Rapportd’activitéS|2013-2014
Université libre de Bruxelles
École de Santé Publique
Table des matières
>	 2013-2014  : du plan stratégique aux réformes des enseignements. .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  . ...
| école de santé publique
| rapport d’activités 2013-2014 | 1
2013-2014 : du plan stratégique
aux réformes des enseignemen...
| école de santé publique
| rapport d’activités 2013-2014 | 2
L’adaptation des ressources humaines académiques et scientif...
| école de santé publique
| rapport d’activités 2013-2014 | 3
Nos 5 Centres de recherche (CR) sont dynamiques, attractifs ...
| école de santé publique
| rapport d’activités 2013-2014 | 4
Les activités des Départements d’Enseignement
et de l’Admini...
| école de santé publique
| rapport d’activités 2013-2014 | 5
École Doctorale et Doctorat 61
FormationS continueS 182
Écon...
| école de santé publique
| rapport d’activités 2013-2014 | 6
chantier, sera finalisé au cours de l’année académique 2014-...
| école de santé publique
| rapport d’activités 2013-2014 | 7
Les mémoires de l’ESP
Au cours de l’année académique 2013-20...
| école de santé publique
| rapport d’activités 2013-2014 | 8
NOM FINALITÉ INTITULÉ DU MÉMOIRE DIRECTEUR
DESART Sylvie Ges...
| école de santé publique
| rapport d’activités 2013-2014 | 9
NOM FINALITÉ INTITULÉ DU MÉMOIRE DIRECTEUR
MORTEHAN Aude Ges...
| école de santé publique
| rapport d’activités 2013-2014 | 10
Les prix
Le Prix de la Commission de la Recherche de l’Écol...
| école de santé publique
| rapport d’activités 2013-2014 | 11
peut enrichir leur parcours personnel de formation et profe...
| école de santé publique
| rapport d’activités 2013-2014 | 12
générales au Master et par finalité ; des mails d’informati...
| école de santé publique
| rapport d’activités 2013-2014 | 13
extérieurs ; par l’impossibilité de nombreux étudiants-trav...
| école de santé publique
| rapport d’activités 2013-2014 | 14
correspondant pas aux critères d’admission, soit ne corresp...
| école de santé publique
| rapport d’activités 2013-2014 | 15
présidence tournante est assurée pour trois ans par l’ULB, ...
| école de santé publique
| rapport d’activités 2013-2014 | 16
2015. La Commission prépare également un accès centralisé (...
| école de santé publique
| rapport d’activités 2013-2014 | 17
Académiques,
scientifiques,
Administratifs &
chercheurs sur...
| école de santé publique
| rapport d’activités 2013-2014 | 18
CR 1
du financement des hôpitaux belges. En effet, le gouve...
| école de santé publique
| rapport d’activités 2013-2014 | 19
Les contrats de recherche menés en 2013-2014 ont été tout p...
| école de santé publique
| rapport d’activités 2013-2014 | 20
CR 1
Le projet PACHA a été, en 2013-2014, mené au sein des ...
| école de santé publique
| rapport d’activités 2013-2014 | 21
[2]	 Vers un nouveau modèle d’agrément pour les
hôpitaux bi...
| école de santé publique
| rapport d’activités 2013-2014 | 22
lancés dans une démarche d’accréditation sur base volontair...
| école de santé publique
| rapport d’activités 2013-2014 | 23
2
Académiques,
scientifiques,
Administratifs &
chercheurs s...
| école de santé publique
| rapport d’activités 2013-2014 | 24
CR 2
Dans le domaine des maladies chroniques, et plus spéci...
| école de santé publique
| rapport d’activités 2013-2014 | 25
Présentation de deux recherches menées en 2013-2014
[1]	 Pr...
| école de santé publique
| rapport d’activités 2013-2014 | 26
CR 2
(dans 67 % des institutions) tandis que le moins explo...
| école de santé publique
| rapport d’activités 2013-2014 | 27
proposera une liste de documents pertinents pour une requêt...
| école de santé publique
| rapport d’activités 2013-2014 | 28
3
Académiques,
scientifiques,
Administratifs &
chercheurs s...
| école de santé publique
| rapport d’activités 2013-2014 | 29
Nos axes de travail concernent des sujets de recherche vari...
| école de santé publique
| rapport d’activités 2013-2014 | 30
CR 3
–	 Membre actif de notre centre de recherche depuis 20...
| école de santé publique
| rapport d’activités 2013-2014 | 31
Présentation de deux recherches menées en 2013-2014
[1]	 Ap...
| école de santé publique
| rapport d’activités 2013-2014 | 32
CR 3
3.	 Les TFE
	Dans le cadre du projet, de nombreux trav...
| école de santé publique
| rapport d’activités 2013-2014 | 33
La surveillance des IST en Belgique, incluant les facteurs ...
| école de santé publique
| rapport d’activités 2013-2014 | 34
4
Académiques,
scientifiques,
Administratifs &
chercheurs s...
| école de santé publique
| rapport d’activités 2013-2014 | 35
hommage suite au décès de notre collègue le Dr Myriam Eleng...
| école de santé publique
| rapport d’activités 2013-2014 | 36
CR 4
le volet de santé environnementale lié aux pollutions ...
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB

1 185 vues

Publié le

L’année académique 2013-2014 a été une période importante pour l’ESP/ULB en termes de développement d’une vision stratégique et prospective pour nos enseignements et notre recherche, pour la santé publique et de notre responsabilité sociétale en général.

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 185
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Rapport d'activités 2013-2014 de l'Ecole de Santé Publique de l'ULB

  1. 1. Rapportd’activitéS|2013-2014 Université libre de Bruxelles École de Santé Publique
  2. 2. Table des matières > 2013-2014  : du plan stratégique aux réformes des enseignements. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 > Les activités du Département d’Enseignement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 > La formation continue du Pôle Santé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 > Les mémoires de l’ESP. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 > Les prix. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 > Les initiatives pédagogiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 > Les stages. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 > La formation doctorale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 > Les activités de recherche. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 > Activités des Centres de Recherche CR 1 Économie de la santé, gestion des institutions de soins et Sciences infirmières [CREGISI-DESULB]. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 CR 2 Épidémiologie, biostatistique et recherche clinique [EPIBIOSTAT]. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 CR 3 Politiques et systèmes de santé – Santé internationale [POLISSI]. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 CR4 Santé environnementale et Santé au travail [CR-SET]. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 CR5 Approches sociales de la santé [CRISS]. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 > Événements scientifiques au sein de l’ESP. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 > L’ESP, c’est aussi ses ASBL.... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 > Distinctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 > Les projets de recherche en cours ou terminés durant l’année académique 2013-2014. . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 > Les publications de l’ESP au cours de l’année académique 2013-2014. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80 > Liste des contacts. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
  3. 3. | école de santé publique | rapport d’activités 2013-2014 | 1 2013-2014 : du plan stratégique aux réformes des enseignements Après avoir fêté les 50 ans en 2013, l’année académique suivante devait être plus “calme” et centrée sur le renforcement de nos enseignements et de nos centres de recherche. Deux éléments majeurs sont venus secouer cette “année de transition” et pousser à de nouvelles réformes importantes : l’élaboration du Plan stratégique 2015-2019 et la préparation de la réforme de nos enseignements suivant le Décret “paysage” de l’Enseignement supérieur. La mission de l’ESP est de répondre aux besoins des politiques et systèmes de santé, de la société et des professionnels de santé en recherchant l’excellence dans les domaines de l’enseignement et de la recherche en santé publique. Cette mission se décline de façon plus spécifique dans nos trois domaines d’intervention que sont l’enseignement, la recherche et les services à la collectivité. Ces trois missions s’inscrivent dans l’historique de l’ESP et dans des valeurs communes qui fondent en partie nos spécificités. Le processus d’élaboration du Plan stratégique a confirmé le rôle actif et visible que nous jouons au sein de notre université. ll s’est dégagé de cet exercice une vraie motivation au sein des différents groupes de travail pour mener à bien une réflexion de fond afin de dégager des stratégies durables et plus visibles vers l’extérieur. L’ESP est une faculté qui est reconnue pour la qualité des enseignants, le dynamisme des équipes de recherche et les nombreuses activités de visibilité que nous menons tant à travers nos formations continues que lors d’autres événements scientifiques menés de façon régulière ou ponctuelle. Les nombreux échanges entre collègues et collaborateurs ont amené à définir pour l’ESP la nécessité de rester une entité académique autonome reconnue comme une institution d’expertise et de référence en matière d’enseignement et de recherche en santé publique. Cela passe entre autres par : – une structure universitaire reconnue au sein de son institution, en Belgique et au niveau international pour la qualité de ses enseignements, de ses recherches et de ses appuis à la société ; – un acteur-clé de la santé publique belge, indépendant et reconnu par les partenaires pour son excellence scientifique ; – une faculté (École) universitaire de référence au plan national et international concernant l’enseignement de la santé publique ; – une structure dynamique, innovante et proactive, capable de s’adapter aux changements institutionnels, sociétaux et économiques de son environnement ; – un cadre de travail favorisant l’épanouissement de ses collaborateurs, capable d’attirer et de retenir les meilleurs collaborateurs.
  4. 4. | école de santé publique | rapport d’activités 2013-2014 | 2 L’adaptation des ressources humaines académiques et scientifiques à notre quota d’étudiants va malheureusement entraîner une diminution du cadre académique sur les 5 ans. De plus, une des spécificités de l’ESP est d’accueillir une proportion importante d’étudiants provenant souvent de contextes à faibles ressources. Cela s’inscrit tant dans la politique interne de l’ESP que dans la politique de coopération internationale de l’ULB. Cette spécificité, mal prise en compte par l’université, va entraîner le non- renouvellement de Chaires académiques temps plein sur 5 ans. Dans ce contexte évolutif et parfois difficile, l’ESP va continuer à se positionner en assurant une indépendance de ses recherches, une qualité des approches développées et de ses enseignements, et favoriser un cadre de travail humainement valorisant et qui mette en avant les qualités et productions de tous. En termes de réforme des enseignements, c’est la pleine compréhension de la réforme “paysage” et le travail de restructuration de nos enseignements qui ont été prioritaires. Cette nouvelle révision de nos programmes s’est basée sur une approche par compétences, la volonté de revoir certains enseignements, favoriser les dispositifs pédagogiques divers et l’intégration dans le cadre entre autres des stages. Les référentiels de compétences (profils d’enseignement) de chaque Master contribuent à la cohérence et à la qualité des enseignements dispensés, orientés vers l’acquisition par les étudiants des capacités et des compétences visées. Il s’agit de cadres évolutifs, que les enseignants sont appelés à s’approprier et à utiliser pour le développement de leurs cours, en les adaptant aux spécificités de chaque filière. Au sein du Master en Sciences de la santé publique, l’année 2013-2014 a permis le développement d’une option “soins infirmiers cliniques” à travers la finalité “gestion des établissements de soins”. Parallèlement s’est développée au sein de la FWB la volonté de mettre en place une offre de formation de type Master en Siences infirmières. Le démarrage des stages “allongés” initié dans le cadre de la réforme en 2013-2014 est une avancée considérable pour renforcer les liens théorie-pratique et favoriser un haut niveau de compétences en meilleure adéquation avec les métiers de la santé publique. Cela permet de nous réajuster avec les attentes et les besoins du terrain en renforçant nos formations de plus en plus professionnalisantes. Notre offre de stages vers l’étranger doit cependant encore être augmentée et diversifiée.
  5. 5. | école de santé publique | rapport d’activités 2013-2014 | 3 Nos 5 Centres de recherche (CR) sont dynamiques, attractifs pour des collaborateurs extérieurs, dirigés vers l’analyse et la réflexion entre groupes de chercheurs, de plus en plus productifs en termes de publications scientifiques. Ils développent de nombreux partenariats nationaux et internationaux. Leurs activités sont décrites de façon détaillée dans ce rapport. L’année académique 2013-2014 n’a donc pas été une “année de transition”. Elle a été une période importante pour l’ESP en termes de développement d’une vision stratégique et prospective pour nos enseignements et notre recherche, pour la santé publique et de notre responsabilité sociétale en général. Merci à toutes et tous pour votre engagement pour l’ESP et pour l’appui aux défis pédagogiques et scientifiques à venir. Bonne lecture de ce rapport d’activités. Yves Coppieters ‘t Wallant Président de l’ESP
  6. 6. | école de santé publique | rapport d’activités 2013-2014 | 4 Les activités des Départements d’Enseignement et de l’Administration facultaire De réformes en mises en œuvre, les années passent et l’on ne cesse de se renouveler ! Cette année 2013-2014, le Département de l’Administration facultaire (DA-ESP) a assuré, en appui à la Présidence, l’ensemble des tâches relevant de la gestion administrative de l’École tant dans le secteur académique qu’étudiant. Si les outils mis à notre disposition ont positivement évolué et facilitent le suivi, la gestion des dossiers et l’organisation des tâches du secteur étudiant, les processus mis en place ont quant à eux alourdi considérablement les tâches des équipes administratives. Les métiers ont évolué, et les agents doivent perpétuellement se former et deviennent de plus en plus spécialisés dans un domaine spécifique. Les référents facultaires ont fait leur apparition au sein des équipes et sont des personnes-clés dont le rôle est d’une importance capitale, dans la mesure où c’est vers ces personnes que les collègues peuvent se retourner en cas de difficultés avec les outils ou les procédures. Chaque médaille ayant son revers, “Petite entité” sous- entend petite équipe, ce sont donc les mêmes personnes qui doivent cumuler plusieurs casquettes et être à même d’intégrer un nombre important de compétences, la polyvalence dans le domaine “étudiant” est un atout majeur pour exercer les missions dévolues au DA-ESP. L’École a accueilli 370 étudiants pour le master en sciences de la santé publique, 84 étudiants en masters complémentaires, 61 étudiants au Doctorat et 176 étudiants en formations continues, soit un total de 637 étudiants. CURSUS ANNÉE ACADÉMIQUE 2013-2014 Inscrits Masters 454 Master en Sciences de la santé publique Année préparatoire 57 Master 1 (toutes finalités) 153 Master 2 en gestion des institutions de soins 62 Master 2 en épidémiologie et biostatistique 13 Master 2 en politique et systèmes de santé 43 Master 2 en promotion de la santé 15 Master 2 en santé et environnement 13 Master 2 en santé société et laïcité 1 Master complémentaire en Médecine du travail Master 1 13 Master 2 10 Master 3 4 Master 4 11 Master complémentaire en Santé et Développement 26 Master in Public Health Methodology 20
  7. 7. | école de santé publique | rapport d’activités 2013-2014 | 5 École Doctorale et Doctorat 61 FormationS continueS 182 Économie de la santé Certificat interuniversitaire en économie de la santé (CIES) pas en 2013-14 Épidémiologie, biostatistique et information sanitaire Cours intensif en épidémiologie, Statistiques et informatique appliquées 15 Cours intensif en Analyse Multivariée appliquée à l’Épidémiologie 25 Cours intensifs en Système d’Informations Sanitaires dans les Pays en Développement (SIS) pas en 2013-14 Étude des systèmes de santé Certificat d’Université en Initiation à la recherche sur les systèmes de santé (CU-IRSS) 26 Formation intensive en économie des systèmes de santé (ECOSYS) 10 Management de la santé Executive Master en Management des Institutions de Soins et de Santé (MMISS) 27 Certificat interuniversitaire Management de la qualité dans les établissements de soins (CIMQUES) pas en 2013-14 Certificat interuniversitaire en Management médical (CIMM) 30 Diplôme Universitaire de Management International des Institutions de Soins (DUMIIS) pas en 2013-14 Pédagogie et santé Certificat d’Université Développement des formations dans les organisations de santé (DFOS) 14 Médecine Formation continue en Médecine hyperbare et subaquatique (organisée en 1 an sur 2) pas en 2013-14 Certificats dans le cadre d’obligations légales Certificat de Compétence en Radioprotection 19 Certificat d’Université en Radioprotection physique et biologique 2 Certificat universitaire en médecine scolaire 14 Total 637 Parmi les divers chantiers mis en œuvre par le Département d’Enseignement et celui de l’Administration facultaire, nous mettons plus particulièrement l’accès sur deux d’entre eux : • La finalisation du Plan stratégique 2015-2019, ce travail est l’aboutissement d’un nombre important de réunions. Après beaucoup de discussions et de concertations, des solutions les plus adéquates possibles ont pu être dégagées dans un contexte de réduction de l’encadrement académique face à un nombre d’étudiants relativement constant. • En parallèle, l’École a commencé à mener les réflexions quant à la restructuration de son Master en Sciences de la santé publique, et ce afin de répondre aux exigences du Décret “Paysage” qui abandonne la notion d’année d’études au profit d’un enseignement par cycle (1er , 2e et 3e cycles). L’étudiant pourra ainsi au fil des années accumuler les crédits en vue de l’obtention de son diplôme. Ce travail, toujours en
  8. 8. | école de santé publique | rapport d’activités 2013-2014 | 6 chantier, sera finalisé au cours de l’année académique 2014-2015 pour une mise en œuvre dès la rentrée 2015. Ceci ne reflète que la partie visible de l’iceberg, le Département d’enseignement et celui de l’Administration facultaire ont géré, gèrent et continueront à gérer l’ensemble des tâches qui leur seront confiées. La formation continue du Pôle Santé Centre de formation continue dans le domaine de la santé Dans le cadre de la politique de décentralisation de la formation continue de l’ULB, le centre de formation continue dans le domaine de la santé a démarré ses activités en septembre 2014. L’équipe est localisée sur le campus Erasme au sein de l’École de Santé Publique. Le centre propose un portefeuille de formations (certificats universitaires et formations continues) dans le domaine de la santé permettant notamment de valoriser les compétences des professionnels des métiers de la santé. D’autres projets sont en cours et viendront compléter les activités du centre : – la mise en place de nouveaux certificats universitaires en collaboration avec les facultés du Pôle Santé de l’ULB ; – l’élaboration de formations au sein d’un projet sociétal (pour tous les publics incluant des personnes peu qualifiées et demandeurs d’emploi) en collaboration avec des institutions publiques de la Fédération Wallonie-Bruxelles ; – le développement de formations spécifiques et de projets innovants avec le centre de simulation SimLabS du Pôle Santé ; – la participation active dans des projets régionaux et européens mettant la formation au centre de partenariats avec le monde industriel et des centres de recherche.
  9. 9. | école de santé publique | rapport d’activités 2013-2014 | 7 Les mémoires de l’ESP Au cours de l’année académique 2013-2014, 94 mémoires ont été défendus à l’École de Santé Publique. Ci-après nous présentons la liste des meilleurs mémoires ayant obtenu une note égale ou supérieure à 16/20. NOM FINALITÉ INTITULÉ DU MÉMOIRE DIRECTEUR ANDRIEUX Jonathan Santé Environnement Applicabilité du principe de précaution et exploitation du gaz de schiste en Europe, opinions d'experts. Catherine BOULAND ARTISIEN Anne Gestion des Établissements et Services de soins Variabilité des coûts en spécialités pharmaceutiques forfaitisées pour les patients hospitalisés pour embolie pulmonaire en Belgique. Magali PIRSON BAUDOUIN Céline Gestion des Établissements et Services de soins Validation d'une échelle comportementale d'hétéro- évaluation de la douleur destinée aux patients ventilés mécaniquement et non-communicants hospitalisés en unité de soins intensifs. Yves COPPIETERS BAUMER Nicolas Politiques et gestion des systèmes de santé La qualité perçue des soins comme déterminant de l'adhérence aux programmes de PTME en Afrique sub- saharienne. Myriam DE SPIEGELAERE BEGHUIN Amélie Promotion Éducation Santé Peut-on favoriser le bien-être des jeunes LGBTQ en milieu scolaire via “l'Éducation à la Vie Relationnelle, Affective et Sexuelle” (EVRAS) ? Enquête qualitative auprès de directeurs d'écoles secondaires en Belgique francophone. Annalisa CASINI BEN OMAR BRIDI Salwa Épidémiologie et Biostatistique Évaluation des trajets des soins de l'insuffisance rénale chronique suivis par le service de Néphrologie de l'Hôpital Erasme. Judith RACAPE BICABA Adama Santé Environnement Orpaillage, risques sanitaires et environnementaux au Burkina Faso : perception des acteurs. Christophe DE BROUWER BOSQUILLON Melissa Gestion des Établissements et Services de soins Maintien de l'agrément des titres et qualifications professionnels particuliers des infirmier(e)s par une gestion optimale de la formation permanente. Situation dans une institution hospitalière privée en Wallonie. Isabelle CAMBIER BRIMBERT Charline Promotion Éducation Santé Évaluation d'une animation pédagogique pilote : apprentissage ludique de l'hygiène et du système immunitaire chez des enfants de 9 à 12 ans. Danielle PIETTE CUIGNET Déborah Politiques et gestion des systèmes de santé Les données de mortalité en région wallonne. Analyse du processus de production : mise en évidence des points critiques et des facteurs qui conditionnent leur qualité Myriam DE SPIEGELAERE DEFER Daniela Gestion des Établissements et Services de soins La complémentarité des vecteurs PIT et SMUR, dans la prise en charge des urgences extrahospitalières : étude des cas au sein du CHR de Namur. Dan LECOCQ DEPUYDT Cédric Gestion des Établissements et Services de soins Analyse des organisations des services outreaching médico- légaux en Belgique francophone. Sophie BRICHARD
  10. 10. | école de santé publique | rapport d’activités 2013-2014 | 8 NOM FINALITÉ INTITULÉ DU MÉMOIRE DIRECTEUR DESART Sylvie Gestion des Établissements et Services de soins Élaboration d'une stratégie visant à diminuer les sondages vésicaux injustifiés dans un service de soins intensifs. Yves COPPIETERS DEVOS Elodie Gestion des Établissements et Services de soins Introduction d'une démarche de développement professionnel continu relative à la prise en charge des patients hospitalisés devant subir un examen endoscopique digestif. Agnès JACQUERYE DUJEU Maud Politiques et gestion des systèmes de santé Le bien-être des enfants âgés de 10-13 ans en fonction de la structure familiale : une relecture des données de l'enquête HBSC de 2010. Isabelle GODIN DUJEU Maud Épidémiologie et Biostatistique L'opérationnalisation de l'intégration des soins de santé mentale au niveau des soins de santé primaire dans un pays post-conflit : cas de la RDC. Michèle DRAMAIX FATOU Mwaluke Promotion Éducation Santé Modèles prédisant le BMI déclaré à partir du BMI mesuré en vue de comparaisons des prévalences du surpoids et de l'obésité des jeunes du Hainaut avec celles d'autres régions basées sur des données déclarées. Enquêtes sur la santé des jeunes du Hainaut de 2006 à 2012. Danielle PIETTE HELLIN Marie Santé Environnement Évaluation des capacités nationales de surveillance des campylobactérioses dans les pays à faible et moyen revenus. Olivier VANDENBERG HILLAERT Laetitia Gestion des Établissements et Services de soins Insatisfaction corporelle des adolescents en Communauté française de Belgique. Isabelle GODIN HINK NIKLEWICZ Sacha-Natalia Politiques et gestion des systèmes de santé La réhabilitation du handicap physique en Haïti : état des lieux 4 ans après le séisme du 12 janvier 2010. Alain LEVÊQUE LELANGUE Sabine Gestion des Établissements et Services de soins Initiation d'une démarche qualité en imagerie médicale : objectiver la conformité de demandes d'examens. Dan LECOCQ LESCRAINIER Séverine Gestion des Établissements et Services de soins La résidence-services comme piste de solution au manque de lits en établissements de soins de longue durée en province du Luxembourg : étude de la démographie, des règles de programmation et de leur mise en application. José PINCE MAIGRE Audrey Santé, Société & Laïcité Étude sur l'identité professionnelle des infirmières spécialisées en santé communautaire au sein de la Haute École libre de Bruxelles Ilya Prigogine. Marc MAYER MARTIN Florence Gestion des Établissements et Services de soins Le MEOPA en gériatrie : pourquoi pas ? Dan LECOCQ METO MBOUOPDA Anne Politiques et gestion des systèmes de santé Horizon scanning de la profession de praticien de l'art dentaire. Isabelle GODIN
  11. 11. | école de santé publique | rapport d’activités 2013-2014 | 9 NOM FINALITÉ INTITULÉ DU MÉMOIRE DIRECTEUR MORTEHAN Aude Gestion des Établissements et Services de soins Étude des déterminants psychosociaux sur l'épuisement professionnel au sein d'un hôpital universitaire : la formation continue joue-t-elle un rôle protecteur ? Annalisa CASINI MOUQUET Typhaine Politiques et gestion des systèmes de santé La place de la sage-femme dans le système de santé belge : état des lieux en 2014. Myriam DE SPIEGELAERE NDIKUMANA Christa Politiques et gestion des systèmes de santé Analyse descriptive du dispositif d'aide médicale urgente : évaluation des impacts des politiques migratoires sur le système de soins de santé des migrants sans-papiers en région de Bruxelles-Capitale et questions idéologiques sous-jacentes. Myriam DE SPIEGELAERE PACHIOLI Michèle Gestion des Établissements et Services de soins Amélioration de la performance d'un système de surveillance des incidents dans une unité de soins intensifs. Yves MENGAL PUISSANT Elisabeth Politiques et gestion des systèmes de santé Le concept du care comme un outil d'analyse du métier d'accueillant(e) d'enfants conventionné(e) . Enquête qualitative menée auprès de professionnelles du Hainaut. Perrine HUMBLET REBOURS Chloé Politiques et gestion des systèmes de santé Perception des traitements AMP (Aide Médicale à la Procréation) et de leurs impacts sur la vie sociale et professionnelle : étude transversale monocentrique auprès de couples hétérosexuels infertiles en région bruxelloise. Perrine HUMBLET ROILLET Mireille Promotion Éducation Santé Rôle et des fonctions de l'échevin de la santé. État des lieux et recommandations pour l'optimisation de l'action locale en santé publique et promotion de la santé en communauté Wallonie-Bruxelles. Danielle PIETTE ROQDI Rajae Promotion Éducation Santé Étude des comportements, connaissances et connaissances perçues en lien avec l'éducation thérapeutique et les Écoles de l'Asthme auprès des professionnels de santé des centres de soins de Bruxelles. Danielle PIETTE TULPIN Aurélie Promotion Éducation Santé Évaluation de l'efficacité perçue d'une séance d'information prénatale sur l'allaitement maternel : enquête qualitative. Perrine HUMBLET VAN DEN ABEELE Sophie Politiques et gestion des systèmes de santé Application de l'approche réaliste à un projet d'hygiène personnelle en entreprise de travail adapté : une recherche de mécanismes d'apprentissage. Myriam DE SPIEGELAERE VOUCHE Morgane Gestion des Établissements et Services de soins Contribution à l'étude de la prise en charge des patients des écoles du dos : enquête de satisfaction multicentrique à Bruxelles et pistes d'optimisation. Agnès JACQUERYE ZAHNOUN Leïla Santé Environnement Connaissances et perception des impacts sanitaires liés au mode d'agriculture par les consommateurs et les agriculteurs belges : cas des résidus de pesticides dans les aliments. Catherine BOULAND
  12. 12. | école de santé publique | rapport d’activités 2013-2014 | 10 Les prix Le Prix de la Commission de la Recherche de l’École de Santé Publique a été attribué à Madame Chloé REBOURS pour son mémoire intitulé “Perception des traitements AMP (Aide Médicale à la Procréation) et de leurs impacts sur la vie sociale et professionnelle : étude transversale monocentrique auprès de couples hétérosexuels infertiles en Région bruxelloise”. Le Prix de l’École de Santé Publique a été attribué à Madame Audrey MAIGRE pour son mémoire intitulé “Étude sur l’identité professionnelle des infirmières spécialisées en santé communautaire au sein de la Haute École libre de Bruxelles Ilya Prigogine”. Le Prix Henri Clempoel 2014 (6ème attribution) a été attribué à Mmes Emilie REDOR, Mélanie LECLERCQ et Mr Olivier VAN CAUWENBERGHE pour leur travail intitulé “Les enfants séjournant avec leur mère en prison : projet d’aménagement d’un espace de jeux à la prison de Berkendael”. Les initiatives pédagogiques De la réforme de nos enseignements de 2012 à la préparation de la réforme à venir de nos Masters sur base du Décret paysage de l’enseignement supérieur, les initiatives et développements pédagogiques se marquent tant à travers les dispositifs d’enseignement que dans la recherche d’une meilleure intégration et d’une application des connaissances et pratiques aux évolutions des métiers de la santé publique. Nous disposons depuis 2014 de référentiels de compétences (profils d’enseignement) du Master en Sciences de la Santé Publique et des trois Masters complémentaires. L’élaboration de ces cadres de référence s’inscrit dans la réforme des Masters, liée d’une part à une réflexion menée en interne à l’ESP depuis plusieurs années, et d’autre part à la nécessaire adéquation avec la nouvelle organisation des études. Ces référentiels veulent contribuer à la cohérence et à la qualité des enseignements dispensés, orientés vers l’acquisition par les étudiants des capacités et des compétences visées. Il s’agit de cadres évolutifs, que les enseignants sont appelés à s’approprier et à utiliser pour le développement de leurs modules (objectifs pédagogiques), en les adaptant aux éventuelles spécificités de chaque finalité et qui pourront changer au cours des prochaines évolutions. Ces référentiels représentent également un cadre d’orientation pour les étudiants, qui pourront désormais mieux identifier comment la formation en santé publique 1 u n i v e r s i t é l i b r e d e b r u x e l l e s Profil d’enseignement Du Master en sciences De la santé Publique de l’école de Santé Publique de l’ulb www.ulb.be/esp Cloé Rebours Audray MAIGRE
  13. 13. | école de santé publique | rapport d’activités 2013-2014 | 11 peut enrichir leur parcours personnel de formation et professionnel, mieux comprendre les débouchés possibles à l’issue des Masters et, nous l’espérons, mieux lier leur formation à leurs projets futurs de carrière professionnelle. Les séminaires transversaux interdisciplinaires du Pôle Santé (Faculté de Médecine, Faculté des Sciences de la Motricité, École de Santé Publique et Faculté de Pharmacie) ont été initiés en 2013-2014. Leur finalité consiste à optimaliser la collaboration entre les différents professionnels de santé, et plus spécifiquement de (i) connaitre le travail effectué par les autres professionnels, (ii) comprendre l’intérêt de chaque discipline dans le cadre d’une prise en charge interdisciplinaire et (iii) communiquer entre acteurs des différentes disciplines. Ces projets transversaux interdisciplinaires visent à développer plusieurs compétences qui font référence à la collaboration entre intervenants, la communication et la prise en charge interdisciplinaire. Pour l’ESP, ces séminaires ont concerné nos étudiants de MA2. Les évaluations de ces séminaires indiquent que la grande majorité des étudiants déclare avoir une meilleure connaissance des rôles et fonctions des différentes professions et presque tous se sentent plus capables de collaborer avec les autres professionnels (5 à 10 % d’avis négatifs en médecine et en santé publique). Les commentaires des étudiants vont dans le même sens : ils retiennent l’idée de l’importance de la collaboration interprofessionnelle, et mentionnent l’intérêt des séminaires pour connaître les rôles de chacun des professionnels. Les stages L’année académique 2013-2014 a vu les étudiants du Master 2 en Sciences de la Santé publique participer au nouveau programme de stage voulu par la réforme du Master lancée l’année d’avant et visant à donner une place plus large à l’expérience pratique et à favoriser la mobilité des étudiants. La nouvelle organisation s’est caractérisée par des stages généralement plus longs, une période spécialement aménagée du programme du deuxième semestre, un suivi plus rapproché des étudiants et mieux standardisé entre les différentes finalités. À ce propos, des outils communs ont été mis à disposition de l’ensemble des étudiants du Master, toutes finalités confondues : un guide de stage ; une fiche pour la définition de la mission de stage ensemble avec le coordinateur de stage ; des fiches d’évaluation multiples, destinées au maître de stage et au coordinateur de stage, mais aussi à l’étudiant lui-même pour stimuler l’auto-évaluation et un retour critique sur sa propre expérience. Plusieurs canaux de communication ont été utilisés pour informer les étudiants des différentes étapes du stage, ainsi que des offres de stage et de financement : des réunions séminaires de collaboration interdisciplinaire Développer la communication et la collaboration avec les autres professionnels de la santé Réflexion sur des cas cliniques en petits groupes multidisciplinaires (Animés par des professionnels de la santé) > médecins généralistes MA4 > pharmaciens MA2 > kinés MA1 > ostéo MA complémentaire > santé publique : promotion de la santé, politique des soins de santé, gestion des établissements de soins MA2 www.ulb.be InscRIvez-vous AvAnt le 15 jAnvIeR 2014 1 vendredi après-midi (2h) + 1 samedi matin (3h) Kinés : sirine Kachouri kine.ulb.ma1@gmail.com // santé publique : stéphanie jacquinet steph.jacquinet@gmail.com
  14. 14. | école de santé publique | rapport d’activités 2013-2014 | 12 générales au Master et par finalité ; des mails d’informations ; la page facebook de l’ESP ; et surtout, une nouvelle page internet sur le site de l’ESP entièrement consacrée aux stages du Master. Pour favoriser les échanges et l’apprentissage, dans certaines finalités, des séances spécialement consacrées aux stages et ouvertes à l’ensemble des étudiants de la finalité ont été organisées en fin de parcours : les étudiants ont pu y présenter oralement leur rapport de stage ou travailler en groupe sur les leçons tirées de leurs expériences. En tout, 76 étudiants ont effectué leur stage durant l’année 2013-2014. Différents types de structures ont été visés, comme indiqué dans la figure ci-dessous. De manière cohérente avec leur finalité, tous les étudiants en “gestion” ont réalisé leurs stages dans des structures de soins, hôpitaux ou maisons de repos et de soins. Le choix a été plus varié dans les autres finalités : outre des structures de soins, on retrouve notamment des centres d’expertise (comme l’Institut de santé publique ou l’Observatoire wallon de la santé), des structures non étatiques (asbl, ONG, ...) et de l’administration publique (communes et Ministères, notamment le SPF Santé publique, sécurité de la chaîne alimentaire et environnement et la Direction Générale de la coopération au développement et à l’aide humanitaire). 0 5 10 15 20 25 30 35 Promo Polsys Gestion - Hôpitaux, MRS, MRPA Gestion - Dépt infirmier Environnement Biostat Organisation internationale Structure publique-privée Structure para-publique Administration publique Structure non étatique Centre expertise Structure de soins Nombre de stages TOTAL = 80 31 18 15 9 4 2 1 Fig. 2. Répartition des lieux de stages selon le type de structure et la finalité du Master Malgré la volonté de l’École d’encourager la mobilité internationale des étudiants, la majorité des lieux de stages se trouvent en Belgique (68). Seulement 12 étudiants sont en effet partis à l’étranger : dans d’autres pays européens (1 au Luxembourg et 1 en Espagne), au Canada (2) ou à Haïti (2), en Afrique (2 en RDC, 1 au Bénin et 2 au Burkina Faso) et enfin en Inde (1). Ceci s’explique en partie par le manque de financements
  15. 15. | école de santé publique | rapport d’activités 2013-2014 | 13 extérieurs ; par l’impossibilité de nombreux étudiants-travailleurs de partir ; mais aussi par la durée du stage, encore considérée comme étant trop courte ; des spécificités liées aux finalités elles-mêmes : la majorité des étudiants partis sont ainsi des étudiants de “polsys” et “promo”, deux finalités davantage vouées à l’international. Cette première année de mise en œuvre a finalement donné de bons résultats. Les étudiants ont été satisfaits de leur expérience : 74 % ont apprécié positivement leur stage et en reconnaissent l’utilité pour leur parcours de formation et professionnel. La nouvelle organisation proposée par l’École a été également jugée favorablement. La plupart des étudiants ont réussi à effectuer leur stage durant la période proposée de février à avril. Les différents outils de suivi-évaluation et de communication ont été en général bien appréciés, même si des progrès restent à faire en termes d’harmonisation et de clarté des informations fournies. Enfin, les stages ont également été l’occasion pour l’ESP de renforcer ses collaborations avec les partenaires extérieurs. Ainsi, 72 % des structures d’accueil se sont dites favorables à répliquer l’expérience dans les années à venir. La formation doctorale La Commission Facultaire des Doctorats exerce la délégation de pouvoir que lui a confié le Conseil facultaire de l’École de Santé Publique pour toutes les dispositions relatives au Doctorat en Sciences de la santé publique. Elle remplit les rôles de jury pour l’école doctorale, de l’admission des candidats à la proclamation des réussites. La commission est composée de deux membres académiques issus de chaque Centre de Recherche, des scientifiques porteurs de thèse peuvent y être associés : les professeurs Magali Pirson et Serge Motte pour le CR1, les professeurs Michèle Dramaix, Wei Hong Zhang, Yves Coppieters t’Wallant et Alain Levêque pour le CR2, les professeurs Myriam De Spiegelaere, Bruno Dujardin et Philippe Donnen pour le CR3, le professeur Catherine Bouland, feu le docteur Myriam Elenge qui fut remplacée en cours d’année par le professeur Caroline Verhoeven et le professeur Christophe De Brouwer pour le CR4 et le docteur Analisa Casini, les professeurs Isabelle Godin et Danielle Piette pour le CR5. Catherine Bouland en assure la présidence et Alain Levêque le secrétariat. Le travail de la Commission est accompagné par l’aide administrative de Madame Catherine Buziaux qui assure la rédaction des ordres du jour et des comptes rendus mais surtout le suivi des dossiers des doctorants de l’admission à la proclamation du titre de Docteur en sciences de la santé publique. La Commission est impliquée dans l’École Doctorale Thématique interuniversitaire “Santé Publique, Santé et Société” reconnue par le FNRS qui est présidée par l’ULB en la personne de Michèle Dramaix. En 2013, la Commission s’est prononcée sur l’admission, le suivi et la réinscription de 61 candidats au doctorat inscrits dès décembre 2013 dont 12 nouveaux projets. Au cours de l’année, d’autres projets ont été portés à l’attention de la Commission, 10 projets ont été admis alors que 9 ont été refusés soit ne
  16. 16. | école de santé publique | rapport d’activités 2013-2014 | 14 correspondant pas aux critères d’admission, soit ne correspondant pas aux priorités et champs de recherche de l’École de Santé Publique. Un candidat a abandonné sa thèse. Au total 72 dossiers à différents niveaux d’avancement ont retenu l’attention de la Commission. Les thèses en cours portent sur un large éventail de sujets de Santé Publique, impliquent de nombreuses approches et témoignent de l’importance des préoccupations de santé dans nos sociétés aussi bien du Nord que du Sud. Du côté des thèses en cours, 3 doctorants ont présenté l’épreuve intermédiaire sous la forme d’un séminaire public à mi-parcours du travail de doctorat. La formation doctorale a été proclamée réussie pour 6 doctorants. Les épreuves finales sous la forme d’une défense privée suivie d’une défense publique ont permis de décerner le titre de Docteur en Sciences de la Santé Publique à 5 candidats. NOM Prénom PROMOTEUR DÉFENSE TITRE URANW Surendra Kumar surendrauranw@yahoo.com B. Dujardin 25 septembre 2013 Kala Azar in Nepal : public health evidence to support the elimination initiative. NSAKALA Vodiena Gabriel gabysak@yahoo.fr Y. Coppieters 23 mai 2014 Améliorer la prévention des IST/VIH/SIDA et des grossesses précoces chez les adolescents en RDC : enjeux d'une communication stratégique dans une perspective de promotion de la santé. BUCAGU Maurice bucagum@who.int P. Buekens 18 juin 2014 HIV-1 mother to child transmission : incidence and socio- economic, clinical and biological risk factors in Muhuma Health Center (Kigali/Rwanda). LAOKRI Samia slaokri@ulb.ac.be B. Dujardin 4 juillet 2014 Micro-economic approach to assess cost-of-illness in a user's perspective : evidence informed policy-making towards universal coverage - two cases studies on tuberculosis control in West Africa. MENDES DA COSTA Elise elise.mendes.da.costa@ulb. ac.be A. Levêque 5 septembre 2014 Vieillissement et santé : étude de la santé subjective, de la problématique des chutes et réflexion sur les types d'enjeux méthodologiques rencontrés. Outre le suivi des doctorats en cours, le programme de la Commission Facultaire a porté sur plusieurs points spécifiques. La transposition du Décret paysage a occupé la Commission en complément des modifications récentes du règlement doctoral en conformité avec les prescriptions du Décret Bologne. Ceci a représenté un travail considérable de révision et d’adaptation des Comités d’Accompagnement, des Jurys et différents dispositifs qui entourent et soutiennent les candidats dans leur doctorat. La Commission Facultaire des Doctorats participe aux travaux de l’École Doctorale Thématique dans l’organisation d’activités pour les doctorants des 3 universités partenaires étant l’ULB, l’UCL et l’ULg. La
  17. 17. | école de santé publique | rapport d’activités 2013-2014 | 15 présidence tournante est assurée pour trois ans par l’ULB, mais l’activité est organisée dans les locaux de l’UCL. Une Journée des Doctorants a été organisée le 28 novembre 2013, elle a attiré 90 inscrits. La conférence plénière a porté sur la revue systématique de la littérature et les ateliers ont été centrés sur les approches des méthodes en biostatistique et épidémiologie. Les activités de recherche Nous reprenons ci-dessous les principales activités de la Commission de la recherche et de nos cinq centres de recherche (CR). Commission de la recherche La Commission a pour objectif de soutenir les cinq Centres de recherche (CR) dans leur démarche de dynamisation de la recherche à l’ESP. Elle est composée d’académiques et de scientifiques rattachés à ces différents centres : Mmes C. Bouland, A. Casini, P. Humblet, C. Mahieu et J. Racapé et MM. Ph. Donnen, B. Dujardin, A. Levêque et S. Motte. Concrètement, la Commission de la recherche s’est fixée quatre objectifs : facilitation des axes transversaux de recherche, soutien aux chercheurs, classement facultaire des dossiers de demande de financement et renforcement des collaborations externes. En 2013, à la demande du groupe de travail chargé d’élaborer le plan stratégique 2015-2019, la Commission a mené une réflexion sur les axes de recherche transversaux aux différents CR. Le relevé que la Commission a élaboré en concertation avec les Directeurs de CR a permis d’identifier plusieurs thématiques qui, bien qu’analysées avec des approches très différentes, font l’objet de travaux d’au moins quatre des cinq Centres : la santé en territoire urbain ; la santé de la mère et de l’enfant (y compris la santé périnatale) et la santé des jeunes (adolescents) ; les inégalités sociales et la santé ; les maladies chroniques (diabète, tuberculose, santé mentale, maladies cardiovasculaires). La Commission a par ailleurs noté que plusieurs CR effectuaient également des recherches sur le milieu de travail et les travailleurs. Différentes pistes d’action pour approfondir les transversalités en matière de recherche ont été discutées comme la relance des Groupes de recherche interdisciplinaire et les Ateliers EPIQueS qui proposent un échange de lectures et d’expériences entre disciplines autour d’une thématique donnée (3 ateliers en 2014 : Santé globale, Santé et territoire, Patient- Expert). La Commission a en outre mis en œuvre une démarche de réflexion et de production d’outils pour renforcer le soutien aux chercheurs. Elle a notamment organisé l’attribution du Prix mémoire de la recherche pour valoriser les étudiants qui ont particulièrement bien mis en œuvre exigence scientifique, rigueur méthodologique, qualité de l’analyse et esprit critique dans leur travail de fin d’études. Ce mémoire a été présenté conjointement avec celui ayant remporté le Prix de l’ESP lors d’un séminaire organisé le 6 février
  18. 18. | école de santé publique | rapport d’activités 2013-2014 | 16 2015. La Commission prépare également un accès centralisé (sur l’owncloud ULB) pour tous les chercheurs de l’ESP à des ressources utiles à la recherche : opportunités de financement, stratégies de publication, aides à la mobilité, etc. Périodiquement, la Commission est amenée à classer les dossiers candidats à un financement du “Fonds d’Encouragement à la Recherche” (FER) ou à un financement Mini-Arc et à soumettre ce classement au Conseil d’École. Enfin, afin de renforcer les collaborations externes en matière de recherche, la Commission a organisé une rencontre avec le Dr Toungouz (direction du Département recherche de l’Hôpital Erasme). Un groupe de réflexion sur la prise en compte des variables sociodémographiques dans les études cliniques et la gestion des inégalités sociales de santé a été initié suite à cette rencontre au sein de l’ESP ; ce groupe est amené à s’élargir avec les acteurs intéressés au sein de l’Hôpital Erasme.
  19. 19. | école de santé publique | rapport d’activités 2013-2014 | 17 Académiques, scientifiques, Administratifs & chercheurs sur projets : 38 Personnes (8,65 ETP*) 1 Centre de recherche EN Économie de la santé, Gestion des institutions de soins et Sciences infirmières [CREGISI-DESULB] Le Centre de recherche en Économie de la santé, Gestion des institutions de soins et Sciences infirmières dirigé par le Prof. M. Pirson, regroupe une équipe de chercheurs et collaborateurs ayant des profils variés : médecins, économistes, comptables, ingénieurs de gestion, infirmiers ayant un Master en santé publique, etc. Les recherches sont multiples et portent sur des sujets très variés tels l’étude de l’impact budgétaire de nouvelles thérapeutiques sur les dépenses de l’assurance maladie, l’agrément et l’accréditation des hôpitaux, la détermination des moyens nécessaires à l’implémentation des recommandations provenant de l’ “Evidence Based Medicine”, l’évaluation des coûts par pathologie, que ce soit du point de vue de l’hôpital ou du point de vue de la sécurité sociale. Le centre s’intéresse également à la planification des professionnels de santé. Il a d’abord essayé d’objectiver la réalité de l’activité clinique produite à charge de l’assurance maladie et ensuite de préparer une modélisation permettant de projeter les forces de travail nécessaires pour répondre à la demande en soins médicaux dans les années futures. L’évaluation du coût de revient par séjour et par pathologie représente l’axe majeur du CR. De nombreuses applications orientées vers la gestion hospitalière et le financement hospitalier découlent du projet PACHA, développé ci-dessous. Ce projet est stratégique afin de participer aux réflexions concernant les modifications * ETP = Équivalents Temps Plein publications  Pirson M, Delo C, Di Pierdomenico L, Laport N, Biloque V, Leclercq P. Variability of nursing care by APR-DRG and by severity of illness in a sample of nine Belgian Hospitals. BMC Nursing 2013 ; 12:26 http://www.biomedcentral.com/1472-6955/12/26  Pirson M, Di Pierdomenico L, Gusman J, Baré B, Fontaine D, Motte S. Evaluation of the cost of atrial fibrillation during emergency hospitalization. Acta Cardiol 2013 ; 68(5):469-474  Di Pierdomenico L, Leclercq P, Senterre C, Delo C, Martins D, Pirson M. Activité et financement du personnel soignant aux urgences. Journal de Gestion et d’Économies médicales 2013 ; 5:247-262 L’ensemble des publications du CR sont disponibles sur www.ulb.ac.be/facs/esp/
  20. 20. | école de santé publique | rapport d’activités 2013-2014 | 18 CR 1 du financement des hôpitaux belges. En effet, le gouvernement a approuvé fin 2013 une feuille de route en vue d’introduire un financement prospectif forfaitaire dans les hôpitaux, basé sur les pathologies des patients. En 2010, le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE) avait déjà examiné la faisabilité et l’impact éventuel de l’introduction d’un système de financement “all-in” dans les hôpitaux belges. Dans leur rapport, les auteurs avaient conclu que “pendant les 20 dernières années, quelques bribes de financement par case- mix ont été progressivement introduites en Belgique mais de manière fragmentaire et peu transparente. La plus grosse partie des recettes hospitalières est encore liée au nombre de prestations effectuées. Les médecins sont payés à l’acte et ristournent une partie de leurs honoraires à l’hôpital pour lui permettre de couvrir ses coûts. L’inconvénient du système est que les montants payés à l’acte ne correspondent pas toujours aux coûts réels, qu’ils sont très variables d’une spécialité à l’autre et qu’il encourage la multiplication des actes diagnostiques et thérapeutiques. Un financement “All-in” pourrait constituer une alternative au système actuel qui est complexe et peu transparent”. Dans la perspective d’une tarification forfaitaire basée sur les pathologies, le KCE recommande la mise en place d’un système obligatoire d’enregistrement des coûts permettant un calcul objectif des ressources consommées pour la prise en charge des différentes pathologies. Le projet PACHA développé par le CR est une démarche anticipative de certains hôpitaux francophones qui ont voulu, depuis déjà 10 ans pour certains d’entre eux, anticiper ce changement en évaluant le coût de revient de leurs prestations, des séjours et des pathologies qu’ils prennent en charge. Le CR a été associé en 2014 aux réflexions et recommandations élaborées par le KCE dans son rapport relatif au cadre conceptuel pour la réforme du financement des hôpitaux. Cette étude a été réalisée en collaboration avec de nombreux experts internationaux. La qualité des services et le management des risques sont également pris en compte dans les recherches du centre et notamment via des études interuniversitaires, financées par le SPF Santé Publique. Les sciences infirmières constituent un axe de développement important pour l’avenir. Elles vont faire l’objet de nouvelles recherches basées sur leur intégration dans les soins globaux et la gestion des institutions de soins. Le CR en Économie de la santé, Gestion des institutions de soins et Sciences infirmières est placé devant de nouveaux défis en cette période de crise économique. Il doit baser ses recherches sur la nécessité de trouver des solutions efficientes dans la perspective d’un avenir de plus en plus complexe (évolution de la médecine, ressources de plus en plus limitées, transfert des compétences en matière de santé, etc.)
  21. 21. | école de santé publique | rapport d’activités 2013-2014 | 19 Les contrats de recherche menés en 2013-2014 ont été tout particulièrement orientés vers deux thématiques : 1. L’évaluation et l’analyse du coût de revient de l’activité hospitalière, des séjours hospitaliers et des pathologies (projet PACHA) : projet finançant les principaux chercheurs du CR. 2. L’analyse du modèle d’agrément des hôpitaux bicommunautaires bruxellois. Les deux projets principaux du centre sont présentés ci-dessous. [1] Projet PACHA (Projet d’analyse des coûts des hôpitaux associés) Équipe de recherche : Prof. Magali Pirson (Promoteur), Prof. Pol Leclercq (Co-Promoteur), Dimitri Martins, Caroline Delo, Ugur Eryuruk, Lionel Di Pierdomenico, Julie Van den Bulcke, Mathilde Ruyssen. Le projet PACHA est une démarche anticipative de certains hôpitaux francophones qui ont voulu, depuis déjà 10 ans pour certains d’entre eux, anticiper le changement du financement des hôpitaux, en évaluant le coût de revient de leurs prestations, des séjours et des pathologies qu’ils prennent en charge. Les données de coûts par acte, par séjour et par pathologie, permettent d’améliorer la gestion de l’hôpital en permettant notamment un benchmarking “médicalisé”, complémentaire aux comparaisons économiques traditionnelles utilisées par les hôpitaux. Le coût des séjours et des pathologies représente également une source d’information essentielle pour la détermination des forfaits par pathologie. En effet, c’est généralement cette base méthodologique qui a été retenue par la plupart des pays ayant adopté ce mode de financement (évaluation du coût de la prise en charge des séjours pour chaque pathologie dans un échantillon d’hôpitaux ou pour l’ensemble des hôpitaux du pays et fixation des tarifs sur base de ces évaluations). La base de données PACHA, composée annuellement de plus de 500.000 séjours hospitalisés classiques et hospitalisés de jour permet, en reproduisant des méthodologies étrangères, de simuler l’élaboration de tarifs forfaitaires par pathologie. Les données issues de ce projet sont utilisées pour des publications dont les sujets sont assez variés (ex : évaluation du coût de la fibrillation auriculaire, évaluation du coût des bactériémies nosocomiales, évaluation du coût d’un accouchement, etc.).
  22. 22. | école de santé publique | rapport d’activités 2013-2014 | 20 CR 1 Le projet PACHA a été, en 2013-2014, mené au sein des hôpitaux suivants (la date initiale du partenariat est indiquée en tête de ligne) : – 2000 Centre hospitalier régional du Val de Sambre (“CHR Sambre et Meuse”) – 2000 Centre hospitalier régional de Namur (“CHR Sambre et Meuse”) – 2000 Centre hospitalier régional de Huy – 2004 Cliniques Sud Luxembourg (Vivalia) – 2006 Centre Hospitalier du Bois de l’Abbaye et de Hesbaye à Seraing – 2008 Clinique maternité Sainte Elisabeth de Namur – 2010 Centre hospitalier des Ardennes (Vivalia) – 2010 Institut hospitalier Famenne Ardenne Condroz (Vivalia) – 2010 Hôpital Civil (–> Marie Curie) (Centre hospitalier universitaire de Charleroi) – 2010 Hôpital Vésale (Centre hospitalier universitaire de Charleroi) – 2010 Hôpital Notre Dame (Grand hôpital de Charleroi) – 2010 Hôpital Saint Joseph Sainte Thérèse, IMTR (Grand hôpital de Charleroi) – 2010 Hôpital académique Erasme – 2013 Centre hospitalier universitaire de Tivoli – 2014 Chirec Ce projet de recherche et son positionnement dans le cadre des réflexions sur le financement hospitalier, ont donné lieu au cours de l’année à de nombreux articles dans la presse spécialisée ainsi que de nombreuses conférences. Une attention particulière a été portée sur les comparaisons inter-hospitalières du coût de l’imagerie médicale et du laboratoire ainsi que sur l’évaluation de la consommation en produits médicaux courants durant les interventions chirurgicales.
  23. 23. | école de santé publique | rapport d’activités 2013-2014 | 21 [2] Vers un nouveau modèle d’agrément pour les hôpitaux bicommunautaires bruxellois ? Équipe de recherche : Dan Lecocq, Natacha Viseur, Alain De Wever, Guy Durant, Lieven Annemans, Elisabeth Darras, Magali Pirson Cette étude est la première phase du projet intitulé “Analyse et proposition selon différents scénarios du modèle d’agrément des hôpitaux généraux en région bruxelloise en 2020 et du processus de transition du fonctionnement actuel vers ce modèle” La 6e réforme de l’État induit en effet un transfert important de compétences vers les entités fédérées en matière de santé. Pour la Région de Bruxelles-Capitale, ce transfert entraîne une série de questions vu la multiplicité des acteurs institutionnels compétents sur son territoire. Le secteur hospitalier n’échappe pas à cette problématique compte tenu de l’appartenance mono- ou bicommunautaire des établissements de soins. La Commission Communautaire Commune (COCOM) réfléchit à la mise en place d’un Organisme d’Intérêt Public (OIP) en charge des matières sociales et de santé. Sa réflexion porte également sur le fonctionnement actuel des procédures d’agrément, partant notamment du constat de leur décalage par rapport à l’évolution rapide des techniques et technologies de soins et aux exigences en matière de qualité des soins et de sécurité des patients. Ce contexte incite à redéfinir le cadre des relations entre les hôpitaux bruxellois et leurs organes de contrôle et de tutelle, en intégrant l’éventualité d’une accréditation des établissements hospitaliers. Sur base de la demande formulée par les autorités bruxelloises, les structures de coordination hospitalière ont mandaté le CR1, la Faculté de Santé Publique de l’UCL et la Vrije Universiteit Brussel pour mener un premier travail exploratoire. L’objectif du travail est de livrer des éléments factuels aux autorités bruxelloises en vue de définir une nouvelle politique d’agrément des hôpitaux bicommunautaires : – qui repose, partiellement ou complètement, sur une logique d’accréditation externe reconnue, en se centrant sur la qualité à atteindre et la mesure de cette qualité ; – qui envisage une politique de normes dynamiques, complémentaires à l’accréditation externe, adaptées à l’évolutivité des techniques de soins et aux règles de financement ; – qui favorise l’efficacité et la simplification, la maîtrise des coûts et du processus économique. L’équipederecherchearepréciséladéfinitionetl’articulationpossibledesconceptsenprésence–agrément, programmation, accréditation – et a proposé, sur cette base, un cadre d’analyse qu’elle a appliqué aux différentes entités fédérées. Tout en considérant les paramètres liés à l’État fédéral, l’équipe s’est intéressée aux situations spécifiques à Bruxelles, en Wallonie et en Flandre, où les hôpitaux se sont massivement
  24. 24. | école de santé publique | rapport d’activités 2013-2014 | 22 lancés dans une démarche d’accréditation sur base volontaire avec le soutien des fédérations d’employeurs, stimulés par la Vlaamse Gemeenschap. Des entretiens ont été réalisés avec les parties prenantes du secteur hospitalier dans les 3 Régions (autorités publiques responsables de l’agrément, du contrôle, responsables d’hôpitaux, porte-paroles de fédérations). Nous avons proposé une série de scénarii d’évolution du modèle bruxellois d’agrément des hôpitaux en intégrant les composantes “Normes d’agrément”, “Procédure d’agrément”, “Inspection”, “Accréditation”, “Indicateurs”, “Transparence” et “Pay for quality”. Ces propositions de scénarii doivent maintenant être examinées par les autorités publiques et faire l’objet d’une concertation avec les parties prenantes du secteur. D’autres études s’avèreront alors nécessaires pour déterminer la stratégie de mise en œuvre et d’évaluation du scénario retenu. Références du rapport de recherche : Lecocq, D., Pirson, M., De Wever, A., Darras, E., Durant, G., & Annemans, L. (2014). Vers un nouveau modèle d’agrément pour les hôpitaux bicommunautaires bruxellois ? Étude exploratoire et pistes de scénario. Permalink http://hdl.handle.net/2013/ULB-DIPOT :oai :dipot.ulb.ac.be :2013/177297
  25. 25. | école de santé publique | rapport d’activités 2013-2014 | 23 2 Académiques, scientifiques, Administratifs & chercheurs sur projets : 30 Personnes (3 ETP)Centre de recherche EN Épidémiologie, Biostatistique et Recherche clinique [EPIBIOSTAT] Le Centre de Recherche “Épidémiologie, biostatistique et recherche clinique” rassemble des chercheurs de l’ESP mais également des collaborateurs scientifiques d’autres institutions. Nous développons nos activités de recherche dans les domaines de l’épidémiologie, de la biostatistique appliquée et de la recherche clinique. Au travers des résultats de nos travaux, nous cherchons à apporter des données scientifiques probantes pour encourager et orienter les choix des meilleures politiques de santé au bénéfice du bien-être et de la santé des populations. Nos chercheurs sont aussi fortement sollicités pour leur expertise : les méthodes quantitatives sont effectivement omniprésentes dans le champ de la santé publique, dans le cadre de l’évaluation des politiques de santé mais aussi dans le champ des pratiques cliniques. Nous travaillons en construisant des partenariats avec nos collègues des autres CR de l’ESP mais aussi avec des équipes de recherche au niveau national et international. Nos activités de recherche sont conduites dans le plus grand respect des règles éthiques et des recommandations de bonne pratique. Durant cette année académique 2013-2014, et malgré le contexte de crise économique qui impacte directement le financement de la recherche, nous avons poursuivi nos missions de recherche et d’expertise avec toujours, pour fil conducteur, l’application des méthodes quantitatives en Santé Publique : la recherche des méthodes d’analyse les plus adéquates des données de santé, l’utilisation de modélisations statistiques, l’élaboration de protocoles d’études, la surveillance épidémiologique des maladies, ... dans une perspective de santé globale. publications  Christelle Senterre, Michèle Dramaix and Isabelle Thiébaut. Fluid intake survey among schoolchildren in Belgium. BMC Public Health. 2014, 14:651   Gan XL, Hao CL, Dong XJ, Alexander S, Wilmet Dramaix M, Hu LN and Zhang WH . Provincial Maternal Mortality Surveillance Systems in China. BioMed Research International. 2014, 3:ID 187896.  Collart P, Coppieters Y, Godin I, Levêque A. Day-of-the-week variations in myocardial infarction onset over a 27-year period : the importance of age and other risk factors. Am J Emerg Med. 2014 ; 32(6):558-62. L’ensemble des publications du CR sont disponibles sur www.ulb.ac.be/facs/esp/
  26. 26. | école de santé publique | rapport d’activités 2013-2014 | 24 CR 2 Dans le domaine des maladies chroniques, et plus spécifiquement des maladies cardiovasculaires et respiratoires,plusieursprojetssontdéveloppés :le“Registredel’InfarctusdeCharleroi”continueàmonitorer, depuis maintenant près de 30 ans, la survenue des infarctus et les conséquences en termes de mortalité et de morbidité ; l’impact de la qualité de l’air sur la santé respiratoire et cardiovasculaire est analysée au niveau de la Région wallonne et des modélisations statistiques mettent en évidence les excès de morbidité et de mortalité en lien avec les polluants les plus importants. La question des accidents vasculaires cérébraux dans un pays comme le Burkina Faso fait l’objet d’un projet de recherche dans le cadre d’une thèse financée par l’ULB. Dans le domaine des cancers, une étude a fait le bilan des interventions actuellement menées à destination des jeunes et visant spécifiquement le tabagisme, la sédentarité et l’alimentation inadéquate. Dans le domaine des traumatismes, plusieurs membres du CR se sont spécialisés dans la recherche des méthodes d’analyse les plus adéquates et dans l’utilisation de modélisations statistiques les plus pertinentes pour répondre aux problèmes d’analyse rencontrés, notamment lors de l’exploitation des données hospitalières en Belgique mais aussi dans l’utilisation de données concernant les accidents qui surviennent à l’école, les enfants maltraités, les adolescents abuseurs. Dans le cadre de thèses de Doctorats, plusieurs recherches touchant la malnutrition, la malaria ainsi que d’autres problèmes de santé préoccupants des pays du Sud ont été menées au sein du CR et continuent à faire l’objet de travaux actuels. Plusieurs chercheurs se sont impliqués dans des recherches sur la santé périnatale tant au niveau national qu’international, notamment au travers de projets européens mais aussi en collaboration avec la Chine. L’ensemble des projets menés actuellement par notre Centre de Recherche sont décrits dans l’inventaire des projets. Nous renvoyons le lecteur vers cet inventaire pour de plus amples informations mais nous tenons également à disposition les rapports de recherche et les publications produites. Cetteannéeacadémiqueaaussiétél’occasiondechangementdanslacompositionduCR :c’estleProfesseur Alain Levêque qui a été élu à la direction du Centre pour une période de trois ans en remplacement du Professeur Michèle Dramaix, arrivée en fin de mandat ; il a pris ses fonctions au mois de juin 2014. Nous avons également eu la chance de renforcer notre équipe avec l’arrivée de plusieurs assistants et collaborateurs scientifiques : Mesdames Claudia Schönborn, Pascaline Mugisho, Emmanuelle Robert et Bénédicte Vos, Messieurs Miguel Angel Luque Fernandes et Déogracias Mazina. L’équipe a aussi vu le départ de Madame Filomena Valente, statisticienne depuis plus de 20 ans à l’École de Santé Publique de l’ULB. Pour l’avenir, de nouveaux défis attendent le Centre de Recherche : nous devons redoubler d’énergie pour obtenir des crédits de recherche ; soutenir nos plus jeunes chercheurs pour les aider à soumettre leur dossier de recherche au niveau du FNRS ; appuyer nos nouveaux docteurs afin qu’ils développent et consolident leurs axes de recherche ; préparer notre CR afin qu’il puisse accepter un plus grand nombre de stagiaires provenant de nos masters mais aussi de masters étrangers.
  27. 27. | école de santé publique | rapport d’activités 2013-2014 | 25 Présentation de deux recherches menées en 2013-2014 [1] Projet ‘Élaboration d’un cadastre des interventions dans les champs couverts par 0-5-30 en Belgique’ Équipe de recherche : Pascaline MUGISHO, Alain LEVÊQUE (ULB) ; Karen Van den Bussche, Stefaan DeHenauw (UGhent) Résumé : 0 tabac, 5 fruits et légumes par jour, 30 minutes d’activité physique par jour : la Fondation contre le Cancer a souhaité établir un état des lieux des actions et acteurs œuvrant à la promotion d’un mode de vie plus sain chez les adolescents âgés de 11 à 15 ans en Belgique. Dans ce cadre, une étude a été menée conjointement par l’École de Santé Publique de l’Université libre de Bruxelles et l’Université de Gand. La première ciblait les communautés française et germanophone, et la seconde, la communauté flamande. Objectifs : (1) Identifier les acteurs, actions et projets de lutte contre le tabagisme et la consommation excessive d’alcool, de promotion d’une alimentation équilibrée et de lutte contre la surcharge pondérale et l’obésité, de promotion de l’exercice physique, (2) Analyser le(s) cadre(s) politique(s) belge et communautaires/régionaux dans le(s)quel(s) s’inscrit/s’inscrivent ces actions, (3) Analyser les expériences internationales pertinentes, (4) Faire des recommandations à la Fondation contre le Cancer sur base des analyses. Méthode : la méthodologie proposée regroupait aussi bien des approches quantitatives que qualitatives. Résultats : (1) En Belgique, la promotion de la santé est étroitement liée à l’évolution du paysage politique national ; en Communauté française, l’existence d’un programme quinquennal servant de cadre à la promotion de la santé semblait témoigner de l’organisation pour ce domaine, même si ce dernier n’avait plus été réactualisé depuis plusieurs années. L’analyse du cadre politique en Belgique francophone et germanophone a, cependant, mis en avant des difficultés de coordination des actions et acteurs de promotion de la santé compte tenu de la multiplicité des niveaux de décision et de la diversité des acteurs. Cette analyse a souligné également l’opportunité que pouvait représenter la 6ème réforme de l’État pour remédier à ce handicap. (2) Le cadastre des actions de promotion de la santé visant les adolescents et touchant aux thématiques de l’alimentation, de l’activité physique, de l’alcool et du tabagisme, tel qu’il a pu être constitué dans cette étude, n’est certes pas exhaustif, mais il a permis de souligner un certain dynamisme dans les activités menées auprès du public visé. L’étude a ainsi pu montrer qu’en Communauté française et germanophone de nombreux acteurs, principalement des Associations sans but lucratif (38 %) et des mutualités (33 %), traitent de ces thématiques ; les champs les plus abordés étaient : la promotion d’une alimentation équilibrée (dans 79 % des institutions) et celui de la pratique régulière d’activités physiques
  28. 28. | école de santé publique | rapport d’activités 2013-2014 | 26 CR 2 (dans 67 % des institutions) tandis que le moins exploité était la lutte contre une consommation excessive d’alcool (dans 25 % des institutions). (3) La revue de la littérature internationale à la recherche des données probantes a permis de constater que les actions reprises et décrites dans le cadastre montrent une certaine pertinence et une relative adéquation avec les recommandations internationales quant aux interventions efficaces en promotion de la santé chez les adolescents, pour les thématiques abordées dans cette étude. Propositions : (1) Afin de pallier l’absence quasi totale de données probantes quant aux interventions efficaces dans le champ 0-5-30 dans le contexte belge, il est important d’inciter les acteurs à développer des démarches d’évaluation des projets ; (2) en matière d’activité physique, le développement d’activités physiques autour des heures d’école (avant/pendant/après) et la mise à disposition des infrastructures scolaires en dehors de ces heures, pourraient contribuer efficacement à la promotion d’une vie plus active chez les jeunes ; (3) enfin, en ce qui concerne l’alimentation saine, il pourrait s’avérer efficace d’inciter les établissements scolaires à adhérer plus largement à l’idée de l’instauration d’une politique alimentaire en milieu scolaire. [2] Projet ‘iMEDIATE - Interoperability of Medical Data through Information extraction and Term Encoding’ Coordination de la recherche : Yves Coppieters (ULB), Cédric Fairon (UCL) , Marco Saerens (UCL), Marc Van Vampenhoudt (ISTI). Chercheurs : Thierry KLEIN, Benjamin FAUQUERT, Olivier LATIGNIES et Thierry WALRAVENS (ULB). L’objectif du projet iMEDIATE est de permettre l’interopérabilité des données médicales structurées et non structurées dans les systèmes EHR (Electronic Health Records). Il se propose de développer un ensemble de technologies pour construire et exploiter automatiquement une représentation structurée des données patient à partir de texte libre et de données structurées (illustration ci-dessous). La structuration de documents médicaux jusque-là peu ou pas structurés devrait permettre la construction d’une vision holistique des trajectoires de patients, ce qui améliorerait la qualité des soins et optimiserait l’allocation des ressources disponibles. Ces technologies faciliteront également l’interopérabilité entre différents systèmes d’informations (dossiers médicaux, publications scientifiques, documentation pour les patients, acteurs intra- et extra-hospitaliers, etc.). Ce projet financé par Innoviris développera à terme trois applications : i) un annotateur analysera les données textuelles et structurées comprises dans les dossiers médicaux et produira un index enrichi ; ii) un catégoriseur assisté par ordinateur suggérera à l’utilisateur, sur base de l’index enrichi d’un acte médical donné, une liste de codes nécessaires pour remplir le RCM correspondant ; iii) un moteur de recherche
  29. 29. | école de santé publique | rapport d’activités 2013-2014 | 27 proposera une liste de documents pertinents pour une requête donnée. Ce moteur utilisera en interne l’index enrichi afin de traiter d’autres sources d’informations (comme PubMed ou encore des documents provenant d’autres hôpitaux). Il s’agit d’un projet développé dans le cadre des financement “innoviris.brussels” et qui est mené en partenariat entre l’ULB ‘École de Santé Publique, l’UCL (Unité de recherche CENTAL et PRISME) et l’ISTI (unité de recherche TERMISTI). D’une durée de 3 ans, il dispose d’un budget de 1.450.000 € Schéma du projet iMEDIATE (source : document de projet)
  30. 30. | école de santé publique | rapport d’activités 2013-2014 | 28 3 Académiques, scientifiques, Administratifs & chercheurs sur projets : 30 Personnes (8,375 ETP)Centre de recherche EN Politiques et Systèmes de santé – Santé Internationale [POLISSI] La recherche sur les politiques et systèmes de santé est plus que jamais nécessaire. Depuis deux décennies, au Nord comme au Sud, les crises économiques et financières à répétitions mettent à mal les politiques publiques de protection sociale. Des réformes majeures sont mises en place, souvent sans évaluation scientifique prospective de leurs impacts. Pris dans la tourmente de ces changements rapides, l’enjeu pour les instances publiques et la société civile (syndicats, mutuelles, ONG, organisations de patients, ...) est de maintenir au centre des politiques de santé, les valeurs de solidarité, d’équité, de participation, d’estime de soi des acteurs qui caractérisent leur choix de société. Dans cette situation complexe, un centre de recherche focalisé sur les politiques et les systèmes de santé a un rôle spécifique à remplir : contribuer aux connaissances pour améliorer les prises de décision et permettre aux réformes des systèmes de santé de mieux répondre aux besoins et attentes des populations et des organisations citoyennes. Notre CR vise donc à soutenir les capacités des décideurs à développer des politiques de santé publique cohérentes, articulées avec les autres politiques publiques ayant un impact sur la santé des individus, familles et populations. L’évaluation des politiques et des stratégies mises en œuvre porte non seulement sur leur efficacité à améliorer la santé et la qualité de vie des populations mais également sur leur capacité à réduire les inégalités, tant au niveau international qu’au niveau national ou régional. publications  Laokri S, Amoussouhui A, Ouendo EM, Hounnankan AC, Anagonou S, Gninafon M, Kassa F, Tawo L, Dujardin B. A care pathway analysis of tuberculosis patients in Benin : highlights on direct costs and critical stages for an evidence-based decision-making. PLoS One. 2014 May 8 ;9(5) :e96912. doi : 10.1371/journal.pone.0096912. eCollection 2014.  YE Somasse, P Bahwere, S Laokri, N Elmoussaoui, P Donnen. Sustainability and scaling- up analysis of community-based management of acute malnutrition : lessons learned from Burkina Faso. Food & Nutrition Bulletin 2013 ;34(3) :338-48.   Robert, E., Coppieters, Y., Swennen, B., & Dramaix Wilmet, M. (2014). The Reasons for Early Weaning, Perceived Insufficient Breast Milk, and Maternal Dissatisfaction : Comparative Studies in Two Belgian Regions. International Scholarly Research Notices, 11, 678564. L’ensemble des publications du CR sont disponibles sur www.ulb.ac.be/facs/esp/
  31. 31. | école de santé publique | rapport d’activités 2013-2014 | 29 Nos axes de travail concernent des sujets de recherche variés et multiples, le plus souvent communs aux pays à faible, moyen et haut niveau de revenus. Nos activités sont centrées sur l’analyse et l’évaluation d’interventions sur le système de santé pour participer à l’amélioration de la santé des populations. Elles comportent également un volet transfert de connaissances. Pour réaliser nos différents projets de recherche, nous utilisons des cadres d’analyses et des approches variés (approche systémique, évaluation réaliste) et des méthodes qualitatives et quantitatives adaptées à chaque question et contexte (méthodes épidémiologiques spécifiques, recherches-actions, méthodes participatives, focus groupes, ...). Pour développer ses activités, notre CR dispose de ressources humaines riches et variées, regroupant plusieurs disciplines complémentaires : médecine et santé publique, sciences politiques, économie, sociologie, anthropologie, épidémiologie, sciences médicales et infirmières. Nous développons également des collaborations avec de multiples partenaires à l’extérieur de l’ESP et favorisons également la transversalité intra et inter centres de recherche. Réalisations de l’année 2013-2014 Notre CR continue à développer ses compétences pour mieux répondre aux multiples défis de la santé publique dans les pays à faible, moyen et haut revenus. Voici un aperçu de quelques-unes des activités réalisées pendant cette année académique. Deux projets spécifiques sont également mis en lumière dans les pages qui suivent. – En décembre 2013, s’est terminé le GRAP-PA Santé : “Groupe de recherche en appui à la politique sur la mise en œuvre de l’agenda pour l’efficacité de l’aide (Déclaration de Paris et Programme d’action d’Accra)”, financé par la DGD via la Coopération Universitaire pour le Développement (ex-CUD, aujourd’hui ARES-CCD). Avec ce projet a pris fin une expérience décennale d’appui à la politique dans le domaine de la coopération internationale en santé, commencée en 2004 avec le GRAP-SWAP (sur l’efficacité de l’aide et l’approche sectorielle) (www.grap-swap.be) et poursuivie depuis 2009 avec le GRAP-PA Santé (www.grap-pa.be). Ces deux projets interuniversitaires et multidisciplinaires ont vu collaborer des chercheurs de l’ULB, de l’UCL et de l’ULg. En conclusion du GRAP-PA Santé, une journée d’étude a été organisée en novembre 2013 à l’ESP sur le thème : “Quelles approches pour améliorer l’efficacité de l’aide internationale ? Témoignages et stratégies pour une coopération de qualité après 2015”. Depuis mai 2014, un nouveau type d’appui à la politique de coopération au développement a été initié : ACROPOLIS, Academic research groups for policy support. Ce nouveau projet est financé par la DGD via le VLIR-UOS et l’ARES-CCD pour une durée de 3 ans. Avec les Facultés Saint-Louis, l’ULg, l’UCL et l’Université de Gand, l’ESP-ULB est membre du groupe “Efficacité de l’aide & contextes fragiles”.
  32. 32. | école de santé publique | rapport d’activités 2013-2014 | 30 CR 3 – Membre actif de notre centre de recherche depuis 2006, le Dr Samia Laokri s’est forgée au fil du temps une expérience de terrain au travers de multiples missions d’expertise sur le continent africain et de régulières rencontres scientifiques au niveau international. Elle a défendu sa thèse en santé publique à l’ESP le 4 juillet 2014, en aboutissement de ses recherches dans les champs de la protection sociale et financière, tout en s’attachant à une meilleure qualité de l’offre de services de santé dans les pays en développement. La thèse est intitulée : “Assessing the cost-of-illness from the user’s perspective : Two bottom-up microcosting studies aimed at evidence-informed policy making for tuberculosis control in sub-Saharan Africa”. Dans le cadre de son PhD, elle a participé à la Task Force informelle de l’OMS dédiée à la protection sociale et à la mesure des dépenses catastrophiques associées à la tuberculose. Prochainement se tiendront à Genève deux ateliers visant à préparer la stratégie 2016-2035 de lutte contre la tuberculose qui réunira les experts internationaux de la question en mars 2015 et auxquels elle prendra part en qualité d’économiste de la santé. Elle poursuit aujourd’hui ses recherches aux États-Unis dans le département de Global Health Systems and Development à l’université de Tulane à la Nouvelle-Orléans (http://tulane.edu/publichealth/ pressroom/belgian-hoover-fellow-to-work-with-ghsd-faculty.cfm). Elle a reçu le titre de Hoover Fellow de la Belgian American Educational Foundation (www.baef.be) qui a sélectionné et financé son projet de post-doctorat. – Une équipe inter-CR pluridisciplinaire assiste l’Alliance pour la recherche sur les politiques de santé de l’OMS dans son projet de recherche sur l’accès aux médicaments. Les sept pays sélectionnés pour mettre en œuvre leur recherche (Brésil, Cambodge, Cameroun, Chine, Inde, Népal et Ouganda) ont dû adopter une démarche systémique, approche relativement nouvelle pour la plupart de ces chercheurs qui ont donc reçu l’appui de l’équipe de l’ESP-ULB. – Plusieurs missions d’appui scientifique ont été organisées au Niger avec le Ministère de la santé publique et la CTB qui développent la recherche en système de santé dans le pays. Des formations en recherche- action, ainsi que des ateliers d’écriture scientifique ont été proposés aux cadres du Ministère mais également à des universitaires et à des prestataires de soins. Un appui à distance permet de suivre la rédaction des protocoles de recherche ainsi que leur mise en œuvre. Un projet similaire a démarré au Sénégal en janvier 2014, et de futurs projets sont en réflexion au Burundi et au Bénin.
  33. 33. | école de santé publique | rapport d’activités 2013-2014 | 31 Présentation de deux recherches menées en 2013-2014 [1] Appui à la création d’une unité de référence en matière de recherche et de formation dans le domaine de la nutrition, de la santé et de la survie du nouveau-né et du jeune enfant pour renforcer la réduction de la morbidité et de la mortalité néonatale et infantile Équipe de recherche : Philippe Donnen (Promoteur), Élysée Somassè Ce projet de coopération universitaire financé par l’ARES-CCD (2009-2014) a été mené en partenariat entre l’ESP de l’ULB (promoteur principal), l’Ulg et l’Institut Supérieur des Sciences de la Santé (INSSA) de l’Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso au Burkina Faso. Objectif global du projet : Contribuer à l’atteinte des objectifs de réduction de la morbidité et de la mortalité néonatale et infanto- juvénile au Burkina Faso. Résultats attendus et principales activités : Résultat attendu 1 – Renforcement INSSA Une unité de référence en matière de recherche et de formation dans le domaine de la nutrition, de la santé et la survie du nouveau-né et du jeune enfant a été créée et intégrée au département de santé publique de l’INSSA ; les laboratoires de biologie clinique ont été équipés en microscopes pour les TP. Résultat attendu 2 – Renforcement de la recherche et de la formation 1. Formation à la méthodologie de la recherche des enseignants de l’INSSA Sous l’expertise des Pr Guiguemdé (Doyen INSSA), Pr Dao (vice doyen INSSA), Pr De Mol (Ulg) et Pr Donnen (ULB), les enseignants de l’INSSA ont été formés à la méthodologie de la recherche. 2. Doctorants Deux doctorats sont en cours. – Un doctorat en Santé Publique conduit par Bernard Ilboudo sur l’anémie de la grossesse. Il est inscrit à l’ULB et a déjà finalisé trois articles. – Un doctorat en Biologie, conduit par Mamoudou Cissé sur le paludisme de la femme enceinte. Il est inscrit à l’université de Bobo-Dioulasso au Burkina Faso. Les doctorants ont bénéficié de séjours scientifiques en Belgique.
  34. 34. | école de santé publique | rapport d’activités 2013-2014 | 32 CR 3 3. Les TFE Dans le cadre du projet, de nombreux travaux de fin d’études ont été réalisés par des étudiants du Burkina et de Belgique. Les travaux ont été réalisés à Bobo Dioulasso au sein de l’équipe de l’unité Santé Nutrition Mère Enfant. Au total : – 13 étudiants Burkinabé ont réalisé et défendu leur TFE dans le cadre du projet, dont 3 doctorats en médecine, 4 doctorats en pharmacie et 6 mémoires de cadres supérieurs (anesthésies et gynéco obstétrique). – 13 étudiants Belges ont réalisé des TFE dans le cadre du projet à Bobo-Dioulasso. 4. Les travaux de recherche De nombreux travaux scientifiques ont été réalisés dans le cadre du projet sur la thématique de la santé de la mère et du jeune enfant. Une vingtaine de publications dans des revues à comité de lecture ont déjà été finalisées. Résultat attendu 3 – Renforcement des acteurs de terrain Une centaine d’acteurs de terrain (agents de santé, acteurs des ONG et associations) ont été formés à la mise en œuvre des interventions efficaces et ont développé un mécanisme de coordination qui permet d’évaluer, harmoniser, valoriser les bonnes pratiques en matière de nutrition, santé et survie de l’enfant. Résultat attendu 4 – Renforcement des capacités des populations Plus de 120 mères d’enfants de 0-59 mois ont été sensibilisées aux bonnes pratiques individuelles et collectives pour une meilleure nutrition, santé et survie de l’enfant. [2] Mise en place d’un système de surveillance intégré des infections sexuellement transmissibles au sein du réseau des Maisons médicales Équipe de recherche : Yves Coppieters, (Promoteur)(1) , Christoph Schweikardt(1) , Élysée Somassè(1,2) , Ildephonse Ngabonziza(1) , Marie Marganne(2) , Pierre Drielsma(2) (1) École de Santé Publique (ESP) de l’Université libre de Bruxelles (ULB) (2) Fédération des maisons médicales et des collectifs de santé francophones (FMM) Les infections sexuellement transmissibles (IST) sont en augmentation ces dernières années en Belgique. Le Plan national VIH 2014-2019 souligne que la lutte contre le VIH et les infections sexuellement transmissibles (IST) est une priorité nationale.
  35. 35. | école de santé publique | rapport d’activités 2013-2014 | 33 La surveillance des IST en Belgique, incluant les facteurs de risque, nécessite des stratégies complémentaires en dehors de l’encodage de routine dans le dossier de santé informatisé (DSI). Un volet complémentaire de récolte de données a déjà été adopté par le réseau sentinelle IST et le réseau des médecins vigies, coordonnés par l’Institut Scientifique de Santé Publique. Les Maisons médicales (MM) sont un pilier important des soins de première ligne en Belgique. Il y a environ 100 MM en Belgique francophone dont environ la moitié en Wallonie et la moitié en Région bruxelloise. Les MM offrent des soins dans toutes les disciplines de la médecine de famille : la médecine générale, les soins infirmiers, la kinésithérapie et assurent également le soutien psychologique des patients. La plupart des MM donnent accès aux soins aux patients sur base forfaitaire et se situent plutôt dans des quartiers ou communes défavorisé(e)s. Par rapport à la population générale belge, les MM soignent une population plus jeune et défavorisée, ce qui augmente l’intérêt de surveiller les IST au sein de leur clientèle. La plupart des MM travaillent avec le logiciel Pricare. Les données IST au sein des MM ne sont pas encore recueillies et analysées d’une manière systématique et en continu. Par conséquent, le projet cible les IST et leurs facteurs de risque avec les hypothèses suivantes : – La fréquence des IST dans la population des Maisons médicales est en moyenne plus importante que la situation générale du pays. – Les facteurs associés aux infections des patients avec une IST dans les Maisons médicales sont différents de ceux dans le réseau sentinelle IST (niveau d’éducation plus bas, autres origines, plus souvent contaminés à l’étranger, IST moins souvent diagnostiquées suite à un dépistage). – La mise en place d’un outil d’aide à la récolte de données IST et de leurs déterminants peut conduire à un meilleur enregistrement des IST en Maisons médicales. L’étude se déroulera en deux volets, une étude rétrospective et une étude prospective. L’étude rétrospective cible les diagnostics IST de la période 2009-2013, qui sont déjà enregistrés dans Pricare et les variables associées déjà disponibles. Dans ce but, un logiciel d’extraction pour la récolte des données est développé. Dans l’étude prospective, la fréquence des nouveaux cas d’IST sera estimée. Suite au consentement du patient, le diagnostic, les raisons de la consultation et les principaux facteurs de risque sont récoltés. Dans ce but, un logiciel pour la récolte et le transfert des données est développé et un flux des données qui respecte la confidentialité des données a été mis en place.
  36. 36. | école de santé publique | rapport d’activités 2013-2014 | 34 4 Académiques, scientifiques, Administratifs & chercheurs sur projets : 20 Personnes (4,75 ETP)Centre de recherche EN Santé environnementale et Santé au travail [CR-SET] En 2013-2014, le Centre de Recherche en Santé Environnementale et Santé au Travail a approfondi ses axes de recherche prioritaires et élargi ses partenariats. L’équipe de recherche comprend deux académiques plein temps et un professeur d’université, une assistante à mi-temps et une assistante chargée d’exercices, deux chercheurs et 10 collaborateurs scientifiques. Des doctorants et un chercheur post-doctorant viennent rejoindre le CR pour réaliser leurs travaux. Cette année, neuf doctorats étaient à différents stades d’avancement. Le CR est assisté d’un laboratoire spécialisé en toxicologie industrielle et environnementale dont l’équipe est composée d’un chimiste et deux laborantins avec une capacité d’analyse et de prélèvement en milieu du travail, dans l’environnement de vie intérieur et extérieur. Les projets se basent sur des partenariats et une approche multidisciplinaire et se déclinent selon trois axes principaux : la santé au travail ; l’impact sur la santé des paramètres environnementaux qu‘ils soient physiques comme les ondes électromagnétiques, chimiques tels ceux issus de produits de consommation ou biologiques ; et la lutte contre les maladies infectieuses y compris la multi-résistance bactérienne. En novembre 2013, le CR a organisé la seconde Journée de Santé Environnementale dont le thème général était “la vulnérabilité à la qualité de l’air”. En mars 2014, la 16ème Journée de Médecine du Travail a rendu publications  Tohon, H. G., Fayomi, B., Valcke, M., Coppieters, Y., & Bouland, C. (2014). BTEX air concentrations and self-reported common health problems in gasoline sellers from Cotonou, Benin. International journal of environmental health research, 1-13. doi:10.1080/09603123.2014.915017   Wangata Shadi, J., Elenge Molayi, M., & De Brouwer, C. (2014). Les accidents du travail dans le transport urbain en commun de la Ville Province de Kinshasa, République Démocratique du Congo (R.D.C): une étude transversale descriptive. The Pan African medical journal, 19, 41-48.   Michele Rasoloharimahefa et Catherine Bouland ont collaboré à la collection des publications thématiques de l’Interface Santé et Environnement de Bruxelles Environnement - IBGE, sur les thèmes “Produits d’entretien et désinfectants” et “Composés organiques volatils non méthaniques” In Bruxelles Environnement - IBGE, Collection Fiches Documentées, Interface Santé et Environnement, pp. 4 ; 8 ; 14 ; 15. L’ensemble des publications du CR sont disponibles sur www.ulb.ac.be/facs/esp/
  37. 37. | école de santé publique | rapport d’activités 2013-2014 | 35 hommage suite au décès de notre collègue le Dr Myriam Elenge, Docteur en médecine et porteuse d’un doctorat en sciences de la santé publique. Cette disparition a fortement touché l’ensemble de l’équipe, les partenaires tant au Sud qu’au Nord, les nombreux collègues, étudiants et amis. Le Dr Elenge faisait partie des éléments moteurs de recherche sur les conditions de travail en Afrique, elle a influencé de nombreux médecins dans le développement de la médecine du travail en stimulant des réseaux d’échange entre jeunes chercheurs et praticiens notamment en RDC. Concernant le volet santé au travail, les projets portent sur la toxicologie industrielle visant l’exposition à des substances à potentiel cancérogène ou à des dérivés de médicaments, sur l’exposition aux ondes et aux radiations ionisantes, sur l’ergonomie et les systèmes de santé. Les populations riveraines de sites industriels ou miniers, concernées par les expositions, sont aussi investiguées. Les travaux sont réalisés tant au Nord qu’au Sud, le secteur informel constitue une priorité de travail. Les collaborations sont multiples et se localisent en Belgique, en Europe et en Afrique. Concernant le volet infectieux, les principales recherches portent sur la multi- résistance des bactéries aussi bien en milieu hospitalier que dans l’environnement général. Les transferts entre l’hôpital et la cité sont étudiés, en partie via l’eau. La résurgence d’épidémies telle la fièvre Ebola ou les pandémies comme les virus de grippe aviaire poussent les limites des systèmes de surveillance. Concernant le volet santé environnementale, l’objectivation des expositions environnementales est à l’honneur. 2013 “Année Européenne de l’air” a coïncidé avec plusieurs projets et a mené à une réflexion sur la prise en compte des expositions dans les décisions et actions. Le projet européen APPRAISAL en est un bon exemple. Les résultats mettent en évidence que les plans d’action, bien que visant une amélioration de la qualité de l’air et en conséquence de la santé des populations, ne se basent sur aucune donnée de santé et n’évaluent que rarement les impacts des actions sur cette dernière. La qualité de l’air intérieur est une préoccupation qui continue de monter dans les agendas politiques, toutefois elle se heurte à la libéralisation des marchés, au lobby chimique et aux objectifs d’économie d’énergie. Un élargissement à des approches spécifiques a été permis par de nouveaux partenariats : • La question de l’exposition des riverains aux polluants issus d’une activité historique sur le site et de la rétention dans le sol des pollutions qui en sont dérivées, est soulevée lorsque l’assainissement du terrain est envisagé. Il est important de veiller à la protection des populations pendant l’assainissement mais aussi à ce que après celui-ci, les riverains ne soient plus exposés à des pollutions résiduelles. Dans ce cadre, le CR a été sollicité pour développer une réflexion globale et en particulier une enquête sur Dr Myriam Elenge MOLAYI
  38. 38. | école de santé publique | rapport d’activités 2013-2014 | 36 CR 4 le volet de santé environnementale lié aux pollutions des sols libérées éventuellement lors des travaux d’assainissement. • La communication du risque est toujours importante, tant vis-à-vis de volontaires à un exercice d’objectivation des expositions, que vis-à-vis de riverains d’un site, de travailleurs, de participants à une enquête ou de la population générale. • La question de la contribution des matériaux d’un nouveau bâtiment et/ou des activités menées dans le bâtiment et ses locaux à l’exposition à la pollution intérieure ne peut être objectivée que si un nouveau site est construit et qu’un dispositif de suivi est mis en place. Un travail de longue haleine a été lancé pour réaliser le suivi sur plusieurs années, à intervalles réguliers de polluants de l’air intérieur, dans un nouvel hôpital. Les partenariats avec des pays du Sud se poursuivent pour les trois axes de travail : • Il s’agit d’approfondir les études sur les conditions de travail des travailleurs du secteur informel en Afrique. Les travaux sont menés tant avec des travailleurs des transports, des artisans que des maraîchers. • La surveillance des résistances bactériennes et de la propagation des maladies infectieuses reste impérative. Elle est difficile par manque de formations, d’installations et de conditions de conditionnement souvent peu adéquates. • La qualité de l’air intérieur est un risque trop souvent ignoré. Le projet à Ho Chi Minh ville (PIC ARES-CCD) est mené pour identifier les habitats qui présentent un renouvellement de l’air suffisant. Au Vietnam, la structure des habitats combinée à l’usage de combustibles fossiles ou de biomasse apparaît parmi les sources de problèmes respiratoires chroniques. La description de la variété des situations d’habitat est en cours et vise à identifier les situations plus à risque afin d’en tirer des recommandations pour une meilleure aération dans un premier temps. • La qualité de l’air est une préoccupation de plus en plus importante dans les pays du Sud. Une chaire doctorale portant spécifiquement sur les impacts sur la santé de la pollution atmosphérique se met en place en Afrique de l’Ouest, elle bénéficie du soutien financier international et le CR participe au comité scientifique. Une douzaine de bourses de doctorat sera lancée en 2015, ces bourses sont réservées aux chercheurs du Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire et Sénégal. Les thématiques principales portent sur l’impact des polluants issus de la combustion de la biomasse à l’intérieur des habitations et ceux liés au trafic.

×