Publiciter En Temps De Crise

1 905 vues

Publié le

Transparent de la présentation IREP - http://www.irep.asso.fr/seminaires-edito-comite.php?id=80

voir aussi le texte complet sur :

http://christophe.benavent.free.fr/article.php3?id_article=296

1 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Merci de vos remarques et de vos questions,

    Vous touchez au cœur des problèmes et il est difficile de répondre directement ici. J'essaye tout de même.

    1) sur la relation entre les agrégats ( PIB, consommation, dépenses publicitaires), le dernier cri est d'utiliser ces méthodes de cointégration que j'ai évoquées, ainsi que des tests de causalité dites à la Granger. Ces méthodes vont plus loin que la thèse que vous évoquée. Les résultats en fait varient d'une études à l'autre, disons que si les dépenses agrégée de pub stimule effectivement la dépense, c'est le cas inverse le plus souvent avec le PIB. Mais celà se comprend bien, la raison est managériale. Je donne les référence dans le texte.

    2) relativiser oui, il serait en fait important qu'on puisse travailler à un niveau plus désagrégé : les choses doivent varier selon les secteurs d'activités, malheureusement les études sont rares, et quand ne concerne qu'un secteur. Une analyse multisectorielle, avec les même méthode pourrait donner des résultats intéressants. Naturellement il y a aussi le niveau d'analyse de la marque, qui pour l'UDA serait le plus important.

    3) pour le rôle informatif, il y a un article fameux de Lodish et al LODISH, LODISH M., MAGID M. ABRAHAM, S.KALMENSON, J. LIVESBERCER, B. LUBETKIN, B.
    RICHARDSON, and M. E. STEVENS. 'HOW T.V. Advertising Works: A Meta-Analysis of 389 Real World Split Cahle T.V. Advertising Experiments.' journal of Marketing Research 32, 2 (1995a): 125-39. qui montrait que l'elasticité volume de la pub est de l'ordre de 0,1 pour les produit à maturité et de 0,5 pour les produits en phase de lancement, indiquant ainsi que l'effet informotif l'emporte. Une réactualisation de ce travail a été publié en 2007 dans Journal of Advertising Research (sept). Elle conclue d'ailleurs à un accroissement de l'efficacité!!

    3) pour le rôle complémentaire, celà doit être un véritable objet de recherche. Il me semble qu'il est important dans les marchés où la valeur est essentiellement symbolique, ostentatoire, identitaire.

    Voilà, quelques éléments de réponse, je serais ravi de pouvoir les développer de manière ^plus directe et vivante...bien à vous
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 905
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
567
Actions
Partages
0
Téléchargements
28
Commentaires
1
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Publiciter En Temps De Crise

  1. 1. Investir dans la publicité en temps de crise Christophe Benavent Professeur Université Paris Ouest http://i-marketing.blogspot.com (le texte complet ici )
  2. 2. Sommaire <ul><li>En guise d'introduction : </li></ul><ul><ul><li>une histoire de modèle pour relier le court au long terme.. </li></ul></ul><ul><li>Backs to the basics : </li></ul><ul><ul><li>fonction et objectifs en temps de crise. </li></ul></ul><ul><li>Quelques idées simples : </li></ul><ul><ul><li>Penser au bout du tunnel. </li></ul></ul>
  3. 3. Lydiametrics comment les modèles marketing se conçoivent
  4. 4. Modéliser la pub comme un chien en laisse...
  5. 5. Les fonctions d'impulsion Un choc de 10% de pub entraîne un accroissement cumulé de 12%
  6. 6. Back to Basics <ul><li>Les fonctions : </li></ul><ul><ul><li>Informative, elle donne au consommateur les moyens d’une décision rationnelle. </li></ul></ul><ul><ul><li>Persuasive dans la mesure où elle change certaine croyances à propos de la marque. </li></ul></ul><ul><ul><li>Complémentaire dans la mesure où elle est constitutive de l’offre. </li></ul></ul><ul><li>Des objectifs distincts en temps de crise </li></ul><ul><ul><li>Soutenir des ventes qui s’érodent et maintenir une demande frileuse. </li></ul></ul><ul><ul><li>Préserver ses parts de marché , voire profiter des circonstances pour l’accroître, </li></ul></ul><ul><ul><li>Maintenir et développer la valeur de la marque par les effets de la publicité sur la sensibilité au prix </li></ul></ul><ul><ul><li>Empêcher la concurrence d’entrer , voire même l’inciter à sortir du marché. </li></ul></ul>
  7. 7. Cycle de vie et efficacité Pub informative Pub persuasive Pub complémentaire Lancement Ventes PM Elasticité prix +++ 0 + 0 0 0 + + - Croissance Ventes PM Elasticité prix ++ + 0 + + 0 + ++ - Maturité Ventes PM Elasticité prix 0 + + 0 ++ - 0 ++ - -
  8. 8. Ce qu'on sait et ce qu'on ne sait pas <ul><li>La baisse du PIB conduit à une baisse des dépenses publicitaires </li></ul><ul><ul><li>Mais cela reste macro... </li></ul></ul><ul><li>La baisse des dépenses favorise le hors média et l'internet </li></ul><ul><ul><li>Une préférence pour l' « accountable? » </li></ul></ul><ul><li>Y a-t-il un changement de régime? </li></ul><ul><ul><li>Les élasticités de la publicité baissent-elle en temps de crise? </li></ul></ul><ul><ul><li>La crise aiguise-t-elle la raison? </li></ul></ul><ul><li>Quels sont les effets indirects ? </li></ul><ul><ul><li>L'effet de la publicité sur l'élasticité-prix est-il renforcé ou non? </li></ul></ul><ul><ul><li>Où sont les complémentarités? </li></ul></ul>
  9. 9. Cinq idées clés <ul><li>1 ) la récession perturbe l’équilibre des marchés et ouvre donc une fenêtre d’opportunité . Elle redéfinit la segmentation du marché, modifie les capacités d’action, offre l’occasion de redéfinir les politiques de manière offensive. </li></ul><ul><li>2 ) Pas d’évidence d’une moindre efficacité de la publicité qui est liée plus au cycle de vie du marché qu’aux cycles économiques. Les consommateurs peuvent devenir plus sensible à l’information et être plus rationnel. Le rôle informatif de la publicité peut alors jouer à plein . </li></ul><ul><li>3) Ne pas dépenser en publicité, c’est risquer de prêter le flanc aux marques Low Cost et donc de recourir excessivement à l’arme du prix. La publicité immuniserait contre une dégradation trop forte de la rentabilité . </li></ul><ul><li>4) La quatrième est qu’à moyen terme, un enjeu important est donné par la sortie du cycle. Ceux qui ont abandonné l’effort risquent de ne pas profiter de la reprise , car ils auront laissé se dégrader le capital de marque. </li></ul><ul><li>5) Le rôle stratégique de la publicité qui instaure des barrières à l’entrée et à la mobilité, permet de renforcer l’avantage compétitif de la firme et au-delà à signaler au marché sa résistance au mauvais temps, et à maintenir des cours bousculés . </li></ul>
  10. 10. Pas de solution, mais une méthode <ul><li>Considérer la crise comme une période où les cartes sont rebattues , et braquer le regard sur le moment où elle va s’achever. </li></ul><ul><li>Examiner soigneusement le comportement des concurrents et leurs intentions immédiates. </li></ul><ul><li>Examiner surtout la réaction spécifique des consommateurs sur le marché : </li></ul><ul><ul><li>quelle sensibilité au prix ? </li></ul></ul><ul><ul><li>Quelle substitution éventuelle de consommation ? </li></ul></ul><ul><ul><li>Quelles modifications des fréquences d’achats ? </li></ul></ul><ul><ul><li>Quelles modifications des préférences en termes de qualité ? </li></ul></ul><ul><li>En fonction de ces réponses s’interroger sur la pertinence et l’efficacité relative d’actions publicitaires (informatives et/ou persuasive) sur les trois indicateurs clés : les ventes, la part de marché, la sensibilité au prix. </li></ul>

×