1
Me Céline Bondard, Jul-15 1
Maître Céline Bondard
cb@bondard.fr
Cabinet Bondard
www.bondard.fr
Propriété Intellectuelle
...
2
Me Céline Bondard, Jul-15 2
Plan des quatre séances
• Introduction à la propriété intellectuelle
• Le droit d’auteur
Séa...
3
Me Céline Bondard, Jul-15 3
Table des matières
Le Droit du Web
I. Noms de domaines
A.Définition
B. Protection
II. Métata...
4
Me Céline Bondard, Jul-15 4
Le Droit du Web
Introduction
Quelques questions à se poser
I/ Noms de
domaines
II / Gestion ...
5
Me Céline Bondard, Jul-15 5
Table des matières
Le Droit du Web
I. Noms de domaines
A. Définition
B. Protection
II. Métat...
6
Me Céline Bondard, Jul-15 6
Droit du Web – I. Noms de domaines
A. Définition
Qu’est-ce que qu’un NOM DE DOMAINE?
• Forme...
7
Me Céline Bondard, Jul-15 7
Droit du Web – I. Noms de domaines
Comment assurer la PROTECTION de son nom de domaine?
• Le...
8
Me Céline Bondard, Jul-15 8
Droit du Web – I. Noms de domaines
B. La protection du nom de domaine
RECOMMANDATIONS
• Dépo...
9
Me Céline Bondard, Jul-15 9
Table des matières
Le Droit du Web
I. Noms de domaines
A. Définition
B. Protection
II. Métat...
10
Me Céline Bondard, Jul-15 10
Droit du Web – II. Les métatags
Qu’est ce qu’un METATAG?
Balises HMTL spéciales qui contie...
11
Me Céline Bondard, Jul-15 11
Droit du Web – II. Les métatags
B. Usage des métatags
QUESTIONS POSEES PAR L’ARRET L’OREAL...
12
Me Céline Bondard, Jul-15 12
Droit du Web – II. Les métatags
Entrez « L’Oréal » sur Google: on n’est plus dirigé vers e...
13
Me Céline Bondard, Jul-15 13
Droit du Web – II. Les métatags
Entrez « L’Oréal » sur eBay…
14
Me Céline Bondard, Jul-15 14
Table des matières
Le Droit du Web
I. Noms de domaines
A. Définition
B. Protection
II. Mét...
15
Me Céline Bondard, Jul-15 15
Droit du Web – III. Conditions Générales
A. Conditions Générales d’Utilisation (CGU)
Les C...
16
Me Céline Bondard, Jul-15 16
Droit du Web – III. Conditions Générales
B. Conditions Générales de Vente (CGVs)
Les CGV s...
17
Me Céline Bondard, Jul-15 17
Table des matières
II. Le Droit du Web
I. Noms de domaines
A. Définition
B. Protection
II....
18
Me Céline Bondard, Jul-15 18
Droit du Web – IV. Responsabilité des prestataires
A. Identité des prestataires
• INTERMED...
19
Me Céline Bondard, Jul-15 19
Droit du Web – IV. Responsabilité des prestataires
B. Types de prestataires intermédiaires...
20
Me Céline Bondard, Jul-15 20
Droit du Web – IV. Responsabilité des prestataires
C. La responsabilité des hébergeurs
Les...
21
Me Céline Bondard, Jul-15 21
Droit du Web – IV. Responsabilité des prestataires
Hébergeur ou éditeur?
22
Me Céline Bondard, Jul-15 22
Droit du Web – IV. Responsabilité des prestataires
Dailymotion
(Ca Paris, pôle 5, 2e Ch, 1...
23
Me Céline Bondard, Jul-15 23
Table des matières
Le Droit du Web
I. Noms de domaines
A. Définition
B. Protection
II. Mét...
24
Me Céline Bondard, Jul-15 24
Droit du Web – V. Les données personnelles
A. Données personnelles: définition et responsa...
25
Me Céline Bondard, Jul-15 25
LES DROITS DU PRODUCTEUR D’UNE BASE DE DONNEES
Le producteur jouit d’un droit exclusif por...
26
Me Céline Bondard, Jul-15 26
C. Obligations du producteur
Droit du Web – V. Les données personnelles
OBLIGATIONS DU PRO...
27
Me Céline Bondard, Jul-15 27
Droit du Web – Conclusion
Pensez stratégie de protection dès le début de votre projet
AVAN...
28
Me Céline Bondard, Jul-15 28
Droit des Brevets
Sommaire
I. Définition
A. Un droit exclusif
B. Durée et contrepartie
II....
29
Me Céline Bondard, Jul-15 29
Droit des Brevets
I. Définition
A. Un droit exclusif
• Un brevet est un droit exclusif oct...
30
Me Céline Bondard, Jul-15 30
Droit des Brevets
I. Définition
B. Durée et contrepartie
DUREE DE L’EXCLUSIVITE
• Sa durée...
31
Me Céline Bondard, Jul-15 31
Droit des Brevets
Sommaire
I. Définition
A. Un droit exclusif
B. Durée et contrepartie
II....
32
Me Céline Bondard, Jul-15 32
Droit des Brevets
II. Qu’est-ce qui est brevetable?
A. La résolution d’un problème techniq...
33
Me Céline Bondard, Jul-15 33
Droit des Brevets
II. Qu’est-ce qui est brevetable?
A. La résolution d’un problème techniq...
34
Me Céline Bondard, Jul-15 34
Droit des Brevets
II. Qu’est-ce qui est brevetable?
B. Critères de brevetabilité
1. L'inve...
35
Me Céline Bondard, Jul-15 35
Droit des Brevets
Sommaire
I. Définition
A. Un droit exclusif
B. Durée et contrepartie
II....
36
Me Céline Bondard, Jul-15 36
Droit des Brevets
III. Quels sont les droits conférés par un brevet?
A. Un droit « d’empêc...
37
Me Céline Bondard, Jul-15 37
Droit des Brevets
III. Quels sont les droits conférés par un brevet?
B. Limitations et exc...
38
Me Céline Bondard, Jul-15 38
Droit des Brevets
Sommaire
I. Définition
A. Un droit exclusif
B. Durée et contrepartie
II....
39
Me Céline Bondard, Jul-15 39
Droit des Brevets
IV. Comment obtenir une protection par brevet?
A. Recherches sur l’état ...
40
Me Céline Bondard, Jul-15 40
Droit des Brevets
IV. Comment obtenir une protection par brevet?
B. Déposer une demande de...
41
Me Céline Bondard, Jul-15 41
Conclusion
Maître Bondard
Avocat aux Barreaux de Paris et New York
Cabinet Bondard
P.: +33...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Droit du Web / Internet - Cours que j'ai donné à HEC - Master Entrepreneurs - février 2013

7 186 vues

Publié le

Cours donné à HEC en 2013 à destination des entrepreneurs : propriété intellectuelle, droit du Web .

0 commentaire
5 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
7 186
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 263
Actions
Partages
0
Téléchargements
268
Commentaires
0
J’aime
5
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Droit du Web / Internet - Cours que j'ai donné à HEC - Master Entrepreneurs - février 2013

  1. 1. 1 Me Céline Bondard, Jul-15 1 Maître Céline Bondard cb@bondard.fr Cabinet Bondard www.bondard.fr Propriété Intellectuelle Session 4 - Le Droit du Web- - Le Droit des Brevets - 4 mars 2015: HEC Paris – Master Entrepreneurs
  2. 2. 2 Me Céline Bondard, Jul-15 2 Plan des quatre séances • Introduction à la propriété intellectuelle • Le droit d’auteur Séance 1 Introduction Le Droit d’Auteur • Choix, recherches d’antériorité, principe de spécialité • Enregistrement, surveillance Séance 2 Droit des Marques • Les contrats: achat de produits / services, contrats de co- développement, achats de droits de PI (licence, cessions) • Creative Commons et licences open source. • La contrefaçon Séance 3 Droit des Contrats Contrefaçon • Droit du web (noms de domaines, CGUs, données personnelles) • Les brevets (définition et enregistrement) Séance 4 Droit du Web Droit des brevets
  3. 3. 3 Me Céline Bondard, Jul-15 3 Table des matières Le Droit du Web I. Noms de domaines A.Définition B. Protection II. Métatags A.Définition B. Usage III. Conditions générales A. D’utilisation B. De vente IV. Responsabilité des prestataires intermédiaires A.Identité des prestataires B. Types de prestataires intermédiaires C.La responsabilité des hébergeurs V. Les données personnelles A.Définition B. Gestion
  4. 4. 4 Me Céline Bondard, Jul-15 4 Le Droit du Web Introduction Quelques questions à se poser I/ Noms de domaines II / Gestion des données personnelles III / Marques et métatags IV / Responsabilité des prestataires intermédiaires
  5. 5. 5 Me Céline Bondard, Jul-15 5 Table des matières Le Droit du Web I. Noms de domaines A. Définition B. Protection II. Métatags A. Définition B. Usage III. Conditions générales A. D’utilisation B. De vente IV. Responsabilité des prestataires intermédiaires A. Identité des prestataires B. Types de prestataires intermédiaires C. La responsabilité des hébergeurs V. Les données personnelles A. Définition B. Gestion
  6. 6. 6 Me Céline Bondard, Jul-15 6 Droit du Web – I. Noms de domaines A. Définition Qu’est-ce que qu’un NOM DE DOMAINE? • Forme bien connue: www.nomdedomaine.fr, .com, .org, etc. • Permet de communiquer sur son activité à l’échelle mondiale et de trouver sa clientèle. • Peut représenter un enjeu stratégique significatif. • Le nom de domaine profite à celui qui, le premier arrivé, en demande la réservation.
  7. 7. 7 Me Céline Bondard, Jul-15 7 Droit du Web – I. Noms de domaines Comment assurer la PROTECTION de son nom de domaine? • Le nom peut être utilisé par celui qui le premier en fera la réservation. • La réservation du nom de domaine n’équivaut pas à une protection! Ce n’est pas un titre de propriété industrielle. • Il faut donc de préférence choisir un nom de domaine qui puisse être enregistré en tant que marque, et faire l’objet d’une protection par le droit d’auteur (originalité). • Comme il n’existe pas de catégorie “noms de domaine”, effectuez ce dépôt de marque dans la catégorie des produits ou services que vous comptez présenter sur votre site. B. La protection du nom de domaine Comment ne pas être attaqué en CONCURRENCE DELOYALE OUCONTREFACON • Disponibilité du nom: vérifier que le nom de domaine est disponible (au moins dans certaines extensions). • Disponibilité de la marque: Vérifier la disponibilité de la marque et des noms de sociétés. •  in à celui qui, le premier arrivé, en demande la réservation.
  8. 8. 8 Me Céline Bondard, Jul-15 8 Droit du Web – I. Noms de domaines B. La protection du nom de domaine RECOMMANDATIONS • Déposez votre marque: • Pour protéger votre nom de domaine, enregistrez le en tant que marque. • Le cas échéant, vous pourrez entamer une action en contrefaçon plus facilement et/ou en concurrence déloyale. • Enregistrez votre nom de domaine: • Vérifiez la disponibilité de votre nom, et enregistrez votre nom de domaine; • N’empiétez pas sur le terrain d’une autre société en déposant comme nom de domaine la marque déposée par une autre société.
  9. 9. 9 Me Céline Bondard, Jul-15 9 Table des matières Le Droit du Web I. Noms de domaines A. Définition B. Protection II. Métatags A. Définition B. Usage III. Conditions générales A. D’utilisation B. De vente IV. Responsabilité des prestataires intermédiaires A. Identité des prestataires B. Types de prestataires intermédiaires C. La responsabilité des hébergeurs V. Les données personnelles A. Définition B. Gestion
  10. 10. 10 Me Céline Bondard, Jul-15 10 Droit du Web – II. Les métatags Qu’est ce qu’un METATAG? Balises HMTL spéciales qui contiennent des mots clés caractérisant la page web, dans le but du référencement par un moteur de recherche. A. Définition des métatags JURISPRUDENCE: L’OREAL, CJUE, 12 juillet 2011 eBay a sélectionné auprès de Google des mots clés correspondants à des marques de l’Oréal, et fait apparaître, dès que internautes cherchaient ces mots clés sur Google, un lien vers eBay accompagné d’un message commercial portant sur possibilité acheter des produits de marque. => Est-ce légal? Illégal? Pourquoi?
  11. 11. 11 Me Céline Bondard, Jul-15 11 Droit du Web – II. Les métatags B. Usage des métatags QUESTIONS POSEES PAR L’ARRET L’OREAL Est-ce que le titulaire d’une marque peut interdire à l’exploitant d’un moteur de recherche de faire à partir d’un mot clé, de la publicité pour les produits de la marque? : 1. Est-ce que l’annonce est faite pour des produits identiques à ceux pour lesquels la marque est enregistrée ? 2. Est-ce que les annonces réalisent une contrefaçon de la marque? Si des produits l’Oréal apparaissent en résultat sur eBay, alors cela ne pose aucun souci. Ici: non, car annonce faite pour promouvoir son propre service de mise à disposition de vendeurs + utilisation de la marque l’Oréal pour promouvoir des produits de ses clients vendeurs de produits similaires. Oui quand la publicité ne permet pas à « l’internaute normalement informé et raisonnablement attentif » de savoir si les produits / services visés viennent du titulaire de la marque ou pas. Ici, eBay est responsable, car l’exploitant d’une place de marché en ligne qui joue un rôle actif engage sa responsabilité..
  12. 12. 12 Me Céline Bondard, Jul-15 12 Droit du Web – II. Les métatags Entrez « L’Oréal » sur Google: on n’est plus dirigé vers eBay!
  13. 13. 13 Me Céline Bondard, Jul-15 13 Droit du Web – II. Les métatags Entrez « L’Oréal » sur eBay…
  14. 14. 14 Me Céline Bondard, Jul-15 14 Table des matières Le Droit du Web I. Noms de domaines A. Définition B. Protection II. Métatags A. Définition B. Usage III. Conditions générales A. D’utilisation B. De vente IV. Responsabilité des prestataires intermédiaires A. Identité des prestataires B. Types de prestataires intermédiaires C. La responsabilité des hébergeurs V. Les données personnelles A. Définition B. Gestion
  15. 15. 15 Me Céline Bondard, Jul-15 15 Droit du Web – III. Conditions Générales A. Conditions Générales d’Utilisation (CGU) Les CGU sont essentielles pour l’éditeur d’un site web. C’est un contrat entre l’éditeur et le visiteur du site. Attention à bien prendre en compte un certain nombre de clauses essentielles, notamment: • Propriété intellectuelle: précisez ce qui est votre propriété • Données personnelles: attention au respect de la loi « Informatique et libertés » • Limites de responsabilité: limitez vos responsabilités quant au contenu de votre site
  16. 16. 16 Me Céline Bondard, Jul-15 16 Droit du Web – III. Conditions Générales B. Conditions Générales de Vente (CGVs) Les CGV sont indispensables aux professionnels dont l’activité est la vente de biens ou de services. C’est un contrat entre le professionnel et son client, ou entre professionnels. Les CGV dans les relations entre professionnels comportent des mentions obligatoires (loi Hamon u 13 juin 2014). En voici quelques exemples: • Renforcement de L’information précontractuelle du consommateur. Vous devez indiquer au plus tard au début du processus de commande, les moyens de paiement acceptés et les éventuelles restrictions de livraison. • La fin de la pratique des options payantes pré-cochées par le professionnel. Les acheteurs devaient souvent décocher des cases lors du paiement (par exemple, pour les assurances). Ces cases sont désormais interdites. En pratique, il faut donc que vous supprimiez les cases pré- cochées de votre site Internet, au risque que le client vous réclame le remboursement des sommes supplémentaires versées. • Il faut que le consommateur, lors de sa commande, reconnaisse clairement et lisiblement son obligation de paiement. Le bouton du site Internet permettant de valider la commande doit être explicite sur le fait que cliquer dessus entraîne la validation de la commande, à peine de nullité. En pratique, vous devez donc adapter les boutons présents sur votre site Internet et mettre : « commande avec obligation de paiement » ou une formule analogue dénuée de toute ambiguïté. • Doublement du délai de rétractation. Le Nouveau délai de rétractation est désormais fixé à de quatorze jours contre sept auparavant.
  17. 17. 17 Me Céline Bondard, Jul-15 17 Table des matières II. Le Droit du Web I. Noms de domaines A. Définition B. Protection II. Métatags A. Définition B. Usage III. Conditions générales A. D’utilisation B. De vente IV. Responsabilité des prestataires intermédiaires A. Identité des prestataires B. Types de prestataires intermédiaires C. La responsabilité des hébergeurs V. Les données personnelles A. Définition B. Gestion
  18. 18. 18 Me Céline Bondard, Jul-15 18 Droit du Web – IV. Responsabilité des prestataires A. Identité des prestataires • INTERMEDIAIRES: Prestataires dont l’activité est d’offrir un accès à des services de communication au public en ligne (intermédiaires techniques, hébergeurs,…) • EDITEURS : Prestataires dont l’activité est non seulement d’offrir un accès à des services, mais qui contrôle également le contenu du site dans une certaine mesure (a un rôle actif). • CLIENTS VENDEURS : Dans le commerce des places de marché en ligne, le service fourni par « l’exploitant » comprend des offres de vente des clients vendeurs. Quand les offres portent sur des produits de marque, des signes similaires à ces marques apparaîtront sur site de l’exploitant Mais ce n’est pas l’exploitant qui fait usage de ces signes, ce sont les clients vendeurs.
  19. 19. 19 Me Céline Bondard, Jul-15 19 Droit du Web – IV. Responsabilité des prestataires B. Types de prestataires intermédiaires FOURNISSEURS ou HEBERGEURS • Les prestataires veulent tous se voir reconnaître la qualité de fournisseur d’accès ou hébergeur, car le fournisseur d’accès est jugé non responsable du contenu, et la responsabilité des hébergeurs est limitée. Exemple du rôle d’un HEBERGEUR • Opérateurs ayant une stricte fonction technique d’hébergement: Mise à disposition d’un espace dans un disque dur, pour stocker écrits, images, sons, au moyen d’un traitement technique et automatique; Stocke offres à la vente; Fixe modalités de ses services; Est rémunéré: Mise à Donne renseignements généraux à ses clients. • Celui qui a une activité complexe peut être hébergeur pour un volet de son activité et pas pour une autre, pour laquelle il jouerait un rôle actif de nature à lui confier une connaissance ou contrôle des données (Google, CJUE, 23 mars 2010) Exemple du rôle d’un EDITEUR • Prête une assistance pour optimiser la présentation des offres à la vente. • Ex: eBay stocke des données fournies par ses clients, et perçoit un % sur les transactions.
  20. 20. 20 Me Céline Bondard, Jul-15 20 Droit du Web – IV. Responsabilité des prestataires C. La responsabilité des hébergeurs Les hébergeurs ne sont pas responsables si… (loi du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique) • …si ils n’avaient pas connaissance du caractère illicite des données; • …dès le moment où elles ont eu cette connaissance, elles ont agi promptement pour retirer ces données ou en rendre l’accès impossible (au juge de faire cette détermination). Les hébergeurs doivent… • Une fois averti, le site doit faire le nécessaire pour éviter une nouvelle mise en ligne, sous peine de voir sa responsabilité engagée (Google, Ca Paris, 14eme Ch, 12 déc 2007) • Pas d’obligation générale de surveillance des informations transmises et stockées (sauf crimes contre l’humanité, incitation à la haine raciale, etc), mais:
  21. 21. 21 Me Céline Bondard, Jul-15 21 Droit du Web – IV. Responsabilité des prestataires Hébergeur ou éditeur?
  22. 22. 22 Me Céline Bondard, Jul-15 22 Droit du Web – IV. Responsabilité des prestataires Dailymotion (Ca Paris, pôle 5, 2e Ch, 11 déc 09) Dailymotion n’est qu’un INTERMEDIAIRE TECHNIQUE • Offre un service de visionnage de vidéos en ligne: « le réencodage de nature à assurer la compatibilité vidéo à l’interface de visualisation, et formatage destiné à imposer une limite à taille des fichiers postés, sont des opérations techniques qui participent de l’essence du prestataire d’hébergement et n’induisent pas la sélection des contenus mis en ligne »; et • Ne fait que stocker des données, mais ne contrôle pas le contenu: La commercialisation d’espaces pubs n’induit pas la capacité d’action du service sur contenus. La qualité d’éditeur ne peut être déduite de la commercialisation d’espaces pubs car la loi n’interdit pas à un hébergeur de tirer profit de son site.
  23. 23. 23 Me Céline Bondard, Jul-15 23 Table des matières Le Droit du Web I. Noms de domaines A. Définition B. Protection II. Métatags A. Définition B. Usage III. Conditions générales A. D’utilisation B. De vente IV. Responsabilité des prestataires intermédiaires A. Identité des prestataires B. Types de prestataires intermédiaires C. La responsabilité des hébergeurs V. Les données personnelles A. Définition B. Gestion
  24. 24. 24 Me Céline Bondard, Jul-15 24 Droit du Web – V. Les données personnelles A. Données personnelles: définition et responsabilités DEFINITION • Toute information relative à une personne identifiée ou identifiable, y compris par des enregistrements visuels. • Les données personnelles sont protégées par la loi n°78-17 du 6 janvier 1978, relative à l’Informatique, aux Fichiers et aux Libertés (dite loi « Informatique et Libertés »). Cette loi est modifiée par la loi du 6 août 2004, relative à la protection des personnes physiques à l’égard des traitements de données à caractère personnel. LA CNIL Pour assurer le respect de cette législation, le législateur a créé une autorité administrative indépendante, la Commission Nationale Informatique et Libertés (CNIL), chargée de sanctionner les contrevenants. LES DROITS DES PERSONNES PHYSIQUES CONCERNEES Elles disposent d'un droit d'accès et de rectification des données à caractère personnel les concernant et faisant l’objet de traitements.
  25. 25. 25 Me Céline Bondard, Jul-15 25 LES DROITS DU PRODUCTEUR D’UNE BASE DE DONNEES Le producteur jouit d’un droit exclusif portant sur le contenu de la base et lui permettant de: (i) La transmettre, (ii) La céder, (iii) Faire l’objet d’une licence sur l’extraction et la réutilisation des données Droit du Web – V. Les données personnelles B. Usage EXPLOITATION DES DONNEES Les données sont aujourd’hui l’atout le plus précieux de nombreuses entreprises. Elles sont exploitées par des algorithmes du type SQL pour les bases de données traditionnelles et aujourd’hui Big data pour les immenses quantités de données générées par les réseaux sociaux. Les possibilités du traitement du big data sont gigantesques, notamment pour l'analyse de tendances, de profils sociologiques, les corrélations d’événements, etc.
  26. 26. 26 Me Céline Bondard, Jul-15 26 C. Obligations du producteur Droit du Web – V. Les données personnelles OBLIGATIONS DU PRODUCTEUR D’UNE BASE DE DONNEES (ou sous-traitants, ou prestataire de service): (i) Il faut collecter ces données de manière licite; (ii) Pour des finalités déterminées et légitimes; (iii) Recueillir le consentement de la personne concernée (sauf exceptions); (iv) Déclarer à la CNIL cette collecte de données personnelles. SANCTIONS  Responsabilité civile (de 150K à 300K) et pénale.  Manier les données personnelles avec précaution.
  27. 27. 27 Me Céline Bondard, Jul-15 27 Droit du Web – Conclusion Pensez stratégie de protection dès le début de votre projet AVANT MISE EN LIGNE: PROTEGER VOS DROITS EN AMONT Protéger vos droits de PI: enregistrement du nom de domaine, dépôt en tant que marque, logiciel, base de données. AU MOMENT DE LA MISE EN LIGNE: MISE EN PLACE DE VOTRE SITE • Faites attention à l’utilisation des mots clés; • Rédigez des CGVs et CUs légales. APRES MISE EN LIGNE: GESTION DU CONTENU DU SITE • Respecter la réglementation sur les données personnelles. • Si votre site héberge du contenu posté par les utilisateurs: surveillez ce contenu en continu et enlevez tout contenu litigieux
  28. 28. 28 Me Céline Bondard, Jul-15 28 Droit des Brevets Sommaire I. Définition A. Un droit exclusif B. Durée et contrepartie II. Qu’est-ce qui est brevetable? A. La résolution d’un problème technique B. Les critères de brevetabilité III. Quels sont les droits conférés par un brevet? A. Un droit d’empêcher A. Limitations et exceptions IV. Comment obtenir une protection par brevet A. Recherches sur l’état de la technique B. Comment déposer un brevet
  29. 29. 29 Me Céline Bondard, Jul-15 29 Droit des Brevets I. Définition A. Un droit exclusif • Un brevet est un droit exclusif octroyé par l'État pour une invention nouvelle, qui implique une activité inventive (ou non évidente) et susceptible d'application industrielle (ou utile). • Il confère à son titulaire le droit exclusif d'empêcher des tiers de fabriquer, utiliser, proposer à la vente, vendre ou d'importer l'invention brevetée sans sa permission. => un brevet permet aux entreprises d'obtenir une exclusivité sur le marché d'un nouveau produit ou procédé.
  30. 30. 30 Me Céline Bondard, Jul-15 30 Droit des Brevets I. Définition B. Durée et contrepartie DUREE DE L’EXCLUSIVITE • Sa durée de validité est limitée, généralement à 20 ans à compter de la date du dépôt (ou date de priorité) de la demande de brevet, à condition que la taxe de renouvellement (ou maintien en vigueur) ait été acquittée pour que le brevet reste valable. CONTREPARTIE DE CETTE EXCLUSIVITE • En échange des droits exclusifs conférés par un brevet, l'inventeur a l'obligation de divulguer son invention au public en fournissant dans la demande de brevet une description suffisamment détaillée pour pouvoir être exécutée par un homme du métier possédant les compétences dans le domaine technique particulier.
  31. 31. 31 Me Céline Bondard, Jul-15 31 Droit des Brevets Sommaire I. Définition A. Un droit exclusif B. Durée et contrepartie II. Qu’est-ce qui est brevetable? A. La résolution d’un problème technique B. Les critères de brevetabilité III. Quels sont les droits conférés par un brevet? A. Un droit d’empêcher A. Limitations et exceptions IV. Comment obtenir une protection par brevet A. Recherches sur l’état de la technique B. Comment déposer un brevet
  32. 32. 32 Me Céline Bondard, Jul-15 32 Droit des Brevets II. Qu’est-ce qui est brevetable? A. La résolution d’un problème technique DOMAINES TECHNIQUES • En droit des brevets, une invention est généralement définie comme une solution technique apportée à un problème technique. • On peut donc obtenir des brevets pour des produits et procédés dans tous les domaines techniques, y compris dans le domaine des produits pharmaceutiques. • Le terme invention peut désigner la création d'un produit ou procédé entièrement nouveau ou simplement une amélioration fonctionnelle apportée à un produit ou procédé.
  33. 33. 33 Me Céline Bondard, Jul-15 33 Droit des Brevets II. Qu’est-ce qui est brevetable? A. La résolution d’un problème technique QUELQUES INVENTIONS NON BREVETABLES • Les idées; • Les découvertes, les théories scientifiques et les méthodes mathématiques ; • Les créations esthétiques et ornementales ; • Les plans, principes et méthodes. Ex. : une méthode d’apprentissage de langue, une règle de jeu, une méthode de gestion comptable, • Les seuls programmes d’ordinateur (seule l’invention technique en découlant pourra le cas échéant être brevetée).
  34. 34. 34 Me Céline Bondard, Jul-15 34 Droit des Brevets II. Qu’est-ce qui est brevetable? B. Critères de brevetabilité 1. L'invention est un objet brevetable. 2. Elle est nouvelle (condition de nouveauté). ATTENTION: Toute information divulguée au public, où que ce soit dans le monde, par une communication orale, une présentation, une publication, avant la date de dépôt (ou date de priorité) constitueraient des actes qui pourraient détruire la nouveauté de l'invention et la rendre non brevetable. 3. Elle implique une activité inventive ou est non évidente (compte tenu de l'état de la technique, l'invention n'aurait pas été évidente pour une personne du métier dans le domaine particulier de la technologie). 4. Elle est susceptible d'application industrielle ou utile (pas un simple phénomène théorique); et 5. Elle est divulguée dans la demande de brevet de manière suffisamment claire et complète pour pouvoir être exécutée par un homme de métier.
  35. 35. 35 Me Céline Bondard, Jul-15 35 Droit des Brevets Sommaire I. Définition A. Un droit exclusif B. Durée et contrepartie II. Qu’est-ce qui est brevetable? A. La résolution d’un problème technique B. Les critères de brevetabilité III. Quels sont les droits conférés par un brevet? A. Un droit d’empêcher A. Limitations et exceptions IV. Comment obtenir une protection par brevet A. Recherches sur l’état de la technique B. Comment déposer un brevet
  36. 36. 36 Me Céline Bondard, Jul-15 36 Droit des Brevets III. Quels sont les droits conférés par un brevet? A. Un droit « d’empêcher » UN BREVET CONFERE LE DROIT D’EMPECHER… • …le droit d'empêcher des tiers d'utiliser l'invention à des fins commerciales sans son consentement: de fabriquer, utiliser, offrir à la vente, vendre ou importer l'invention brevetée sans son autorisation préalable. …MAIS NE CONFERE PAS LE POUVOIR DE LIBREMENT UTILISER LA TECHNOLOGIE VISEE • Une entreprise peut avoir besoin d'obtenir une licence sur des brevets détenus par des tiers pour pouvoir commercialiser sa propre invention brevetée. • Dans l'industrie pharmaceutique, le droit d'empêcher des tiers d'utiliser l'invention ne confère pas le droit de commercialiser un nouveau médicament, qui devra auparavant obtenir une autorisation de mise sur le marché.
  37. 37. 37 Me Céline Bondard, Jul-15 37 Droit des Brevets III. Quels sont les droits conférés par un brevet? B. Limitations et exceptions aux droits des brevets • Une limitation territoriale: un brevet ne produit des effets dans le pays pour lequel il a été octroyé; • Une limitation de durée: jusqu'à 20 ans à partir de la date de dépôt de la demande, avec une possibilité d'extension pour certains produits. • Une limitation par les exceptions: dans de nombreux pays, il existe des exceptions aux droits des brevets qui permettent à des tiers d'utiliser l'invention sans l'autorisation du détenteur du brevet, par exemple pour mener des recherches à des fins non commerciales ou pour fabriquer et demander l'homologation d'un produit pharmaceutique avant la date d'expiration du brevet, afin d'accélérer la commercialisation d'un produit générique après cette date.
  38. 38. 38 Me Céline Bondard, Jul-15 38 Droit des Brevets Sommaire I. Définition A. Un droit exclusif B. Durée et contrepartie II. Qu’est-ce qui est brevetable? A. La résolution d’un problème technique B. Les critères de brevetabilité III. Quels sont les droits conférés par un brevet? A. Un droit d’empêcher A. Limitations et exceptions IV. Comment obtenir une protection par brevet A. Recherches sur l’état de la technique B. Comment déposer un brevet
  39. 39. 39 Me Céline Bondard, Jul-15 39 Droit des Brevets IV. Comment obtenir une protection par brevet? A. Recherches sur l’état de la technique • En règle générale, la première chose que doit faire toute entreprise envisageant de protéger une invention par un brevet et de procéder à une recherche sur l'état de la technique. • Avec plus de 40 millions de brevets délivrés dans le monde entier et des millions de publications qui constituent autant d'éléments pouvant faire partie de l'état de la technique susceptibles d'être opposés à la demande de brevet, on peut craindre qu'il n'existe des éléments qui détruise en totalité ou en partie, la nouveauté de l'invention ou la rende évidente, et par conséquent non brevetable.
  40. 40. 40 Me Céline Bondard, Jul-15 40 Droit des Brevets IV. Comment obtenir une protection par brevet? B. Déposer une demande de brevet FONCTIONS DE LA DEMANDE • Elle définit la nature et la portée de l'invention revendiquée; • Elle contient des instructions sur la façon d'exécuter l'invention; et • Elle contient des indications sur l'inventeur, le titulaire du brevet et d'autres renseignements de caractère commercial et juridique. MESURES PRISES PAR L’OFFICE DES BREVETS • L’INPI examine la demande de brevet afin de vérifier que celle-ci contient les documents pertinents, que la taxe de dépôt a été acquittée, etc et remplit les conditions de brevetabilité…Puis l’Office Européen des Brevets détermine l’état de la technique. • Publication : la demande de brevet est publiée environ 18 mois après la date du premier dépôt.
  41. 41. 41 Me Céline Bondard, Jul-15 41 Conclusion Maître Bondard Avocat aux Barreaux de Paris et New York Cabinet Bondard P.: +33 (0)6 19 41 31 52 cb@bondard.fr www.bondard.fr •

×