Mesurer ses actions sur le web

3 700 vues

Publié le

Conférence donnée dans le cadre d'EducPro

Plus d'infos sur le blog CaddE-Réputation!

Publié dans : Business
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 700
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2 738
Actions
Partages
0
Téléchargements
12
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Mesurer ses actions sur le web

  1. 1. Mesurer ses actions sur le web Si on arrêtait de compter les likes et les RTs ?
  2. 2. Le numérique c’est magique… Car, par définition, le web est construit à partir de nombres Et que les nombres sont rassurants Car tout est mesurable : interactions, discours, partages… Car les plateformes produisent de nombreux indicateurs Car ces indicateurs se suffisent à eux-mêmes (autoréférence)
  3. 3. A quoi servent les indicateurs de mesure ? Un indicateur indique la route à suivre Autant qu’il mesure le chemin parcouru Il peut être (au mieux) construit par l’organisation… …ou par des outils/prestataires (le plus souvent) Puis être additionné à d’autres Question : quel appui réel aux prises de décisions ?
  4. 4. Plus qu’une mesure, la question du sens Les indicateurs de mesure web sont utiles pour les organisations A condition de comprendre leur construction… en « boite noire » Influence ou médiatisation ? Autorité ou popularité ? Mais au-delà… Mesurer, mais pour quoi faire ? Plus qu’évaluer un résultat, plus que « presser le bon bouton », plus qu’être passif : la mesure pour structurer l’environnement
  5. 5. De la diffusion à la communication Communiquer = mettre en commun Comment appréhender des publics par le seul prisme des API ? Nécessité d’intégrer l’environnement des publics : consommation de l’information, formes et volumes d’interactions, discours dominants ou critiqués… Passer d’un production industrielle d’indicateurs, à des mesures plus qualitatives Et qui répondent aux objectifs de l’organisation tout en prenant en compte les contraintes propres aux plateformes
  6. 6. Pour une approche proactive « L’habit ne fait pas le moine »… mais il aide à rentrer dans l’abbaye Comprendre le « dress code » attendu par les publics permet de mieux échanger avec eux Générer et mesurer des clics, des likes ou des RTs ne doit plus être une finalité mais un moyen Un moyen de favoriser la médiation et de s’intégrer dans la « bulle » informationnelle des publics Le community manager, ce médiateur ?
  7. 7. Vers une acculturation Pour les CM : comment accéder aux bulles des publics, et orienter ces publics dans celles de l’organisation ? Pour la veille : comment favoriser des prises de décisions anticipatives? Pour l’organisation en générale : comment faire pour que le contexte dans lequel évolue les publics, soit le même que celui où évolue les collaborateurs de l’organisation ? Des solutions possibles : s’appuyer sur la prescription, manager la « veille ordinaire », et favoriser l’appropriation En bref : produire des connaissances et pas seulement des calculs… Mais aussi déléguer à ceux qui sont déjà au quotidien dans ces « bulles »… Comme les étudiants ?!
  8. 8. L’exemple de l’@icomtec Depuis 8 ans, la communication de l’Icomtec de l’IAE de Poitiers est réalisée par… ses étudiants Relations presse, événements, publicité, community management, communication interne… Aucun « incidents » à déplorer, grâce à un système basé sur la confiance et des procédures définies en commun Depuis 2012, réflexions sur les stratégies numériques : comment animer les 2 pages Facebook et les 2 comptes Twitter ? Plus qu’un benchmark (i.e. comparer l’incomparable), une prise en compte des attentes des étudiants et du personnel Et une stratégie basée sur les usages, pratiques informationnelles et besoins du public prioritaire : les étudiants
  9. 9. Au final… Les organisations doivent-elle continuer à aborder le web comme un énième canal de communication ? Les lolcats en plus… Les métiers du web ne consistent-ils qu’à remplir des feuilles de calcul, presser des boutons et dépendre du bon vouloir des plateformes ? Doit-on construire son environnement ou attendre l’outil magique ? Doit-on continuer à parler de « social » (à toutes les sauces) tout en gardant une volonté de contrôle ou de maitrise ?

×