Les web series sont elles des productions originales ?

8 200 vues

Publié le

« Tous les discours sur le numérique, c’est n’importe quoi ! Il faudrait tout
reprendre point par point » Sans prétendre résoudre ce problème posé par Jean Luc
Godard, ce mémoire s’intéresse aux bouleversements que connait le domaine de
l’audiovisuel, sous l’impulsion de la révolution numérique.

Publié dans : Business, Technologie
0 commentaire
3 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
8 200
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
704
Actions
Partages
0
Téléchargements
195
Commentaires
0
J’aime
3
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les web series sont elles des productions originales ?

  1. 1. Université
Panthéon‐Assas
 INSTITUT
FRANÇAIS
DE
PRESSE
 
 
 
 MÉMOIRE
DE
MASTER
1
/
2008‐2009
 Sciences
politiques
et
sociales
mention
Médias,
Information,
Communication

 Spécialité
"Médias,
langages
et
communications"
 
 Camille
ANSCOMBRE
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 LES
WEB
SÉRIES
FRANCOPHONES:
PRODUCTIONS
ORIGINALES?
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 Dépôt
Juin
2009
 Sous
la
direction
de
Mme
Eck.

  2. 2. Introduction........................................................................................................................ 4
 1.
 Le
réseau
Internet
:
espace
d’expression
audiovisuelle .............................. 7
 A.
 «
Photographie
»
des
web
séries
consultables
entre
mars
et
mai
2009 ..........7
 1.
 Typologie
des
auteurs
et
des
contenus. ................................................................................ 7
 2.
 Les
productions
«
amateurs
»
:
Décide
toi
Clément,
Le
vilain
petit
Jack,
Lucas,

 
 Mozinor................................................................................................................................................ 9
 a.
 Les
pratiques
amateurs
:
un
phénomène
ancien ...........................................................................9
 b.
 Les
origines
des
web
séries
:
fanzines
et
fanfictions. ............................................................... 10
 c.
 Divertissement
et
égocentrisme
:
analyse
croisée
des
4
web
séries
amateurs ............. 11
 
 1.
Créer
pour
(se)
divertir
:
Mozinor,
Décide
toi
Clément........................................................ 11
 
 2.
L’égocentrisme
:
Le
vilain
petit
Jack,
Lucas............................................................................... 12
 3.
 Les
productions
professionnelles ..........................................................................................14
 a.
 Les
créations
audiovisuelles
remarquables
:
Fixion,
The
Coat.............................................. 14
 b.
 Un
outil
de
promotion
commerciale
:
Libre
comme
l’air ......................................................... 15
 c.
 Attirer
de
l’audience
:
Dingo
ou
mytho,
Aggravation
d’un
état
chronique
et
The
 marvellous
flying
box ............................................................................................................................... 16
 
 B.
 Les
web
séries
:
des
contenus
gratuits ..................................................................... 18
 1.
 Une
visibilité
accrue
par
la
diffusion
virale .......................................................................18
 a.
 L’ampleur
des
sites
de
partage
de
vidéos
et
des
réseaux
sociaux....................................... 18
 b.
 La
diffusion
gratuite
en
streaming.................................................................................................... 19
 c.
 La
disponibilité
des
épisodes............................................................................................................... 20
 
 1.
Possibilité
systématique
d’abonnements
:
Flux
RSS
et
newsletters. ............................ 20
 
 2.
Les
épisodes
manquants .................................................................................................................. 21
 2.
 La
nécessité
d’un
modèle
économique ................................................................................22
 a.
 La
publicité
:
unique
ressource
pour
beaucoup
de
web
séries............................................. 22
 b.
 D’autres
solutions
envisagées
mais
limitées ................................................................................ 25
 
 1.
Les
produits
dérivés
:
ressource
insuffisante
(La
cuisine
de
Nicolas,
Les
têtes
à
 claques) .................................................................................................................................................... 25
 
 2.
L’audience
récompensée.................................................................................................................. 26
 
 3.
Le
soutien
du
CNC
et
de
la
Scam
exceptionnels. .................................................................... 26
 
 4.
Les
appels
à
participation................................................................................................................ 26
 
 2.
 La
circulation
des
web
séries ..............................................................................28
 A.
 Internet
et
télévision
:
interdépendance
des
2
médias ...................................... 28
 1.
 Analyse
du
genre
fictionnel,
dominant
des
web
séries ................................................29
 a.
 Analyse
croisée
de
la
fiction
télévisuelle
et
des
web
séries. .................................................. 30
 
 1.
La
diégèse ............................................................................................................................................... 30
 
 2.
Mise
en
série
et
mise
en
feuilleton............................................................................................... 31
 
 3.
La
place
du
spectateur ...................................................................................................................... 34
 b.
 Les
emprunts
des
web
séries
aux
autres
médias ....................................................................... 35
 2.
 Interaction
des
2
médias............................................................................................................37
 a.
 L’utilisation
d’Internet
pour
tester
une
audience
télévisuelle
potentielle
:
Nous
ne
 sommes
pas
des
saints ............................................................................................................................. 37
 b.
 Quand
Internet
tire
son
contenu
de
la
télévision
(Putain
de
série)
et
vice
versa
(Les
 films
fait
à
la
maison) .............................................................................................................................. 38
 c.
 Quand
les
web
séries
représentent
des
contenus
pour
la
télévision
:
Twenty
Show,
 Brother
and
Brother,
les
têtes
à
claques,
Noob,
Nerdz,
La
p’tite
couronne,
Gaza/Sderot,
 Nous
ne
sommes
pas
des
saints............................................................................................................. 39
 
 
 
 
 2

  3. 3. B.
 L’émancipation
des
web
séries
:
le
développement
de
caractéristiques
 propres. ....................................................................................................................................... 40
 1.
 Abolition
des
contraintes
temporelles.................................................................................41
 a.
 Le
format
et
la
diffusion
des
web
séries
majoritairement
irréguliers
:
disparition
du
 concept
de
linéarité
et
de
grille
de
programmation
des
chaînes
de
télévision ............. 41
 b.
 Un
nouveau
mode
de
«
consommation
»
:
le
choix
du
programme,
du
moment
et
du
 support.......................................................................................................................................................... 43
 2.
 Suppression
des
contraintes
règlementaires ...................................................................44
 a.
 Inapplicabilité
aux
web
séries

des
contraintes
imposées
aux
chaînes
de
télévision: 44
 
 1.
Quotas
de
diffusion
et
de
production ......................................................................................... 44
 
 2.
Interdictions
de
diffusion,
restrictions
des
contenus
et
avertissements
:
sexe
et




 













violence
(Antoine,
Bibi
et
Casimir,

Howard) ........................................................................... 45
 b.
 Une
réglementation
juridique
floue
en
faveur
des
internautes........................................... 46
 
 1.
Liberté
d’expression
et
droits
d’auteur
:
Mozinor
et
l’appropriation
de
séquences




 












filmées
…………………………………………………………………………………………………………...
46
 
 2.
Abolition
des
frontières
politiques
:
le
droit
international
(Les
têtes
à
claques)..... 47
 3.
 L’exploitation
des
possibilités
propres
du
média
Internet
:
l’interactivité

 
 Voyage
au
pays
du
charbon,
Thanatorama,
Décide
toi
Clément,
Twenty
Show....48
 a.
 Différentes
façons
d’exploiter
l’interactivité
:
d’un
choix
entre
2
alternatives
à
un

 
 choix
plus
complexe. ............................................................................................................................... 48
 b.
 Ecrire
pour
l’interactivité
:
«
le
réseau
des
possibles
»............................................................ 49
 c.

 L’utilisation
de
l’interactivité
limitée
par
des
problèmes
techniques
mais

 
 synonyme
de
possibilités……………………………………………………………………………………
52
 
 
 Conclusion .........................................................................................................................53
 
 Annexes ..............................................................................................................................55
 Annexe
1
:
Le
dispositif
publicitaire
de
The
marvellous
flying
box
:
le
pop
Under..........56
 Annexe
2
:
La
participation
de
Texto
dans
Putain
de
série ........................................................57
 Annexe
3
:
Le
dispositif
publicitaire
de
Décide
Toi
Clément .....................................................58
 Annexe
4
:
Répartition
des
exportations
de
programmes
français
par
genre
(2003)..60
 Annexe
5
:

Synthèse
des
relations
financières
des
acteurs
de
la
filière
télévisuelle ....61
 Annexe
6
:
Le
«
réseau
des
possibles
»
de
Voyage
au
pays
du
charbon................................62
 Annexe
7
:
Les
valeurs
véhiculées
par
les
nouvelles
technologies
et
les
aspirations

 




















des
jeunes ................................................................................................................................64
 
 Bibliographie ....................................................................................................................65
 1.
 Centres
de
documentation
consultés ...................................................................................65
 2.
 Ouvrages ...........................................................................................................................................65
 3.
 Articles
de
revues..........................................................................................................................66
 4.
 Articles
et
Ressources
électroniques....................................................................................66
 5.
 Études.................................................................................................................................................66
 6.
 Colloques
et
cours.........................................................................................................................67
 
 Corpus .................................................................................................................................68
 
 
 3

  4. 4. Introduction
 
 
 «
Tous
 les
 discours
 sur
 le
 numérique,
 c’est
 n’importe
 quoi
!
 Il
 faudrait
 tout
 reprendre
 point
 par
 point
»
 Sans
 prétendre
 résoudre
 ce
 problème
 posé
 par
 Jean
 Luc
 Godard,
 ce
 mémoire
 s’intéresse
 aux
 bouleversements
 que
 connait
 le
 domaine
 de
 l’audiovisuel,
sous
l’impulsion
de
la
révolution
numérique.

 Internet
 est
 un
 réseau
 mondial
 développé
 aux
 Etats‐Unis
 par
 l’action
 conjointe
 de
militaires,
de
chercheurs
et
de
scientifiques
dont
l’origine
remonte
aux
années
1960.
 Devant
 les
 possibilités
 offertes
 pour
 la
 société
 de
 l’information,
 il
 s’ouvre
 au
 grand
 public
 en
 1993.
 Si
 Internet
 a
 modifié
 considérablement
 les
 rapports
 aux
 différents
 médias,
 changeant
 les
 usages
 et
 les
 pratiques
 culturelles,
 le
 milieu
 de
 l’audiovisuel
 n’a
 été
 touché
 que
 très
 récemment
 sous
 l’impulsion
 de
 différents
 facteurs
 concernant
 les
 évolutions
techniques.
Depuis
l’éclatement
de
«
la
bulle
»
en
2000,
les
conditions
d’accès
 se
 sont
 considérablement
 améliorées
:
 d’une
 part,
 on
 assiste
 à
 une
 augmentation
 croissante
 des
 débits
 (le
 nombre
 des
 abonnements
 Internet
 par
 ADSL1
 atteint
 16,8
 millions
 à
 la
 fin
 2008
 soit
 2
 millions
 de
 plus
 en
 un
 an2
 et
 la
 fibre
 optique
 s’installe
 en
 2009
)
et
donc
une
amélioration
de
la
largeur
de
la
bande
passante3,
d’autre
part,
le
prix
 du
 matériel
 a
 fortement
 baissé,
 augmentant
 ainsi
 la
 pénétration
 de
 l’informatique
 en
 France
(selon
Médiamétrie,
le
nombre
d’internautes
Français
de
plus
de
11
ans
s’élève
à
 31,77
millions
en
juillet
20084).
Ainsi,
dans
la
première
moitié
des
années
2000,
les
prix
 du
 matériel
 de
 captation
 au
 format
 numérique
 (appareil
 photos,
 caméscopes,
 micro
 ordinateurs)
 et
 des
 logiciels
 de
 montage
 (dont
 certains
 sont
 fournis
 gratuitement
 et
 automatiquement
 avec
 l’achat
 d’un
 ordinateur5)
 se
 sont
 effondrés.
 Conjugué
 à
 cela,
 l’espace
de
stockage
des
disques
durs
est
en
constante
augmentation
et
les
fichiers
sont
 de
 moins
 en
 moins
 lourds
 grâce
 à
 la
 compression.
 En
 2005,
 le
 réseau
 Internet
 connaît
 une
évolution
majeure
avec
le
développement
du
«Web
2.0
»,
terme
qui
fait
référence
à
 l’émergence
 d’outils
 et
 de
 services
 qui
 permettent
 une
 interaction
 entre
 les
 utilisateurs
et
 leur
 participation
 à
 la
 diffusion
 de
 contenus,
 alors
 qu’ils
 étaient
 passifs
 avec
le
web
1.0,
1ère
version
du
web.
 




























































 1
ADSL
sigle
pour
asymmetric
digital
subscriber
line.
Réseau
large
bande
sur
ligne
de
téléphone,
dédié
à
la
 transmission
des
données
multimédias
et
audiovisuelles.
 2
Observatoire
du
marché
de
l’internet,
ARCEP,
4e
trimestre
2008.
 3
Intervalle
de
fréquences
dans
laquelle
un
système
mécanique
ou
électronique
laisse
passer
un
signal
sans
 distorsion
 notable
 (définition
 du
 Petit
 Larousse
 2002)
 Dans
 une
 transmission,
 plus
 la
 bande
 passante
 est
 large,
plus
la
quantité
d’informations
qui
peut‐être
véhiculée
est
importante.
 4
 Le
 journal
 du
 Net,
 les
 Chiffres
 clés,
 juillet
 2008
 http://www.journaldunet.com/cc/01_internautes/inter_nbr_fr.shtml
 5
C’est
le
cas
d’Imovie,
logiciel
de
montage
vidéo
installé
sur
chaque
ordinateur
de
la
firme
Apple.
 
 4

  5. 5. Ce
sont
toutes
ces
évolutions
qui
ont
rendu
possible
la
diffusion
des
productions
 audiovisuelles
sur
le
réseau
mondial,
sans
aucune
autorisation
au
départ,
sur
des
sites
 de
partage
de
vidéo
comme
YouTube6
ou
Dailymotion,
visionnées
gratuitement
par
des
 millions
 d’internautes.
 Ainsi,
 YouTube
 cumule
 en
 deux
 jours,
 l’audience
 annuelle
 des
 salles
 de
 cinéma
 en
 France7.
 Le
 milieu
 de
 l’audiovisuel
 se
 trouve
 véritablement
 à
 une
 période
 charnière,
 contraint
 de
 trouver
 rapidement
 des
 solutions
 à
 ce
 «
court‐ circuitage
»
 de
 leur
 diffusion.
 C’est
 ainsi
 que
 ce
 sont
 développés
 de
 nouveaux
 services
 comme
 la
 vidéo
 à
 la
 demande
 (payante),
 ou
 la
 diffusion
 différée
 (gratuite
 mais
 qui
 implique
une
diffusion
télévisuelle
préalable).

 Aujourd’hui,
entre
les
contenus
gratuits,
payants
comme
la
vidéo
à
la
demande,
 et
 les
 téléchargements
 illégaux,
 l’offre
 audiovisuelle
 a
 véritablement
 explosé.
 Ces
 dernières
 années,
 la
 vidéo
 a
 été
 un
 des
 principaux
 moteurs
 du
 développement
 d’Internet.
 Cependant
 cette
 nouvelle
 offre
 n’émane
 pas
 seulement
 des
 industries
 de
 l’audiovisuel.
 En
 effet,
 loin
 d’être
 marginaux,
 les
 internautes,
 s’appropriant
 les
 possibilités
offertes
par
le
Web
2.0,
deviennent
eux‐mêmes
des
éditeurs
de
contenus
en
 mettant
 à
 la
 disposition
 d’autres
 internautes,
 des
 vidéos
 en
 ligne
 qui
 circulent
 sur
 la
 Toile
 (27%
 des
 internautes
 ont
 consulté
 des
 vidéos
 réalisées
 par
 leurs
 pairs
 au
 cours
 des
 6
 derniers
 mois8).
 En
 France
 en
 2006,
 on
 estime
 qu’ils
 ont
 été
 ainsi
 3,1
 millions
 à
 créer
 et
 à
 publier
 des
 contenus9.
 
 Parmi
 ces
 internautes
 créateurs,
 certains
 se
 démarquent
par
leur
implication
dans
un
format
périodique
:
ce
sont
les
«
web
séries
».
 Terme
encore
méconnu
et
flou,
qui
apparaît
sous
la
plume
de
créateurs
eux‐mêmes
ou
 de
journalistes10
pour
nommer
le
phénomène,

les
«
web‐séries
»
sont
des
programmes
 audiovisuels
 courts
 très
 variés
 sous
 forme
 d’épisodes
 de
 3
 à
 5
 minutes
 en
 moyenne,
 produits,
à
l’origine,
pour
le
net
et
publiés
périodiquement
sur
une
page
web.

 Dans
 quelle
 mesure
 ces
 web‐séries
 sont‐elles
 originales
 ?
 Dans
 une
 première
 partie,
 nous
 étudierons
 le
 média
 qu’est
 Internet
 à
 travers
 le
 questionnement
 des
 nombreuses
 créations
 audiovisuelles
 disponibles,
 puis
 dans
 un
 deuxième
 temps,
 nous
 verrons
 comment
 circule
 le
 genre,
 entre
 le
 web
 et
 la
 télévision,
 quelles
 en
 sont
 les
 similitudes
ou
les
différences
avec
les
formats
audiovisuels
existants
et
les
conditions
de
 la
viabilité
de
ces
programmes.
Enfin,
nous
concluerons
sur
le
caractère
original
des
web
 séries
à
l’égard
d’autres
médias,
notamment
la
télévision.

 




























































 6
www.youtube.com,
1er
site
mondial
de
partage
de
vidéos.

 7
 GERVAIS
 Jean‐François,
 Web
 2.0
 ­
 Les
 internautes
 au
 pouvoir
 ­
 Blogs,
 Réseaux
 sociaux,
 Partage
 de
 vidéos,
 Mashups...
Paris
:
Dunod,
2007
 8
Observatoire
de
la
Convergence
Media,
IPSOS,
13/03/2007.
 9
Les
Observatoires
numériques
‐
Focus
mon
numérique,
Médiamétrie,
2e
trimestre
2006.

 http://b‐r‐ent.com/files/2006_10_05_MonNumeriqueweb2_0_1.pdf

 10
Sophie
Bourdais
pour
Télérama,
et
«
LCI
est
à
vous
»
émission
du
18/06/2008.
 
 5

  6. 6. Pour
dégager
ces
singularités,
j’ai
constitué
un
corpus
de
30
séries
francophones
 consultables
 sur
 Internet
 gratuitement.
 Étant
 donné
 la
 rapidité
 d’évolution
 du
 média
 Internet
et
la
quantité
innombrable
de
données
qui
s’y
trouvent
disponibles,
ce
corpus
 n’est
 pas
 exhaustif.
 C’est
 pourquoi
 je
 n’ai
 fait,
 à
 priori,
 aucun
 effort
 de
 sélection
 ou
 de
 hiérarchisation,
 j’ai
 tenté
 de
 saisir
 à
 un
 moment
 donné
 (entre
 mars
 et
 mai
 2009)
 Un
 certain
 nombre
 de
 contenus
 pour
 en
 établir
 une
 typologie
 et
 proposer
 des
 caractéristiques
 du
 format.
 En
 m’appuyant
 sur
 les
 travaux
 de
 Stéphane
 Benassi
 et
 François
 Jost
 associés
 aux
 fictions
 télévisuelles,
 je
 me
 suis
 efforcée
 d’établir
 une
 comparaison
et
proposer
ainsi
des
caractéristiques.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 6

  7. 7. 1. Le
réseau
Internet
:
espace
d’expression
audiovisuelle
 
 Dans
 cette
 première
 partie,
 nous
 considèrerons
 
 le
 réseau
 Internet
 comme
 un
 outil
de
diffusion
des
œuvres
audiovisuelles
telles
que
définies
dans
l’article
L112‐2
du
 Code
la
Propriété
intellectuelle
comme
des
«
séquences
animées
d’images,
sonorisées
ou
 non
».
 Cette
 définition
 large,
 confère
 donc
 aux
 web
 séries,
 ce
 statut
 d’œuvre
 audiovisuelle.
Nous
verrons
donc
dans
un
premier
temps,
par
quels
outils,
quels
moyens
 les
web
séries
sont
visibles
sur
Internet
avant
de
s’intéresser
au
caractère
gratuit
de
leur
 diffusion.

 
 A. «
Photographie
»
des
web
séries
consultables
entre
mars
et
 mai
2009

 
 Durant
 les
 mois
 de
 Mars
 à
 Mai
 2009,
 j’ai
 observé
 les
 différents
 contenus
 audiovisuels
sériels
disponibles
sur
la
Toile.

J’ai
commencé
par
une
recherche
basique,
 c’est
 à
 dire
 par
 inventorier
 toutes
 les
 séries
 qui
 répondaient
 à
 la
 définition
 de
 la
 web
 série
 (un
 programme
 court
 audiovisuel
 pluriel,
 périodique
 et
 produit
 pour
 le
 web)
 ou
 celles
qui
se
disaient
web
séries.

Concernant
la
télévision,
Jean
Bianchi
disait
en
1984,
 que
 le
 vocabulaire
 n’est
 pas
 «
parfaitement
 fixé
 pour
 désigner
 les
 œuvres
»11.
 Devant
 cette
même
difficulté
pour
qualifier
celles
du
web,
j’ai
appréhendé
mon
corpus
par
une
 typologie
 pour
 en
 dégager
 d’un
 côté
 l’identité
 des
 auteurs
 et
 de
 l’autre
 côté,
 les
 caractéristiques
des
contenus.
 1. Typologie
des
auteurs
et
des
contenus.
 Pour
réaliser
cette
matrice,
j’ai
croisé
2
critères
d’analyse:
sur
un
axe
vertical,
j’ai
 placé
les
différentes
séries
selon
l’identité
de
leurs
auteurs
et
producteurs
:
amateurs
ou
 professionnels.

Terme
polysémique,
j’ai
considéré
ici
l’amateur
comme
une
«
personne
 qui
 s'adonne
 à
 une
 activité
 artistique,
 sportive,
 etc.,
 pour
 son
 plaisir
 et
 sans
 en
 faire
 profession,
 par
 opposition
 au
 professionnel
»12.
 A
 l’opposé,
 les
 productions
 professionnelles
 sont
 ici
 des
 séries
 réalisées
 et
 produites
 par
 ceux
 dont
 les
 métiers
 se
 rattachent
à
l’audiovisuel,
à
savoir
les
professionnels
de
la
technique
audiovisuelle
elle‐ même
 ou
 les
 professionnels
 de
 la
 communication.
 Sur
 un
 axe
 vertical,
 je
 les
 ai
 placées
 selon
 leur
 contenu
:
 s’agit‐il
 d’une
 vitrine
 ou
 d’une
 création
 artistique
?
 J’entends
 par
 vitrine,
 tout
 contenu
 «
qui
 sert
 à
 présenter,
 à
 mettre
 en
 valeur
 quelque
 chose
»
 que
 ce
 soit
d’ordre
personnel
(nous
verrons
ensuite
que
c’est
le
cas
du
Vilain
petit
jack
dont
le
 




























































 11
BENASSI
Stéphane,
Séries
et
feuilletons
TV.
Paris
:
Editions
du
Céfal,
avril
2002,
p29. 
 12
Définition
du
Larousse
2002.
 
 7

  8. 8. contenu
 est
 clairement
 égocentrique)
 ou
 d’ordre
 commercial
 (pour
 promouvoir
 un
 produit,
 une
 marque
 par
 exemple).
 Une
 création,
 est
 par
 opposition,
 une
 œuvre
 nouvelle,
 originale
 ou
 non,
 qui
 poursuit
 un
 objectif
 artistique.
 Le
 résultat
 de
 cette
 analyse
prend
la
forme
d’un
graphique
:
 
 
 Cette
typologie
fait
clairement
ressortir
3
idées
principales.
La
première
donnée
 qui
apparaît
explicitement
est
le
fait
que,
contrairement
aux
idées
reçues,
la
production
 audiovisuelle,
 sérielle
 en
 tout
 cas,
 sur
 le
 web
 n’est
 pas
 majoritairement
 l’œuvre
 des
 amateurs.
En
effet,
nous
voyons
bien
ici
que
la
majorité
des
web
séries
se
repartit
dans
 la
 partie
 supérieure
 du
 graphique
:
 Sur
 30
 séries
 étudiées,
 22
 sont
 produites
 par
 des
 professionnels,
 soit
 73%
 environ.
 La
 seconde
 conclusion
 que
 l'on
 peut
 tirer
 de
 ce
 classement
réside
dans
le
fait
que
les
contenus
se
partagent
également
entre
un
objectif
 de
 vitrine
 et
 un
 objectif
 de
 création
:
 les
 30
 web
 séries
 de
 mon
 corpus
 se
 répartissent
 entre
 la
 partie
 droite
 (vitrine)
 et
 la
 partie
 gauche
 (création)
 du
 graphique
 de
 manière
 
 8

  9. 9. significativement
 égale,
 soit
 15
 de
 chaque
 côté.
 Enfin,
 cette
 typologie
 laisse
 apparaître
 quelques
productions
dont
le
classement
n’a
pas
été
aisé
:
ce
sont
les
5
web
séries
qui
se
 trouvent
dans
le
centre
du
graphique,
et
dont
la
production
se
partage
entre
amateurs
et
 professionnels.
 La
 petite
 couronne
 est
 une
 production
 réalisée
 par
 un
 collectif
 d’humoristes,
 les
 Mouskaters,
 amateurs
 de
 l’audiovisuel.
 Cependant,
 cette
 web
 série,
 repérée
 par
 Christophe
 Dechavanne,
 en
 quête
 de
 nouveaux
 artistes
 et
 de
 nouveaux
 contenus
pour
sa
maison
de
production
Coyote,
s’est
engagé
rapidement
dans
le
projet,
 assurant
 aux
 auteurs
 une
 diffusion
 télévisuelle.
 A
 partir
 de
 cette
 association,
 la
 série
 change
 de
 nom
 pour
 devenir
 La
 petite
 ceinture
:
 elle
 est
 alors
 tiraillée
 entre
 une
 production
devenue
professionnelle
et
un
jeu
et
une
origine
amateur,
ce
qui
explique
sa
 place
sur
l’axe
amateur/professionnel.
Le
frigo,
est
l’œuvre
d’un
collectif
d’artistes,
dont
 des
 plasticiens,
 peintres,
 et
 artistes
 audiovisuels,
 je
 l’ai
 donc
 placé
 dans
 la
 partie
 supérieure
sans
pour
autant
le
positionner
au
même
niveau
qu’une
production
d’agence
 de
communication
par
exemple.
Les
3
dernières,
Antoine,
Bibi
et
Casimir,
Parisk
et
Parole
 d’Ève
 sont
 situées
 au
 même
 endroit
:
 la
 première
 est
 réalisée
 par
 des
 amateurs
 mais
 jouée
 par
 des
 acteurs
 professionnels
et
 Parisk,
 est
 produite
 et
 jouée
 par
 des
 apprentis,
 des
 étudiants
 en
 audiovisuel
 et
 en
 théâtre
 dans
 le
 cadre
 de
 leurs
 études.
 Parole
 d’Ève,
 est
un
cas
singulier
:
elle
est
réalisée
par
un
metteur
en
scène
et
jouée
par
des
actrices
 qui
 exercent
 dans
 l’univers
 du
 théâtre,
 ce
 qui
 se
 perçoit
 dans
 le
 produit
 final
dans
 la
 succession
des
plans,
saccadée
et
essentiellement
basée
sur
l’alternance
de
plans
larges
 et
 rapprochés,
 rappelant
 l’espace
 de
 la
 scène.
 Le
 jeu
 des
 actrices,
 insistant
 sur
 la
 prononciation,
 trahit
 également
 l’influence
 théâtrale,
 que
 nous
 développerons
 dans
 la
 seconde
partie
de
ce
mémoire
consacrée
aux
différents
emprunts
et
influences
des
web
 séries.

 
 2. Les
 productions
 «
amateurs
»
:
 Décide
 toi
 Clément,
 Le
 vilain
 petit
 Jack,
Lucas,
Mozinor

 Si,
 comme
 mentionné
 plus
 haut,
 les
 web
 séries
 amateurs
 représentent
 une
 minorité,
 les
 négliger
 serait
 une
 erreur
 importante.
 Nous
 verrons
 dans
 un
 premier
 temps,
 quelles
 sont
 les
 origines
 de
 ces
 pratiques
 avant
 d’étudier
 les
 4
 web
 séries
 amateurs
repérées
grâce
à
la
typologie.
 
 a. Les
pratiques
amateurs
:
un
phénomène
ancien
 Si
 l’évolution
 du
 web
 2.0
 confère
 à
 l’internaute
 une
 place
 importante
 dans
 l’appropriation
 et
 la
 participation
 des
 contenus,
 les
 amateurs
 n’ont
 pas
 attendu
 la
 révolution
 numérique
 pour
 s’exprimer.
 La
 création
 de
 contenus
 par
 l’utilisateur
 n’est
 
 9

  10. 10. pas
une
nouveauté
:
déjà
dans
les
années
1920,
le
Pathé
baby
(de
la
célèbre
société
de
 distribution
 cinématographique
 Pathé)
 offrait
 la
 possibilité
 au
 public
 de
 tourner
 ses
 propres
 films,
 devenant
 ainsi
 le
 premier
 format
 cinématographique
 amateur.
 La
 seule
 chose
qui
a
changé,
c’est
que
les
nouveaux
venus
qui
jusqu’à
présent,
ne
parvenaient
pas
 à
 se
 faire
 remarquer,
 ont
 désormais
 la
 possibilité
 d’acquérir
 une
 visibilité
 à
 l’échelle
 mondiale,
et
ce,
sans
passer
par
des
intermédiaires
(maison
de
production,
de
disques,
 de
 distribution,
 etc.).
 Comme
 le
 souligne
 Olivier
 Donnat
 dès
 1996,
 Internet
 a
 été
 leur
 tremplin,
 mais
 leur
 élan
 existait
 déjà13.
 Les
 «
contenus
 auto
 édités
 numériques
»14,
 ne
 sont
donc
qu’une
nouvelle
forme
d’un
phénomène
très
ancien.
 
 b. Les
origines
des
web
séries
:
fanzines
et
fanfictions.
 Plus
 particulièrement
 pour
 les
 web
 séries,
 l’autoproduction
 n’est
 pas
 non
 plus
 née
avec
le
web
2.0.
Elles
tirent
leurs
origines
de
la
culture
fan,
et
surtout
des
fanzines
et
 des
 fanfictions,
 qui
 sont
 des
 contenus
 produits
 par
 des
 passionnés.
 Le
 phénomène
 des
 fanzines
provient
des
Etats‐Unis
et
date
des
années
1930.
Le
terme
est
la
contraction
de
 «
fan
»
et
de
«
magazine
»
et
traduit
l’engagement
de
fans
dans
l’édition
de
magazines
de
 façon
 totalement
 désintéressée
 à
 destination
 d’autres
 passionnés.
 Si
 les
 thèmes
 premiers
touchent
surtout
au
domaine
de
la
science
fiction
(le
premier
fanzine
avéré
est
 The
Comet,
paru
en
1930
qui
publie
des
correspondances
de
fans
de
science‐fiction),
les
 fanzines
se
démocratisent
rapidement
et
se
consacrent
à
de
nombreux
domaines
comme
 la
 musique,
 les
 séries
 télévisées,
 la
 littérature,
 la
 politique…
 Un
 prix
 récompense
 les
 meilleurs
 fanzines
 de
 bande
 dessinée
 depuis
 1981
 au
 célèbre
 Festival
 international
 d’Angoulême.
 
 Le
 succès
 d’Internet
 et
 l’avènement
 du
 web
 2.0
 qui
 encourage
 la
 participation
 a
 permit
 à
 ce
 type
 de
 production
 de
 persister
:
 les
 «
webzines
»
 font
 leur
 apparition
sur
la
Toile.
Alors
que
les
fanzines
se
transmettent
de
main
à
main
dans
un
 cercle
assez
intime,
les
webzines
regroupent
des
communautés
mondiales
d’amateurs
:
 les
coûts
de
productions
considérablement
amputés
et
une
visibilité
accrue
donnent
un
 renouveau
aux
fanzines
devenues
webzines.

 Une
 fanfiction
 (aussi
 appelée
 fanfic)
 entre
 dans
 cette
 pratique
 de
 fanzine
 mais,
 comme
son
nom
l’indique,
est
plus
spécifique
au
genre
fictif
:
c’est
une
fiction
écrite
par
 un
adepte
d'une
série
télévisée,
d'un
film,
d'un
dessin
animé,
 d'un
jeu
vidéo,
d'un
livre
 ou
 d'une
 bande
 dessinée
 à
 partir
 de
 l'univers
 et/ou
 des
 personnages
 de
 l'œuvre
 qu'il
 




























































 13
 DONNAT
 Olivier,
 Les
 amateurs.
 Enquête
 sur
 les
 activités
 artistiques
 des
 Français.
 Paris
:
 Editions
 Documentation
Française,
Mars
1996,
229
pages
 14
SONNAC
Nathalie
et
GREFFE
 Xavier,
Culture
Web
:
créations,
contenus,
économie
numérique…
Paris
:
Dalloz,
 2008,
886
pages.
 
 
 10

  11. 11. apprécie.
 
 Les
 auteurs
 de
 fanfictions
 profitent
 des
 ellipses
 crées
 par
 le
 format
 original
 (un
laps
de
temps
entre
2
épisodes
d’une
série,
entre
2
cases
de
bande
dessinée,
ou
un
 personnage
 dont
 les
 origines
 sont
 mystérieuses)
 et
 comblent
 ces
 vides
 narratifs,
 en
 proposant
leur
version.
C’est
un
exercice
littéraire
consacré,
là
encore,
sur
Internet
:
le
 site
LaSérie.net15,
spécialisé
dans
ce
format,
recense
plus
de
550
fanfictions
sous
forme

 de
 «
saisons
 virtuelles
»
 dont
 environ
 140
 actives
 (c’est
 à
 dire
 encore
 nourries
 de
 nouveaux
épisodes
régulièrement).
 Fanzines
puis
webzines
et
enfin
fanfictions,
ont
conduit
largement
à
l’émergence
 des
web
séries.
Ces
dernières
s’inscrivent
dans
la
continuité
de
ces
pratiques
amateurs
:
 en
effet,
elles
prolongent
la
volonté
de
s’impliquer
dans
un
format
épisodique,
passant
 d’un
 exercice
 littéraire
 à
 un
 exercice
 audiovisuel,
 rendu
 possible
 par
 les
 améliorations
 techniques
et
numériques
du
Web.
Écrire
et
réaliser
une
web
série
n’est
cependant
par
 perçu
 par
 tous
 les
 amateurs
 qui
 s’y
 engagent
 de
 la
 même
 façon
:
 une
 volonté
 de
 divertissement
 s’oppose
 effectivement
 à
 une
 volonté
 de
 se
 montrer,
 ce
 qui
 est
 parfaitement
visible
lorsque
l’on
analyse
les
4
web
séries
suivantes.
 
 c. Divertissement
 et
 égocentrisme
:
 analyse
 croisée
 des
 4
 web
séries
amateurs
 1. Créer
 pour
 (se)
 divertir
:
 Mozinor,
 Décide
 toi
 Clément
 Mozinor
 fait
 partie
 des
 précurseurs
 des
 web
 séries.
 En
 effet
 depuis
 2004,
 cet
 auteur
 anonyme
 s’approprie
 des
 séquences
 filmiques
 de
 tout
 nature
 (films,
 actualités,
 discours
politiques,
séries
télévisées,
etc.)
pour
les
recombiner
en
un
format
sériel.
Tout
 son
 travail
 réside
 dans
 l’enregistrement
 puis
 dans
 le
 montage
 des
 séquences
 et
 enfin
 dans
 le
 doublage
 des
 personnages
 qui
 n’a
 plus
 rien
 en
 commun
 avec
 la
 bande
 son
 originale.
Son
dispositif
pour
réaliser
la
série
Mozinor,
se
résume
à
un
ordinateur
et
un
 casque
équipé
d’un
micro16.
161
épisodes
d’environ
2
minutes
sont
disponibles
en
ligne,
 à
raison
de
2
à
4
épisodes
par
mois
depuis
4
ans.
Si
cette
recombinaison
d’images
à
La
 classe
américaine17,
n’a
aucun
autre
objectif
que
de
divertir
les
internautes
qui
partagent
 




























































 15
http://www.laserie.net/
 16
Description
officielle
de
Mozinor
sur
son
site
«
Mozinor
réalise
tout,
et
tout
seul,
en
branchant
un
micro
 sur
son
PC
le
soir
pour
se
détendre
en
rentrant
du
boulot
(qui
n'a
rien
voir
avec
les
médias
ou
l'audiovisuel):
 Dialogues,
 Doublages,
 bruitages,
 trucages,
 mixages,
 montage,
 maintenance
 et
 design
 du
 site,
 entretien
 des
 sanitaires.
»
http://www.mozinor.com/lisez_moi.htm
 17
La
Classe
américaine
est
un
film
de
1993,
écrit
et
réalisé
par
Michel
Hazanavicius
et
Dominique
Mézerette.
 Il
 est
 exclusivement
 composé
 d'extraits
 de
 vieux
 films
 appartenant
 au
 catalogue
 de
 la
 Warner,
 montés
 et
 doublés
afin
de
créer
un
nouveau
film
inédit.
Jamais
édité
en
VHS
ou
DVD,
il
a
été
diffusé
la
première
fois
sur
 Canal+
le
31/12/1993.
 
 11

  12. 12. ces
 contenus,
 Mozinor
 pose
 des
 problèmes
 d’appropriation
 de
 contenus
 et
 de
 droits
 d’auteur
que
nous
soulèverons
plus
tard
dans
ce
mémoire.
 Dans
 la
 même
 optique
 de
 divertissement,
 Décide
 Toi
 Clément,
 est
 une
 série
 produite
par
Paul
Paulsen,
étudiant
d’une
vingtaine
d’années
en
sciences
politiques
dont
 les
 passions
 pour
 les
 nouvelles
 technologies
 et
 le
 cinéma
 l’ont
 poussé
 à
 tourner
 sa
 propre
 web
 série.
 Elle
 met
 en
 scène
 Clément,
 un
 jeune
 homme
 maladroit
 dont
 le
 quotidien
est
bouleversé
le
jour
où
il
quitte
le
foyer
de
ses
parents.

7
épisodes
ont
déjà
 été
 tournés
 d’une
 durée
 variable
 entre
 10
 et
 40
 minutes,
 dont
 la
 particularité
 réside
 dans
 le
 fait
 que
 les
 internautes
 sont
 invités
 à
 voter
 pour
 leur
 suite
 préférée
 à
 la
 fin
 de
 chaque
épisode.
En
conséquence,
la
diffusion
des
épisodes
n’est
pas
régulière
et
la
suite
 se
 fait
 souvent
 attendre
 pendant
 plus
 d’un
 mois.
 Pour
 la
 réalisation
 des
 6
 premiers
 épisodes,
Paul
a
toutes
les
tâches
:
il
recrute
des
acteurs
bénévoles
dans
son
entourage
 (Clément
 est
 joué
 par
 son
 meilleur
 ami),
 écrit
 le
 scénario,
 monte
 le
 site,
 filme,
 dirige,
 réalise
le
montage,
cherche
la
bande
son…
Cette
polyvalence
se
perçoit
à
l’écran
:
elle
est
 trahie
par
une
prise
de
son
de
qualité
mauvaise
dans
les
aigus
et
dont
les
parasites
sont
 omniprésents
 (épisode
 2)
 ou
 encore
 par
 l’éclairage
 insuffisant
 des
 scènes
 tournées
 en
 extérieur
(épisodes
3
et
4).
La
réalisation
est
possible
en
grande
partie
par
l’implication
 et
 la
 participation
 des
 bénévoles
 remerciés
 en
 fin
 de
 générique
:
 «
merci
 à
 tous
 les
 acteurs
 qui
 ont
 aidé
 avec
 le
 tournage
»
 (épisode
 3).
 
 La
 réalisation
 amateur
 est
 aussi
 visible
 par
 le
 montage
 des
 séquences,
 expérimental
:
 il
 avoue
 avoir
 «
tout
 tenté
:
 les
 flashbacks,
les
imaginations
irréalistes,
les
parodies
kitch,
les
scènes
de
baston,
les
clips,
 les
 séquences
 émotionnelles,
 le
 burlesque,
 etc.…»18
 Ce
 qui
 bouleverse
 la
 cohérence
 de
 l’ensemble.
 Le
 dernier
 épisode
 datant
 de
 février
 2009,
 Paul
 Paulsen,
 cherche
 une
 solution
 pour
 rendre
 sa
 web
 série
 viable
 pour
 une
 deuxième
 saison,
 démarchant
 ainsi
 des
 sponsors
 tout
 en
 convoquant
 les
 avis
 des
 internautes.
 Son
 objectif
 reste
 le
 divertissement
 et
 ses
 apparitions
 à
 l’écran
 sont
 rares19,
 ce
 qui
 n’est
 pas
 le
 cas
 de
 Jonathan
Guillen,
auteur
des
2
autres
web
séries
amateurs.
 
 
 2. L’égocentrisme
:
Le
vilain
petit
Jack,
Lucas
 Le
vilain
petit
Jack
et
Lucas
sont
deux
œuvres
réalisées
par
Jonathan
Guillen.

La
 première
regroupe
25
épisodes
de
4'52
en
moyenne
(de
3'08
à
6'37)
et
visibles
sur
son
 blog.
Un
nouvel
épisode
est
disponible
tous
les
lundis
à
20h,
rendant
sa
périodicité
bien
 réglée.
 Elle
 met
 en
 scène
 Jack
 «
l’homme
 le
 plus
 hypocrite
 que
 vous
 n’ayez
 jamais
 




























































 18
Extrait
rédigé
par
Paul
Paulsen
sur
le
blog
http://www.decidetoiclement.com/fr/blog/
 19
Paul
Paulsen
n’apparaît
que
dans
les
«
making‐of
»

Lost
in
la
décision,
dont
les
4
épisodes
sont
visibles
sur
 le
site
http://www.decidetoiclement.com/fr/bonus.php
 
 12

  13. 13. connu
»20.
 Le
 caractère
 amateur
 de
 cette
 série
 est
 trahi
 par
 un
 certain
 nombre
 de
 critères
:
 la
 qualité
 mauvaise
 des
 images
 dans
 un
 premier
 temps,
 les
 décors
 très
 sommaires,
puis
l’instabilité
des
dimensions
de
son
format,
qui
passe
d’un
format
carré,
 puis
 rectangulaire
 puis
 allongé
 voire
 déformé
 en
 l’espace
 de
 quelques
 secondes
 témoigne
 un
 manque
 de
 précision.
 Enfin,
 la
 qualité
 du
 son
 est
 parfois
 tellement
 mauvaise
qu’elle
nécessite
un
sous
titrage
(épisode
3,
Jack
sous
haute
tension).
Cette
web
 série,
 hébergée
 par
 un
 blog,
 accueille
 également
 les
 impressions,
 les
 sentiments
 et
 le
 quotidien
du
créateur
qui
se
confie,
livrant
ainsi
une
sorte
de
journal
intime.
Les
blogs
 sont
 des
 sortes
 de
 sites
 web
 simplifiés
:
 ils
 ne
 nécessitent
 aucune
 compétence
 en
 programmation,
 de
 nombreuses
 plateformes
 proposant
 leur
 création
 clefs‐en‐main.
 Ils
 constituent
 un
 véritable
 phénomène
 du
 web
 participatif
(16
 blogs
 sont
 créés
 chaque
 seconde21)
et
participent
à
ce
qu’Andrew
Keen
a
nommé
«
la
projection
de
son
égo
dans
 le
cyberespace22
».
En
effet,
la
particularité
essentielle
de
cette
série
réside
surtout
dans
 le
 fait
 qu’elle
 est
 totalement
 autocentrée
 sur
 son
 créateur.
 Entre
 les
 2
 génériques,
 de
 début
 et
 de
 fin,
 le
 nom
 de
 Jonathan
 Guillen
 apparaît
 6
 fois.
 Viennent
 s’ajouter
 à
 cela,
 l’apparition
systématique
de
«
Jack
»
dans
les
titres
des
épisodes
(Je
m’appelle
Jack,
Aide
 moi
Jack,
Jack
sous
haute
tension,
L’enfance
perdue
de
Jack,
Jack
vs
Charlie…)
et
une
voix
 off
qui
utilise
constamment
la
première
personne
du
singulier.
Considérons
maintenant
 plus
profondément
le
contenu,
à
travers
l’analyse
d’un
épisode,
le
troisième
:
«
Jack
sous
 haute
 tension
».
 L’épisode,
 d’une
 durée
 totale
 de
 4’07
 comprend
 52
 plans.
 Sur
 ces
 52
 plans,
Jonathan
Guillen
est
présent
dans
43,
dont
39
où
il
est
seul.

En
d’autres
termes,
 75
 %
 du
 contenu
 est
 centré
 sur
 la
 personne
 de
 Jonathan
 Guillen.
 Ce
 caractère
 égocentrique
est
rapidement
décelé
par
les
internautes,
à
en
croire
leurs
commentaires
:
 le
25
février
2008,
soit
après
la
diffusion
du
2e
épisode
célineping
reproche
à
l’auteur
de
 la
série
d’être
«trop
présent
».
Malgré
de
nombreux
commentaires
qui
abondent
dans
ce
 sens,

Jonathan
Guillen
n’a
pas
fait
évolué
sa
série,
qui
reste
«
un
soi
exprimé23
».
 Mieux,
 Jonathan
 Guillen
 s’est
 lancé
 dans
 la
 production
 d’une
 deuxième
 série
 le
 15
mars
2009
:
Lucas.
Lucas
est
un
jeune
homme
qui
se
confie
à
sa
caméra,
en
plan
fixe,
 pendant
 environ
 2
 minutes
 et
 en
 une
 seule
 prise,
 dans
 un
 objectif
 thérapeutique.
 Le
 dispositif
 n’est
 plus
 seulement
 égocentrique,
 il
 devient
 narcissique.
 Les
 internautes
 ayant
 voté
 à
 32%
 pour
 «
l’arrêt
 du
 massacre
»,
 Lucas
 s’arrêtera
 après
 seulement
 2
 épisodes,
le
22
mars
2009.

 




























































 20
Synopsis
officiel
 21
Source
:
Technorati
 22
KEEN
Andrew,
Le
culte
de
l’amateur
:
comment
Internet
détruit
notre
culture.
Paris
:
Scali,
2008,
p82
 23
ALLARD
 Laurence,
 Le
 tournant
 expressiviste
 du
 web,
 in
 Médiamorphoses
 n°21.
 Paris
:
 Armand
 Collin,
 septembre
2007,
p
58
 
 13

  14. 14. Les
 blogs
 et
 la
 notion
 d’égocentrisme
 pose
 la
 question
 de
 la
 créativité
:
 tout
 internaute
peut‐il
être
créateur
?
Sur
ce
débat,
2
thèses
s’opposent.
La
première,
critique
 très
 virulente
 des
 pratiques
 d’autodiffusion,
 est
 celle
 d’Andrew
 Keen
 qui
 déplore
 la
 «
transformation
 de
 la
 culture
 en
cacophonie,
 en
 un
 univers
 où
 tout
 le
 monde
 veut
 se
 diffuser,
 mais
 où
 personne
 n’écoute
 personne24
».
 Il
 défend
 la
 thèse
 que
 le
 nombre
 de
 talents
 n’est
 pas
 infini,
 quelques
 soient
 les
 outils
 techniques
 disponibles
:
 la
 quantité
 n’est
 donc
 pas
 gage
 de
 qualité.
 A
 l’inverse,
 pour
 Olivier
 Blondeau,
 l’autoproduction
 remobiliserait
une
partie
de
la
population
anciennement
active
qui
ne
s’exprimait
plus.
 Il
 rejoint
 en
 quelque
 sorte
 l’idée
 d’une
 absence
 de
 mise
 en
 concurrence,
 idéalisée
 par
 Marx
dans
ses
Manuscrits
en
1944,
où
la
création
ne
serait
soumise
qu’à
la
seule
critique
 de
son
créateur.
Cette
mise
en
perspective
prouve
que
le
débat
n’est
pas
nouveau
et
qu’il
 reste
encore
insoluble.
 
 Comme
 nous
 le
 voyons
 donc
 ici,
 la
 production
 de
 contenus
 autoédités
 sériels
 reste
celle
d’une
toute
petite
minorité
des
internautes.
Les
amateurs
se
rendent
visibles
 dans
 une
 recherche
 de
 notoriété
 et
 de
 reconnaissance
 par
 un
 public
 très
 ciblé
 appartenant
 à
 une
 communauté
 restreinte,
 qu’Internet
 leur
 permet
 d’atteindre.
 Ils
 ont
 ainsi
des
motivations
bien
différentes
de
celles
des
auteurs
professionnels.
 
 3. Les
productions
professionnelles

 Elles
 constituent
 donc
 l’essentiel
 des
 web
 séries
 disponibles
 sur
 la
 Toile.
 De
 la
 même
façon
que
les
productions
amateurs,
leurs
contenus
se
partagent
entre
un
objectif
 artistique
 et
 un
 objectif
 de
 vitrine,
 surtout
 commercial
 pour
 cette
 catégorie,
 abondant
 dans
le
sens
d’Andrew
Keen
:
«
Le
web
2.0
est
censé
donner
la
parole
à
l’amateur,
mais
 en
 vérité
 (…)
 c’est
 la
 voix
 de
 l’entreprise
 au
 budget
 publicitaire
 astronomique
 qui
 domine
la
clameur25
»
J’ai
choisi
d’extraire
de
ma
typologie
une
ou
trois
web
séries
pour
 chaque
 partie
 dont
 l’analyse,
 caractéristique,
 fait
 sens.
 Elles
 sont
 pourtant
 plus
 nombreuses,
comme
le
montre
le
graphique
de
la
page
9.
 
 a. Les
 créations
 audiovisuelles
 remarquables
:
 Fixion,
 The
 Coat
 On
 ne
 peut
 pourtant
 réduire
 l’expression
 des
 professionnels
 à
 une
 stratégie
 publicitaire.
 Dans
 l’exploration
 de
 mon
 corpus,
 j’ai
 découvert
 des
 web
 séries
 dont
 la
 qualité
 de
 l’image
 et
 du
 scénario
 est
 comparable
 à
 des
 productions
 télévisuelles
 capables
 de
 rassembler
 des
 millions
 de
 téléspectateurs.
 
 Parmi
 elles,
 Fixion,
 créée
 par
 




























































 24
KEEN
Andrew,
Le
culte
de
l’amateur
:
comment
Internet
détruit
notre
culture.
Paris
:
Scali,
2008,
p26
 25
KEEN
Andrew,
Le
culte
de
l’amateur
:
comment
Internet
détruit
notre
culture.
Paris
:
Scali,
2008,
p136
 
 14

  15. 15. Fouad
Benhammou,
réalisateur
de
courts
métrages,
est
une
série
fantastique
composée
 de
 12
 épisodes.
 Elle
 met
 en
 scène
 Hix,
 une
 jeune
 femme
 qui
 découvre
 qu’elle
 est
 un
 personnage
 de
 fiction.
 Découvrant
 qu’elle
 est
 destinée
 à
 disparaître,
 car
 elle
 ne
 correspond
plus
au
désir
du
créateur,
elle
décide
de
l’affronter.
Le
décalage
par
rapport
 aux
 séries
 amateurs
 est
 bien
 visible
 dans
 la
 richesse
 de
 la
 réalisation
:
 entouré
 d’une
 équipe
 d’une
 vingtaine
 de
 personnes,
 le
 réalisateur
 utilise
 une
 palette
 de
 techniques
 cinématographiques
 extrêmement
 riche
 (champs/contrechamps,
 travellings,
 plongées,
 successions
de
plans
américains,
généraux,
d’inserts….)
utilisées
à
des
fins
bien
précises
 pour
 tenir
 en
 haleine
 l’internaute.
 La
 particularité
 de
 cette
 web
 série
 qui
 fonctionne
 à
 petit
 budget,
 est
 que
 son
 créateur
 a
 démarché
 des
 acteurs
 pour
 les
 convaincre
 de
 participer
 à
 sa
 production,
 en
 jouant
 bénévolement.
 Séduits
 par
 le
 concept,
 plus
 de
 70
 acteurs
 connus
 ont
 accepté,
 parmi
 lesquels
 Zoé
 Félix,
 Sergi
 Lopez,
 Mélanie
 Laurent,
 Bruno
 Salomone,
 Bérénice
 Bejo…
 La
 série
 remporte
 un
 franc
 succès,
 et
 acquiert
 une
 grande
 visibilité
:
 elle
 sera
 primée
 au
 festival
 international
 du
 film
 de
 télévision
 de
 Luchon
en
2008
sous
la
mention
spéciale
meilleure
web
série,
catégorie
qui
deviendra
 officielle
à
partir
de
2009.
 The
 Coat
 est
 une
 autre
 web
 série
 fantastique,
 créée
 par
 Benoît
 Lamouche
 et
 Mathieu
Callière.
Elle
compte
5
épisodes
au
17
avril
2009
(date
de
consultation
du
site)
 d’une
 durée
 moyenne
 de
 6’23.
 The
 Coat
 prend
 pour
 toile
 de
 fond
 la
 question
 environnementale
:
Un
homme
se
réveille
dans
un
monde
dévasté
par
les
catastrophes
 écologiques.
 Il
 est
 amnésique
 mais
 subit
 des
 violents
 souvenirs
 repérables
 par
 la
 saturation
du
rouge
dans
les
images
de
ces
flashbacks.
Ces
souvenirs
rythment
l’intrigue
 de
 façon
 rapide
 alors
 que
 le
 personnage
 ne
 bouge
 seulement
 que
 de
 quelques
 pas
 (épisode
 1
 Remémoration).
 Ce
 même
 épisode
 lance
 l’intrigue
:
 l’homme
 trouve
 un
 manteau
dont
les
poches
cachent
de
mystérieux
objets.
 Ces
 deux
 exemples
 témoignent
 de
 la
 volonté
 des
 acteurs
 du
 domaine
 de
 l’audiovisuel
 d’investir
 Internet
 par
 la
 création
 de
 séries.
 Selon
 Médiamétrie,
 89%
 des
 internautes
apprécient
les
vidéos
émanant
de
professionnels
lorsqu’elles
sont
exclusives
 au
web.
L’offre

de
création
va
donc
probablement
encore
se
développer,
en
parallèle
de
 l’offre
croissante
des
contenus
commerciaux.
 
 b. Un
outil
de
promotion
commerciale
:
Libre
comme
l’air
 Très
 éloignées
 de
 «
l’art
 pour
 l’art
»,
 les
 web
 séries
 sont
 également
 parfois
 des
 vitrines
 pour
 des
 contenus
 publicitaires,
 ce
 qui
 n’enlève
 rien
 à
 leur
 statut
 d’œuvres
 audiovisuelles.
 Libre
 comme
 l’air
 est
 une
 commande
 d’Unilever
 pour
 leur
 gamme
 de
 produits
 capillaires
 Sunsilk.
 Elle
 a
 été
 réalisée
 par
 l’agence
 de
 communication
 Rouge,
 
 15

  16. 16. dans
l’objectif
d’acquérir
de
la
visibilité
par
la
présence
sur
les
réseaux
sociaux
et
sur
les
 sites
de
partage
(idée
que
nous
développerons
dans
la
sous
partie
suivante).
Le
contenu
 même
 des
 épisodes
 n’est
 pourtant
 pas
 publicitaire.
 Il
 s’agit
 d’une
 sitcom
:
 les
 12
 épisodes
d’environ
3
minutes
narrent
le
quotidien
de
Chloé,
provinciale
venue
s’installer
 à
 Paris
 pour
 devenir
 comédienne.
 S’il
 est
 souvent
 fait
 allusion
 aux
 cheveux
 et
 à
 la
 coiffure,
le
produit
n’est
pas
présent
dans
les
épisodes.
En
revanche,
il
est
omniprésent
 sur
l’espace
qui
entoure
l’écran
de
visionnage
:
le
contour
est
envahi
de
bannières,
offres
 promotionnelles,
jeux
concours
et
bons
de
réduction.
.

Le
logo
de
Sunsilk
est
présent
au
 moins
 3
 fois
 par
 page
 du
 site.
 L’inscription
 à
 la
 newsletter
 inonde
 votre
 adresse
 électronique
de
spam26
proposant
des
conseils
de
beauté,
des
offres,
des
renseignements
 sur
les
produits
de
toute
la
firme
Unilever.
La
production
d’une
web
série
est
donc
ici,
 une
vitrine
commerciale
qui
permet
de
créer
au
produit
de
la
visibilité
sur
Internet,
avec
 une
cible
féminine
et
très
jeune
(12‐18
ans).
 
 c. Attirer
 de
 l’audience
:
 Dingo
 ou
 mytho,
 Aggravation
 d’un
 état
chronique
et
The
marvellous
flying
box

 Attirer
de
l’audience
reste
l’objectif
premier
des
web
séries
commerciales.
Mais
 parmi
 elles,
 se
 distingue
 Dingo
 ou
 Mytho,
 coproduite
 par
 Marathon
 Digital
 et
 Kabo
 productions
et
créée
par
Alain
Kappauff,
qui
est
également
le
créateur
de
Caméra
Café.

 Tous
les
vendredis,
un
nouvel
épisode
de
2’30
est
disponible
sur
le
portail
MSN.
Elle
met
 en
 scène,
 deux
 stagiaires
 d’une
 agence
 de
 presse,
 responsables
 des
 informations
 insolites,
 invités
 à
 les
 vérifier.
 Dans
 un
 dispositif
 très
 proche
 de
 Caméra
 Café,
 la
 série
 prend
comme
décor
le
monde
professionnel,
et
repose
essentiellement
sur
un
plan
fixe.
 Les
internautes
sont
invités
à
proposer
des
sujets
insolites
et
votent
pour
déterminer
la
 véracité
des
informations.
 Les
 créateurs
 de
 la
 série
 ne
 s’en
 cachent
 pas
:
 il
 s’agit
 de
 «
faire
 circuler
 les
 vidéos
dans
la
communauté
MSN
».
Nicolas
Schaettel,
responsable
du
développement
de
 MSN
France
justifie
la
création
de
cette
web
série
:
«
on
sait
que
les
infos
insolites
sont
 propices
 au
 partage
 et
 nous
 voulons
 développer
 nos
 propres
 contenus
».
 Dans
 cette
 otique,
 la
 création
 de
 la
 web
 série
 apparaît
 comme
 une
 stratégie
 pour
 augmenter
 le
 trafic,
c’est
à
dire
la
circulation
des
flux
d'informations,
l’objectif
final
étant
d’augmenter
 l’audience
du
portail
afin
d’attirer
des
annonceurs.
 




























































 26
Courrier
électronique
non
sollicité
envoyé
en
grand
nombre
à
des
boîtes
aux
lettres
électroniques
ou
à
 des
forums,
dans
un
but
publicitaire
ou
commercial.
Définition
du
Larousse
2005
 
 16

  17. 17. Aggravation
d’un
état
chronique
et
The
marvellous
flying
box
fonctionnent
sur
le
 même
principe.
Elles
souhaitent
attirer
des
partenaires
en
leur
proposant
d’acquérir
de
 la
notoriété
à
travers
une
création
audiovisuelle.

Cette
volonté
est
moins
visible
pour
la
 première,
qui
nécessite
d’explorer
le
site
mais
elle
est
assumée
par
les
producteurs
de
 The
 marvellous
 flying
 box,
 la
 société
 de
 production
 Ebuco
:
«
Nous
 vous
 offrons
 l’opportunité
 d’intégrer
 la
 série
 via
 votre
 produit
 ou
 service.
 En
 2
 mots
 nous
 vous
 proposons
 d’être
 le
 partenaire
 exclusif
 des
 capsules,
 de
 prendre
 part
 aux
 scénarios
 et
 d’être
 un
 acteur
 de
 The
 marvellous
 flying
 box
».
 
 Diffusée
 sur
 le
 site
 DH.be,
 site
 de
 la
 Dernière
 Heure,
 quotidien
 belge,
 la
 série
 a
 ainsi
 permise
 une
 meilleure
 stabilité
 de
 l’audience,
 selon
 Ralph
 Vankriekenveld,
 marketing
 manager
 du
 site,
 «même
 quand
 le
 contenu
informationnel
attire
moins.
Ce
qui
a
permit
d’attirer
de
nouveaux
annonceurs,
 qui
n’avaient
pas
l’habitude
de
travailler
avec
le
quotidien
»

 
 Au
terme
de
cette
première
sous
partie,
nous
sommes
en
mesure
de
dresser
un
 portrait
 des
 web
 séries.
 Même
 si
 les
 frontières
 sont
 de
 plus
 en
 floues
 entre
 eux,
 amateurs
 et
 professionnels
 se
 partagent
 ainsi
 de
 manière
 totalement
 inégalitaire
 l’espace
 d’expression
 audiovisuelle
 que
 représente
 le
 web
 en
 matière
 de
 web
 séries.

 Elles
se
distinguent
aussi
les
unes
des
autres
par
leurs
contenus
:
vitrine
et
création
se
 mélangent,
 et
 poursuivent
 des
 objectifs
 commerciaux,
 artistiques,
 ou
 égocentriques
 et
 participent
à
l’expérimentation
audiovisuelle
du
média
Internet.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 17

  18. 18. B. Les
web
séries
:
des
contenus
gratuits
 La
 totalité
 de
 mon
 corpus
 est
 disponible
 gratuitement
 sur
 le
 web,
 sans
 aucune
 limite
 ni
 de
 durée
 ni
 de
 nombre
 de
 consultations.
 Les
 web
 séries
 sont
 gratuites
 mais
 fonctionnent
essentiellement
sur
un
mode
de
partage
qu’elles
exploitent
dans
l’intention
 de
gagner
en
visibilité
:
en
effet,
toutes
sans
exception
utilisent
les
sites
de
partages
de
 vidéo
tels
Dailymotion
et
YouTube
pour
les
plus
connus
mais
aussi
des
sites
de
partage
 non
 exclusifs
 à
 la
 vidéo
 Facebook
 et
 MySpace.
 Dans
 un
 premier
 temps,
 nous
 verrons
 donc
 comment
 les
 web
 séries
 utilisent
 les
 circuits
 viraux
 avant
 de
 chercher,
 sinon
 un
 modèle
économique,
les
solutions
et
les
tentatives
de
financement
explorées.
 
 1. Une
visibilité
accrue
par
la
diffusion
virale

 a. L’ampleur
 des
 sites
 de
 partage
 de
 vidéos
 et
 des
 réseaux
 sociaux.
 La
 création
 de
 YouTube
 en
 2005
 bouleverse
 les
 usages
 de
 l’audiovisuel
 sur
 Internet
:
 avant
 cette
 date,
 il
 était
 très
 difficile
 de
 mettre
 en
 commun
 des
 contenus
 audiovisuels,
 alors
 que
 le
 partage
 de
 photos
 était
 déjà
 bien
 installé
 dans
 les
 pratiques
 des
 internautes.
 Avec
 You
 Tube,
 dont
 le
 slogan
 «
Broadcast
 Yourself
»

 («
Diffusez
 vous
»)
est
évocateur,
n’importe
quel
internaute
peut
mettre
à
disposition
une
vidéo
dès
 lors
 qu’elle
 ne
 dépasse
 pas
 les
 dix
 minutes
 ou
 les
 cent
 mégaoctets27.
 Le
 succès
 de
 YouTube
 a
 rencontré
 immédiatement
 un
 succès
 foudroyant
:
 en
 juillet
 2006,
 cent
 millions
 de
 vidéos
 sont
 consultés
 chaque
 jour.
 Il
 est
 aujourd’hui
 le
 14e
 site
 le
 plus
 consulté
en
France28.
A
la
30e
place
de
ce
même
classement,
Dailymotion
est
également
 un
 acteur
 important
 du
 domaine
 de
 partage
 de
 vidéo.
 En
 mars
 2009,
 54
 millions
 de
 visiteurs
ont
consulté
les
quelques
15
000
nouvelles
vidéos
disponibles
par
jour.
 Les
réseaux
sociaux
n’ont
pas
non
plus
été
inventés
par
les
internautes.
Le
terme
 «
réseau
 social
»
 est
 utilisé
 pour
 la
 première
 fois
 par
 Barnes
 en
 195429.
 Héritiers
 des
 forums
 et
 des
 blogs,
 les
 réseaux
 sociaux
 proposent
 aux
 internautes
 de
 partager
 leurs
 expériences,
et
de
créer
des
groupes
autour
d’intérêts
communs.
Les
deux
plus
connus
 reste
 Facebook
 et
 MySpace.
 6e
 site
 le
 plus
 visité
 au
 monde
 avec
 275
 millions
 d’utilisateurs
dont
13,7
millions
en
France,
Facebook
est
crée
le
4
février
2004,
par
Mark
 Zuckerberg.
C’est
un
site
fermé
qui
permet
aux
étudiants
de
Harvard
de
communiquer,
 échanger
 des
 informations
 et
 des
 contenus.
 Dans
 un
 premier
 temps
 ouvert
 aux
 autres
 




























































 27
 Octet
:
 Groupe
ou
multiplet
comprenant
huit
éléments
binaires,
souvent
utilisé
comme
unité
de
base
en
 informatique
pour
la
longueur
des
mots,
la
taille
des
mémoires,
etc.
Définition
du
Larousse
2002.
 28
Source
:
Médiamétrie
2007
 29
MERCKLE
Pierre,
Sociologie
des
réseaux
sociaux.
Paris
:
La
Découverte.
Coll
:
Repères,
octobre
2004,
p
11.
 
 18

  19. 19. universités
américaines,
le
site
s’ouvre
au
grand
public
en
2006.
Le
succès
est
là
encore,
 phénoménal,
si
bien
qu’en
2008,
Facebook
a
triplé
son
audience
européenne30.
MySpace
 occupe
également
une
place
de
choix
:
130
millions
de
membres
dans
le
monde
peuvent
 visionner
1,4
milliards
de
vidéos
(le
plus
important
choix
de
vidéos
disponibles
sur
un
 site
communautaire).
 Devant
 cette
 considérable
 audience,
 on
 comprend
 mieux
 la
 volonté
 des
 producteurs
 de
 contenus,
 surtout
 les
 contenus
 commerciaux,
 d’utiliser
 ces
 sites
:
 ils
 se
 nourrissent
 mutuellement,
 convoquent
 des
 millions,
 voire
 des
 milliards
 d’internautes,
 créant
 une
 interconnexion
 généralisée
 et
 donc
 une
 visibilité
 accrue
 pour
 ces
 contenus,
 parrainés
 et
 recommandés.
 Si
 Internet
 n’a
 pas
 inventé
 les
 réseaux
 sociaux,
 ni
 la
 cocréation
 entre
 amateurs
 et
 professionnels,
 
 il
 contribue
 tout
 de
 même
 à
 la
 diffusion
 extrêmement
rapide
et
généralisée
des
contenus
audiovisuels,
permise
notamment
par
 des
évolutions
techniques
tel
le
streaming.
 
 b. La
diffusion
gratuite
en
streaming
 A
 l’exception
 de
 quelques
 web
 séries
 comme
 Décide
 toi
 Clément
 qui
 propose
 également
 un
 téléchargement,
 l’ensemble
 des
 web
 séries
 du
 corpus
 utilise
 la
 diffusion
 par
 streaming.
 Le
 streaming
 est
 «
une
 technique
 de
 diffusion
 multimédia
 qui
 permet
 à
 l’utilisateur
 de
 lire
 un
 contenu
 audio
 ou
 vidéo
 au
 fur
 et
 à
 mesure
 que
 celui
 ci
 se
 télécharge
 de
 l’internet
»31.
 Cette
 technique,
 qui
 facilite
 l’accès
 aux
 contenus
 audiovisuels
 nécessite
 une
 capacité
 importante
 de
 la
 bande
 passante,
 dont
 les
 performances
sont
très
régulièrement
améliorées,
car
la
bande
passante
conditionne
un
 bon
 visionnage,
 une
 bonne
 qualité
 de
 l’image,
 qui
 n’est
 pour
 l’instant
 pas
 celle
 de
 télévision.
 Le
 streaming
 s’oppose
 directement
 au
 téléchargement
 qui
 suppose
 un
 stockage
 sur
 un
 espace
 disque
 dans
 l’ordinateur
 récepteur.
 Le
 stockage
 des
 contenus
 visionnés
 en
 streaming
 se
 trouve
 donc
 sur
 le
 web.
 La
 question
 se
 pose
 alors
:
 les
 web
 séries,
comme
tout
contenu
disponible
gratuitement,
sont‐elles
vraiment
gratuites
?

 Pour
Andrew
Keen,
«
toutes
ces
choses
que
l’ont
croit
gratuites
nous
coûtent
en
 fait
 une
 fortune
»32.
 S’il
 parle
 davantage
 d’un
 prix
 social
 et
 moral
 de
 l’intervention
 des
 internautes
dans
un
nivellement
des
valeurs
et
l’impact
sur
destruction
de
la
culture,
les
 contenus
 gratuits
 ne
 sont
 en
 effet
 pas
 totalement
 gratuits.
 En
 2005,
 le
 stockage
 de
 10
 




























































 30
ROY
Frederic,
in
CB
News
le
16/04/2009.
 31
SONNAC
Nathalie
et
GREFFE
 Xavier,
Culture
Web
:
créations,
contenus,
économie
numérique…
Paris
:
Dalloz,
 2008,
Glossaire.
 32
KEEN
Andrew,
Le
culte
de
l’amateur
:
comment
Internet
détruit
notre
culture.
Paris
:
Scali,
2008,
p
43.
 
 19

  20. 20. 000
 heures
 de
 contenu
 vidéo
 coutait
 2205$33.
 En
 2007,
 ce
 coût
 a
 chuté
 à
 483$.
 La
 banque
 Sandford
 Bernstein
 Research
 estime
 qu’en
 2015,
 il
 sera
 de
 2$.
 Une
 diffusion
 d’une
 heure
 de
 vidéo
 en
 streaming,
 quant
 à
 elle,
 coûtait
 0,4$
 en
 2005.
 Ce
 coût
 s’est
 vu
 divisé
par
3
en
2008
et
sera
probablement
insignifiant
en
2015.
Pour
un
site
de
partage,
 le
coût
de
la
diffusion
de
vidéos
est
donc
dérisoire,
d’autant
plus
lorsque
l’on
considère
 les
bénéfices
et
les
profits
que
ces
sites
réalisent
dans
leur
revente
:
YouTube,
racheté
en
 2006
 par
 Google
 pour
 une
 somme
 de
 1,65
 milliard
 de
 dollars,
 ne
 fait
 pourtant
 qu’héberger
des
contenus
bénévolement
mis
à
disposition
par
les
internautes
!
 Concernant
les
internautes,
le
téléchargement
de
contenus
gratuits
implique
une
 dépense
 du
 consommateur
 de
 tout
 autre
 ordre.
 Pour
 le
 seul
 accès
 à
 Internet
 (ce
 qui
 englobe
 évidemment
 d’autres
 usages
 que
 le
 visionnage
 de
 vidéos),
 le
 consommateur
 paie
en
moyenne
360€
annuels,
soit
un
peu
plus
que
504$,
auxquels
s’ajoutent
les
400€
 (560$)
d’amortissement
pour
le
matériel
informatique34.
La
gratuité
apparaît
donc
toute
 relative.
 c. La
disponibilité
des
épisodes

 1. Possibilité
 systématique
 d’abonnements
:
 Flux
 RSS
et
newsletters.
 Pour
 s’assurer
 d’une
 visibilité
 encore
 plus
 grande,
 les
 producteurs
 des
 web
 séries
utilisent,
en
complément
de
la
participation
des
internautes
qui
les
font
circuler,
 les
 recommandent
 ou
 les
 parrainent,
 des
 techniques
 propres
 au
 web
 qui
 alertent
 l’internaute
de
la
mise
à
disposition
d’un
nouvel
épisode.
C’est
le
cas
pour
la
totalité
des
 web
séries
qui
proposent
systématiquement
une
forme
d’abonnement.
La
newsletter
est
 un
 «
bulletin
 d'information
 envoyé
 de
 manière
 périodique
 par
 courrier
 électronique
 à
 une
 liste
 de
 diffusion
 regroupant
 l'ensemble
 des
 personnes
 qui
 y
 sont
 inscrites35
»
 est
 utilisée
 par
 73%
 des
 séries
 du
 corpus.
 L’utilisation
 de
 la
 newsletter
 est
 presque
 l’exclusivité
 des
 contenus
 professionnels
:
 Décide
 toi
 Clément,
 est
 la
 série
 amateur
 qui
 confirme
 la
 règle.
 
 En
 revanche,
 l’intégralité
 des
 séries
 propose
 de
 suivre
 l’actualité
 de
 leur
 diffusion
 par
 fil
 RSS.
 Il
 s’agit
 d’un
 «
fil
 de
 nouveautés36
»,
 qui
 rassemble
 tout
 ou
 partie
 des
 derniers
 billets
 ou
 commentaires
 publiés.
 RSS
 signifie
 «
really
 simple
 syndication
»
qui
traduit
la
simplicité
des
mises
à
jour
sans
avoir
à
se
rendre
sur
le
site.
 En
 d’autres
 termes,
 l’auteur
 peut
 envoyer
 à
 tout
 moment
 et
 à
 n’importe
 quel
 endroit
 




























































 33
LE
CHAMPION
Rémy,
L’essor
du
Webcasting,
in,
Culture
Web
:
créations,
contenus,
économie
numérique…
 (SONNAC
Nathalie
et
GREFFE
Xavier)
Paris
:
Dalloz,
2008.
 34
LE
DIBERDER
Alain
et
CHANTEPIE
Philippe,
Révolution
numérique
et
industries
culturelles.
Paris
:
La
 découverte,
septembre
2004,
p89.
 35
Définition
de
wikipédia.org
 36
LE
CHAMPION
Rémy,
L’essor
du
Webcasting,
in,
Culture
Web
:
créations,
contenus,
économie
numérique…
 (SONNAC
Nathalie
et
GREFFE
Xavier)
Paris
:
Dalloz,
2008.
P
542
 
 20

  21. 21. grâce
 à
 la
 mobilité,
 un
 message
 sur
 son
 site
 qui
 sera
 transmis
 à
 l’internaute,
 pour
 peu
 qu’il
ait
accès
à
une
connexion
internet,
depuis
un
ordinateur
ou
un
mobile.
Le
recours
 aux
abonnements
assure
donc
aux
web
séries
un
public
fidèle,
qui
ayant
fait
la
démarche
 de
s’inscrire,
pourra
suivre
les
épisodes
en
se
sentant
privilégié,
tenu
informé
en
temps
 réel.
 
 2. Les
épisodes
manquants

 Si
les
épisodes
sont
facilement
accessibles
la
plupart
du
temps,
Internet
a
cette
 particularité
 de
 rencontrer
 parfois
 des
 problèmes
 techniques,
 ou
 bugs
 informatiques,
 rendant
 certains
 épisodes
 impossibles
 à
 visionner.
 C’est
 le
 cas
 pour
Le
 vilain
 petit
 Jack
 (épisode
 10),
 et
 The
 marvellous
 flying
 box
 (épisode
 4)
 qui
 pour
 des
 raisons
 indéterminées
 ne
 peuvent
 être
 visionnés.
 
 Les
 avantages
 cités
 plus
 haut
 quant
 à
 la
 diffusion
virale
permise
par
les
réseaux
sociaux
et
les
sites
de
partage
s’estompent
dès
 lors
que
l’on
considère
ces
bugs
:
le
partage
fonctionne
car
un
même
format
circule
un
 nombre
 incalculable
 de
 fois.
 Or
 la
 suppression
 de
 cet
 unique
 format
 implique
 que
 l’épisode
 ne
 circule
 plus,
 sur
 aucun
 réseau.
 L’épisode
 est,
 en
 quelque
 sorte,
 «
perdu
».
 Ces
 épisodes
 manquants
 posent
 la
 question
 de
 la
 mémoire
 du
 média
 Internet,
 que
 tentent
 de
 résoudre
 plusieurs
 institutions
 dans
 différentes
 initiatives
 notables.
 Parmi
 elle,
 on
 peut
 citer
 Internet
 Archive37,
 association
 financée
 par
 le
 mécénat
 à
 San
 Fransisco,
qui,
depuis
1996,
«
aspire38
»
les
contenus
d’Internet
donnés
volontairement,
 dans
un
espace
de
stockage
qui
compte
parmi
les
3
plus
importants
au
monde.
La
BNF
 étudie
 également
 en
 collaboration
 avec
 l’INA
 un
 projet
 similaire39
 dans
 le
 but
 d’
 «archiver
 le
 web
 francophone
»
 selon
 Jean
 Noël
 Jeanneney,
 directeur
 de
 la
 BNF.
 Considérant
la
production
amateur
et
dans
une
optique
légèrement
différente,
la
banque
 de
données
Ourmedia
propose
depuis
2004
de
stocker
ses
propres
productions
en
ligne
 où
 amateurs
 et
 professionnels
 se
 retrouvent
 pour
 partager
 leurs
 travaux
 et
 les
 conserver
pour
les
générations
futures.
Considérant
le
nombre
d’initiatives
de
ce
genre,
 la
 question
 de
 la
 mémoire
 d’Internet
 n’a
 visiblement
 pas
 encore
 trouvé
 de
 solution
:
 «
Archivez,
archivez,
il
en
restera
toujours
quelque
chose
»40
 La
diffusion
virale
et
rapide
permise
par
les
réseaux
sociaux
et
les
sites
partages,
 ainsi
 que
 par
 la
 technique
 du
 streaming
 rend
 donc
 très
 facile
 l’accès
 aux
 web
 séries.
 




























































 37
www.archive.org
 38
Terme
utilisé
par
Olivier
BLONDEAU
in
ALLARD
Laurence
et
BLONDEAU
Olivier,
Devenir
media,
l’activisme
sur
 Internet
entre
défection
et
expérimentation.
Editions
Amsterdam,
2007.
 39
BNF,
Expérimentation
sur
le
dépôt
légal
Internet
à
la
BNF
 http://www.bnf.fr/pages/infopro/depotleg/dli_intro.htm
 40
NORA
Pierre,
Les
lieux
de
mémoire,
Paris
:
Gallimard,
1992
 
 21

  22. 22. Pourtant,
 si
 les
 web
 séries
 sont
 gratuites
 d’accès,
 quant
 est‐il
 de
 leur
 production
?
 Existe‐t‐il
 un
 modèle
 économique
 qui
 explique
 cette
 gratuité
et
 garantisse
 la
 pérennité
 ou
au
moins
le
développement
des
web
séries
?
 
 2. La
nécessité
d’un
modèle
économique
 
Une
 visibilité
 et
 une
 notoriété
 sur
 Internet
 ne
 sont
 pas
 gage
 de
 revenus.
 Il
 est
 très
 difficile
 de
 valoriser
 l’effort
 créatif
 lorsqu’il
 n’est
 pas
 accompagné
 d’une
 rémunération.
 L’accès
 aux
 web
 séries
 est
 gratuit,
 car
 les
 auteurs
 en
 ont
 décidé
 ainsi
:
 cette
 gratuité
 choisie,
 souvent
 amalgamée
 avec
 la
 gratuité
 forcée
 liée
 au
 piratage,
 s’explique
 par
 le
 fait
 que
 les
 auteurs
 de
 contenus
 préfèrent
 renoncer
 à
 une
 rémunération
plutôt
que
de
ne
rien
diffuser
du
tout.
Pourtant
la
majorité
des
acteurs
qui
 s’investissent
à
titre
personnel
dans
la
production
de
web
séries,
cherchent
une
façon
de
 ne
 pas
 financer
 le
 produit
 par
 eux
 mêmes
 (la
 production
 d’un
 épisode
 coûte
 entre
 3
 à
 4000€
au
minimum41),
mode
de
financement
temporaire
qui
s’il
est
très
répandu
n’est
 pas
une
solution.
 
 a. La
 publicité
:
 unique
 ressource
 pour
 beaucoup
 de
 web
 séries
 La
publicité
est
la
première
ressource,
quand
elle
n’est
pas
la
seule,
utilisée
par
 les
 créateurs
 de
 web
 séries
 pour
 financer
 leurs
 programmes.
 Elle
 est
 présente
 sous
 différentes
formes,
bannières,
liens
commerciaux,
partenariats,
ou
commandes
directes.
 Si
seules
4
web
séries
sur
30
n’offrent
aucun
espace
publicitaire,
c’est
qu’elles
trouvent
 leur
 financement
 ailleurs
:
 Dark
 elevator
 est
 un
 format
 financée
 par
 la
 CFTC,
 Thanathorama,
bénéficie
du
soutien
du
CNC
et
de
la
Scam,
(que
nous
étudierons
dans
la
 seconde
 partie
 de
 ce
 paragraphe),
 Gaza/Sderot
 et
 Twenty
 Show
 sont
 toutes
 deux
 financées
par
la
chaine
de
télévision
Arte.
Voyons
donc
comment
s’organise
la
relation
 avec
la
publicité
pour
les
28
autres
web
séries.
 
 1. Les
différentes
formes
de
bannières
 Les
bannières
sont
les
plus
utilisées,
certainement
parce
qu’il
s’agit
d’une
forme
 de
 publicité
 exclusive
 au
 web,
 qui
 correspond
 donc
 bien
 aux
 web
 séries.
 Elles
 peuvent
 prendre
 de
 nombreuses
 formes,
 de
 nombreux
 formats42,
 et
 être
 fixes
 ou
 animées.
 La
 bannière
classique
(468x60
pixels)
est
utilisée
par
12
web
séries,
soit
un
peu
plus
d’un
 




























































 41
Interview
de
Nicolas
ragni,
producteur
de
Nous
ne
sommes
pas
des
saints,
par
Erwan
Cario
dans
Ecrans
le
 28/12/2007.
http://www.ecrans.fr/Nous‐ne‐sommes‐pas‐des‐saints‐serie,2899.html

 42
 Voir
 le
 Journal
 du
 Net,
 Les
 formats
 de
 la
 publicité
 en
 ligne
 http://www.journaldunet.com/dossiers/sites/e‐pub/annuaireformats.shtml
 
 22

  23. 23. tiers
 du
 corpus.
 Parmi
 elles,
 
 7
 (le
 vilain
 petit
 Jack,
 Lucas,
 Parole
 d’Ève,
 Howard,
 Fixion,
 Nerdz,
Aggravation
d’un
état
chronique)
ne
choisissent
pas
les
publicités
associées
à
leur
 diffusion
car
elles
ne
possèdent
pas
de
site
propre,
mais
sont
dépendantes
du
site
qui
les
 héberge
 (Dailymotion
 ou
 MySpace
 pour
 la
 majorité).
 Les
 bannières
 génèrent
 des
 revenus
 au
 prorata
 du
 nombre
 de
 clics
 par
 les
 internautes.
 
 On
 parle
 de
 taux
 de
 clics
:
 c’est
 le
 pourcentage
 d'internautes
 exposés
 à
 un
 contenu
 publicitaire
 qui
 ont
 cliqué
 sur
 celui‐ci
afin
de
se
rendre
sur
le
site
de
l'annonceur
ou
de
répondre
à
la
sollicitation
du
 message.
 L’IAB43
 considère
 qu’un
 taux
 de
 clic
 de
 1%
 est
 déjà
 bon.
 Sachant
 qu’accepter
 une
bannière
sur
un
site
moyennement
fréquenté
revient
à
maximum
10cents
par
clic,
 la
rémunération
par
cette
forme
de
publicité
est
très
vite
limitée.
 Les
 bannières
 fixes
 sont
 plus
 discrètes
 que
 les
 bannières
 animées
 qui
 attirent
 l’œil
 vers
 le
 hors‐champ
 de
 l’écran
 de
 visionnage,
 mais
 deux
 formats
 sont
 particulièrement
intrusifs
et
gênent
le
visionnage
:
ce
sont
l’interstitiel
et
le
pop‐under.
 L’interstitiel
 est
 une
 publicité
 présente
 en
 introduction
 d’un
 contenu
 audiovisuel
 pendant
 son
 chargement.
 Tous
 les
 épisodes
 de
 The
 marvellous
 flying
 box
 commencent
 ainsi
par
une
publicité
pour
ses
partenaires
de
financement
d’une
durée
de
10
secondes
 pour
Forté
Pharma
(épisode
1
à
11)
ou
de
13
secondes
pour
Sodexo
(épisode
14
à
20).
 L’épisode
 12,
 Le
 ticket,
 se
 démarque
 par
 l’intégration
 d’un
 pop
 under.
 Il
 s’agit
 d’un
 format
 qui
 apparaît
 pendant
 le
 visionnage
 dans
 l’écran
:
 ici
 il
 s’agit
 d’un
 message
 publicitaire
pour
Sodexo,
parrain
de
l’épisode
en
question
qui
occupe
un
cinquième
de
 l’écran44
 :
 «Boostez
 le
 pouvoir
 d’achat
 de
 vos
 employés,
 offrez
 leur
 les
 chèques
 repas
 Lunch
 Pass
 de
 Sodexo
».
 Si
 l’internaute
 ne
 prend
 pas
 l’initiative
 de
 le
 fermer,
 il
 reste
 visible
pendant
23
secondes,
soit
quasiment
20%
de
la
durée
totale
de
l’épisode
(1’58)

 Les
épisodes
21
à
24
n’intègrent
plus
aucun
de
ces
2
genres
de
publicité
:
n’ont‐ils
pas
 trouver
 d’annonceurs
 ou
 tiennent‐il
 compte
 des
 conseils
 de
 l’IAB
 qui
 rejette
 «
ces
 formats
à
l'encontre
du
message
publicitaire
et
du
Web
»
?
 
 2. Les
partenariats
et
les
placements
de
produits

 Entretenant
 des
 rapports
 plus
 proches
 avec
 les
 annonceurs,
 Putain
 de
 série
 et
 Décide
 Toi
 Clément,
 se
 sont
 engagées
 dans
 des
 partenariats
 alors
 que
 The
 marvellous
 flying
box
fonctionne
avec
des
placements
de
produits.
Putain
de
série
est
parrainée
par
 




























































 43
 Interactive
 Advertising
 Bureau,
 association
 chargée
 de
 structurer
 le
 marché
 de
 la
 communication
 sur
 Internet.
www.iabfrance.com
 44
Voir
annexe
n°
1
p
56.
 
 23

  24. 24. Texto,
 marque
 de
 chaussures.
 Sa
 participation,
 visible
 uniquement
 par
 la
 présence
 du
 logo
en
bas
à
gauche
de
la
page
d’accueil
du
site,
reste
discrète45.

 Paul
 Paulsen
 va
 plus
 loin,
 avec
 Décide
 toi
 Clément,
 entretenant
 une
 relation
 privilégiée
 et
 exclusive
 avec
 Faguo
 shoes,
 marque
 équitable
 qu’il
 a
 choisi
 pour
 son
 éthique.
En
plus
des
2
bannières
permanentes
sur
son
site
et
des
apparitions
régulières
 mais
 très
 discrètes
 des
 chaussures
 dans
 la
 série,
 il
 fait
 tourner
 à
 son
 personnage
 principal,
 2
 publicités
 pour
 la
 marque
 visibles
 sur
 son
 site
 et
 sur
 les
 sites
 de
 partage
 vidéo46.
 En
 contrepartie,
 la
 marque
 insère
 une
 bannière
 sur
 son
 site
 pour
 faire
 la
 promotion
de
la
série.
S’il
n’y
a
aucune
somme
d’argent
impliqué,
il
s’agit
d’un
échange
 mutuel
 entre
 les
 deux
 petites
 entreprises
:
 Paul
 Paulsen
 essaie
 de
 réunir
 un
 maximum
 d’audience
pour
démarcher
les
chaines
et
producteurs
de
télévision
pour
commencer
la
 coproduction
d’une
saison
2
à
partir
de
septembre
2009.

 Éminemment
 plus
 commercial,
 The
 marvellous
 flying
 box,
 qui
 existe,
 rappelons
 le,
 uniquement
 pour
 offrir
 de
 l’espace
 publicitaire
 aux
 annonceurs,
 exploite
 de
 façon
 poussée
le
placement
de
produit.
Forté
Pharma,
laboratoire
pharmaceutique,
finance
les
 interstitiels
 des
 11
 premiers
 épisodes
 pour
 vendre
 une
 gamme
 de
 vitamine.
 Jusqu’à
 l’épisode
6,
le
même
personnage
propose
systématiquement
«
une
petite
vitamine
»
ou
 insiste
 sur
 sa
 forme
 «
super
 vitaminée
»
 extirpant
 le
 flacon
 reconnaissable
 car
 nous
 l’avons
 vu
 quelques
 secondes
 plus
 tôt
!
 Ce
 placement
 de
 produit
 systématique
 et
 qui
 intervient
 entre
 20
 et
 40
 secondes
 seulement
 après
 le
 début
 de
 l’épisode
 agace
 les
 internautes
à
en
croire
leurs
commentaires.
Le
28
novembre
2008,
après
la
diffusion
du
 deuxième
épisode,
Jean
Marc
écrit
:
«
Alors
quoi
?
C’est
sponsorisé
par
des
pilules
alors
 le
 même
 gars
 va
 en
 proposer
 dans
 tous
 les
 épisodes
?
».
 Le
 placement
 de
 produit
 participe
 donc
 certes
 au
 financement,
 mais
 il
 est
 également
 dangereux
 car
 il
 est
 rapidement
décelé
par
les
internautes
et
peut
entrainer
une
désaffection
du
public.
 
 3. Les
 commandes
 directes
:
 Dark
 elevator,
 Libre
 comme
l’air
 Les
contenus
financés
avant
leur
production
ne
rencontrent
évidemment
pas
les
 problèmes
 de
 rentabilité
 qui
 justifient
 l’insertion
 de
 bannières
 ou
 de
 produits.
 C’est
 le
 cas
 de
 Dark
 elevator
 et
 de
 Libre
 comme
 l’air,
 qui
 sont
 toutes
 les
 deux
 des
 commandes
 directes.
 Ayant
 déjà
 étudié
 Libre
 comme
 l’air,
 je
 m’attarderai
 uniquement
 sur
 Dark
 elevator.
 Elle
 émane
 d’un
 syndicat
 de
 salariés,
 la
 CFTC
 (Confédération
 Française
 des
 







 

×