L’ALBATROS                            http://www.google.ca/imgres.albatrosProjet présenté par: Caroline Ouellette
Souvent, pour samuser, les hommes déquipage Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,Qui suivent, indolents compagno...
ANALYSE DE LA         FORME                                            ALEXANDRINSSouvent, pour samuser, les hommes déquip...
Souvent, pour samuser, les hommes déquipagePrennent des albatros, vastes oiseaux des mers,Qui suivent, indolents compagnon...
La voix et le ton du poème• Narrateur omniscient: Il sait tout d’eux• Le poème a un ton didactique parce que  l’auteur veu...
LE PROPOS DU POÈME Le Prisonnier: Comment quelqu’un peu se sentir lorsqu’il est emfermé ou ne se sent pas à l’aise        ...
Souvent, pour samuser, les hommes déquipagePrennent des albatros, vastes oiseaux des mers,Qui suivent, indolents compagnon...
Souvent, pour samuser, les hommes déquipagePrennent des albatros, vastes oiseaux des mers,Qui suivent, indolents compagnon...
LES FIGURES DESouvent, pour samuser, les hommes déquipage                                                   STYLES        ...
IDÉE PRINCIPALE ⁄ THÈMES PRINCIPAUXSouvent, pour samuser, les hommes déquipagePrennent des albatros, vastes oiseaux des me...
LIENS DES STROPHES   Souvent, pour samuser, les hommes déquipage   Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,   Qui s...
CONCLUSION        Ce poème nous laisse une réflexion surplusieurs différents sujets de la vie en général. Nouspouvons donc...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

L'albatros

845 vues

Publié le

C'est une présentation sur l'analyse d'un poème qui a été fait dans le cadre du cours Littérature Poétique (LITT2403)

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
845
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

L'albatros

  1. 1. L’ALBATROS http://www.google.ca/imgres.albatrosProjet présenté par: Caroline Ouellette
  2. 2. Souvent, pour samuser, les hommes déquipage Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,Qui suivent, indolents compagnons de voyage, Le navire glissant sur les gouffres amers. A peine les ont-ils déposés sur les planches, Que ces rois de lazur, maladroits et honteux,Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches Comme des avirons traîner à coté deux.Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule! Lui, naguère si beau, quil est comique et laid! Lun agace son bec avec un brûle-gueule, Lautre mime, en boitant, linfirme qui volait! Le Poête est semblable au prince des nuées Qui hante la tempête et se rit de larcher; Exilé sur le sol au milieu des huées, Ses ailes de géant lempêchent de marcher. http://www.google.ca/imgres27albatros -Charles Baudelaire «Les fleurs du mal»
  3. 3. ANALYSE DE LA FORME ALEXANDRINSSouvent, pour samuser, les hommes déquipage A F SPrennent des albatros, vastes oiseaux des mers, B M RQui suivent, indolents compagnons de voyage, A F SLe navire glissant sur les gouffres amers. B M R Les strophes sont desA peine les ont-ils déposés sur les planches, C F R quatrainsQue ces rois de lazur, maladroits et honteux, D M PLaissent piteusement leurs grandes ailes blanches C F RComme des avirons traîner à coté deux. D M PCe voyageur ailé, comme il est gauche et veule! E F SLui, naguère si beau, quil est comique et laid! F M SLun agace son bec avec un brûle-gueule, E F SLautre mime, en boitant, linfirme qui volait! F M SLe Poête est semblable au prince des nuées G F SQui hante la tempête et se rit de larcher; H M RExilé sur le sol au milieu des huées, G F SSes ailes de géant lempêchent de marcher. H M R -Charles Baudelaire «Les fleurs du mal» Rimes croisées
  4. 4. Souvent, pour samuser, les hommes déquipagePrennent des albatros, vastes oiseaux des mers,Qui suivent, indolents compagnons de voyage,Le navire glissant sur les gouffres amers.A peine les ont-ils déposés sur les planches,Que ces rois de lazur, maladroits et honteux,Laissent piteusement leurs grandes ailes blanchesComme des avirons traîner à coté deux.Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule!Lui, naguère si beau, quil est comique et laid!Lun agace son bec avec un brûle-gueule,Lautre mime, en boitant, linfirme qui volait!Le Poête est semblable au prince des nuéesQui hante la tempête et se rit de larcher;Exilé sur le sol au milieu des huées,Ses ailes de géant lempêchent de marcher. -Charles Baudelaire «Les fleurs du mal»
  5. 5. La voix et le ton du poème• Narrateur omniscient: Il sait tout d’eux• Le poème a un ton didactique parce que l’auteur veut faire une moral avec ce poème.
  6. 6. LE PROPOS DU POÈME Le Prisonnier: Comment quelqu’un peu se sentir lorsqu’il est emfermé ou ne se sent pas à l’aise La liberté: Comment quelqu’un peut se sentir lorsqu’il se sent bien Le poète se compare à l’Albatros.
  7. 7. Souvent, pour samuser, les hommes déquipagePrennent des albatros, vastes oiseaux des mers,Qui suivent, indolents compagnons de voyage,Le navire glissant sur les gouffres amers. L’ALBATROS SURA peine les ont-ils déposés sur les planches, TERREQue ces rois de lazur, maladroits et honteux,Laissent piteusement leurs grandes ailes blanchesComme des avirons traîner à coté deux.Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule!Lui, naguère si beau, quil est comique et laid!Lun agace son bec avec un brûle-gueule,Lautre mime, en boitant, linfirme qui volait!Le Poête est semblable au prince des nuéesQui hante la tempête et se rit de larcher; photo: http://www.google.ca/imgres=clipart+albatros135Exilé sur le sol au milieu des huées,Ses ailes de géant lempêchent de marcher. -Charles Baudelaire «Les fleurs du mal»
  8. 8. Souvent, pour samuser, les hommes déquipagePrennent des albatros, vastes oiseaux des mers,Qui suivent, indolents compagnons de voyage,Le navire glissant sur les gouffres amers. L’ALBATROS DANS LESA peine les ont-ils déposés sur les planches,Que ces rois de lazur, maladroits et honteux, AIRSLaissent piteusement leurs grandes ailes blanchesComme des avirons traîner à coté deux.Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule!Lui, naguère si beau, quil est comique et laid!Lun agace son bec avec un brûle-gueule,Lautre mime, en boitant, linfirme qui volait! http://www.google.ca/imgres?=clipart+albatros41Le Poête est semblable au prince des nuéesQui hante la tempête et se rit de larcher;Exilé sur le sol au milieu des huées,Ses ailes de géant lempêchent de marcher. -Charles Baudelaire «Les fleurs du mal»
  9. 9. LES FIGURES DESouvent, pour samuser, les hommes déquipage STYLES AntithèsePrennent des albatros, vastes oiseaux des mers,Qui suivent, indolents compagnons de voyage,Le navire glissant sur les gouffres amers. MétaphoreA peine les ont-ils déposés sur les planches,Que ces rois de lazur, maladroits et honteux, AntithèseLaissent piteusement leurs grandes ailes blanchesComme des avirons traîner à coté deux. ComparaisonCe voyageur ailé, comme il est gauche et veule!Lui, naguère si beau, quil est comique et laid! AntithèseLun agace son bec avec un brûle-gueule,Lautre mime, en boitant, linfirme qui volait!Le Poête est semblable au prince des nuées ComparaisonQui hante la tempête et se rit de larcher;Exilé sur le sol au milieu des huées,Ses ailes de géant lempêchent de marcher. Antithèse -Charles Baudelaire «Les fleurs du mal»
  10. 10. IDÉE PRINCIPALE ⁄ THÈMES PRINCIPAUXSouvent, pour samuser, les hommes déquipagePrennent des albatros, vastes oiseaux des mers, Décrit la liberté de l’AlbatrosQui suivent, indolents compagnons de voyage, dans les airs.Le navire glissant sur les gouffres amers.A peine les ont-ils déposés sur les planches,Que ces rois de lazur, maladroits et honteux, Décrit l’emprisonnement deLaissent piteusement leurs grandes ailes blanches l’Albatros sur terre.Comme des avirons traîner à coté deux.Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule!Lui, naguère si beau, quil est comique et laid! Démontre qu’ils se moquent deLun agace son bec avec un brûle-gueule, l’Albatros.Lautre mime, en boitant, linfirme qui volait!Le Poête est semblable au prince des nuéesQui hante la tempête et se rit de larcher; Le poète se compare àExilé sur le sol au milieu des huées, l’Albatros.Ses ailes de géant lempêchent de marcher. -Charles Baudelaire «Les fleurs du mal»
  11. 11. LIENS DES STROPHES Souvent, pour samuser, les hommes déquipage Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers, Qui suivent, indolents compagnons de voyage, Le navire glissant sur les gouffres amers. A peine les ont-ils déposés sur les planches, Que ces rois de lazur, maladroits et honteux, Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches Comme des avirons traîner à coté deux. Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule! Lui, naguère si beau, quil est comique et laid! Lun agace son bec avec un brûle-gueule, Lautre mime, en boitant, linfirme qui volait! Le Poête est semblable au prince des nuées Qui hante la tempête et se rit de larcher; Exilé sur le sol au milieu des huées, Ses ailes de géant lempêchent de marcher. -Charles Baudelaire «Les fleurs du mal»
  12. 12. CONCLUSION Ce poème nous laisse une réflexion surplusieurs différents sujets de la vie en général. Nouspouvons donc, nous même se comparer à quelqueschoses qui nous semblent un obstacle. Parexemple, quand nous allions à l’école et que lesautres élèves riaient de nous c’était comme si nousétions l’Albatros sur la terre, tandis que lorsque nousétions à la maison à jouer avec nos voisins, c’étaittrès amusant, alors c’était comme si nous étionsl’Albatros dans les airs. Pour cette raison, cela me faitcroire que nous sommes tous de loin ou de près unAlbatros.

×