Informations
techniques
Vêtement SMS avec coutures bordées utilisé pour assurer la protection contre la poussière
lors de ...
Informations
techniquesrapport à une couture surpiquée standard. Cette analyse suggère de fait qu'une couture bordée sur u...
Informations
techniques
La protection contre l'amiante est principalement une application
de type 5 (EN 13982) selon les n...
Informations
techniquesexistent sont à la fois très faibles et ne surviennent que sous pression. Cet argument n'est donc p...
Informations
techniques
Le fait de sceller les coutures d'un vêtement signifie que seules les coutures sont scellées tandi...
Informations
techniques
pour assurer la protection contre l'amiante) a au mieux un effet très limité qui paraît largement
...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Protection contre la poussière d'amiante

234 vues

Publié le

Pourquoi est-il plus efficace d'utiliser une couture bordée sur un vêtement de protection contre la poussière d'amiante?

Publié dans : Santé
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
234
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Protection contre la poussière d'amiante

  1. 1. Informations techniques Vêtement SMS avec coutures bordées utilisé pour assurer la protection contre la poussière lors de la fabrication d'une pièce en PRV sur un chantier naval. Le tissu respirant permet d'empêcher l'effet soufflet et de réduire au minimum la pénétration de la poussière par les coutures. Pourquoi est-il plus efficace d'utiliser une couture bordée sur un vêtement de protection contre la poussière d'amiante ? Le Ministère du Travail français a publié en 2013 une nouvelle réglementation concernant l'utilisation des vêtements de protection contre la poussière d'amiante. Celle-ci introduit de nouvelles exigences allant bien au-delà de la norme définie pour les combinaisons de protection contre la poussière de type 5. Elle exige l'utilisation : « …de vêtements de protection à usage unique avec capuche de type 5 aux coutures recouvertes ou soudées (classification issue de la norme NF EN ISO 13982-1 et son amendement de mars 2011), fermés au cou, aux chevilles et aux poignets » De nombreuses discussions ont eu lieu quant au sens ou à l'intention de cette exigence et tout spécialement quant à la définition de « coutures recouvertes ». Certains affirment que cette exigence porte sur l'utilisation d'une couture étanche ou soudée. En d'autres termes, il s'agit d'une couture totalement scellée en partant du principe qu'une couture surpiquée ne convient pas car elle ne scelle pas la couture. Toutefois, cet argument ignore le libellé de la réglementation en vigueur et l'interprète de façon simpliste. Il fait également preuve d'une méconnaissance de la grande difficulté à assurer la protection contre les poussières (qui est bien différente de la protection contre les liquides) et de sa spécificité. Ce guide aborde les différents problèmes en matière de protection contre l'amiante et les poussières et établit les principes sur lesquels repose la protection contre les particules dangereuses. Il explique également les raisons pour lesquelles l'utilisation d'une couture scellée (qu'elle soit étanche ou soudée) sur certains types de combinaison de protection contre les poussières ne fait pas une grande différence en matière de protection. En résumé 1. Les trois types de couture utilisés pour les vêtements·de protection à usage unique sont : surpiquée (« surjetée »), bordée et surpiquée et étanche (ou soudée). 2. Les courants d'air dans l'atmosphère déplacent les particules en suspension. Ces particules sont uniquement susceptibles de pénétrer au travers des espaces entre les coutures si un courant d'air les transporte. 3. Chez les tissus non respirants (films microporeux et polyéthylène obtenus par filage éclair), l'effet « soufflet » entraîne le passage de courants d'air au travers des espaces entre les coutures. La protection sera donc renforcée si ces espaces sont scellés. 4. Toutefois, lorsque le tissu est respirant, l'effet « soufflet » est minimal et il y a peu ou pas de courant d'air circulant à travers les espaces entre les coutures. Les particules n'ont donc pas tendance à pénétrer. Une couture scellée sur un vêtement en tissu respirant ne présente donc une différence notable. 5. Une couture bordée sur un tissu respirant répond à la lettre aux exigences de la régulation que ce soit sur le plan factuel ET, de manière bien plus importante, sur le plan qualitatif en matière de protection fournie par
  2. 2. Informations techniquesrapport à une couture surpiquée standard. Cette analyse suggère de fait qu'une couture bordée sur un tissu respirant est plus efficace qu'une couture scellée sur un tissu non respirant. Types de couture Trois types de couture sont généralement utilisés pour les vêtements de protection à usage unique :- Couture surjetée / surpiquée La couture surjetée ou surpiquée est la plus couramment utilisée sur la majorité des vêtements de types 5 et 6. Manifestement, la régulation française avait de bonnes raisons de vouloir EXCLURE ce type de couture de base car il comporte des espaces entre les points de piqûres à travers lesquels les particules peuvent pénétrer. Couture surpiquée et étanche : Ce procédé scelle totalement la couture contre l'entrée et il est normalement réservé à la fabrication de vêtements de protection contre les produits chimiques de types 3 et 4. Il s'agit, toutefois, d'un type de couture dont le prix plus élevé (dû principalement à un procédé de fabrication plus long à effectuer car nécessitant deux opérations : la surpiqûre et l'étanchéité) se répercute sur le coût du vêtement. Manifestement, l'objectif de la régulation française était d'INCLURE ces coutures à la liste des exigences acceptables étant donné qu'elles permettent de sceller les espaces entre les coutures. Couture bordée. Le débat tourne principalement autour du troisième type de couture : la couture « bordée ». Cette couture inclut une bande de tissu doublé qui enveloppe la couture pendant l'opération de surpiqûre. La couture obtenue est donc bien plus robuste et plus résistante au risque d'écartement des coutures lorsque soumises à de fortes contraintes. Elle est également plus susceptible d'emprisonner les particules qui pourraient essayer de pénétrer. Certains affirment que la couture bordée ne convient pas car elle n'offre pas une couture totalement scellée. Les questions essentielles à se poser à propos des coutures bordées sont donc :- 1) Est-ce qu'une couture bordée satisfait aux exigences de la régulation ? 2) Y a-t-il de bonnes raisons justifiant que la couture bordée offre une protection adaptée contre les poussières et notamment l'amiante ? Particules d'amiante Il existe plusieurs types de particule d'amiante. Généralement, elles sont de forme longiligne et celles qui sont relativement plus larges (>5 microns de long et un rapport longueur/largeur de 5:1) sont considérées comme les plus dangereuses. L'amiante représente un danger respiratoire. L'inhalation de petites quantités pendant un court moment ne représente pas à proprement parler un réel danger pour la santé. En revanche, l'inhalation de grandes quantités et / ou l'inhalation répétée sur une longue période de temps peut entraîner le développement de l'asbestose et finalement la mort. Ainsi, les personnes travaillant sur des sites sur lesquels se trouve de la poussière d'amiante doivent porter des vêtements de protection dans le but d'empêcher toute contamination de leur propre vêtement et d'éviter d'inhaler la poussière après avoir quitté la zone dangereuse et ôté leur appareil de protection respiratoire. Surjetée / surpiquée Surpiquée et étanche Bordée
  3. 3. Informations techniques La protection contre l'amiante est principalement une application de type 5 (EN 13982) selon les normes de la CE. Cette norme traite des vêtements de protection contre les particules dangereuses. Le vêtement standard de type 5 est un vêtement à bas prix, souvent respirant, aux coutures surpiquées. Son utilisation est considérée comme parfaitement acceptable pour la majorité des activités impliquant la présence de poussières dangereuses. En revanche, avec ou sans régulation française, il existe certaines activités liées à l'amiante (et autres poussières dangereuses), nécessitant, par exemple, de travailler dans un endroit fermé, mal ventilé et dont l'atmosphère contient une très forte concentration de particules, pour lesquelles un niveau de protection bien plus important devra être défini. Par exemple, l'utilisation d'un vêtement de type 3 / 4 totalement scellé incluant un tissu protecteur et des coutures scellées ou dans les cas les plus extrêmes, une combinaison intégrale qui isole l'utilisateur de l'atmosphère ambiante. Pour cette raison, la supposition qu'un vêtement standard de type 5 aux coutures surpiquées, recouvertes ou scellées convient aux activités liées à l'amiante est dans tous les cas une erreur fondamentale. Pourquoi une particule de poussière peut-elle passer à travers les espaces entre les coutures surpiquées d'un vêtement ? Est-ce que l'ajout d'une couture scellée renforce la protection offerte par un vêtement de type 5 ? Une couture surpiquée a bien évidemment des trous résultant de la piqûre tandis qu'une couture étanche ou soudée n'en a pas. La réponse est donc clairement « Oui » surtout dans le cas de la protection contre les produits liquides dangereux. Par contre, la protection contre les poussières est un sujet différent et la situation est beaucoup plus compliquée dans ce cas là. Par nature, les particules de poussière flottent librement dans l'atmosphère (en cas contraire, elles seraient beaucoup moins dangereuses). Contrairement aux projections de liquide, elles ont très peu, voire aucune énergie cinétique intrinsèque, ni aucune trajectoire. Elles sont principalement déplacées par les effets d'un courant d'air (en l'absence de vent, les particules de poussière restent en suspens jusqu'à ce qu'elles atteignent le sol air par effet de la gravité). Alors, comment une particule peut elle passer à travers les espaces de la couture d'un vêtement ? La réponse est qu'elle peut le faire uniquement si un courant d'air passant par l'espace entre les coutures la transporte sur cette trajectoire. C'est pour cette raison qu'il est difficile de dire qu'une couture étanche ou scellée renforce la protection offerte par une combinaison. L'effet « soufflet » fait varier la réponse en fonction du tissu composant le vêtement, de la possibilité de mesurer le niveau de respirabilité du tissu et du passage ou non de l'air à travers le tissu. Types de tissu pour les combinaisons de type 5 Trois types de tissu de base sont utilisés dans la fabrication des combinaisons à usage unique (type 5) :- Type de tissu Description Efficacité de la respirabilité ? (cbm = mètre cube / minute) Polypropylène SMS Trois (ou plus) couches de fibre polypropylène Oui (≈40 cbm) Film microporeux laminé Deux couches incluant un film extérieur en polyéthylène microporeux Non (<0,5 cbm)* Polyéthylène par filage éclair Tissu propriétaire en polyéthylène dense fibres obtenus par filage éclair Non (≈3,3 cfm)* *certains fabricants revendiquent les formes ou niveaux de respirabilité de ces tissus. Toutefois, tous ceux qui Vêtement SMS avec coutures bordées rouges
  4. 4. Informations techniquesexistent sont à la fois très faibles et ne surviennent que sous pression. Cet argument n'est donc pas recevable dans ces termes car une telle pression n'est jamais exercée dans le cas de figure d'un vêtement. Le polypropylène SMS est un tissu très respirant qui permet la libre circulation de l'air. Sa couche centrale de fibres « soufflées à l'état fondu » (meltblown) crée également une barrière de protection efficace contre les poussières. Il s'agit du tissu le plus communément utilisé et le plus efficace pour la fabrication de combinaisons de protection de type 5. Ce type de tissu est généralement utilisé dans la fabrication de vêtements de protection contre l'amiante et autres poussières dangereuses pour la santé. En revanche, les niveaux de perméabilité de l'air sont très faibles, voire nul, sur les films microporeux laminés et sur le polyéthylène par filage éclair. L'air ne peut pas passer à travers le tissu sauf sous l'effet de la pression. Ceci a un impact sur leur utilisation en tant que vêtement de protection contre les poussières. L'effet « soufflet » L'effet « soufflet » est créé par les tissus non respirants lorsque l'air est emprisonné à l'intérieur de la combinaison. Les mouvements de la personne portant le vêtement sont semblables à une action de « pompage » qui entraîne la circulation de l'air dans la combinaison et créé des micro zones de pression différentielle. Ce phénomène n'a pas lieu dans un tissu respirant tel que le tissu SMS. L'air circule librement à travers le tissu. Il n'est pas emprisonné à l'intérieur et aucune pression différentielle n'est créée. Dans le cas des deux autres tissus, l'air est emprisonné et ne peut pas circuler librement à travers le tissu. De plus grandes zones de pression différentielles sont créées (observables à l'œil nu sur un vêtement fabriqué en tissu non respirant au niveau des jambes qui enflent de manière répétée à chaque pas ou mouvement). Dans ce cas, les espaces créés par une couture surpiquée standard posent un problème. En effet, toute contrainte sur les coutures entraîne l'écartement de ces espaces à travers lesquels l'air sous pression va s'engouffrer en entraînant avec lui toutes les particules de poussières présentes dans l'atmosphère. Avec un vêtement non respirant, vous observez constamment la même opération d'aspiration et de soufflage (d'où le nom d'« effet soufflet ») de l'air à travers les espaces de la couture. Par conséquent, les particules en suspension dans l'atmosphère ambiante sont aspirées ou entraînées dans le vêtement et passent par les espaces laissés entre les coutures. 1 (Cet effet est observable à l'œil nu lorsque ces vêtements sont utilisés pour assurer la protection contre de très fines particules de couleur sombre comme le noir de carbone. L'utilisateur portant un vêtement blanc en dessous du vêtement de protection pourra observer une ligne pointillée sur la manche. Il s'agit des particules qui se sont déposées après être passées à travers les espaces entre les coutures suite à l'effet « soufflet »). Aussi, pour les vêtements fabriqués avec des matériaux non respirants tels que les films microporeux et le polyéthylène par filage éclair, une couture scellée renforcera assurément la protection au niveau des coutures en éliminant l'effet « soufflet » au moins au niveau des coutures. Et c'est là qu'est tout le problème. 1 On pourrait se demander pourquoi la même chose n'a pas lieu avec les pulvérisateurs contenant des gouttelettes d'eau suspendues dans l'atmosphère et se rangeant donc sous la catégorie des activités de type 6. Ceci peut arriver sous certaines circonstances. Toutefois, l'eau est plus lourde donc beaucoup moins susceptible d'être entraînée par des courants d'air. Plus important encore, les liquides sont plus enclins à passer à travers de petits espaces par effet de drainage résultant de la tension de surface entraînant le liquide le long de la surface et/ou à travers les espaces et les trous.
  5. 5. Informations techniques Le fait de sceller les coutures d'un vêtement signifie que seules les coutures sont scellées tandis que le vêtement lui-même ne l'est PAS. Le vêtement comporte toujours des ouvertures potentielles (et plus larges) au niveau des chevilles, du cou, de la capuche et des poignets. Les coutures scellées vont logiquement augmenter les chances que l'effet « soufflet » survienne au niveau de ces ouvertures. En conclusion, les coutures scellées sur ce type de vêtements seront UNIQUEMENT efficaces si l'utilisateur prend également d'autres mesures pour sceller les connexions entre la capuche et le masque, entre les manches et les gants etc...(par exemple, recouvrir ces connexions à l'aide d'une bande adhésive adéquate). (Il convient de souligner qu'il est absolument vital que la couture soit recouverte lors des tests de vêtements en tissu non respirant de type 5 à défaut de quoi les vêtements échoueraient au test. En revanche, cette opération n'est pas vraiment nécessaire lors des tests de vêtements en tissu respirant). L'air circulant librement dans un tissu respirant comme le SMS empêche toute formation d'un effet « soufflet » au niveau des coutures ou de toutes autres ouvertures. L'absence de courant d'air signifie qu'aucune particule n'est entraînée dans le vêtement. Ainsi, et à condition que le tissu lui-même offre des propriétés de filtration suffisantes pour empêcher la pénétration de particules (sachant que l'amiante est une particule dont la taille est relativement grande par rapport aux poussières contre lesquelles ces tissus assurent la protection), la combinaison offrira un niveau de protection efficace avec ou sans couture scellée. Un tissu respirant avec coutures scellées est beaucoup plus cher à l'achat et ne sert pratiquement à rien. Ainsi, bien que le tissu non respirant offre une meilleure barrière de protection contre les particules, l'effet « soufflet » signifie qu'un vêtement fabriqué dans un tel tissu fournira un niveau de protection moindre qu'un tissu respirant filtrant les particules. En effet, l'absence de perméabilité de l'air du premier cité favorise le passage des particules à travers les espaces entre les coutures et à travers toutes autres ouvertures éventuelles. Un phénomène qui n'a simplement pas lieu dans le cas d'un tissu respirant. En résumé : Type de tissu de type 5 Effet des coutures scellées (étanches ou soudées) sur la protection contre les poussières Tissus non respirants : (Film microporeux et polyéthylène obtenus par filage éclair) Les coutures scellées renforcent la protection UNIQUEMENT si les connexions entre la combinaison et tout autre EPI sont également scellées avec un adhésif ou toute autre méthode adéquate Tissu respirant Les coutures scellées ne font pas beaucoup de différence car il est très peu probable qu'un courant d'air passe à travers les espaces entre les coutures. Elles représentent ici un coût supplémentaire non nécessaire. Tout ceci pris en compte, nous sommes à présent en mesure de revenir aux deux questions initiales à propos des coutures bordées et de la régulation française sur l'amiante. 1. Est-ce qu'une couture bordée satisfait aux exigences de la régulation ? Oui, bien sûr. L'exigence porte clairement sur l'utilisation d'une « couture recouverte ». Elle n'exige pas l'utilisation d'une couture scellée. Par définition, la couture bordée est une couture « recouverte ». En effet, une bande de tissu enveloppe la couture pendant l'opération de surpiqûre. Il n'y a pas d'ambiguïté possible sur cette question. La régulation mentionne clairement une couture « recouverte » et pas une couture « scellée ». Une couture bordée satisfait donc à cette exigence. On pourrait bien sûr faire remarquer que l'intention de la régulation est d'exiger l'utilisation d'une couture scellée. Toutefois, ce n'est pas ce qu'elle mentionne et jusqu'à ce que plus de précisions aient été obtenues à ce sujet, il est raisonnable d'affirmer que la couture bordée répond aux exigences. Tandis que l'effet « soufflet » (ou son absence dans le cas d'un tissu respirant) suggère qu'une couture scellée sur un tissu non respirant améliore le niveau de protection (à condition que les connexions avec d'autres EPI soient scellées de la même manière), une couture scellée sur un tissu respirant tel que le tissu SMS (généralement utilisé
  6. 6. Informations techniques pour assurer la protection contre l'amiante) a au mieux un effet très limité qui paraît largement disproportionné par rapport au coût supplémentaire de fabrication qu'elle implique. 2. Y a-t-il de bonnes raisons justifiant que la couture bordée offre une protection adaptée contre l'amiante ? Oui, il y en a. L'effet « soufflet » signifie qu'un tissu respirant ne génère aucune ou une très faible circulation d'air à travers les espaces entre les coutures. Par conséquent, il n'y a aucune raison que les particules passent par les espaces sur un vêtement de ce type car elles ne disposent d'aucun moyen de transport. En ce qui concerne la couture bordée qui présente des trous de piqûres, le tissu les recouvrant opère de deux manières :- a) Il réduit l'écartement de ces espaces en cas de contrainte en apportant plus de résistance. b) Il présente un chemin beaucoup plus tortueux à parcourir pour les particules essayant de s'infiltrer (elles doivent passer par plusieurs espaces en suivant plutôt que par un seul) et réduit donc considérablement les chances de pénétration en présence de courants d'air ou non. En d'autres termes, la couture bordée ajoute un niveau de garantie et de résistance supplémentaire à l'intégrité de la couture que l'on ne retrouve pas sur une couture surpiquée standard. De plus, elle répond aux exigences de la régulation ET permet de réduire les coûts. Une couture scellée fera une différence notable en matière de protection si elle est utilisée sur des tissus non respirants (films microporeux et polyéthylène par filage éclair) pour assurer la protection contre les poussières. En revanche, elle nécessitera de fermer toutes les autres ouvertures (capuche, poignets, chevilles, etc.). De fait, si les coutures des vêtements ne sont pas scellées, elles sont plus susceptibles d'offrir un MEILLEUR niveau de protection que les versions non respirantes car elles bloqueront logiquement les particules dont la taille dépasse le niveau de filtration offert par le tissu SMS. Il y aura donc moins de chances que les particules pénètrent à travers les coutures ou toutes autres ouvertures. _________________________________________________________________________________ Le présent document exprime le point de vue de l'auteur et ne constitue en aucune manière une assertion ou une garantie qu'une combinaison spécifique offre une garantie de protection lors de son utilisation pour une activité spécifique ou générale. Les paramètres et conditions d'utilisation peuvent varier et comme indiqué dans le cas d'activités liées à l'amiante, il conviendra d'appliquer un niveau de protection bien supérieur. Aussi, la sélection d'un vêtement doit toujours être menée par du personnel qualifié en matière de sécurité et en ayant recours à une évaluation des risques adéquate et efficace qui tiendra compte de ces conditions et de toutes autres conditions applicables.

×