Le crowdfunding rapport

546 vues

Publié le

Le Crowdfunding
Matière : économie du travail
Institut Supérieur de Gestion de Tunis- 3ème année GRH

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
3 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
546
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
3
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le crowdfunding rapport

  1. 1. « Le Crowdfunding » Quand des inconnus financent votre projet Page 1 3ème Année Licence Fondamentale en Gestion des Ressources Humaines Matière : Economie du Travail Institut Supérieur de Gestion de Tunis Année Universitaire 2014 - 2015 Le « Crowdfunding » : Quand des inconnus financent votre projet Travail élaboré par : CHEBBI Chiraz MALAK Fatma Encadré par : M. BOUALI Safieddine Le crowdfunding se base sur la logique selon laquelle les petits efforts accumulés peuvent faire aboutir de grands projets. Les sites de financement participatif permettent aujourd’hui à tout un chacun de contribuer à un projet et de financer une bonne idée, en se basant sur ce principe simple: si l’on se rassemble pour donner, même un peu, on multiplie l’impact de nos contributions. Le crowdfunding déplace le centre de gravité du financement et permet de trouver le capital initial pour créer un projet innovant. Le crowdfunding rassemble des individus pour un projet humain, une aventure collective. Il faut aller au-delà de l’aspect financier pour voir toute l’importance et la portée de cette démarche.
  2. 2. « Le Crowdfunding » Quand des inconnus financent votre projet Page 2 Table des matières Introduction ................................................................................................................................3 I- Définition et présentation du « Crowdfunding ».................................................................3 II- Finalités du CrowdFunding.............................................................................................4 III- Les plateformes de crowdfunding ...................................................................................4 1- Présentation .....................................................................................................................4 2- Les types des plateformes................................................................................................5 3- La rémunération...............................................................................................................5 4- Les modèles de plateformes ............................................................................................6 A- Les plateformes de dons.................................................................................................6 B- Les plateformes de récompense .....................................................................................6 C- Les plateformes de prêts.................................................................................................6 D- Le financement avec prise de participation....................................................................7 5- Fonctionnement des plateformes........................................................................................7 5- Mécanismes utilisés par les plateformes de crowdfunding .............................................8 IV- Les étapes à suivre pour le porteur de projet...................................................................9 1- Préparation du projet .......................................................................................................9 2- Préparation du crowdfunding ..........................................................................................9 3- Levée de fonds/communication.......................................................................................9 4- Réalisation et récompenses............................................................................................10 V- Les risques encourus......................................................................................................10 VI- Le crowdfunding en chiffres .........................................................................................10 VII- Le « Crowdfunding » en Tunisie...................................................................................11 1- Etat des lieux .................................................................................................................11 2- Le volet législatif...........................................................................................................12 3- L’exemple « CoFundy »................................................................................................12 A- Présentation............................................................................................................12 B- Les parties prenantes de la plateforme Cofundy ....................................................12 C- Les types de projets pouvant être financés sur Cofundy........................................13 D- La commission de CoFundy en cas de succès du financement du projet ..............13 Conclusion................................................................................................................................13 Bibliographie et Références .....................................................................................................14
  3. 3. « Le Crowdfunding » Quand des inconnus financent votre projet Page 3 Introduction Une nouvelle économie collaborative voit le jour et de nouveaux modes de financement émergent et s’établissent. Le crowdfunding (appelé aussi financement par la foule) se présente ainsi comme une alternative et/ou un complément aux financements actuels de la création. Ce phénomène issu des Etats- Unis est en plein développement, notamment grâce à l’essor d’Internet. Le crowdfunding s’inscrit dans la tendance du crowdsourcing, qui propose la contribution de plusieurs personnes à un même sujet. Comme par exemple le co- développement d’un produit par une entreprise et ses clients, ou le recours d’une société à ses salariés pour favoriser l’innovation. I- Définition et présentation du « Crowdfunding » Afin de bien comprendre les notions qui se cachent derrière le terme de crowdfunding, il faut revenir aux origines du concept : le crowdsourcing. Estellés-Arolas et Gonzalez-Ladron-de-Guevara (2012) en proposent la définition suivante : “Le crowdsourcing est une activité de type participatif au cours de laquelle un individu, une institution, une association à but non lucratif ou une entreprise propose à un groupe d’individus hétérogène variant en terme de nombre, de niveau d’éducation, par un appel public la possibilité de collaborer à l’exécution d’une tâche de manière volontaire. L’acceptation de cette tâche variable et modulaire à laquelle la foule devra participer par son travail, son argent, son savoir et/ou son expérience comporte en elle-même un intérêt mutuel. Le participant recevra en échange une contrepartie de type financier ou extra-financier comme la reconnaissance sociale, l’estime de soi ou le développement d’une compétence individuelle, alors que le donneur d’ordre obtiendra et utilisera à son profit ce que le participant à apporter à l’organisation dont la forme dépendra de l’apport demandé” Le terme anglais crowdfunding signifie littéralement "financement par la foule". Dans la terminologie française il désigne "Financement participatif". Il s’agit d’un mécanisme qui permet de collecter les fonds nécessaires à la réalisation de projets, qu’ils proviennent d’entreprises ou de particuliers. Ces fonds sont collectés auprès des internautes par le biais de plateformes internet qui offrent une visibilité aux différents projets. Le financement participatif nécessite d’identifier les deux parties concernées : • le contributeur : la personne qui souhaite (co) financer une cause / un projet. • le porteur : le bénéficiaire qui a proposé son projet sur une plateforme et bénéficie des soutiens financiers apportés par plusieurs contributeurs.
  4. 4. « Le Crowdfunding » Quand des inconnus financent votre projet Page 4 Face à ces parties, des transferts monétaires opérés sur internet sont effectués via les plateformes de crowdfunding. II- Finalités du CrowdFunding Le CrowdFunding utilise massivement internet et les réseaux sociaux pour leur pouvoir de diffusion et leurs faibles coûts de fonctionnement ; c’est un mécanisme qui permet de collecter des fonds auprès d’une communauté d’investisseurs ou de donateurs individuels et donc permet à plusieurs personnes de participer au financement d'un même projet. Ce groupe de personnes peut être constitué d'amis, de famille, de connaissances ou encore d'internautes. Ce qui explique l'essor de cette technique de financement est que :  Le citoyen devient acteur des projets qu'il souhaite voir se développer.  L’adhésion collective autour d’un projet devient une garantie de son succès, de son utilité et de son impact positif sur notre société. Grâce à une information transparente, un grand nombre de personnes peut désormais soutenir des projets à travers de petits investissements. Le crowdfunding donne ainsi la possibilité à tout investisseur de choisir la finalité de son étape pour choisir :  Un projet de financement communautaire.  Un investissement social responsable.  L’investissement dans une PME, une start-up.  Un investissement pour financer une innovation.  Tout autre type de financement de projets. III- Les plateformes de crowdfunding 1- Présentation Les plateformes du CrowdFunding sont des applications informatiques accessibles aux internautes et jouant le rôle d’intermédiaire entre les donateurs et les porteurs de projets chose qui constitue une révolution dans la relation entre les investisseurs et les donateurs. Traditionnellement, les porteurs de projets finançaient leur développement en cherchant des financements auprès de leurs proches, de leurs banques, etc. Ainsi ces plateformes apportent une réponse complémentaire aux dispositifs de financement traditionnel de projets existants. Les exploitants de ces plateformes sont appelés à sécuriser les opérations qui s’établissent entre les investisseurs et les porteurs de projets, ils sont ainsi appelés à :  Etre rigoureux dans la sélection des projets à financer,  Donner l’information précise
  5. 5. « Le Crowdfunding » Quand des inconnus financent votre projet Page 5  Valoriser les investisseurs,  Animer la communauté,  Etre un expert dans le domaine des paiements (sécurisation des opérations - respect de la réglementation ...). Il est donc essentiel pour les porteurs de projets et les donateurs de se mettre en relation avec un partenaire qui maitrise parfaitement le cadre technique et réglementaire mais aussi qui dispose d'une bonne maitrise marketing et de communication. 2- Les types des plateformes  Plateformes spécialisées: Certaines plateformes de financement participatif desservent des industries particulières telles que l'enregistrement de musique, les jeux vidéo ou la télévision indépendante.  Plateformes axées sur les activités: Plusieurs plateformes desservent diverses industries, mais mettent l'accent sur certains types de projets tels que production d’un disque ou d’un spectacle musical, mise en scène d’une pièce de théâtre, vernissage, développement d’une nouvelle technologie, création de matériel de diverses natures, autoédition d’un livre ou d’un roman, etc..  Plateformes générales: Ces plateformes n'ont aucune restriction sur ce qu'elles présenteront. il s’agit de financement de projets de toutes sortes sans restriction sur la nature des projets. Cela va du soutien pour une intervention médicale à de l’aide pour la réception d’un mariage à des projets créatifs ou pour de la recherche dans différents secteurs d’activités.  Les plateformes indépendantes : un peu comme les sites web personnels ou les plateformes de blog personnel, ces plateformes peuvent être complètement indépendantes ou faire partie d’un site Internet d’entreprise. 3- La rémunération Les plateformes de financement participatif utilisent habituellement un modèle commercial axé sur des commissions où la plateforme reçoit entre 2 et 5 % du montant total des fonds amassés au cours de la campagne auprès du propriétaire du projet. Cependant, quelques plateformes ont adopté une méthode de frais fixes selon laquelle un créateur de projet paie des frais fixes prédéterminés à l’exploitant de la plateforme en échange du service d’hébergement de sa campagne sur le site Web de cette plateforme. L’exploitant de la plateforme offre un abonnement mensuel ou annuel à ses services pour un prix fixe, ce qui permet aux utilisateurs d'héberger un nombre prédéterminé de projets sur la plateforme pendant une période de temps déterminée. De nombreuses plateformes imposent également un droit supplémentaire qui provient des frais de service de leurs partenaires de paiement ou des sociétés de cartes de crédit. Ces frais prennent généralement la forme d'un pourcentage des «ventes» de l'ordre de 2 à 4 %.
  6. 6. « Le Crowdfunding » Quand des inconnus financent votre projet Page 6 4- Les modèles de plateformes Le financement participatif, créé à l’origine pour offrir du financement communautaire, se décline aujourd’hui en différentes formes de financement allant du microcrédit au financement responsable, en passant par les opérations de prêt et le modèle axé sur les récompenses. Les structures des plateformes de financement sont très variables. Certaines plateformes offrent seulement un modèle de financement participatif (par exemple, le modèle de don), d'autres offrent un choix entre différents modèles, d'autres encore offrent un modèle hybride qui combine des éléments de l'un ou plusieurs des quatre modèles principaux. A- Les plateformes de dons L’internaute apporte un soutien financier au projet sans recevoir de contrepartie. Le porteur du projet conserve toute sa propriété intellectuelle. - Les avantages : Dans le cadre du modèle de CrowdFunding basée sur le don et la récompense le donateur contrôle le processus de prise de décision (il sait à l’avance le bénéficiaire direct) et le bénéficiaire peut se rendre compte combien le public est intéressé à ses idées. - Les inconvénients : D’une part, la concurrence pour les fonds est difficile, et se durcit chaque jour, et au lieu que le porteur de projet essaye de convaincre un ou deux grands investisseurs que son idée en est une bonne, il doit en convaincre des milliers. D’autre part, le porteur de projet peut passer à cote s’il se trouve en face d’investisseurs expérimentés qui ont souvent de bonnes idées sur la finance participative. B- Les plateformes de récompense En échange de son soutien financier, l’internaute reçoit une contrepartie. Par exemple, dans le cas du soutien à la production d’un film, il peut recevoir un DVD ou une invitation à l’avant- première. Le porteur de projet conserve toute sa propriété intellectuelle. C- Les plateformes de prêts Il s’agit d’un prêt, avec ou sans intérêts, accordé par un internaute à un individu ou à une organisation (sans passer par une banque). Le porteur de projet conserve toute sa propriété intellectuelle. Dans ce contexte, le prêt peut prendre différentes formes :  Une entente de prêt traditionnelle : On s’attend au remboursement monétaire du prêt accordé, plus intérêt. Dans ce cas, les prêts peuvent être garantis ou non, selon la plateforme de financement participatif utilisée.  Un prêt à remboursement conditionnel : Les contributions sont remboursées au prêteur seulement si une des deux conditions suivantes est respectée :
  7. 7. « Le Crowdfunding » Quand des inconnus financent votre projet Page 7 - Si et quand le projet commence à générer des revenus. - Si et quand le projet commence à créer un profit.  La prévente : Le produit fini est promis en échange de financement. Le montant des contributions est donc déterminé en fonction d’une évaluation de la juste valeur marchande du produit financé. Plus les contributions sont importantes, plus elles sont accompagnées d’une promesse d’un plus grand nombre d’exemplaires du produit, équivalant à la valeur du montant de la contribution. Le modèle du prêt est le deuxième modèle le plus actif, représentant environ 44 % de tous les fonds amassés en 2012 et 22 % de toutes les campagnes réussies. D- Le financement avec prise de participation L’internaute “investisseur” acquiert une participation dans le projet ou devient coproducteur et a le droit en échange à des contreparties financières en cas de succès commercial du projet. Le porteur de projet peut devoir céder une partie de sa propriété intellectuelle. Il existe deux sous-catégories de financement participatif selon le modèle de l’investissement :  Modèle de participation au capital : des actions de l'entreprise sont achetées par des investisseurs. Dans ce modèle, les contributeurs achètent des droits de propriété de l'entreprise mère ou des droits dans un projet.  Modèle de partage des profits ou des revenus : Ce mode de financement est surtout présent dans le milieu artistique. L’internaute contributeur (ou coproducteur) percevra, suite à son investissement, une contrepartie financière indexée sur la réussite du produit culturel (album, bande dessiné, film, pièce de théâtre, etc.) qu’il aura financé. Il reçoit une part des bénéfices futurs de l’artiste ou du créateur financé, qui abandonne ainsi une partie de ses droits aux internautes et au site de coproduction. - Les avantages : Si l’entreprise se porte bien, l’investisseur en tire profit, lui aussi. - Les inconvénients : le principal inconvénient de ce type de collecte de fonds est que si l’entreprise ne réussit pas, l’investisseur ne réussit pas non plus. Un autre inconvénient est que, même si cette méthode de collecte de fonds semble informelle, il y a encore des règles et exigences auxquelles l’investisseur doit prêter attention. Il y a des limites sur les montants qui peuvent être collectés. Et, il y a aussi de la paperasse à faire, telle que la divulgation légale et la publication des états financiers. 5- Fonctionnement des plateformes Les plateformes de crowdfunding commencent par l’acceptation du projet : les plateformes modèrent les projets (elles ne contrôlent pas toujours la viabilité). Chaque plateforme à ses propres délais pour l’appel aux dons (en général entre 1 et 6 mois).
  8. 8. « Le Crowdfunding » Quand des inconnus financent votre projet Page 8 Pour ce qui est du montant : Le porteur de projet fixe lui-même le montant de la cagnotte qu’il souhaiterait collecter. Ces plateformes proposent un service payant. Elles prélèvent entre 5 et 15% de la cagnotte à la fin de l’appel aux dons. Des frais bancaires ou taxes peuvent s’ajouter lors du dépôt / retrait des dons. La base de données de tous les donateurs est mise à la disposition du porteur du projet car ils pourront être impliqués, informés, voire même être des clients potentiels. 5- Mécanismes utilisés par les plateformes de crowdfunding  Les projets sont sélectionnés par les plateformes selon leurs différents critères (catégories, maturité…).  Les internautes participent ou contribuent pour un montant égal ou supérieur à une contrepartie choisie. Le porteur de projet conserve l'intégralité des droits. Les récompenses proposées en contrepartie sont non financières. Elles peuvent être symboliques, concrètes ou numériques, mais le plus souvent d’un coût plus faible que le montant de la contribution, afin de s'assurer le financement nécessaire du projet.  Les collectes durent un temps limité pendant lequel les participations se cumulent dans le but d'atteindre ou de dépasser l'objectif minimal déterminé par l'auteur ou le producteur du projet.  Le modèle tout ou rien : Bon nombre de plateformes attribuent seulement des fonds au propriétaire du projet si l'objectif de financement original est soit atteint ou dépassé à l'intérieur de la période de financement prédéterminée. Si le projet n'atteint pas son objectif de financement, soit les contributeurs sont remboursés ou l'on ne leur tient pas rigueur concernant leur promesse de don.  Le modèle au fur et a mesure : Tous fonds amassés au cours de la période de financement sont attribués au propriétaire du projet indépendamment de si l'objectif de financement est atteint ou non.  La règle du "tout ou rien" est de vigueur. Tant que l'objectif n'est pas atteint, les contributions des participants sont enregistrées et mises en attente, sans débit bancaire réel. Si l’objectif n’est pas atteint, les internautes ne sont pas débités et le porteur de projet ne reçoit aucun financement. Les plateformes récupèrent une commission sur le montant total collecté (généralement 5 à 8%).
  9. 9. « Le Crowdfunding » Quand des inconnus financent votre projet Page 9 IV- Les étapes à suivre pour le porteur de projet 1- Préparation du projet Tout commence par la préparation du business plan. Il faut, de préférence, que le projet ait une valeur ajoutée (une innovation, une spécificité, il faut se différencier des autres projets existants sur le marché). Le promoteur doit avoir un objectif clair qui se verra concrétisé avec l’aide d’une équipe solide et ambitieuse. Le projet doit être reconnaissable, pour cela l’équipe de travail doit créer des visuels (logo, photos, illustrations) et un nom. Si besoin, se faire aider par un organisme d’accompagnement, une agence de communication 2- Préparation du crowdfunding D’abord, il faut sélectionner la bonne plateforme (quel modèle de financement, quelle thématique, quel lieu? Lire les C.G.U.) Quelles contreparties? Sont-elles suffisamment intéressantes pour déclencher un don immédiat ? La description du projet en 5 points : –Intro (le projet : lecture en diagonale en 3 secondes) –Pourquoi ce projet –Pourquoi cette collecte –Contreparties proposées –Qui suis-je? 3- Levée de fonds/communication Il faut impliquer ses proches (famille, amis, collègues) et faire marcher le Bouche-à-Oreille, contacter des personnes d’influence (bloggeur, spécialistes, politiques…) ainsi qu’utiliser les réseaux sociaux (Facebook, Twitter), blogs etc. Il faut que le porteur du projet soit présent dans les médias (magazines, presse, radios). Réaliser une vidéo de présentation sera un avantage marquant! Animer et fidéliser son réseau : Le porteur de projet se doit de tenir sa communauté informée de l’avancée, de son travail, et surtout il doit les impliquer dans la levée de fond.
  10. 10. « Le Crowdfunding » Quand des inconnus financent votre projet Page 10 Le principe des trois cercles CERCLE 1 : La famille, les amis, les proches. Ce cercle permet de dépasser le syndrome du restaurant vide. Les outils utilisés sont généralement les mails et les réseaux sociaux. Le porteur de projet doit solliciter et valoriser le soutien. CERCLE 2 : Les relais d’influences (amis d’amis, blogueurs,…). Les outils utilisés sont les réseaux sociaux, la relation presse. Le porteur de projet doit contacter les blogueurs / sites influents sur son secteur. Ce second cercle permet d’atteindre le troisième. CERCLE 3 : Le grand public. Ce cercle permet au porteur du projet d’atteindre des records. Les outils qui y sont utilisés sont les réseaux sociaux, la relation presse et les sites référents. Malgré que le porteur du projet vise ici le grand public, il se doit de rester personnel dans sa communication. 4- Réalisation et récompenses Une fois l’objectif est atteint, l’entrepreneur recevra la somme et la liste des donateurs. Ces derniers doivent être Remerciés et informés de la suite du projet : –Quand le projet verra le jour? –Quand pourront-ils venir chercher leurs récompenses? La communication entre le porteur de projet et ses donateurs continuera même après la concrétisation du projet. Ce sera la base de données des « premiers clients »! V- Les risques encourus Le crowdfunding présente des risques spécifiques. Ces risques sont notamment :  Un risque de perte de tout ou partie du capital investi ou des fonds prêtés, notamment en cas de difficulté de l’entreprise émettrice ou emprunteuse.  S’agissant de titres non cotés, des difficultés pour connaître la valeur de cession des titres ainsi qu’une absence de liquidité de ces titres générant des difficultés pour les céder.  l’absence de garantie quant à l’affectation des fonds collectées au regard du projet initial. VI- Le crowdfunding en chiffres
  11. 11. « Le Crowdfunding » Quand des inconnus financent votre projet Page 11 Le financement participatif, ou crowdfunding, utilisé aux Etats-Unis, en Europe et, depuis peu, dans les pays arabes, est une véritable mine pour les projets artistiques. L’une des plateformes les plus connues dans le monde est le site américain « kickstarter.com » (2009). En Europe, il y a eu « kisskissbankbank.com » (2010), ou encore « ulule.com » (2010). Au-delà des chiffres qu’elles génèrent et qui doublent d’année en année, ces plateformes réalisent parfois des miracles, avec 1 million de projets aboutis en 2012 au total, à l’échelle mondiale. 11,9 % concernent le cinéma et la vidéo et 7,5 % la musique et les disques. Dans le monde arabe ces plateformes se comptent sur les doigts de la main et restent très centrées sur l’économie et les entrepreneurs. Par exemple : « Zoomaal.com » a été créé en juillet 2013 au Liban, financé par des entreprises privées et suit le modèle basé sur le « tout ou rien ». Les exemples de réussite qu’ils affichent vont du nouvel album du groupe « Machrou’Leila », qui a collecté 67.000 dollars, à des documentaires ou encore un livre pour enfants. Les sites spécialisés dans les news du crowdfunding estiment à 536 le nombre de ses plateformes en 2012. Dans le monde, ces plateformes ont récolté plus de 5,1 milliards de dollars de fonds en 2013. Un chiffre qui a presque doublé par rapport à 2010. Contre 2,7 en 2012, dont 59 % viennent de l’Amérique du Nord et 35% d’Europe. Selon une étude réalisée par la Banque Mondiale, le potentiel du crowdfunding pour la région Moyen Orient et Afrique du Nord (MENA), serait aux alentours de 5,6 milliards de dollars par an à l’horizon de 2025. VII- Le « Crowdfunding » en Tunisie 1- Etat des lieux On s’accorde à dire que c’est aussi une question de mentalité. Dans un pays comme le nôtre, le crowdfunding est étranger à notre culture populaire. Et, étranger, il le restera longtemps encore, puisque l’initiative de la plateforme tunisienne flooosy.com n’a pas abouti. Lancée en 2012, la quinzaine de projets qui y ont été soumis n’ont pas atteint leur objectif. Le spot de la plateforme qui a circulé sur Internet essayait d’être attractif en surfant sur la vague de la révolution et de la finance islamique Aujourd’hui, le site Internet de la plateforme a disparu et, quand on le cherche, on est dirigé vers un site de casting. Des institutions internationales comme la Banque mondiale encouragent ce genre d’initiatives dans les pays en voie de développement, réalisent des études et fournissent même des fonds pour créer des plateformes. En Tunisie, on parle de plus en plus du crowdfunding dans le milieu associatif et de l’entrepreneuriat.
  12. 12. « Le Crowdfunding » Quand des inconnus financent votre projet Page 12 Les 6 et 7 décembre 2013, lors des journées de l’entreprise, le sujet a été mis sur la table avec la conclusion qu’il faut au crowdfunding un cadre réglementaire, une solution technique et davantage de vulgarisation. 2- Le volet législatif Au niveau législatif, alors que seules les banques sont censées prêtés de l’argent, cette question est accueillie avec enthousiasme aux USA. En Europe, la question d’une nouvelle réglementation est à l’étude. En Tunisie, pas de bruit ! Les règlements actuels sur les titres en Tunisie font en sorte qu’il est illégal pour les entreprises de vendre des titres ou des avoirs par l’entremise d’un financement participatif, ce qui veut dire qu’un modèle d’investissement n’est pas réalisable à l’heure actuelle pour les investisseurs que pour les porteurs de projets. Les modèles de prêt n’imposent pas les mêmes restrictions lorsqu’il s’agit de la capacité d’un producteur d’accéder à d’autres types de financement. Cependant, ils nécessitent un effort administratif accru pour conclure un contrat concernant la relation de prêt et gérer cette relation et surtout dans les modèles de prêt type prévente où le produit est commercialisé avant sa mise sur le marché. 3- L’exemple « CoFundy » A- Présentation Lancé depuis 30 novembre 2014 en Tunisie, CoFundy est une plateforme de crowdfunding qui permet à des projets entrepreneuriaux, sociaux, culturels et citoyens d’être financés de manière participative via des dons de particuliers. Cet instrument de financement participatif, est géré par CoFundy avec son partenaire le laboratoire de l’économie sociale et solidaire (LAB’ESS), ayant pour principale mission d’accompagner les nouveaux projets dans toutes les phases de leur réalisation. CoFundy permet à des porteurs de projets en Afrique du Nord de se financer via des dons d'individus qui souhaitent les soutenir- les CoFunders -. B- Les parties prenantes de la plateforme Cofundy Le fonctionnement de CoFundy s'articule autour de 3 acteurs :
  13. 13. « Le Crowdfunding » Quand des inconnus financent votre projet Page 13  Les CoFunders : Les CoFunders constituent la communauté de contributeurs de CoFundy et ce à travers leurs dons. Les porteurs de projets entrepreneuriaux peuvent proposer des contreparties pour remercier les CoFunders de leurs soutiens. Ils n'offrent pas aux CoFunders en contrepartie de leurs dons un intéressement aux résultats de leur entreprise ni des parts dans son capital.  Les partenaires : Les partenaires sont un gage de qualité des projets sélectionnés sur CoFundy. Ces structures peuvent être des incubateurs, des plateformes d’aide à la création d’entreprises, des institutions, des associations de développement, etc. Ils accompagnent le projet dans sa phase de lancement.  Les porteurs de projets : Les porteurs de projets sont, avec leurs projets, au cœur de la plateforme CoFundy. Ils sollicitent le soutien des CoFunders afin de mener leurs projets et de générer un impact social, culturel et/ou économique. C- Les types de projets pouvant être financés sur Cofundy CoFundy facilite le financement de projets à fort impact social, culturel et/ou économique. Ces projets peuvent être de quatre types:  Des projets culturels : artistiques et créatifs (une exposition, un festival, etc.)  Des projets solidaires : caritatif, social, humanitaire, etc.  Des projets innovants : des startups innovantes (high-tech, biotechnologie, etc.)  Des projets d’innovation sociale : entrepreneuriat social. D- La commission de CoFundy en cas de succès du financement du projet CoFundy ne perçoit de commission que sur les montants collectés par les projets réussis. Si un projet n'atteint pas son objectif, aucune commission ne se prélève et les CoFunders sont remboursés. La commission de CoFundy est de 5% TTC à laquelle se rajoute la commission du prestataire de paiement 1,8% TTC + 0,18€ pour les paiements en Euro (2,5% TTC +0,25€ pour les autres devises). Conclusion À l’heure d’une crise économique durable et d’une contraction des investissements privés (tant en nombre de projets financés que dans les montants investis), les porteurs de projet sont de plus en plus nombreux à se tourner vers une solution alternative qui, si elle est envisagée de manière la plus professionnelle possible, peut s’avérer une alternative sérieuse à la recherche de fonds privés et bancaires. Le Financement participatif, puisque c’est de lui qu’il
  14. 14. « Le Crowdfunding » Quand des inconnus financent votre projet Page 14 s’agit, connaît un essor fulgurant dans les milieux artistiques mais aussi dans le secteur de l’entrepreneuriat innovant. En Tunisie, le cadre légal n’est pas assez flexible en matière de crowdfunding ce qui n’empêche pas d’ailleurs les porteurs de projets notamment les associations d’y adhérer. Une réforme juridique s’impose en Tunisie en matière de financement participatif surtout après la révolution où on a découvert un déficit en matière d’investissements notamment en entrepreneuriat social malgré l’existence d’incubateurs spécialisés. Bibliographie et Références CONREAUX, Pierre,et DENAES, Aurélien : Atelier :Le crowdfunding. 16/09/2013. CHAPPUIS HALDER & Co. Rapport du Crowfunding Lunch . 26 février 2015. BARTORELLO, Alex : Rapport : Le Crowdfunding ou Financement participatif . Salon du numérique en Vaucluse 3ème éd. Comité du bassin d’emploi. GHAZOUANI,Kamel : Le Crowdfunding en Tunisie : Un chaînon manquant. Journées de l’entreprise. 2013. AUMONT,Adrien : Présentation de « kisskissbankbank », Lausanne. 12 janvier 2012. Pôle mécénat Bourgogne : Présentation, Le financement participatif ou crowdfunding. DEHORTER, Nicolas : Crowdfunding, un mode d’emploi. Ed.Complément du panorama de la plaine //06 « financer la créaticité numérique ». Septembre 2013. AEC (l’agence aquitaine du numérique) : Le financement participatif, une alternative de fonds traditionnelle. Juillet 2013. TORCHANI,Narjès : Article paru dans LaPresse :innover, de l’idée au financement. 09 février 2014. www.businessflood.com : CoFundy : Nouvel instrument de financement participatif « crowdfunding » en Tunisie. Communiqué de la TAP. www.fiscalonline.com : 3ème enquête de conjoncture auprès des réseaux de Business Angels membres de France Angels, L’activité des réseaux de « Business Angels » au second semestre 2012. www.kickstarter.com : Plateforme de crowdfunding www.amf-france.org et www.acp.banque-france.fr AMF (autorité des marchés financiers) et ACP (autorité de contrôle prudentiel : Guide du financement participatif (crowdfunding) à destination du grand public. 14 Mai 2013. www.webmanagercenter.com : DJAIT, Amel : Article paru dan web manager center : « le « crowdfunding » et si on y pensait ! » www.mobilisonslocal.ca :Plateforme de mobilisation et de financement participatif. www.kisskissbankbank.com : Plateforme de Crowdfunding.

×