.  Ainsi  ont  été  façonnées  les  2  lignes  de  côtes  parallèles de la Meuse et de la Moselle, reliefs typiques qui marquent profondément le paysage mais  aussi  les  vallées  encaissées  de  la  Moselle  et  plusieurs  de  ses  affluents  :  Bouvades,  Terrouin…  qui  incisent profondément le plateau de Haye.   Les unités topographiques traversées par le fuseau d’étude sont les suivantes :    ‐ La vallée de la Moselle :   Le fuseau d’étude recoupe la vallée de la Moselle à plusieurs reprises : au nord, entre Thionville  et  Hauconcourt,  puis  à  l’extrémité  sud‐est  du  fuseau  d’étude  entre  Pont‐à‐Mousson  et  Bouxières‐aux‐Dames, et enfin au sud‐ouest, dans le secteur de Toul.     Entre  Thionville  et  Hauconcourt,  le  fuseau  d’étude  s’inscrit  sur  des  terrains  aux  reliefs  pratiquement plats, à des altitudes comprises entre 150 m et 200 m (altitudes NGF). La Moselle  s’écoule  dans  un  fond  de  vallée  relativement  large  (2  à  3  km),  où  de  multiples  gravières  sont  recensées. Le fond de vallée est raccordé par une faible pente au plateau Lorrain à l'est et par une  pente localement plus accentuée au piémont de la côte de Moselle.    Vallée de la Moselle, Thionville‐Hauconcourt     
  17. 17. [Nom de la société] 16 Au  droit  du  fuseau  A30‐A31,  les  zones  urbanisées  (Uckange,  Serémange‐Erzange,  Florange)  s’inscrivent sur des terrains relativement plats, associés à la vallée de la Moselle et de la Fensch. Le  relief s’accentue au nord au droit de la forêt de Florange, en limite occidentale du fuseau d’étude.        Entre Pont‐à‐Mousson et Autreville‐sur‐Moselle, le fond de vallée est légèrement moins large, et  se caractérise également par la présence d’étangs et gravières, exploités pour les loisirs et la pêche  (Dieulouard, Autreville‐sur‐Moselle). A l’ouest, le fuseau est bordé par le front des côtes de Moselle  et ses buttes témoins.  Vallée de la Moselle, Pont‐à‐Mousson – Autreville‐sur‐Moselle     
  18. 18. [Nom de la société] 17   Au  sud‐est  du  fuseau  d’étude,  le  fond  de  vallée  est  plus  étroit,  et  le  cours  d’eau  est  légèrement encaissé entre les buttes témoins du Grand Couronné à l’est, et le plateau de Haye,  à l’ouest.     Vallée de la Moselle, au sud d’Autreville‐sur‐Moselle‐      ‐ Le plateau Lorrain   Il s’agit d’un vaste plateau vallonné, qui s’étend entre le massif Vosgien et la côte de Moselle sur les  départements de la Moselle, de la Meurthe‐et‐Moselle et des Vosges. Il présente des reliefs amples  et  peu  marqués,  composant  des  paysages  essentiellement  agricoles  aux  grandes  ouvertures  visuelles. Il accueille les vallées de la Seille, de la Nied et de la Sarre.   Cette unité topographique est présente sur l’ensemble de la section située au nord de Thionville  (A31 et RD653), ainsi que sur la section Hauconcourt –Pont‐à‐Mousson.   Entre Thionville et jusqu’au Luxembourg, dans le fuseau A31, les altitudes oscillent globalement  entre 200 m en limite est du fuseau d’étude et 260 m au pied des côtes de Moselle.    Plateau Lorrain, nord de Thionville   
  19. 19. [Nom de la société] 18 La RD653 s’inscrit totalement dans cette entité topographique à l’exception du secteur de Manom  et du lieu‐dit Maison Rouge, situés dans la vallée de la Moselle, où la RD 653 est bordée à l’est par  les étangs de la Grange.  Plateau Lorrain, RD653       Entre Hauconcourt et Pont‐à‐Mousson, les altitudes fluctuent peu, et oscillent entre 190 m et 230  m. Le fuseau d’étude, globalement orienté nord‐sud, franchit de multiples cours d’eau constitutifs  d’un  réseau  hydrographique  globalement  orienté  est‐ouest.  Néanmoins,  du  fait  du  faible  encaissement des cours d’eau, ces franchissements n’occasionnent pas de perturbations dans le  relief peu marqué du plateau.   Plateau Lorrain, Hauconcourt – Pont‐à‐Mousson      
  20. 20. [Nom de la société] 19 ‐ Les côtes et buttes témoins   Les côtes de Moselle forment un élément marquant du relief, en limite occidentale du plateau Lorrain.  Leurs reliefs sont présents à l’ouest du fuseau d’étude, et s’étendent du nord au sud, entre la frontière  Luxembourgeoise  et  Dieulouard.  Plusieurs  buttes  témoins  sont  recensées  à  proximité  du  fuseau  d’étude (butte Saint‐Michel, butte de Mousson, etc.).     Au sud‐ouest, le fuseau d’étude est bordé par les côtes de Toul, longées par la plaine de la Woëvre, et  dont  la  dénomination  fait  référence  au  vignoble  qui  s’y  est  installé  et  développé,  bénéficiant  d’un  climat abrité et favorable.       
  21. 21. [Nom de la société] 20   ‐ Le plateau de Haye  Dans sa partie traversée par le périmètre d'étude, il peut se subdiviser en 2 zones :   La première, du sud du fuseau d’étude jusqu'à Jaillon,  se caractérise  par ses nombreuses  vallées  encaissées qui incisent parfois profondément le plateau calcaire. Sont ainsi franchis successivement les  vallons des Étangs et des Bouvades puis, par 2 fois, la vallée de la Moselle aux versants dissymétriques  et enfin, les entailles profondes du Terrouin (40 à 50 m) et de quelques vallons secs perpendiculaires.     La seconde, de Jaillon à Dieulouard, où le plateau, qui correspond au revers de la côte de Moselle, est  relativement plat et ne présente pas d'accident topographique particulier.     
  22. 22. [Nom de la société] 21   ‐ Le Grand Couronné   Il correspond à une extrémité du plateau détachée de la partie principale par la Moselle. Le relief offre  l'aspect  d'une  succession  de  buttes  (Harmomont,  la  Grande  Côte,  la  Côte,  Landrémont…)  individualisées du plateau, notamment dans le secteur d'étude, par la vallée de la Natagne qui s'écoule  parallèlement à l'A31. Les buttes témoins qui forment le Grand Couronné se situent essentiellement en  rive‐droite de la Moselle. Cette unité topographique concerne majoritairement des secteurs situés à  l’est du fuseau d’étude. Elle est limitée à l’ouest par la vallée de la Moselle et à l’est par la vallée et le  plateau de la Seille.    ‐ Plaine de la Woëvre  Cette vaste dépression plate et argileuse, dominée à l'ouest par le promontoire festonné de la côte de  Meuse, est traversée ponctuellement à l’extrémité sud‐ouest du fuseau.    Au bilan, la topographie du fuseau d’étude est dominée par les ondulations douces du plateau  Lorrain,  et  par  le  relief  relativement  plat  de  la  vallée  de  la  Moselle.  Les  principaux  enjeux  topographiques concernent les franchissements de la vallée de la Moselle, et de quelques vallées  secondaires dont celles de l’Ingressin, du ruisseau des Bouvades et du Terrouin qui s'encaissent  fortement dans le plateau de Haye. Les côtes de Moselle, les côtes de Toul ainsi que la présence de  buttes témoins (côte Barine par exemple) constituent des obstacles topographiques importants.    
  23. 23. [Nom de la société] 22   2.1.2 Géologie et géotechnique  2.1.2.1 Source des données  L’analyse du contexte géologique du secteur d’étude s’appuie sur les cartes géologiques au 1/50 000°  éditées par le BRGM.   Le secteur d’études est concerné par les feuilles suivantes :    ‐ Feuille N°138 : Uckange  ‐ Feuille N°114 : Thionville – Waldwisse  ‐ Feuille N°113 : Longwy – Audun‐le‐Roman  ‐ Feuille N°163 : Chambley  ‐ Feuille N° 164 : Metz  ‐ Feuille N°193 : Pont‐à‐Mousson  ‐ Feuille N°194 : Nomeny  ‐ Feuille N°229 : Toul  ‐ Feuille N° 230 : Nancy  La juxtaposition des cartes géologiques aboutit à une cartographie hétérogène, tant du point de vue  des couleurs que des notations associées aux différents étages. Les tableaux situés en pages suivantes  permettent de visualiser, pour chaque formation rencontrée, les correspondances des notations et des  figurés entre les différentes feuilles géologiques.     2.1.2.2 Contexte géologique   Entre la limite nord de l’aire d’étude et le secteur de Thionville, les terrains s’inscrivent sur le plateau  Lorrain du Lias (jurassique inférieur) argilo marneux, sous couverture de plaquages de limons et de  lehms, importants notamment au niveau des cours d’eau. Le nord‐est de l’aire d’étude (fuseau RD 653)  est caractérisé par la prédominance de l’Hettangien gréseux (Lias inférieur). Plus à l’ouest, on retrouve  à l’affleurement les calcaires, les grès et les marnes du Pliensbachien (jurassique moyen), bordés par la  corniche calcaire des côtes de Moselle.   L’aire d’étude est ensuite, entre Thionville et Hauconcourt, centrée sur la vallée alluviale de la Moselle  (alluvions anciennes et récentes).    L’est et le sud Messin (plateau messin) se caractérisent par des plaquages de lehms et limons, venant  en couverture des formations calcaires (calcaires à gryphées) de marnes et d’argiles du Sinémurien. Sur  un  axe  nord‐sud  entre  Metz  et  la  limite  départementale,  ces  formations  sont  complètement  recouvertes par les limons que l’on retrouve à l’affleurement.   A  partir  de  la  limite  départementale  Moselle  /  Meurthe‐et‐Moselle,  les  terrains  reposent  principalement sur les formations gréseuses et marneuses du Pliensbachien. On retrouve, légèrement  à  l’ouest  du  tracé,  les  buttes  témoins  de  Mousson  et  de  Lesménils,  où  affleurent  les  marnes  du  Toarcien, puis, la vallée alluviale de la Moselle. A l’ouest, on retrouve le plateau liasique argilo‐calcaire,  couvert de plaquages importants de limons. Aux abords de la Seille, ils forment, mêlés aux alluvions,  des sols sableux et graveleux.   En  direction  du  sud‐ouest,  entre  Dieulouard  et  Francheville,  les  terrains  s’inscrivent  sur  un  plateau  calcaire  (plateau  de  Haye)  où  affleurent  les  étages  calcaires  du  Bathonien  et  du  Bajocien  (Dogger  moyen).  Enfin,  à  l’extrême  sud‐ouest  de  l’aire  d’étude  s’étend  la  plaine  argileuse  de  la  Woëvre,  où  affleurent les marnes grises ou bleues du Callovien. On y retrouve des témoins très découpés, comme  le Mont‐Saint‐Michel et la Côte Barine. D’importants dépôts d’alluvions anciennes sont recensés de  part et d’autres de Toul. Les abords de la Moselle se caractérisent par ailleurs par des affleurements  d’alluvions modernes.   Le  sud‐est  de  l’aire  d’étude  s’inscrit  quant  à  lui  dans  les  vallées  alluviales  de  la  Moselle,  puis  de  la  Meurthe.  On  retrouve,  à  l’ouest,  le  plateau  calcaire  Bajocien,  et,  à  l’est  d’importants  éléments  du  plateau calcaire du Dogger inférieur, avec, à mi pente, les argiles et grès du Toarcien.     2.1.2.3 Formations géologiques recensées   Les unités géologiques suivantes sont recensées (de la plus récente à la plus ancienne) :   QUATERNAIRE  Les formations superficielles suivantes sont recensées :   Les Lehms et limons, Limons des plateaux (OE, FL)  Les placages de lehms, roches argileuses à grains fins, sont retrouvés en couverture des argiles du Lias  et du Keuper, des marnes de la Lettenkhole et des alluvions. Ils ont parfois soliflué sur les versants,  comme c’est le cas au droit de la terrasse de Terville à l’ouest de Thionville, et sont alors des limons  sableux (ŒS).    Les alluvions récentes (F ou Fz)  Elles  sont  peu  développées,  et  présentes  essentiellement  dans  la  vallée  de  la  Moselle.  Elles  se  composent d’éléments fins, de sables, de graviers et galets, souvent couverts par des sables limoneux  ou argileux. Dans la vallée de la Seille, les éléments sableux et calcaires durs sont retrouvés, et les  alluvions sont à prédominance argilo‐marneuse. 
  24. 24. [Nom de la société] 23  Les alluvions anciennes (FL ou Fw à Fy)  On les observe dans les vallées de la Moselle, de la Seille et de la Meurthe. Il s’agit essentiellement  d’alluvions anciennes de bord de vallée, qui se présentent en trainées de sables et galets siliceux dans  la vallée de la  Moselle,  et sous forme  de  débris de roches calcaires  jurassiques,  avec  une  phase  de  graviers et sables siliceux dans la vallée de la Seille. Dans la vallée de la Meurthe, elles se composent de  limons sablo argileux dans la partie supérieure, et de sables, galets et quartz dans la partie inférieure.     Les  formations  du  substratum  s’étalent  de  l’époque  du  Jurassique  Supérieur  (Malm)  à  celle  du  Jurassique Inférieur (Lias).     MALM   L’oxfordien moyen (J5)  On le retrouve sur la plaine de la Woëvre, au sud‐ouest de l’aire d’étude. Il s’agit d’une succession de  couches calcaires, composée d’une zone inférieure à Polypiers d’une puissance de 16 à 18 m (calcaires  durs comprenant des passées argileuses), d’une zone de 6 à 10 m de calcaires oolithiques puis d’une  zone supérieure à Polypiers, qui occupe notamment les replats des côtes de Meuse.     DOGGER (Jurassique Moyen)   Le Callovien (Argiles de la Woëvre) (J3)  Il s’agit d’argiles calcaires gris bleu, dont la puissance peut atteindre jusqu’à 160 m. Argileux en partie  supérieure, il se distingue de l’Oxfordien par l’abondance de Trigonia. La partie inférieure est formée  par des argiles et des marnes avec des bancs calcaires un peu noduleux, parfois légèrement sableux.  Cette formation est très fossilifère et présente une épaisseur de 15 mètres environ. On les retrouve au  sud‐ouest de l’aire d’étude.    Le Bathonien(J2)  Il est représenté de bas en haut par la Caillasse à Anabacia (calcaires argileux grisâtres) et l’ensemble  de marnes à Rhynchonelles inférieures (argilites calcaires à brachiopodes et à lamellibranches d’une  épaisseur  de  10m),  et  par  la  Caillasse  à  Rhynchonelle  (alternance  de  marnes  et  de  calcaires  à  brachiopodes  sur  une  épaisseur  de  5  m)  et  marnes  à  Rhynchonelles  supérieures,  à  dominante  argileuse,  d’une  puissance  de  20m.  Le  Bathonien  est  retrouvé  principalement  à  l’affleurement  du  plateau de Haye, au sud‐ouest de l’aire d’étude, entre Dieulouard et Villey‐Saint‐Etienne.        Le Bajocien (J1)  o Le  Bajocien  supérieur est  caractérisé  par  des  variations  importantes  de  faciès.  Il  comprend  de  la  base  au  sommet  :  un  niveau  marno‐calcaire  continu  (les  marnes  de  Longwy),  différents  niveaux  d'oolithes  miliaires  formés  de  calcaires  ou  de  marno‐ calcaires et d'un ensemble calcaire à polypiers (80 à 100 m au total),  o Le Bajocien Moyen, comprenant 25 à 70 m d'épaisseur de calcaires à polypiers très durs  formant des corniches très caractéristiques dans le paysage,  o Le Bajocien Inférieur, formé de marnes micacées, de calcaires gréseux et à entroques  d'une puissance totale de 15 à 75 m.   Affleurant  également  au  sud‐ouest  de  l’aire  d’étude,  il  forme,  avec  le  Bathonien,  la  structure  géologique du plateau de Haye et du revers de la côte de Moselle. Les roches carbonatées du Bajocien  se caractérisent par une karstification importante.    LIAS   L’Alanéen (Ij1‐J1b1) ou Toarcien supérieur (I6, I8 ou I9)  Formation ferrugineuse puissante de 0 à 60 m appelée "minette de Lorraine" autrefois exploitée à la  mine  de  Saizerais.  Cet  étage  affleure  sur  le  front  de  la  côte  de  Moselle  et  au  niveau  du  Grand  Couronné, dominé par les pentes escarpées du Bajocien moyen et inférieur. Il est souvent indifférencié  du Toarcien supérieur.    Le Toarcien moyen et inférieur (I5, I6, I7‐8)  Il s’agit d’une série marneuse et gréseuse, dont le socle est constitué par un niveau de schistes argileux  et bitumineux, surmonté de marnes à Septatrias et de grès supraliasique. Il affleure sur les versants de  la côte de Moselle (à l’ouest de l’aire d’étude, du nord au sud) et du Grand Couronné (sud‐est de l’aire  d’étude).   Le Pliensbachien (I4, I6a, I6b)   Il s’agit d’un grès argileux feuilleté, à passées calcareuses micacées et marnes sableuses. Il présente  deux  sous  étages  principaux  que  sont  le  Domérien,  composé  de  grès  et  de  marnes,  et  le  Carixien,  composé de calcaires et de marnes.   o Le  Domérien :  il  est  constitué  d’un  niveau  supérieur,  fait  de  grès  argileux  à  passées  calcareuses.  Il  forme  assez  souvent  le  pied  de  la  côte  de  Moselle,  et  d’un  niveau  inférieur,  formé  d'une  puissante  assise  d'argiles  plus  ou  moins  marneuses  (100  m  d'épaisseur),  o Le Carixien : il se compose d'un complexe de calcaires et marno‐calcaires à belemnites.  
  25. 25. [Nom de la société] 24  Le Lotharingien (I3b, I3c)  Il  comprend  deux  niveaux  que  sont  le  Lotharingien  supérieur,  constitué  d'un  ensemble  de  calcaires  ocreux et de marno‐calcaires riches en pyrites, et le Lotharingien inférieur, de nature argileuse avec  quelques nodules ferrugineux et calcaires.    Le Sinémurien (I3a)  Il  est  composé  des  marnes  du  Sinémurien  pauvres  en  fossiles,  feuilletées,  grises  ou  rouilles  par  altération, souvent sableuses et renfermant du mica ou du sulfure de fer, et des calcaires à Gryphées  du  lias  inférieur  marno‐calcaire.  Les  calcaires  à  Gryphées  participent  à  la  formation  de  la  côte  infraliasique et forment des replats structuraux très apparents dans la morphologie.    L’Hettangien (I2G)  Le grès d’Hettange présente un faciès gréseux, s’intercalant dans les couches à Scamnoceras type de  l’étage Hettangien. A la base des grès francs se trouve un banc fossilifère riche en fossile. En dessous,  on retrouve une vingtaine de mètres de calcaires gréseux alternant avec des marnes gréseuses.   Le grès d’Hettange forme une côte très apparente entre Hettange‐Grande et Mondorf‐les‐Bains, et  forme le regard visible de la faille d’Hettange‐Grande.   Les  étages  du  Pliensbachien  à  l'Hettangien,  souvent  masqués  par  des  formations  superficielles,  forment l'essentiel du substratum du plateau messin. Ils constituent d'abord le soubassement de la  dépression argileuse, puis les assises plus résistantes de ce plateau rencontrées notamment autour de  Metz.    La  présente  analyse  du  contexte  géologique  s’appuie  sur  une  description  des  différentes  formations géologiques, dont le comportement lors des opérations de terrassement peut être très  variable d’un secteur à un autre. Ainsi, au présent niveau d’étude d’opportunité, il semble délicat  et hasardeux de tirer des conclusions génériques sur le plan géotechnique et hydro géotechnique à  l’échelle  de  précision  des  représentations  et  des  descriptions  géologiques.  A  titre  d’exemple,  certaines marnes ou grès peuvent se comporter comme des sols fins sensibles à l’eau et présenter  des  contraintes  de  réemploi,  mais  également  comme  des  sols  durs,  et  provoquer  alors  des  difficultés lors des opérations d’excavation.   Il est donc nécessaire de réaliser au fil de la conception du projet des reconnaissances de sols, de  nappes, et des études géotechniques conformes à la norme NF P 94‐500.   A titre purement informatif, certaines généralités quant au comportement des sols lors des opérations  de terrassement sont néanmoins proposées ci‐dessous :     Formation / type de sols  Comportement en phase travaux  Lehms et limons  Sols fins sensibles à l’eau, procurant des contraintes de réemploi en remblais,  de portance en arase, de stabilité de talus, etc.  Alluvions  Contraintes  limitées  lors  d’opérations  de  terrassement,  mais  leur  caractère  perméable  nécessite  d’étancher  les  ouvrages  hydrauliques  pour  éviter  des  fuites vers le milieu.  Argiles du Callovien  Sols fins sensibles à l’eau, procurant des contraintes de réemploi en remblais,  de portance en arase, de stabilité de talus, etc.  Calcaires et marnes du  Bathonien / Bajocien  Sols  rocheux  susceptibles  d’impliquer  des  difficultés  d’excavation  en  cas  de  découverte d’horizons rocheux indurés.  Marnes et grès du Toarcien  Sols fins sensibles à l’eau, procurant des contraintes de réemploi en remblais,  de portance en arase, de stabilité de talus, etc.  Ou  inversement  pouvant  provoquer  des  difficultés  d’excavation  en  cas  de  découverte d’horizons indurés.  Grès du Pliensbachien  Sols fins sensibles à l’eau, procurant des contraintes de réemploi en remblais,  de portance en arase, de stabilité de talus, etc.   Marnes du Sinémurien  Sols fins sensibles à l’eau, procurant des contraintes de réemploi en remblais,  de portance en arase, de stabilité de talus, etc.  Ou  inversement  pouvant  provoquer  des  difficultés  d’excavation  en  cas  de  découverte d’horizons indurés.  Grès d’Hettange  Difficultés d’excavation en cas de découverte d’horizons rocheux massifs.  Tableau 2 : comportement des sols en terrassement
  26. 26. [Nom de la société] 25 2.1.2.4 Failles et ondulations  Les accidents tectoniques majeurs sont représentés par des failles de direction nord‐ouest – sud‐est  (zone de Toul à Dieulouard) et, surtout, par des axes nord‐est – sud‐ouest. Il en résulte deux zones  fondamentalement différentes :   Au  nord,  les  compartiments  thionvillois  et  messin  avec  les  failles  de  direction  nord‐est  –  sud‐ ouest :   - faille de Roussy‐le‐Bourg – Preiche (hors fuseau)  - faille d’Hettange‐Rodemack (dans la continuité de la faille Volkrange‐Hayange)  - faille de Koenigsmacker  - faille de Metz  - failles de Mécleuves (hors fuseau)  - les failles de Pont‐à‐Mousson  - faille de Nomeny (hors fuseau)    Au sud, le compartiment nancéien, de direction perpendiculaire aux précédents (nord‐ouest – sud‐ est) :  - faille de Dieulouard  - faille de Jaillon  - failles de Bicqueley  - failles du ruisseau des Bouvades.   Ces accidents tectoniques majeurs provoquent des pendages perpendiculaires à leur axe principal. Ils  sont  alors  à  l’origine  de  contres  pendages  ou  de  pendages  secondaires,  vers  le  sud‐est  ou  le  nord‐ ouest, et permettent une diffusion de l’écoulement des eaux différente du pendage général.    Les  failles  sont  à  l’origine  de  mises  en  contacts  de  couches  géologiques  d’étages  différents,  et  présentant  des  potentialités  différentes,  du  point  de  vue  mécanique  ou  hydrogéologique.  Au  préalable aux opérations de travaux, il est donc nécessaire de bien connaître la nature des sols en  présence  de  part  et  d’autre  des  failles,  ces  dernières  étant  susceptibles  de  présenter  un  comportement différent lors des travaux. 
  27. 27. [Nom de la société] 26
  28. 28. [Nom de la société] 27
  29. 29. [Nom de la société] 28
  30. 30. [Nom de la société] 29
  31. 31. [Nom de la société] 30
  32. 32. [Nom de la société] 31
  33. 33. [Nom de la société] 37   2.1.3 Eaux superficielles et souterraines  2.1.3.1 Source des données   Les données relatives aux eaux superficielles et souterraines ont été obtenues par le biais de demandes  de  renseignements  émises  par  voie  postale,  de  courriel  ou  téléphonique.  Le  cas  échéant,  une  consultation sur place des informations demandées a été réalisée. Des compléments ont également  été recherchés par le biais d’Internet.   Dans le détail, sur le territoire français :   ‐ L’identification  des  bassins  versants  interceptés  par  le  projet  s’appuie  sur  la  lecture  des  SCAN 25 de l’IGN,   ‐ Le  recensement  et  la  localisation  des  cours  d’eau  sont  extraits  de  la  base  de  données  BD  Carthage,   ‐ Les données quantitatives des cours d’eau sont issues du catalogue des débits des cours d’eau  du  bassin  Rhin‐Meuse  réalisé  entre  1997  et  2000  par  l’Agence  de  l’eau  Rhin‐Meuse  et  la  Délégation de bassin Rhin‐Meuse de la DIREN (aujourd’hui DREAL Lorraine).  ‐ Les données qualitatives des masses d’eau superficielles et souterraines sont issues du portail  en ligne des données sur l’eau du bassin Rhin Meuse, le SIERM,  ‐ Les  informations  relatives  aux  documents  de  planification  et  de  gestion  des  eaux  sont  tirées :   o De la consultation du site des outils de gestion intégrée de l'eau GEST’EAU,   o De la consultation des documents du SDAGE Rhin Meuse sur le site en ligne dédié,   o De la consultation des documents du SAGE du bassin ferrifère sur le site dédié,   o De  la  consultation  des  documents  du  SAGE  Rupt  de  Mad,  Esch  et  Trey  sur  le  site  GEST’EAU  ‐ Les informations relatives aux captages et périmètres de protection ont été obtenues lors  d’une  consultation  sur  place  des  documents  mis  à  disposition  par  l’ARS :  cartographie  de  localisation  des  captages  (couches  SIG)  et  périmètres,  arrêtés  de  DUP,  rapport  de  l’hydrogéologue agréé le cas échéant. Les données sont disponibles pour la région Lorraine.  Aussi,  la  cartographie  reprend  l’ensemble  des  captages  existants  au  sein  de  l’encartage  au  1/25000°.   ‐ Les informations relatives aux loisirs liés à l’eau ont été transmises suite à la consultation des  EPCI  du  territoire  d’étude.  Des  recherches  complémentaires  par  le  biais  d’Internet  ont  également  été  réalisées.  Les  informations  collectées  sont  représentées  à  l’échelle  des  communes traversées par les fuseaux d’étude.   ‐ Les informations relatives au risque inondation sont issues :   o De la consultation du portail de la prévention des risques majeurs PRIM. NET  o De  la  consultation  de  la  cartographie  en  ligne  des  risques  naturels  et  technologiques  CARTORISQUE,   o Des données vectorisées transmises par les Directions Départementales des Territoires  de  Moselle  et  de  Meurthe‐et‐Moselle  ainsi  que  les  données  de  la  communauté  de  communes  du  Val  de  Fensch  et  du  CEREMA.  Elles  ont  été  transmises  à  l’échelle  de  l’encartage au 1/25000°.  ‐ Les informations relatives à l’activité de pêche sont issues des sites Internet de la fédération  de  pêche  de  la  Moselle  et  de  la  fédération  de  pêche  de  la  Meurthe  et  Moselle.  Elles  sont  cartographiées à l’échelle du fuseau d’étude.     En ce qui concerne le territoire Luxembourgeois, les informations disponibles sur Internet ont été  consultées, notamment :   ‐ Le portail en ligne de l’administration de la gestion de l’eau, proposant la consultation des bases  de données :   o Cours d’eau : bassins versants, masses d’eau superficielles, zones de baignade, sections  de pêche,  o Eaux souterraines : forages, sources, aquifères,   o Eau  potable :  points  de  prélèvement,  station  de  pompage,  réservoir  EP,  zones  de  protection d'eau potable provisoires, zones de protection sanitaire du réservoir,   o Zones inondables : classes de danger, profils en travers, ouvrages,   o Protection des eaux : stations d’épuration,  o DCE : masses d’eau fortement modifiées,  o Directive  inondation :  projet  de  cartes  zones  inondables,  projet  de  carte  des  risques  inondation,   o Plan sécheresse.   ‐ Le plan de gestion de district hydrographique du Luxembourg.   
  34. 34. [Nom de la société] 38     2.1.3.2 Documents de planification et de gestion des eaux  2.1.3.2.1 Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux Rhin‐Meuse  Institué par la loi sur l'eau du 3 janvier 1992, le SDAGE établit les orientations de la gestion de l'eau  pour chaque grand bassin versant. Il reprend l'ensemble des obligations fixées par la loi et les directives  européennes et tient compte des programmes publics en cours.  Conformément  à  l'article  3  de  la  loi  sur  l'eau,  il  a  une  portée  juridique.  Les  services  de  l'Etat,  les  collectivités  territoriales  et  leurs  établissements  publics  doivent  en  tenir  compte  pour  toutes  leurs  décisions concernant l'eau et les milieux aquatiques.  Le secteur d’étude appartient au bassin Rhin‐Meuse. Le SDAGE qui en découle a été adopté en juillet  1996, puis approuvé en novembre 1996.   Le SDAGE a été mis à jour pour intégrer concrètement les innovations de la Directive Cadre sur  l’Eau. Il a été approuvé par arrêté en date du 27 novembre 2009.     Figure 3: les bassins versants de France [http://www.gesteau.eaufrance.fr/] Les orientations fondamentales du SDAGE sont abordées à travers 6 grands thèmes que sont :   - Thème 1 (T1): eau et santé, - Thème 2 (T2): eau et pollution, - Thème 3 (T3) : eau, nature et biodiversité, - Thème 4 (T4) : eau et rareté, - Thème 5 (T5) : eau et aménagement du territoire, - Thème 6 (T6) : eau et gouvernance. Les  enjeux  relatifs  à  chacune  de  ces  thématiques  sont  détaillés  dans  le  SDAGE,  ainsi  que  les  orientations à suivre, afin de répondre à ces enjeux.     La réalisation d’un aménagement routier serait ainsi concerné par les orientations des thèmes « eau et  pollution », « eau, nature et biodiversité », « eau et rareté », et « eau et aménagement du territoire »:   Orientation T2‐01 : Réduire les pollutions responsables de la non atteinte du bon état des eaux  ‐ Orientation T2 ‐ O1.1 : Poursuivre les efforts de réduction des pollutions d’origines industrielle  et domestique pour atteindre au moins les objectifs de qualité des eaux fixés par le SDAGE.  ‐ Orientation  T2  ‐  O1.2 :  Limiter  les  dégradations  des  masses  d’eau  par  les  pollutions  intermittentes et accidentelles.    Orientation T3 ‐ O3 : Restaurer ou sauvegarder les fonctions naturelles des milieux aquatiques, et  notamment la fonction d’auto‐épuration.  ‐ Orientation T3 ‐ O3.1 : Privilégier le maintien ou la reconstitution de la dynamique latérale des  cours d’eau.    Orientation T3 ‐ O4 : Arrêter la dégradation des écosystèmes aquatiques.  ‐ Orientation T3 ‐ O4.1 : Limiter au maximum les opérations conduisant à une banalisation, une  artificialisation ou une destruction des écosystèmes.    Orientation T3 ‐ O7 : Préserver les zones humides.  ‐ Orientation T3 ‐ O7.4.2 : Stopper la dégradation des zones humides. 
  35. 35. [Nom de la société] 39 Orientation T4 ‐ O1 : Prévenir les situations de surexploitation et de déséquilibre quantitatif de  la ressource en eau.  ‐ Orientation T4 – O1.3 : Prévenir les conséquences négatives sur l’état des masses d’eau et des  milieux associés des transferts de débits entre bassins versants ou masses d’eau souterraines,  ou au sein d’un même bassin versant.  Orientation T5A ‐ O3 : Prévenir l’exposition aux risques d’inondations à l’échelle des districts du  Rhin et de la Meuse  ‐ Orientation T5A ‐ O3.2 : Dans les bassins versants caractérisés par des risques d’inondations  forts  et  répétés,  les  projets  nécessitant  déclaration  ou  autorisation  soumise  au  Code  de  l’environnement  sont  assortis  de  dispositions  visant  à  limiter  le  débit  des  eaux  pluviales  rejetées, directement ou indirectement, dans les cours d’eau.    L’ensemble de l’aire d’étude est couverte par le SDAGE Rhin Meuse. Le respect de ses orientations  dans le cadre de la réalisation d’un aménagement routier se traduit notamment par l’évaluation  des impacts quantitatifs et qualitatifs de l’aménagement sur les milieux aquatiques, et par la mise  en  œuvre  de  mesures  de  réduction  ou  de  compensation  des  impacts  négatifs  qu’il  génère,  proposées  et  définies  au  sein  du  dossier  de  déclaration  ou  d’autorisation  prévu  par  les  articles  L214‐1 et suivants du Code de l’Environnement.     2.1.3.2.2 Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux du bassin ferrifère  Le périmètre du SAGE du bassin ferrifère a été approuvé par Arrêté Préfectoral le 5 avril 1994 et la  Commission Locale de l’Eau (C.L.E.) a été constituée par Arrêté du 7 novembre 1994. Le dernier Arrêté  de modification de la C.L.E date du 13 juin 2012.  Le choix de la stratégie a été validé le 4 mars 2010 et la validation du projet de SAGE a été réalisée  le 3 septembre 2012. Le SAGE n’a pas encore été approuvé à ce jour.  Le périmètre du SAGE couvre une superficie de 2 369 km² pour 257 communes concernées et près de  380 000 habitants. Il comprend trois principaux bassins versants :  ‐ la  Chiers  en  amont  de  la  confluence  avec  l'Othain,  et  ses  affluents  (la  Crusne,  la  Pienne,  l'Othain),  ‐ l'Orne et ses affluents,  ‐ la Fensch, le Veymerange, la Kiesel et les parties françaises du bassin versant de l'Alzette et de  ses affluents (Kaylbach, ruisseau de Volmerange).  En  ce  qui  concerne  le  fuseau  A31  et  la  liaison  A30‐A31,  les  communes  de  Kanfen,  Entrange,  Terville,  Thionville,  Richemont,  Florange,  Hayange,  Fameck  et  Uckange  sont  inscrites  dans  le  périmètre du SAGE du bassin ferrifère. En ce qui concerne le fuseau RD653, seule la commune  d’Hettange‐Grande est concernée.   Figure 4 : le périmètre du SAGE du bassin ferrifère (Source : http://www.lorraine.fr/sagebf)  Le contexte de la mise en place du SAGE du bassin ferrifère est principalement lié à l'abandon des  exhaures qui pose d'importants problèmes de gestion de la ressource. Ils se traduisent en particulier  par  une  dégradation  de  qualité  des  eaux  souterraines  du  fait  de  l'ennoyage  des  mines  et  un  assèchement complet de certains cours d'eau.  
  36. 36. [Nom de la société] 40   Les grandes problématiques rencontrées sont les suivantes :  ‐ la gestion des systèmes aquifères et superficiels pour l’alimentation en eau potable (abandon  des exhaures liées à l’exploitation des mines de fer) ;  ‐ l’assèchement complet de cours d’eau lié à l’abandon des exhaures ;  ‐ la qualité des eaux souterraines (présence de sulfates).    L’état des lieux et le diagnostic du SAGE du bassin ferrifère ont été validés en date du 5 Mars 2007.   Les objectifs retenus dans le Plan d’Aménagement et de Gestion Durable adopté par la CLE le 15 mars  2013 sont les suivants :  ‐ Objectif 1 – Préserver la qualité et l’équilibre quantitatif de la ressource en eaux à long terme,  ‐ Objectif 2 – Sécuriser l’AEP à long terme,  ‐ Objectif 3 – Protéger les captages AEP,   ‐ Objectif 4 – Organiser une gestion durable et concertée de la ressource en eau des réservoirs  miniers,  ‐ Objectif 5 – Améliorer la qualité physique des cours d’eau et rétablir leurs fonctionnalités,  ‐ Objectif 6 – Adopter une gestion intégrée et concertée des bassins versants des cours d’eau  dont le débit d’étiage a diminué significativement et durablement après l’ennoyage,   ‐ Objectif 7 ‐ Préserver, restaurer et gérer les zones humides,  ‐ Objectif 8 – Améliorer la gestion des plans d’eau,  ‐ Objectif  9  –  Fiabiliser  la  gestion  des  systèmes  d’assainissement  existants  et  optimiser  l’assainissement des communes rurales,  ‐ Objectif  10  –  Limiter  les  pollutions  d’origine  industrielle  et  les  pollutions  diffuses  d’origine  agricole et non agricole,   ‐ Objectif 11 – Gérer le risque inondation de manière globale et intégrée.    Chacun  de  ces  objectifs  (O)  est  assorti  de  recommandations  (R),  précisant  le  niveau  de  priorité  (échelonné de 1 à 3), les acteurs et partenaires potentiels, les coûts estimatifs, les indicateurs de suivi  et l’échéance de réalisation.         Les objectifs et recommandations potentiellement concernés par un projet d’aménagement routier au  sein du secteur d’étude sont les suivants :   ‐ O3‐R3 :  La  DREAL  et/ou  la  DDPP  portent  à  la  connaissance  de  la  CLE  les  dossiers  ICPE  susceptibles d’impacter la ressource en eau et recueillent les cas échéant les observations.   Il s’agit d’une recommandation de priorité 3. Elle vise à élargir le champ de consultation de la CLE dans  le cadre des ICPE. Aussi ne concerne‐t‐elle pas directement le présent projet routier. Néanmoins, il y  est rappelé l’obligation de consultation de la CLE sur les demandes d’autorisation IOTA si l’opération  est dans le périmètre d’un SAGE ou si elle présente des incidences sur le SAGE (circulaire du 21 avril  2008 sur les SAGE).   ‐ O5‐R4 :  Aménager,  araser  ou  supprimer  les  ouvrages  sur  cours  d’eau  et  améliorer  leur  gestion.   Il s’agit d’une recommandation de priorité 2. Elle précise notamment que les maitres d’ouvrages se  doivent  de  rechercher  et  de  mettre  en  œuvre  des  mesures  compensatoires  visant  à  assurer  la  continuité piscicole des cours d’eau (accès aux zones de frayères, d’habitat et d’alimentation).   ‐ O7‐R1 : Préserver, restaurer et gérer de façon adéquate les zones humides   Il  s’agit  d’une  recommandation  de  priorité  1,  visant  les  propriétaires  fonciers,  exploitants  agricoles  et/ou  forestiers,  et  les  incitant  à  conserver  les  zones  humides,  les  mares  et  leurs  fonctionnalités.  Néanmoins, cette recommandation peut s’appliquer également à tout maitre d’ouvrage. On notera par  ailleurs  que  le  seuil  de  déclaration  des  projets  prévu  par  l’article  L214‐1  et  suivant  du  Code  de  l’Environnement est de 0,1 ha pour les zones humides.   ‐ O11‐R1 : Préserver et reconquérir les zones d’expansion de crues  Il  s’agit  d’une  recommandation  de  priorité  2.  Elle  précise  que  l’ensemble  des  acteurs  concernés  contribue à la préservation des zones d’expansion de crues et favorise leur reconquête et leur création.   Les communes de Kanfen, Entrange, Terville, Thionville, Richemont, Florange, Hayange, Fameck  et Uckange (fuseau A 31 et liaison A30‐A31) et Hettange‐Grande (fuseau RD 653) sont couvertes  par le SAGE du bassin ferrifère. Tout projet d’aménagement routier réalisé au sein de ce périmètre  devra respecter ses orientations et recommandations.        
  37. 37. [Nom de la société] 41 2.1.3.2.3 Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux Rupt de Mad, Esch et Trey  Le SAGE Rupt de Mad, Esch et Trey est en émergence. La consultation et l'adoption du Comité de  bassin du projet de SAGE a eu lieu le 29 novembre 2013.  Le périmètre du SAGE couvre une superficie de 873 km2  répartis sur 54 communes de Meurthe‐et‐ Moselle et 18 de Meuse. A l’échelle du fuseau d’étude, 3 communes sont concernées : Blenod‐les‐Pont‐ à‐Mousson, Dieulouard et Jezainville.     2.1.3.2.4 Le plan de gestion de district hydrographique du Luxembourg   Il  présente  la  stratégie  de  développement  durable  dans  le  domaine  de  la  gestion  des  eaux  au  Luxembourg,  établie  dans  le  cadre  de  la  mise  en  œuvre  de  la  Directive  Cadre  sur  l’Eau.  Il  est  l’équivalent luxembourgeois du SDAGE français.     2.1.3.3 Bassin versant et sous‐bassins versants interceptés   Territoire luxembourgeois  Trois  bassins  versants sont  recensés  :  le  bassin  versant  de  l’Alzette  et  le  bassin  versant  du  Didelengerbaach, au sein des quels se positionne l’A 3, et le bassin versant de la Gander, qui irrigue les  terrains traversés par la RN 3.   Figure 5: bassin versant de l’Alzette Figure 6: bassin versant du Didelengerbaach   Figure 7: bassin versant de la Gander (est et ouest RN3)   Sur  le  territoire  Luxembourgeois,  aucun  cours  d’eau  n’est  franchi  par  l’A  3  ou  la  RN  3.  Le  Didelengerbaach s’écoule à distance du fuseau d’étude de l’A 3, à l’ouest des voies ferrées. L’Alzette  est également située en dehors du fuseau d’étude, bien au nord de celui‐ci. Enfin, l’Aalbaach, cours  d’eau affluent de la Gander franchit la RN 3 au nord du fuseau d’étude.   Figure 8: cours d’eau recensés sur le territoire luxembourgeois  Alzette  Didelengerbaach Aalbaach
  38. 38. [Nom de la société] 42    Territoire français  L’aire d’étude s’inscrit dans le bassin versant de la Moselle et les sous‐bassins versants de la Seille et  de la Meurthe. La nature et les caractéristiques du réseau hydrographique qui l’irrigue sont influencées  par son implantation, sur le plateau de Haye ou le plateau Lorrain.   Ainsi, au sein du plateau de Haye, constitué d’un plateau calcaire très perméable, les cours d’eau  sont souvent encaissés ou se sont infiltrés donnant lieu à des circulations souterraines dans le réseau  karstique. La densité des cours d’eau y est donc faible. Hormis la Moselle, il s’agit de petites rivières  ou  de  ruisseaux  qui  se  caractérisent  par  un  débit  moyen  annuel  modeste  et  des  débits  d’étiage  faibles à très faibles. Leur champ d’expansion des crues possède une largeur limitée. La majorité des  cours d’eau, notamment les principaux : les ruisseaux des Bouvades, de Gare‐le‐Cou, du Chaudeau et le  Terrouin apparaissent spécialement sensibles en raison de la qualité du milieu physique, caractérisée  notamment par un lit mineur assez diversifié (écoulements souvent variés, fond composé de galets …)  et, souvent aussi en raison de l’intérêt de leur peuplement piscicole.    Sur le plateau lorrain, la nature argilo‐limoneuse et peu perméable des terrains est à l’origine d’un  réseau hydrographique dense formé en général de très nombreux petits cours d’eau s’écoulant, soit  directement dans la Moselle, soit dans l’un de ses principaux affluents. Ces cours d’eau légèrement  sinueux, soulignés par une ripisylve parfois épaisse, et qui court au fond de vallons étroits occupés par  des  prairies,  se  caractérisent  par  leur  faible  débit  et  leur  peuplement  piscicole  limité.  Toutefois,  à  l’occasion d’évènements météorologiques exceptionnels, ils peuvent sortir de leur lit et provoquer  des inondations sévères, favorisées par la nature imperméable des bassins versants. A l’inverse, en  période sèche, les cours d’eau présentent des débits d’étiage spécialement faibles comme la Seille  ou encore la Natagne qui se trouve parfois totalement à sec en été. En dépit d’une bonne qualité des  composantes  physiques,  ces  cours  d’eau  révèlent  une  dégradation  globale  de  la  qualité  de  l’eau.  Cette détérioration semble notamment liée à l’apport d’intrants agricoles (phosphates, nitrates) dont  l’impact  sur  le cours d’eau s’ajoute à celui des  rejets domestiques. Hormis la Seille  et  l’Orne, cours  d’eau de plus grand gabarit, la sensibilité des cours d’eau du plateau lorrain reste donc limitée.     Entre  la  frontière  Luxembourgeoise  et  Metz,  les  cours  d’eau  interceptés  par  le  fuseau  d’étude  appartiennent au bassin versant de la Moselle. A partir de Metz, et jusqu’à Lesménils, ils confluent  avec la Seille (affluent de la Moselle à Metz) et appartiennent donc à ce sous‐bassin versant. A partir  de Lesménils jusqu’à Moutrot, c’est à nouveau le bassin versant de la Moselle qui draine les cours  d’eau traversant le fuseau d’étude. Seule l’extrémité du fuseau est (Bouxières‐aux‐Dames) appartient  au bassin versant de la Meurthe.   Les paragraphes ci‐après détaillent la liste des cours d’eau principaux (et sous bassins versants associés)  interceptés  par  le  fuseau  d’étude,  c’est‐à‐dire  confluent  directement  avec  la  Moselle,  la  Seille  ou  la  Meurthe. Ils sont listés dans le sens de lecture du fuseau d’étude, c’est‐à‐dire du nord au sud, et regroupés  par bassin‐versant principal (Moselle, Seille et Meurthe).     BASSIN VERSANT DE LA MOSELLE   La Moselle est présente sur l’ensemble de l’aire d’étude, depuis Toul jusqu’à Thionville où elle s’écoule  du sud au nord, d’abord à l’ouest de l’A31 jusqu’à Metz, où elle franchit l’infrastructure pour la longer  par l’est jusqu’à Richemont, où un autre franchissement est recensé. A partir de Thionville, la Moselle  quitte l’aire d’étude et s’écoule vers la frontière allemande, avec une orientation sud‐ouest – nord‐est.   Les sous ‐bassins versants principaux de la Moselle interceptés par le fuseau correspondent à ceux des  affluents directs situés en rive droite et rive gauche de la Moselle, à savoir :   Territoire mosellan (57)  ‐ Le sous‐bassin versant de la Boler : confluent en rive gauche à Gavisse,  ‐ Le sous‐bassin versant de la Kiesel : confluent en rive gauche à Cattenom,   ‐ Le sous‐bassin versant du Veymerange : confluent en rive gauche à Thionville,   ‐ Le sous‐bassin versant de la See : confluent en rive droite à Bertrange,  ‐ Le sous‐bassin versant de la Fensch : confluent en rive gauche à Florange,  ‐ Le sous‐bassin versant du Krebsbach : confluent en rive gauche à Florange,  ‐ Le sous‐bassin versant de l’Orne : confluent en rive gauche à Richemont,   ‐ Le sous‐bassin versant du Billeron : confluent en rive gauche à Hauconcourt,   ‐ Le sous‐bassin versant du ruisseau d’Argancy : confluent en rive droite à Argancy,  ‐ Le sous‐bassin versant du ruisseau de Vallières : confluent en rive droite à Saint‐Julien‐lès‐ Metz.   Entre Metz (57) et Lesménils (54), les cours d’eau interceptés appartiennent au bassin‐versant de la Seille.     Territoire meurthe‐et‐mosellan (54)  ‐ Le sous‐bassin versant du Ravin du Rupt : confluent en rive droite à Atton,   ‐ Le sous‐bassin versant du ruisseau de la Natagne : confluent en rive droite à Dieulouard,  ‐ Le sous‐bassin versant du Terrouin : confluent en rive gauche à Villey‐Saint‐Etienne,   ‐ Le sous‐bassin versant du Norinvaux : confluent en rive gauche à Ecrouves,   ‐ Le sous‐bassin versant de l’Ingressin : confluent en rive gauche à Toul,  
  39. 39. [Nom de la société] 43 ‐ Le sous‐bassin versant du ruisseau de Gare‐le‐Cou : confluent en rive gauche à Gye,   ‐ Le sous‐bassin versant du ruisseau des Bouvades : confluent en rive gauche à Bicqueley,  ‐ Le  sous‐bassin  versant  du  ruisseau  du  Chaudeau :  confluent  en  rive  gauche  à  Pierre‐la‐ Treiche,  ‐ Le sous‐bassin versant du ruisseau du Mauvais Lieu : affluent en rive gauche à Gondreville.   On notera que la Kiesel, dont le bassin versant est couvert par le SAGE du bassin ferrifère, est classée  parmi  les  cours  d’eau  ayant  vu  leur  débit  d’étiage  diminuer  significativement  entre  la  période  d’exploitation minière et la période faisant suite à l’ennoyage (2007‐2008).     BASSIN VERSANT DE LA SEILLE  La Seille est un affluent de la Moselle, avec laquelle elle conflue sur le ban communal de Metz, au nord  du quartier du Pontiffroy. Elle prend sa source près de Dieuze, en déversoir de l’étang du Lindre, à l’est  du département mosellan. Sa longueur est de 138 km et son bassin versant à une surface de 1348 km2 .  Il s’agit d’un cours d’eau majoritairement Mosellan. Sur un court tronçon néanmoins, entre Aulnois‐ sur‐Seille  et  Cheminot,  elle  s’écoule  en  Meurthe‐et‐Moselle.  A  l’échelle  de  l’aire  d’étude,  la  Seille  s’écoule à l’est du fuseau avec une orientation sud‐nord.   Les sous ‐bassins versants principaux de la Seille, interceptés par le fuseau correspondent à ceux des  affluents directs situés en rive gauche de la Seille, à savoir :   Territoire mosellan (57)  ‐ Le sous‐bassin versant du ruisseau de Saint‐Pierre : confluent en rive droite à Metz‐Magny,   ‐ Le sous‐bassin versant du ruisseau de Poncé : confluent en rive gauche à Cuvry,   ‐ Le sous‐bassin versant du Fossé du Pré‐Saint‐Pierre (Grand Fossé) : confluent en rive gauche  à Cuvry,   ‐ Le sous‐bassin versant du ruisseau des Creux : confluent en rive gauche à Sillegny,   ‐ Le sous‐bassin versant du ruisseau de l’Etang : confluent en rive gauche à Sillegny,   ‐ Le sous‐bassin versant du ruisseau de Vorvang : confluent en rive gauche à Sillegny.     Territoire meurthe‐et‐mosellan (54)  ‐ Le  sous‐bassin  versant  du  ruisseau  du  Roquillon :  confluent  en  rive  gauche  à  Morville‐sur‐ Seille.     BASSIN VERSANT DE LA MEURTHE  La Meurthe prend sa source dans le département des Vosges, entre le Honeck et le col de la Schlucht.  Elle se jette dans la Moselle à Custines, au niveau du lieu‐dit de « la Gueule d’Enfer » après un parcours  de 160 km. Son bassin versant s’étend ainsi, entre sa source et la confluence, sur une superficie de 3085  km2 . Au sein de l’aire d’étude, la Meurthe est présente de part et d’autre de l’infrastructure, qu’elle  franchit au niveau de Bouxières‐aux‐Dames.      Les caractéristiques principales des bassins et sous‐bassins versants interceptés par le fuseau d’étude  sont précisées dans le tableau en page suivante.  
  40. 40. [Nom de la société] 44   BV et SBV  Station   Superficie km2  Module  m3 /s  Débit d’étiage (QMNA5)  m3 /s  BASSIN VERSANT DE LA MOSELLE  Moselle  La Moselle à la frontière  franco‐luxembourgeoise  11 479,00  156,00  22,5  Orne  L’Orne au confluent de la  Moselle (limite des zones  A793, A844 et A850)  1 268,20  12,4  1,75  Kiesel  La Kiesel au confluent de  la Moselle  53,9  0,470  0,029  Boler  La Boler au confluent de la  Moselle (limite des zones  A882, A880 et A883)  100,0  1,07  0,052  Fensch  La Fensch au confluent de  la Moselle (limite des  zones A853, A850 et A860)  82,8  2,45  1,14  Natagne  La Natagne au confluent  de la Moselle (limite des  zones A702, A701 et A703)  29,4  0,220  0,002  Terrouin  Le Terrouin au confluent  de la Moselle (limite des  zones A584, A575 et A585)  170,5  0,700  0,000  Ingressin  L’Ingressin au confluent de  la Moselle  56,0  1,75  0,295  Bouvades  Les Bouvades au confluent  de la Moselle (limite des  zones A562, A553 et A570)  101,6  2,52  0,012  BASSIN VERSANT DE LA SEILLE  Seille  Le Bras Mort (ou la Seille)  au confluent de la Moselle  (limite des zones A789,  A743 et A790)  1 348,0  10,5  1,30  BASSIN VERSANT DE LA MEURTHE  Meurthe  La Meurthe au confluent  de la Moselle (limite des  zones A696 et A700)  3 085,4  41,1  8,45  Tableau 3 : débits des principaux cours d’eau (Source : http://www.lorraine.developpement-durable.gouv.fr)     
  41. 41. [Nom de la société] 45   2.1.3.4 Réseau hydrographique  Le  réseau  hydrographique  ici  décrit  est  constitué  par  les  cours  d’eau  identifiés  comme  « masses  d’eau » au sens de la DCE (Directive Cadre sur l’Eau) et appartenant à l’aire d’étude (élargie).  La Moselle et son bassin versant  La Moselle prend sa source dans le massif des Vosges à Bussang et se jette dans le Rhin à Coblence en  Allemagne. Sa longueur totale est de 560 km, dont 314 km en France, 39 km faisant frontière entre le  Luxembourg et l'Allemagne, et 208 km exclusivement en Allemagne. Elle quitte le territoire français à  Apach, où son bassin versant atteint alors 11 479 km².  La Moselle suit un parcours sud‐est/nord‐ouest en amont de Toul pour s’orienter sud‐ouest/nord‐est en  aval de l’agglomération. La vallée poursuit un tracé plus rectiligne orienté sud‐nord et formant le «  sillon Mosellan » après la confluence de la Moselle et de la Meurthe. Relativement encaissée (inférieure  à 1 km de large) au sud de l’itinéraire, la vallée s’élargit de plus en plus vers le nord (plus de 2 km de  large  et  notamment  au  niveau  des  agglomérations  de  Toul  et  Metz).  Le  cours  de  la  Moselle  est  relativement  sinueux  créant  parfois  des  îlots.  La  vallée  est  occupée  par  de  nombreux  étangs  qui  résultent souvent de l’exploitation de carrières.   La Moselle a été canalisée à grand gabarit dans les années soixante. Elle est, dans certains secteurs,  court‐circuitée par des canaux de dérivation, comme la Moselle canalisée (Chaudeney‐sur‐Moselle –  Villey‐Saint‐Etienne ;  Jouy‐aux‐Arches  –  Saint‐Julien‐lès‐Metz),  le  canal  latéral  de  la  Moselle  (Dieulouard – Corny‐sur‐Moselle), ou encore le canal des Mines de Fer de la Moselle. Le CAMIFEO,  permet  la  navigation  entre  Metz  et  Thionville,  et  est  établi  en  majorité  en  site  propre  en  trois  dérivations : Metz (2,5 km, 1 écluse), Argancy‐Orne (11,5 km, 2 écluses) et Uckange‐Thionville (4 km, 1  écluse), reliées par des portions de la rivière canalisée.  Les  principaux  affluents  de  la  Moselle  (« masses  d’eau »)  sont  les  suivants  (du  nord  au  sud)  (sont  représentés en gras les cours d’eau traversant le fuseau d’étude) :  ‐ La Boler, affluent rive gauche, à Gavisse (57),   ‐ La Kiesel, affluent rive gauche, à Cattenom (57),  ‐ Le Veymerange, affluent rive droite, à Thionville (57),  ‐ La Fensch, affluent rive gauche, à Illange (57),   ‐ La See, affluent rive droite, à Bertrange (57),  ‐ L’Orne, affluent rive gauche, à Richemont (57),  ‐ Le ruisseau de Trémery, affluent rive droite, à Bousse (57),  ‐ La Barche, affluent rive gauche, à Hagondange (57),   ‐ Le Billeron, affluent rive gauche à Hauconcourt (57),  ‐ La Bévotte, affluent rive droite à Argancy (57),   ‐ Le ruisseau de Malroy, affluent rive droite à Argancy (57),   ‐ Le Feigne, affluent rive gauche à Argancy (57),   ‐ Le ruisseau de Saulny, affluent rive gauche à Saint‐Julien‐lès‐Metz (57),  ‐ Le ruisseau de Vallières, affluent rive droite à Saint‐Julien‐lès‐Metz (57),   ‐ La Seille, affluent rive droite à Metz (57),     ‐ La Morte, affluent rive droite à Pont‐à‐Mousson (54),   ‐ L’Esch, affluent rive gauche à Pont‐à‐Mousson (54),   ‐ La Natagne, affluent rive droite à Dieulouard (54),  ‐ La Mauchère, affluent rive droite à Custines (54),   ‐ Le Terrouin, affluent rive gauche à Villey‐Saint‐Etienne (54),  ‐ L’Ingressin, affluent rive gauche à Toul (54),   ‐ Le ruisseau de la Queue, affluent rive gauche à Toul (54),   ‐ Les Bouvades, affluent rive gauche à Pierre‐la‐Treiche (54).     La Boler  La  Boler  prend  sa  source  à  Zoufftgen,  et  se  jette  dans  la  Moselle  à  Gavisse,  après  un  parcours  de  22,5 km.  Elle  présente  globalement  une  orientation  ouest‐est,  et  traverse,  les  bans  communaux  de  Zoufftgen et Roussy‐le‐Village au droit du fuseau d’étude. Elle y est rejointe par plusieurs affluents : le  Kreuzweg,  le  Rhein  et  le  Klingerbach.  Plus  au  nord  du  territoire  mosellan,  le  ruisseau  de  Beyren  constitue également un affluent de la Boler, qu’il rejoint légèrement au nord de Gavisse.     La Kiesel  La Kiesel prend sa source sur le banc communal de Kanfen, et s’inscrit principalement en zone rurale, à  l’exception de la traversée d’Hettange‐Grande, avant de se jeter dans la Moselle sur le ban communal  de  Cattenom.  Elle  présente  un  cours  atteignant  20  km  depuis  le  déplacement  de  sa  confluence  d’environ  5  km  à  l’aval  de  sa  confluence  naturelle  (située  initialement  au  niveau  de  Garche).  Elle 
  42. 42. [Nom de la société] 46 traverse le fuseau d’étude A31 avec une orientation est‐ouest au niveau de Kanfen, puis adopte un  tracé orienté nord‐sud au sein du fuseau d’étude RD 653 où elle traverse Hettange‐Grande. Au sein de  ces fuseaux, elle reçoit notamment les eaux du Birkenklop, du Reybach et du Wampichbach.   La Kiesel recevait du temps de l’exploitation minière les eaux d’exhaures issues de la galerie Charles  Ferdinand. Elle subit désormais des assecs mais il est difficile de quantifier la part due à l’exploitation  minière.    La Fensch  Affluent rive gauche de la Moselle, la Fensch prend sa source à Fontoy, et se jette dans la Moselle sur le  ban communal d’Illange après un parcours de 15 km. Il s’agit, dans le classement DCE, d’une masse  d’eau fortement modifiée, en lien avec le contexte industriel marqué de la vallée de la Fensch. Elle a  notamment  subi  de  fortes  modifications  de  son  régime  hydrologique  liées  à  l’exploitation  minière  (alimentation du cours d’eau par les eaux d’exhaures), puis à son arrêt. En outre, elle subit de fortes  pressions industrielles et domestiques, et appartient à la liste des « cours d’eau fortement dégradés  des zones urbanisées et industrielles ». A Florange, elle a été canalisée et circule en dessous de l’ancien  site ArcelorMittal.     Le Veymerange  Le Veymerange se jette dans la Moselle à Thionville après un cours de 11 km de long (23,4 km² de  bassin versant). Son principal affluent est le Metzange (4 km et 7,3 km² de bassin versant). Il prend sa  source  en  zone  rurale,  mais  son  cours  s’urbanise  rapidement  à  partir  d’Elange  et  traverse  l’agglomération Thionvilloise avant de rejoindre la Moselle. Son cours se situe en grande partie au sein  du fuseau d’étude A 31, infrastructure qu’il traverse à deux reprises.   Ce cours d’eau a également fait l’objet de modifications de régime hydrologique liées à l’exploitation  minière et à l’ennoyage des réservoirs, et appartient également à la liste des « cours d’eau fortement  dégradés des zones urbanisées et industrielles ».     L’Orne  L’Orne  prend  sa  source  dans  les  côtes  de  Meuse,  dans  la  commune  éponyme.  La  longueur  de  son  parcours atteint 86 km jusqu’à sa confluence avec la Moselle à Richemont. Il s’agit également d’une  rivière  abondante,  à  l’instar  des  rivières  issues  de  l’ouest  de  la  Lorraine.  La  vallée  de  l’Orne  se  caractérise  par  son  activité  industrielle  marquée  (métallurgie,  extraction,  etc.),  et  la  partie  aval  du  cours d’eau subit des pressions importantes, en lien avec cette activité. L’Orne aval est ainsi classée  comme« cours  d’eau  fortement  dégradé  des  zones  urbanisées  et  industrielles »,  selon  le  SAGE  du  bassin ferrifère. Il s’agit par ailleurs d’une masse d’eau fortement modifiée.     La Barche  La Barche prend sa source dans le Bois de Coulange, sur le banc communal de Marange‐Silvange. Elle  s’écoule  d’ouest  en  est,  contourne  le  parc  Walygator,  traverse  la  commune  de  Talange  où  elle  est  busée en majeure partie et rejoint la Moselle (affluent rive gauche) à Hagondange, après avoir transité  sous l’autoroute A31 et le canal des mines de fer de la Moselle. Son parcours s’étend sur environ 10 km.    Le Billeron   Le  Billeron  prend  sa  source  sur  le  ban  communal  de  Saint‐Privat‐la‐Montagne,  puis  s’écoule  parallèlement à l’A4. Il rejoint la Moselle en rive gauche à Hauconcourt, après un parcours de 15 km.     La Bévotte  La Bévotte se situe en rive droite de la Moselle. Elle s’écoule avec un tracé est‐ouest entre Vry, où elle  prend sa source et Argancy, où elle conflue avec la Moselle. Elle est rejointe par le ruisseau de Rugy peu  avant sa confluence avec la Moselle. Elle fait l’objet d’un programme de restauration (cours d’eau du  bassin versant des ruisseaux de Malroy, d’Argancy et de la Bévotte).     Le ruisseau de Vallières  Ce cours d'eau prend sa source au lieu‐dit « le Pré Net » à Laquenexy. Affluent rive droite de la Moselle,  il se jette, après un parcours de 12 km, dans le bras mort aval de la Moselle au niveau de Metz.     La Morte  La  Morte  conflue  avec  la  Moselle  à  Pont‐à‐Mousson,  après  un  parcours  de  7  km  environ  depuis  sa  source dans la forêt domaniale de Facq et Juré. Elle est rejointe par le Ravin du Rupt à Atton.     La Natagne  La Natagne s’écoule en rive droite de la Moselle, où elle prend sa source environ 14 km en amont de sa  confluence, à Bratte. Elle est rejointe par la Noue à Sivry, puis se jette dans le canal de l’Obrion en  amont de l’A31.      
  43. 43. [Nom de la société] 47 La Mauchère  La Mauchère est un petit affluent de la Moselle, de 8 km de long, en rive droite. Elle prend sa source à  Montenoy et se jette dans la Moselle à Custines.     Le Terrouin   Le Terrouin prend sa source à Laneuveville‐derrière‐Foug, au pied des côtes de Villey‐Saint‐Etienne. Il  se jette dans la Moselle à Toul, après un parcours de 30 km environ. Il possède de multiples affluents,  dont le ruisseau de la Woëvre à Boucq et le Longeau à Jaillon. Il s’agit d’une rivière très irrégulière, et  peu abondante (120 mm de lame d’eau).     L’Ingressin  L'Ingressin naît sur le territoire de la commune de Foug, et s’écoule d’ouest en est avant de se jeter  dans la Moselle à Toul après un cours de 13,2 km. Sa large vallée constitue l’ancien lit de la Moselle, et  est également empruntée par le canal de la Marne au Rhin. L'Ingressin est une rivière modérément  abondante. Il est le siège d’importants rejets du canal de la Marne au Rhin, notamment à Foug et au  port de Toul.     Le ruisseau de la Queue  D’une longueur totale de 8 km, ce ruisseau prend sa source en rive gauche de la Moselle, à Charmes‐la‐ Côte, et se jette dans la Moselle au sud de Toul, à Chaudeney‐sur‐Moselle. Le long de son court tracé, il  reçoit les eaux du ruisseau de Bircoin, du ruisseau de Cuignot et du ruisseau de Locher.     Les Bouvades  De 20,2 km de longueur, les Bouvades€

×