Témoignage Apprentis Arobase #1 Mélissa

2 456 vues

Publié le

Dans le cadre de sa campagne de recrutement d'apprentis, le centre de formations Arobase, spécialisé dans les métiers de l'Economie Sociale et Solidaire revient sur le parcours d'anciens Arobasiens ayant choisi la voie de l'apprentissage.
Retrouvez les raisons de leur engagement, ce qu'ils ont apprécié de la formation et de leur apprentissage, et ce qu'ils sont devenus.
Sur un ton authentique et décalé, partez à la rencontre de Mélissa, Maude, Simon et Flora devenus à ce jour, de véritables acteurs de l'Economie Sociale et Solidaire en région Rhône-Alpes.

Pour ce numéro #1, Mélissa revient avec nous sur son parcours et son implication au sein de l'Association de la Fondation Etudiante pour la Ville (AFEV) à Grenoble....

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 456
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 708
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Témoignage Apprentis Arobase #1 Mélissa

  1. 1. Arobase, toute une histoire Portraits d’Arobasiens #1
  2. 2. Melissa, 27 ans Coordinatrice à l’AFEV (Association de la Fondation Etudiante pour la Ville) #ESS #formation #grenoble #temoignages #apprentis #arobasetouteunehistoire #ilfaitgrandbeau Grenoble. Quartier Mistral. Un jeudi du mois de mai comme on les aime. Le soleil donne (comme dirait Laurent Voulzy) ! On arrive en force pour rencontrer Melissa (ok, on n’était que deux…). Elle nous invite avec un sourire des plus chaleureux, à entrer dans les locaux de la structure dans laquelle elle travaille : l’AFEV, Association de la Fondation Etudiante pour la Ville. Nous devons être sur un horaire de grande affluence : des étudiants passent avec vélos et valises… On se croirait presqu’en gare de Grenoble lors des départs pour les grandes vacances (non, non, on n’exagère pas du tout). Ou dans une auberge espagnole. Quelques instants plus tard, nous voici réunies au calme dans la salle de convivialité des « Kapseurs », colocataires à projets solidaires, qui sera notre salle d’interview pendant ces deux petites heures… Melissa revient pour nous sur son aventure arobasienne et cette année passée en apprentissage ! Histoire d’un parcours mais aussi et surtout d’un engagement ! #Melissacestatoi
  3. 3. J’ai commencé par étudier pendant 2 ans les langues à la fac, mais ça ne me transcendait pas ; j’étais douée mais je ne me voyais pas continuer. J’avais envie d’autres choses. J’ai travaillé quelques temps dans la rédaction technique pour un grand groupe. Puis je me suis inscrite en DUT de gestion urbaine... J’ai travaillé à la mairie de Grenoble comme chef de projet en gestion urbaine de proximité. Je m’occupais de diagnostics partagés de territoire : j’étais à l’interface entre les services techniques (espaces verts, propreté) et les habitants, l’objectif étant de rencontrer les habitants et de voir ensemble comment améliorer la vie dans le quartier. Au cours de ces quelques mois, j’ai touché des problématiques de management, et j’ai eu envie d’approfondir ces notions au cours d’une formation. B.A. (BeforeArobase)
  4. 4. Quelques clics sur la toile m’amènent sur le site d’Alpes Solidaires, une offre d’apprentissage comme « Gestionnaire d’Entreprise de l’Economie Sociale et Solidaire » et me voilà quelques jours plus tard face à Sophie (ndlr : responsable de formation Arobase) pour mon entretien d’admission à Arobase. Le choix de cette formation ? Le contenu pédagogique orienté « Economie Sociale et Solidaire » et la possibilité de concilier formation et expérience professionnelle. L’apprentissage, c’était une de mes conditions : j’avais besoin d’un revenu, je sortais d’un système où je travaillais et je ne me voyais pas retourner sur les bancs de la fac pour assister simplement à des cours. Car même si c’est parfois difficile, il n’y a rien de mieux qu’une expérience professionnelle pour acquérir des compétences... Quand un matin . . .
  5. 5. J’ai donc intégré la promo GESS Arobase en 2011 et signé un contrat d’apprentissage à la mairie de Grenoble, au sein de la toute nouvelle maison des habitants du secteur 3. J’étais apprentie directrice ; c’était le début de l'organisation des Directions de Territoires donc on avait tout à découvrir. J’ai eu très rapidement des responsabilités car ma tutrice a su m’accorder rapidement une grande confiance. Le rythme de la formation ? 1 semaine de cours pour 3 semaines dans la structure. On était une petite promotion avec des gens aux profils complètement hétéroclites et aux parcours professionnels très différents. Les cours sont assez bien tombés : je vivais les choses en pratique pendant le stage et ensuite je voyais la théorie ; ça me permettait de prendre du recul, de ne pas rester « la tête dans le guidon » et ça apportait de la finesse dans mes analyses. C’est la force de l’alternance travail – formation ! L’apprentissage . . .
  6. 6. Et puis nous échangions beaucoup entre nous et avec les intervenants sur les problématiques de boulot. C’est ce qui fait aussi la richesse de cette formation. Les intervenants étaient des professionnels de terrain qui partageaient leurs savoirs mais aussi leurs expériences. Ils présentaient souvent des situations concrètes pour illustrer leurs propos. Dans l’ensemble ils étaient vraiment tous chouettes même si j’aimais particulièrement bien Albert et Rachid. L’esprit des cours, c’était aussi de favoriser la créativité à travers des outils pédagogiques originaux et ludiques. Un exemple ? Je repense à cet exercice d’animation de groupe, un exercice de construction d’objet à base de petits matériels. On était en groupe de 4 ou 5 avec un temps donné pour réfléchir à ce que l’on construisait, prévoir les étapes de la construction puis les mettre en œuvre… C’était super intéressant d’analyser a posteriori le positionnement de chacun et la dynamique d’organisation du groupe ! Finalement j’ai vraiment trouvé ce que j’étais venue chercher à Arobase. Les cours . . .
  7. 7. Je me rappelle aussi de l’ambiance dans la promo, on était vraiment contents de se retrouver chaque mois. On mangeait pratiquement tous les midis ensemble. J’étais contente d’y aller. Il y avait une bienveillance entre les stagiaires. On se donnait des coups de main pour réussir et le climat de confiance permettait de se livrer librement sur ses expériences tant professionnelles que personnelles. Malgré la diversité des parcours et des expériences, personne ne se sentait supérieur, chacun amenait sa pierre à l’édifice. Je me souviens aussi de la gestionnaire de formation. J’ai bien accroché avec elle. C’était une personne ressource pour nous. Elle nous aidait tout le temps pour nos démarches admnistratives et elle le faisait toujours avec le sourire. Autour d’un café . . .
  8. 8. Mon quotidien aujourd’hui ? Après avoir fait une nouvelle mission pour la ville, j’ai intégré en novembre 2013 l’AFEV comme coordinatrice des KAPS (ndlr : Koloc’ A Projets Solidaires). Les KAPS, ce sont des colocations solidaires de jeunes pour la plupart étudiants ou en service civique qui décident de venir habiter dans un quartier en politique de la ville, en colocation. Ils ne se connaissent pas forcément mais décident de s’engager sur des projets 3h par semaine avec les acteurs associatifs du quartier, les habitants et autres structures. L’objectif des KAPS c’est de créer du lien, de la mixité dans les quartiers mais aussi et surtout de développer l’empowerment des habitants c’est-à-dire leur capacité d’action collective. Ces jeunes ils sont ultramotivés : ils sont prêts à se bousculer dans leurs représentations, leurs stéréotypes, leurs préjugés. Ils nous disent souvent que cette expérience les a pronfondement marqués. Et aprèsArobase . . .
  9. 9. Et aprèsArobase . . . Un exemple de projet ? Je me souviens d’une initiative qui est née un peu par hasard et qui a débouché sur quelque chose de super. Dans la résidence, les Kapseurs ont créé une gratuiterie pour partager des objets dont ils n'ont plus l'utilité. En 2014, un groupe de jeunes a proposé d’ouvrir cette gratuiterie aux gens du quartier. Ils ont organisé en 1 mois un événement dans la salle polyvalente, avec des animations pour les enfants, un coin café pour discuter et plein de choses à donner ! Plus d’une cinquantaine d’habitants sont venus. Le concept a été un vrai succès puisque certains des habitants ont pris l’initiative de revenir pendant la journée avec des choses à donner (dont une hotte neuve !). Cette journée, ça a aussi été l’occasion de discuter avec les habitants des projets qui pourraient les intéresser, leur demander ce dont ils avaient envie pour leur quartier.
  10. 10. #Quoooooooi?C’estdejafini? On n’a pas vu le temps passer… Une chose est sure c’est qu’un tel engagement pour faire de notre société un monde meilleur, ca se raconte et surtout ça se partage… On est épatées par les convictions de cette toute jeune fille de 27 ans (paye ton coup de vieux…) ! Pour les petits curieux… Oui, Melissa est restée en contact avec quelques personnes de sa promo dont 4 qu’elle revoit régulièrement. Les anciens collègues font partie de son réseau et elle leur oriente parfois des Kapseurs ! Alors, alors... Qui sera le prochain (ou la prochaine) à passer aux aveux de son choix-de-vie-pas-comme-les-autres ??? Suivez la folle aventure des #arobasiens sur @CentreArobase N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires, remarques, pensées philosophiques… et à faire passer le message ! Et si ce témoignage venait à créer des vocations chez cer- tains d’entre vous, rendez-vous sur www.arobase-formations.fr rubriques «Apprentissage».
  11. 11. Pour moi,Arobase c’est . . . LA CREATIVITE Les outils proposés au cours de la formation encouragent la créativité et nous poussent à aller au bout de nos réflexions sur nos projets. LA CONVIVIALITE Au sein de ma promo, il y avait une réelle bienveillance, pas de compétition. On partageait des valeurs communes. LA DIVERSITE On était tous différents, chacun avec son bagage apportait quelque chose. Il y avait une réelle ouverture en termes de parcours professionnels.
  12. 12. #arobasetouteunehistoire @CentreArobase Centre Ressources Arobase 34, Avenue de l’Europe 38100 Grenoble (France) Tél.+33(0) 4 76 46 10 85 28, Rue de la Baïsse 69100 Villeurbanne (France) Tél.+33(0) 4 78 28 82 56 Conception, rédaction, réalisation et graphisme : PL / PM Ces petits riens (www.cpr-conseils.fr) info@arobase-formations.fr www.arobase-formations.fr fr.viadeo.com/fr/profile/centre.formation.arobase

×