Les soins de fin de vie au Canada :
Une approche fondée sur des principes pour
encadrer l’aide à mourir
Dr
Jeff Blackmer
V...
Activités de l’AMC dans le dossier
des soins de fin de vie
Mise à jour depuis notre dernière rencontre
à Ottawa
Activités dans le dossier des soins de fin de vie
L’AMC :
•a révisé sa politique sur l’aide à mourir en fonction des
comme...
Intervention de l’AMC dans l’affaire
Carter c. Canada
Le 15 octobre 2014
Dans l’affaire Carter c. Canada, l’AMC est intervenue en
tant qu’amie de la cour pour présenter les éléments clés
suivants...
Le 6 février 2015
 Décision : le pourvoi est accueilli
L’alinéa 241b) et l’article 14 du Code criminel
portent atteinte d...
« Une approche fondée sur des
principes pour encadrer l’aide à
mourir au Canada » -- Un
document de l’AMC
Une approche fondée sur des principes
pour encadrer l’aide à mourir
Dix principes :
1. Respect de l’autonomie du patient
2...
Recommandations :
1. Critères d’admissibilité du patient à l’aide médicale à mourir
2. Processus proposé pour la prise de ...
Processus de consultation
 Juin et juillet 2015
 Sondage en ligne (1407 réponses)
 Dialogue en ligne (595 participants)...
Consultation des membres de
l’AMC
Principaux résultats du sondage en ligne
À la suite de la décision rendue par la Cour suprême
du Canada concernant l’aide médicale à mourir, envisageriez-vous de
f...
Si oui : fourniriez-vous une aide médicale à mourir à une
personne dont les souffrances sont de nature strictement
psychol...
Si oui : fourniriez-vous une aide médicale à mourir à une
personne qui n’est pas atteinte d’une maladie en phase
terminale?
Dans l’éventualité où un médecin refuserait de fournir une
aide médicale à mourir, que devrait-il être tenu de faire?
Selon vous, quel rôle l’AMC devrait-elle jouer en ce qui
concerne l’aide médicale à mourir?
%
Envisageriez-vous de fournir une aide médicale à mourir à
un patient qui vous en ferait la demande?
(comparaison 2014-2015...
Forum électronique du CMFC : Êtes-vous d’accord avec la récente
décision de la Cour suprême qui invalide les articles du C...
Forum électronique du CMFC : Aideriez-vous un patient en fin
de vie à mourir s’il en faisait la demande, en supposant que ...
Consultation des membres et des
intervenants de l’AMC
Questions stratégiques clés
et réponses
1. Quels devraient être le processus à suivre après que le patient a
demandé l’aide médicale à mourir?
2. La Cour suprême ...
• L’idée selon laquelle il faudrait d’abord évaluer les besoins du patient et lui
offrir d’autres options thérapeutiques a...
Pistes de réflexion :
1. Les délais proposés devraient-ils être revus?
2. Le processus devrait-il comprendre une consultat...
Autres indications cliniques
• Les répondants s’entendaient sur le fait que les critères d’admissibilité
énoncés dans le j...
Pistes de réflexion :
1. Quels seraient les critères d’admissibilité appropriés? Devraient-ils être
plus étroits ou plus l...
1. En grande majorité, les répondants croient que le droit du médecin d’agir
selon sa conscience doit être parfaitement re...
2. Les répondants s’entendaient pour dire que le droit à l’objection de
conscience doit être respecté sans entraver la cap...
Options à considérer :
1.Devoir de référer directement le patient à un médecin participant
2.Devoir de référer le patient ...
1. Devoir de référer directement le patient à un médecin participant
POUR
→ C’est la façon la plus directe de faciliter l’...
2. Devoir de référer le patient à un tiers indépendant
POUR
→ Cette option facilite l’accès du patient à un tiers désigné ...
3.Devoir de donner au patient les renseignements complets sur toutes les options
et de lui dire comment avoir accès à une ...
4. Le patient peut accéder lui-même sans référence à une instance distincte
et centralisée pouvant lui offrir des renseign...
Étapes à venir
• Discussion des délégués du Conseil général
et rétroaction
• Utilisation du cadre pour aider à la rédactio...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Session sur les soins de fin de vie au Canada - Dr Blackmer

389 vues

Publié le

Une approche fondée sur des principes pour encadrer l’aide à mourir.

Publié dans : Santé
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
389
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
27
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Stakeholder and member input coalesced around these 3 strategic questions.
  • the framework and the results of the member consultation process with a focus on key issues.
  • Stakeholder and member input coalesced around these 3 strategic questions.
  • Session sur les soins de fin de vie au Canada - Dr Blackmer

    1. 1. Les soins de fin de vie au Canada : Une approche fondée sur des principes pour encadrer l’aide à mourir Dr Jeff Blackmer Vice-président, Professionnalisme médical
    2. 2. Activités de l’AMC dans le dossier des soins de fin de vie Mise à jour depuis notre dernière rencontre à Ottawa
    3. 3. Activités dans le dossier des soins de fin de vie L’AMC : •a révisé sa politique sur l’aide à mourir en fonction des commentaires formulés au Conseil général 2014 •a élaboré et publié un rapport exhaustif sur les soins palliatifs, qui se veut un appel national à l’action pour améliorer l’accès à des soins palliatifs de qualité •a mené une vaste consultation auprès de ses membres et d’intervenants clés au sujet du document « Approche fondée sur des principes pour encadrer l’aide à mourir »
    4. 4. Intervention de l’AMC dans l’affaire Carter c. Canada Le 15 octobre 2014
    5. 5. Dans l’affaire Carter c. Canada, l’AMC est intervenue en tant qu’amie de la cour pour présenter les éléments clés suivants : → L’AMC soutient tous ses membres, quelle que soit leur prise de position en regard de l’aide à mourir → Tout comme la population, la profession médicale est divisée sur la question → Certaines questions pratiques importantes doivent être examinées → Il faut encourager les discussions sur la fin de vie et les intégrer à l’exercice courant de la profession médicale → Le Canada doit adopter une stratégie nationale en matière de soins palliatifs et de soins de fin de vie
    6. 6. Le 6 février 2015  Décision : le pourvoi est accueilli L’alinéa 241b) et l’article 14 du Code criminel portent atteinte de manière injustifiée à l’article 7 de la Charte canadienne des droits et libertés
    7. 7. « Une approche fondée sur des principes pour encadrer l’aide à mourir au Canada » -- Un document de l’AMC
    8. 8. Une approche fondée sur des principes pour encadrer l’aide à mourir Dix principes : 1. Respect de l’autonomie du patient 2. Équité 3. Respect des valeurs du médecin 4. Consentement et capacité 5. Clarté 6. Dignité 7. Protection des patients 8. Imputabilité 9. Solidarité 10. Respect mutuel
    9. 9. Recommandations : 1. Critères d’admissibilité du patient à l’aide médicale à mourir 2. Processus proposé pour la prise de décision 3. Rôle du médecin 4. Responsabilités du médecin consultant 5. Opposition morale à l’aide à mourir Une approche fondée sur des principes pour encadrer l’aide à mourir
    10. 10. Processus de consultation  Juin et juillet 2015  Sondage en ligne (1407 réponses)  Dialogue en ligne (595 participants)  Consultation des intervenants  Consultation individuelle des membres
    11. 11. Consultation des membres de l’AMC Principaux résultats du sondage en ligne
    12. 12. À la suite de la décision rendue par la Cour suprême du Canada concernant l’aide médicale à mourir, envisageriez-vous de fournir une telle aide à un patient qui en fait la demande?
    13. 13. Si oui : fourniriez-vous une aide médicale à mourir à une personne dont les souffrances sont de nature strictement psychologique?
    14. 14. Si oui : fourniriez-vous une aide médicale à mourir à une personne qui n’est pas atteinte d’une maladie en phase terminale?
    15. 15. Dans l’éventualité où un médecin refuserait de fournir une aide médicale à mourir, que devrait-il être tenu de faire?
    16. 16. Selon vous, quel rôle l’AMC devrait-elle jouer en ce qui concerne l’aide médicale à mourir? %
    17. 17. Envisageriez-vous de fournir une aide médicale à mourir à un patient qui vous en ferait la demande? (comparaison 2014-2015) 20144 20154
    18. 18. Forum électronique du CMFC : Êtes-vous d’accord avec la récente décision de la Cour suprême qui invalide les articles du Code criminel interdisant aux médecins d’aider les patients à mourir?
    19. 19. Forum électronique du CMFC : Aideriez-vous un patient en fin de vie à mourir s’il en faisait la demande, en supposant que le patient est consentant et apte à prendre cette décision?
    20. 20. Consultation des membres et des intervenants de l’AMC Questions stratégiques clés et réponses
    21. 21. 1. Quels devraient être le processus à suivre après que le patient a demandé l’aide médicale à mourir? 2. La Cour suprême du Canada a énoncé en termes généraux quels patients pourront bénéficier d’une aide à mourir. Devrait-on inclure d’autres indications cliniques? 3. Certains médecins décideront de ne pas participer à l’aide à mourir en raison d’une objection de conscience. À quels mécanismes les médecins devraient-ils avoir recours pour assurer l’accès des patients à l’intervention? Questions stratégiques clés
    22. 22. • L’idée selon laquelle il faudrait d’abord évaluer les besoins du patient et lui offrir d’autres options thérapeutiques a fait consensus • Les répondants s’accordaient pour dire qu’il faudrait adopter des mesures procédurales pour évaluer les demandes et y répondre et que la mise en place de ces mesures demanderait de l’expertise et de la formation • Il y avait désaccord sur la durée des délais appropriés. Certains voulaient que les délais soient plus courts, d’autres, des délais plus longs. Processus de réponse à une demande
    23. 23. Pistes de réflexion : 1. Les délais proposés devraient-ils être revus? 2. Le processus devrait-il comprendre une consultation obligatoire avec un psychiatre ou un médecin en soins palliatifs? Le médecin consultant devrait-il être un médecin en soins palliatifs? 3. Devrions-nous clarifier davantage les rôles et les étapes à suivre en cas de désaccord sur l’évaluation du patient? Processus de réponse à une demande
    24. 24. Autres indications cliniques • Les répondants s’entendaient sur le fait que les critères d’admissibilité énoncés dans le jugement de l’affaire Carter sont problématiques. Par exemple, qu’est-ce qu’un « problème de santé grave et irrémédiable », sur le plan clinique? • Il y avait désaccord sur l’envergure des critères d’admissibilité appropriés, certains suggérant des critères plus étroits et d’autres, des critères plus larges • Il a été proposé que la durée de la période d’attente (ou de réflexion) soit établie en fonction du pronostic du patient, car une durée universelle ne conviendrait pas à toutes les demandes
    25. 25. Pistes de réflexion : 1. Quels seraient les critères d’admissibilité appropriés? Devraient-ils être plus étroits ou plus larges? 2. Le pronostic (p. ex. maladie en phase terminale ou douleur chronique) devrait-il influer sur le choix du processus? Autres indications cliniques
    26. 26. 1. En grande majorité, les répondants croient que le droit du médecin d’agir selon sa conscience doit être parfaitement respecté → Il y avait désaccord sur les différentes notions d’objection de conscience (opposition, non-participation à l’intervention, non-interférence et participation) Objection de conscience
    27. 27. 2. Les répondants s’entendaient pour dire que le droit à l’objection de conscience doit être respecté sans entraver la capacité du patient à avoir accès à l’aide à mourir → Différentes options visant à concilier les deux droits ont été abordées, notamment le devoir de référer le patient, le devoir de donner au patient des renseignements et l’absence de devoir Objection de conscience
    28. 28. Options à considérer : 1.Devoir de référer directement le patient à un médecin participant 2.Devoir de référer le patient à un tiers indépendant 3.Devoir de donner au patient les renseignements complets sur toutes les options et de lui dire comment avoir accès à une instance distincte et centralisée où obtenir des renseignements, du counseling et un service de référence 4.Le patient peut accéder lui-même sans référence à une instance distincte et centralisée pouvant lui offrir des renseignements, du counseling et un service de référence Objection de conscience
    29. 29. 1. Devoir de référer directement le patient à un médecin participant POUR → C’est la façon la plus directe de faciliter l’accès pour le patient CONTRE → Cette option s’oppose à la notion d’objection de conscience selon laquelle référer le patient est moralement inacceptable → La référence implique une participation forcée à l’aide à mourir; le médecin serait alors lié à un acte qu’il juge moralement inacceptable et en serait complice Objection de conscience – options
    30. 30. 2. Devoir de référer le patient à un tiers indépendant POUR → Cette option facilite l’accès du patient à un tiers désigné qui offrirait des renseignements, du counseling et un service de référence → Elle correspond à la législation adoptée au Québec CONTRE → Cette option s’oppose à la notion d’objection de conscience selon laquelle le devoir de référer est moralement inacceptable → La référence implique une participation forcée à l’aide à mourir; le médecin serait alors lié à un acte qu’il juge moralement inacceptable et en serait complice Objection de conscience – options
    31. 31. 3.Devoir de donner au patient les renseignements complets sur toutes les options et de lui dire comment avoir accès à une instance distincte et centralisée où obtenir des renseignements, du counseling et un service de référence POUR 3.Le patient obtient tous les renseignements pertinents et l’accès au service est facilité 4.C’est l’option la plus acceptable sur le plan moral, car elle tient compte des différentes notions de l’objection de conscience et les respecte, tout en facilitant l’accès au service pour le patient CONTRE 3.Cette option suppose l’existence d’une instance centralisée Objection de conscience – options
    32. 32. 4. Le patient peut accéder lui-même sans référence à une instance distincte et centralisée pouvant lui offrir des renseignements, du counseling et un service de référence POUR →Les médecins qui s’opposent à l’aide à mourir ne sont pas contraints à y participer de quelque façon que ce soit CONTRE →Cette option suppose l’existence d’une instance centralisée →Elle ne facilite d’aucune façon l’accès pour le patient Objection de conscience – options
    33. 33. Étapes à venir • Discussion des délégués du Conseil général et rétroaction • Utilisation du cadre pour aider à la rédaction de lois et de règlements fédéraux et provinciaux

    ×