L'evolution actuelle du telephone en FRANCE merite d'être comparee a
celle de quelques pays europeens. A la lumiere de ces...
Produit National Brut (en US $ 1971) par habitant

600

(SOURCE = CEP )

4
...40.im

550

500

450

400

pm

350

134

OX
...
Les previsions frangaises rappelees ci-dessus,
toutes ambitieuses qu'elles soient, ne correspondent pas reellement a un ra...
Trafic moyen a l'heure chargee
5 D d'un poste principal (en 10' Erlang)
(SOURCE = CEPT

Tout ceci ne prejuge pas de l'impo...
Ces graphiques n'ont pas ete etablis en employant la densite telephonique globale, car celle-ci
n'est qu'un agregat ; c'es...
70

Postes de toute nature en service
au r janvier de l'annee (en millions)

— la FRANCE et l'ALLEMAGNE seront de
taille v...
nable, sans doute moms moderne que par la strategie A, et ne pas creer a long terme un risque
de recession industrielle, d...
sageait une croissance nettement plus elevee,
d'autres sources de production devraient etre
recherchees.
Ensuite, une prog...
Quant a la nature des equipements de commutation, nous avons envisage deux variantes simples.

Varlante 1 : cette premiere...
Nombre de lignes principales reliees
au
janvier de l'annee (en millions)

r

Installations annuelles d'equipements
' nn to...
Strategies liees a cette evolution

Definition de strides priorites

Si l'on retient un objectif a long terme ambitieux, c...
La seconde, 8 % par an, pourrait, sans doute,
etre atteinte apres une revision des Caches assurees par l'Administration el...
nombre d'agents des telecommunications

400 000

300 000
5%

gain de productivité par an:

Evolution de ref f ectif
200 00...
CoOt relatif global du service telephonigue
(en francs constants, base 1 : 1970)

1

s•••••s._

0,5

0
1970

.1=11•MI

197...
— en francs constants, le cout des equipements
diminue en moyenne de 4 % par an ;
— le materiel est amorti sur une periode...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Bernard HUREZ, Charles PAUTRAT - Pour un nouvel objectif à long terme en matière de téléphone, L'Écho des Recherches", n° 72, avril 1973

534 vues

Publié le

Un mercredi de 1971, en Conseil des Ministres, Monsieur Louis Joseph Libois, alors Directeur du CNET, est nommé Directeur Général des Télécommunication et il prend immédiatement ses nouvelles fonctions Avenue de Ségur en emmenant avec lui l'un de ses collaborateurs. Or, ce dernier devait participer, à Stockholm, le lundi suivant, à une réunion du groupe "Études à Long Terme" de la CEPT (Conférence Européenne des Administrations des Postes et Télécommunications). Le vendredi, je fus donc désigné pour compléter la délégation française à laquelle appartenait Monsieur Bernard Hurez qui y représentait déjà le Service des Programmes et des Études Économiques de la Direction Générale des Télécommunications.

A l'occasion de cette réunion, nous avons connu les projets des principales administrations européennes avec beaucoup de détails, et ce d'autant plus qu'à cette époque, chacune disposant pratiquement d'un monopole national, aucune règle de confidentialité excessive ne s'appliquait à ces échanges. Nous avons pu alors comparer l'évolution du téléphone en FRANCE avec celui de nos voisins européens.

Nous avons alors rédigé cet article qui eut beaucoup de succès et ce, en raison de la clarté de la méthode suivie : elle ne faisait pas appel à des modèles compliqués mais montrait clairement quelle serait la situation de France en 1985 si celle-ci suivait ses projets d'alors (elle resterait alors dans le peloton de queue) ou si, avec plus d'ambition, elle cherchait à être équipée comme la Suède, comme la Suisse, comme la Grande-Bretagne …. Cet examen conduisait à proposer un objectif de 25 millions d'abonnés en 1985 (objectif que proposera de retenir, en 1974, de retenir la Commission Parlementaire de Contrôle de la gestion du service public du téléphone). L'article décrit quelques réflexions, conséquences de ce choix sur les politiques industrielles, financières, tarifaires, du personnel etc.

C'était un article de combat qui remettait en cause les projets officiels de l'Administration et dont le caractère était affirmé par une épigraphe :

Pour dire oui
il faut suer et retrousser ses manches …
c'est facile de dire non
même si l'on doit mourir

il n'y a qu'à ne pas bouger et attendre
(Antigone, Jean Anouilh)

dont le ton n'était pas habituel dans les publications administratives

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
534
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
145
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Bernard HUREZ, Charles PAUTRAT - Pour un nouvel objectif à long terme en matière de téléphone, L'Écho des Recherches", n° 72, avril 1973

  1. 1. L'evolution actuelle du telephone en FRANCE merite d'être comparee a celle de quelques pays europeens. A la lumiere de ces comparaisons il est alors possible de definir un nouvel objectif a long terme, par exemple pour 1985. L'objectif, une fois cerne, il est necessaire de brosser, a grands traits, les principales consequences qui semblent en decouler pour les telecommunications francaises. Nous examinerons successivement : - les previsions actuelles en matiere de telephone en FRANCE et dans quelques pays europeens, - la definition d'un objectif a long terme, - une strategie industrielle, et nous evoquerons, enfin les politiques Pour un d 'accompagnement. Dans cet article, seul le telephone, posant le probleme majeur actuel pour les telecommunications, sera examine. nouvel objectif a long terme en matiere de telephone* Bernard Hurez** Charles Pautrat Prospective Pour dire oui, ii faut suer et retrousser ses manches.., c'est facile de dire non, meme Si on doit mourir. II n'y a qu'a ne pas bouger et attendre. Jean A.NOUILH « Antigone » Le long terme francais au 1-1-77 : 8,24 millions de lignes principales, I F au 1-1-78 : 9,65 millions de lignes principales. N matiere de telephone, les previsions francaises du VP Plan correspondant aux realisations du 1-1-1973 au 1-1-1978, etaient les suivantes : Cette evolution s'inscrivait dans une perspective moyenne du Comae des Etudes a Long Terme, utilisee par ailleurs dans le Schema Direc- au 1-1-71 : 4,14 millions de lignes principales, au 1-1-72 : 4,54 millions de lignes principales, au 1-1-73 : 4,95 millions de lignes principales, au 1-1-74 : 5,47 millions de lignes principales, * La Direction de l'Echo des Recherches accueille aujourd'hui un article sur l'avenir du service public. Bile envisage de publier les plus interessantes des courtes notes qu'il pourrait suggerer aux lecteurs. Les notes, toutefois, devront garder un aspect purement technique ou economique et eviter tout ton polernique. au 1-1-75 : 6,19 millions de lignes principales, au 1-1-76 : 7,13 millions de lignes principales, 36 L'kHO DES RECHERCHES ** Bernard Hurez, charge de mission au Service des Programmes et des Etudes Economiques a la Direction Generale des Telecommunications. Charles Pautrat, Ingenieur en Chef des Telecommunications ; Conseiller au Secteur Commutation au CNET Issy-les-Moulineaux. AVRIL 1973 37
  2. 2. Produit National Brut (en US $ 1971) par habitant 600 (SOURCE = CEP ) 4 ...40.im 550 500 450 400 pm 350 134 OX : 300 /A ' /IN F IIM IpPI El IFAI ?.Pr.A 200 . A B Allemagne Federale Danemark France Royaume Uni Italie Noryege Pays Bas Suede Finlande DK F GB I N NL S SF .- 150 1970 A u ltg i qh e B e r cu D ir" 1980 1975 1985 Nombre de lignes principales (en millions) 4 I ; 12,5 millions de lignes principales en 1980 (soit au 1-1-1981) et 20 millions en 1985 (soit au 1-1-1986). s 250 teur des Telecommunications de la Delegation a l'Amenagement du Territoire et a l'Action Regionale la perspective menait a: (SOURCE = CEPTI) 3 Comment se situe la FRANCE avec ces previsions, dans le contexte europeen ? Les travaux du groupe de travail « Etudes a Long Terme » de la CEPT (Conference Europeenne des Administrations des Postes et Telecommunications), on nous avons represente l'Administration Frangaise*, nous ont permis d'etablir les tableaux et graphiques suivants on, par souci de clarte, nous n'avons le plus souvent conserve, pour les graphiques, que l'ALLEMAGNE FEDERALE, l'ITALIE, la SUEDE, la SUISSE et le ROYAUME-UNI. Donnees generales La figure ci-contre montre les tendances moyennes de revolution du Produit National Brut (PNB) par habitant dans ces pays ; dans cette optique relativement moderee, la FRANCE se detache en tete avec l'Allemagne Federale. Selon diverses sources, le PNB frangais devrait croltre un rythme encore plus rapide. Le tableau de la page 39 donne les variations des populations des divers pays ayant participe au groupe de travail CEPT. 2 1 _/...00. 1 , Donnees relatives au telephone ..4111 Les figures ci-contre representent le nombre de lignes principales, jusqu'en 1985, et les densites en lignes principales correspondantes. s L'equipement en postes de toute nature est aussi un parametre significatif et les courbes ci-contre montrent la densite telephonique en postes de toute nature dans les pays consideres. c. * Documents CNET-SPEE (B. Hurez et C. Pautrat), DD/ DR/C0 55 et 56 des 6 et 10 novembre 1972. 1 1970 1975 1980 1985
  3. 3. Les previsions frangaises rappelees ci-dessus, toutes ambitieuses qu'elles soient, ne correspondent pas reellement a un rattrapage convenable des pays voisins : (en millions d'habitants) Population - en 1985, notre reseau de 20 millions de lignes principales correspondrait a une densite de 33,5 lignes principales par 100 habitants : - inferieure a la densite actuelle, en 1973, de la SUISSE, de la SUEDE, des USA, - environ les 2/3 de celle de la SUEDE, qui aura progresse de 30 % en densite telephonique, - inferieure a celle de l'ALLEMAGNE FEDERALE, du DANEMARK et du ROYAUME-UNI... 1980 7,4 7,6 7,75 BELGIQUE 9,7 9,8 9,9 9,95 DAN EMARK 4,9 5 5,1 5,2 FINLANDE 0 0 0 0 0 0 1975 AUTRICHE - en 1980, nous serions encore les derniers des grands pays industriels europeens, avec par exemple une densite inferieure aux 2/3 de celle de l'ALLEMAGNE FEDERALE, derriere VITALIE, la BELGIQUE, le ROYAUMEIUNI..., 1970 4,6 4,65 4,7 4,7 FRANCE 50,95 53,5 56,5 59,65 R.F.A. 61,8 63,2 64,5 66,0 54,7 56,7 58,7 60,7 PAYS-BAS 13,00 13,8 14,5 15,3 NOR VEGE 3,9 4,1 4,25 4,45 SUEDE 8,1 8,3 8,5 8,7 SUISSE 6,3 6,55 6,8 7,0 58,6 60,3 ITA LIE 0 ROYAUME-UNI 55,9 57,2 Densite en postes de toute nature Densite telephonique 8 I 60 (lignes principales pour 100 habitants) (SOURCE = CEPT 1985 (SOURCE = CEPT) S 7/ 50 6 1 CH 40 /11011 5 Gl i 11011 1 1 o 30 - GB 011 4 20 3 ) 2 / ) 15 - 10 98 1970 1975 1980 1985 1 ; 1970 1975 1980 1985
  4. 4. Trafic moyen a l'heure chargee 5 D d'un poste principal (en 10' Erlang) (SOURCE = CEPT Tout ceci ne prejuge pas de l'importance du trafic a ecouler : en raison de la faible densite telephonique prevue, le trafic par ligne principale serait probablement toujours excessif : la figure ci-contre montre le trafic par ligne principale. Pourtant, actuellement le Francais utilise relativement peu le telephone, ainsi que l'on peut le constatei-%Sur la figure ci-dessous oü Yordonnee est logarithmique. 45 4D GB A la lumiere de ces constatations, et alors que certains instituts de futurologie voient la FRANCE en tete des pays d'Europe, sur le plan economique, dans la derniere decennie du siècle, ii semble necessaire de /*Whir a un objectif plus ambitieux en matiere de telecommunications : c'est pourquoi nous livrons ici quelques reflexions, pouvant servir de base A de futures discussions. 35 S — I _ 3D En proposant un plan de developpement du telephone, il est necessaire de repondre A deux questions : 25 D — il faut a un horizon choisi, se fixer un objectif chiffre en equipement telephonique, 2o 1970 1975 1980 1985 Appels effectifs par personne et par an 1000 900- (SOURCE = CEPT) — ii faut etablir le cheminement materiel pour atteindre cet objectif en partant de retat present. Fixation d'un objectif 800 - II ne semble pas trop ambitieux de vouloir atteindre une situation satisfaisante vers la fin des deux prochains plans quinquennaux, c'est-Adire viser la fin de rannee 1985. Comment definir une situation satisfaisante ? A la date choisie (1985), il conviendrait que les Francais aient pour requipement des ménages et les postes d'affaires une densite comparable A celle des pays oil la situation telephonique est bonne. Pour nous aider A chiffrer un tel objectif, nous avons calcule ce que serait revolution du pare frangais de lignes principales, si la FRANCE avait un equipement telephonique identique A celui de la SUEDE, de la SUISSE, de l'ALLEMAGNE FEDERALE, du ROYAUME-UNI, ou de l'ITALIE. Ces evolutions sont representees par les figures de droite qui ne different entreelles que par rechelle utilisee pour les ordonnees. 150 100 90 - s o73 70 1970 1975 1980 1985
  5. 5. Ces graphiques n'ont pas ete etablis en employant la densite telephonique globale, car celle-ci n'est qu'un agregat ; c'est pourquoi nous avons utilise, pour la comparaison avec chaque pays, les densites d'equipements des foyers (lignes residentielles par foyer) et le nombre de lignes principales d'affaire par personne active, dont les valeurs sont connues, pour les pays retenus, pour les annees 1970, 1975, 1980 et 1985. Nous avons procede de la meme facon pour les postes de toute nature (lignes principales plus postes supplementaires) et etabli ainsi le graphique de la page 42 : ii represente ce que serait l'equipement en postes de toute nature en FRANCE, si requipement des foyers et des actifs etait le meme que celui des pays consideres. Tenter d'atteindre, en 1985, une situation telephonique comparable a celle de la SUEDE ou de la SUISSE est un but peut-etre trop ambitieux pour certains et c'est pourquoi, a l'examen des figures des pages 41 et 42, nous retiendrons l'objectif moyen suivant : un equipement de la FRANCE, au 1" janvier 1986 de 28 millions de lignes principales, reparties en 5 millions de lignes d'affaires et 23 millions de lignes residentielles et environ 37 millions de postes de toute nature, soit par foyer : 1,16 ligne principale residentielle, 1,28 poste de toute nature et une ligne principale d'affaire pour 4,9 personnes actives, un poste d'affaire de toute nature pour environ 2 personnes actives. Lignes principales d'abonnes 3 Lignes principales raccordees au 1" janvier de l'annee (en millions) Lignes principales raccordees 3 5 - au 1.' janvier de l'annee. (en millions) la* 3 ecle 8 _dd flaGe Allill lirf ir sAPe -I _/- tk 0 Ose e C. .. lae" ppicf — q go 2 c, Xe V 4,-igAc : b. <I 1 iOr 2 ) 4) P ir e * A. .„0„ A. e - ib•0 .(.., 1 '< 1 AWN. 1 A f 4, 1975 1980 1985 1970 1 / a /v / 1 4. ,„ , / 4 tik° c, 0 ° / k 1970 oGe' 0 cr c, t e‘ 1975 1985 1980 AVIHI. 1973 41
  6. 6. 70 Postes de toute nature en service au r janvier de l'annee (en millions) — la FRANCE et l'ALLEMAGNE seront de taille voisine en surface, en nombre d'habitants, et en produit national brut par habitant en 1985, 6o 5o 4o e — l'exploitation en ALLEMAGNE des Telecommunications se fait dans une structure juridique proche de la notre, co 1WfirAW —...01111 35 te‘ 30 2 Notre proposition conduit cependant, en 1985, une densite encore inferieure a celle de la SUISSE et de la SUEDE ; il est done clair que nous n'aurons pas a l'epoque, atteint le potentiel global national en equipement telephonique. Ce dernier evolue dans le temps. Actuellement, il peut etre fixe a environ un poste pour deux personnes actives et entre 1 et 2 postes par foyer, sans tenir compte de l'equipement des residences secondaires qui pourra creer une demande substantielle de telephone. le r 2D f 5 Ir e,Q * Qs 4 et. 0 c 4 — enfin, ce pays suit actuellement un reel plan de rattrapage telephonique. 4, s 0 4.0 Dans les decennies a venir il y aura un glissement socio-economique vers le secteur tertiaire et notamment vers les activites de service pour lesquelles le telephone est un outil de travail indispensable. 9 R 1970 1975 1980 1985 Postes de toute nature En résumé, se fonder sur des donnees previsionnelles demographiques, donnees particulierement fiables, nous a semble une fagon simple et suffisamment realiste de proceder pour determiner l'objectif 1985. Le rapport, tous utilisateurs confondus : nombre de postes de toute nature Cheminement vers l'objectif nombre de lignes principales egal actuellement a 2, serait de 1,32 en 1985, objectif vise egalement par l'ALLEMAGNE FEDERALE, la SUISSE et la SUEDE. L'objectif propose nous permettra d'avoir, en 1985, une situation en densite d'equipement telephonique comparable a celle de l'ALLEMAGNE FEDERALE. Poursuivre un objectif analogue a celui de l'ALLEMAGNE se justifie par de nombreuses raisons : — l'integration economique europegnne croissante necessite, pour un bon equilibre, des equipements comparables d'un pays a l'autre, 42 L'ECHO DES RECHERCHES L'objectif etant fixe, deux strategies industrielles sont envisageables pour le realiser : — soit une trajectoire de type A, qui suppose une montee de la production industrielle modeste ; elle definit une politique prudente au depart mais faisant durer relativement longtemps l'etat de penurie ; de plus la production de materiel telephonique &ant elevee en fin de parcours, elle risque de subir alors un ralentissement ou des conversions importantes ; — soit une trajectoire de type B qui suppose une montee plus rapide de la production industrielle ; cette politique plus ambitieuse, bien conduite, peut aboutir rapidement a un equipement conve-
  7. 7. nable, sans doute moms moderne que par la strategie A, et ne pas creer a long terme un risque de recession industrielle, d'autant plus que la fourniture d'autres services de telecommunications et le renouvellement de materiels alors mes permettront de poursuivre une nouvelle croissance. Equipement telephonique perr _Ou.1...i e global . Poter at ."tapS3ique R II apparaitra, aisement, au lecteur, que c'est une trajectoire de type B que nous- proposons et allons definir. 000"w"--/- Objectif La situation initiale est la suivante : au 1°' janvier 1973, schematiquement le reseau est constitue de : Situation initiale 6 millions d'equipements telephoniques d'abonnes dont environ : 3 millions en materiel crossbar, 2 millions en materiel rotatif, temps L Production industrielle d'equipement telephonique 1 million en non automatique integral. •ssss., Ces 6 millions d'equipements correspondent a 5 millions de lignes principales d'abonnes relies, soit a un taux de disponibilite de 20 %. Selon la presente proposition, au lee janvier 1986, le reseau serait alors de : — 28 millions de lignes principales reliees, — 30,8 millions d'equipements d'abonnes installes, avec un taux de disponibilite de 10 %. Du pare actuel il ne subsistera, au plus, que les 3 millions d'equipements Crossbar. temps Strategie industrielle Si dans la situation actuelle, 20 % de disponibilite semble necessaire, pour 1985,- nous avons retenu une moyenne de 10 % qui semble suffisante dans une situation qui ne sera plus de penurie. Au CANADA, en 1973, ce taux de disponibilite vane de 5 % (villes) a 10 % (zones rurales). 850 000 equipements en 1973, Pour atteindre l'objectif propose, c'est-à-dire realiser et mettre en place, d'ici a 1985, soit en 13 ans, 27,8 millions d'equipements d'abonnes, ii est necessaire d'envisager une strategie de production industrielle. 2,02 millions en 1977. Les commandes des annees precedentes, ont permis de mettre en place, en telephonie publique, 640 000 equipements en 1972, et il est prevu dans le VP Plan de realiser : 1,16 million en 1974, 1,30 million en 1975, 1,65 million en 1976, II faut tout d'abord conserver les productions industrielles prevues pour les annees 1973 et 1974 ; en effet il n'est plus temps de les changer notablement. Mais au-dela, il semble necessaire de poursuivre une croissance autour de 26 % par an (creant un doublement en 3 ans). Ceci est une progression raisonnable, si l'on s'en tient aux sources actuelles de materiel ; mais si l'on enviAVRIL 1973 43
  8. 8. sageait une croissance nettement plus elevee, d'autres sources de production devraient etre recherchees. Ensuite, une progression plus moderee pourra etre maintenue, si l'on s'en tient A la seule croissance des equipements d'abonnes et des autocommutateurs urbains. Mais la croissance du trafic par ligne necessitera des equipements de reseau (transmission et commutation) qui croitront plus vite que le nombre des abonnes. De toute facon, ii faudra, et des 1985, envisager une politique de remplacement progressive du materiel install& De plus, on assistera a une demande d'autres services : visiophone, fac-simile rapide, conference, teleinformatique, teledistribution, etc., qui representera un champ de developpement certainement tres important. A ce sujet, signalons qu'aux ETATS-UNIS, il est envisage 3 millions de visiophones en 1985 ; si l'on appliquait A la FRANCE, A la meme date, un equipement en visiophones de l'ordre des 2/3 en densite des ETATS-UNIS, nous aurions alors environ un demi-million de visiophones en service, avec le reseau correspondant. La figure ci-contre montre -revolution proposee du rythme des installations telephoniques, que l'on peut resumer ainsi : Installations annuelles d'equipements de commutation (automatisation, renouvellement, extension, en millions d'equipements d'abonnes) Croissance proposee 2, I / 'VI' Plan «accelere» I° Plan / / realise 1970 1 1 1975 1980 1985 — croissance rapide mais non excessive jusqu'en 1979 ; — puis ensuite, progression moderee pour le seul telephone, la tendance precedente demeurant la tendance globale des telecommunications du fait des autres services, la figure de la page 45 representant l'enchainement vraisemblable dans la croissance des equipements de telecommunications : telephone, autres services tels que telex, teleinformatique, teleconference, fac-simile, etc., visiophone, teledistribution, « cites cablees », etc. Nous avons ensuite suppose que la production industrielle definie ci-dessus, servirait : — A l'extension du reseau d'abonnes, — a satisfaire un programme d'automatisation et de renouvellement a un rythme annuel de 200 000 lignes pendant 5 ans, puis 250 000 lignes pendant 4 ans et nous avons tenu compte d'une variation du taux de disponibilite de 20 % en 1973 A 10 % en 1985. 44 L'ECHO DES RECHERCHES Sur les figures de la page 41, on voit qu'avec la croissance proposee, nous aurons, des 1975, un parc d'abonnes plus eleve que prevu, que nous serons au niveau de l'ITALIE vers 1979, A celui du ROYAUME-UNI en 1980, et bien entendu au niveau de l'ALLEMAGNE FEDERALE en 1985, puisque tel est notre objectif. L'evolution du nombre de postes de toute nature correspondant est indiquee sur la figure de la page 42. Tout ce qui precede est un cadre directeur et entraine des definitions precises en matiere d'equipement de transmission et de reseau (commutateurs de transit). Le volume des equipements de transit devra vraisemblablement croitre plus vite que le nombre d'abonnes, et leur fabrication viendra encore s'ajouter aux equipements d'abonnes.
  9. 9. Quant a la nature des equipements de commutation, nous avons envisage deux variantes simples. Varlante 1 : cette premiere variante suppose une croissance reguliere du taux des commandes en electronique de 5 % en 1975 a 50 % en 1985, soit, plus precisement : — depuis 5 % du materiel installe en 1976, realise en systemes electroniques, — jusqu'a 50 % du materiel installe en 1986 realise en systemes electroniques. Les consequences de cette premiere variante sont les suivantes : — sur la figure de gauche page 46 qui montre les installations annuelles de materiels, on voit que la production annuelle de materiel electromecanique presente une pointe importante de plus de 2 millions de lignes, vers 1978, suivie tres rapidement d'une decroissance au profit de la commutation electronique ; — revolution des parcs de lignes principales crossbar et electroniques est representee page 46 a droite ; on y voit en particulier, la situation au 1-1-1986, soit : — puis, pendant trois ans, la production croit peu, marquant un pseudo-palier ; — enfin, la croissance est alors reprise, a un rythme peut-etre plus eleve que pour la variante 1. Le palier de la phase intermediaire presenterait de nombreux avantages : — maintenir, durant pres de 6 ans, une production presque constante du materiel crossbar, et amortir ainsi les chaines mises en place ; — eprouver le materiel electronique aussi bien sur le plan technique que sur le plan des edits (exploitation comprise) avec des series significatives sur le plan industriel : au moms 300 000 lignes d'un type donne ; — permettre la formation aux nouveaux types de commutateurs, du personnel tant de l'industrie que du service des telecommunications ; Evolution globale de la production Production annuelle d'equipement de telecommunications 22,2 millions de lignes principales crossbar et 5,8 millions de lignes principales electroniques ; — enfin la repartition, au cours du temps, du parc de lignes principales entre les divers types de materiels, est indiquee en pourcentage page 47 ; on constate qu'au 1-1-1986, ii y aura environ 20 % de materiel electronique en service. Ino.1.00 41,1oCA,; •/ , 14C21. .... tra 5er .0„. s 00° tele bone c'est une variante plus realiste que la precedente ; elle comprend schematiquement trois phases : Variante 2 : — au debut, elle utilise la meme repartition des commandes que la variante 1, mais decal& d'un an en avant, soit 5 % du materiel mis en place en 1975, realise en electronique. Une forte croissance est maintenue durant 3-4 ans, jusqu'a atteindre une production annuelle voisine de 500 000 lignes electroniques ; temps 1970 2000
  10. 10. Nombre de lignes principales reliees au janvier de l'annee (en millions) r Installations annuelles d'equipements ' nn totals p roductde commutation (automatisation, . renouvellement, extension, 2, ' en millions d'equipements d'abonnes) 3D Installations annuelles en electromeeanique Parc total / /7 /1 / ....• Variante 2 4 ... l'd 20 ‘o tz k / 1, 25 ariante 1 - 15 / / / o , ./-.. / xf". .9 A 9 / /1 / t/ / ti / / -4-----. 0 Variante 1 5 Installations annuelles en electronique Parc electronique/ Variante —Crossbar 40 Manuel et rotatif —...00." 1970 1975 1980 1985 1970 1975 1980 1985 Installations annuelles d'eguipentent Composition du parc de lignes principales d'abonnes — enfin, preparer le changement des chaines de fabrication et la mutation totale vers l'electronique. triels, en ce qui concerne l'effectif et la qualification du personnel de production. Elle posera, sans doute, assez peu de problemes sur le plan de l'amortissement des moyens de production si l'on se souvient que le coefficient de charges fixes pour le materiel crossbar n'est que de 12 %. On congoit bien que la decroissance de fabrication du crossbar ne peut etre evitee que si l'on refuse la mutation vers Pelectronique et la fatalite ineluctable du progres. Plus tard cette mutation sera effectuee, plus importante sera la recession electromecanique A supporter. D'autres consequences de cette seconde variante sont aussi apparentes sur les figures cicontre ; ainsi, on y remarque : Mais il est difficile de preciser aujourd'hui quel rythme s'effectuera cette mutation definitive : l'experience montre que l'inversion peut etre tres rapide et elle dependra de la demande des usagers et de l'aptitude de l'industrie. une pointe de production « crossbar >> moms elevee, ne depassant pas 2 millions d'equipements par an, en raison du demarrage plus precoce de la production electronique, L'inversion des quanta& produites des types de materiels risque de poser des problemes indus- — enfin, un taux d'electronisation au 1-1-1986, comparable A celui obtenu avec la premiere variante, soit environ 20 %. 46 CACHO DES RECHERCHES
  11. 11. Strategies liees a cette evolution Definition de strides priorites Si l'on retient un objectif a long terme ambitieux, cela implique une politique volontariste de gestion, dont les principaux points suivants devraient etre l'objet d'etudes approfondies par les services competents, A l'exemple du JAPON, pour raccorder 25 millions d'abonnes nouveaux en 13 ans, une grille de priorite devrait etre utilisee. Elle permettrait de fixer, pour chaque cas, des delais de raccordement, des coefficients permettant d'accorder des priorites aux investissements tant sur le plan national, que regional et local (cf. Revue T, n° 3, avril 1972, Le telephone au Japon, par A. Darrigrand et F. Schoeller). Cette grille divise le territoire en differentes zones et les demandes sont ventilees suivant une typologie des abonnes. — definition de strictes priorites, politique de personnel et de formation, — organisation et structuration de l'entreprise, La bonne qualite d'ecoulement du trafic est la priorite fondamentale qui doit guider le choix des investissements. — politiques financiere et tarifaire, — politique fonciere. Pourcentage du parc de lignes principales installees au r janvier de Yana*: 100% 90% Variante 1 . Variante 2 80 `• • k Crossbar 60% 40% Manuel ,.et rotatif 20% Electronique , • Ventilation du pare de lignes principales s ' ...• ... 10% Variante 2 . '... arianter' . .._ 1970 1975 1980 1985 AVRIL 1973 47
  12. 12. La seconde, 8 % par an, pourrait, sans doute, etre atteinte apres une revision des Caches assurees par l'Administration elle-meme : une soustraitance accrue devrait etre instauree pour la construction, voire l'entretien, des lignes et installations d'abonnes, ainsi que pour la fourniture et la commercialisation des services annexes, des transferts au secteur prive, notamment des ateliers administratifs, seraient a envisager. Politique de personnel et formation L'evolution du parc d'equipement et des techniques necessite de profondes modifications dans la structure du personnel et aussi dans son nombre. La qualite du service fourni aux usagers ne peut etre satisfaisante qu'avec du personnel competent en nombre suffisant ; c'est pourquoi la formation du personnel aussi bien technique que de gestion commerciale devra touj ours preceder l'accroissement du reseau. La figure ci-dessous represente quelle serait l'evolution de la productivite du personnel selon les deux hypotheses retenues. Sur la meme figure nous avons represente la productivite des services de telecommunications &rangers totalement automatises (en France, debut 1973, le taux d'automatisation est de 86 %) effectuant eux-memes la plupart des petits travaux neufs et l'entretien. Les comparaisons internationales en ce domaine sent delicates et donnent lieu a des polemiques du fait des structures tres diverses du secteur des telecommunications de chaque pays. La politique de sous-traitance partielle suivie par l'Administration frangaise lui permet de figurer en une place pas trop defavorable si on la compare ses deux grands partenaires europeens, et ce malgre un taux d'automatisation plus faible. Dans le cadre de cet article, nous avons suppose le monopole non remis en jeu et avons tenth de preciser l'evolution de l'effectif, selon deux hypotheses simples : un gain de productivite, en lignes principales par agent, de 5 % ou de 8 % par an. La premiere hypothese correspond, dans le cadre d'une structure inchangee, a un gain de productivite lie uniquement au travail des agents et a une utilisation accrue de, dispositifs modernes de gestion et de maintenance. Nombre de lignes principales par agent 14 s / / / / 12 / / / / / 10 / 8 7 ......-. Etats - s• n.;.t. . .... / Productivite des agents des Telecommunications 6 I / / / / / / _-- / 0o • Allemagne e.Federale 0 4 1 01 0 gain de productivite par an - Royaume Uni 2 1 48 L'ECHO DES RECHERCHES 1970 1975 1980 1985
  13. 13. nombre d'agents des telecommunications 400 000 300 000 5% gain de productivité par an: Evolution de ref f ectif 200 000 100 000 1970 Mine s'il est clair que nos hypotheses de productivite ne sant qu'indicatives et revisables, elles montrent que l'entreprise devra depasser 200 000 agents en 1985. Compte tenu du fait que plus de 5 % des agents quittent l'Administration chaque armee, une fraction importante de l'effectif actuel aura quitte le service en 1985, et on mesure l'effort important de formation A fournir. Ii est donc bien evident qu'une planification A long terme est necessaire dans ce domaine et dolt s'elaborer en fonction des activites qui seront maintenues dans le service des telecommunications tel qu'il exists actuellement, ou bien transferees hors du service des telecommunications proprement dit. Le probleme du personnel doit etre examine de fagon precise et detainee, car il est certain que c'est la le point fondamental qui conditionnera la reussite ou l'echec d'un plan de develappement et de reel rattrapage. 1975 1980 1985 Organisation et structuration de l'entreprise II existe certainement des seuils critiques dans la croissance rapide d'une entreprise ; ainsi — doubler le nombre des abonnes en cinq ans, — le sextupler en treize ans, representent une croissance tres rapide des travaux A effectuer et des flux d'information A traiter. La structure interne ideale des telecommunications devrait pouvoir produire un phenomene comparable a la mitose, par la creation de niveaux de decision decentralises. AVRIL 1973 49
  14. 14. CoOt relatif global du service telephonigue (en francs constants, base 1 : 1970) 1 s•••••s._ 0,5 0 1970 .1=11•MI 1975 1980 Politique financiere et tarifaire Bien que revaluation des investissements et le choix des sources de financement sortent du cadre de cette note technique, nous en evoquerons cependant quelques aspects. En raison de reffort demande a l'industrie, ii semble necessaire de passer non des contrats d'un A deux ans, mais d'etablir des conventions de plus longue duree. Par ailleurs, la politique tarifaire ayant une grande repercussion sur la demande et sur le trafic, il sera bon de la planifier en fonction du rythme de developpement retenu. Ainsi, la taxe de raccordement devrait permettre, dans les prochaines annees de maintenir le notnbre des demandes de raccordement deposees, en instance, clans une fourchette a choisir. Au fur et A mesure de la realisation de l'objectif, oette taxe, sans doute a elever dans rimmediat, pourra ensuite diminuer et servir a piloter la demande. 50 L'ECHO DES RECHERCHES •••s 1985 De meme une action sur la taxe de base et l'introduction de nouveaux types de tarifs (par exemple, forfait) pourront produire une action A la hausse de la consommation telephonique, actuellement assez faible, des usagers. Ainsi l'utilisation des differentes taxes pourra, terme, susciter la consommation et non plus la dissuader. Nous prendrons par ailleurs le risque d'imaginer ce que sera au cours des prochaines annees, le cofit global unitaire du service des telecommunications par ligne principale. Les bases de cette evaluation sont les suivantes : — les depenses annuelles en matiere d'investissement sont proportionnelles, en volume de materiel, au nombre d'equipements d'abonnes fabriques, en ne tenant pas compte du caractere non lineaire de la croissance des equipements de reseau ;
  15. 15. — en francs constants, le cout des equipements diminue en moyenne de 4 % par an ; — le materiel est amorti sur une periode de 15 ans ; — enfin, la productivite crolt de 5 % par an, 4 % de ce gain venant accroitre le pouvoir d'achat du personnel. — de choisir et eventuellement acquerir les terrains oil seront implant& les beaux de telecommunications de 1985, compte tenu de la dimension qu'atteindra le reseau A l'epoque, — d'imposer aux villes et immeubles nouveaux un preequipement systematique en telephone et services futurs de telecommunications au niveau des abonnes. La figure ci-contre montre, qu'en francs constants, l'indice de cout du service decroitra de 40 % d'ici A 1985. L'evolution previsible pour la valeur du franc frangais montre qu'il sera difficile de retenir une politique de stabilisation des tarifs en francs cou rants. Enfin, nous n'evoquerons pas ici les incidences financieres du plan propose. Cette approche coutumiere du probleme du telephone a mene A la situation presente sur laquelle il est peu construetif d'insister. Nous n'examinerons donc pas la suite d'erreurs commises par certaines Commissions, ni s'il n'eut pas ete plus interessant pour la France d'investir depuis vingt-cinq ans dans les Telecommunications plutet que dans les mines ou les centrales electriques hydrauliques. Au reste, nous ne sommes pas les seuls a nous etre tromp& et les recentes mesures de debudgetisation, grace aux societes de financement, d'une partie des investissements des Telecommunications ont fait evoluer considerablement la question. Au plan financier, le probleme aujourd'hui n'est plus seulement d'avoir des moyens de financement, mais de les avoir A un taux qui ne pese pas trop sur les tarifs. Nous noterons enfin que le monopole permet d'obtenir une rentabilite des capitaux investis tout A fait remarquable ; elle est une preuve de l'interet porte par nos concitoyens au telephone. Ii est seulement souhaitable que ce produit encore contingente ne soit pas anormalement coliteux en France. Politique fonciere et immobiliere Dans une optique A long terme, certains aspects immobiliers, fonciers et d'urbanisme meritent d'être cites ; ainsi ii semble necessaire : Conclusion Cette note n'est qu'une premiere esquisse d'un objectif a long terme, portant, essentiellement, sur l'avenir du telephone. Elle peut etre une base pour des demarches plus approfondies et permettre de tirer de premières conclusions. Si le VP Plan revise, mene a dix millions cinq cent mille abonnes- au 1" janvier 1978 et A une bonne qualite de trafic, alors la tendance, imprimee aux telecommunications, sera donnee. Si elle est poursuivie, elle sera capable de conduire a un objectif satisfaisant en 1985. Cette croissance, qui ne doit vraisemblablement pas diminuer avant la fin du siècle, viendra peut8tre prendre le relais d'industries, ou le potentiel de saturation, en matiere de demande, est plus proche d'être atteint. Enfin, si pour 1985 un objectif ambitieux etait retenu, ii necessiterait l'edification d'un plan A long terme d'un grand degre de precision pour les principales actions de l'entreprise. Le plan n'aurait d'efficacite que s'il etait quasicontractuellement accepte par les interesses, c'est-à-dire le service exploitant les Telecommunications d'une part, l'Etat dans son ensemble de l'autre, que cc soit le Gouvernement, le Parlement, le Conseil Economique et Social, le Commissariat General du Plan (carrefour entre fournisseurs et utilisateurs), la Delegation A l'amenagement du territoire. L'equipement du pays en telecommunications adaptees a l'epoque, est un choix national A faire et déjà effectue par d'autres pays. AVRIL 1973 51

×