Dom Juan, scènes finales© Caroline REYS
IntroductionRappel : À l’acte IV, Dom Juan reçoit la visite de Monsieur Dimanche (son fournisseur), deDom Louis (son père)...
ACTE V, Scène 5Dom Juan, un Spectre, en femme voilée, SganarelleLe SpectreDom Juan na plus quun moment à pouvoir profiter d...
ACTE V, Scène 6La Statue, Dom Juan, SganarelleLa Statue : Arrêtez, Dom Juan : vous mavez hier donné parole de venir manger...
ProblématiqueEn quoi cette scène finale ouvre-t-elle des perspectives                  d’interprétations ?              Pro...
Le mélange des genres (tragédie et comédie)   Pièce perçue comme un assemblage de moments tragiques et de farce   (comparé...
un dénouement tragiqueFin annoncée comme une menace par le spectre : Dom Juan na plus quun moment à pouvoir profiter de la ...
11 - Des personnages symboliques             © Caroline REYS
11 - Des personnages symboliquesPersonnages apparaissant comme des opposants surnaturels de Dom Juan        1. Le spectre ...
2. L’allégorie du temps qui passe    Même si elle ne prononce rien, son apparition suit logiquement la menace proférée par...
3. La statue du Commandeur                             Au moins autant que le séducteur, c’est elle qui a fait la réputati...
Dom Juan est une pièce à machine comme les affectionnait lepublic de cette moitié du XVII°.Le traité de Sabbatini, Pratiqu...
[Acte V] : Plus une ville consistant en cinq châssis de chaque côté,dont le premier sera de dix-huit pieds et tous les aut...
A - La mise en scène de Louis Jouvet (1947)
A - La mise en scène de Louis Jouvet (1947)À ce moment, Jouvet est lui-même en débat avec le CielSon dieu, c’est Molière e...
C’est à partir de cette mise en scène de Jouvet que le public peut découvrir le chef d’oeuvre de Molière. ➙ Mise en scène ...
À partir de 1954, mises en scènes brechtiennes ; toute lascène française est brechtienne jusqu’en 1968, et plus tard   en ...
B - La mise en scène de Bluwal (1965)Adaptation vue par 12 millions de téléspectateurs   Dom Juan est montré comme une cou...
http://www.youtube.com/watch?v=q_LGO8UHjmc&feature=player_embeddedTémoignage de Michel Piccoli, interprète de DomJuan dans...
La Statue du Commandeur (Don Juan Up to Date),                                 Prince of Waless Theatre, London, 11 June 1...
1993 - Festival d’Avignon, Palais des Papes    Mise en scène de Jacques Lasalle
héatre des Célestins, LYON (69000), FranceStatue du Commandeur de lopéra Don Giovanni devant le théâtre des États (Stavovs...
DON GIOVANNI – San Francisco Opera, Summer 2007Arizona Operas production of Mozarts Don Giovanni:
C - La mise en scène de Daniel Mesguish                 Tout y est accentué :Le comique, la farce : cf Sganarelle (costume...
La scène finale dans cette mise en scène :D. Mesguish est parti des la lumière s’assombrit etnombreuses Dom Juan monte sur ...
«Moi, je ne crois pas que les statues se lèvent et viennent tuer lesgens (...)Or, cela est écrit dans le texte. Alors, que...
Le monument funéraire, visible tout au long de l’acte, semble être le témoin des différentes transgressions et engagements...
Dom Juan, Acte V, scènes 5 et 6 : le dénouement
Dom Juan, Acte V, scènes 5 et 6 : le dénouement
Dom Juan, Acte V, scènes 5 et 6 : le dénouement
Dom Juan, Acte V, scènes 5 et 6 : le dénouement
Dom Juan, Acte V, scènes 5 et 6 : le dénouement
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Dom Juan, Acte V, scènes 5 et 6 : le dénouement

17 194 vues

Publié le

Proposition d'étude de la scène finale de Dom Juan, en lien avec la richesse de son potentiel de mise en scène.
Dom Juan, Molière 1665

Publié dans : Formation, Technologie, Business
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
17 194
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
112
Actions
Partages
0
Téléchargements
52
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Dom Juan, Acte V, scènes 5 et 6 : le dénouement

  1. 1. Dom Juan, scènes finales© Caroline REYS
  2. 2. IntroductionRappel : À l’acte IV, Dom Juan reçoit la visite de Monsieur Dimanche (son fournisseur), deDom Louis (son père), de Done Elvire et de la Statue du Commandeur. Tous les visiteurs sontprésentés comme des importuns (cf « je veux souper en repos au moins, et qu’on ne laisse entrerpersonne »). Dom Juan paraît perdre une part de sa puissance sociale : dérangé chez lui, ilapparaît en position de passivité. Les différentes visites permettent aussi à Dom Juan- d’affirmer ou de réaffirmer son refus de l’engagement économique,familial, aristocratique, conjugal,- et de bafouer l’autorité chrétienne, représentée par Elvire et le sacré de lamort, représenté par la Statue.La logique de la répétition qui préside à l’ensemble signale l’acharnement de Dom Juan en mêmetemps que le renforcement de la menace qui pèse sur le héros : l’étau se resserre en mêmetemps que l’espace. (Benedikte Andersson) ProblématiqueEn quoi cette scène finale ouvre-t-elle des perspectives d’interprétations ? © Caroline REYS
  3. 3. ACTE V, Scène 5Dom Juan, un Spectre, en femme voilée, SganarelleLe SpectreDom Juan na plus quun moment à pouvoir profiter de la miséricorde du Ciel ; et sil ne se repentici, sa perte est résolue.SganarelleEntendez-vous, Monsieur ?Dom JuanQui ose tenir ces paroles ? Je crois connaître cette voix.SganarelleAh ! Monsieur, cest un spectre : je le reconnais au marcher.Dom JuanSpectre, fantôme ; ou diable, je veux voir ce que cest.(Le Spectre change de figure et représente le Temps avec sa faux à la main.)SganarelleÔ ciel ! voyez−vous, Monsieur, ce changement de figure ?Dom JuanNon, non, rien nest capable de mimprimer de la terreur, et je veux éprouver avec mon épée sicest un corps ou un esprit. (Le Spectre senvole dans le temps que Dom Juan le veut frapper.)SganarelleAh ! Monsieur, rendez−vous à tant de preuves, et jetez−vous vite dans le repentir.Dom JuanNon, non, il ne sera pas dit, quoi quil arrive, que je sois capable de me repentir. Allons, suis−moi.
  4. 4. ACTE V, Scène 6La Statue, Dom Juan, SganarelleLa Statue : Arrêtez, Dom Juan : vous mavez hier donné parole de venir manger avec moi.Dom Juan : Oui. Où faut-il aller ?La Statue Donnez-moi la main.Dom Juan La voilà.La Statue Dom Juan, lendurcissement au péché traîne une mort funeste, et les grâces duCiel que lon renvoie ouvrent un chemin à sa foudre.Dom Juan Ô Ciel ! que sens-je ? un feu invisible me brûle, je nen puis plus, et tout moncorps devient un brasier ardent. Ah !(Le tonnerre tombe avec un grand bruit et de grands éclairs sur Dom Juan ; laterre souvre et labîme ; et il sort de grands feux de lendroit où il est tombé.)SganarelleAh ! mes gages ! mes gages ! Voilà par sa mort un chacun satisfait. Ciel offensé, lois violées,filles séduites, familles déshonorées, parents outragés, femmes mises à mal, maris poussés àbout, tout le monde est content ; il ny a que moi seul de malheureux, qui, après tant dannéesde service, nai point dautre récompense que de voir à mes yeux limpiété de mon maîtrepunie par le plus épouvantable châtiment du monde. Mes gages ! mes gages ! mes gages !
  5. 5. ProblématiqueEn quoi cette scène finale ouvre-t-elle des perspectives d’interprétations ? Proposition de plan1 - Le mélange des genres (tragédie et comédie) 11 - Des personnages symboliques 111 - Une comédie à machines © Caroline REYS
  6. 6. Le mélange des genres (tragédie et comédie) Pièce perçue comme un assemblage de moments tragiques et de farce (comparée à un costume d’Arlequin); fin atypique pour une comédie (où l’ensemble des personnages se retrouvent sur scène pour un dénouement heureux) } Comique Tragique Sganarelle Sganarelle Voilà par sa mort un chacun moralisateur satisfait. matérialiste Dom Juan na plus quun moment à pouvoir profiter de la Paroles de Le spectre miséricorde du Ciel ; et sil ne se Choeur antique répétition : repent ici, sa perte est résolue. cf temps présent Mes gages! lendurcissement au péché traîne + présentatif La statue une mort funeste, et les grâces du + référence au public moralisatrice Ciel que lon renvoie ouvrent un chemin à sa foudre. Ô Ciel ! que sens-je ? un feu Dernières paroles invisible me brûle, je nen puis Dom Juan plus, et tout mon corps devient un propres à inspirer brasier ardent. Ah ! la terreur© Caroline REYS
  7. 7. un dénouement tragiqueFin annoncée comme une menace par le spectre : Dom Juan na plus quun moment à pouvoir profiter de la miséricorde du Ciel et sil ne se repent ici,sa perte est résolue.Temps de crise et approche de la catastrophe finale caractéristiquesde la tragédieattentes du public : comme dans une tragédie, le spectateur saitdepuis le début que l’issue est fatalecf sa connaissance du mythe+le titre de la pièce+ la scène d’expositionoù Sganarelle annonce : il faut que le courroux du Ciel l’accable quelque jouret où Done Elvire appelle le châtiment du Ciel : le Ciel dont tu te joues mesaura venger de ta perfidie Transition : Dénouement où le mélange des genres se fait à l’image de la pièce et qui lui confère une dimension baroque tout comme l’intrusion du surnaturel© Caroline REYS
  8. 8. 11 - Des personnages symboliques © Caroline REYS
  9. 9. 11 - Des personnages symboliquesPersonnages apparaissant comme des opposants surnaturels de Dom Juan 1. Le spectre = femme voilée Allégorie des femmes bafouées, déshonorées, et notamment d’Elvire ➙ Je crois connaître cette voix. Dimension symbolique : ce Spectre semble représenter toutes les femmes du héros et signaler que son amour pour les femmes possède une dimension abstraite et métaphysique. Enfin, le Spectre inscrit l’action sur la scène religieuse et permet à nouveau de souligner l’« endurcissement au péché » d’un héros sensible seulement à l’appel des sens. © Caroline REYS
  10. 10. 2. L’allégorie du temps qui passe Même si elle ne prononce rien, son apparition suit logiquement la menace proférée par le spectre Dom Juan na plus quun moment à pouvoir profiter de la miséricorde du Ciel l’apparition de la faux (symbole Or, l’allégorie «s’envole» de mort) ne déstabilise pas ➙ nouvel échec de DJ Dom Juan qui sort son épée Non, non, rien nest capable de mimprimer de la terreur, et je veux éprouver avec mon épée si cest un corps ou un esprit.➙ Jusqu’auboutisme de Dom Juan qui fait une nouvelle fois preuve• de sa témérité (écho de la fin de la scène du pauvre où DJ vole au secours d’un noble seul contre 3 voleurs)• de son matérialisme (je veux éprouver avec mon épée si cest un corps ou un esprit). Cette allégorie représente un nouveau défi à Dom Juan qui l’affronte - comme tous les autres - avec une impulsivité caractéristique © Caroline REYS
  11. 11. 3. La statue du Commandeur Au moins autant que le séducteur, c’est elle qui a fait la réputation de ce mythe Présente depuis l’Acte III, sa menace va se concrétiser dans une confrontation finale que le public attend : Statue Dom Juan pierre VS chair immuable éphémèreC’est elle qui confère à la pièce sa dimension fantastique, dans la mesure où elle parle et se meut● Discours injonctif : «Arrêtez Dom Juan» «Donnez-moi la main» (➙ invitation, provocation, aide ?)La main est symbole d’un contrat, d’un lien que DJ a toujours refusé● Discours «commémoratif» : vous mavez hier donné parole (Mais que vaut la parole de DJ ?)La Statue rappelle la mort du Commandeur ainsi que la façon dont Dom Juan s’en est moqué(Acte I,scène 2 : «Et pourquoi craindre ? Ne l’ai-je pas bien tué ?»)● Discours moralisateur :lendurcissement au péché traîne une mort funeste, et les grâces du Ciel que lon renvoie ouvrent unchemin à sa foudre.➙ Ton solennel, cérémonieux (présent de vérité générale, article défini)➙ Elle représente la dimension sacrée de la mort que DJ ne respecte pas plus qu’il n’a respecté lesacrement du mariage © Caroline REYS
  12. 12. Dom Juan est une pièce à machine comme les affectionnait lepublic de cette moitié du XVII°.Le traité de Sabbatini, Pratique pour fabriquer scènes et machines dethéâtre (1636) explique les « feintes » permettant de donner unevision de l’enfer sur le théâtre (Spectre, statue, enfers brûlants... ). Ce que nous dit Molière : •les didascalies : •Le Spectre change de figure et représente le Temps avec sa faux à la main. • Le Spectre senvole dans le temps que Dom Juan le veut frapper. •Le tonnerre tombe avec un grand bruit et de grands éclairs sur Dom Juan ; la terre souvre et labîme ; et il sort de grands feux de lendroit où il est tombé. •les indications de construction des décors : © Caroline REYS
  13. 13. [Acte V] : Plus une ville consistant en cinq châssis de chaque côté,dont le premier sera de dix-huit pieds et tous les autres endiminuant, et un châssis contre la poutre où sera peinte une portede ville et deux petits châssis de ville aussi et le fond.Plus quatre bandes de ciel traversant le théâtre.Plus quatre frises, manière de voûte, traversant aussi le théâtre.Plus un cintre de deux pilastres et une frise par le devant du théâtre.Plus deux petits balcons qu’il faudra orner.Plus un petit plafond qu’il faudra rafraîchir.Sera fourni aux entrepreneurs les châssis tendus de toiles et cartonsprêts à travailler. © Caroline REYS
  14. 14. A - La mise en scène de Louis Jouvet (1947)
  15. 15. A - La mise en scène de Louis Jouvet (1947)À ce moment, Jouvet est lui-même en débat avec le CielSon dieu, c’est Molière et il voit dans Dom Juan, unefaçon d’interroger le ciel ; toute la question érotique estamoindrie par la question du rapport au Ciel ➙ letraitement comique est mis au 2nd plan.Dénouement : montrer un «combat avec latranscendance», un affrontement avec la mort.Jouvet interprète lui-même le rôle-titre, raidi dans uncostume de parade noir et blanc.La scénographie (de Christian Bérad) est constituée de3 niveaux d’arcades qui s’ouvrent ou se ferment sur unciel maritime (Acte II) , une forêt (Acte III) ou une boîtenoire (fin)
  16. 16. C’est à partir de cette mise en scène de Jouvet que le public peut découvrir le chef d’oeuvre de Molière. ➙ Mise en scène de Jean Villar au festival d’Avignon en 1953• sera suivie de 233 représentations• tire plus vers le comique (vise un public populaire - TNP)• DJ s’y montre comme un athée, convaincu qu’il n’y a rien après la vie, et qu’il n’y a donc pas de raison d’avoir peur du ciel ➙ théâtre de la raison © Caroline REYS
  17. 17. À partir de 1954, mises en scènes brechtiennes ; toute lascène française est brechtienne jusqu’en 1968, et plus tard en ce qui concerne Dom Juan (➙ fin des années 80)Dom Juan brechtien = qui évolue sous le poids des institutions etle totalitarisme religieuxCes mises en scènes font apparaître une séparation entre nobleset paysans (possesseurs et exploités) et soulignent l’exploitationdes femmes. C’est parce qu’il est noble que DJ peut séduire etutiliser les moyens de domination, ce que dénoncent ces mises enscène. Mais il est également présenté comme un décadent, untraître à sa classe. La machine mise en place montre que DJ n’estpas détruit par le ciel, mais que le totalitarisme ne peut accepterqu’il y ait un traître à sa classe. Le commandeur a l’aspect d’unmonstre de foire (doublé) qui vient écraser à coup de poing lenoble traître. © Caroline REYS
  18. 18. B - La mise en scène de Bluwal (1965)Adaptation vue par 12 millions de téléspectateurs Dom Juan est montré comme une course, un itinéraire (ville, mer, forêt) Dom Juan est à cheval ➙ court vers la mortDès le départ, Dom Juan semble chevaucher vers sa mort ; la rencontre avec le Commandeur est présentée comme une recherche suicidaire. Dom Juan choisit son destin et court vers lui. © Caroline REYS
  19. 19. http://www.youtube.com/watch?v=q_LGO8UHjmc&feature=player_embeddedTémoignage de Michel Piccoli, interprète de DomJuan dans ladaptation de Marcel Bluwal :"Au moment où Dom Juan serre la main de lastatue, il advient ce qui se passe lorsquon est seulavec ses doutes, ses peurs... Lami, la femme ouDieu que vous avez trahi vient, sous la forme dunesorcière, dun monstre , de nimporte quelle bêtefaramineuse, poser la main sur vous. On songe àtous les personnages imaginaires qui troublent lesommeil, peuvent perturber la raison jusquà lefolie ou la mort. Ces phénomènes sontreprésentés par la statue du commandeur. Cequon a coutume dappeler le doigt de Dieu. "
  20. 20. La Statue du Commandeur (Don Juan Up to Date), Prince of Waless Theatre, London, 11 June 1892, with (left to right) Renoux as Count Prospero, V. Courtès as Sganarelle, Mdlle. Litini as Sylvia,A. Tarride in the title role, Mdlle. Chassin as Rosaura, Mons. Albouy as Don Luiz, and H. Burguet as Don Juan. (photo: Alfred Ellis, London, 1892) © Caroline REYS
  21. 21. 1993 - Festival d’Avignon, Palais des Papes Mise en scène de Jacques Lasalle
  22. 22. héatre des Célestins, LYON (69000), FranceStatue du Commandeur de lopéra Don Giovanni devant le théâtre des États (Stavovské divadlo). Décembre 2008 © Caroline REYS
  23. 23. DON GIOVANNI – San Francisco Opera, Summer 2007Arizona Operas production of Mozarts Don Giovanni:
  24. 24. C - La mise en scène de Daniel Mesguish Tout y est accentué :Le comique, la farce : cf Sganarelle (costumes, jeu,...) le tragique : Délibération des frères d’Elvire :Que ma destinée est cruelle, Faut-il que Dom Juan soit de vos amis et que je vous doive la vie? le surnaturel : effets spéciaux, magie, ... l’impiété (ostie louis d’or) © Caroline REYS
  25. 25. La scène finale dans cette mise en scène :D. Mesguish est parti des la lumière s’assombrit etnombreuses Dom Juan monte sur le lit, occurrences les plus trois statues féminines s’animent et de Molière : il s’agit des mots lumière dans le texte rejoignent Dom Juan dans une bleue, tandis que le textefemme(s) continue d’être dit hors de la pièce scène. Les statues animées rient et ensevelissent Dom Juan sous statue un drap blanc, figurant un suaire. Le motif du feu infernal s’enrichit Ciel de celui de la flamme amoureuse. Les trois femmes se lèvent,À partir de drap,ilsous lequel l’environnement dans lequeldeil soulèvent le là, a conçu brûle un carré de flammes etallait faire évoluerales personnages.tour de magie féminin. Les fumée : Dom Juan disparu dans cePour lui, bleues et roses rappellent le crépuscule de l’acte II et couleurs le Commandeur représente métaphoriquement symbolisent l’entrée de Dom Juan dans la nuit infernale en même«le souvenir des corps des la fin de la oubliées, femmes temps qu’elles annoncent le noir de femmes pièce. Les réifiées,fossilisées, chosifiées, la musique quelque sorte (...)»et s’en vont sortent du lit, sous mortes en des voix célestes,reprendre leur posture de statue. Ce retour à l’ordres’accompagne d’un changement d’ambiance lumineuse propice à laréplique finale de Sganarelle. © Caroline REYS
  26. 26. «Moi, je ne crois pas que les statues se lèvent et viennent tuer lesgens (...)Or, cela est écrit dans le texte. Alors, que faire ?»Ce que Dom Juan a fait des femmes, c’est qu’ «il les rendstatues. Il les rend mortes. Une statue de corps et un cadavre,c’est très semblable : c’est dur, cela ne bouge plus et celaressemble à quelqu’un. Eh bien voilà : ces souvenirs-là, lesmarques de son passé, ces entailles dans dans la ligne de sa vietout à coup se réunissent et viennent à lui.»Or dans cette mise en scène, seul Don Juan voit lesphénomènes surnaturels, donc il est le seul à voir que leCiel était venu se venger, ou le Commandeur. «Donc ce nom,Commandeur, est le nom qu’on donne à toutes les femmes». Daniel Mesguich, extrait d’une interview accordée dans le cadre des documents d’accompagnement de la collection Classiques et Cie de Dom Juan, aux éditions Hatier Poche, p. 180 © Caroline REYS
  27. 27. Le monument funéraire, visible tout au long de l’acte, semble être le témoin des différentes transgressions et engagements de Dom Juan. On note que contrairement à lacommande passée par Molière pour les décors , Daniel Mesguich ne met pas en scène l’intérieur du « temple » : le tombeau garde son secret, que ne pénètrent ni DomJuan, ni Sganarelle. Quant aux figures féminines, au nombre de trois comme les Parques (déesses de la Destinée), qui s’animent pour répondre à Dom Juan, elles sontl’équivalent de la statue du Commandeur chez Molière. Les femmes ont remplacé la figure masculine pour signifier que le châtiment qui sera réservé à Dom Juan serad’abord celui d’un Dom Juan séducteur. Cette idée est explicite : d’une part, les trois statues de femmes sont figées dans une mise à mort d’un corps masculin, couché etdénudé, dans une posture qui évoque le spasme de l’agonie et celui de la jouissance sexuelle ; d’autre part, les membres de pierre dispersés sur le plateau suggèrent ledémembrement d’un corps masculin en même temps que la dispersion légendaire du Dom Juan de Molière en versions mythiques. Enfin, l’animation des statues ajoute duspectaculaire : il ne s’agit plus d’un signe de tête mais trois femmes de pierre se lèvent pour faire signe à Dom Juan.

×