Le commerce de détail en Bretagne
La Bretagne compte en 2014 plus de 25  000 commerces de détail exerçant sur une surface ...
d’une contribution relative plus forte
du tourisme à l’équipement commer-
cial dans ce département. A l’inverse,
la densit...
Le nombre de demandeurs d’emploi
dans les métiers du commerce de
détail inscrits à Pôle Emploi progresse
(+6,3% en 2013 pa...
1 rue du général Guillaudot – CS 14422 – 35044 Rennes Cedex
T. 02 99 25 41 41 - F. 02 99 63 35 28
ccir@bretagne.cci.fr - w...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Repères économiques Bretagne N°12 : le commerce de détail en Bretagne

309 vues

Publié le

Ce douzième numéro de la collection de la CCI Bretagne « Repères économiques Bretagne » est une synthèse du panorama du commerce en Bretagne.
Il propose une analyse des évolutions conjoncturelles du secteur à travers son parc d'établissements, ses ressources humaines, son chiffre d'affaires et la consommation des ménages ainsi que sa contribution à l'équilibre territorial.

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
309
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Repères économiques Bretagne N°12 : le commerce de détail en Bretagne

  1. 1. Le commerce de détail en Bretagne La Bretagne compte en 2014 plus de 25  000 commerces de détail exerçant sur une surface cumulée de 5,8 millions de m². Présent globalement sur l’ensemble de la région (97% de la population bretonne vit dans une commune équipée d’au moins un commerce), ce parc a repris, en 2013, malgré des évolutions différentiées sur les territoires, une dynamique de croissance, après deux années de stabilité. La hausse demeure timide (+0,3%) comparativement aux rythmes connus jusqu’en 2010 (+1,3% en moyenne annuelle sur la période 2000-2010). Ces 25 000 commerces emploient 120 000 actifs, des effectifs qui n’augmentent plus depuis quelques années. La conjoncture économique moins favorable maintient encore un niveau élevé de fermetures d’établissements et stimule moins les reprises, même si les créations d’entreprises sont plus nombreuses. CCI Bretagne / Septembre 2014 Septembre 2014 / N°12 Plus de 25 000 commerces de détail en Bretagne ... En 2014, l’Observatoire Régional du Commerce recense en Bretagne 25  129 commerces de détail. Le sec- teur hygiène-santé et l’alimentaire (avec respectivement 22% et 19% des établissements) représentent les prin- cipales composantes du parc d’éta- blissements devant l’équipement de la personne (17%) et l’équipement de la maison (14%). Les commerces géné- ralistes ne représentent que 6% des points de vente. Le parc d’établissements breton renoue avec la croissance et s’est enrichi de 83 unités supplémentaires sur l’année 2013, après deux années consécutives de stabilisation. Cette évolution glo- bale du tissu commercial reste timide (+0,3%). Elle est très en deçà des évo- lutions connues sur la période 2000- 2010 (+1,3%) et est deux fois moindre que l’augmentation moyenne annuelle observée sur les cinq dernières années (+0,6%). Elle résulte principalement du dynamisme des commerces spé- cialisés en hygiène-santé (+1,9%) et Répartition des établissements commerciaux bretons Nombre d'établisse- ments Évolution du nombre sur 1 an Taux d'évolution sur 1 an Taux d'évolution annuel moyen sur 5 ans Généralistes 1 559 - 8 - 0,5% + 0,4% Alimentaire 4 703 + 35 + 0,7% + 0,2% Équipement de la maison 3 435 - 35 - 1,0% - 0,1% Équipement de la personne 4 258 - 2 - + 1,5% Hygiène-santé 5 540 + 101 + 1,9% + 2,1% Culture, loisirs et services 5 634 - 8 - 0,1% - 0,6% Bretagne 25 129 + 83 + 0,3% + 0,6% Source : CCI Bretagne - ORC - données 2014 dans une moindre mesure de celui des commerces en alimentaire spécialisé (+0,7%). A l’inverse, les secteurs équi- pement de la maison, généralistes et culture, loisirs et services ont vu leur parc se contracter. Cette évolution régionale de l’offre commerciale masque des dynamiques différentes d’un département à l’autre. Le Finistère affiche une croissance si- gnificative de son tissu commercial tan- dis que les Côtes d’Armor présentent une hausse plus modérée. L’Ille-et-Vi- laine maintient son parc commercial alors que le Morbihan, présente, pour la première fois en cinq ans, un taux d’évolution du nombre de commerces négatif, tendance qui résulte d’un taux de mortalité plus important non com- pensé par les créations et les reprises. … soit en moyenne 78 com- merces pour 10 000 habitants, La densité commerciale bretonne s’élève à 78 établissements commer- ciaux pour 10 000 habitants. On note une relative sur-représentation de la présence commerciale dans le Morbi- han (88 établissements pour 10  000 habitants), liée en particulier à l’ali- mentaire, ce qui permet l’hypothèse
  2. 2. d’une contribution relative plus forte du tourisme à l’équipement commer- cial dans ce département. A l’inverse, la densité est plus faible en Ille-et-Vi- laine. Assurant une couverture satis- faisante sur l’ensemble du ter- ritoire En 2014, 97% de la population bre- tonne vit dans une commune disposant d’au moins un commerce. 84% des communes de la région disposent au minimum d’un commerce et près des deux tiers sont dotées d’une gamme d’équipement commercial à la fois ali- mentaire et non alimentaire. Le nombre de communes équipées de 20 com- merces ou plus a légèrement diminué entre 2013 et 2014 (-10 communes). Le poids de l’espace rural parmi ces communes bien équipées (50%) tra- duit la vitalité des pôles commerciaux ruraux bretons. 184 communes (soit 14% des com- munes de la région) sont équipées d’un seul commerce. Ce «  dernier commerce  » est dans la majorité des cas (58%) de type généraliste (une supérette) ou alimentaire. Ces com- munes ne disposant plus que d’un seul commerce se trouvent le plus souvent (86% d’entre elles) en dehors des aires urbaines. 3% de la population bretonne résident dans une commune sans commerce (203 communes). Plus de huit com- munes sur dix (87%) ne disposant plus d’un seul commerce appartiennent à l’espace rural, autrement dit situées en dehors des aires urbaines. Le commerce de détail en Bretagne CCI Bretagne / Septembre 2014 Morbihan et diffère fortement selon les activités (2 commerces pour 100  000 habitants pour les généralistes, 8 pour l’alimentaire et l’équipement de la mai- son, 9 pour le secteur hygiène-santé, 10 pour l’équipement de la personne et 15 pour les activités culture, loisirs et services). 828 établissements commerciaux ont été repris en Bretagne en 2014, soit une centaine de moins qu’en moyenne sur les cinq dernières années (taux de reprise moyen de 26 commerces pour 100 000 habitants). 39% des reprises concernent les commerces généra- listes et alimentaires, 23% les activités hygiène-santé et 20% les établisse- ments de culture, loisirs et services. 2 420 établissements commerciaux ont été fermés en 2013 en Bretagne, conforme à la moyenne annuelle sur les cinq dernières années. Le taux de mor- talité de 75 commerces pour 100 000 habitants en moyenne régionale varie d’un département à l’autre avec une mortalité plus nette dans le Morbihan et plutôt en retrait dans le Finistère. Culture, loisirs et services et alimen- taire sont les secteurs présentant les taux de mortalité les plus élevés. ... et emploie 10% des actifs bretons Près de 120 000 actifs travaillent en 2013 dans le commerce de détail en Bretagne, dont 82% de salariés. 34% d’entre eux travaillent dans les com- merces généralistes, 15% dans les activités culture, loisirs et services, 14% dans l’alimentaire, 13% dans l’hygiène-santé, 13% dans l’équipe- ment de la maison, et enfin 10% dans l’équipement de la personne. Après une progression soutenue sur la période 2000-2008 (comprise entre 1 et 2%), l’emploi dans le secteur tend à se stabiliser depuis. La démographie d’établissements commerciaux selon les départements Taux de création pour 100 000 hab. Taux de reprise pour 100 000 hab. Taux de radiation pour 100 000 hab. Côtes d'Armor 46 26 70 Finistère 50 22 59 Ille-et-Vilaine 43 25 69 Morbihan 72 31 107 Bretagne 52 26 75 Plus de la moitié des commer- çants exercent en SARL Les formes sociétales sont devenues depuis plusieurs années, le mode d’exploitation commerciale privilé- gié par les commerçants et choisi par près de 70% d’entre-eux. 51% des commerçants bretons ont opté pour la SARL comme statut juridique. L’année 2013 confirme par ailleurs le recul des formes d’exploitations individuelles (sous statut artisan-commerçant ou exploitation personnelle) qui ne repré- sentent plus que 31% des commerces en 2013, contre 53% dix ans plus tôt. Le tissu d’établissements se renouvelle … La conjoncture économique moins favorable maintient encore un niveau élevé de fermetures d’établissements et stimule moins les reprises, alors que les créations d’entreprises sont plus nombreuses. 1 675 commerces ont été créés en Bre- tagne en 2013, volume comparable à la moyenne annuelle des cinq dernières années. Le taux de création, de 52 pour 100 000 habitants en moyenne régio- nale, est nettement plus élevé dans le Source : CCI Bretagne - ORC - données 2013 Source : CCI Bretagne - ORC - données 2014 Equipement commercial des communes
  3. 3. Le nombre de demandeurs d’emploi dans les métiers du commerce de détail inscrits à Pôle Emploi progresse (+6,3% en 2013 par rapport à 2012), soit 27 244 personnes enregistrées au 31/12/2013 à Pôle Emploi et rele- vant des catégories A, B, C). Parallè- lement, les entreprises commerciales bretonnes ont proposé via Pôle Emploi 7 829 offres sur l’année, soit un recul de 19,8% par rapport à 2012. Selon l’enquête de conjoncture menée en juin par la CCI Bretagne auprès des chefs d’entreprise du commerce de dé- tail, les recrutements se sont fortement ralentis sur le 1er semestre 2014 (5% des chefs d’entreprise ont embauché) et les perspectives d’embauche pour le second semestre sont plutôt en retrait par rapport aux années antérieures (seuls 6% des commerçants interrogés envisagent de recruter d’ici la fin de l’année). Un marché dominé par les Grandes et Moyennes Surfaces (GMS) Les observatoires du commerce des CCI de Bretagne ont réalisé en 2012/2013 une enquête sur les comportements d’achats des ménages bretons pour un panel de 44 produits de consommation courante. Le commerce de détail en Bretagne CCI Bretagne / Septembre 2014 Part de marché selon les formes de distribution Sources : CCI Bretagne - données provisoires 2013 d’après URSSAF, INSEE et fichiers des CCI de Bretagne Effectifs permanents du commerce de détail Emploi total (salarié et non salarié) Emploi salarié Effectif Evolution sur 1 an Effectif Evolution sur 1 an Côtes d'Armor 21 475 + 0,3% 17 163 - 0,1% Finistère 33 390 - 27 448 - Ille-et-Vilaine 35 997 + 0,3% 29 766 + 0,7% Morbihan 28 310 - 0,7% 22 811 - 0,9% Bretagne 119 172 - 97 188 - Nombre et surface des établissements commerciaux de 300 m² et plus par activité Nombre d'établisse- ments Évolution du nombre sur 1 an Surface en milliers de m² Evolution de la surface sur 1 an Taux d'évolution de la surface sur 1 an GENERALISTES 759 - 16 1 335 + 4 600 + 0,3% Hypermarchés 153 - 665 + 12 000 + 1,8% Supermarchés 409 - 2 495 + 400 + 0,1% Hard discount 184 - 14 140 - 6 900 - 4,7% Grands magasins / magasins populaires 13 - 35 - 900 - 2,8% SPECIALISES 2 432 - 18 2 715 + 2 500 + 0,1% Équipement de la maison 1 226 - 26 1 690 - 12 700 - 0,7% Équipement de la personne 420 10 340 + 11 500 + 3,5% Culture-loisirs 350 - 2 350 - 5 300 - 1,5% Autres 436 - 335 + 9 000 + 2,8% Bretagne 3 191 - 34 4 050 + 7 100 + 0,2% Focus sur l’équipement breton en Grandes et Moyennes Surfaces Source : CCI Bretagne - ORC - données 2014 Source : CCI Bretagne - ORC - Enquête demande - données 2013 La Bretagne compte, en 2014, 3 191 établissements commerciaux de 300 m² et plus, dont un peu moins d’un quart de grandes surfaces généralistes. La surface de vente cumulée dépasse les 4 millions de m². Les grandes surfaces spécialisées représentent plus des deux tiers de ce plancher commercial avec 42% de la surface totale pour la seule activité liée à l’équipement de la maison (meubles, bricolage, jardinage). Au cours de l’année 2013, la surface des GMS en Bretagne reste plutôt stable (hausse d’environ 7 000 m², soit + 0,2% du plancher commercial), conformes aux évolutions des années récentes, mais très en retrait par rapport aux fortes progressions connues au cours de la décennie 2000-2010. Cette évolution résulte de l’ouverture de 127 nouvelles GMS, de 103 extensions de surfaces de GMS existantes et de 161 fermetures. L’année 2013 a été marquée par un certain nombre de fermetures, notamment dans les activités hard–discount et équipement de la maison. petit commerce 25% hypermarchés 27%supermarchés 14% hard discount 3% grandes surfaces spécialisées 18% commerce non sédentaire 2% vente à distance 4% autres formes 7%
  4. 4. 1 rue du général Guillaudot – CS 14422 – 35044 Rennes Cedex T. 02 99 25 41 41 - F. 02 99 63 35 28 ccir@bretagne.cci.fr - www.bretagne.cci.fr Repères économiques Bretagne est une publication éditée par la CCI Bretagne. Directeur de la publication : Alain DAHER, Responsable de la rédaction : Stéphanie BENVEL, Rédaction : Stéphanie BENVEL – Blandine LE VERGER Création graphique : korrigan-creations.com Impression : Calligraphy Print- Châteaubourg (35) Dépôt légal : septembre 2014 – ISSN : 2267-909X. La reproduction des informations de ce document est autorisée sous réserve de la mention de la source : « CCI Bretagne – Repères économiques Bretagne » ©CCIBretagne-Septembre2014 Pour en savoir Consultez le Panorama du commerce de détail en Bretagne - Edition 2014 et l’ensemble des études de la CCI Bretagne sur www.bretagne.cci.fr Contact : infoeco@bretagne.cci.fr Le commerce de détail en Bretagne Pour l’ensemble des produits étudiés, les dépenses des ménages bretons ont été estimées à 20,4 milliards d’euros dont 42% consacrés à l’alimentaire, 17% à l’équipement de la maison, 15% à l’équipement de la personne, 7% à la culture et aux loisirs et 7% aux acces- soires automobiles. Les services et autres produits (hy- giène santé, pressing, fleuristes...) Le champ d’analyse de l’offre commerciale retenu par l’Observatoire Régional du Commerce (ORC) couvre le secteur du commerce de détail en magasin et comprend les activités suivantes : généralistes (petites et grandes surfaces à prédominance alimentaire : hypermarché, supermarché, hard discount, supérette, grand magasin et magasin populaire, alimentation générale : NAF Rév. 2 : 47.1 sauf 47.19B, 47.11A), alimentaire (boucherie, charcuterie, boulangerie, pâtisserie, poissonnerie, crèmerie, caviste, surgelés, fruits et légumes, épicerie fine : NAF Rév. 2 : 10.13B, 10.71B, 10.71C, 10.71D, 10.82Z, 47.11A, 47.2 sauf 47.26Z), équipement de la maison (meubles, cuisines-salles de bains, décoration, bricolage, fourniture de matériaux, jardinage, électroménager, TV-hifi : NAF Rév. 2 : 47.59, 47.43Z, 47.54Z, 47.63Z, 47.52, 47.53Z, 47.76Z), équipement de la personne (vêtements, chaussures, textiles, maroquinerie, bagagerie, bijouterie : NAF Rév. 2 : 47.51Z, 47.71Z, 47.72, 47.77Z), hygiène et santé (pharmacie, parapharmacie, optique, orthophonie, orthopédie, coiffure, esthétique, parfumerie : NAF Rév. 2 : 47.73Z, 47.74Z, 47.75Z, 47.78A, 96.02), culture- loisirs (livres, journaux, multimédia, articles de sport et de loisirs : NAF Rév. 2 : 47.64Z, 47.42Z, 47.65Z, 47.61Z, 47.62Z, 47.41Z), services (tabac, pressing, cordonnerie-clés, location vidéo et biens domestiques, développement photo, imprimerie, équipements auto, dépôt-vente, brocante, solderies : NAF Rév. 2 : 96.01B, 95.23Z, 77.22Z, 77.21Z, 77.29Z, 74.20Z, 18.12Z, 45.32Z, 47.19B, 47.26Z, 47.78B, 47.78C, 47.79Z). On distingue 3 formes de distribution : . les GMS (ou “grande distribution”) - Grandes et Moyennes Surfaces : établissements commerciaux de 300 m² ou plus. Les GMS peuvent être généralistes (hypermarchés, supermarchés, hard discount, grands magasins et magasins populaires) ou spécialisées dans la distribution de certains produits (équipement de la personne, équipement de la maison…). Typologie des GMS généralistes - Hypermarché : commerce de détail généraliste dont la surface de vente est supérieure à 2 500 m² et proposant un large assortiment en alimentaire comme en marchandises générales, - Supermarché : commerce de détail généraliste dont la surface est comprise entre 300 et 2 500 m² et dont l’orientation du chiffre d’affaires est plutôt alimentaire, - Hard-discount : commerce de détail généraliste dont la surface est comprise entre 300 et 2 500 m² et dont l’assortiment est limité aux produits de consommation de base, en majorité sans grande marque ou de marques de distributeurs, - Grand magasin : commerce de détail généraliste dont la surface est supérieure à 2 500 m² et dont l’orientation du chiffre d’affaires est plutôt non alimentaire, - Magasin populaire : commerce de détail généraliste dont la surface est comprise entre 400 et 2 500 m² et dont l’orientation du chiffre d’affaires est plutôt non alimentaire. . les commerces traditionnels : établissements commerciaux d’une surface de vente de moins de 300 m². . les autres formes de ventes : VPC (vente par correspondance), commerce électronique, commerces non sédentaires (marché de détail), foires, salons… Enquête flux de consommations des ménages Cette enquête a été menée par téléphone au cours du 4ème trimestre 2012 et du 1er trimestre 2013 auprès de 13 040 ménages bretons, échantillon représentatif au sens socio démographique sur chacun des bassins de vie (taille du ménage, CSP du référent). Elle porte sur les comportements d’achat d’un panel de 44 produits de consommation courante. Champ de l’analyse et définitions pèsent pour 12% dans le budget des ménages bretons. Au total, ce sont 13 730 euros par ménage qui sont affectés à ces dépenses. La ventilation des achats des ménages bretons montre que les deux tiers des achats des ménages bretons sont réa- lisés dans les commerces liées à la grande distribution. Cette part atteint près de 80% pour les dépenses ali- mentaires. Le petit commerce assure un quart des dépenses des ménages bretons. Si en alimentaire, le commerce tra- ditionnel ne pèse que 15%, pour l’équipement de la personne, il capte près de la moitié des parts de marché.

×