Janvier 2014

3

N°

Lettre d’information
Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la famille

Merci du progrès social.
d’avoir...
Janvier 2014

3

N°

Lettre d’information
Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la famille

EDITO

D

epuis 2011, la Fondati...
Janvier 2014

3

N°

Lettre d’information
Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la famille

AGIR CONTRE LE CANCER
La Fondati...
Janvier 2014

3

N°

Lettre d’information
Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la famille

PROTECTION ENFANCE
Depuis le moi...
Janvier 2014

3

N°

Lettre d’information
Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la famille

L’EXCELLENCE MADE IN GABON
Avec ...
Janvier 2014

3

N°

Lettre d’information
Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la famille

LA FONDATION INVITE LES GABONAIS...
Janvier 2014

3

N°

Lettre d’information
Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la famille

FEMMES CONTRE LE SIDA

C 

ourir...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Newsletter FSBO janvier 2014

1 441 vues

Publié le

Notre combat contre les cancers féminins, votre mobilisation à nos côtés contre le sida lors du Marathon du Gabon, le lancement des Bourses d'excellence Ozavino pour encourager les futurs leaders de notre pays...retrouvez notre actualité et l'avancée de nos projets au Gabon dans notre newsletter !

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 441
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
17
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Newsletter FSBO janvier 2014

  1. 1. Janvier 2014 3 N° Lettre d’information Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la famille Merci du progrès social. d’avoir partagé notre audace au service La Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la famille vous présente ses meilleurs voeux pour l’année 2014 SOMMAIRE RÉSEAUX SOCIAUX 2  ÉDITO Le Gabon est un pays qui possède un immense potentiel et la Fondation travaille pour que ce potentiel soit pleinement exploité. 5  L’EXCELLENCE MADE IN GABON Avec les bourses d’excellence Ozavino, la Fondation soutient les futurs leaders du Gabon. 3  6  4  f fondationsylviabongoondimba @fondationsbo 7  AGIR CONTRE LE CANCER La Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la famille s’engage dans la lutte contre les cancers féminins. PROTECTION ENFANCE En 2013, la Fondation soutient l’association «Arc-En-Ciel/ Espoir» pour améliorer le quotidien des enfants des rues. LA FONDATION AU RDV DE L’ «ÉCLIPSE» Pendant une semaine, la Fondation a participé à l’organisation de conférences et d’expositions autour de l’«éclipse». FEMMES CONTRE LE SIDA Une cause défendue par les 1093 femmes en T-shirt rose qui ont participé au Marathon de Libreville Samedi 30 novembre 2013. Lettre d’information de la Fondation Sylvia Bongo Ondimba . janvier 2014 . numéro 3 •• 1 ••
  2. 2. Janvier 2014 3 N° Lettre d’information Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la famille EDITO D epuis 2011, la Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la famille concentre ses efforts vers un objectif: faire en sorte que tous les Gabonais participent au développement de leur pays car nous sommes convaincus que c’est ensemble que nous créerons une nation unie et solidaire. Le Gabon est un pays riche d’un immense potentiel. Et la Fondation travaille pour que ce potentiel soit pleinement exploité. Grâce à son travail de sensibilisation, d’information, d’innovation, de coopération et d’actions pour améliorer le quotidien de tous, notre équipe est en train de semer les bases d’un futur meilleur pour les Gabonais. Nous croyons fortement au dynamisme de notre pays et c’est en unissant nos forces que nous arriverons à construire le Gabon de demain. C’est à cette philosophie qu’adhère la Fondation avec une équipe de professionnels soudée, motivée et portée par cette vision commune. De nombreuses actions ont été mises en place ayant pour priorité des Initiatives pour les Jeunes, des Initiatives pour les Femmes, et des Initiatives pour la Solidarité. Notre action se veut la plus large possible pour aider le maximum de personnes. Un soutien peut revêtir plusieurs formes: il peut s’agir d’un don mais aussi de l’apprentissage d’une technique, d’un savoir faire, d’un métier. Notre Fondation aide les Gabonais de manière très variée. « Nous croyons fortement au dynamisme de notre pays. Et c’est en unissant nos forces que nous arriverons à construire le Gabon de demain. » Mais pour atteindre nos objectifs, nous ne pouvons agir seuls et nous avons besoin de vous tous. C’est la raison pour laquelle notre Fondation promeut les valeurs de la famille. C’est dans la famille qu’on apprend les principes de solidarité. Les Gabonais forment une grande famille et c’est avec une action commune tournée vers un objectif unique, le bien-être collectif, que nous arriverons à améliorer le panorama social du Gabon. Nous avons particulièrement confiance en nos jeunes, entreprenants et avides de changement. Ceux-ci rêvent d’un monde meilleur. La Fondation s’engage à les accompagner dans la réalisation de leurs aspirations, notamment, en les soutenant dans leurs études. Ainsi, ils deviendront les acteurs à part entière du Gabon de demain... C’est dans cette optique que notre Fondation a lancé la bourse d’excellence Ozavino. Cette bourse octroyée aux Gabonais les plus brillants leur permettra d’étudier dans les meilleures universités au monde. Leur succès sera le nôtre, celui de tous les Gabonais. Car ce sont eux qui, dans un futur proche porteront fièrement les couleurs de notre pays sur la scène internationale et dirigeront les entreprises du Gabon. Ces entreprises seront à leur image: innovantes, compétitives, performantes, dynamiques et pourvoyeuses d’emplois. C’est pour cela que nous ne cesserons d’encourager toute la jeunesse gabonaise à suivre leur exemple. Car c’est tous ensemble que nous réussirons. Lettre d’information de la Fondation Sylvia Bongo Ondimba . janvier 2014 . numéro 3 •• 2 ••
  3. 3. Janvier 2014 3 N° Lettre d’information Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la famille AGIR CONTRE LE CANCER La Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la famille s’engage, grâce au partenariat opérationnel et technique avec la Fondation Lalla Salma Prévention et Traitement des Cancers et en soutien au Ministère de la Santé Gabonais, dans la lutte contre les cancers féminins. La vision partagée par tous les acteurs du programme est de faire du Gabon un pôle d’excellence dans la prise en charge des cancers en Afrique centrale. P rendre à temps les cancers du sein et du col de l’utérus grâce à un dépistage précoce permettrait non seulement de réduire de 25% le taux de mortalité mais aussi le coût des thérapies. Tel est le constat réalisé par la Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la famille pendant l’atelier de détection précoce des cancers du sein et du col de l’utérus organisé du 7 au 10 octobre 2013 à Libreville. Cet atelier s’est déroulé en coopération avec la Fondation marocaine de son Altesse Royale la Princesse Lalla Salma et le Ministère de la santé. Pour mieux lutter contre cette pathologie, la Fondation étudie comment transposer au Gabon les outils efficaces de lutte anti-cancer mis en place au Maroc. «La situation gabonaise actuelle par rapport au cancer est similaire à celle qui prévalait au Maroc il y a une dizaine d’années», explique Erwan Le Grand, directeur des programmes de la Fondation. En 2013, les équipes des deux fondations ont travaillé à établir un état des lieux des structures de soin au Gabon, en collaboration avec le Ministère de la Santé. Ainsi, en octobre dernier, des experts gabonais et marocains ont étudié pendant quatre jours comment intégrer la détection précoce des cancers des femmes au programme national de lutte contre le cancer 2015 du Ministère de la Santé Gabonais. Lors de cet atelier, un calendrier et un budget de fonctionnement ont été établis. Il est prévu d’ici l’année 2015 d’équiper 27 centres médicaux et trois hôpitaux. A la lumière des conclusions tirées du projet pilote de trois ans mis en place dans les régions de Libreville-Owendo, de l’Estuaire en 2014, puis de l’OgoouéIvindo en 2015, le programme sera étendu sur l’ensemble du territoire. «Nous entrons maintenant dans une phase opérationnelle, qui fait suite à la rencontre de Libreville de mai 2013 qui concernait, elle, tout l’ensemble du plan de lutte contre le cancer» souligne Erwan Le Grand. Pour passer à une vitesse supérieure, la formation de médecins spécialisés dans le dépistage et le traitement de cette pathologie est également au programme. 110 gynécologues, sages-femmes et infirmières seront ainsi prochainement formés tandis que «des médecins gabonais suivront une spécialisation en oncologie Présentation du projet cancer par Mr Erwan Legrand, Directeur des programmes de la Fondation . à Fès et à Casablanca», explique Erwan Le Grand. Après ces quatre jours de réflexion, la Fondation Sylvia Bongo Ondimba a fait preuve de son engagement en faisant don le 10 octobre dernier de 60 traitements chimiothérapiques à l’Institut de Cancérologie de Libreville (ICL). Ceux-ci ont permis à dix patients atteints de leucémie ou de cancer du sein d’effectuer leurs premières cures de chimiothérapie dans ce nouveau centre doté d’équipements ultramodernes. Créé en 2012 au sein du Centre Hospitalier Universitaire d’Angondjé dans la banlieue de Libreville, «l’Institut de Cancérologie de Libreville a déjà accueilli et traité cette année 350 patients»précise Erwan Le Grand. Au Gabon, deux autres structures hospitalières sont également dotées d’équipements nécessaires au diagnostic du cancer: l’Institut d’histopathologie de la Faculté de Médecine et l’Hôpital d’instruction des armées Omar Bongo Ondimba. La Fondation s’est également inspiré du modèle des Maisons de vie marocaines, et programme d’ores et déjà d’en construire une au sein de l’ICL pour 2015 «afin d’héberger pendant le traitement les malades du cancer et leur famille venant des provinces», explique le directeur. Cette coopération technique entre le Gabon et le Maroc permettra de lutter efficacement contre le fléau des cancers féminins. Selon l’OMS, les cancers du col de l’utérus et du sein représentent 30,4% des cas des cancers au Gabon or on constate un fort taux de guérison dans les pays disposant de techniques adaptées. Selon les mêmes sources, au Gabon, on enregistre 500 cas de cancers féminins par an et 400 cas de décès. La Fondation, qui fait de la lutte contre le cancer des femmes une de ses grandes priorités, est bien décidée à ce que le Gabon devienne «un pôle d’excellence dans la prise en charge des cancers en Afrique centrale». UN PROJET Lettre d’information de la Fondation Sylvia Bongo Ondimba . janvier 2014 . numéro 3 •• 3 ••
  4. 4. Janvier 2014 3 N° Lettre d’information Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la famille PROTECTION ENFANCE Depuis le mois de mai dernier, La Fondation Sylvia Bongo Ondimba s’est engagée à soutenir l’association «Arc-en-ciel/Espoir» pour améliorer le quotidien de centaines d’enfants des rues et d’enfants maltraités au Gabon. Objectifs : leur offrir de meilleures conditions de vie et les sortir de l’exclusion. J ouer au foot, suivre des cours de musique, s’initier aux nouvelles technologies, faire un stage professionnel ou suivre une formation sont les activités proposées aux 70 enfants recueillis dans les centres de protection de l’association Arc-en-Ciel/Espoir. Cette action menée par la Fondation rentre dans le cadre de ses Initiatives pour la Solidarité à travers le projet « Protection de l’enfance». Ces enfants, victimes de mauvais traitements, d’abus sexuels, d’abandon ou en conflit avec la loi, sont les enfants des rues de Libreville et d’Owendo. Une étude réalisée par le Ministère de la Famille et des Affaires sociales en partenariat avec l’Unicef, a estimé que plus de 600 enfants vivaient dans les rues au Gabon. Connue pour son engagement sur le terrain, l’association «Arc-en-Ciel /Espoir» en recueille plus d’une centaine chaque année. La Fondation a voulu changer leur quotidien tout en les aidant à s’insérer dans le tissu social. En soutenant le travail de l’association «Arc-enCiel/Espoir», gérée par les sœurs carmélites de la Charité Vedruna, la Fondation est convaincue que son action aura un impact durable pour les enfants. Ce projet qui a commencé en mai dernier vise à améliorer l’accès à la gratuité des soins médicaux, garantir la sécurité alimentaire et renforcer le travail des jeunes à travers l’accès à des activités spécifiques améliorant l’épanouissement, le goût de l’effort et la confiance en soi. Désormais, 21 enfants des centres «Arc-En- Ciel/Espoir» possèdent une carte d’accès aux soins médicaux car la Fondation, en partenariat avec la CNAMGS, a contribué à la Deux fois par semaine, une quinzaine de jeunes se sont initiés au solfège, ou ont appris à la guitare au centre Arc-en-ciel / Espoir, géré par les soeurs carmélites de la Charité Védruna. régularisation de leur statut d’ayants droit. L’accès aux soins de santé est un besoin réel pour cette population cible. Concrètement, la Fondation a plaidé pour la gratuité des consultations et hospitalisations de ces enfants auprès du ministère de la Santé. Mais le processus de régularisation de ces enfants prend du temps car il s’effectue au fur et à mesure de l’obtention de leurs actes de naissance auprès des autorités compétentes. « La Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la Famille a voulu changer leur quotidien tout en les aidant à s’insérer. » Un jeune est actuellement en stage de formation mécanique auto tandis que quatre autres ont débuté leur formation le 18 novembre dernier grâce à un partenariat avec la société Sodexo; ils y apprendront les métiers de l’hôtellerie et de la restauration pendant une année scolaire. Des vêtements, des tenues de sport, du matériel informatique, multimédia et musical, ainsi que des bons d’achat alimentaires ont également été donnés par la Fondation. Deux fois par semaine, une quinzaine de jeunes s’initient au solfège, apprennent à jouer de la guitare ou de la flûte. Trois fois par semaine, ils bénéficient également de cours de piano. Entre 15 à 20 enfants de 10 à 20 ans sont allés jusqu’au 15 septembre dernier à l’entraînement de foot au stade du FC Mounana grâce à un bus mis à leur disposition par la Fondation. «Nous souhaitons instituer cette activité comme une activité pédagogique et de valorisation pour tous. C’est pourquoi nous souhaitons poursuivre les entraînements commencés grâce à la Fondation», commente un responsable du service social des centres d’accueil. Soeur Cova, vice-présidente de l’association, aimerait aussi continuer toutes ces activités qui permettront à ces enfants de se reconstruire. Les besoins de ces enfants en situation de vulnérabilité, sans accès au système de santé ou déscolarisés, sont énormes. Plusieurs projets sont en prévision pour l’année en cours, dont la formation de ces jeunes, facteur clé pour la réussite de leur réinsertion. UN PROJET Lettre d’information de la Fondation Sylvia Bongo Ondimba . janvier 2014 . numéro 3 •• 4 ••
  5. 5. Janvier 2014 3 N° Lettre d’information Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la famille L’EXCELLENCE MADE IN GABON Avec les bourses d’excellence Ozavino, la Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la Famille souhaite donner aux meilleurs élèves gabonais des conditions d’études optimales afin de former les leaders du Gabon de demain. R éussir par le «mérite, l’excellence, l’éthique, oui, c’est possible», a affirmé Sylvia Bongo Ondimba, la Présidente de la Fondation le 26 octobre dernier lors de la remise officielle de la bourse d’honneur Ozavino aux deux lauréates de la première édition, à l’Amphithéâtre de l’Ecole Nationale d’Administration de Libreville. Lancée en avril 2013, cette bourse d’excellence illustre l’engagement de la Fondation pour accompagner les jeunes Gabonais les plus brillants sur le chemin de leur réussite. Permettre “aux élèves gabonais qui se distinguent par l’excellence de leurs résultats scolaires et par leurs capacités de leaders d’accéder aux grandes écoles et universités, aussi bien francophones qu’anglophones”, est la mission que s’est fixée la Fondation avec son nouveau programme de bourses. Depuis 2011, la Fondation s’investit dans l’éducation des jeunes Gabonais et les encourage à se distinguer par leurs résultats scolaires. 16 bourses et allocations ont ainsi été octroyées à des élèves méritants dans des filières aussi variées que le commerce, le droit public, le développement durable, le sport, la biologie ou les sciences politiques aussi bien au Gabon qu’à l’étranger. Inscrite dans son programme Initiatives pour les jeunes, la nouvelle bourse d’excellence Ozavino est née du constat de la Fondation qu’un nombre insuffisant de jeunes Gabonais intégraient les grandes écoles ou les universités de renom et particulièrement les universités anglo-saxonnes. La Fondation souhaite désormais que davantage de Gabonais soient formés dans ces établissements d’excellence. Ils accéderont ainsi à un savoir de qualité garant de leur compétitivité sur l’échiquier international et défendront fièrement les couleurs du Gabon. «Ozavino comme bénédiction. C’est ainsi que j’ai envisagé ces bourses» a déclaré la Présidente de la Fondation lors de son allocution devant un parterre d’élèves très attentifs. « Comme une bénédiction pour nos élèves et étudiants les plus talentueux, en leur créant un environnement exceptionnel qui leur permet d’étudier en toute sérénité» a-t-elle poursuivi. Avec la bourse Ozavino, la Fondation entend atteindre cet objectif en couvrant les frais de scolarité, d’hébergement, de santé, et ceux afférant aux équipements informatiques et de séjours linguistiques. Aude, 19 ans Diplôme: Bac S, mention très bien Études: cycle « ingénieur en génie Civil et Urbanisme » à l’Institut National des Sciences Appliqués (INSA) à Lyon, Meiwenn, 19 ans, Diplôme: Bac S, mention très bien Études: Polytech’ Nice Sophia où elle effectuera un cycle « ingénieur en Génie Biologique » avec une spécialité en toxicologie en santé environnementale. Son souhait : Mettre à profit son expertise d’ingénieur en Génie Civil et Urbanisme au Gabon et contribuer ainsi au développement des infrastructures de son pays. Son souhait : Ouvrir un cabinet d’expertise en droit de l’environnement au Gabon. une bénédiction « Ozavino commeétudiants les pour nos élèves et plus talentueux, en leur créant un environnement exceptionnel qui leur permet d’étudier en toute sérénité » Mme Sylvia Bongo Ondimba, Présidente de la Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la famille Mais seuls les meilleurs seront retenus. Pour les sélectionner, la Fondation applique de rigoureux critères d’attribution. «Nous devons davantage cultiver et consolider chez nos enfants les valeurs fortes du mérite, de l’effort, de la culture du travail bien fait, qui constituent les bases réelles de la réussite et de la promotion sociale», a précisé Sylvia Bongo Ondimba lors de cette cérémonie. La Fondation en a profité pour lancer la seconde édition de ces bourses et pour inciter les jeunes Gabonais à postuler avant le 31 mai 2014. Le formulaire de demande peut être téléchargé sur la page Facebook Bourses Ozavino 2014. UN PROJET Lettre d’information de la Fondation Sylvia Bongo Ondimba . janvier 2014 . numéro 3 •• 5 ••
  6. 6. Janvier 2014 3 N° Lettre d’information Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la famille LA FONDATION INVITE LES GABONAIS AU RENDEZ-VOUS DU SOLEIL AVEC LA LUNE Du 27 octobre au 3 novembre dernier, la Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la Famille a organisé des conférences, expositions et spectacles autour du rendez-vous de la lune avec le soleil pour sensibiliser élèves, étudiants et grand public aux sciences et notamment à l’astronomie. L  e 3 novembre dernier, une éclipse totale du soleil a plongé dans l’obscurité les villes de Port-Gentil et de Makokou en passant par le parc de la Lopé au Gabon. La Fondation a profité de cet événement exceptionnel pour organiser du 27 octobre au 3 novembre une Semaine de l’Espace intitulée “Pleins Feux sur l’éclipse”. Cette semaine de l’espace a été organisée en collaboration avec l’Institut Français au Gabon, le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Agence Gabonaise d’Etudes et d’Observation Spatiale (AGEOS), l’Observatoire de Paris et le Ministère de l’Éducation gabonais. De Libreville à Port-Gentil, en passant par Lambaréné, des conférences, des films, des spectacles, des expositions, des interventions dans les écoles et des observations du ciel organisés par la Fondation ont permis d’initier écoliers, collégiens, lycéens et le grand public à une science millénaire. «L’astronomie est l’une des rares sciences où les amateurs jouent encore un rôle actif. Elle est pratiquée à titre de loisir par un large public d’astronomes amateurs», souligne Nadège Hédé, chef de projet Education, Jeunesse et Culture de la Fondation. Cette approche ludique de l’astronomie a permis de répondre à un souci majeur de la Fondation: encourager l’enseignement des mathématiques et des sciences et combler le déficit d’orientation vers Mme Sylvia Bongo Ondimba, venue observer l’éclipse avec la population de Benguié IV. la Fondation a distribué 8000 lunettes spéciales éclipse dans les écoles, collèges et lycées. des filières techniques d’ingénierie et techniques au Gabon. La Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la famille a ainsi invité une troupe de théâtre à jouer en milieu scolaire la pièce «Tombés du Ciel», mise en scène par François Toulouse. « L’astronomie est l’une des rares sciences où les amateurs jouent encore un rôle actif. Elle est pratiquée à titre de loisir par un large public d’astronomes amateurs. » Pendant cette Semaine de l’Espace, la Fondation a également convié une équipe d’éminents astronomes français de l’Observatoire de Meudon pour expliquer aux jeunes Gabonais la portée de l’éclipse, un phénomène astrophysique rare. L’académicien et directeur de recherche au CNRS, Daniel Rouan, membre de ce groupe de chercheurs, a été invité sur le plateau d’une émission de télévision le vendredi 21 novembre. La perception de l’éclipse dans les contes et légendes gabonaises a par ailleurs fait l’objet d’un débat télévisé le 27 octobre dernier, animé par l’anthropologue Léa Nzamé, le professeur César Auguste Malongo et le physicien Samuel Ikogou. Mais bien avant cet évènement, la Fondation avait lancé une campagne de sensibilisation visant à mettre en garde la population sur les dangers de l’observation de l’éclipse à l’oeil nu ou avec des instruments optiques inadéquats. Pour accompagner le message de prévention clair et concis «Regarder l’éclipse, oui, à l’oeil nu, non», la Fondation a distribué dans les écoles, collèges et lycées 8000 lunettes spéciales éclipse. UN PROJET Lettre d’information de la Fondation Sylvia Bongo Ondimba . janvier 2014 . numéro 3 •• 6 ••
  7. 7. Janvier 2014 3 N° Lettre d’information Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la famille FEMMES CONTRE LE SIDA C  ourir dans le centre de Libreville sans rencontrer une voiture, cela n’arrive pas tous les jours... Et lorsque ce sont 1093 femmes en T-shirt rose qui courent, c’est encore plus rare! Mais c’était pour une bonne cause. Le samedi 30 novembre 2013 à 9h, une vague rose a déferlé sur la capitale, prête à prendre le départ dans la bruine du matin. La Gabonaise, course de 5km, inaugurait une série d’épreuves organisées dans le cadre du premier Marathon du Gabon, dont le coup d’envoi fut donné le 1er décembre dernier. Avec son parcours longeant le front de mer de l’estuaire, l’évènement était également programmé pour coïncider avec la journée mondiale de lutte contre le sida 2013. Mais qui sont ces femmes en rose que l’on a vues sourire et faire le V de la victoire? Des mères de famille, des employées, de jeunes adultes certaines vêtues de rose des pieds à la tête - ont pris part à cette toute première édition de la Gabonaise. La Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la famille a réussi à créer un tel enthousiasme autour de cet évènement que de nombreux Librevillois l’ont même rebaptisée «la course de la Fondation» Pour les participantes, l’objectif n’était pas tant de battre un record personnel que de faire passer un message urgent sur la transmission du VIH/sida. Les coureuses en rose voulaient également exprimer leur soutien aux personnes atteintes, tout en mettant en avant l’espoir de voir la fin des discriminations dont sont victimes les personnes séropositives. De grands panneaux d’affichage arborant le message «5km pour 3 objectifs: zéro transmission, zéro décès, zéro discrimination» ont contribué à faire connaître la course. La Première Dame Sylvia Bongo Ondimba a participé au départ avec le soutien de l’équipe de la Fondation, d’anciennes camarades de classe de l’Immaculée Conception, et de La Fédération Gabonaise de Danse Urbaine a réuni plus de 100 danseurs qui ont illustré par une chorégraphie la transmission du VIH/Sida de la mère à l’enfant la légendaire athlète kéniane Tegla Loroupe, vainqueur du marathon de New-York en 1994. Cette grande dame du sport est aujourd’hui ambassadrice des Nations Unies pour le sport et activiste pour la paix à la tête de sa propre fondation. Ruddy Zang-Milama, sprinteuse originaire de Port-Gentil qui représentait le Gabon aux Jeux Olympiques de Pékin de 2008, était également présente au départ. Quelques jours plus tard, Canal+ Afrique, TV5 et la Télévision Nationale Gabonaise ont diffusé des images filmées du haut d’un hélicoptère. De nombreuses participantes ont échangé des astuces techniques et se préparent déjà mentalement pour la course de l’an prochain. Sur la ligne d’arrivée, Sylvia Bongo Ondimba s’est engagée à prendre part en 2014 à la course de 10 km. Á ses côtés, Tegla Loroupe lui a adressé un petit sourire complice en proposant de l’aider à gagner. Rendez-vous est pris! UN PROJET Lettre d’information de la Fondation Sylvia Bongo Ondimba . janvier 2014 . numéro 3 •• 7 ••

×