Trames Petit Chaperon Rouge

522 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
522
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
99
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Trames Petit Chaperon Rouge

  1. 1. TRAMES DU « PETIT CHAPERON ROUGE » Les élèves ont appri à broder une histoire à partir de ces trames données par la conteuse professionnelle. LA FILLE ET LE LOUP France (Velay) - une fillette n’ira voir sa mère que lorsqu’elle aura usé ses habits de fer - le jour venu, elle prend du pain, du fromage et du beurre et elle part voir sa mère - à un croisement de chemins, elle rencontre un loup - elle refuse de lui donner à manger - le loup lui demande quel chemin elle prend ; il prend l’autre, arrive le premier chez la mère - il la tue, mange et met un peu de sa chair dans l’armoire, un peu de son sang dans la marmite et s’installe dans le lit - comme elle n’arrive pas à ouvrir la porte, la fillette passe par la chatière - la fillette demande à manger ; l’homme lui indique la viande dans l’armoire, le chat la prévient mais la « grand-mère » lui conseille de le chasser - la fillette demande à boire ; l’homme lui indique le vin dans la marmite, un oiseau la prévient mais la « grand-mère » lui conseille de le chasser - la fillette veut dormir, elle va se coucher, s’étonne de la longueur des ongles/cheveux/dents de sa « grand-mère ». « C’est pour te manger ! » L’OGRESSE POILUE Italie - une fillette capricieuse va chez sa grand-mère pour lui emprunter un objet ; elle a son goûter dans un panier - sur le chemin, elle rencontre un fleuve, puis une porte qui la laissent passer en échange d’une partie du goûter (des gâteaux pour le fleuve, de la graisse pour la porte) - elle arrive chez la grand-mère qui la fait entrer par la fenêtre - la grand-mère a en fait été mangée par l’ogresse qui n’a laissé que ses dents à cuire dans une casserole, et son sang dans une bouteille - la fillette demande à manger et à boire ; l’ogresse lui indique le contenu de la casserole (« des haricots ») mais la fillette les trouve trop durs, puis le contenu de la bouteille (« du vin ») mais la fillette le trouve bizarre - l’ogresse l’invite à se coucher - au lit, la fillette s’étonne des poils sur la main, les bras, la poitrine et le ventre de sa « grand- mère » qui donne chaque fois une explication - puis la fillette s’étonne de l’existence de la queue - elle demande à aller aux toilettes ; l’ogresse lui attache une corde autour du corps et la descend dans l’étable par la trappe - une fois hors de vue, la fillette attache la corde à un animal et s’enfuit en criant : « ogresse poilue ! » - l’ogresse, qui a ramené la chèvre, poursuit la fillette - l’ogresse demande à la porte d’arrêter la fillette mais la porte refuse, puis au fleuve mais le fleuve emporte l’ogresse
  2. 2. BOUDIN-BOUDINE France - un garçon est envoyé porter du boudin tout frais aux voisins et à sa grand-mère - les voisins prennent le boudin - en continuant le chemin vers chez la grand-mère, le garçon rencontre un loup à qui il explique ce qu’il fait - le loup arrive avant lui chez la grand-mère, il le voit appeler sa grand-mère pour entrer - la grand-mère demande au garçon de montrer patte blanche, ce qu’il fait - le garçon comprend que le loup est tout près, il presse la grand-mère d’ouvrir - quand le garçon est entré, le loup frappe à la porte - la grand-mère lui demande de montrer patte blanche, ce qu’il fait, mais sa patte est noire - la grand-mère n’ouvre pas - le loup trempe sa patte dans une bouillie blanche mise dehors à refroidir dans un pot ; il le renverse - il montre sa patte devenue blanche ; la grand-mère hésite à ouvrir, elle a un peu peur - elle finit par voir la bouillie renversée dehors, alors elle prend son balai et chasse le loup à grands coups - le garçon a peur de rentrer, il met du temps à partir de chez la grand-mère - il finit par rencontrer son père venu le chercher - ils rencontrent le loup et le père le tue avec un bâton - on fait un habit au garçon avec la peau du loup LA PETITE AICHA ET LE GRAND-PERE BOUISSA Maroc - Aïcha, qui vit avec ses parents, s’occupe tous les jours de son vieux grand-père Bouissa malade : elle frappe à la porte, annonce sa présence et fait tinter ses bracelets pour que le grand-père lui ouvre depuis son lit - un jour, l’ogre la surprend - le lendemain, l’ogre imite Aïcha mais sa voix est trop grave et le grand-père le reconnaît - sur le conseil de sa mère, l’ogre enduit son visage de miel ; les fourmis, en le mangeant, nettoient sa gorge - l’ogre retourne chez le grand-père et imite Aïcha : sa voix est douce ; il fait tinter une chaîne - le grand-père ouvre la porte et l’ogre le mange - quand Aïcha arrive, elle ne reconnaît pas la voix de son grand-père ; elle aperçoit l’ogre par la fenêtre - elle bloque la porte de l’extérieur et court chercher du secours - les hommes du village mettent le feu à la maison, l’ogre brûle - le lendemain, un arbre a poussé à la place de la maison : le « chêne de l’ogre »
  3. 3. LE LEOPARD Chine - une mère laisse ses filles pour aller voir la grand-mère avec son fils - sur le chemin, elle rencontre le léopard - le léopard finit par la convaincre de se reposer ; il lui peigne ses cheveux et arrache un morceau de peau pour le dévorer, puis un autre et encore un autre, et la dévore tout entière - il dévore le garçon, met ses os dans le panier et le manteau de la mère sur lui - il revient à la maison et, imitant la mère, demande aux filles de lui ouvrir - les filles s’étonnent de la taille de ses yeux, puis de la présence de boutons sur le visage, mais la « mère » a chaque fois une explication - les filles ouvrent et tout le monde se couche - dans le noir, la « mère » ronge les os et dit que ce sont des betteraves ; les filles en réclament et reconnaissent un os de leur frère - elles s’enfuient et se réfugient dans un arbre de la cour - de là, elles appellent la « mère » en lui vantant ce qu’elles voient d’en haut - pour monter les rejoindre, la « mère » s’installe dans un panier suspendu à une corde que les filles tirent ; elles lâchent à quelques mètres de hauteur - la « mère » se fait mal, reconnaît qu’elle est un léopard et menace de revenir les manger la nuit suivante - pendant la journée, alors que les filles pleurent, un marchand d’œufs leur donne un œuf et leur conseille de le mettre dans la cheminée ; un chasseur de scorpions leur donne un scorpion à mettre dans une cruche d’eau ; une marchande d’aiguilles leur donne une aiguille à mettre dans un coussin ; un marchand de gourdins leur donne un gourdin à mettre au-dessus du portail ; les filles suivent les conseils - la nuit, le léopard arrive, cherche en vain les filles - il veut faire du feu mais l’œuf lui explose à la figure - il veut se rafraîchir avec de l’eau mais le scorpion le pique - il tombe sur la chaise et l’aiguille le pique - il ouvre le portail et le gourdin le tue - les filles vivent heureuses

×