Entretien et restauration des pierres de façade - une conférence gratuite du Centre Urbain
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

Entretien et restauration des pierres de façade - une conférence gratuite du Centre Urbain

le

  • 6,710 vues

Petit granit, pierre de Gobertange, pierre d'Euville... La pierre, souvent combinée à la brique, joue un rôle à la fois structurel et décoratif dans les façades bruxelloises. Marie-Christine De ...

Petit granit, pierre de Gobertange, pierre d'Euville... La pierre, souvent combinée à la brique, joue un rôle à la fois structurel et décoratif dans les façades bruxelloises. Marie-Christine De Belder, tailleuse de pierre, et le Centre Urbain présenteront des exemples de chantiers de restauration à Bruxelles: consolidation d'assises de balcon, restitution de motifs sculptés à l'aide de mortiers minéraux, remplacement de pierres dégradées…
L'accent sera mis également sur les travaux d'entretien.

Statistiques

Vues

Total des vues
6,710
Vues sur SlideShare
6,702
Vues externes
8

Actions

J'aime
1
Téléchargements
131
Commentaires
2

1 intégré 8

https://www.facebook.com 8

Accessibilité

Catégories

Détails de l'import

Uploaded via as Adobe PDF

Droits d'utilisation

© Tous droits réservés

Report content

Signalé comme inapproprié Signaler comme inapproprié
Signaler comme inapproprié

Indiquez la raison pour laquelle vous avez signalé cette présentation comme n'étant pas appropriée.

Annuler
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Êtes-vous sûr de vouloir
    Votre message apparaîtra ici
    Processing...
  • Peut on avoir le PPT? le PDF est destructuré ..et donc illisible !!!

    Dommage.

    Merci pour votre contribution.
    Êtes-vous sûr de vouloir
    Votre message apparaîtra ici
    Processing...
  • Vous êtes à la recherche d’un tailleur de pierre pour votre façade? Votre balcon en fonte est endommagé et vous cherchez un ferronnier? Vous recherchez un professionnel pour restaurer un sgraffite, un vitrail, un décor en céramique? Le Répertoire des métiers du patrimoine architectural du Centre Urbain vous informe de manière précise sur les compétences et les activités de chaque entreprise.

    Consultez-le sur http://www.patrimoine-metiers.be
    Êtes-vous sûr de vouloir
    Votre message apparaîtra ici
    Processing...
Poster un commentaire
Modifier votre commentaire

Entretien et restauration des pierres de façade - une conférence gratuite du Centre Urbain Presentation Transcript

  • 1. Une brève approche de la problématique, Un cri d’alarmeLa Charte de Venise de 1964 prévoit en son article 4« La conservation des monuments imposed’abord la permanence de leur entretien ».Pourquoi ne pas appliquer ces principes desmonuments historiques à notre patrimoine privé?
  • 2. l ’entretien et la conservation des pierresOn ne traite pas une vieille pierre comme à unejeune la restauration des pierresOn ne restaure pas une vieille pierre comme unenouvelle
  • 3. Mettre en œuvre une pierre c’est toucher- à une ressource qui n’est pasinépuisable. - à une matière qui a mis des millions d’années à se former - à une matière qui vit et vieillit
  • 4. - L’architecte,- l’ingénieur- L’entrepreneur- Le scientifique (biologiste, géologue, archéologue…..)- Les corps de métier- Aux historiens, historiens de l’art, archéologues- Etc…. Il s’agit d’une simple « information » qui doit permettre aux particuliers de s’y retrouver et de poser les bons gestes d’entretien
  • 5.  non toxique participe à l’économie sociale ( les carrières en Belgique ont un contrat environnemental, un contrat social : respect des conditions de travail, et proposent un matériau de qualité: respect du matériau dans l’extraction). Ce n’est pas le cas partout dans le monde! en fin de durée de vie entièrement recyclable et biodégradable retailles et déchets utilisés (gabion/concassage/composite…)
  • 6.  nettoyer régulièrement ses pierres avec des méthodes douces (savon de Marseille/si nécessaire blanc d’Espagne) surveiller tous les avertissements liés à l’humidité surveiller les joints et les entretenir surveiller l’état des corniches et des gouttières surveiller la fluidité des écoulements (pentes, trous d’écoulement…) traiter les plantes, les insectes nuisibles…. traiter les surfaces: hydrofuges, durcisseurs, antigraffitti et … les méthodes douces qui recalcifient la pierre en la nettoyant (faire appel aux professionnels) restaurer / remplacer si nécessaire (faire appel à un professionnel) Établir le rapport de traitement pour les entretiens/conservations/restaurations futures et enfin ….. Tout bâtiment restauré DOIT CONTINUER A ETRE ENTRETENU
  • 7. « la classification commerciale présentée ci-après, établie en collaboration avec le CT Pierre et Marbre , se rapproche fortement des classifications scientifiques afin d’éviterautant que possible les confusions nominatives. Elle est axée sur les trois grandes famillesde roches définies précédemment et se subdivise comme suit :  roches magmatiques :  granits  Basaltes  Porphyres  roches sédimentaires :  grès et roches siliceuses  roches carbonatées :  calcaires gréseux  calcaires marbriers  calcaires non marbriers  ardoises, shales et schistes  roches métamorphiques :  ardoises, shales et schistes  gneiss  marbres. »
  • 8. Le même très saleFaçade de l’hôtel Aubeck ausol : granit rose
  • 9. Rue d’Arenberg/KBC /Hôtel Wolfers
  • 10. Lichens sur une tombale récente enTarn
  • 11.  « Les roches sédimentaires ne représentent que 5% du volume des roches de la croûte terrestre mais couvrent 75% de sa surface. Contrairement aux roches magmatiques, les roches sédimentaires se sont toutes formées à la surface de la Terre. On dit que ce sont des roches exogènes. Elles se constituent à partir de sédiments (du latin sedimentum: dépôt) ».
  • 12. « les roches sédimentaires sont représentées par le plus grand nombre de catégories. Celles-ci reflètent ladiversité des modes de formation et la nature même du matériau, qui induit inévitablement descaractéristiques mécaniques dissemblables et des applications différentes.  La première catégorie est celle des grès et roches siliceuses.Elle regroupe surtout des pierres utilisées dans le bâtiment pour le pavage et le dallage de voiries extérieuresainsi que pour la réalisation de murs en moellons. Il s’agit essentiellement de pierres au toucher rugueux,dont les tonalités varient souvent au sein d’une même fourniture.  Les roches carbonatées regroupent la grande majorité des pierres et ont été subdivisées en trois sous-groupes :  les calcaires gréseux ou détritiques possédant une fraction importante de minéraux autres que la calcite, comme du quartz et/ou de la glauconie  les calcaires marbriers  les calcaires non marbriers.Ces deux derniers sous-groupes se différencient notamment lors du polissage. La distinction est trèsimportante d’un point de vue architectural, car elle permet de déterminer si la pierre prend ou non un bonpoli. En général, les pierres compactes, donc peu poreuses, donnent un meilleur poli que les pierres ditestendres (poreuses). Une pierre marbrière présente habituellement une densité supérieure à 2.500 kg/m3.Parmi les pierres non marbrières, on retrouve la majorité des pierres blanches françaises. »
  • 13. ND du Rosaire Uccle Colonne du CongrèsLes grès récemment restaurée. grès de Herzogenrath
  • 14.  Pierre de Gobertange  Pierre de Baeleghem
  • 15. Avenue de l’Université, Ixelles
  • 16. Les calcaires sédimentaires sont constitués de fossiles calcaires sédimentés. Tout comme les rochessiliceuses (grès et calcaires gréseux), ils sont très sensibles aux acides.
  • 17.  Les pierres peuvent aller de la plus dure à la plus tendre et varier fortement dans une même carrière en qualité et en couleur selon les bancs Le pavillon de Rodin pour les Passions Humaines
  • 18. Avenue de Visé, Ixelles
  • 19. Pierre bleue etsavonnière gobertange
  • 20. Mosaïque de marbre : faire appel à un mosaïste
  • 21. Marbre rose a perdu toute sa couleur et est extrêmement microfissuré. Lesoubassement en mazy est dépoli mais résiste mieux aux agressions.
  • 22. Quelques amis/ennemis des pierres
  • 23.  L’existence de l’eau sur et dans la pierre génère bien souvent le développement de la plupart des altérations Sels solubles Cycles gel/dégel En pénétrant dans la pierre, elle modifie ses propriétés mécaniques en en dissolvant les minéraux Amène immanquablement l’installation des colonies d’organismes vivants
  • 24.  Les pluies de plus en plus violentes Les chaleurs qui augmentent, les hivers plus froids : la pierre est mauvaise conductrice de la chaleur et donc quand la température monte ou descend les parements se refroidissent ou se réchauffent plus vite que l’intérieur de la pierre ce qui génère des tensions qui provoqueront à la longue l’écaillage ou la désagrégation des particules de pierre.
  • 25. Certaines plantes peuvent êtrebénéfiques ou néfastes ou les deux à la fois. Un avis éclairé est nécessaire.
  • 26. La racine de cet arbuste en s’insérant dansle joint, a causé une grave fissure dans lamaçonnerie
  • 27. Les racines de cetarbre soulèvent lemuret
  • 28. Le lierre peut protéger lespierres des ruissellements(cas récent du templed’Angkor) mais ses racinespeuvent s’insérer dans desfissures et des joints. D’autrepart quand on le coupe latrace des petites ventouses estdifficile à enlever
  • 29. Indicateur d’humidité elles génèrent plusieurs problèmes
  • 30. LE DÉBORDEMENT DE LA DESCENTE D’EAU LES JOINTS OUVERTS PERMETTENT À L’EAU ET DÉSSOLIDARISE LES SÉDIMENTS DES PIERRES ET À DIVERSES PARTICULES DE S’INSTALLER PERMET UNE HUMIDITÉ PROPICE À TERRAIN DE PRÉDILECTION DE CE TYPE DE L’INSTALLATION DES PLANTES ET AUTRES VIES PLANTES Halles St GéryRue de la Grande Île
  • 31. Les mousses et les lichens secrètent des substances acides sur les parementscalcaires et par ce biais attaquent lentement la pierre
  • 32. Halles St Géry/fontaine
  • 33. Dessus de mur le long des berges d’un ruisseau
  • 34. CYANOBACTÉRIES : NOIRCISSENT LA PIERRESET Y DÉPOSENT UN VOILE NOIR VISQUEUX LES BONNES BACTÉRIES « Entretien par biominéralisation Les bactéries contenues dans un liquide ont la particularité de créer du calcaire. Elles pénètrent dans les pores de la pierre, créent un maillage calcaire et reconstituent ainsi de manière durable le calcin protecteur. Grâce à cette nouvelle technique utilisant des bactéries calcifiantes, la voie est ouverte pour une conservation efficace et durable des ouvrages en pierre. Ce procédé améliore les propriétés physiques de la pierre sans en modifier l’aspect. Très efficace en traitement préventif ou curatif, cette méthode est écologique et économique. Le traitement de la pierre se déroule en quatre étapes :  1 Nettoyage et réparation éventuelle  des pierres.  2 L’ensemencement de la pierre  le premier jour  3 Pulvérisation d’un liquide nutritif,  durant les trois jours suivants, qui va  alimenter les bactéries.  4 Une fois la nourriture épuisée, les  bactéries meurent en laissant un épiderme calcaire dans les microporosités de la pierre. «  Se renseigner auprès de professionnels et prendre plusieurs avis car il y a un risque de voilage blanc
  • 35.  La présence soutenue de cloportes ou de mille-pattes à lintérieur des pierres est souvent le signe dun grave problème dhumidité . Toute source de nourriture susceptible de favoriser la persistance de linfestation (par exemple, bois pourri) doit être éliminée Cloporte vivant dans une fissure en train de prendre l’air
  • 36. araignéesserpent
  • 37. Les déjections des pigeons posent de gros problèmes : elles contiennent dessubstances nocives pour la pierre qui génèrent des désordres physico-chimiques; elles contiennent des levures et des champignons, des sels minérauxriches en sulfates et nitrates.D’autre part certains oiseaux et pigeons grignottent la pierre de leur bec et lagriffent
  • 38.  Le calcin est une fine couche de carbonate de calcium qui se forme par migration en surface de la pierre. Cette couche qui met longtemps à se former, donne une patine à la pierre et la protège. Une pierre sablée refait difficilement son calcin
  • 39. Traces del’ancienneportecochère duchateau
  • 40. Près des Halles St Gery Près de la place St Jean/briques de verres lumineuses
  • 41. À deux pas de la Grand Place
  • 42. Près de la chaussée d’Ixelles
  • 43.  Dans ce cas appeler un spécialiste (IRPA….) Un mauvais geste et les dégâts sont catastrophiques
  • 44.  Les pierres ne sont pas éternelles. La pollution, le manque d’entretien, les écoulements et les remontées réguliers d’eau, les plantes, les animaux, les mauvaises mises en œuvre…. Peuvent accélérer leur vieillissement et même les faire mourir. Ceci dit la pierre est un excellent matériau de construction pour autant qu’on l’utilise « à bon escient »
  • 45.  Sous-sol non drainant Éclaboussures des gouttes de pluies sur la base du mur Effet de l’eau de ruissellement Remontées capillaires Vapeur de condensation Mur non respirant Infiltration d’eau dans les maçonneries Joints ouverts…..
  • 46. Rue Grande Île Zones grises : à l’abri de l’eau se retrouvent couvertes de particules de saleté qui ne sédimentent pas Zones blanches: exposées aux ruissellements. Les eaux provoquent des dégradations en dissolvant les constituants les plus solubles des pierres Bld Anspach
  • 47. Schaerbeek
  • 48. L’oxydation du cuivre tue lesmousses et les lichens par Bruxelles centreruissellement en suivant le sens dela taille mais tache la pierre Ici les voiles blancs et noirs sont dus au lessivage dans le sens de la taille
  • 49. Alvéolisation due au lessivage des sédiments plus sensibles et à la présence renforçante du cimentJointoyage au ciment Sulfin = calcin formé par sulfatation dans les villes. Les trainées suivent le sens de la taille
  • 50. les eaux de remontées capillaires,combinées aux eaux deruissellement, drainent des sels . Ensèchant les sels migrent à la surfacede la pierre et cristallisent. Engonflant ils provoquent unécaillage de la pierre
  • 51. Collage avec une colle polyesterDèbut de faïençage = empêchant la pierre de respirer etmicrofissuration provoquant écaillage et fissuration Reste de tenon métallique encore en place = rouille
  • 52. Vue de la terrasse en « coupe » = noirure : c’est une zone de faiblesseJoints irréguliers parallèles à la stratification, sous l’apparence d’une lignecharbonneuse, contenant des argiles à fraction carbonatée et matières organiques
  • 53. Dégradation du bas de la pierre de Gobertange : l’eau rejaillit sur le trottoir en pierre bleue (non poreuse et plus dure) qui Le grès s’effritte et perd de sa n’est pas drainant et dépose des substance. Il est farineux sels sur le bas de la pierre la plus faible. Ces sels dégradent la pierre comme si elle était mangée.Pierre d’angle très sujette aux contraintes. Placé en dessous dune pierre dure, cegrès s’amollit suite au ruissellement des eaux et au rejaillissement des eaux nondrainées dans le sol. Il devient farineux
  • 54. Piquetage indiquant la présence d’unenduit ancien retiré. Restes de l’enduit au ciment
  • 55. Vermiculure en cours de constitution : l’eau qui ruisselle désolidarise les ciments de la pierrePierre de seuil remplacée
  • 56. Moulinage : si on passe son doigt lapoussière de pierre tombe touteseule éraflures Écaillage en cours
  • 57. Début d’écaillageGrélé : en brun la patine et enblanc l’altération Patine grise et en blanc la pierre qui se dégrade Caverne avec efflorescences
  • 58. Dégradation due à l’écoulement de l’eau. Notez que le dessous patiné (protégé par sa couche de calcin) commence à se grèler affouillements
  • 59. St Stanislas, Ixelles Chaussée d’Ixellesdésagrégation Perte de matière sur une veine stylolithe due à l’eau qui coule vers le larmier et fissure
  • 60. Point de rouille à la base de la fissuration
  • 61. Rue du Chêne
  • 62. Place F. Cocq, Ixelles Dessous du seuil
  • 63. Désordre structurel nécessitant l’avis del’architecte et ou l’ingénieur Rue du chêne
  • 64. Chaussée d’Ixelles Corniches mal entretenue et l’eau ruisselle sur la pierre en provoquant une décohésion
  • 65. Pierre bleueeuville Partie abimée de la pierre la plus Rue de la paix, tendre Ixelles
  • 66. Extrait de « La taille de pierre », JM Laurent,ed Eyrolles, collection Au Pied Du Mur.
  • 67. Chaussée d’Ixelles Soubassement en pierre bleue (dure) au dessus pierre blanche (plus tendre)
  • 68.  Les joints non fermés occasionnent des infiltrations d’eau dans les maçonneries et peuvent provoquer de gros dégâts dans les pierres (gel, remontées de sel, appauvrissement du sédiment…..)
  • 69.  Le Cours sur mortier historique, par Ray Tschoepe - Vieux-Maison... (The Short Course on Historic Mortar)  www.oldhousejournal.com/magazine/1484 Mortier de cimentMortier de chaux Si possible utiliser un mortier dont la composition est la plus proche du matériau mis en œuvre
  • 70. Le mortier de chaux ne sait plus respirer et repousse les joints,Provoque des fissures dans le raccord pierre/joint, ou pire fend ou altèreles pierres, et déssolidarise les maçonnerie
  • 71. Ixelles maison communale
  • 72. Halles St géry Rue de la Grande Île
  • 73. Signalons la persistance grave de rejointoyagedes pierres au silicone or les pierres doiventrespirer et cela provoque souvent un tachageau joint et mieux encore on me signale (JM Baup) avoir vu un jointoyage au silicone recouvert d’un joint de ciment!
  • 74.  Le feu est un gros ennemi de la pierre calcaire sédimentaire; il la fragilise en destructurant le matériau qui doit souvent être remplacé. On note égalementla brillance de la pierre qui estBouchon de pierre due à un antigraffittiblanche/Grand place
  • 75. Rue de la Grande Île
  • 76. « Le processus de formation de la rouille peut être décomposé en trois étapes de base :  1)la formation dhydroxyde de fer II [Fe(OH)2] par action sur le fer des ions hydroxydes conjointement formés par réaction du dioxygène de lair avec leau (réaction doxydo-réduction) ;  loxydation des ions fer II en hydroxyde de fer III sous laction du dioxygène de lair ;  finalement, la transformation spontanée de ce solide en oxyde de fer III hydraté.  Quand le fer (ou lacier) entre en contact avec leau, un processus électrochimique lent commence. Sur la surface du métal, du fer (état doxydation : 0) est oxydé pour passer à létat doxydation II :  Fe + 2OH− → Fe(OH)2 + 2e−,  pendant que le dioxygène de lair (degré doxydation 0) est réduit en ion hydroxyde :  2H2O + O2 + 4e− → 4OH−.  2)Lors de la seconde étape (quasi instantanée) lhydroxyde de fer II est rapidement oxydé en hydroxyde de fer III selon cette réaction :  4Fe(OH)2 + 2H2O + O2 → 4Fe(OH)3.  3)Finalement, cet hydroxyde de fer III se transforme spontanément en oxyde de fer III hydraté selon léquation-bilan suivante1 :  2Fe(OH)3 → Fe2O3·3H2O.  Par conséquent, on comprend la nécessité de la présence deau liquide, qui intervient à chaque étape de la réaction chimique. La corrosion tend à progresser plus rapidement dans leau de mer que dans leau douce, cette dernière étant bien moins conductrice. En effet, leau de mer (solution saline) permettant la conduction électrique, favorise les déplacements ioniques et les réactions doxydo-réduction y ont un meilleur rendement. La formation de la rouille est également accélérée en présence dacides (pour la même raison), mais empêchée par laction de surface de lacide nitrique, cest la passivation. La rouille possède lextrême inconvénient de fragiliser les structures quelle attaque. En effet, le fer sain y est remplacé par loxyde de fer III, qui lui est friable, poreux et mauvais conducteur. Si le phénomène de formation de la rouille peut être stoppé par électrolyse, les parties corrodées de cet objet ne pourront toutefois pas être reconstituées par cette méthode.  Quand on parle de rouille, on désigne en premier lieu la corrosion du fer, mais dans la vie quotidienne, il sagit généralement de la corrosion de lacier, bien plus utilisé de nos jours que le fer pur. » (Wikipedia)  Visuellement cela donne ceci : le fer prend l’eau commence à rougir/brunir et se décompose en gonflant. Cela fait il repousse la pierre et la fait éclater à 45°, à l’endroit où le gonflement se produit.
  • 77. Maison communale Ixelles Cimetière d’Ixelles
  • 78. Halles St gery
  • 79. Soulèvement de la colonne pareffet de rouille du tenonPrès de la Place St Jean
  • 80. Maison communale ixelles
  • 81. Clinique à Ixelles
  • 82. Grand Place : remplacement du gond la trappe. Le plombage de l’ancien gond est ouvert et est repoussé par la rouille. La pierre est explosée dans les coins .Rue du Chêne. Blocage de Volet coulé auplomb mais sous le chassis il y a untenon métallique rouillé qui a fait éclatéla pierre à 45°
  • 83. EmplacementDu tenon
  • 84. Tant pour les ancrages des balcons que pour tout ancrage métallique : de bonsconseils
  • 85. Décohésiongranulaire
  • 86. MORTIER MINÉRAL PLUS CLAIRCAR NE PATINE PAS COMME LA MORTIER MINÉRAL TROPPIERRE ET IL RESTE PLUS LISSE CLAIR
  • 87. Grand PlaceSablage suite à une restauration.Le mortier n’a pas cette teintegris-bleu
  • 88.  Pour la pierre blanche  Pour la pierre bleue on mélange avec la on prend la poussière poussière de pierre de pierre bleue comme charge comme charge, un Excellent aussi pour la peu de noir et une restauration des grès goutte de bleu La chaux a comme particularité d’avoir les mêmes propriétés que les pierres calcaires et se marie bien avec ces pierres. Sa prise est plus lente mais sur le long terme elle durcit et laisse respirer la pierre
  • 89. Fontaine Halle Saint Géry
  • 90. Près de la gare centraleRue du Midi
  • 91.  Mais le nettoyage souvent chimique ou physique finit toujours par dégrader la pierre en laissant toujours un voile du graffitti. En France dans certaines villes on badigeonne les murs d’une couleur similaire à la pierre et au bout de quelques couches souillées on nettoie et on réenduit. (peu couteux et bon pour la pierre car le badigeon de chaux protège les pierres)
  • 92. L’antigraffitti donne également une couleurbrillant au revêtement et ne laisse plus respirer lapierre
  • 93. EAU DE CHAUX DURCISSEUR Entretenir sa pierre à l’eau  Dans le temps on a de chaux (« sproutcher » à saturation pendant 10 utilisé les silicates jours après nettoyage) alcalins, les fluosilicates c’est excellent et très bon (encore utilisés en Italie) pour stabiliser les effritements et farinages. et aujourd’hui les Ce traitement recarbonate, silicates d’éthyle. reminéralise la pierre. Il  Change la couleur de la ne s’agit pas d’un collage! En cas de désordre plus pierre : la rend plus profond faire appel à un foncée professionnel demander un avis de professionnel
  • 94. ENDUIT, BADIGEON OU HYDROFUGE LA CHAUX OU LES SILICONES?QUE L’ON PRENNE L’UN OU L’AUTRE, LECHOIX DOIT TOUJOURS PORTER SUR UN PRODUIT RESPIRANT ATTENTION : LA PIERRE BLEUESUFFISAMMENT DENSE NE NÉCESSITE PASD’HYDROFUGE MAIS ELLE SE TACHE AVECLES HYDROFUGES PLACÉS SUR LA BRIQUE OU AUTRES PIERRES PLUS TENDRES
  • 95. Aucun rapport detravail n’existait etla restauration s’estavérée impossible.On note égalementdes traces desablage
  • 96.  Il existe diverses manière de  Sablage, micro sablage nettoyer les pierres en tenant hydrosablage : pose problème compte des salissures, du type car il a tendance à abîmer la de pierres, des moyens pierre ; les sablages ou les financiers mis en œuvre interventions au nettoyeur bien analyser le type de bâti haute pression détruisent la (moellons grossièrement protection naturelle de la pierre équarris, pierre sèches, pierres (le calcin) et sa patine taillées, etc), la nature et la  projection de billes de bois… provenance de ces pierres  Nettoyage chimique : polluant (calcaires, schiste, etc..) et dangereux pour la pierre  Latex : couteux et à l’intérieur  nébulisation, chaude froide, sous pression…..  La bonne vieille savonnée de marseille et le carbonate de calcium (blanc d’Espagne)  laserPrendre avis de professionnels
  • 97. À gauche maison nettoyée etbalcon restauré; à droitebalcon dont le garde corps estenlevé et façade nonentretenue À gauche la façade nettoyée il y 10 ans au produit chimique, centre façade non nettoyée et à droite façade sablée il a 3 ans
  • 98.  Les balcons dégradés sont très dangereux : - descellements des garde-corpsbalcons   - chutes de pierres ou béton  -chute de personnes  Leur réparation coûte cher :Ou pourquoi Roméo  - plusieurs corps de métier devront intervenir(entrepreneur/ingénieur pour laet Juliette n’habitent stabilité/carotteurpas à Bruxelles  spécialisé/ferronnier/tailleur de pierre/maçon/gruttier….)  - matériaux très différents enchevêtrés  - échafaudages lourds si remplacement d’éléments.  réfection des plombs  décapage  -réparation des pierres  -carottage  -ancrages  -recouvrement d’un zinc flottant….
  • 99. Balcon filant
  • 100. Balcon simple Balcon double
  • 101.  La pierre de balcon  Les consoles  Le garde corps et accessoires1) garde corps en pierre avec balustres2) garde corps en fonte droit ou galbe (avec la variante des pierres d’angle)3) Garde corps en fer
  • 102. CB A Les points d’ancrages métalliques sont marqués par de fines flèches
  • 103. Balcon façade Hôtel Aubecq Pilastres du garde corps en fer forgé ou fonte Rigole pour l’écoulement des eauxPartie encastréedans lamaçonnerie
  • 104. L’INSPECTION N’EST POSSIBLE QUE SI LA PIERRE EST PROPRE ET EXEMPTEDE PEINTURE. SINON LA PEINTURE OU LES DIVERS ENCRASSEMENTSMOUSSES, ALGUES…. PEUVENT CACHER DE GRAVES FISSURES. LESDÉCOLLEMENTS DE PEINTURES/PLAFONNAGE DOIVENT METTRE ENALERTE. UNE TRACE PLUS CLAIRE OU PLUS SOMBRE INDIQUE UNE FISSUREOUVERTE.LE SENS DES FISSURES EST TRÈS IMPORTANTS
  • 105. Fissuresayantprovoquél’écaillagede lapeinture
  • 106. Ces deuxfissures sontdues àl’éclatement dela pierre autourdes pieds dubalcon suite àla rouille
  • 107.  Il est parfois nécessaire d’installer un filet de protection (pour éviter les chutes de pierres) et parfois aussi des étançons en cas d’affaissement de la structure. .FAIRE APPEL A UN ARCHITECTE OU A UN INGENIEUR ARCHITECTE POUR LA STABILITE
  • 108. Molenbeek La Bourse
  • 109. Le gardecorpsLe garde corps doit très souventêtre démonté et traité car il a biensouvent perdu sa main courante,ses attaches sont extrêmementrouillées (dans la maçonnerie etdans la pierre) et ses différentescomposantes sont bien souvent enbien mauvais état si pas carrémentdésolidarisée.Cette opération est couteuse car ilfaut un matériel de levage enhauteur, il faut sabler, traiter etréparer la pièce puis la replaceravec coulage au plomb là où sepose les pieds du garde corps. FAIRE APPEL A UNFERRONNIER
  • 110. La dilatation des fers et la rouille provoquent léclatement des pierres et des maçonneries au droit des scellements ou en rive de balcon. Pour faciliter l’enlèvement des fers on chauffe (pas trop) la pierre pour ramollir les plombshttp://www.rhone-alpes.culture.gouv.fr/vpah/IMG/pdf/garde_corps_ferronnerie.pdf
  • 111. 
  • 112. Garde corps galbé Garde corps droit
  • 113. Schaerbeek
  • 114. Moins grave mais peu esthétique: les cables
  • 115. La corniche en bois de la loggia est pourrie de par les écoulements dus àdes fissures dans le balcon.
  • 116. Schaerbeek
  • 117. Les coûts de restaurations sont très élevés et sontsouvent la conséquence d’un manque de politique d’entretien de nos bâtiments classés ou non. Les particuliers ont tout autant si pas plus besoind’entretenir leur bien de manière à limiter les coûts inhérents à une restauration lourde. Les pierres qui ont mis des millions d’années à seformer sont parfois dégradées en 2 générations par manque de respect et d’entretien
  • 118.  Outre la responsabilité civile du propriétaire de bâtiment qui n’entretient pas son bien, mettant en danger les usagers de la voie publique, la responsabilité pénale peut également être engagée. Pour l’environnement social une petite dégradation en entraine une autre et les jeunes générations ne comprendraient pas qu’on leur lègue un tel cadeau Les pistes à suivre ? Travailler avec les professionnels du bâtiment en se renseignant bien Créer des comités d’embellissement des quartiers qui prennent en charge le nettoyage des façades en associant des professionnels du bâti et des jeunes
  • 119.  Pierre et patrimoine : connaissance et conservation, ed. Actes Sud/CEFRACOR, 2009  Editions Eyrolles, Collections « Au Pied du Mur » - Maçonnerie de Pierre, Matériaux et techniques, désordres et interventions, Jean et laurent Coignet, 2007 - Pierre de taille: restauration de façades, ajouts de lucarnes, JM Laurent, 2003- La Maison Ancienne, Construction, diagnostic,interventions, Jean et Laurent Coignet, 2008
  • 120. Pierres à Bâtir traditionnelles de la wallonieManuel de terrain, dgrne, RW
  • 121. - « Les matériaux de construction de Belgique etdu Nord de la France »(Prof.Dr. Eric Groessens, Géologue européen.Service géologique de Belgique, 13, rue Jenner –1000 Bruxelles), http://www.geologie-info.com/articles.php?Article=Materiaux- « Dix façons de ruiner un vieux bâtiment » byJonathan Taylorwww.buildingconservation.com/articles/ten/tenways.htm