Communiqué de presse           PAIN ET BIÈRE EN ÉGYPTE ANCIENNE. DE LA TABLE A L’OFFRANDE   Du 4 avril au 12 décembre 2004...
bière». Loin du hiératisme des tombes et du sérieux de la mort – et même en sa compagnie –, les Égyptienspouvaient se mont...
RENSEIGNEMENTS PRATIQUES :du 4 avril au 12 décembre 2004, au Musée du Malgré-Tout, 28 rue de la Gare à 5670 Treignes. Ouve...
Statuette d’un homme assis devant un four à pain   Modèle figurant une boulangerie/brasserie Bois stuqué et peint -Calcair...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Communiqué presse pain et bière

608 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
608
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Communiqué presse pain et bière

  1. 1. Communiqué de presse PAIN ET BIÈRE EN ÉGYPTE ANCIENNE. DE LA TABLE A L’OFFRANDE Du 4 avril au 12 décembre 2004, au Musée du Malgré-Tout, 28 rue de la Gare à 5670 Treignes. L’Égypte pharaonique nous frappe par ses monuments du matin du monde. Sphinx, obélisques, py-ramides font partie de notre vocabulaire et de notre imaginaire. Les textes bibliques, relayés par le cinémahollywoodien, nous parlent d’une société de tyrans et d’esclaves. Au pied des monuments, toutefois, il y a deshommes, qui, seuls, leur donnent une échelle. Ces hommes de l’Égypte sont le plus souvent des agriculteursou des éleveurs. Ils sont libres et paisibles, superstitieux ou pieux, soucieux de leur bien-être : à la fois trèsproches et très différents des Égyptiens d’aujoud’hui. Les cultures principales de l’Égypte sont celles des céréales (le blé et l’orge) et le pays du Nil était, àl’époque romaine, le grenier de l’Empire. L’inondation annuelle du fleuve assure une fertilisation naturelle deschamps, travaillés avec des outils simples, tels la houe et l’araire. Ce dernier peut être tiré par des animaux, leplus souvent des boeufs, dont les troupeaux constituent l’autre richesse de l’Égypte. La chèvre et le moutonn’auront jamais la même valeur, ni d’ailleurs le porc, omniprésent. La nourriture va d’abord aux vivants bien sûr, mais une bonne part alimente une économie parallèle,celle des dieux et des morts. Les uns et les autres jouissent de la même alimentation, dont le pain et la bière,produits à partir de la même matière première, forment la base. Les scènes de boulangerie et de brasserie sontd’ailleurs nombreuses dans les tombes, où la production en était assurée magiquement par la représentation.La variété est de mise, sans que, malheureusement, nous puissions toujours déterminer où réside la différence,d’un pain à l’autre ou d’une bière à l’autre. Le malt fait partie des ingrédients de la bière, la levure ainsi que des ferments bactériens sont attestés.La levure ne fait toutefois pas encore l’objet d’une culture. Un des procédés qui en permet néanmoins l’obten-tion serait de réutiliser les mêmes récipients en céramique, sans les laver entre les brassages successifs. Lesbrasseurs égyptiens ne devaient craindre aucune inspection en matière d’hygiène. Il n’y a pas à douter, parailleurs, que la bière égyptienne était plus sucrée que la plupart de nos bières contemporaines, ne fut-ce queparce que le houblon, qui donne son amertume à nos bières, est inconnu. Le fromage et le vin font partie également de l’alimentation égyptienne, mais ne jouent pas le mêmerôle fondamental. Il n’est même pas certain que les Égyptiens aient consommé autre chose que des fromagesblancs, dont certains, peut-être, ont été importés (par exemple de Chypre, au Nouvel Empire). Le vin est bienmieux attesté et fait aussi partie des offrandes aux dieux. Produit dans le Delta, le vin égyptien est parfois misen cruche au domaine, ce qui sera dûment mentionné, et toujours millésimé sur ces mêmes «étiquettes» quel’on trouve au Nouvel Empire. Les produits agricoles sont généralement considérés comme des dons d’Osiris, ce dieu qui a connu lamort et la résurrection, dont le corps noir est associé à la terre fertile de la vallée, le corps rouge de son frèreet meurtrier Seth étant rouge, comme le désert stérile.Son rôle est magnifiquement illustré par les «momies de blé», qui sont des images d’Osiris dont le corps estformé de paquets de boues du Nil contenant des graines qui ont germé. La fertilité du dieu ne peut être miseen doute : on l’affublera en plus d’un phallus aux dimensions imposantes. L’excès et l’ivresse sont plutôt du domaine de la déesse Hathor. Lors de ses festivités, ou celles dedéesses qui en sont des avatars, les Égyptiens s’en donnent à coeur joie : on mange jusqu’à en vomir, on boitjusqu’à l’ivresse et on fait l’amour toutes voiles dehors. La fête de l’ivresse coïncide avec le retour de l’inon-dation et Hathor, à cette occasion, est qualifiée de «dame du Double Pays, dame du pain, dame qui a fait la
  2. 2. bière». Loin du hiératisme des tombes et du sérieux de la mort – et même en sa compagnie –, les Égyptienspouvaient se montrer des bons vivants, montrer occasionnellement un autre profil. Et l’on veillait au grain... Dès le Néolithique, le pays se couvre de greniers, bientôt habités par dessouris, bientôt chassées par des chats, domestiqués en Égypte. Ces greniers peuvent témoigner de stockagesprivés comme de stockages collectifs, constituer les réserves d’un village ou de l’État. Une armée de gestion-naires s’occupe de celles-ci, sous les ordres du «directeur des greniers de Haute et Basse Égypte»; ce hautfonctionnaire organise entre autres les relevés cadastraux et fixe les taxes... Cent trente-deux objets illustrent le thème de l’exposition, provenant tant de musées belges que demusées européens, ainsi que de collections privées. Environ un tiers de ces objets de l’Antiquité égyptiennen’ont jamais été publiés auparavant, plus de la moitié n’ont jamais été montrés dans une exposition. Les pluscharmants sont probablement ces modèles en bois fabriqués à la Première Période Intermédiaire et au MoyenEmpire, illustrant avec une immédiateté rare dans l’art égyptien, les arts et métiers de l’époque, dont la bou-langerie et la brasserie. Les plus spectaculaires, par contre, sont sans doute les stèles funéraires dont la scèneprincipale nous montre le défunt, parfois avec son épouse, assis devant une table d’offrande. Le pain et labière, s’ils ne sont pas toujours représentés, sont toujours mentionnés. Les plus émouvants, enfin, sont sansdoute les outils eux-mêmes, une houe, une faucille, une écope à vanner, dont les manches polis montre qu’iln’y a pas de labour sans labeur. Pour couronner ses vingt ans, le Musée du Malgré-Tout de Treignes présente sa cinquantième exposi-tion temporaire et accueille, pour la troisième fois, un sujet centré sur l’Égypte ancienne. Orchestrée tant parl’équipe de Musée dirigée par Claire Bellier et Pierre Cattelain, que par Eugène Warmenbol (Université Librede Bruxelles) et Florence Doyen (Egyptologica asbl), cette exposition offre également un catalogue completdes oeuvres Les objets que vous découvrirez proviennent de nombreux musées et collections privées européens :- Badisches Landesmuseum, Karlsruhe- Bibliothèque royale de Belgique, Cabinet des Médailles, Bruxelles- Département d’Orientalisme de la KULeuven- Didactisch Museum Archeologie KULeuven- Institut de Papyrologie et d’Égyptologie, Université Charles-de-Gaulle, Lille 3- Kestner Museum, Hannover- Musée Curtius, Liège- Musée de la Médecine, Hôpital Erasme, Université Libre de Bruxelles- Musée de Louvain-la-Neuve- Musée de Picardie, Amiens- Musées Royaux d’Art et d’Histoire, Bruxelles- Museo Egizio, Torino- Museum der Brotkultur, Ulm- Museum Vleeshuis, Antwerpen- Palais des Beaux-Arts, Lille- Rijksmuseum van Oudheden, Leiden- Roemer- und Pelizaeus-Museum, Hildesheim- Stedelijk Museum, Lokeren- et de nombreux collectionneurs privés
  3. 3. RENSEIGNEMENTS PRATIQUES :du 4 avril au 12 décembre 2004, au Musée du Malgré-Tout, 28 rue de la Gare à 5670 Treignes. Ouvert du lundiau vendredi, de 9h30 à 17h30, week-ends et jours fériés, de 10h30 à 18h. Fermé le mercredi, sauf vacancesscolaires et jours fériés.Infos : 00 32 (0)60/39.02.43.Email : cedarc@skynet.be; Site Internet : http://users.skynet.be/cedarc.Tarifs : Adulte : 4 euros; Étudiant/senior : 3 euros; enfant de 6 à 12 ans : 2 euros; moins de 6 ans : gratuit.Visites guidées et animations pour les groupes de 15 à 25 personnes : sur réservation.
  4. 4. Statuette d’un homme assis devant un four à pain Modèle figurant une boulangerie/brasserie Bois stuqué et peint -Calcaire peint - Prov. Giza (mastaba de Ptah- Prov. : Assiout (?). Moyen Empire. Bruxelles - Musées RoyauxShepses) Ancien Empire. Hildesheim - Roemer- und d’Art et d’Histoire. Inv. E 7522. Photo P. Cattelain.Pelizaeus-Museum, Pelizaeus-Museum. Inv. 2140.Photo Pelizaeus-Museum. Momie de blé Bandelettes de lin et matières végétales. Masque en or. Provenance inconnue. Époque romaine (?). Ulm - Mu- seum der Brotkultur. Inv. 0-7238. Photo Museum der Brotkul- tur.Stèle cintrée au nom de Sesostris assis devantune table d’offrandes Calcaire - Prov. : Abydos.Moyen Empire. Leiden - Rijksmuseum van Oud-heden. Inv. AP 23. Photo P. Cattelain.

×