Le soupirail

2 299 vues

Publié le

1 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Consultez également le Répertoire des métiers du patrimoine architectural à Bruxelles (www.patrimoine-metiers.be) où nous vous informons de manière précise sur les compétences et les activités de chaque entreprise.
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 299
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
12
Commentaires
1
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le soupirail

  1. 1. i CENTRE URBAIN Une information du LE CENTRE URBAIN asblLe soupirail INFO PATRIMOINE Témoin de l’époque où les caves abritaient les cuisines, le sou- pirail ou fenêtre de cuisine-cave est un élément très typique de la façade de la maison bourgeoise de la fin du 19è et du début du 20è siècle. Une grille en ferronnerie protège la fenêtre contre les effrac- tions et vient enrichir l’effet du soubassement de pierre de la façade. Eléments de composition architecturale à part entière, la fenêt- re et la grille de cuisine-cave sont trop souvent sacrifiées pour des raisons éminemment pratiques. Avec le soutien du Service des Monuments et des Sites de la Région de Bruxelles-Capitale
  2. 2. Un peu d’histoire…La cuisine-cave est liée à l’organisa-tion verticale de la maison urbainedu 19è siècle dans laquelle le rez-de-chaussée était traditionnellementréservé aux pièces de réception tan-dis que les espaces de service – A la fin du 19è siècle, la surélévation decuisine, buanderie – occupaient le plus en plus importante des rez-de-sous-sol semi-enterré. chaussée, que l’on atteint désormais par une volée d’une dizaine de marchesCette disposition entraînait un depuis le hall d’entrée, fait remonter leéloignement peu commode entre la sous-sol. Souvent, la fenêtre de cuisine-cuisine-cave et la salle à manger cave ne descend plus sous le niveau dusituée au rez-de-chaussée. Dans cer- trottoir. La grille est alors pourvue d’unetains cas, un monte-plat facilitait le serrure et présente un ou deux ouvrants.service. Dans l’entre-deux-guerres, avec la « criseLes fenêtres qui éclairent les cuisi- du personnel de maison » et la rationali-ne-caves se prolongent habituelle- sation du logement, les cuisines montentment sous le niveau du trottoir à l’in- d’un étage tandis que les sous-sols rede-térieur d’un espace ménagé dans viennent de simples caves destinées aul’épaisseur du mur de façade. Ce rangement.dispositif favorise la pénétration dela lumière oblique qui se réfléchitsur des parois peintes en blanc outapissées de carreaux de faïence. Les deux systèmes de fenêtres de cave : dessins en coupe ➔ ➔ Le châssis de fenêtre démarre au niveau du trottoir Le châssis de fenêtre descend sous le niveau du trottoir
  3. 3. Fenêtres bouchées par des briques en verre La grille en fer forgé La grille est générale- ment formée de bar- reaux de section circu-Un élément de façade laire ou carrée, torsa- dés, enrichie de motifsmenacé par la perte de ornementaux rappor-sa fonction… tés. Contrairement auxLes anciennes cuisines-caves ne sont en général balcons qui sont sou-pas habitables faute d’un éclairage naturel suffi- vent composés de pan-sant. La façade est alors souvent menacée par des neaux de fonte, la grilletransformations inadéquates… de cuisine-cave est tou- jours réalisée en fer enLa haute fenêtre de cuisine-cave et la grille qui accord avec son rôle del’accompagne sont parfois supprimées pour faire protection contre lesplace à un garage dont la porte saccorde souvent effractions. Le renou-mal à la composition de la façade. veau de la ferronnerieDans le cas des fenêtres qui descendent sous le artisanale à la fin duniveau du trottoir, pour éviter l’accumulation de 19è siècle explique lavieux papiers et de salissures qui transforment le variété des motifs quisoupirail en « trou à misère », certains proprié- ornent les grilles detaires suppriment la grille de fenêtre et le châssis cuisine-cave.et ferment la baie au moyen de briques de verrequi défigurent la façade. Cette « solution » est éga-lement techniquement néfaste car elle affaiblitl’éclairage du sous-sol et empêche une bonne ven-tilation.Rappelons que toute intervention qui modifiel’aspect architectural de la façade nécessite l’intro-duction d’une demande de permis d’urbanisme. Ernest Blérot, rue Vilain XIIII, n°1, maison personnelle de l’architecte, détruite. Col. AAM.
  4. 4. Eliminer le « trou à misère »sans modifier l’aspectde la façadeDivers « systèmes D », faciles à mettre en œuvreet peu coûteux, permettent de limiter fortementla pénétration des saletés en conservant la grilleen ferronnerie.Le plus simple, déjà appli-qué au 19è siècle, consiste àfixer, derrière la grille, untreillis à mailles fines et decouleur foncée faisant retourdans le bas pour fermer l’ou-verture entre le trottoir et lesbarreaux. Un verre épais peut également être posé en oblique en prenant appui sur le rebord du trottoir. Le remplacement du chassis de fenêtre existant, par un chas- sis ouvrant de plus petite dimension repo- sant sur un linteau placé au niveau du trottoir permet d’éli- miner définitivement le « trou à misère » tout en préservant la grille en fer forgé ainsi qu’une bonne ventilation des caves. Cette solution peut être appliquée lorsque la grille ne descend pas sous le niveau du trottoir.
  5. 5. Entretien,reconstitution ?L’entretien des grilles en fer Photographie Mireille Fontaineforgé ne pose pas de problè-me très particulier : décapageet remise en peinture consti-tuent une protection efficacecontre la rouille. Comme lesautres éléments de ferronne-rie de la façade, la grille defenêtre de cave du 19è siècle Lecture utile: Collection lArt dans la Rueest généralement peinte en • Bois et métal dans les façades à Bruxelles,noir. Dautres choix de cou- Fondation Roi Baudouin et Région de Bruxelles- Capitale, 1997.leurs apparaissent dans cer- • Carnet dentretien, Le métal, Fondation Roitaines maisons Art nouveau. Baudouin et Région de Bruxelles-Capitale, 1997.Le seul moyen de retrouver lacouleur dorigine est uneétude des anciennes couchesde peinture. A qui faire appel pourSi par malchance, la grille de vos travaux ?votre soupirail a été suppri- rsmée dans le passé, sachez que Le Répertoire des métietout n’est pas perdu : un du patrimoine peut vousferronnier familiarisé avec les detechniques traditionnelles aider dans vos recherches z-pourra vous proposer une corps de métiers. Contacte nous ou consultez notre sitereconstitution s’inspirant de s.bemodèles anciens ou travailler www.patrimoine-metierselon un nouveau dessin degrille qui s’adaptera auxlignes de votre façade.
  6. 6. Conception graphique : Cécile Coussement> Pour en savoir plus…" Info PatrimoineUn service du Centre Urbain asblNotre centre régional d’information sur l’habitat est situé aucœur de Bruxelles, dans les Halles Saint-Géry (métro Bourse).Une équipe de spécialistes vous informe et vous conseille gratui-tement sur place, par téléphone et par courriel.Contactez nos différents services :Info Patrimoine, Info Energie et Info Rénovationdu mardi au vendredi, de 10h à 18h et le samedi, de 14h à 17h Halles Saint-Géry Editeur responsable : Eddy Deruwe, 59 Boulevard Anspach - 1000 Bruxelles | © le Centre Urbain asbl –1992- 2004 Guichet Centre Urbain Place Saint-Géry, 1 1000 Bruxelles Tél. : 02/512.86.19 Fax : 02/219.35.91 info@curbain.be www.curbain.be LE CENTRE URBAIN asbl Rédaction : Jérôme Bertrand

×