AZZAM Maria (F.S.Ed) 1
Séquence du Thème 3: Corps humain et santé: L’exercice physique.
La connaissance du corps et de son...
AZZAM Maria (F.S.Ed) 2
Notion 2 :
L’effort physique augmente
la consommation de
dioxygène :
- Plus l’effort est intense,
p...
AZZAM Maria (F.S.Ed) 3
Notions du BO Activités Capacités et Compétences
Notion 1 :
Au cours de l’effort un
certain nombre ...
AZZAM Maria (F.S.Ed) 4
Ces modifications phy-
siologiques permettent un
meilleur approvision-
nement des muscles en
dioxyg...
AZZAM Maria (F.S.Ed) 5
Notion 3 :
B. Les deux circulations :
Il existe deux types de circulation :
- La circulation pulmon...
AZZAM Maria (F.S.Ed) 6
Un bon état cardio-
vasculaire et ventilatoire
est indispensable à la
pratique d’un exercice
physiq...
AZZAM Maria (F.S.Ed) 7
d'étroites limites autour d'une
certaine valeur.
Suite à la section de ce nerf, la pression artérie...
AZZAM Maria (F.S.Ed) 8
Constat : Pour être en bonne santé il faut pratiquer régulièrement une activité sportive. Mais, l’e...
AZZAM Maria (F.S.Ed) 9
Notion 3 :
Les accidents musculo-
articulaires s’expliquent par
une détérioration du tissu
musculai...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

MARIA AZZAM

445 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
445
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
14
Actions
Partages
0
Téléchargements
9
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

MARIA AZZAM

  1. 1. AZZAM Maria (F.S.Ed) 1 Séquence du Thème 3: Corps humain et santé: L’exercice physique. La connaissance du corps et de son fonctionnement est indispensable pour pratiquer un exercice physique dans des conditions compatibles avec la santé. Cela passe par la compréhension des effets physiologiques de l’effort et de ses mécanismes. Constat : Lors d’un effort physique, le fonctionnement de l’organisme est modifié : Essoufflements, palpitations, fatigue … Problématique : Quelles sont les modifications physiologiques à l’effort ? Hypothèses : Chapitre 1 :Des modifications physiologiques à l’effort Notions du BO Activités Capacités et Compétences Notion 1 : La consommation de nutriments dépend aussi de l’effort fourni. Constat : Lors d’un effort physique, les muscles fournissent un travail nécessitant un apport énergétique. Problème ou Question1: Comment l’organisme parvient-il à subvenir à ses besoins énergétiques lors d’un effort physique ? Hypothèse attendue : On suppose que la consommation des nutriments et du dioxygène augmente. I. Adaptation énergétique lors d’un effort : 1. Évolution de la consommation des nutriments au cours d’un effort physique. Au repos, la concentration du glucose dans le sang sortant du muscle est constante. Alors que lorsque le muscle est en activité physique, cette quantité diminue. Et plus l’exercice est intense, plus la quantité de glucose dans le sang sortant du muscle diminue. La concentration sanguine en glucose dans le sang sortant du muscle diminue au cours de l’activité donc le muscle en consomme plus.  Conclusion 1 : Les organes participant à l’effort (muscles surtout) consomment plus de nutriments au cours d’une activité physique. Exploiter des données quantitatives concernant les modifications de la consommation de nutriments à l’effort.
  2. 2. AZZAM Maria (F.S.Ed) 2 Notion 2 : L’effort physique augmente la consommation de dioxygène : - Plus l’effort est intense, plus la consommation de dioxygène augmente; - Il y a une limite à la consommation de dioxygène. Notion 3 : Au cours d’un exercice long et/ou peu intense, l’énergie est fournie par la respiration, qui utilise le dioxygène et les nutriments. Notion 4 : L’exercice physique est un des facteurs qui aident à lutter contre l’obésité. 2. Evolution de la consommation de dioxygène au cours d’un effort physique. Le volume d’O2 consommé au repos est inférieur à celui consommé au cours d’une activité physique. Ainsi, la consommation d’O2 augmente avec la puissance de l’effort. Mais cette consommation augmente pour atteindre une consommation maximale qui stagne jusqu’à arrêt de l’effort. Cette consommation maximale d’O2 varie d’un sujet à l’autre. Il existe donc une limite physiologique de la consommation d’O2 à l’effort. L’intensité respiratoire au repos est inférieure à l’intensité respiratoire au cours de l’effort  Conclusion 2 : La consommation de dioxygène augmente au cours d’un effort physique. Plus l’effort est intense, plus la consommation de dioxygène augmente. Il y a une limite à la consommation de dioxygène à l’effort (VO2 max). 3. Utilisation du dioxygène et des nutriments par les muscles. La respiration désigne la réaction chimique ayant lieu dans les cellules des organes et qui assure la production d’énergie à partir de dioxygène et de nutriments. Une partie de l’énergie libérée est dissipée sous forme de chaleur et l’autre partie est utilisée pour assurer le bon fonctionnement de l’organe. Ce phénomène libère de l’énergie et du CO2 et d’autres déchets.  Conclusion 3 : ??? 4. Lutter contre le surpoids. Bien que de nombreux facteurs puissent agir, l’obésité apparait classiquement comme la conséquence d’un déséquilibre énergétique en faveur d’un bilan énergétique positif ce qui signifie que les apports énergétiques sont supérieurs aux dépenses énergétiques. L’exercice physique assure la diminution du pourcentage de la masse graisseuse de l’individu. Le couplage : exercice physique + régime alimentaire hypocalorique assure la diminution de la masse corporelle ainsi que la diminution de la masse graisseuse.  Conclusion 4 : En effectuant un exercice physique et en suivant un régime hypocalorique, le % de graisse diminue, ainsi, la masse corporelle diminue. Ces deux pratiques favorisent la lutte contre le surpoids Réaliser une ExAO montrant l’évolution de la consommation du dioxygène. Exploiter des données quantitatives concernant les modifications de la consommation de dioxygène à l’effort. Compléter un schéma bilan mettant en relation la consommation des nutriments et du dioxygène et la production de l’énergie par le muscle. Exploiter des données quantitatives concernant les modifications de la quantité de graisse et de la masse corporelle suite à un effort physique.
  3. 3. AZZAM Maria (F.S.Ed) 3 Notions du BO Activités Capacités et Compétences Notion 1 : Au cours de l’effort un certain nombre de paramètres physiologiques sont modifiés : - fréquence cardiaque - volume d’éjection sys- tolique - débit cardiaque - fréquence ventilatoire - volume courant - débit ventilatoire - pression artérielle. Constat : Au cours de l’effort physique, les besoins en dioxygène et en nutriments sont accrus ce qui nécessite un ajustement de la circulation afin d’assurer l’approvisionnement nécessaire aux muscles pour produire l’effort. Problème ou question2 : Quels sont les paramètres mesurables qui varient lors d’un effort physique ? II. Variations physiologiques à l’effort et organisation anatomique : 1. Modifications des paramètres mesurables. *** ce n’est pas une conclusion1 ??? Lors d’un exercice physique :  On respire plus vite : la fréquence respiratoire (nombre de mouvements respiratoires par minute) augmente  On respire plus fort : le volume courant (volume d’ai inspiré ou expiré à chaque mouvement respiratoire, en litre) augmente. Ainsi, le débit ventilatoire (volume d’air ventilé par minute) augmente. DV = FR x VC Lors d’un exercice physique :  Le cœur bat plus vite : la fréquence cardiaque (nombre de battements du cœur par minute, en battements par minute) augmente.  Le cœur bat plus fort : le volume d’éjection systolique (volume de sang éjecté à chaque battement du cœur augmente, en litre) augmente. Ainsi, le débit cardiaque (quantité de sang éjectée par un ventricule pendant la systole) Exploiter des données quantitatives concernant les modifications des paramètres respiratoires au cours de l’effort physique. Exploiter des données quantitatives concernant les modifications des paramètres cardiaques au cours de l’effort physique.
  4. 4. AZZAM Maria (F.S.Ed) 4 Ces modifications phy- siologiques permettent un meilleur approvision- nement des muscles en dioxygène et en nutriments. Notion 2 : L’organisation anatomique facilite cet apport privilégié. augmente. DC = FC x VES  La pression artérielle (pression du sang exercée sur la paroi des artères) augmente. Tous les paramètres mesurés augmentent lors d’un effort physique afin d’amener davantage de dioxygène et de nutriments aux organes en ayant besoin, notamment les muscles, pendant un effort. Constat : Au cours de l’activité physique, les débits cardiaque et ventilatoire augmentent pour assurer, aux cellules, les besoins en nutriments et en dioxygène. Problème ou Question 3: Comment est organisée la circulation sanguine afin de faciliter les apports aux organes pendant un repos et pendant un effort physique ? 2. Des modifications de la circulation sanguine. A. Anatomie du système cardiovasculaire : CCL2 : Le cœur, muscle creux, cloisonné et fonctionnant de façon rythmique, met le sang en mouvement. Un battement cardiaque correspond à un cycle cardiaque comprenant deux phases : - La systole : phase de contraction du cœur durant laquelle le cœur se vide. - La diastole : phase de relâchement du cœur durant laquelle le cœur se remplit de sang. Le sang circule dans trois types de vaisseaux sanguins : - Artères : acheminant le sang du cœur vers les organes. - Veines : acheminant le sang des organes vers le cœur. - Capillaires : petits vaisseaux sanguins permettant les échanges au sein des organes. Le sang circule à sens unique. Ce sens est imposé par les valvules. Dissection du cœur.
  5. 5. AZZAM Maria (F.S.Ed) 5 Notion 3 : B. Les deux circulations : Il existe deux types de circulation : - La circulation pulmonaire : Le sang circule du cœur aux poumons et des poumons au cœur. - La circulation générale : Le sang circule du cœur à tous les organes sauf les poumons. C. La disposition des deux circulations : Les organes dans la circulation générale sont disposés en parallèle (disposition en dérivation). Cette disposition permet une irrigation simultanée de tous les organes par un sang oxygéné. Les deux circulations, pulmonaire et générale, sont disposées en série. Cette disposition entraine un approvisionnement du sang en dioxygène avant de revenir au niveau des muscles et des autres organes. D. Modifications à l’effort : Lors d’un effort physique, le système circulatoire sanguin s’ajuste aux nouveaux besoins des organes : certains organes auront un débit sanguin diminué au profit d’autres organes sollicités lors d’un effort. 3- Sport et santé : CCL3 Un bon état cardiovasculaire et ventilatoire est indispensable à la pratique d’un exercice physique. Si l’une des fonctions est défaillante, le dioxygène et les nutriments ne pourront pas être Manipuler un logiciel de simulation pour comprendre l’organisation et le fonctionnement du système cardiovasculaire. Exploiter des données quantitatives concernant l’effet du sport sur la santé.
  6. 6. AZZAM Maria (F.S.Ed) 6 Un bon état cardio- vasculaire et ventilatoire est indispensable à la pratique d’un exercice physique. amenés en quantité suffisantes aux organes en ayant le plus besoin pendant l’effort, pouvant entraîner des conséquences graves. Notions du BO Activités Capacités et Compétences Notion 1 : Il existe une boucle réflexe de contrôle de la fréquence cardiaque et de la pression artérielle : - des barorécepteurs sensibles à la valeur de la pression artérielle ; - un centre bulbaire intègre les informations issues des baro- récepteurs ; - les informations sont transmises du centre à l’effecteur (cœur) par des nerfs sympathiques et parasympathiques Notion 2 : La boucle de régulation contribue à maintenir la pression artérielle dans Constat : La pression artérielle est une grandeur contrôlée et régulée par le système nerveux. Problématique : Comment la pression artérielle est-elle régulée ? Chapitre 2 :La pression artérielle, une valeur régulée QT1 1. Anatomie du système nerveux. CCL1 La pression artérielle est la pression exercée par le sang sur la paroi des artères. Elle est maintenue dans d’étroites limites autour d’une valeur moyenne (valeur de consigne). Cette stabilité montre qu’il existe un système de régulation de la pression artérielle. Les capteurs de pression artérielle, ou barorécepteurs, sont situés dans le sinus carotidien. Ils envoient des messages nerveux sensitifs jusqu’au bulbe rachidien, qui est le centre nerveux, par le nerf sensitif appelé nerf de Héring. Le bulbe rachidien va alors intégrer les messages et en envoyer d’autres au cœur par l’intermédiaire des nerfs moteurs sympathiques et parasympathiques issus du centre bulbaire. QT2 2. Expériences de sections des nerfs. CCL2 Le nerf parasympathique est un nerf moteur qui transmet le message nerveux moteur du bulbe rachidien au cœur, en passant par la moelle épinière. Exploiter un document LEQUEL ? expliquant le rôle de chaque structure nerveuse de l’arc reflexe. Exploiter un logiciel
  7. 7. AZZAM Maria (F.S.Ed) 7 d'étroites limites autour d'une certaine valeur. Suite à la section de ce nerf, la pression artérielle ainsi que la fréquence cardiaque augmentent. Or la section du nerf élimine son action. De ce fait, on peut conclure que le nerf parasympathique est un nerf cardio- freinateur. Ainsi, sa stimulation provoque la diminution de la pression artérielle et de la fréquence cardiaque. Le nerf sympathique est un nerf moteur qui transmet le message nerveux moteur du bulbe rachidien au cœur, en passant par la moelle épinière. Suite à la section de ce nerf, la pression artérielle ainsi que la fréquence cardiaque diminuent. Or la section du nerf élimine son action. De ce fait, on peut conclure que le nerf sympathique est un nerf cardio- accélérateur. Ainsi, sa stimulation provoque l’augmentation de la pression artérielle et de la fréquence cardiaque. QT3 : 3. Expériences de clampage des nerfs : CCL3 Le clampage de la base du sinus carotidien provoque l’augmentation de la pression artérielle et de la fréquence cardiaque car : - Le récepteur au niveau du sinus carotidien détecte une diminution de la pression artérielle. - Le nerf sensitif de Héring envoie un message nerveux au bulbe rachidien. - Le nerf sympathique est stimulé et un message nerveux moteur est envoyé par ce nerf jusqu’au cœur. - La stimulation de ce nerf provoque une augmentation de la pression artérielle afin de corriger la perturbation détectée. Le clampage de la partie supérieure du sinus carotidien provoque la diminution de la pression artérielle et de la fréquence cardiaque car : - Le récepteur au niveau du sinus carotidien détecte une diminution de la pression artérielle. - Le nerf sensitif de Héring envoie un message nerveux au bulbe rachidien. - Le nerf parasympathique est stimulé et un message nerveux moteur est envoyé par ce nerf jusqu’au cœur. - La stimulation de ce nerf provoque une diminution de la pression artérielle afin de corriger la perturbation détectée. LEQUEL ???? Exploiter un logiciel. LEQUEL ?? Élaborer un schéma fonctionnel pour représenter une boucle de régulation.
  8. 8. AZZAM Maria (F.S.Ed) 8 Constat : Pour être en bonne santé il faut pratiquer régulièrement une activité sportive. Mais, l’exercice physique peut conduire, dans certaines situations, à des blessures des muscles ou des articulations. Problématique : Comment s’expliquent ces accidents musculo-articulaires ? Chapitre 3 :L’activité physique et la santé humaine Notions du BO Activités Capacités et Compétences Notion 1 : Le muscle strié squelettique et les articulations constituent un système fragile qui doit être protégé. Notion 2 : Au cours de la contraction musculaire, la force exercée tire sur les tendons et fait jouer une articulation, ce qui conduit à un mouvement. Problème ou QT1 : Comment le système musculo-articulaire est-il organisé ? I. Organisation du système musculo-articulaire. CCL1 : L’appareil musculo-articulaire comporte : - Les muscles : organe constitué de cellules très allongées plurinucléées contractiles. les fibres musculaires. - Les tendons : rattachent les muscles aux os. - Les articulations : permettent le maintien et le glissement des os entre eux. - Les os Ils forment un système musculo-articulaire fragilisé lors d’un exercice physique Problème ou QT2 : Comment le mouvement d’un membre est-il réalisé ? II. Fonctionnement du système musculo-articulaire et réalisation d’un mouvement : CCL2 : Un mouvement est causé par la contraction du muscle. La contraction du muscle est due au raccourcissement des fibres musculaires. Ce raccourcissement des fibres induit un raccourcissement du muscle qui exerce alors une tension sur l’os auquel il est attaché par le tendon. Manipuler une dissection, maquettes, pour comprendre l’anatomie du système musculo-articulaire. Manipuler une dissection, maquettes, pour comprendre le fonctionnement du système musculo-articulaire.
  9. 9. AZZAM Maria (F.S.Ed) 9 Notion 3 : Les accidents musculo- articulaires s’expliquent par une détérioration du tissu musculaire, des tendons, ou de la structure articulaire. Notion 4 : Des pratiques inadaptées ou dangereuses (exercice trop intense, dopage…) augmentent la fragilité du système musculo- articulaire et/ou provoquent des accidents. Problème ou QT3 : Comment s’expliquent les accidents musculo-articulaires ? III. Les accidents musculo-articulaires : CCL3 Les accidents musculo-articulaires s’expliquent par la lésion d’une des quatre structures de cet appareil. Différents accidents sont connus : - La rupture du tendon désolidarise le muscle de l’os auquel il est normalement relié. - La déchirure musculaire se caractérise par une rupture de la structure profonde du muscle. - Les ligaments liant les os entre eux au niveau de l’articulation peuvent se rompre. Tous ces accidents rendent le mouvement douloureux et souvent impossible. QT4 : IV. La pratique d’une activité physique : CCL4 La pratique d’une activité physique doit être progressive et régulière. En effet, un effort brutal, sans échauffement, peut provoquer des déchirures musculaires et des ruptures des tendons. Ainsi, les pratiques inadaptées peuvent fragiliser les muscles ou les articulations et favoriser leur détérioration. C’est le cas du dopage qui permet d’augmenter la masse musculaire. Mais, cette augmentation ne concerne que les muscles et non les tendons. Les muscles devenus plus puissants, exercent alors une tension trop importante sur les tendons qui se trouvent fragilisés. Interpréter des informations tirées de comptes rendus d’accidents musculo-articulaires (imageries médicales).DOC TEL PAGE TELLE Relier les caractéristiques de l’organisation du muscle aux manifestations d’un accident musculo-articulaire. Extraire et exploiter des informations D’OU ?pour : - Comprendre l’effet sur la santé des sportifs d’une pratique de dopage ; - Déterminer comment se livrer à un exercice physique dans de bonnes conditions de santé.

×