REINVENTER LA NEWLETTERNous avons tous connu cet instant « magique » : la préparation de la prochaine newsletter Plusieur...
Pour atteindre cet objectif, les méthodes traditionnelles présentent de nombreux inconvénients :        Habitués à un env...
TABLES DES MATIERES1. Penser Web ............................................................................................
1. PENSER WEBDans un contexte de communication amenant une part grandissante du public à se protéger desatteintes à leur v...
   Le partage social des différents éléments constituant votre newsletter augmente leur        visibilité (de 70% à en cr...
Cette première impression repose sur 3 facteurs simples à contrôler :       L’expéditeur : que pensez-vous de noreply@nom...
Ces points ne sont pas des caprices d’esthètes. Vos contacts ont été habitués à des logiciels commeFlipboard ou Google Cur...
Abonnement et opt-inSi vous lisez ce guide, vous êtes probablement familier avec le formulaire ci-dessous                ...
Cette approche est particulièrement importante en communication d’influence ! S’il estextrêmement populaire de proposer de...
La newsletter, support de communication agile !Ces règles générales sont susceptibles d’être fausses dans certains secteur...
4. FAIRE LA                                          PREUVE                             DESRESULTATSLa dernière clé est ce...
Optimiser les choix de contenus et de canauxLes exemples sont aussi nombreux que les besoins de communication de votre ent...
A PROPOS DE PR•ROOMS        Issu d’un projet de salles de presse sur mesure et de        développement web, PR•ROOMS est u...
Cette offre consiste en 4 composantes :Social NewsRoom, la salle d’information en ligne permettant d’assembler une série d...
Du Rififi chez la Newsletter
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Du Rififi chez la Newsletter

542 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
542
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
152
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Du Rififi chez la Newsletter

  1. 1. REINVENTER LA NEWLETTERNous avons tous connu cet instant « magique » : la préparation de la prochaine newsletter Plusieurs milliers d’adhérents, d’affiliés ou d’électeurs à tenir informés pour maintenir la relation etles questions suivantes qui attendent des réponses :  Quel contenu inclure ? Qu’écrire ? Comment plaire à un public de plus en plus large et atomisé ?  Comment mettre en page pour que la newsletter soit attrayante ? Comment insérer les visuels ? Comment les redimensionner sans perte de qualité ?  Comment récupérer les vidéos du site Internet ou du blog pour les incorporer ? Comment les redimensionner, les retailler … ?  Comment créer un fichier HTML qui transite par mail sans dommages et s’affiche correctement chez les destinataires ?  Comment inclure les nouveaux contacts et éliminer ceux qui ont souhaité se désabonner  Comment rendre l’ensemble du processus plus efficace au lieu de copier-coller des textes de fichiers et formats différents ?  Comment toucher les cibles de moins en moins réceptives aux envois d’emails ?  Comment rendre ces informations visibles sur les moteurs de recherche et pas uniquement dans les lignes de la newsletter ?  Comment atteindre un public mobile grandissant ?  Comment vérifier l’impact de ma newsletter ? Comprendre ce qui a plu ou non ? Justifier l’investissement en temps et en développement ?Qui peut honnêtement dire qu’il n’a jamais envisagé d’arrêter son programme de newsletter face àces difficultés récurrentes ?Pourtant, la newsletter joue un rôle plus important aujourd’hui qu’à aucun autre moment : lesmédias sociaux représentent une opportunité sans précédent de capturer l’attention d’un publictoujours plus nombreux mais leur capacité à retenir l’attention et à la convertir en relation à longterme est faible. La newsletter joue ce rôle mieux qu’aucun autre mode de communication et leretour sur investissement d’un programme bien conçu et exécuté est très élevé.
  2. 2. Pour atteindre cet objectif, les méthodes traditionnelles présentent de nombreux inconvénients :  Habitués à un environnement où l’information vient à eux en continu, nos contacts ne souhaitent plus attendre la parution d’une newsletter mensuelle pour y lire une actualité éventée.  Soumis à un bombardement de messages par des acteurs parfois peu scrupuleux, ces contacts ont souvent mis en place des règles de filtrage strictes ou se désintéressent parfois par défaut de ce qui leur parvient par email, préférant rechercher directement l’information sur les moteurs de recherche ou les médias sociaux.  De plus, la personnalisation est le maître mot dans la communication et un message performant pour une micro-communauté ne le sera pas pour une autre.  Les filtres anti-spam jettent un regard soupçonneux sur les messages dont l’encodage n’est pas techniquement parfait.  Les outils de lecture de mail se diversifient et répondent différemment aux efforts de mise en page, conférant une expérience utilisateur parfois nuisible à la fidélisation recherchée.Ce document décrit 4 clés permettant d’une part de simplifier grandement les processus de créationet de partage de la newsletter mais aussi de retrouver et de prouver l’efficacité qui caractérise unecampagne optimale. Ces clés simples sont : 1. Penser Web (et ses canaux) 2. Parfaire sa technique (codage et distribution) 3. Personnaliser à tous les étages (contenu, ciblage et canal) 4. Faire la preuve des résultats (à soi-même et aux autres)Pourquoi ce titre ? Tout simplement parce que même si la newsletter estune vieille amie très utile, nous lui avons montré qui c’est Raoul. Aux quatcoins dParis quon l’a retrouvée éparpillée par petits bouts, façon Puzzle.Nous, quand on nous en fait trop on correctionne plus : on dynamite, ondisperse, on ventile !Que Messieurs Audiard et Dassin me pardonnent ce mélange d’emprunts et vous aussi, cherslecteurs  Mais il y avait tant à jeter dans les pratiques traditionnelles liées à la newsletter, que nousavons tout repensé à partir de zéro. Le meilleur – la newsletter – reste. Mais débarrassée des fils quitrainaient à sa patte et réduisaient à néant son impact dans ce nouvel environnement pour lequelelle n’avait pas été conçue.Dépoussiérée, simplifiée, elle représente une véritable innovation dans la communicationd’entreprise et peut aujourd’hui jouer un rôle central dans une campagne de fidélisation de publicsmultiples de même que renforcer la visibilité en ligne de votre actualité et de votre marque.L’objectif du présent document est donc de décrire cette nouvelle newsletter et les quelques règlessimples lui conférant toute son efficacité.Nous vous en souhaitons une lecture agréable et profitable (et promettons de laisser les allusionscinématographiques au vestiaire à parti d’ici !) 2
  3. 3. TABLES DES MATIERES1. Penser Web .......................................................................................................................................................... 42. Parfaire sa technique ............................................................................................................................................. 53. Personnaliser à tous les étages ............................................................................................................................. 7 Abonnement et opt-in........................................................................................................................................ 8 Personnalisation du contenu .............................................................................................................................. 8 Personnaliser le format de livraison.................................................................................................................... 9 La newsletter, support de communication agile !................................................................................................ 104. Faire la preuve des résultats ............................................................................................................................ 11 Le ROI d’une newsletter ................................................................................................................................... 11 Optimiser les choix de contenus et de canaux ................................................................................................... 12En conclusion ........................................................................................................................................................... 12A propos de PR•ROOMS.......................................................................................................................................... 13 3
  4. 4. 1. PENSER WEBDans un contexte de communication amenant une part grandissante du public à se protéger desatteintes à leur vie privée sur les médias sociaux ou par des professionnels du marketing par mail peuscrupuleux, les taux d’ouvertures moyens de nombreuses campagnes d’e-mailing se situent àquelques petits pourcents.Pour l’équipe marketing de PR•ROOMS, ces taux d’ouverture moyens sont presque de 30%, et desmicro-campagnes combinant habilement médias sociaux et e-mailing atteignent 80% pour lesmeilleurs praticiens.Combattre la chute d’efficacité de l’email comme canal de communication implique 3 méthodesdétaillées dans ce livre blanc, une d’entre elles étant de publier sur Internet tout ce que vousdiffusez par e-mail. Cela vaut pour vos communiqués comme pour vos newsletters.Les avantages de cette tactique sont nombreux :  Elle vous permet d’insérer un lien redirigeant le lecteur vers la version en ligne si son outil de mail ne lui permet pas de visualiser correctement le message.  Cette version en ligne se situe sur votre site et non sur une plateforme tierce. C’est donc à votre site qu’elle apporte de la visibilité, pas à une plateforme tierce. L’apport cumulatif de ces publications à votre référencement ne doit pas être négligé. Le retour sur investissement de ces publications en termes d’équivalence publicitaire est très élevé.  Un destinataire qui perd votre message ou le met à la corbeille peut revenir sur la version en ligne s’il le désire par la suite. Ce scénario est fréquent : l’information publiée n’intéresse pas immédiatement mais un facteur déclenchant survient 15 jours plus tard mais le mail est perdu. La personne peut se souvenir de votre newsletter et chercher l’information sur votre site (elle peut même arriver sur votre site sans le vouloir, en ayant oublié votre marque, en lançant une requête sur le sujet via un moteur de recherche).  Une seconde personne, qui ne faisait pas partie de vos destinataires, peut trouver votre publication par le même biais. 4
  5. 5.  Le partage social des différents éléments constituant votre newsletter augmente leur visibilité (de 70% à en croire cette étude).Penser Web n’améliore pas votre taux d’ouverture (nous y viendrons plus loin) mais contournepartiellement le problème et – surtout – fait évoluer votre communication vers Internet, là où lesdécisions d’achat / d’affiliation / de vote / de vaccination / de dépistage / … se prennent aujourd’hui.2. P ARFAIRE SA TECHNIQUE La qualité principale des maitres d’antan de la newsletter constitue de nos jours un sérieux défaut : ils raisonnent en producteurs de contenu. Et c’est une excellent chose parce qu’un texte bien construit ne peut pas être abandonné à mi-parcours. Un narratif magistral permet de transmettre une grande quantité d’informations et de forger des opinions spontanément. Mais l’infobésité prégnante impose de se focaliser sur l’expérience utilisateur au moins autant que sur le contenu. Et c’est là que le bât blesse ! Combien de newsletters sont patiemment assemblées sur le poste de l’expéditeur (que celui qui n’a jamais hurlé intérieurement lève la main) uniquement pour parvenir complètement défigurées chez les destinataires utilisant des outils incompatibles avec ceux du créateur ? La première impression compte. Enormément ! La première étape lorsque votre newsletter atteint la boite mail de votre destinataire, c’est d’être lue. Ce message, un parmi 50 ou 1000 autres, dispose de 3 secondes environ pour inciter votre contact à l’ouvrir. 5
  6. 6. Cette première impression repose sur 3 facteurs simples à contrôler :  L’expéditeur : que pensez-vous de noreply@nom-entreprise.com ? Cette adresse véhicule-t- elle une promesse d’interaction et de relation profitable ? Non, bien sûr. Elle est le signe qu’une machine vous écrit dans le cadre d’un programme entièrement automatisé. Alors que le nom d’un contact connu et de confiance incitera le lecteur à s’intéresser au contenu.  Le titre : Ces 50 caractères sont une promesse, un contrat. Vous, lecteur, m’accordez quelques minutes de votre temps et moi, éditeur de newsletter, je vous apporte de l’information de valeur. Ni plus, ni moins. Si votre marque bénéficie d’un fort niveau d’affect, un titre comme « Newsletter Nom-de- marque Octobre 2012 » peut fonctionner parfaitement. Mais dans la plupart des cas, il est fortement préférable d’utiliser une phrase décrivant l’intérêt du contenu pour le lecteur, le bénéfice qu’il ou elle est peut en retirer, comme « 5 améliorations de notre politique de transport – TransportCompany » ou « 10 comparateurs de prix que vous ne connaissiez pas – AssuranceCompany ». Ce titre peut être celui de l’article phare de la newsletter ou une synthèse du contenu global. Il doit intéresser et promettre mais toujours refléter une réalité. Un titre excessivement tapageur provoquera l’ouverture de votre newsletter … une seule fois.  Le « snippet » : la plupart des clients mail en ligne (Gmail en tête) affiche un court extrait de tête du message à la suite du titre. Vous pouvez apporter un complément d’information décisif en soignant le contenu de ce snippet autant que le titre lui-même. Votre taux d’ouverture en bénéficiera. Par exemple :  Un HTML parfait. Tous les efforts précédents sont en pure perte si lorsque le destinataire ouvre son message, celui-ci ressemble à un brouillon. Une réalité malheureusement trop fréquente. Techniquement, les outils de bureautique sont incapables de générer des fichiers HTML destinés à s’afficher dans les logiciels de gestion d’e-mail. Leur encodage propriétaire et approximatif est incompatible avec la majorité des outils de mail du public. Même avec un gabarit et un logiciel dédié à la génération de pages Web, il suffit qu’une image soit remplacée au dernier moment par une autre de taille légèrement différente pour que la mise en page soit mise en péril. Seul un gabarit validé sur pour les différents logiciels du marché (avec ou sans les images affichées) et alimenté automatiquement par une application dédiée peut garantir que la newsletter telle qu’elle apparaît sur votre écran sera identique sur celui de vos destinataires. Un second bénéfice est que sa création nécessite quelques minutes au lieu de plusieurs heures ! Le troisième est que la gestion des liens vers les articles de départ est entièrement automatisée elle-aussi. Jamais plus de lien cassé dans vos communications. 6
  7. 7. Ces points ne sont pas des caprices d’esthètes. Vos contacts ont été habitués à des logiciels commeFlipboard ou Google Currents (…) présentant les informations qu’ils choisissent sous un formatattrayant et sous de multiples formats. L’expérience utilisateur joue un rôle aussi important que lecontenu lui-même, particulièrement sur les plateformes mobiles. Pour être lu, soyez beau !En respectant ces points, vous vous assurez que votre destinataire repère votre message parmi lesautres, que le titre et le snippet attirent son attention et que le message est esthétique ettechniquement intègre lorsqu’il l’ouvre. Vous assurez également la continuité de votre marque surtous les canaux et toutes les plateformes, autre nécessité absolue de la fidélisation.Voyons maintenant comment maximiser vos chances de parvenir jusqu’au destinataire !3. PERSONNALISER A TOUSLES ETAGESLa réputation est un concept à la mode, mais connaissez-vous votre réputation mail ? Elle est bienréelle et constitue une évaluation concrète de vos actions passées en tant qu’expéditeur de mail.Les envois de masse, l’achat de listes de diffusion et l’imperfection technique sont trois facteursimportants pesant négativement sur cette évaluation. La réaction de vos destinataires face à voxenvois en est potentiellement un autre : si un grand nombre supprime vos messages sans les lire ou –pire – vous déclare comme spammeur (il suffit d’un clic pour cela) votre note en pâtira.Cette réputation est soigneusement passée sous silence par certaines solutions de mailing RP alorsque la plupart de celles destinées au marketing en font grand cas. De même, la mauvaise réputationtechnique de la majorité des offres gratuites est souvent très pénalisante. D’elle dépend votredélivrabilité, un terme barbare signifiant simplement que plus votre note est basse, moins vosmessages ont une chance d’arriver à bon port (de passer les filtres anti-spam en ligne).4 axes permettent d’entretenir cette réputation :  Améliorer l’expérience utilisateur pour améliorer le taux de lecture. Et optimiser l’encodage du message. Vu plus haut.  Utiliser des listes de diffusion très bien maintenues (élimination des fausses adresses et des demandes de désabonnement) et issues d’abonnements (opt-in) explicites plutôt qu’achetées.  Utiliser un prestataire ayant lui-même une bonne réputation.  Ajuster le contenu de la newsletter précisément aux attentes de votre cible. Personnaliser le contenu, le mode de diffusion et même le timing. 7
  8. 8. Abonnement et opt-inSi vous lisez ce guide, vous êtes probablement familier avec le formulaire ci-dessous  En le remplissant, vous démarrez une relation avec nous qui nous « autorise » à vous communiquer des informations aussi longtemps que vous les trouvez intéressantes. Si vous estimez que nous abusons cette relation de confiance, vous vous désabonnez à tout moment. Ce contrat améliore les taux d’ouverture et permet une mise à jour de la liste d’adresses beaucoup plus efficace. C’est la seule solution garantissant une bonne réputation et elle est indispensable. Utiliser les fichiers d’un fournisseur dédié peut accélérer le démarrage mais la meilleure pratique en communication et marketing par mail est d’utiliser l’opt-in pour construire ses listes (en RP comme en marketing !)Les contacts vous ayant accordé leur confiance sont beaucoup plus susceptibles d’ouvrir vosmessages que ceux provenant d’un fichier acheté. Et les filtres anti-spam sont beaucoup moinssusceptibles d’intercepter des messages.Personnalisation du contenuIl y a quelques années, la révolution RP était le ciblage des journalistes. Aujourd’hui, cette techniqueest bien dépassée. En relations presse, relations publics et en marketing, la personnalisation ducontenu est essentielle.Quel effet a eu sur vous la dernière campagne de votre opérateur téléphonique vous proposant uneoption de forfait dont vous disposez déjà ? Un effet négatif, bien entendu ! Pourtant, vous étiezparfaitement ciblé selon les habituels critères de segmentation. Mais le message ne vous concernaitpas. C’est exactement la même chose en RP et lorsque vous envoyez des newsletters.Lorsque la création de votre newsletter nécessite une journée de tourments et que vos critères deciblages se limitent à des thématiques, vous n’avez d’autre choix que de procéder à des envois« brutaux » et peu efficaces. En revanche, si 10 minutes à peine sont nécessaires pour générer, ciblerfinement et envoyer votre newsletter, vous pouvez envisager de recourir à des mises en pages et deschoix de contenus très personnalisés. Par exemple, si vous êtes une agence de voyage spécialisée dans l’éco-tourisme, les nouvellesdestinations seront beaucoup plus intéressantes aux yeux des clients qu’aux yeux des ONGpartenaires. Même si le volume de votre contenu ne vous permet pas de sélectionner tropsévèrement, le simple fait de reléguer une information au rang de brève dans une newsletter alorsqu’elle est en premier plan dans l’autre, suffit à apporter une touche très appréciée du lecteur final. 8
  9. 9. Cette approche est particulièrement importante en communication d’influence ! S’il estextrêmement populaire de proposer des services automatisés d’identification d’influenceursdigitaux, les volontaires se font beaucoup moins nombreux lorsqu’il s’agit de suggérer des stratégiesd’engagement incitant les personnes choisies à relayer votre information de manière positive, undémarche pour laquelle les algorithmes se montre beaucoup moins loquaces.En revanche, une newsletter contenant des informations exclusives et distribuée uniquement à cepublic, en mode VIP, est une excellente méthode de fidélisation.Pour passer à la communication 2.0, il est essentiel d’oublier le ciblage et d’adopter lapersonnalisation.Personnaliser le format de livraisonUne newsletter diffère d’autres modes de communication par sa longueur et son mode deconsommation. Un mail de 6 lignes se lit en quelques secondes. Une newsletter se parcourt souventplus en profondeur (si le sujet et le contenu sont intéressants) et plus longuement. Les plateformes mobiles, particulièrement les tablettes, sont remarquablement adaptées à la consommation de newsletters. Les outils comme Flipboard présentent des flux d’information très semblables à des newsletters sous forme graphique très plaisante et il est important de reproduire ce type d’expérience avec votre propre programme. Le succès de ce type d’application et d’information ira grandissant avec celui d’Internet mobile.Le schéma ci-dessous (©KPCP) montre qu’Internet mobile a rattrapé la navigation traditionnelle et ladépassera bientôt. Il est donc particulièrement important d’être en mesure d’adapter votrecommunication aux habitudes de lecture qu’on prises vos contacts et à leurs canaux deconsommation de prédilection.Une portion non négligeable de la génération Y n’a même pas d’adresse mail et communiqueuniquement par SMS ou via Twitter sur Smartphones (ayant quitté Facebook lorsque leurs parentsont rejoint le réseau). A l’inverse, beaucoup de leurs ainés sont friands de tablettes.Chaque niche de la population – et de votre cible – a aujourd’hui des préférences claires et certainscanaux n’ont aucune chance de leur délivrer l’information que vous souhaitez leur communiquer.C’est particulièrement vrai des journalistes, qui se détournent massivement du mail et se reposentsur et les moteurs de recherche comme source d’information. Votre newsletter y est-elle bienvisible ? 9
  10. 10. La newsletter, support de communication agile !Ces règles générales sont susceptibles d’être fausses dans certains secteurs ou dans quelques mois.Une constante de notre environnement médiatique est sa volatilité technologique et les évolutionsbrutales des canaux et outils supports de flux d’informations.L’agilité, terminologie aujourd’hui en vogue dans la communication et le marketing, est souvent bienmal comprise et utilisée comme synonyme de capacité de réaction. En réalité, l’agilité est uneméthode de gestion d’équipes de programmeurs évoluant dans un environnement technologiquechangeant et soumises à des évolutions rapides des besoins fonctionnels exprimés par le client.L’analogie technologique est donc valide et la réalité du changement d’opinion fréquent du publictout aussi réel dans le monde de la communication. Mais l’agilité offre bien plus qu’un bon jeu dejambe. Son but est également l’engagement, c’est-à-dire de favoriser une adhésion spontanée auprojet chez toutes les personnes impliquées et à toutes les phases de son évolution.En vous permettant de vous adresser très rapidement, de manière personnalisée et via les canaux lesplus efficaces à l’ensemble de vos publics, aussi fragmentés soient-ils, un bon programme denewsletter représente un des atouts les plus essentiels pour mener à bien des campagnes decommunication complexes (audiences multiples, canaux multiples, objectifs multiples, opinionsatomisées …) et remporter l’adhésion (l’engagement) du plus grand nombre. 10
  11. 11. 4. FAIRE LA PREUVE DESRESULTATSLa dernière clé est celle qui vous permet de débloquer des budgets : prouver l’impact de votrecampagne de newsletter à votre hiérarchie en utilisant des métriques directement reliées à desindicateurs de performance de l’entreprise.Mesurer la portée de sa newsletter permet de dériver les informations suivantes :  Le ROI. De manière extrêmement concrète, pragmatique et comparable à d’autres canaux de marketing.  Le type de contenu le plus apprécié de chaque cible. Pour valider vos choix d’inclusion et de présentation de contenus, et pour optimiser le contenu de la newsletter suivante.  Une meilleure compréhension des canaux de communication préférés de vos clibles. L’envoi par email rencontre-t-il plus de succès que la mise en ligne sur Twitter, par exemple ?Le ROI d’une newsletterAbordez ce calcul de plusieurs manières dépendant de votre objectif original : 1. Générer du trafic sur un site de e-commerce ou corporate ? Imaginez un envoi par email à 700 personnes soigneusement ciblées. Un taux d’ouverture de 20% (conservateur, si vous ciblez réellement) et 2 clics sur parmi les 12 possibles : 280 clics, soit 560€ d’équivalent AdWord si votre Cout Par Clic est de 2€ (certains secteurs ont un CPC beaucoup plus élevé). Les web analytics de votre entreprise vous montreront fort probablement un nombre de pages vues beaucoup plus élevé pour les visites provenant de la newsletter que pour celles provenant de la publicité. Vous pouvez multiplier ces 560€ par un facteur 2 ou 3 (facteur simple à déterminer avec votre rapport de web analytics). Plus finement, si vous connaissez le taux de conversion en achat d’une visite, vous obtiendrez une métrique encore plus directe de la contribution de la newsletter à l’activité commerciale de l’entreprise. Ces métriques purement financières et ne tiennent pas compte de l’impact très favorable sur votre marque. 2. Diminuer les coûts du service communication ? Mesurez le temps et les coûts nécessaire pour toucher tous vos différents publics avec et sans campagne de newsletter (bien réalisée !) Profitez-en pour mesurer la notoriété et le rappel de marque, pour dépasser le stade purement pécuniaire et prouver l’apport de votre communication à l’image de marque. 3. Fidéliser vos clients. Utilisez une campagne dédiée pour évangéliser les meilleures pratiques et amener vos clients actuels à exploiter vos produits au maximum de leur capacité. Ces produits paraîtront beaucoup plus indispensables et votre taux de perte au profit de la concurrence diminuera d’autant. 11
  12. 12. Optimiser les choix de contenus et de canauxLes exemples sont aussi nombreux que les besoins de communication de votre entreprise. Mais au-delà du ROI, utile pour faire la preuve de l’utilité de votre action, il est tout aussi important de vouspermettre d’optimiser vos choix de contenu et de canaux de propagation. Une simple augmentationd’efficacité de 10% sur chaque étape d’une chaine en contenant 10 conduit à un gain global de160% !En centralisant sur une même plateforme web tous les contenus, éléments graphiques, liens …entrant dans la composition de vos newsletter ainsi que tous les outils de diffusion / partage social,vous rendez possible une mesure intégrale de la performance de chaque élément et chaque choix :  Le taux d’ouverture des emails, le taux de clics sur les divers liens  Le nombre de likes, @mentions et RT  Le trafic généré, sur la version en ligne et le reste du site Internet, en fonction des canaux d’origineL’ensemble de ces métriques extrêmement simples à interpréter dépeint un tableau global de votreimpact et vous offre une compréhension profonde des préférences et centres d’intérêts de vosdifférentes cibles. Chaque nouvel envoi est l’occasion d’améliorer l’efficacité de votre travail et laqualité de la relation entre l’entreprise et ses publics.EN CONCLUSIONLa newsletter a toujours été un des outils les plus précieux dans la boite à outil du communicant.Mais le désamour récent du public pour les emails a changé la donne et remis en cause de nombreuxprogrammes. Nous espérons que ces quelques pages de rififi vous auront convaincu que lanewsletter conserve plus que jamais tous ces atouts de fidélisation, de création de valeur et degestion d’image de marque.La personnalisation, la réactivité et la mesure d’impacts constituent les 3 nouveaux piliers soutenantla réussite d’une campagne se situant aujourd’hui au moins autant en ligne que dans des boitesemail. Et lorsque la plateforme utilisée est optimisée dans ce but, ces facultés, comme la création etle partage de la newsletter, s’obtiennent très aisément. 12
  13. 13. A PROPOS DE PR•ROOMS Issu d’un projet de salles de presse sur mesure et de développement web, PR•ROOMS est un éditeur de logiciels dédié exclusivement aux solutions de communication Web et de marketing de contenu. Créée en 2010 par Olivier Caussin, l’entreprise est le fruit de son expérience de plus de 15 années dans la gestion des relations presse, relations publiques et gestion de la réputation auprès de grosses PME comme des plus grands groupes mondiaux. Un période au cours de laquelle Olivier a pu constater les évolutions profondes de ces métiers : • Un rejet croissant de la communication PUSH (unilatérale et non sollicitée) par ses cibles • Un rapprochement de la communication et du marketing et un objectif commun entièrement dédié au soutien de succès commercial des entreprises (ou au succès non commercial des institutions) • Le déplacement de l’intérêt de tous les publics des entreprises vers les sujets sociétaux • Le rôle croissant de la technologie PR•ROOMS propose aujourd’hui une offre logicielle centrée sur son produit historique, la Social Newsroom, qui est un site Internet autonome ou adossé de manière totalement transparente au site d’une entreprise et entièrement dédié à l’exploitation de l’actualité et du contenu de marque pour soutenir l’activité commerciale des entreprises ou toute autre forme d’activité des institutions nécessitant l’adhésion de nombreux publics. Les composantes de l’offre se déclinent selon la logique des relations publics « inbound » : • Attirer l’attention plutôt qu’imposer ses messages • Fidéliser au moyen de newsletters, curation d’information et revues de presse • Faciliter et encourager le partage social de la part du public • Bâtir l’autorité et l’influence de l’entreprise aux yeux des moteurs de recherche et l’influence auprès de ses publics. 13
  14. 14. Cette offre consiste en 4 composantes :Social NewsRoom, la salle d’information en ligne permettant d’assembler une série de communiquésdans une stratégie éditoriale planifiée afin de soutenir les efforts de marketing de contenu et derelations publics d’entreprises et d’agences de toutes tailles.Diffusion 2.0, un module de diffusion par mail éliminant les tâtonnements manuels de la gestion deslistes de diffusion et de la création de mails HTML. Vous filtrez une liste unique des contatcs présentsdans le CRM de NewsRoom en cliquant sur des tags représentant les centres d’intérêts oul’historique de la relation avec l’entreprise et vous rajoutez ou excluez quelques contactsmanuellement. L’opération de ciblage nécessite quelques secondes. Et la génération du mail HTMLselon un des gabarits prédéfinis est entièrement automatisée afin de garantir une affichage correctdans la majorité des clients mails de bureau, en ligne et mobiles.La gestion des opt-in et opt-out ainsi que la visualisation en ligne font partie intégrante du module. Letracking des ouvertes et des clics est intégré au suivi des visites du site de l’entreprise et de lanewsroom grâce à l’intégration avec Google Analytics. Cette intégration unique offre une visionglobale de l’impact de votre activité de Relations Publics et permet d’en intégrer les résultats auxtableaux de bords de l’entreprise.Newsletter, le module de génération de newsletters à partir de communiqués, de curation d’articleset de retombées presse dans une logique de fidélisation des différents publics de l’entreprise (). Lesnewsletters générées sont à la fois publiées en ligne et diffusées par mail et bénéficient de tous lesoutils de partage social propres à la NewsRoom.NewsShot, le communiqué enrichi unitaire permettant de promouvoir un évènement ponctuel oud’utiliser un tel évènement pour construire la visibilité de l’entreprise.©PR•ROOMS 2012. « Pour que chaque entreprise devienne un média efficace. » 14

×