Conseil de Quartier des Enfants Rouges                        Compte rendu de la réunion du 29 janvier 2013               ...
diagnost ic a été posé lors de la Conférence citoyenne de 2009, qui a remis sur le tapis le projet deCafé associatif.    ...
Financement d’une cabane à vélo pour l’école maternelle Brantôme                                 Achat d’une cabane/Abri d...
Lauro Capedevilla pointe l’incohérence de la situat ion : cet argent devrait déjà être donné, il estdu aux enfants. N’y a-...
habitants…)   -   Le groupe de travail nest pas là pour faire la police (ce travail est déjà fait) : il souhaite que      ...
4/ Carreau du Temple :Désignation du représentant du Conseil de Quartier au Comité Consultatif                            ...
5/ Actions du Conseil de Quartier au Projet Nomades                                                                       ...
Annexe         8
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Enfants-Rouges_CR du 29 01-13

558 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
558
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
12
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Enfants-Rouges_CR du 29 01-13

  1. 1. Conseil de Quartier des Enfants Rouges Compte rendu de la réunion du 29 janvier 2013 Liste des présents (32 personnes) : AUTREUX Lucile COURCOL Christine PASTRANA Raoul AUTREUX Myriam DE BOUVIER Odile PERON Estelle BAEHREL Claude DEMOUGIN Colette PHELIPOT Marylin BARBAGLI Karine DURANTON Janine PICQUENOT Quentin BLOC Damien FENWICK Philippe POTIN Dominique BOSSIERE Isabel HUBERT Denis RAGGI Bruna CAPDEVILA Josette MOTHES Françoise RING Frédérique CAPDEVILA Lauro ODINOT Jacques ROUDMAN S. CHEVAUCHEZ Claire ORESVE ABBASSIDI Cécile THAILE Edwige CHICLET Françoise PAREDES Armando Elue : CCQ : Observateur : Christiane Gilon Cécile Delemarre Noé Fourcaud (étudiant Paris 1) Points abordés :  Projet du Café associatif du 3è (Stéphane Gauchon)……..…………p.1-2  Points du Comité Budgétaire…………………………..……………….…p.2-4  Lancement du Groupe de travail "Etalages et Terrasses"…………p.4-5  Carreau du Temple : o Désignat ion du représentant du Conseil de Quart ier au Comité Consultat if (suivi des activités du Carreau).………………………p.6  Act ions du Conseil de Quart ier au Projet Nomades………..…….…p.6-7  Questions diverses…………………………..………………………….….…p.7  Annexe……………………………………………………………………………p.8 Moment de convivialité et partage de la galette !1/ Présentation du Café associatif Par Stéphane GauchonLes définit ions du café associatif selon les porteurs de projet : - Lieu ouvert à tous : restaurat ion à bas prix - Lieu déchange et de vie - Lieu danimat ion, de lien social, de servicesHistorique : un groupe dhabitant a travaillé de 2010 à février 2012 à la définit ion du projet. Il aabout i à la créat ion de lassociat ion des Amis du Troisième café.Point de départ du projet : le 3e arrondissement et le centre de Paris ont beaucoup changé cesdernières années. On observe une raréfact ion des cafés de proximité, une diminut ion sensible desménages populaires de plus en plus remplacés par des ménages plus aisés. Cela a eu un impactévident sur le niveau de vie et les conditions économiques et sociales de larrondissement. Ce 1
  2. 2. diagnost ic a été posé lors de la Conférence citoyenne de 2009, qui a remis sur le tapis le projet deCafé associatif.  Le concept du café est de répondre à ces évolut ions et aux manques qu’elles créent.Objectifs : - Mise en place dune permanence associative et volonté de valoriser toujours plus la richesse de larrondissement. - Promot ion de la diversité et de la mixité sociale - Polit ique de pet it prix - Favoriser le lien social par la transmission (à travers des ateliers, des démarches part icipat ives...), proposition de projets par les habitants eux-mêmes.Exemple dactivités envisagées : - Apprent issage, échange de proximité (couture, cuisine...) - Soirées thémat iques (cinéma, conférences, expositions) - Vie associative (locat ion du lieu, présentat ion de lassociation...) Un local est envisagé au 16 rue de Beauce. L’ouverture est, dans ce cas, espérée pour novembre 2013.Ce qui reste à faire : Une présentation sera envoyée avec le - Besoin de forces vives : appel à bénévolat. compte-rendu - Recherche de financements (demande de subvent ion à la Ville de Paris), autres pistes à explorer (Région, Mécénat...) - Aménagement du local : o Précision de Françoise Chiclet : l’idée de laménagement du café est de se faire au moyen de récupérat ion dobjets (vide-greniers etc).Il importe de marquer que ce nest pas un café « en plus ». - Communicat ion (présence en ligne...)Question habitant :Quel nombre dadhérents compte l’association aujourd’hui ? Une trentaine de membres.Quelle est la taille du local ? Environ 22/25 m².Ce local est-il confirmé ? M. Gauchon, ne travaillant pas sur ce point, ne peut fournir d’élémentsprécis. Le premier besoin pour le projet est le financement.Ndlr : Ajout de Christ iane Gilon : depuis il y a eu confirmat ion et lassociation travaille act ivementau démarrage.2/ Point comité budgétaire : financement d’une cabane à vélo Présentation par Karine Barbagli et Isabel Bossière Complément à la présentation Rappel sur le fond de participation des habitants : Budget 2012 33 056,00 Dépenses 2012 47 111,34 Budget disponible 2012 42 289,41 Budget 2013 33 056,00 Budget disponible 2013 75 345,41 2
  3. 3. Financement d’une cabane à vélo pour l’école maternelle Brantôme Achat d’une cabane/Abri de jardin pour protéger et ranger INTITULE DU PROJET correctement les vélos et trottinettes de l’école. DESCRIPTION PROJET Financement d’une cabane à vélo pour l’école maternelle Brantôme Cette demande vise à installer un abri afin de : protéger et ranger les vélos et trottinettes Le lieu de stockage actuel (réserve en sous-pente dans la cour principale) est maintenant beaucoup trop pet it pour que l’intégralité des vélos puisse y être rangée d’autant plus que celui-ci sert également à ranger du matériel de jardinage et de motricité.OBJECTIFS ET PUBLIC CIBLÉ Hors saison hivernal, les vélos sont donc stockés à l’extérieur et sont exposés aux intempéries. Cela permettrait de gagner un espace de rangement si limité dans l’école. pouvoir utiliser plus aisément tout au long de l’année ce matériel de motricité pour les 105 élèves de l’école. Les vélos seraient disposés sur des accroches vélos et faciles à sort ir et rentrer pour l’équipe enseignante. Public ciblé : les 105 élèves de l’école cette année et tous ceux des années à venir Abri de jardin dimension 357x345 cm avec 17 accroches vélos : 7998,00 euros HT Pose de l’abri : 1848,00 euros HTESTIMATION DU MONTANT Total : 9876,00 euros HT Total : 11 775,82 euros TTC Discussion Précisions de Marilyn Phelipot : grâce à ce fond de part icipat ion, les CQ peuvent financer différents types de matériel : des instruments de musique, tables déchec, etc. Il y a déjà eu un projet de financement similaire avec lécole de la Perle, par conséquent un marché de la Ville est déjà finalisé. Une discussion s’engage sur la situat ion de l’école : Raoul Pastrana met en garde sur le fait que la demande peut apparaître comme un complément à la Ville de Paris. Odile De Bouvier ajoute que cette quest ion aurait pu être posée directement à la Ville de Paris, avant de faire appel aux conseils de quart iers. Elle note qu’il y a une tendance des crèches et des écoles à faire appel de plus en plus systémat iquement aux conseils de quart ier. 3
  4. 4. Lauro Capedevilla pointe l’incohérence de la situat ion : cet argent devrait déjà être donné, il estdu aux enfants. N’y a-t-il pas justement un risque de créer un précédent ?  Claude Baehrel, Janine Duranton et les parents porteurs du projet soulignent à plusieurs reprises qu’il faut vraiment prendre en compte les spécificités de lécole : il y a un vrai problème d’espace. De plus, ce projet est une initiative dune enseignante, pas de la Ville. Il vaudrait peut-être mieux le considérer comme un plus pour les enfants plutôt qu’un « dû ».  Marylin Phelipot : le Conseil de Quart ier a soutenu des act ions similaires à ce type dinit iat ives (achat dappareil photo, matériel pédagogique pour malvoyants...) Ce sont bien des init iat ives denseignants. Odile de Bouvier ajoute qu’il y a dans chaque école, des groupes denseignants qui sinterrogent sur les act ions à conduire mais cela se fait très souvent dans le cadre dun programme général daméliorat ion de la motricité des enfants.Quest ion d’un habitant : Qui a payé les vélos ? Les Conseils de quart ier.  Il semble que cela serait alors cohérent d’aller au bout du projet.VOTE : POUR : 14 | CONTRE : 1 | ABSTENTION : 10  Le projet est adopté3/ Lancement du Groupe de travail « Etalages et Terrasses » Présentation par Armando ParedesContexte : le CQ Enfants Rouges a déjà travaillé par le passé sur la quest ion. Il a évoqué audernier conseil de quart ier le projet de réact iver le groupe de travail « Etalages et terrasses ».Le problème nest pas uniquement celui du traçage mais aussi il est lié aussi à celui du cadre devie. On constate qu’il y a un certain envahissement du bruit et des incivilités.En se basant sur lhistorique de ces travaux depuis 2008, constat est fait que des habitudes se sontinstallées de la part des clients-consommateurs. Létalage nest alors pas uniquementgéométrique mais aussi un étalage de foule. Par conséquent, les mesures prises par le nouveaurèglement de Paris ne résolvent pas tout. Il faut noter quand même que certains restaurateursveillent à respecter le règlement.Précisions de Bruna Raggi, habitante de la rue Dupet it-Thouars : plusieurs infract ions ont déjà étéconstatées, et ce, dès l’hiver !Un autre problème est soulevé : certaines autorisat ions de terrasses causent aujourd’hui desdifficultés daccessibilité et monte un besoin de signaler régulièrement aux restaurateurs ledépassement.Marylin Phelipot lance un appel : le groupe de travail a besoin de forces vives pour sinvestir dansce travail.Armando Paredes propose que le groupe de travail « Etalage et Terrasses » se transforme en« cadre de vie et de vivre ensemble ».Plusieurs moyens d’act ions sont évoqués : - Diffusion d’une pét ition pour une réappropriat ion de lespace public par les habitants (accessibilité PMR, mise au point avec les services municipaux des concessions faites aux 4
  5. 5. habitants…) - Le groupe de travail nest pas là pour faire la police (ce travail est déjà fait) : il souhaite que le Maire conduise une vraie concertat ion avec les commerçants. - Projet de charte de respect de loccupat ion de lespace.Réact ion de Denis Hubert: il y a une disproport ion entre le chiffre daffaire du restaurateur et lemontant de lamende. Les mesures doivent être plus sévères (par exemple, elles pourraient allerjusquà la menace de fermeture administrat ive temporaire).Lauro Capdevilla partage son indignat ion qu’un restaurateur fasse des bénéfices en occupantlespace public.Proposit ion de Claude Baehrel : le conseil a été consulté il y a deux ans sur la nouvelleréglementat ion. Il faut aller au-delà du contrôle de ceux qui surveillent le respect de la loi.Lancien quart ier Temple avait établi un recensement (fond documentaire pour alimenter legroupe de travail). Il peut être ré-ut ilisé.Odile de Bouvier partage les deux aspects sur lesquels le groupe pourrait travailler : d’une part lesdépassements constatés et d’autre part les endroits où il y a une autorisat ion d’installer uneterrasse mais où, à l’usage, celle-ci s’avère gênante. Bruna Raggi souligne ce besoin de pointer lesespaces crit iques, ce besoin de prendre en compte les distorsions entre théorie et applicat ionprat ique.Marylin Phelipot note que des commerçants sont déjà prêts à rencontrer les habitants. Certainsne sont pas daccord avec les emprises faites par dautres. Il est important de ne pas tous lesst igmat iser !Françoise Chiclet estime que les habitants ont un rôle act if à jouer pour leur part. Elle suggèrequ’un pet it travail soit fait par les habitants tel que : tenter de passer et alerter le gérant sur leproblème en le faisant constater les faits et menacer de porter plainte. Certains part icipantsdonnent leur accord pour mener plutôt des act ions de sensibilisat ion de ce type là et de mettre enévidence ces problèmes d’accessibilité (par exemple par le relais de parents avec des poussettes.)Raoul Pastrana rappelle que dans les attendus de la préparat ion de la réglementat ion, il étaitnotamment envisagé de préparer un règlement spécifique. Claude Baehrel ajoute que certainssecteurs nécessitent clairement une réglementation spécifique. Appel aux volontaires pour le groupe de travail. Ce groupe pourrait être inter-quart ier.Armando Paredes conclut que l’object if est seulement dalerter, sensibiliser et non d’asept iser lesrues ! 5
  6. 6. 4/ Carreau du Temple :Désignation du représentant du Conseil de Quartier au Comité Consultatif Suivi des activités du CarreauRappel : suite au lancement du chant ier de rénovat ion du Carreau du Temple, une réflexion s’estengagée avec les services de la Voirie et de la Circulation sur le réaménagement des abords duCarreau. Un groupe de travail a été constitué, il réunit des membres de l’Atelier Localed’Urbanisme (ALU), l’équipe d’animat ion du conseil de quart ier, l’association OMS3, et deshabitants du quart ier.Formation du Conseil Consultatif. Seront membres de droit : - Les membres du conseil d’arrondissement élus - Un représentant des associat ions sport ives - Association culturelle : pas dinformat ion sur le mode de sélect ion du représentant et du nombre de délégués. - Un membre de lALU - Un représentant par conseil de quart ier - Un représentant des conseils du Handicap, de la Jeunesse et Economique.Pour rappel, l’ancien comité de suivi du chant ier du Carreau (et respect du cahier des charges) esttransformé en conseil consultat if de la gest ion et vie de linst itut ion. Monsieur Jean-Luc Bailletviendra se présenter à la prochaine réunion. Ce conseil consultat if est inscrit dans les statuts et seveut une instance inscrite dans le moyen/long terme.Une Société Publique Locale a été constituée, le conseil d’administrat ion est const ituéuniquement de représentant de collect ivités locales : cest-à-dire Ville, Département... La Régionn’en est pas encore membre. Cette société sest donné un statut qui prévoit la part icipat ion deshabitants (fonct ion consultat ive non souveraine). Ce conseil est présenté comme une porteouverte au dialogue. Cest important pour le conseil de quart ier de jouer le jeu en nommant unreprésentant.Vote du représentant du CQ Enfants Rouges :Marylin PhelipotArmando Paredes (suppléant)  21 voix (unanimité) 6
  7. 7. 5/ Actions du Conseil de Quartier au Projet Nomades Appel à contributionArmando Paredes partage son expérience sur l’événement iel : le bénévolat est chronophage, orcela demande un énorme besoin dorganisat ion pour part iciper à Nomades.Raoul Pastrana ajoute qu’en effet cet investissement relève presque du niveau professionnel dunanimateur. Il sagit ici du portage dun projet culturel dans larrondissement. Monsieur Pastrana aorganisé les années passées un projet de balades urbaines (culture, architecture...) mais cela estépuisant.Karine Barbagli fait part d’un exemple du CQ Sainte-Avoie qui a soutenu une couturière dans leSquare Anne Frank.Marylin Phelipot précise que la rémunérat ion d’un art iste est toujours compliquée. Lors desédit ions précédentes, tout ce que le CQ avait pu financer, cétait le l’achat de pet it matériel pourla cité Dupet it-Thouars. Aussi et surtout le délai est vraiment trop court.Le CQ appelle les habitants à faire remonter les projets.6/ Questions diversesRetour sur l’action de Mains Libres 3e – Lauro CapdevillaL’association a rencontré en janvier Benjamin Ménard, Directeur de Cabinet, et Pierre Deltrieux,collaborateur de Gauthier Caron-Thibault en charge des quest ions de solidarité.Lecture du communiqué résumant lentrevue du 28 janvier En annexe de ce document (pageRéaction des participants :Armando Paredes estime qu’il y a un vrai besoin dact ion de sensibilisat ion pour éviter les rejets,les craintes des riverains. Notamment, par rapport à la prise en charge des personnes (personnelencadrant pour gérer déventuels conflits...)Pour faire accepter le lieu, un habitant propose d’adopter la même démarche de communicat ionque la Bagagerie des Halles. Il y a d’ailleurs un parallèle à faire avec les salles de shoot (en coursdinstallat ion à Paris, en Suisse). Il est proposé d’organiser une réunion publique, à laquelle serait invitée la Bagagerie desHalles, pour éclaircir les doutes des habitants. Autre piste : profiter du cadre de Nomades pour commencer les actions de sensibilisation.Le CA de l’association se réunira le 19 février. Prochaine réunion fixée le 20 mars de 19h30. 7
  8. 8. Annexe 8

×